Les déchus de Fabien Clavel (Néphilim 1)


Quatrième de couverture

Ils sont sept Nephilim à arpenter la Terre depuis l'aube de l'humanité, formant la fraternité de l'Hepta. Immortels, ils sont liés aux cinq éléments : l'eau, l'air, la terre, le feu et la lune. Déchus, ils recherchent leur savoir perdu et poursuivent une quête mythique, l'Agartha. Traqués, ils fuient ceux qui veulent les détruire, les Rose+Croix.
Dans ce premier tome réunissant Le Syndrome Eurydice et Anonymus, Fabien Clavel narre le destin d'une poignée de ces Immortels. A Paris, Jennifer, étudiante à la Sorbonne, sombre lentement dans la folie et la paranoïa alors qu'à Budapest, des jeunes femmes au corps atrocement mutilé sont retrouvées dans le parc Varosliget. La glaciale Ezechiel, inspecteur de police chargée de l'enquête, ne peut croire que ces meurtres sont l'œuvre d'Azarian, sulfureux chanteur de métal en tournée en Hongrie. Pourtant, tous les indices portent à croire qu'il y est lié. Des sous-sols du métro parisien aux rues enneigées de Budapest, de vieux amis se retrouvent, des forces nouvelles s'éveillent, mais l'ennemi est déjà à l'affût. Et la grande chasse ne fait que commencer !

Mon avis

Je tiens tout d'abord à remercier plusieurs personnes : Charlotte Volper pour m'avoir permis de lire le livre en me le proposant, à Fabien Clavel pour la dédicace (écrite), Alain Brion pour la dédicace (illustrée) (photo en fin d'article parce qu’elle est magnifique) et aux éditions Mnémos.

Comme il est dit dans la 4e de couverture, le livre rassemble deux romans en un donc on voit une vraie différence entre les deux tomes, notamment par le changement d’héroïne, bien que ça fasse partie d’un même ensemble. Le premier roman, Le Syndrome Eurydice, raconte l’histoire de Jennifer, une jeune étudiante à la Sorbonne qui va petit à petit sombrer dans la folie suite à d’étranges visions. Quant au 2e livre : Anonymus, il raconte l’histoire d’Ezechiel, une flic de Budapest qui va enquêter sur les meurtres de jeunes femmes dont les corps ont été mutilés de manière violente.

Je ne développerai pas davantage sur les deux histoires parce que d’une part la 4e de couverture est suffisamment explicite, et d’autre part parce que je n’ai pas envie de spoiler ce 1er intégral parce qu’il faut vraiment le lire. J’ai tout simplement adoré et je le recommande vivement. Bien que je ne connaisse pas le jeu de rôle qui est lié à ce livre, j’ai pris énormément de plaisir à le lire et à découvrir l’univers de l’auteur (sans compter qu’on comprend parfaitement l’histoire sans le connaître, donc une bonne raison pour se jeter dessus dès que vous le verrez en librairie).

Connaissant déjà l’écriture pour avoir lu le 1er tome de sa série YA : Le miroir des vampires, je savais déjà que l’écriture de l’auteur était un régal. Ce livre ne fait pas défaut, c’est fluide, super bien écrit et raconté de manière simple et accessible. Grâce à cela j’ai pu me plonger avec aisance dans l’histoire et dès le début il nous fait rentrer dans un monde dur, violent, très riche et ô combien intéressant ! Au début de chaque chapitre, il y a un extrait de mémoire ou quelque chose du genre écrit par différents personnages (mais dont la plupart sont les Nephilim qui font partie de l’Hepta) et j’ai trouvé ça très intéressant parce que ça nous permet de découvrir quelques personnages qui sont absents dans l’histoire, mais qui sont tout de même important. Par ailleurs, on en apprend un peu plus sur cette confrérie. J’ai vraiment aimé ces notes et ça me donne envie d’en savoir plus sur eux et cette mystérieuse confrérie qui semble rencontrer quelques problèmes.

Toute la mythologie autour des Nephilim (je ne connaissais pas ça de cette manière, pour moi un Nephilim est un « enfant » né de l’union d’un ange et d’un humain, ici ça ne semble pas être le cas) donc j’ai été assez étonnée et en même temps enchantée de voir de quelle manière il avait construit son monde. La plupart du temps, on se retrouve dans le nôtre, la 1ere partie est à Paris (notamment autour de certains quartiers, comme celui de la Sorbonne…) quant à la 2e c’est à Budapest (bon là, je ne connais pas la ville, mais je pense que l’auteur a dû se renseigner un minimum pour y rester fidèle).

