Les Sous-vivants de Johan Heliot

Quatrième de couverture

L’humanité, devenue stérile, a presque disparu de la surface de la Terre. Dans un Paris en ruines envahi par la forêt, de petites tribus survivent tant bien que mal. Le jour, leurs membres doivent affronter une chaleur étouffante ; la nuit, un ennemi plus implacable encore : les ferhoms, étranges robots qui enlèvent les adultes et les emportent vers une mystérieuse destination. Comment naissent les enfants qui peuplent les tribus ? Personne ne le sait... 
Quand son père est à son tour capturé, Soria part à sa recherche avec son meilleur ami. Ensemble, ils découvriront un peuple caché dans les entrailles de la Terre, les Purs, et l’incroyable secret de leurs origines.

Mon avis

J’ai déjà pu lire deux séries de Johan Heliot (Les Substituts et Ciel) et je dois dire que j’aime beaucoup les univers qu’il crée ainsi que son écriture. C’est donc tout naturellement que je me suis penchée sur son nouveau livre : Les Sous-vivants. C’est un roman intéressant, pas tout à fait ce à quoi je m’attendais mais qui nous offre un univers assez intriguant qui, comme pour ces deux précédentes séries est loin d’être idéal et cache de nombreux secrets.

L’écriture de l’auteur est toujours aussi sympathique et agréable à lire. Une fois rentrée dans l’histoire, les pages ont défilé toutes seules sans que je ne m’en rende compte et le tout a été lu très rapidement. Mais je vous avoue que la mise en route a été un peu plus difficile que lors de ces deux précédentes séries. Sûrement dû à la fatigue, j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire car nous sommes vraiment plongés au cœur de l’univers sans en connaître tout à fait les codes, il m’a fallu un petit moment d’adaptation. Mais comme je l’ai dit, la fatigue n’a pas dû aider car passer quelques pages, j’ai pu dévorer ce livre sans problème.

La narration est triple, ce qui ne m’a peut-être pas bien servi dans un premier temps, le temps de comprendre qui était qui. Nous découvrons d’un côté ceux qui vivent « en haut » à la surface de la Terre dans des conditions difficiles et avec ses propres codes entre les clans, avec le personnage de Soria. D’un autre côté nous avons ceux « d’en bas » qui eux aussi vivent d’une autre manière, les « Purs » qui ont aussi une mission bien particulière, avec le personnage de Tigdal. Entre ces deux narrations nous avons des interludes intitulées « Le racontar de Selim » qui nous permet d’en apprendre plus sur l’univers dans lequel nous évoluons.

Cette alternance de points de vue est intéressante car elle nous permet de mieux appréhender les personnages que nous rencontrons mais aussi de voir la différence de vie entre ceux d’en haut et ceux d’en bas. C’est vraiment deux mondes qui coexistent mais dont chacun ignore tout du mode de vie et ses implications de l’autre. Et on se rend compte de la richesse de l’univers créé par Johan Heliot, je vous avoue que je ne m’attendais pas du tout à cela en commençant ce livre. Petit à petit Johan Heliot nous fait prendre conscience du monde dans lequel nous évoluons, quelles sont les implications et secrets qui le régissent. Je vous avoue que je ne m’attendais pas du tout à de telles révélations. C’est assez original dans le genre.

L’intrigue est bonne et bien menée. L’action arrive dès les premières pages même si la disparition du père de Soria et sa recherche arrivent plus ou moins tardivement. Néanmoins, à partir de cet instant, tout va s’enchaîner très vite et l’on voit les implications de chacun, leurs actions pour tenter de le sauver, ainsi que son ami. La fin reste ouverte, on pourrait imaginer une suite mais je doute qu’il y en ait une. Après, elle n’est pas non plus trop ouverte, un peu dans le même genre que celle de De l’autre côté du mur de Agnès Marot ou encore Un monde pour Clara de Jean-Luc Marcastel. Cela reste ouvert mais peut faire une bonne fin.

Quant aux personnages, ils sont plutôt attachants dans le genre, que ce soit Soria, jeune fille au fort caractère qui est prête à tout pour sauver les siens ou encore Tigdal, plus frêle mais qui fait preuve de courage et de bon sens lorsque c’est nécessaire. Deux personnalités très différentes l’une de l’autre et qui pourtant vont être près à tout pour découvrir la vérité.

En bref, Les Sous-vivants est un roman assez intéressant, pas tout à fait ce à quoi je m’attendais avec une telle quatrième de couverture. Néanmoins j’ai pris plaisir à découvrir cet univers qui est assez atypique avec son lot de secrets et de problèmes. L’intrigue est bonne et bien menée avec son lot d’action, de problèmes et de révélation qui en font une histoire assez soutenue et dense. Une fin ouverte mais qui ne gâche rien, donc je vous invite à découvrir ce livre.

Commentaires

  1. Un roman que j'aimerai bcp découvrir :D !

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cette chronique. Je l'ai lu dans le cadre de la masse critique Babelio. Je l'ai apprécié mais je ne savais pas ce qui me gênait et comme tu le dis on ne s'attend pas à ça du tout quand on lit le résumé. Mais ça reste pas mal et comme toi j'ai eu du mal à m'y mettre.
    Bref, je suis entièrement d'accord avec toi.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

L'héritière de Bellecombe de Liz Carlyle

Les contes du chat perché de Marcel Aymé