Chère Fubuki Katana d'Annelise Heurtier

Quatrième de couverture

Au lycée ou même chez soi, quand on vit au Japon, on n’étale pas ses problèmes.
Pourtant, Emi aurait beaucoup à dire : le harcèlement qu’elle subit, l’attitude de ses parents... et surtout cette culpabilité qu’elle essaie d’enfouir depuis plusieurs mois.
Emi ne se confie jamais. Elle se réfugie dans ses mangas et fait semblant que tout va bien.
Jusqu’à ce qu’une rencontre lui donne envie de s’ouvrir enfin.
Mais à qui peut-on se fier dans une société où les apparences peuvent l’emporter sur la vérité ?

Mon avis

Chère Fubuki Katana est le nouveau roman d’Annelise Heurtier, une autrice dont j’apprécie les écrits donc je n’ai pas hésité un seul instant avant de me lancer dans cette lecture que j’ai bien appréciée. C’est assez différent des autres romans que j’ai pu lire mais c’était une lecture intéressante qui abordent de nombreux sujets.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. On suit donc l’histoire d’Emi, cette lycéenne plutôt solitaire qui est victime de harcèlement. Mais elle se tait, n’en fait pas part à ses parents.

Dans une société où l’on doit faire preuve de pudeur en toute circonstance, ne pas parler de ses sentiments et de penser plus au groupe qu’à l’individualité, ce n’est pas tout le temps évident de trouver sa place. Mais lorsqu’Emi va faire la rencontre d’Hana, les choses vont changer pour la jeune fille et comprendre qu’elle ne peut pas rester ainsi, qu’elle a le droit d’être heureuse et de s’exprimer.

On pourrait penser qu’au premier abord cette histoire est une simple histoire d’amitié, une manière pour parler du harcèlement et le fait de se sortir de cet engrenage infernal. Il n’en est rien, il y a un autre sujet évoqué, un autre élément à prendre en compte qui attise notre curiosité tout au long de notre lecture. Je ne vais pas trop développer cet aspect-là dans ma chronique par souci de spoiler quelque chose d’important et qui sera en lien avec LA révélation finale du roman. Mais je dois dire que je ne m’attendais pas du tout à ce que l’histoire prenne un tel tournant, que ces passages en lien avec la révélation nous amènent à ça. C’est assez triste d’en arriver-là, pour moi ça démontre qu’il y a un vrai problème, mais après c’est une culture qui m’est totalement étrangère, donc difficile de juger mais je trouve ça assez dingue d’avoir en arriver-là.

Les personnages sont touchants et attachants, que ce soit Emi ou Hana qui sont toutes les deux dans des situations délicates, même si on ignore dans un premier temps à quel point pour Hana. Les deux filles apprennent à se connaître et apprennent l’une de l’autre. C’est une belle amitié qui naît et elles se complètent bien. On ne peut que les apprécier et espérer que tout aille pour le mieux pour toutes les deux. L’épilogue nous donne une certaine idée qui prête à sourire.

En bref, Chère Fubuki Katana est un roman que j’ai apprécié découvrir. L’intrigue est bonne et bien menée, avec de nombreux sujets traités, notamment le harcèlement, la difficulté d’en parler à ses proches et de se faire entendre. Mais il y a d’autres aspects qui sont évoqués mais je vous laisse découvrir en quoi en le lisant. En tout cas, j’ai été assez surprise par la tournure des événements car je ne m’attendais pas du tout à ça. Les personnages sont attachants et intéressants et c’était plaisant de me plonger au cœur de la culture japonaise, même si j’ai toute une culture à parfaire là-dessus. Un roman à découvrir !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

A la recherche de Sarai de J.A. Redmerski (Company of Killers 1)

In My Mailbox (401)

Treize tombes de malheur de Darynda Jones (Charley Davidson 13)

Mini-Lapin n’a peur de rien de John Bond