Le Secret de Tristan Sadler de John Boyne


Quatrième de couverture

Tristan Sadler, vingt et un ans, a survécu à l’enfer de la Première Guerre mondiale, mais son âme est restée en France, dans les tranchées. Auprès de Will, son compagnon d’arme qui n’est jamais revenu.
De retour en Angleterre, Tristan rapporte à Marian les lettres que celle-ci adresse à Will. Mais aura-t-il le courage de lui dire que son frère, malgré les apparences, n’était pas un lâche ? Cela l’obligerait à dévoiler son secret…

Les champs de bataille et l’absurdité des combats ne sont que le décor de ce roman, où se déploient l’amitié, l’amour, la cruauté, la trahison, le remords.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions de L’Archipel de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai beaucoup aimé et que je vous conseille fortement tant il est beau et dur à la fois.

Tristan Sadler nous raconte ici son histoire, sa rencontre avec Marian, la sœur de Will, un soldat avec qui il a lié une amitié durant la guerre, afin de lui restituer les lettres que son frère lui écrivait. Rongé par la culpabilité, Tristan aimerait lui avouer que Will n’est pas le lâche qu’on a voulu lui faire croire, mais cela le pousserait à dévoiler son secret, ce lourd fardeau qu’il porte depuis des années…

La littérature contemporaine n’est pas mon genre de prédilection, préférant de très loin les littératures de l’imaginaire, mais je dois avouer que le pitch de ce livre m’a pas mal attiré. Dès qu’il y est question de secret, de culpabilité qui s’ensuive à cause de ça, je dois avouer que ça m’intéresse beaucoup. Il y a un vrai enjeu, un peu à la manière d’une enquête policière, découvrir ce qui ici, ronge Tristan Sadler.

La première chose que l’on remarque dans tout livre est l’écriture de l’auteur et je dois dire que celle de John Boyne est vraiment très agréable. C’est fluide et bien écrit, j’ai pu ainsi me plonger dans cette histoire avec facilité et sans aucune envie d’en décrocher. J’ai été happée par ce récit et à chaque instant j’avais envie d’en savoir plus, ce qui est une très bonne chose. L’auteur arrive à nous captiver par son écriture mais aussi par son histoire qui s’avère plus compliquée et difficile qu’elle n’y paraît au premier abord.

L’histoire est construite en plusieurs parties à date donnée de sorte que dans chacune d’elle et en alternance nous suivons Tristan pendant et après la guerre. C’est pourquoi le début de l’ouvrage commence avec son arrivée à Norwich dans le but de rencontrer Marian. Cette alternance permet de maintenir un certain suspense, de voir évoluer le personnage tout en comprenant comment il a pu en arriver là. Nous voyons donc sa rencontre avec Will, l’amitié naître entre les deux hommes qui se serrent les coudes à chaque instant et puis la réalité de la guerre…

J’étais très curieuse de découvrir ce fameux secret mais il faut prendre son mal en patience. L’auteur maîtrise parfaitement le suspense car il attend vraiment les derniers instants pour le livrer. Bon, je dois l’avouer, sur certains points, j’étais certaine de ce que j’allais découvrir, la révélation au final n’en était pas vraiment une parce que je m’en doutais fortement depuis un moment, même si ce n’était que suppositions et spéculations de ma part. Comme quoi lire parfois du polar ou des thrillers a du moins, on analyse rapidement les choses. Mais le fait de savoir « en amont » ne m’a pas dérangé plus que ça puisque Le Secret de Tristan Sadler n’en reste pas moins un très bon et très beau livre.

John Boyne traite dans ce livre de sujets difficiles à commencer par la guerre, la Première Guerre Mondiale qui fit tant de morts. Nous sommes du point de vue anglais, où des soldats vont devoir s’entraîner avant de partir au front en France tout en sachant qu’il y a peu de chance qu’ils en réchappent. Mais il est également d’autres sujets qui sont forts, qui posent encore aujourd’hui des « problèmes » et font débats. Je ne veux pas rentrer dans le détail pour ne pas spoiler l’histoire, mais le fait est que même au XXIe siècle, il est des choses qui ne changent pas tout à fait, même s’il y a eu évolution, heureusement !

On retrouve dans ce livre beaucoup de matière à réflexion, c’est assez philosophique et nous incite à réfléchir. J’ai beaucoup aimé cet aspect-là, c’est ce qui le rend d’autant plus fort et poignant. Et même s’il se déroule en grande partie dans le passé, même si relativement proche, il est des choses très actuelles finalement qui nous pourront que nous toucher.

Le fait que la narration soit à la première personne m’ait bien aidé à cela, c’est ce que je préfère maintenant, je la trouve plus intéressante pour traiter le côté psychologique du personnage qui est plus complexe qu’il n’en a l’air. En dehors de la 4e de couverture qui nous informe que Tristan a un secret, on le voit très bien et cela dès le début de l’ouvrage. Il cache quelque chose, il reste discret sur sa vie, sur sa famille et se dévoile vraiment très peu. Mais au fur et à mesure de l’histoire, on apprend à le connaître, à voir ce qui a bien pu se passer pour qu’il soit ainsi. Tristan est un personnage attachant même si assez mystérieux et on voit que la vie n’a pas été rose avec lui…

Les autres personnages de l’histoire ne peuvent pas nous laisser indifférents. On ressent à la fois de la colère par les actions et paroles des uns et des autres, mais aussi de la frustration et de la tristesse lorsque l’on découvre certaines choses. Tout un tas d’émotions qui rendent ce livre vraiment très fort et qui d’une certaine manière peut révolter.

En bref, Le Secret de Tristan Sadler est une vraie réussite, j’ai beaucoup aimé ce livre si fort et si poignant, même si j’avais découvert en amont la nature de ce secret mais ce n’est pas grave, cela n’enlève en rien les messages qui passent. Il reste tout de même un ouvrage à lire à la fois pour sa beauté que sa dureté qui ne pourra pas nous laisser indifférent.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Piégés entre les murs de la nuit d’Hubert Ben Kemoun (Piégés 2)

Le coeur en braille de Pascal Ruter (Le coeur en braille 1)

Les contes du chat perché de Marcel Aymé