La Légende de l’Élu d'Olivier Lagneau (Les Terres du Ponant 1)

Quatrième de couverture

« Faites-moi confiance, mon garçon. Nos oracles, nos savants et nos mages ne peuvent pas se tromper, tous les calculs mathématiques vous ont désigné. Le guide, c'est vous ! »
Bertrand hallucine ! Comment pourrait-il, même secondé par sept compagnons, une sybelle et un vieux magicien, emmener une centaine d'enfants à travers un monde qui lui est parfaitement inconnu, peuplé d'elfes, d'hommes, de nains, de gobelins et de sorciers en tout genre ? Comment les conduire tous sains et saufs, sous peine de rupture de l'Alliance des peuples, au refuge qui les attend, à l'abri des dangers multiples et des guerres ?
Pourtant, il va accepter la mission. Après tout, dans cet univers parallèle, il a peut-être sa place, celle qu'il ne trouve pas sur terre où plus rien ne le retient... Mais la route sera longue, dangereuse, incertaine. Les orcs, les warlx, les elfes noirs, déterminés à reconquérir les Terres du Ponant, les pourchassent sans relâche quand renaît la Légende de l'Élu, celui que le destin a désigné pour mener l'ennemi à sa perte...

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Les Mondes d’Atria de m’avoir permis de lire ce livre, que j’ai bien apprécié dans l’ensemble, même s’il y a quelques éléments qui me dérangent.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite, sans compter que l’intrigue est assez simple en soi, Bertrand doit conduire en sûreté des enfants à travers tout le pays, mais le danger rôde et de nombreuses embûches vont se présenter sur leur chemin. On pourrait résumer avec cette simple phrase pour le moment car c’est ce qui importe le plus. Comme je l’ai dit, j’ai bien apprécié cette histoire, ça se lit, dirons-nous, mais ça n’est pas extraordinaire. L’intrigue tient bien la route, c’est bien mené et on voit où l’auteur veut en venir, peut-être même un petit peu trop. Mais il y a quelques surprises par-ci, par-là qui peuvent rendre le récit plus intéressant.

Ce livre ne révolutionnera pas le genre, il faut l’avouer, si vous avez lu Le Seigneur des anneaux de J.R.R. Tolkien ou bien les livres de David Eddings (notamment La Grande Guerre des dieux), ce livre ne vous surprendra pas plus que ça, parce que ça reste assez classique. D’ailleurs en commençant le livre on rentre le vieux magicien et là j’ai eu un flash de Gandalf, j’entendais même sa voix (celle dans le film hein) lorsqu’il parlait, c’était assez perturbant, mais heureusement c’est vite passé.

J’avoue avoir passé un bon moment, ça n’était pas désagréable à lire, l’écriture de l’auteur est sympathique, simple mais efficace. Je n’ai pas peiné à le lire et je ne me suis pas ennuyée parce que le chemin est semé d’embûches, donc il y a de l’action, des petites batailles, des petits moments de « frayeur » sur le devenir des personnages. Et la fin est juste frustrante, c’est vrai. L’auteur a bien choisi son moment pour arrêter son livre, avec un bon cliffhanger pour donner envie de lire la suite. L’univers est intéressant, il y a différents peuples, différentes créatures, les gentils contre les méchants (je synthétise) mais j’avoue que ça a un côté Seigneur des anneaux très prononcés. Mais après c’est très intriguant parce que le début et la fin du livre sont sur des personnages que l’on ne connaît pas et ça m’a rendu curieuse de savoir qui c’était. La narration est à la 3e personne mais on reste cantonné à Bertrand, on n’en sait pas plus, ça reste focalisé sur lui donc on ne sait pas ce qui se passe du côté des « méchants ». C’est assez intéressant, ça permet de maintenir un peu de suspense.

