Florence de Catherine Cuenca (La Malédiction de la Pierre de Lune 1)

Quatrième de couverture

A quinze ans, Carla voue une véritable passion pour la peinture. Mais au XVe siècle, une jeune fille est destinée à devenir une épouse dévouée et une femme d'intérieur accomplie. En cachette de son oncle Savino Ricci et grâce à la complicité de sa voisine Lena, Carla parvient tant bien que mal à assouvir son amour de l'art. Un jour que les deux amies se rendent à la droguerie pour acheter des pigments, Lena est attirée par un coffret contenant des pierres fines. La jeune fille, dont le mariage arrangé va bientôt l'éloigner de Carla, décide de lui offrir une de ces pierres de lune en cadeau d'adieu. Bientôt, dans les ruelles de Florence, les pas de Carla croisent ceux d'un cavalier ténébreux, un certain Vincenzo Montoni. Dès lors, la jeune fille reçoit des lettres mystérieuses, et d'inquiétantes apparitions commencent à se manifester...

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Gulf Stream de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai beaucoup aimé. Catherine Cuenca est une auteure que je suis assidûment et jusque là, je n’ai jamais été déçue, ce nouveau livre ne déroge pas à la règle.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment complète pour bien comprendre les enjeux, sans spoiler, puisque tout ce qui est évoqué arrive assez vite au début du livre et laisse suffisamment de mystère pour attiser la curiosité.

Ça fait un petit moment que j’attends sa sortie, depuis le Salon de Montreuil 2013 en fait puisque l’auteur m’avait parlé de ce nouveau projet lorsque j’avais été la voir en dédicace. Elle avait à ce moment-là dit 4 mots magiques : Italie, Art (peinture), Magie, Fantastique. C’était tout ce qui pouvait me plaire donc j’avais hâte de lire cette nouvelle série. Et le verdict est très positif.

La plume de Catherine Cuenca est remarquable, ça se lit tout seul, c’est vraiment plaisant et elle a l’art et la manière de raconter les histoires. Elle sait capter son lectorat et cela dès les premiers instants, à chaque fois je regrette d’avoir dévoré aussi vite ses livres, mais en même temps, il ne fait que 250 pages (pour un format poche), donc c’est vite lu.

Nous voici de nouveau plongé dans un univers historique, genre que l’auteur affectionne, et plus précisément au XVe siècle, en Italie. Pour commencer cette série nous sommes à Florence, ville des arts, nous irons ensuite à Rome et le dernier tome à Naples, si je ne me trompe pas. Nous faisons ainsi la découverte de Carla, une jeune fille entière, qui sait ce qu’elle souhaite et est prête à braver les interdits pour assouvir sa passion de la peinture. Mais à cause de cette passion et de son envie de liberté dans une époque où cela ne lui est pas permis, cela va l’entraîner dans une folle aventure où l’imaginaire va prendre le pas.

Cette histoire est prenante et sympathique et promet beaucoup pour la suite. L’intrigue, qu’on la suit avec un réel plaisir, est bonne et bien menée. Ce que j’ai adoré c’est le fait qu’on ne sache pas toujours quoi penser, par rapport à ce qui arrive à Carla. Les personnages nous mènent en bateau et au bout d’un moment on ne sait plus qui croire. Carla va découvrir que les non-dits sont pires que tout, puisqu’ils peuvent causer de nombreux dégâts. Et quand on entend deux sons de cloche, c’est impossible de faire la part des choses, donc méfiance ! Mais c’est ce qui rend ce livre si intéressant et addictif, parce qu’on a envie d’en savoir plus.

J’ai beaucoup aimé Carla, elle est attachante, on comprend son désarroi face à cet oncle qui l’empêche de peindre, de vivre mais à cette époque en même temps, les jeunes filles n’étaient bonnes qu’à devenir des épouses et mères quoi qu’il arrive. Quant à Vincenzo, c’est un jeune homme bien mystérieux dont on ne sait pas grand-chose. Dans un premier temps, Carla va s’en méfier, mais la curiosité est plus forte que tout alors elle va aller à sa rencontre. Elle est loin de se douter des problèmes que cela va engendrer et va se retrouver à faire des choix difficiles.

En bref, un premier tome très intéressant qui m’a bien plu. Un univers qui mêle à la fois l’historique, le fantastique et les arts. Une histoire intéressante et prometteuse avec des personnages hauts en couleur et des plus attachants, même si certains sont mystérieux et nous cachent des choses… Hâte de voir ce qui va se passer à Rome maintenant ! Un livre à découvrir.


En partenariat avec


Commentaires

  1. Je l'ai reçu grâce à toi, il me faut juste maintenant du temps pour m'y plonger. Cela sera donc une série quand je vois ta chronique, je me demandais justement si c'était un one-shot ou pas ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est une trilogie ;) et oui j'ai vu que tu l'avais reçu, c'est super :) bonne lecture !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Les contes du chat perché de Marcel Aymé

La Belle Sauvage de Philip Pullman (La Trilogie de la Poussière 1)

Un jour, je serai pompier de Quentin Gréban

Sans raison apparente de Charlotte Bousquet

Skiddy, mon ami imaginaire de Katherine Applegate