Le Souffle du dragon de Nicolas Cluzeau (Le Dit de Cythèle 4)


Quatrième de couverture

Cythèle et ses compagnons après avoir quitté un Asgard déchiré par la guerre, reviennent sur Therion Weir, le monde d’origine de la prêtresse de Plutonis, pour retrouver l’âme d’Irgolène, dernier membre de sa famille.
Ce voyage les amènera au cœur des jungles suaves et oniriques de Vandirac, territoire de la récente république des Sorciers d’Argile, dont la puissance s’étend dans l’ombre. Ils y retrouveront Harmelinde et Dreidre, personnages du second tome, et seront traqués par un groupe de démons assassins, ennemis du régime politique en place. L’issue de sa quête est proche, Cythèle le sent, cependant elle sait aussi qu’elle a échoué dans sa volonté de s’affranchir de sa divinité. Manipulée, sa mission est-elle aussi pure qu’elle le pense ? Ne risque-t-elle pas de déclencher, comme en Asgard, d’incontrôlables cataclysmes ? Incapable de maîtriser les évènements, la hiérarche vogue, à bord d’un navire volant vers son destin.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Black Book de m’avoir permis de lire ce livre et ainsi finir les aventures de Cythèle, qui je dois avouer se termine en apothéose. Si jusque là, vous avez aimé les précédents tomes, il n’y a aucune raison pour que ce dernier tome ne vous enchante pas. Il est vraiment excellent et il sera difficile de dire au revoir à cette héroïne incroyable ainsi qu’à ses compagnons de voyage… En finissant cette série, on n’en finit pas tout à fait indemne, on veut continuer cette aventure. Mais heureusement pour nous, qu’il existe d’autres livres en rapport avec ce monde, et des personnes que Cythèle a pu rencontrer. (va falloir que j’aille faire quelques recherches…).

Il est assez difficile de faire un résumé des évènements de ce livre étant donné la richesse de l'univers et des actions, sans paraphraser la quatrième de couverture qui présente très bien les évènements. Mais suite aux évènements passés, le monde est sens dessus dessous, mais Cythèle n’a pas fini sa mission et est bien décidé à aller jusqu'au bout, coûte que coûte, en dépit de l'avis de certains de ses compagnons de voyage. De retour sur Therion Weir, pour retrouver l'âme de sa fille, elle va finir sa quête dans la capitale de la République des Sorciers d’Argile, où elle retrouvera d'anciens compagnons de voyage comme Harmelinde et Dreidre, deux magiciennes de Vilanöé, qui sont là pour assister à une cérémonie. Cérémonie au cours de laquelle de nombreuses choses seront révélées, qui pourront changer le monde si cela venait à s'accomplir. En parallèle de ces évènements, il y en a une autre quête s'installe, celle d'une daemoni : Chiriliyé a qui on a confié une mission, où en cas de succès elle recouvrera sa liberté. L'enjeu est d'autant plus grand, alors elle va tout faire pour la menée à bien.

Comme je l'ai dit, ce quatrième tome qui clôt les aventures de Cythèle, est un véritable bijoux, il se lit avec une aisance qui nous permet de bien suivre l'histoire et de l'apprécier pleinement. Arrivé au quatrième tome, on s'habitue parfaitement au style de l'auteur qui au premier abord peut paraître complexe, non pas dans l'écriture même qui est fluide, mais plutôt dans la richesse de son univers qui peut nous perdre aisément si l'on perd le fil parce qu'on a été distrait. C'est vraiment agréable à lire et cette série mérite amplement d'être lue, je ne peux que la conseiller à tous les fans de fantasy, vous y trouverez votre compte ici. L'intrigue est vraiment géniale, on suit encore une fois différents personnes, où Cythèle n'est pas nécessairement le centre (même si elle est importante) d'autres personnages entre en compte et on ne peut pas les laisser de côté.

Ce tome est riche en rebondissements, révélations, actions, on ne se pose jamais parce que ce soit auprès de Cythèle, Harmelinde ou Chiriliyé, on a toujours un moment où ça s'emballe, nous précipitant toujours un peu plus près de la fin évidente de cette tétralogie. Après cela se passe à différents niveaux, Cythèle qui veut retrouver sa fille, Harmelinde qui tente de comprendre ce qui se passe au niveau politique et des éventuels complots, et Chiriliyé qui veut gagner sa liberté en travaillant pour la dernière fois pour son maître... Difficile de ne pas faire plus complexe et riche en actions. Le tout étant (comme les autres tomes) entrecoupé par des moments clés de l'Histoire, nous permettant de comprendre comment on en est arrivé là avec certains personnages, pour mieux appréhender la suite (notamment le personnage de Chiriliyé, qui prend ici toute son ampleur).