Même si j’ai aimé dans l’ensemble, pour un fan du genre et qui a déjà lu les grands noms (comme ceux cités au dessus) ça ne plaira pas forcément. En plus c’est de la jeunesse et les travers dû au genre peuvent parfois gêner. Il y a des facilités, ça tombe un peu trop à pique et Bertrand accepte un peu trop facilement ce qui lui arrive. D’ailleurs le début est vraiment très rapide, il rencontre à peine le magicien que deux minutes après (c’est exagéré mais l’idée est là) il accepte, s’en va et prend en charge ce destin qu’il ne veut pas et ne croit même pas. Ceux qui aiment que l’action et les problèmes qui s’en suivent arrivent vite en seront ravis. Mais moi, j’avoue que ça m’a dérangé un peu, je préfère de loin quand on prend son temps et explique les choses pour que ça puisse être cohérent et pas trop facile ensuite.

L’autre chose qui me dérange, en dehors de l’aspect un peu facile parfois (ça reste de la jeunesse donc admettons), c’est le décalage dans les paroles. Je m’explique : Bertrand fait partie de notre monde, il a 21 ans (d’ailleurs parfois j’avais l’impression qu’il était plus jeune, d’autre plus vieux à cause de ses réactions), alors au début il parle normalement, comme nous à la différence d’Arandal (par exemple) qui ne tient pas le même langage. Comme dans toute fantasy qui se passe au Moyen Age ou quelque chose d’ancien, la manière de parler diffère toujours et tant mieux, c’est plus logique. Seulement de temps à autre dans le livre, Bertrand se met à parler de la même manière. Alors certes on pourrait l’expliquer, mais si c’était constant par la suite ça ne serait pas gênant. Hors parfois on retrouve notre langue, et ça fait vraiment bizarre de passer d’une langue moderne à quelque chose de plus ancien.

Comme je l’ai dit un peu plus haut, Bertrand a 21 ans, parfois on peut penser que c’est un gamin peureux, et qu’il fait plus jeune que son âge, à d’autre, on a l’impression d’avoir affaire à un adulte, plus affirmé, plus sage aussi. Ça n’est pas logique, sans compter le fait qu’il ait des connaissances comme chef de guerre et aussi de la carte du monde ! Alors que non ça n’est pas le cas, rien ne nous dit qu’il est réellement capable de tout ça. C’est pour ça aussi que je parle de facilité… Il y a un problème à ce niveau-là.

Pour ce qui est des personnages c’est assez éclectique, certains sont plus sympathique que d’autre, certains plus partisans que d’autres à propos de Bertrand, on a un peu de tout. Du coup certaines tensions peuvent exister et épicer un peu les relations entre personnages. Ils ne manquent pas de courage bien qu’il soit jeune (pour la plupart).

En bref, j’ai passé un bon moment en lisant ce livre, c’était quand même intéressant mais pas extraordinaire non plus, ça reste très classique dans le genre et quand on a lu de grands noms auparavant, ça pourrait paraître fade. Il y a quelques facilités dû au fait que ça soit de la jeunesse et peut-être aussi le parti pris de l’auteur, on l’accepte ou pas. Les personnages sont quand même attachants et sympathiques, même si je trouve qu’il y a des soucis dans le comportement et les paroles, créant ainsi un décalage avec ce qu’on nous dépeint. La fin est assez frustrante donc j’aimerai quand même connaître la suite, je suis curieuse de ce qui pourrait arriver à tout ce beau monde. Ça m’a quand même plu malgré les défauts que j’y ai trouvés.

Commentaires

  1. La couverture est intrigante, mais j'ai tellement de lecture en ce moment que malheureusement, je passerai mon tour ... Mais je continue à dire que la couverture à vraiment un quelque chose pour nous attirer :-) Bonne semaine xox

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est pas mal; classique mais pas mal, tout dépend de ce que tu as lu dans le genre ^^

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Melisande au Studio Harry Potter

Meilleures ennemies de Ruth Fitzgerald (Les petits malheurs d'Emily Sparkes 1)

PALM n°76 [JUIN 2017]