Donc c’est un monde contemporain, récent et que l’on connaît mais les éléments surnaturels sont tellement présents que par moment j’avais vraiment la sensation d’être dans une création propre à l’auteur (et du coup de lire un livre de fantasy, hors ça n’est pas le cas). L’auteur mélange les genres, on est dans la fantastique, tout en ayant l’impression d’avoir affaire à de la fantasy et avec le 2e livre, on a l’impression de lire un thriller. On ne sait plus vraiment où l’on se situe et je trouve que le mélange des genres a été super bien fait et cela rend le livre encore plus intéressant ! (j’aime les 3 donc pour le coup j’ai été bien servie et ravie de lire ce livre).

Que ça soit pour Le syndrome Eurydice ou Anonymus, j’ai adoré les intrigues lancées, elles sont vraiment bien menées. Parfois on ne sait pas trop où l’auteur va, mais ça n’est pas gênant, on se laisse emporter et il y a tellement d’actions, de rebondissements que l’on ne s’ennuie pas un seul instant. Certaines réponses nous arrivent sur le tard, et je dois avouer que je ne les avais pas toujours vues. J’ai été assez surprise et je me suis fait avoir (bien que parfois j’ai eu des doutes) je ne savais pas toujours qui était derrière tout ça. Je ne saurais dire quel « livre » j’ai préféré car les deux histoires sont totalement différentes dans leur genre et elles servent une même histoire, quand bien même on ne se retrouve pas au même endroit et avec les mêmes héroïnes. Je suis vraiment curieuse de voir comment vont se dérouler les autres tomes et où l’auteur nous entraîne parce que c’est très intriguant.

Comme c’est écrit à la 3e personne, on suit différents points de vue. On a tout d’abord celui de Jennifer, celui de Wag, et celui des Rose+Croix (notamment avec Mme N.) pour ne citer que les 3 principaux de la 1ere histoire, mais le fonctionnement est le même dans Anonymus, (même si ce ne sont plus les mêmes, en dehors des Rose+Croix) donc c’est intéressant. Cela permet d’avoir une vision beaucoup plus large et aussi de mieux comprendre tout ce qui se passe (et encore pas toujours parce que l’auteur sait y faire et garde le suspense un bon moment).

Quant aux personnages, ils sont éclectiques et tous aussi intéressants les uns que les autres. Le livre commence par les Rose+Croix, dont on ignore énormément de choses, et pourtant à travers les pages on apprend un peu plus sur eux, mais ils restent tout de même mystérieux, c’est à travers les « yeux » et les notes des Nephilim qu’on en apprend un peu plus. Jennifer est une jeune femme attachante qui perd peu à peu la tête et qui voit un psy pour ses problèmes et à mesure elle prend conscience de tout ce qui l’entoure et j’avoue que je ne m’attendais pas toujours à ça. Wag est lui aussi très intéressant et grâce à lui on voit un peu ce que sont les Nephilim, etc. Mais avec Ezechiel et Azarian, dans le 2e livre, on entrevoit encore plus de choses et on se rend compte que tout n’est pas beau et tranquille et qu’ils cherchent tous quelque chose.

Bon, je pense que je vais m’arrêter là avant de trop en dire, mais en tout cas j’ai vraiment adoré ce livre. Ça se lit avec aisance et une rapidité déconcertante (en l’ayant fait trainer il m’a fait que 3 jours, à peine). L’univers est riche et complexe et cela promet de grande chose pour la suite. Les personnages sont éclectiques et tous aussi intéressants les uns que les autres parce que tout n’est pas blanc ou noir, on retrouve un peu de tout chez les Nephilim. Autant d’éléments qui ont su m’enchanter et me plaire. J’ai vraiment hâte de lire la suite parce que ça promet énormément et si c’est aussi bon que ce 1er intégral, j’en veux !

Et les dédicaces :)


Commentaires

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Asynchrone de Fabien Clavel

Celle qui murmurait à l'oreille du mec en costard de Laëtitia Constant

Concours Celle qui murmurait à l'oreille du mec en costard [TERMINE]