Rechercher dans ce blog

03/09/2018

Princesse Kevin de Michaël Escoffier et Roland Garrigue

Quatrième de couverture

Kevin est une princesse. Les autres peuvent bien rigoler, Kevin sen moque. Kevin est une princesse, un point cest tout. Sa sœur lui a prêté une robe, des chaussures à talon, quelques bijoux. Il a emprunté le maquillage de sa maman, et maintenant Kevin est une princesse. Il ne voit pas ce qu’il y a de mal à se déguiser ainsi. Quand on se déguise, c’est pour quon ne vous reconnaisse pas. Sinon, ça ne sert à rien de se déguiser. Et d’abord, qui a décrété que seules les filles pouvaient se déguiser en princesses ?

Mon avis

Princesse Kevin est un album qui vient juste de sortir. Quand on l’a réceptionné au boulot avec mes collègues, ce livre n’est pas passé inaperçu. Il faut dire que la couverture rose fluo pique un peu les yeux et attire le regard et le titre intrigue. Évidemment, comment Kevin peut-il être une princesse ?

Nous commençons donc notre lecture qui nous aura bien fait sourire. C’est une histoire mignonne et drôle qui donne matière à réfléchir. Princesse Kevin raconte donc l’histoire de Kevin, ce petit garçon qui choisit de se déguiser en princesse parce qu’il en a envie. Après tout, se déguiser consiste à ce qu’on ne soit pas reconnu donc aucun être une princesse. Il revêt donc sa robe et se rend à l’école où tous les autres enfants sont aussi déguisés.


Une fois dans la cour de récré, il cherche un chevalier, car une princesse est toujours accompagnée de son chevalier. Mais les garçons, qui sont déguisés en chevalier, refusent d’être avec lui et de lui donner la main. Quand vient une petite fille déguisée en dragon, voilà un duo fait pour s’entendre et briser les clichés habituels. Mais Kevin se rend bien compte qu’être une princesse n’est pas toujours facile, surtout quand on porte une robe que l’on ne peut pas retirer seul. Du coup, Kevin a décidé que pour son prochain costume il prendrait autre chose…

Et je n’en dirai pas plus pour ne pas vous spoiler la fin de l’histoire, vous n’aurez qu’à la lire pour le savoir. Et oui, je suis sadique mais il faut bien garder quelques surprises.

En tout cas, l’histoire est intéressante et prête à sourire, surtout avec cette fin. Elle permet également de réfléchir, sur la question du genre, est-ce que le rose est réservé qu’aux filles ? Est-ce que seules les filles peuvent mettre des robes de princesse ? Après tout, rien ne leur interdit de mettre des costumes de cow-boy ou d’astronautes. Pourquoi pas un garçon en princesse ?


C’est le genre de choses qui persistent encore aujourd’hui et avec cet album ça permet de casser ces clichés. Si vous saviez le nombre de fois où l’on me précise le sexe de l’enfant quand je propose des livres qui sont « jugés pour les filles » parce que le personnage principal est une fille ou que le livre est un peu trop rose… Il y a encore du boulot, cette histoire permettra de faire réfléchir et de donner matière à débat. En tout cas, je l’ai trouvée intelligente et bien faite et les enfants ont bien le droit de se déguiser comme ils veulent et de faire ce qu’ils veulent.

Les illustrations sont plutôt sympathiques, on aime ou pas ce genre de graphisme, c’est une question de goût. Je trouve que ça fait un bel ensemble avec l’histoire, même si j’avoue que la couleur de la couverture pique un peu les yeux c’est vraiment très rose flashy. Mais au moins, on le remarque de loin et avec ce titre, ça ne peut qu’interpeler.


En bref, Princesse Kevin est un album intéressant qui casse les clichés habituels sur le genre, sur ce que les garçons et les filles devraient faire / choisir en fonction de leur sexe car c’est bien connu le rose c’est que pour les filles et le bleu les garçons, les princesses pour les filles et les cow-boy pour les garçons. Une histoire qui met à mal tout cela, et ce n’est pas plus mal.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande.
Veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Les articles les plus consultés