Courtney Crumrin - Intégrale 1 de Ted Naifeh (Courtney Crumrin 1-3)

Quatrième de couverture

Courtney Crumrin déménage. Et on ne peut pas dire que cela lui fasse plaisir…
Après avoir vécu pendant des années au-dessus de leurs moyens, son père et sa mère ont engin trouvé une solution à leurs difficultés financières. Ils partent en banlieue, dans la maison d’un parent fortuné, le Professeur Aloysius Crumrin. L’immense manoir victorien du vieux Crumrin ne détonne pas dans le quartier huppé de Hillsbourg. Pourtant, Courtney va bientôt découvrir que l’oncle Aloysius est aussi doté d’une sinistre réputation et que d’étranges rumeurs courent sur lui et sa maison.
Alors que cet arrangement offre à ses parents l’illusion d’une ascension sociale tant désirée, Courtney a plutôt l’impression d’atterrir en pleine cauchemar : elle est malmenée par ses camarades de classe plus aisés… Et comme si ça ne suffisait pas, le vieux manoir poussiéreux semble abriter des créatures encore plus étranges que son père, sa mère ou l’oncle Aloysius !

Mon avis

Voici une BD qu’une de mes collègues ne cesse de me parler pour que je la lise. J’ai fini par l’écouter et je dois dire que je ne le regrette pas. Même si je ne suis peut-être pas aussi fan qu’elle, Courtney Crumrin reste une histoire très intéressante que je vous invite aussi à découvrir.

Cette première intégrale rassemble les 3 premiers volumes de la série (il y en a 6 en tout) et je dois dire que c’est plus agréable d’avoir tout sous la main puisque c’est assez addictif. On a toujours envie de savoir ce qui va arriver à notre chère Courtney. Les pages défilent assez aisément même si cette intégrale ne se lit pas en 5 minutes. En effet, il s’agit d’une BD assez épaisse et de très grand format mais c’est tellement prenant qu’au final ce n’est pas dérangeant, juste que j’ai mis un peu plus de temps que prévu. De plus, je ne pouvais que la lire le soir, le format m’empêchant de le prendre dans les transports en commun. Mais une fois lancée dedans, j’en ai lu les ¾ en une soirée - nuit et l’ai terminé ce matin en un rien de temps vu ce qu’il me restait.

Bref, je vais maintenant parler davantage de l’histoire dont je ne ferai pas de résumé, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit sans spoiler ce qu’on va y découvrir. De plus, je n’ai pas envie de tout dévoiler en amont, il faut bien garder une part de mystères et se laisser totalement emporter par l’univers de Ted Naifeh qui est assez particulier mais très intéressant. Il est riche et nous entraîne dans un monde avec toutes sortes de créatures fantastiques. Au fur et à mesure des pages, on en comprend toute la complexité et les règles qui le régissent. C’est assez mystérieux, on ne nous dévoile tout ça que par petite touche et on voit une belle évolution à travers les 3 premiers tomes où l’on va rentrer un peu plus dans l’aspect fantastique, ce qui n’était pas pour me déplaire.

Il est clair que quelque chose cloche dans cette maison mais aussi chez cet oncle taciturne et renfermé. Toutes sortes de suppositions sont faites, mais les gens, tout comme Courtney, sont loin d’imaginer la réalité. Pourtant, lorsqu’elle commence à comprendre ce qui se passe et à découvrir les secrets de ce mystérieux oncle, il nous apparaît comme plus sympathique, bien plus que ses parents qui semblent complètement à l’ouest. Tout un univers s’ouvre alors à Courtney qui va prendre les choses en main et peut-être un peu trop par moment…

Pour chacune des trois histoires que j’ai donc lu d’affilée, l’intrigue est vraiment bonne et bien menée. À chaque fois c’est vraiment prenant, on se laisse totalement embarquer par les événements qui arrivent assez vite de sorte que l’on n’ait pas le temps de s’ennuyer. Vu l’épaisseur du livre c’est une très bonne chose, sinon ce serait vraiment pesant de ce lancer dans une telle aventure s’il ne se passait rien. Ce n’est pas le cas, donc tout va bien, comme je l’ai dit, tout ce lit très vite et plus ou moins vite en fonction de notre rythme de lecture.

Courtney n’est pas une héroïne comme les autres, pas le genre de fille gentille et mignonne qui reste bien à sa place. Non, bien au contraire, elle n’a pas la langue dans sa poche, elle a un fort caractère, plutôt indépendante, même si sa solitude lui pèse de plus en plus. Elle n’arrive pas à trouver sa place dans cette nouvelle ville, avec ces gosses de riches mais elle trouvera d’autres « amis » pour le moins surprenant… Elle reste néanmoins attachante et sympathique et on a envie de la voir évoluer dans cette nouvelle vie.

L’univers est assez sombre et gothique et le dessin en noir et blanc reflète bien cette atmosphère et l’accentue. J’ai eu un petit peu de mal au début mais on s’y fait peu à peu. La seule BD noir et blanc que j’ai lu c’était Freaks’ Squeele mais le dessin me plaisait davantage. Pourtant j’ai déjà lu une autre BD de Ted Naifeh : Princesse Ugg (que j’avais beaucoup aimé) mais c’était en couleur du coup cela rend le trait assez différent et j’avais plus accroché. Pour Courtney Crumrin c’est un graphisme assez dur avec des traits vraiment marqués. Voici une planche pour vous donner une idée du contenu et de l’atmosphère qui s’en dégage.


En bref, Courtney Crumrin est donc une belle découverte même si j’ai eu un peu de mal au début avec le dessin, finalement il s’inscrit bien avec l’atmosphère de l’histoire qui est vraiment prenante et intéressante. C’est un univers assez riche et complexe avec créatures fantastiques, magie, tout pour me plaire. Je suis assez curieuse de découvrir ce qui va arriver à notre héroïne qui casse un peu les codes du héros justement, héroïne un peu « badass » qui n’en reste pas moins attachante. Une série à découvrir !

Livres lus :
Tome 1 : Courtney Crumrin et Les Choses de la nuit
Tome 2 : Courtney Crumrin et l'Assemblée des sorciers
Tome 3 : Courtney Crumrin et  le Royaume de l'ombre.

Commentaires

  1. Ah, une nouvelle conquise, je suis contente :) Moi aussi j'adore cette série, donc j'aime quand un nouveau lecteur rejoint le clan. J'ai lu moi aussi en N&B (et les possède ainsi) : récemment, ils ont été colorisés et bien je ne trouve pas ça réussi. L'atmosphère n'est pas aussi oppressante et les traits ne prennent pas toute leur ampleur (visages anguleux, clair obscur, etc.)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

L'héritière de Bellecombe de Liz Carlyle

Les contes du chat perché de Marcel Aymé