Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll (Alice 1)

Quatrième de couverture

Cette édition présente les deux principaux récits de Lewis Carroll, Alice au pays des merveilles (1865) et De l'autre côté du miroir (1871), qui en est la suite. Le premier est l'histoire d'un rêve : animaux fantastiques, changements de taille, animation d'objets, toutes les ressources du merveilleux s'y déploient. Dans le second, plus moderne encore, la petite fille accomplit un voyage " derrière le miroir ", dans un pays fabriqué comme un échiquier, et où elle devient une figure dans le rêve d'un rêveur, avant d'être la reine du jeu d'échecs. Alice est en vérité un voyage initiatique, qui permet de découvrir le monde, et soi-même.

Mon avis

J’avais acheté ce livre au Salon du livre de Paris il y a quelques années maintenant. J’étais assez curieuse de voir « la vraie histoire » d’Alice, ne connaissant que la version Disney (qui je dois l’avouer me faisait assez peur quand j’étais petite). Je l’ai donc lu lorsque j’étais en 1ere ou Terminale (donc à 16/17 ans) et j’avoue que depuis cette époque, j’ai pas mal oublié de détails (et ma « chronique de 5 lignes » ne permet pas vraiment de dire ce que je pense de ce livre). C’est pourquoi je réécris cette chronique (en 2013), je suis obligée de relire ce livre (du moins Alice au pays des merveilles) pour mes cours de littérature jeunesse.

Tout le monde connaît dans les grandes lignes l’histoire grâce au dessin animé, je peux vous dire que le 1er livre et le vrai « Alice au pays des merveilles » n’a rien à voir dans un certain sens. Evidemment Alice finit par s’endormir alors que sa sœur lui raconte une histoire (mais déjà elles ne sont pas que toutes les deux, elles sont 3) ensuite Alice s’endort et voit dans son rêve un lapin blanc en retard qu’elle finit par suivre et tomber dans le terrier qui n’en finit pas. s’ensuit son aventure, dans un premier temps pour tenter de passer à travers la porte où elle finit par boire et manger pour grandir et rapetisser avant de finir de parvenir à traverser cette mystérieuse porte. Elle va ainsi faire petit à petit la rencontre de nombreux personnages aussi déjantés les uns que les autres (si, il n’y a pas à dire, ils sont vraiment fous là dedans et on peut se poser des questions sur les conditions dans lesquelles ont été écrit ce livre).

C’est assez agréable à lire et fluide, ça se lit bien en tout cas et le récit est assez court (140 pages en gros). Par contre on voit qu’on est dans un rêve, quelque chose de très décalé, très fou parce que le fait que les animaux parlent c’est un fait, mais leur propos pour la plupart sont très confus, très intriguant voire incompréhensible. J’ai notamment beaucoup apprécié la réflexion de la Duchesse lors de la partie de croquet : « Ne te crois jamais différente de ce qui aurait pu paraître aux autres ce que tu étais ou aurais pu être n'était pas différent de ce que tu avais été qui aurait pu leur paraître différent. » (La Duchesse, p.137). Il faut s’accrocher pour comprendre une telle phrase quand même au premier abord c’est perturbant.

L’histoire découle de source, il lui arrive quelque chose, finit par trouver une solution, un nouveau personnage entre en scène et ça l’amène vers une autre chose et ça se poursuit comme ça dans tout le livre. Au début elle rencontre le lapin qui l’amène vers ce terrier où elle tombe, qui va l’emmener à franchir une porte et où elle va faire la connaissance d’un rat, qui va l’amener vers un groupe d’animaux en tout genre avant qu’elle ne finisse par partir et trouver un autre groupe de personnages tous plus étranges les uns que les autres. Mais au final on se rend compte qu’on n’apprend pas toujours quelque chose sur eux (alors qu’on le devrait, notamment l’histoire de la Simili-Tortue…). Cela donne un ensemble très flou, comme cette histoire de procès dont on ne sait rien finalement. On voit qu’il s’agit d’un rêve qui n’a ni queue ni tête.

Alice est vraiment stupide quand même, ça fait peur les réflexions qu’elle a, le discours qu’elle tient (notamment avec le rat quand elle parle de Dinah sa petite chatte, ça craint, elle est bête et enfonce le clou en plus…), les questions qu’elle se pose aussi mais quelque part c’est légitime. Dans ce premier tome il y a toute une réflexion sur l’identité mais ça n’est pas pour ça qu’elle ait une réponse là-dessus, mais ça lui permet de réfléchir un peu.

Donc en lisant ce livre il faut savoir à l’avance dans quel type de livre on s’engage parce que c’est vraiment très spécial et bien que ça soit un livre de jeunesse et bien ça n’est pas vraiment accessible pour eux. On ne retiendra que l’aspect animaux qui parlent et personnages déroutants, etc. Mais je pense qu’il faut être un peu plus adulte pour voir au-delà de ça si on veut bien comprendre l’histoire. En tout cas j’ai passé un bon moment, ça reste quand même très sympa à lire et tout va très vite. Du coup il y a un certain rythme dans l’histoire qui fait que ça se lit très bien et rapidement.

De plus, ça m’a permis de me rafraîchir la mémoire et me rendre compte à quel point la version Disney est surtout centré sur le 2e tome de la série : De l’autre côté du miroir, parce que finalement elle rencontre que quelques personnages de la version Disney et surtout un grand nombre que l’on ne connait pas (genre les jumeaux Bonnet Blanc et Blanc Bonnet, ne sont pas présent dans ce premier tome).

Commentaires

  1. J'avais été totalement déroutée par ces lectures mais c'est vrai que la comparaison au Disney est intéressante à faire ; et puis j'avais préféré "De l'autre côté du miroir" finalement (^-^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui c'est vraiment des lectures étranges quand même, ça n'a pas toujours de sens ^^

      et oui le comparatif au disney se fait forcément d'autant que c'est un mix entre les deux livres ^^ mais bon je ne pousse pas loin le comparatif, ça n'était pas le but premier ^^

      De l'autre côté est pas mal, je ne saurai pas dire lequel est deux est le meilleur

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Asynchrone de Fabien Clavel

Celle qui murmurait à l'oreille du mec en costard de Laëtitia Constant

Concours Celle qui murmurait à l'oreille du mec en costard [TERMINE]