Je suis ton soleil de Marie Pavlenko

Quatrième de couverture

Déborah démarre son année de terminale sans une paire de chaussures, rapport à Isidore le chien-clochard qui s’acharne à les dévorer. Mais ce n’est pas le pire, non.
Le pire est-ce sa mère qui se met à découper frénétiquement des magazines, ou son père au bras d’une inconnue aux longs cheveux bouclés ?
Le bac est en ligne de mire, et il va falloir de l’aide, des amis, du courage et beaucoup d’humour à Déborah pour percer les nuages, comme un soleil.

Mon avis

Je suis ton soleil est le nouveau roman de Marie Pavlenko qui paraît ce jour : le 8 mars 2017. Pour ma part, ça sera mon premier de l’auteur, même si j’ai le 1er tome du Livre de Saskia dans ma PAL depuis pas mal de temps et depuis peu La Fille-Sortilège à lire. C’est donc la découverte d’un auteur pour moi et elle a été très bonne. J’ai d’autant plus hâte de découvrir ses autres romans déjà dans ma PAL car ce qu’elle m’a proposé ici m’a bien convaincu.

L’intrigue est simple en soi mais bien menée et c’est vraiment très efficace. Ce n’est pas un livre avec de l’action en soi, pas comme dans Le suivant sur la liste qui est un thriller pour ado mais ce n’est pas pour ça qu’il ne se passe rien. Mais il faut savoir que c’est avec une certaine lenteur mais cela reste très prenant. J’avais envie de savoir à tout instant ce qui allait lui arriver et de voir ce dénouement auquel je ne m’attendais pas du tout. Comme quoi, il est des choses qui finissent toujours par ressurgir un jour où l’autre, rien ne peut être caché et enfoui.

Je suis ton soleil est un roman prenant et intéressant par les sujets qu’il aborde. Il s’agit d’un roman sur l’adolescence avec tout ce que cela comporte, les amis, les amours, les emmerdes, si on peut les résumer ainsi. Je trouve que cette simple phrase évoque tellement de choses ! On suit donc Déborah, 17 ans, lycéenne qui va passer son bac à la fin de l’année. On la voit dans son quotidien avec ses parents qui, il faut le dire sont assez particulier, surtout sa mère qui se met à découper des magazines et qui durant certaines périodes s’en va en voyage. Et puis on la voit au lycée avec ses amis, son béguin pour Victor… et évidemment cette année va être riche en événement pour la jeune adolescente.

Mais c’est bien plus que ça, c’est un roman aussi sur la famille, sur ce qu’elle peut traverser au cours d’une vie, il y a tant de choses qui se passent dans la vie de Déborah. On rit, on pleure, on souffre avec elle mais surtout on a l’espoir d’un mieux. On ne peut pas rester indifférent à ce qui lui arrive, elle qui doit porter un certain nombre de choses sur ses frêles épaules et pourtant… Elle peut être parfois fragile, elle reste une adolescente mais elle a un tel courage d’affronter tout cela. Elle semble plus mature qu’elle ne l’est finalement et cela permet de voir la future adulte qu’elle peut devenir. Heureusement qu’elle n’est pas seule, elle peut compter sur « Mygale-man » ainsi que Victor qui vont la soutenir durant cette année pas comme les autres.

Déborah est la narratrice et elle a un humour assez décapant. Malgré les sujets qui sont parfois abordés, ce livre est plein de fraîcheur et de sarcasme. Un mélange assez étonnant qui fonctionne bien et permet d’avoir une histoire vraiment prenante et intéressante, à différents niveaux. Déborah est un personnage que l’on ne peut qu’apprécier et compatir face à ce qu’elle ressent. Tous nos sens sont en alerte et j’avoue avoir eu plus d’une fois le cœur serrée et de me mettre à sa place, de ressentir tout comme elle. L’ascenseur émotionnel, vous connaissez ? J’ai eu cette sensation en permanence et ça, ça montre tout le talent de l’auteur, à nous captiver et ce, dès les premières pages.

En bref, Je suis ton soleil est un roman que j’ai beaucoup aimé découvrir. Les sujets abordés sont très intéressants et bien amenés. Il s’agit d’un roman sur l’adolescence avec tout ce qui va avec : les amis, les amours, les emmerdes mais c’est bien plus que ça. C’est un récit de vie, que l’on peut tous connaître à un moment ou à un autre. On peut totalement se reconnaître en Déborah et sa famille et y trouver un certain réconfort car même s’il y a des bas, il y a toujours des hauts. On peut toujours remonter lorsqu’on est allé au plus bas… Un roman plein d’espoir que je vous invite à découvrir !


En Partenariat avec

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Melisande au Studio Harry Potter

Effroyable porcelaine de Vincent Tassy

Les larmes de l'araignée de Pascaline Nolot