Murmures d'outre-tombe de Charlaine Harris (Les mystères d'Harper Connelly 1)

Quatrième de couverture

" Depuis que j'ai survécu à la foudre, je suis capable de sentir et de revivre les derniers instants des morts. Contrairement aux apparences, cela peut s'avérer utile : on me contacte pour retrouver les personnes disparues... enfin, décédées devrais-je dire.
Du coup, j'en ai fait mon métier. C'est sûr, tout le monde n'apprécie pas la façon dont je gagne ma vie mais, puisque je dois vivre avec ce "don", autant m'en servir.
Tolliver, mon demi-frère, m'accompagne. Un associé dont je ne peux me passer. Aujourd'hui, nous allons à Sarne dans l'espoir de retrouver une adolescente. Dénicher le corps ? Facile ! Mais quitter la ville, c'est une autre affaire ! "

Mon avis

Ayant appréciée la précédente série de l’auteure, je voulais m’essayer celle-ci. Je tiens à préciser qu’il ne s’agit pas tout à fait, d’un livre d’urban fantasy, étant donné que la part fantastique du livre n’est présence qu’en le don d’Harper. Il s’agit davantage d’une série policière, avec enquête à la clé, même si ce n’était pas le but premier d’Harper quand elle est arrivée dans la ville de Sarne dans ce premier opus.

L’écriture de l’auteure est toujours aussi agréable à lire, c’est fluide, facile, et on s’insère assez facilement dans la tête de Harper comme c’est écrit encore une fois à la première personne (que j’affectionne de plus en plus). L’histoire est des plus simples, mais efficace, j’ai beaucoup apprécié, par ailleurs, le livre est très court donc ça se lit très rapidement.

En ce qui concerne l’histoire, on découvre Harper Connelly, qui n’est pas une femme comme les autres, elle possède un don, elle peut sentir les morts, et dire avec précision de quelle manière ils sont morts. Elle l’a eu après avoir été foudroyée à l’âge de 15 ans. Devant vivre, avec cela, elle a décidé d’en faire son métier et de s’en servir au service des autres, mais comme il fallait s’y attendre, elle n’est pas toujours bien accueillie à cause de ça. Les habitants de la ville de Sarne, dans l’Arkansas en sont un très bon exemple. Suite à la disparition / mort d’une jeune fille, on a fait appel à Harper pour savoir ce qui s’est exactement passé. Tout le monde n’est pas d’accord pour son intervention, ayant déjà du mal à croire en son don, qu’ils pensent être une arnaque, elle prouve ses dires et intervient donc. Elle retourne sur le lieu du meurtre d’un jeune homme et finit par retrouver la jeune fille en question. La mission d’Harper est donc terminée, elle peut repartir en compagnie de son frère… Seulement, suite à tout ça, Harper va faire des découvertes et cela va entraîner tout un processus qui va empêcher la jeune femme de repartir… La mission était pourtant simple et achevée, sauf qu’une question en a soulevé d’autres et les véritables problèmes commencent dans cette petite ville tranquille où tout le monde se connaît.

J’ai trouvé ce premier tome sympathique, pas forcément original dans le scénario parce que j’ai assez aisément trouvé la finalité, mais ça se laisse tout de même lire. J’ai quand même bien aimé, l’intrigue est bien menée et ce n’est vraiment que vers la fin que j’ai eu des soupçons sur la finalité en voyant certains rapprochements se faire… L’originalité réside essentiellement en le don d’Harper, et du personnage également. Bien souvent on a des personnages qui sont liés à la mort, mais souvent ils les voient, peuvent leur parler, etc. Hors ici, ce n’est pas le cas puisqu’Harper sent les morts, sait où il y en a, ce qu’il leur est arrivé… mais elle ne voit rien d’autres, elle ne leur parle pas, ils sont bels et bien morts, hors de sa portée. Il lui suffit d’être proche d’un mort pour savoir tout ça, mais ce sont des visions tronquées car elle ne sait rien sur leur meurtrier, elle voit seulement comment ils sont morts, rien de plus.

Par ailleurs le personnage d’Harper est différent des héroïnes que l’on peut retrouver dans l’urban fantasy (ce en quoi aussi ça peut se détacher) c’est qu’elle est une femme comme une autre, avec ses propres peurs. Elle est par certains aspects assez fragile, elle ne le nie pas d’ailleurs. J’ai bien aimé cet aspect là, elle est normale, en dehors de son don évidemment, mais ce n’est pas la super femme, très forte et qui va combattre le crime, non, elle fait ce qu’elle doit faire, ce qui lui semble juste… C’est juste qu’ici, elle se retrouve mêlée au cœur de secrets qui finissent par être dévoilés… Sa relation avec son demi frère, Tolliver est des plus étranges mais quand on sait leur passé familial, on comprend aisément pourquoi ils sont si proches… J’ai beaucoup aimé le personnage de Tolliver également, il n’a pas de vrai lien de sang avec Harper, mais il s’occupe d’elle, la protège comme un vrai frère peut le faire avec sa petite sœur. Il est peut être par moment surprotecteur, mais quelque part, je trouve ça assez touchant…

Ce n’est peut-être pas le livre du siècle, mais j’ai quand même aimé ce premier tome, c’est léger et rafraîchissant. On accentue davantage le côté enquête que fantastique, car après tout, Harper n’utilise pas toutes les cinq minutes son don, elle n’en fait pas spécialement étalage non plus, les gens ne l’apprécient déjà pas spécialement à cause de la nature de son travail, donc elle fait ce pourquoi on l’a appelé et elle s’en contente. Ça reste plaisant à lire et en plus c’est une série assez courte (tétralogie) donc ce sera avec plaisir que je lirais les tomes suivants.

Commentaires

  1. Ah ! Voilà, j'ai trouvée ta chronique :p
    En tout cas tu m'as donné envie de le lire, je pense qu'il ne va pas tarder à passer à la casserole !!
    Merci beaucoup pour ton avis !
    Bises,
    Manie.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Piégés entre les murs de la nuit d’Hubert Ben Kemoun (Piégés 2)

Le coeur en braille de Pascal Ruter (Le coeur en braille 1)

Les contes du chat perché de Marcel Aymé