La dame en noir de Susan Hill

Quatrième de couverture 

Par un mois de novembre froid et brumeux, Arthur Kipps, jeune notaire londonien, est dépêché à Crythin Gifford, dans le nord du pays, pour assister aux funérailles d’Alice Drablow, 87 ans, avant de trier ses papiers en vue d’organiser sa succession. 
Lors de l’inhumation, dans une église quasi déserte, Arthur remarque la présence d’une femme tout de noir vêtue, le visage émacié, comme rongé par la maladie. Cette dame en noir, il l’apercevra de nouveau aux abords du manoir qu’occupait Mme Drablow, une demeure isolée, battue par les vents, située sur une presqu’île seulement accessible à marée basse. 
Et, chaque fois qu’elle apparaît, se produisent des phénomènes paranormaux qui ébranleront le jeune homme. Jusqu’à faire vaciller sa raison ? 
Ce chef d’œuvre de la littérature anglaise vient d’être adapté au cinéma par James Watkins, avec Daniel Radcliffe (« Harry Potter ») dans le rôle principal.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions L’Archipel pour m’avoir permis de lire ce livre et ainsi découvrir en avant première cette histoire, tout en ayant un aperçu du film à venir dans un peu plus d’un mois (le 14 mars). Je dois dire que je n’attendais rien de spécial de ce livre et au vu de l’épaisseur, je me doutais un peu dans la « tournure » des évènements, du coup je n’ai pas été déçue, mais il est vrai que ce livre aurait pu être davantage développé pour avoir une ampleur et un impact beaucoup plu grand sur le lecteur pendant la lecture.

L’histoire commence Arthur Kipps et sa famille, qui pendant le réveillon de Noël, se raconte en soirée des histoires qui font peur, des histoires de fantômes. Subitement mal à l’aise, Arthur Kipps sort de la maison pour prendre l’air parce qu’il ne va pas bien, sous l’œil étonné de son épouse, et des enfants de celle-ci. Ainsi, nous apprenons rapidement pourquoi il a agit ainsi : les histoires de fantômes le dérange car lui, il y a quelques années de cela, en a vécu une… et qu’aujourd’hui, il est temps pour lui de la coucher sur le papier pour s’exorciser de cette sombre histoire… Ainsi commence ce livre et l’histoire à proprement parlé de la dame en noir. Arthur Kipps, alors qu’il est clerc de notaire, se voit confié la mission d’organiser la succession d’Alice Drablow, alors qu’elle vient de décédée à l’âge de 87 ans. Arthur doit ainsi quitter Londres et partir pour Crythin Gifford. A peine arrivé, il se rend à l’enterrement de cette femme, où il y a peu de monde et voit pour la première fois, une femme habillée toute en noir, au visage émacié, comme si elle était malade. Pendant son « séjour » il l’apercevra de nouvelles fois, aux alentours du manoir de Mme Drablow. Arthur Kipps va tenter de savoir ce qui se passe et ce que cache cette mystérieuse dame en noir…

J’avoue que l’histoire était assez intrigante, sombre et mystérieuse. Du moins la 4e de couverture est très alléchante, après, je pense que pour apprécier ce livre, il ne faut pas trop en attendre. C’est un « petit » thriller, rien de très horrible ou très sombre. Ça l’est un peu, mais ça n’est pas non plus une grande histoire qui donne de gros frissons, du moins ça n’a pas été le cas pour moi (peut être que je commence à avoir lu trop de livres bien plus horrible et sombre que ça, qui font que je n’apprécie pas ce livre à sa juste valeur). Donc, si vous souhaitez lire un livre assez glauque et qui vous empêchera de dormir la nuit, passez votre chemin, sinon vous risqueriez d’être déçu. Je vais tout d’abord parler des points forts de l’histoire puisque j’ai quelques objections à mettre en avant sur ce texte, mais cela ne m’a pas empêché de l’apprécier, au contraire. Seulement, je pense que ça permettrait d’éclaircir un peu, pour voir le genre de texte auquel on a affaire et peut-être d’être un peu moins déçu en le lisant.

Pour commencer sur la forme, je dois dire que l’écriture de l’auteur (et traduction dans un même temps) est très agréable et fluide à lire, il n’y a pas d’accroche. On s’intègre très bien au récit d’Arthur et on suit avec plaisir et facilité son histoire, qui a été des plus bouleversantes pour lui, au point d’avoir besoin de l’extérioriser par l’écriture. L’entrée en matière de l’auteur à ce sujet est d’ailleurs une bonne idée, ça fait deux histoires en plus, c’est souvent plaisant et moi, j’adhère totalement.

