Refuges d'Annelise Heurtier

Quatrième de couverture

Mila, une jeune italienne, revient sur l'île paradisiaque de son enfance, espérant y dissiper le mal-être qui l'assaille depuis un drame familial.
Très vite, d'autres voix se mêlent à la sienne. Huit voix venues de l'autre côté de la Méditerranée qui crient leur détresse, leur rage et la force de leurs espérances.

Mon avis

C’est le deuxième livre que je lis de l’auteur, après Là où naissent les nuages qui m’avait beaucoup plu. C’était plein de sensibilité, cette jeune fille en quête d’identité sur fond d’humanitaire au fond de la Mongolie, avec un message fort sur notre société actuelle et les problèmes qui peuvent exister dans le monde.

Avec Refuges, l’auteur nous confronte à une autre réalité, bien plus affreuse, celle de clandestins qui fuient leur pays pour diverses raisons mais avec une seule chose en tête : avoir une vie meilleure en Europe. Pour cela ils sont prêts à tout, payer des fortunes et risquer leur vie pour avoir la chance d’y parvenir. Leur voyage les mène bien souvent à Lampedusa, sur les côtes italiennes.

L’histoire est partagée entre plusieurs voix, tout d’abord avec une narration à la 3e personne où nous suivons Mila, une jeune italienne dont la vie a été bouleversée suite à la mort de son petit frère alors qu’il n’était qu’un nourrisson. Cela a profondément changé sa manière de vivre et surtout ses parents qui ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes. Elle cherche sa place dans cette nouvelle famille suite à ce drame et elle espère que ses « vacances » à Lampedusa puissent l’aider. En dehors de cela, nous entendons la voix de différents adolescents, de clandestins qui cherchent à fuir leur pays coûte que coûte à cause de la misère et la dictature. A travers ces récits nous voyons toute leur rage face à leur situation mais aussi leurs espoirs, celle d’un avenir meilleur, ailleurs, en Europe.

C’est un livre très touchant qui ne peut pas nous laisser indifférent. Il est évident que c’est un vrai problème, que ces clandestins soient obligés de fuir à cause des conditions de vie et parce qu’ils ne voient aucun avenir chez eux. Et de l’autre côté, c’est un problème pour l’Italie qui se voit accueillir de plus en plus de gens mais qui ne peut pas tous les prendre en son sein. D’où cette loi qui interdisait aux gens, notamment aux pêcheurs de leur porter secours sans quoi ils pourraient aller en prison. Mais ce n’est pas humain, on ne peut pas décemment laisser des gens mourir parce qu’on n’en veut pas.

Des solutions doivent être trouvées. L’auteur n’en donne pas, et ce n’est pas spécialement son rôle non plus ici mais plutôt de montrer que de telles choses existent, d’en faire prendre conscience. Ce qui est le cas de Mila qui ignorait tout de ces problèmes et qui va les découvrir grâce à Paola, et plus encore…

Une note de l’auteur à la fin de l’ouvrage rappel les faits passés en 2013 où bon nombre de gens ont trouvé la mort près des côtes de Lampedusa, dont on a pu reparler en ce début d’année 2015. Ce n’est pas un fait nouveau, cela dure depuis au moins les années 90.

En bref, Refuges est un roman touchant fort et poignant qui permet de mettre en avant une affreuse réalité, celle de la fuite d’un pays à cause de ce qui s’y passe. C’est également le récit d’une traversée qu’ils doivent endurer dans le but d’une vie nouvelle, sans avoir tout à fait la garantie d’arriver à bon port sain et sauf. Mais une fois sur place, pourront-ils vraiment trouver ce qu’ils sont venus chercher ?

En Partenariat avec

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'héritière de Bellecombe de Liz Carlyle

Les contes du chat perché de Marcel Aymé