Rechercher dans ce blog

Nos vies en l’air de Manon Fargetton

Quatrième de couverture

Mina et Océan. Ces deux-là se rencontrent par hasard ce soir sur le toit-terrasse d’un immeuble. Ils ont choisi le même spot pour en finir. Ils décident de s’accorder la nuit pour faire, ensemble… tout ce qui leur passe par la tête, en se disant toujours la vérité. Où cela va-t-il les entraîner ?

Mon avis

Nos vies en l’air est le nouveau roman de Manon Fargetton. Je n’ai pas encore lu beaucoup de livres de l’auteur, essentiellement la série des Plieurs de temps que j’avais beaucoup aimé, tant pour l’histoire, que les messages ou encore la plume de l’auteur. Une fois encore, elle m’a totalement conquise par cette histoire dure.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent rapidement pour s’en rendre compte. Le livre se dévore en un rien de temps, on est happé dès les premières lignes et on a envie de savoir ce qui va arriver à Mina et Océan. Je l’ai lu dans la journée, le temps d’un aller-retour au boulot tant j’étais curieuse de savoir où l’auteur allait nous emmener, et je n’ai pas été déçue du voyage, même si mon cœur a eu quelques ratés en cours de route.

La narration est double, on suit par alternance les points de vue de Mina et Océan, ainsi que des moments de leur passé ce qui nous permet de mieux comprendre comment ils ont pu en arriver à cet extrême : au suicide. Et le moins que l’on puisse dire c’est que la manière de faire est plutôt radicale puisque les deux protagonistes choisissent de monter sur le toit d’un immeuble pour en finir. Un hasard qui va les faire se rencontrer et leur permettre de vivre ensemble leur dernière nuit.

Une dernière nuit de folie où tout est possible ?

La plume de Manon Fargetton est telle que l’on peut parfaitement se mettre à la place de Mina et Océan, on comprend ce qu’ils ressentent et on ne peut que compatir face à leur souffrance. Si Océan semble insensible et vraiment prêt à aller au bout de sa démarche, Mina on peut en douter. Et puis, au fur et à mesure de l’histoire, notre conviction peut changer, ils vont nous faire douter et la fin pourrait nous surprendre. J’avoue que je ne m’attendais pas à une telle fin, qui reste en plus un peu ouverte. Toutes nos questions ne trouvent pas réponses ce qui est un peu frustrant et en même temps, est-ce vraiment nécessaire de le savoir ?

Le thème abordé est dur mais l’auteur parvient à trouver les mots pour exprimer cette souffrance, pour montrer que les limites sont atteintes et que c’est un point de non retour. Mais est-ce vraiment le cas ici ? C’est une histoire touchante et dure à la fois mais qui est d’une extrême justesse aussi je pense. Elle mérite d’être lue et donner matière à réfléchir aussi.

Les personnages sont attachants et sympathiques et tout le long de notre lecture, on espère que tout aille pour le mieux, qu’ils vont revenir sur leur décision qui semble être pourtant définitive. Pour eux, ce n’est qu’une nuit pour profiter de faire tout ce qu’ils veulent. Le fait que ce soit deux étrangers libèrent la parole, il y a tellement de non-dits et de secrets qui les ont poussés tous les deux à en venir à cette extrémité. Ce n’est jamais bon de tout garder pour soi, mais ce n’est pas toujours facile d’aborder certains sujets avec ses proches, on le voit clairement ici. Des personnages crédibles et humains qui ne peuvent que nous toucher et nous faire vivre pleinement cette nuit pleine de folie et d’adrénaline. Même si j’avoue qu’à certains moments j’ai eu quelques sueurs froides quand même…

En bref, Nos vies en l’air est un roman qui ne peut pas laisser indifférent. L’auteur aborde le mal être adolescent que l’on peut tous ressentir à un moment ou à un autre, mais il est vrai que pour Mina et Océan ont un parcours assez compliqué et on peut comprendre qu’ils en arrivent à de tels extrêmes. Mais durant cette nuit où tout simple possible, où ils sont invincibles, cette rencontre risque de changer quelque chose en eux. Je n’ai pas la sensation que cette chronique rende vraiment honneur au livre, mais quoi qu’il en soit, n’hésitez pas à lire ce livre, il en vaut vraiment la peine !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande.
Veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***