Mémoire fauve de Philippe Will

Quatrième de couverture

Le club de sport s’appelait le «Health club ». Anne – qui le fréquentait assidûment – entendait « Hell’s club ». Des femmes entre deux âges s’y refaisaient plus ou moins une forme. Pour Anne, il ne s’agissait que d’agentes dérisoires missionnées pour l’humilier par un monde méprisable tandis qu’elle-même œuvrait en secret au service d’un monde supérieur. Et puis c’est la crise violente, en plein club. Anne reprend conscience dans un hôpital psychiatrique, soignée pour paranoïa aiguë, apparemment privée de mémoire, réduite à sa fine silhouette et à son rêve, blessé, de toute puissance. Sur cet échiquier, elle se croit la Dame noire en quête d’une mystérieuse Dame blanche, sa rivale. Anne se reconstruit, recherche et retouche son passé qui fut peut-être celui d’une star télévisuelle. Elle se sent manipulée par le thérapeute, à moins qu’elle ne veuille le manipuler, tout comme elle manipule les hôtes du « Pavillon des Dingues », personnages pathétiques ou burlesques. Anne considère son cerveau comme un système informatique dont elle pourrait réinitialiser le logiciel d'exploitation. 

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Alma éditeur de m’avoir permis de lire ce livre, même si je dois dire qu’il me laisse perplexe. C’est un ouvrage assez étrange et je ne sais pas trop quoi en penser.

La 4e de couverture m'avait bien tenté mais une fois qu'on le lit, je ne sais pas, la manière dont s'est fait, c'est plutôt étrange et je n’ai pas totalement adhéré. Pourtant, l'idée est plutôt intéressante en soi, mais par moment tout paraissait confus, on ne voit pas toujours où l’auteur veut en venir. C’est déconcertant, alors qu’au premier abord, ça peut être intéressant dans le sens où ça nous permet de nous poser des questions, d’essayer de comprendre. Mais au bout d’un moment ça devient lassant.

La première partie de ce roman appelé « Période fauve » est assez étrange car justement, c’est là où l’on ne comprend pas trop ce qui se passe, ça paraît confus. Mais, c'est normal puisqu'il s'agit de souvenirs, ceux d'une mémoire déficiente, donc cela s'explique. Sauf qu’une entrée en matière comme ça, ça passe ou ça casse et je dois avouer que pour moi dans un premier temps, ça m’a plutôt refroidi, je me suis demandé où je mettais les pieds. Mais la deuxième partie : « Période blanche » est mieux construite dans le sens où c'est plus linéaire et compréhensible. Cela dit, je dois avouer que cette histoire me laisse de manière générale assez perplexe. Je ne sais pas trop quoi en penser.

Je n’ai pas apprécié les personnages plus que ça, il y a un certain détachement mais cela concorde parfaitement avec le personnage d’Anne, donc ça paraît plutôt logique. J’ai déjà lu des livres où le personnage principal (avec une narration à la première personne comme ici) est amnésique, mais on s’y attache quand même. On a envie comme lui de savoir ce qui a bien pu se passer, tenter d’éclaircir ce mystère. Or ici, il y avait un tel détachement, que je n’ai pas eu spécialement cette envie. Certes, j’étais curieuse de savoir où l’auteur allait nous emmener, mais ça n’était pas grâce au personnage, à la compassion dont je pouvais faire preuve, mais plutôt à cette curiosité et voir quel est l’intérêt de ce livre. Et il est vrai que si je ne m’attache pas vraiment aux personnages, ça n’est pas forcément bon signe pour mon ressenti. J’ai besoin qu’il me fasse ressentir et vivre quelque chose, là ce n’était pas le cas.

Après, je dois reconnaître que l’auteur sait nous embrouiller, on ne sait pas qui manipule qui et les révélations à la fin sont vraiment utiles parce qu’on ne s’attend pas à quelque chose du genre. Mais toutes les réponses ne nous sont pas données et le « A suivre » qui marque la fin de l’ouvrage, tend à penser qu’il y a une suite, mais je ne suis pas certaine de la lire si elle venait à exister parce que je n’ai pas non plus été emballée plus que ça par ce livre.

En revanche, l’écriture de l’auteur est très bonne, agréable à lire et j’ai pu lire cette histoire assez rapidement en grande partie grâce à cela. Si l’écriture n’était pas là, il est clair que ça aurait été une très mauvaise lecture.

En bref, un avis très mitigé sur cette lecture parce qu’il y a des choses intéressantes mais de l’autre c’est très déconcertant, on ne sait pas toujours où l’auteur veut en venir. Les révélations de fin sont une surprise, et j’étais loin de m’imaginer ça, mais ça laisse une porte ouverte pour une suite, que je ne suis pas sûre de lire du fait que je n’ai pas accroché plus que ça. les personnages m’ont laissé assez indifférente donc ça ne passe pas avec moi.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Melisande au Studio Harry Potter

Effroyable porcelaine de Vincent Tassy

Les larmes de l'araignée de Pascaline Nolot