La quête de Cythèle va s'avérer bien plus difficile que pour les deux premières car de nombreuses choses vont l’en empêcher, comme les intrigues politiques qui se déroulent à la capitale sans compter le long le chemin pour y parvenir. Cela semble évidemment, sans quoi il n’y aurait aucun intérêt et jusque là, surtout au bout du quatrième (et dernier) tome, on a bien compris la manière d’opérer de Nicolas Cluzeau. On se doute que son chemin va être semé d’embuches avec une chance infime pour qu’elle réussisse… mais à quel prix ? Là est encore toute la question… Cythèle parviendra-t-elle à l’accepter pour récupérer l’âme de sa fille, dernier membre de sa famille ? Voilà autant de questions, d'évènements importants qui se déroulent en même temps et qu'on suit avec avidité (oui, à ce point là, on peut savoir).

Les personnages sont toujours aussi intéressants. Le personnage de Cythèle m'a énormément plu, elle est forte et fragile en même temps. Elle va jusqu'au bout de sa mission, même si parfois elle remet un peu en doute les actions d'Ereas et Plutonis, ne comprenant pas pourquoi elle se retrouve ainsi au centre de tous les intérêts. Chiriliyé, que l'on rencontre pour la première fois ici, m'a bien plu également, demoni froide et manipulatrice, elle n'en reste pas moins attachante par certains aspects et tout au long du livre, on apprend à la connaître et on ne peut pas totalement la détester en dépit de ce qu'elle est et de ce qu'elle fait. Je me suis beaucoup attachée aux deux magiciennes : Harmelinde et sa fille Dreidre parce qu'on les voit davantage en action, et elles tiennent vraiment une place de premier choix, où elles seront en quelque sorte le pivot de toute cette histoire (j'aimerai bien les retrouver dans d'autres aventures).

Ma théorie selon laquelle tous les auteurs sont des sadiques (envers nous lecteurs) se confirme, puisqu’une fois encore, à mesure que les pages défilent, on sent que la fin est proche, on sent que Cythèle arrive à son but, mais des problèmes nous empêchent de tourner en rond jusqu’à nous faire perdre la tête. Dans les dernières pages, alors qu’on pense que ça va s’arranger, un revirement de situations changent tout ça, nous laissant stupéfait et pantelant… Sincèrement, c’était une torture de ne pas savoir directement la fin et j’ai fait en partie une nuit blanche pour le découvrir, parce que je ne pouvais pas attendre le lendemain (ça m’aurait sûrement empêché de dormir et mon cerveau n’aurait pas cessé de cogiter là-dessus… terrible). C’était avec une certaine avidité que j’avais envie de lire cette histoire parce que je voulais enfin le fin mot, mais en même temps, je la craignais parce que je savais qu’en tournant la dernière page, tout serait fini… et je n’avais pas envie de quitter ce monde, toute cette aventure et ces personnages hors du commun avec qui on a vécu énormément de choses (c’est toujours dur de dire au revoir à tout ça quand on termine une série). Une fin géniale, qui nous laisse quand même un peu sur notre fin parce qu'on aimerait que cela continue encore (par chance comme je l'ai dit, il existe d'autres livres dans cet univers !).

En bref, ce quatrième tome est tout aussi génial que les précédents. On retrouve les mêmes éléments qui m'avaient plu et qui me font dire que cette série mérite amplement d'être lue. Ce quatrième tome clôt parfaitement la série, qui ne s’essouffle jamais, bien au contraire, elle prend toujours un peu plus d’ampleur, les intrigues deviennent de plus en plus compliquées. On découvre un monde toujours un peu plus riche et complexe, les personnages sont très intéressants et profonds, même ceux qu’on ne voit pas énormément ont leur importance et rôle à jouer. On se demande toujours si elle va arriver à s’en sortir et la fin de ce volume pourra nous étonner car ça laisse place à l’imagination… Je ne regrette vraiment pas d’avoir lu cette série et je remercie une fois de plus les éditions Black Book pour m’avoir permis de la lire (s’en va maintenant chercher d’autres livres de l’auteur…). Bonne lecture et bonne découverte du monde de Nicolas Cluzeau !

imaginaire d'un auteur français vivant


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les âmes perdues de Cassandra O’Donnell (Le Monde Secret de Sombreterre 3)

Itinéraires Bis de Marie-Hélène Marathée

Jack et le bureau secret de James R. Hannibal (Section 13, tome 1)