Vol 1618 de Bertrand Puard

Quatrième de couverture

« VOL 1618. Lecteurs, lectrices, nous traversons actuellement une zone de turbulence, veuillez regagner votre siège et attacher vos ceintures ! » Le 10 juin 2014, un Airbus A340 reliant Paris à San Francisco disparaît en plein vol. L’émoi est considérable, autant en France qu’aux États-Unis. Lorsque l’équipage et les passagers sont retrouvés quelques heures plus tard, incapables de se souvenir de ce qui leur est arrivé, les enquêteurs se voient confrontés à la disparition de 4 passagers et autres mystères. Des mystères que certaines personnes hauts placées feront tout pour ne pas ébruiter…

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Hachette de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai bien apprécié même si j’ai eu un sentiment de trop peu.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que les événements arrivent assez vite et que l’on sait à quoi s’en tenir. L’écriture de l’auteur est toujours aussi agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre rapidement dans l’histoire. Je n’ai pas vu les pages défilées tant j’étais plongée dedans avec l’envie d’en savoir plus.

L’intrigue est bonne et bien menée, nous avons dans un prologue des éléments importants et le reste du récit se compose avec des flash back. Nous suivons l’intrigue et repartons quelques heures avant pour découvrir ce qui est arrivé à différents protagonistes. J’ai trouvé ce principe intéressant ça permet d’avoir plus de suspense et aussi de comprendre ce qui est arrivé à chacun d’eux jusqu’au fin mot de l’histoire où l’on sait pourquoi ils ont été réunis dans ce même avion, à cet instant précis. Je n’aurai jamais pensé à ça et il faut avouer que c’était bien trouvé.

Je dois avouer que je n’ai pas autant adhéré qu’à la série principale Les Effacés. Comme je l’ai dit en introduction brièvement, j’ai un sentiment de trop peu. L’auteur m’ayant habitué à quelque chose de plus consistant et haletant avec des retournements de situations qui m’ont laissé plus d’une fois pantelante. Si on ne connait pas Les Effacés, cela pourrait être décevant parce que cela peut paraître trop simple avec un dénouement précipité. Ayant lu et adoré (le mot est faible) la série ; je trouve que Vol 1618 permet d’avoir une conclusion à la série. C’est un petit bonus pour savoir ce qui s’est passé après la saga et du devenir de certains personnages. Ça a donc été avec plaisir de retrouver cet univers et ces personnages que j’avais tant adoré. C’était plutôt intéressant et j’ai bien aimé mais voilà, j’en aurai voulu plus et quelque chose d’un peu plus spectaculaire parce que j’ai connu mieux.

Les personnages sont intéressants, ils participent à un dessein dont ils ignorent tout. on s’attache à eux et comme eux, on ne comprend pas bien ce qui se passe. Mais il est vrai que j’ai passé trop peu de temps avec eux pour en dire plus, c’est un épisode furtif par rapport à la série, on n’a pas vraiment le temps de les connaître en profondeur. Mais ils jouent leur rôle et ils m’ont fait tout de même passés un bon moment.

En bref, voici un livre qui pourra plaire davantage aux fans de la série Les Effacés car à lire seul, sans compter les spoilers, cela pourrait donner un sentiment de trop peu. L’intrigue est tout de même bonne et bien menée et j’ai retrouvé avec plaisir l’univers de la saga qui m’avait tant plu.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'héritière de Bellecombe de Liz Carlyle

Les contes du chat perché de Marcel Aymé