Des mensonges dans nos têtes de Robin Talley

Quatrième de couverture

Deux jeunes filles vont braver leur entourage respectif pour vivre librement.
Les filles sont faites pour se marier… Les Noirs et les Blancs ne doivent pas se mélanger… Une fille ne doit pas embrasser une autre fille… Linda ne doit pas aimer Sarah.
Rien que des mensonges?
1959, en Virginie. C’est l’histoire de deux filles qui croient qu’elles se détestent — parce qu’elles n’ont pas la même couleur de peau et qu’elles ne sont pas nées du même côté.
C’est l’histoire de Sarah et Linda qui croient qu’elles se détestent… mais c’est aussi l’histoire de l’année où tout va changer — parce que les mensonges des autres vont voler en éclats et que les vies, les cœurs de Sarah et Linda vont s’en trouver bouleversés pour toujours…

Mon avis

Secret Forbidden World a lu ce livre en VO et m’en avait parlé et je dois dire qu’elle m’avait donné envie de le découvrir donc c’est en lui faisant totalement confiance que je me suis lancée dans cette lecture et je dois dire que je ne regrette absolument pas parce que ce livre est vraiment superbe. Je vous le conseille car il permet de revenir sur un point d’Histoire qui a changé beaucoup de choses et quand on voit ce qui se passe à l’heure actuelle, ça ne fait jamais de mal d’être confronté à certaines réalités.

Des mensonges dans nos têtes traite de deux sujets bien particulier, l’un plus que l’autre d’ailleurs mais Robin Talley amène tout en subtilité le deuxième. Ce livre traite en premier lieu de la ségrégation ou plutôt de l’intégration des Noirs au sein de la communauté Blanche. Nous suivons ici une dizaine d’adolescents Noirs qui vont pour la première fois, faire leur rentrée dans un lycée Blanc. Comme on peut s’y attendre, cette intégration va être difficile mais elle aura tout de même lieu.

L’histoire est découpée en plusieurs parties où dans chacune d’elle nous suivons tour à tour Sarah, la fille Noire en tant que narratrice puis Linda, la fille Blanche. Dès les premières pages le ton est donné et l’on suit l’entrée au lycée de Sarah, la gorge nouée, la peur au ventre. Robin Talley, à travers son écriture, arrive à nous faire ressentir divers sentiments. Elle nous plonge au début dans la peur et je dois vous dire que ça fait froid dans le dos quand on voit le comportement des Blancs. On se demande à chaque instant comment Sarah fait pour continuer sans s’effondrer car son calvaire et celui des autres va se poursuivre durant toute l’année scolaire.

Puis lorsque nous découvrons Linda en narratrice, j’avoue que c’est la colère qui a pris place. Quand on voit toute la haine versée envers ces Noirs, le dégoût d’être en leur compagnie, d’être vu avec eux, etc. L’atmosphère est lourde et pesante,  on ne peut qu’être en colère car Sarah et les autres élèves sont catalogués comme Noirs, comme incapables et responsables de tous les maux, et même si les problèmes viennent des Blancs, c’est toujours la faute des Noirs… Dans un premier temps, c’est dur de la comprendre et de s’attacher à elle, j’avais de la peine pour Sarah qui devait subir tout ça. Mais au fur et à mesure on se rend compte que Linda n’est au fond pas méchante, loin de là même mais qu’il est difficile pour elle de s’éloigner des préjugés dans lesquels elle a toujours vécu.

Durant une bonne partie du livre, Sarah pousse Linda dans ses retranchements, deux filles qui se détestent – en apparence car on voit bien l’évolution au fur et à mesure et le besoin pour les deux jeunes filles d’être ensemble – et qui veulent faire admettre à l’autre ses idées. Mais il faut dire que les arguments de Sarah sont plus convaincants que ceux de Linda qui voit bien que son discours ne tient pas la route.

Mais en même temps, on ne peut pas en vouloir à Linda de se raccrocher à ce qu’elle prenait pour acquis et comme vérité quand toute sa vie on la façonne pour penser d’une certaine manière. C’est difficile d’admettre que l’on a tort et que tout ce qu’on croit savoir est faux. Mais Sarah va ouvrir les yeux de Linda et lui montrer son point de vue, sa situation et Linda n’est pas aveugle au point d’ignorer ce qui se passe au lycée ou même en dehors : racisme à cause d’une couleur de peau et des préjugés qui vont avec.

J’ai trouvé subtile la manière dont Robin Talley fait évoluer ses personnages, notamment Linda qui est celle qui change le plus, même si Sarah n’est pas en reste car elle s’affirme et prend sur elle, non pas pour subir les insultes mais pour garder la tête haute et confirmer ses choix.

L’homosexualité est le deuxième thème de ce livre mais il apparaît de manière beaucoup plus diffuse. On voit bien que Sarah ressent des choses qu’il ne faudrait pas, elle l’évoque sans toutefois le dire, sans jamais oser poser un nom dessus car cela voudrait dire que c’est réel et elle sait que c’est « mal ». La relation entre Sarah et Linda évoluent énormément et à ce niveau-là, cela se fait vraiment petit à petit car si Sarah sait plus ou moins qu’elle est plus attirée par les filles que les garçons, Linda le nie davantage et c’est compliqué.

En passant d’un point de vue à l’autre, on voit bien que Linda n’est pas mauvaise mais entre l’image qu’elle veut montrer et ce qu’elle ressent véritablement il y a un gouffre et fait des mauvais choix, pour se faire bien voir, rester à sa place. J’étais frustrée de la voir se comporter comme une garce quand intérieurement elle pense tout autre chose. On a envie de la secouer et de la faire réagir, de la même manière que Sarah qui au fond sait qu’elle n’est pas comme les autres Blancs.

En bref, Des mensonges dans nos têtes est un roman que je vous conseille fortement. C’est une belle histoire qui traite de l’intégration des Noirs parmi les Blancs à la fin des années 50 aux USA. Mais cela évoque également l’homosexualité qui est vue comme quelque chose d’anormal qu’il faut cacher et dont nos héroïnes ne savent même pas mettre un mot dessus tant c’est tabou. Le premier sujet est davantage au cœur de l’histoire mais le deuxième a aussi son importance et du fait du contexte c’est d’autant plus difficile d’établir ce genre de relation. Un livre touchant qui fait réfléchir.

En partenariat avec


Un livre écrit par et/ou parlant d’une 
personne issue de la communauté LGBTQIA

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'héritière de Bellecombe de Liz Carlyle

Les contes du chat perché de Marcel Aymé