Murmure d'Alyson Noël (Radiance 4)

Quatrième de couverture

Après l’accident, Riley Bloom n’a pu se résoudre à suivre sa sœur Ever qui regagnait le monde des vivants, ni ses parents qui partaient pour le monde des morts. Elle est restée coincée entre les deux, dans un espace indéfini qu’on appelle Ici.
Riley s’apprête à relever un ultime défi : apaiser le fantôme d’un gladiateur roman qui hante le Colisée depuis plus de mille ans. Transportée dans le passé, elle goûte aux délices de la Rome antique et se laisse même séduire par le beau Dacian.
Mais, alors que tout semble idyllique, pourquoi ressent-elle cette impression de déjà-vu ? Surtout, qui est cet inconnu qui la tourmente ? La jeune fille comprend bientôt que ce paradis a sa part d’ombre et que son plus grand combat l’opposera à ses propres désirs…

Mon avis

J’avais besoin d’une lecture sympa et tranquille (après avoir lu mes livres de cours déprimant) du coup j’ai pris celui là, je savais que ça me plairait, que ça me détendrait et qu’en plus ça serait très rapide à lire. Il a tenu à tous ses engagements (mais j’ai bien peur que ça soit le dernier de la série en fait, dommage, mais ça n’est pas grave, il faut bien que ça se termine un jour).

Riley est investie d’une nouvelle mission, faire passer de l’autre côté un gladiateur romain qui continue de hanter le Colisée. A la différence des 1ers tomes où elle restait dans son « époque » pour essayer de faire passer de l’autre côté les fantômes, elle va être transportée directement dans la Rome Antique. Elle pense au début que sa mission est simple, mais elle va rapidement se rendre compte que ça n’est pas le cas, le gladiateur refusant de la voir. Mais Riley va user de tous les stratagèmes possibles pour tenter de le faire passer, mais, il semblerait que sa mission soit quelque peu compromise…

J’ai beaucoup aimé cette histoire, j’ai trouvé l’intrigue intéressante. Riley est toujours touchée par son échec de sa précédente mission, mais elle en a tiré une bonne leçon et se pense suffisamment « mature » pour pouvoir avoir une mission un peu plus difficile, où même un bon nombre de Passeur n’ont pas réussi. L’idée était vraiment bonne et l’auteur a su bien l’exploiter et j’avoue que ça faisait « mal au cœur » de voir la manière dont se déroulait sa mission (je vous laisse découvrir en quoi). Et quand on apprend tous les tenants et les aboutissants c’est encore pire. Cette histoire est vraiment touchante et agréable à lire. Quant à la fin, elle est vraiment superbe, ça n’aurait pas pu se passer autrement je pense.

Riley évolue vraiment dans ce livre et ça fait plaisir à voir. Elle fonce un peu moins tête baissée (quoique…) mais semble tout de même un peu plus réfléchit, et puis, il faut savoir qu’elle n’est jamais vraiment seule… C’est vraiment un personnage attachant (beaucoup plus qu’Ever dans la série Eternels qui commençait à m’énerver). Elle est plus douce et plus « sauvage » d’une certaine manière parce qu’elle est jeune et qu’elle aurait aimé vivre plus longtemps afin d’avoir des choses qui lui sont désormais inaccessible (donc on peut comprendre sa colère à certains moments).

Ce tome conclut parfaitement la série, et à travers tous les tomes, on voit une vraie évolution chez Riley, ce qui n’est pas pour me déplaire. Elle apprend énormément de choses au cours de ses missions, donc même en aidant les autres en les faisant passer, etc. elle finit par changer parce que tout ça peut s’appliquer à elle.

Je ne vais pas m’éterniser davantage, je ne ferai que me répéter mais j’ai beaucoup apprécié ce tome, il est vraiment bien fait, la série est très sympa et vaut la peine d’être lue, je pense, même si on n’a pas apprécié Eternels (ce qui est mon cas). Un livre plus jeunesse mais qui néanmoins ne laisse pas forcément indifférent. J’ai passé de bons moments en compagnie de Riley, Bodhi et Caramel, et c’est un peu avec regret que je dis au revoir à cette série.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Piégés entre les murs de la nuit d’Hubert Ben Kemoun (Piégés 2)

Le coeur en braille de Pascal Ruter (Le coeur en braille 1)

Les contes du chat perché de Marcel Aymé