Ensuite, sur le fond, dès le départ, on sait qu’il s’agit d’une histoire de fantômes, dont pas de surprises à ce niveau-là, on sait déjà des choses sur la dame en noir. Néanmoins, l’auteur cultive tout un mystère autour de cette femme, parce qu’on n’a aucun élément. Les gens craignent cette demeure, cette Alice Drablow qui vient de décédée – d’une certaine manière – et personne ne veut expliquer à Arthur pourquoi. Ce qui est assez exaspérant et frustrant aussi bien pour lui que pour nous qui ne comprenons pas pourquoi les gens se méfient autant. Donc j’ai bien aimé cet aspect là de l’histoire c’était intéressant cette mise en attente. L’intrigue est dans l’ensemble bien menée, mais ce que je peux reprocher c’est qu’elle paraisse si simple, il ne faut pas aller chercher trop loin finalement. Après, pourquoi pas, ça a été la volonté de l’auteur, et une fois que les révélations commencent, elles ne finissent plus, elles s’enchainent très rapidement (ce qui est peut être un peu dommage du coup, il aurait mieux valu – à mon sens – avoir quelques touches par-ci par là, pour nous laisser le temps de réfléchir, au lieu de tout nous donner d’un coup et qu’on n’ait pas le temps de faire nos diagnostiques. Mais bon, ça ne m’a pas empêché de continuer et de prendre plaisir à lire ce livre.

Par ailleurs, l’auteur a su me surprendre sur la fin, je ne pensais pas que ça prendrait une telle tournure, donc je ne peux pas dire totalement que je n’ai pas aimé ce livre, ça n’est pas vrai. J’y ai quand même trouvé de bons côtés, je ne me suis pas du tout ennuyé, ça allait, mais dans l’ensemble, il est vrai que c’est une histoire plutôt tranquille et « calme », il n’y a pas de grands rebondissements. L’intérêt du livre repose sur l’atmosphère et le mystère qui est opéré tout au long du livre sur le Manoir de feu Alice Drablow. Seulement, je trouve qu’à ce niveau-là, ça pêche un peu... En effet, pour moi, elle n’est pas assez sombre. Bien que ce soit écrit à la première personne, et donc qu’on soit dans la tête d’Arthur, ne nous permet pas de nous rendre compte totalement de cette atmosphère, du sentiment de peur et d’effroi que peut ressentir parfois Arthur. Je trouve que ça manque un peu de profondeur et de développement à ce niveau-là. Parfois, je me demandais même s’il n’en faisait pas un peu trop, qu’il était peureux pour pas grand-chose. Et quand on ressent ce genre de choses en lisant un texte à la première personne, qui raconte une histoire de fantôme, ça ne passe pas. Il manque quelque chose et je trouve ça dommage parce que je n’ai pas pu bien m’intégrer totalement au texte parce que ça semblait trop léger, trop tranquille et gentil finalement. Mais après si c’est ce genre de texte qui vous plait ce livre est vraiment très bien, c’est agréable à lire, le personnage d’Arthur reste tout de même intéressant et attachant.

En somme ce livre a été une bonne lecture, bien que j’en ressorte un peu mitigée, mais c’était parce que je m’attendais à quelque chose de plus sombre et davantage développé dans ce sens là. Après en voyant le nombre de pages, il était évident que certaines choses seraient survolés (ça m’aurait moins dérangé) mais je trouve que l’atmosphère manque un peu de noirceur et du coup de profondeur pour vraiment avoir peur de ce qui lui arrive. En revanche, la fin est vraiment bien, je ne l’imaginais pas tout à fait comme ça, donc ça a été une « bonne surprise » (vu la fin, on ne peut pas non plus se réjouir) mais j’ai trouvé tout de même ce livre intéressant et plaisant à lire. Après, il ne faut pas s’attendre à un gros thriller très noir… mais juste à une petite histoire de fantômes.

PS : Je pourrais faire plus tard un comparatif du livre VS le film, je pense que j’irai le voir, pour comparer et mieux me rendre compte de l’histoire et voir si ce qui a « pêché » pour moi dans le livre, se retrouve ou pas dans le film.

Challenge Lire ou Mourir : HIVER

Commentaires

  1. J'ai été très déçue par ce livre, comme toi j'ai trouvé qu'il ne faisait absolument pas peur et je me suis vraiment ennuyée :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ouais, je comprends, je connais quelqu'un d'autre qui a été déçu, et deux autres qui ont aimé, mais comme moi, mettent des objections sur le texte quoi... ça se lit, mais c'est pas assez poussé. dommage parce que l'idée de base était plutot bonne.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Les contes du chat perché de Marcel Aymé

Un jour, je serai pompier de Quentin Gréban

La Belle Sauvage de Philip Pullman (La Trilogie de la Poussière 1)

Sans raison apparente de Charlotte Bousquet

In My Mailbox (306)