Compte-rendu de la rencontre avec Eléonore Fernaye


Lundi 7 octobre 2013 j’ai eu la chance de rencontrer Eléonore Fernaye, auteur de Scandaleuse Elisabeth, publié chez Milady Romance que je remercie pour m’avoir permis d’y assister.

C’était une rencontre très sympathique, l’auteur était très accessible et charmante et avec sa robe verte et ses chaussures vertes « de princesse » ça faisait un bel ensemble (comme vous pouvez le voir sur les photos). C’était intéressant d’en savoir plus sur elle, sur son roman, sa manière d’écrire, etc. ça permet toujours de voir le roman d’une autre manière (quand on l’a lu avant) ou de donner envie de lire le livre. Voilà d’ailleurs quelques petites informations que j’ai pu noter par-ci, par-là.

Dans la série La Famille D’Arsac, il y aura 3 tomes avec comme point commun (autre que la famille évidemment), un lien entre la France et les Etats Unis. Elle veut toujours que ça soit un roman « franco-américain ». Le 2e se passera à peu près 5 ans après (ça doit tomber lors de la révolution française), et le 3e tome 8 ans après.

Si l’auteur s’appelle Fernaye, c’est en lien avec la ville de Ferney (ville dans laquelle s’était établi Voltaire, Ferney-Voltaire). Scandaleuse Elisabeth est son premier roman, mais elle avait écrit dans sa « jeunesse » deux nouvelles, dont une traite de vampire et l’auteure serait une nouvelle romantique-gothique. Il a été écrit en 4 mois, sachant que ça n’est pas son métier, elle a d’autres activités, notamment correctrice et traductrice. Si l’histoire se passe au XVIIIe siècle c’est parce que ça lui permet d’inclure les Etats Unis dans l’intrigue et parce que la période des Lumières est une période intéressante et pas forcément exploitée.

Elle aime beaucoup la romance même si elle en lisait discrètement parce qu’on n’en lisait pas dans sa famille et que ça n’était pas forcément bien vu. Elle est fan de Julia Queen, Theresa Romain, Sally Mackenzie, Victoria Dahl, Eloïsa James. Elle a découvert la romance historique avec Loretta Chase, Lisa Kleypas. Elle aime davantage la romance historique mais également la romance paranormale dont La confrérie de la dague noire ou Minuit de Lara Adrian ou en urban fantasy Les vampires de Chicago de Chloe Neill. Elle est également fan de Au bonheur des dames d’Emile Zola ou encore de Lady Oscar.

Selon elle, pour avoir une bonne romance il faut avant tout une histoire d’amour fort. La difficulté pour Scandaleuse Elisabeth, c’était de palier entre une héroïne de son temps, avec ses codes et ses limites, et en même temps d’avoir quelqu’un de fort qui transgresse les règles. Le nom d’Arsac vient d’un village / hameau situé au Puy en Velay (Auvergne) et c’était une sorte de pari de l’insérer dans le roman.

Elle a des idées pour une nouvelle série en romance historique, dans une période plus avancée (du type Renaissance) mais pour le moment elle se consacre à celle là. Elle a fait pas mal de recherches, généralement elle travaille sur Word (elle écrit peu à la main, mais surtout par ordinateur) et a une fenêtre internet (Youtube) pour regarder des vidéos de bal de l’époque pour s’inspirer dans les costumes, musique, ambiance, etc. Elle fait un va et vient sans cesse entre les deux. Elle écrit à peu près une page Word par jour, ce qui correspond à un quart d’un chapitre. Il y a beaucoup de va et vient dans l’écriture aussi, elle reprend son texte et cela aussi dépend des remarques qu’elle peut avoir au niveau éditorial. Elle avait une certaine appréhension à l’écriture de la première scène sensuelle (mais je trouve qu’elle s’en est plutôt bien sortie dans l’ensemble).

Ses héros ne lui ressemblent pas, elle a voulu créer quelque chose de totalement différents d’elle, même si parfois elle peut partager des idées, mais dans la manière d’être, etc. ça n’est pas son reflet (ce qui peut être parfois le cas, après tout, on ne connait personne comme on se connait soi même et sans être narcissique pour autant, on met toujours une part de nous dans les personnages que l’on crée). Elle ne sait pas forcément ce qu’elle voulait pour les personnages, pas d’inspiration particulière, mais elle savait ce qu’elle ne voulait pas retrouver en eux en tout cas.

Le seul petit point négatif c’est le lieu en lui-même qui en soi est plutôt bien (un bar à cocktail pour faire simple) mais la lumière tamisée ne permettait pas de bien voir, ce n’est pas forcément agréable de prendre des notes dans le noir et la musique un peu trop forte. Du coup on n’entendait pas forcément ce que disait l’auteur (et elle n’allait pas non plus crier), donc ça n’était pas évident de suivre toute la conversation. Mais en dehors de ça, plus dû au lieu qu’à la rencontre même. Une très belle soirée sympathique, où l’on a d’ailleurs eu un petit cadeau (enfin moi j’en ai eu deux, merci Artemissia !) un superbe masque.


Commentaires

  1. Joli compte rendu. J'aurais aimé pouvoir y participer. Ca sera une prochaine fois.

    RépondreSupprimer
  2. Wow super sympa cette rencontre !!! J'ai adoré lire ton résumé .... J'ai bien hâte de découvrir son roman! Je viens de le gagner justement :-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Melisande au Studio Harry Potter

Meilleures ennemies de Ruth Fitzgerald (Les petits malheurs d'Emily Sparkes 1)

PALM n°76 [JUIN 2017]