La coupable parfaite de Laura Caldwell (Izzy McNeil 4)

Quatrième de couverture

A Chicago, une femme est accusée d’avoir empoisonné sa meilleure amie dans le but de lui ravir son mari. Aux yeux de la police, la culpabilité de la prévenue ne fait aucun doute. En revanche, pour l’intrépide et brillante avocate Izzy McNeil, qui se lance alors dans sa première affaire pénale, rien n’est moins sûr. Sa cliente a beau se montrer étrangement secrète, Izzy n’est pas du tout convaincue par la thèse du crime passionnel. A tel point qu’elle décide de mener sa propre enquête pour éclaircir les zones d’ombre et découvrir la vérité. Mais ce qui s’annonce comme l’affaire de sa carrière ne pouvait pas tomber plus mal, car la vie personnelle d’Izzy est en plein chambardement : son ex-fiancé fait un retour retentissant alors même qu’elle tente de construire une nouvelle histoire d’amour. Entre sombres secrets et passions inavouables, Izzy plonge peu à peu dans un monde où les relations aux allures inoffensives peuvent se révéler dangereuses…

Mon avis

Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Harlequin de m'avoir permis de lire ce livre que j'ai beaucoup aimé.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite sans pour autant tout dévoiler. Pour une fois, on ne suit pas l'histoire du côté des policiers à proprement parlé mais du côté des avocates dans un tribunal. C'est enrichissant car l’on assiste au procès et comme Izzy était une spécialiste des affaires civiles, son devoir était de savoir qui était le coupable, ce qui est différent des affaires pénales. Du coup, elle va mener son enquête et chercher à en savoir plus pour découvrir la vérité sur cette troublante affaire, mais elle était loin de se douter des vraies raisons de cette mort….

L’écriture est agréable à lire et fluide de sorte qu’on rentre rapidement dans l’histoire. Les pages ont défilée toute seule et si j’ai mis « autant de temps » (4 jours), c’est tout de même un beau petit pavé de plus de 540 pages (en poche). L’intrigue est bonne et bien menée, l’atmosphère y est parfois lourde et pesante car l’épée de Damoclès se trouve au-dessus de la tête de cette femme, alors même que ses deux avocates la croient innocente. Il faut tout faire pour l’acquitter et tous les moyens sont bons pour y parvenir. Le fin mot de l’histoire paraît des plus logiques et pourtant on ne se doute pas de l’ampleur de cette affaire lorsqu’on la découvre. Comme Izzy et Maggie, on doute de l’implication de Valérie, mais peu à peu son comportement laisse à penser autre chose. J’étais pour ma part assez indécise et quand certains éléments s’ajoutent et doivent être pris en compte, on se dit que tout n’est pas clair…

La narration double, d’une part une narration écrite à la 1ere personne du point de vue d’Izzy, d’autre part, un point de vue à la 3e personne dont on ignore l’identité, nous permet d’avoir un certain suspense sur le « véritable coupable ». Mais comme je dis toujours, les apparences sont trompeuses et je l’avoue, je ne m’attendais pas à ça en commençant cette histoire. C’est vraiment bien trouvé et à mesure que les informations nous parviennent, on est en mesure de comprendre ce qui a bien pu se passer et pourquoi l’amie de Valérie est décédée suite à un empoisonnement.

Alors, je tiens à signaler qu’il s’agit ici d’un 4e tome, mais comme dans beaucoup de séries policières, l’enquête ne dépend pas du tout des faits précédents. Là où il y a une suite logique c’est par rapport à sa vie privée, ses relations avec les autres personnages, etc. Donc il n’y a aucun souci pour commencer cette série par ce livre, la seule chose est que si on lit les autres après, il y a des éléments qui seront spoilés. Mais pour cette affaire d’empoisonnement, on comprend parfaitement ce qui se passe, et pour le côté vie privée, il y a des rappels sur les événements passés, notamment entre Izzy et Sam qui ont une importance ici et qui permettent de comprendre pourquoi c’est problématique que Sam revienne dans sa vie.

En tout cas, ce 4e tome m’aura rendu curieuse et même si je sais déjà des choses parce que cela a été répété ici, ça ne m’empêchera pas de lire les autres parce que ça a l’air tout de même intéressant. J’ai tellement passé un bon moment en compagnie d’Izzy, que je ne vais pas bouder mon plaisir à lire les autres.

Le mélange entre vie professionnelle et vie privée est bien fait, j’ai trouvé ça vraiment intéressant car cela ajoute un petit côté plus réaliste. Evidemment, en dehors du travail, tout le monde à des problèmes à gérer au niveau personnel, que ce soit la famille, les amis, les amours, etc. et le moins qu’on puisse dire c’est qu’Izzy a une vie bien compliquée en ce moment !

Izzy est un personnage attachant et sympathique. On sent qu’elle est indécise et en plein doute et on peut aisément comprendre pourquoi, quand l’homme avec lequel on aurait dû se marier revient et annonce de telles choses, il y a de quoi être chamboulé ! Mais elle sait faire la part des choses, surtout entre le travail et la vie personnelle, elle sait être partiale et séparer ces deux aspects-là de sa vie quand c’est nécessaire. Femme forte et indépendante, elle a tout de même ses faiblesses, il faut dire que son histoire personnelle est assez compliquée. Entre sa famille et ses amours, c’est assez chaotique !

En bref, La coupable parfaite est un très bon livre, avec une histoire bien ficelée qui nous fait douter en chaque instant et l’on est loin de s'imaginer la tournure des événements. Les personnages sont intéressants et avec leur statut nous permet de voir les enquêtes policières d’un autre œil puisqu’on suit surtout le procès avec les avocates, mais cela n’empêche pas Izzy d’y mettre son grain de sel, en quête de vérité pour savoir ce qui a vraiment pu se passer. Un livre à lire et une série à découvrir, pour ma part, je vais voir pour me procurer les trois autres tomes.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Melisande au Studio Harry Potter

Meilleures ennemies de Ruth Fitzgerald (Les petits malheurs d'Emily Sparkes 1)

PALM n°76 [JUIN 2017]