Ensemble à minuit de Jennifer Castle

Quatrième de couverture

Ne vous demandez pas ce que le monde peut faire pour vous, demandez-vous ce que vous pouvez faire pour qu’il soit plus beau.

Entre Noël et le jour de l’An. Une jeune fille est renversée sous les yeux de Kendall et Max. Choqués, ils se réfugient dans un café, se sentant coupables de n’être pas intervenus. Là, la serveuse leur lance un défi : elle leur demande de faire sept bonnes actions désintéressées d’ici le 31 à minuit au lieu de se plaindre. C’est ainsi qu’ils se retrouvent chaque jour à parcourir la ville de New York où ils tentent d’aider sept inconnu-e-s... parfois adorables, d’autres fois à peine aimables. Mais ils tiennent bon et apprennent eux aussi à se connaître.

Mon avis

Après avoir lu En chute libre, je suis retournée dans de la YA avec Ensemble à minuit, un roman qui est dans ma PAL depuis longtemps, il était temps de le sortir. Autant vous dire que depuis le temps, je ne savais plus de quoi ça parlait exactement et la 4e de couverture (présente sur le livre et non présentée ici qui est celle sur le site de l’éditeur) est très succincte. Donc en commençant ce livre, je me suis complètement laissée portée par l’autrice et je dois dire que ça a été une belle lecture.

Je ne ferai pas de résumé, la 4e de couverture présentée ici est suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. L’écriture de l’autrice est agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre vite dans l’histoire. Celle-ci se déroule sur quelques jours, chaque partie du livre correspond à une journée et on suit donc durant cette semaine-là, le défi de Kendall et Max.

L’intrigue est bonne et bien menée. Elle est plutôt simple mais sympathique à suivre. C’est une histoire mignonne dans l’ensemble où deux êtres confrontés à un drame, ils vont essayer de changer « le monde » à leur manière. Un défi où ils vont devoir faire de bonnes actions désintéressées et ils vont se rendre compte que c’est bien plus difficile qu’il ne l’escomptait. Surtout quand on voit que les deux adolescents ont un « passé » qui les met quelque peu mal à l’aise. Mais avec ce défi, ils vont peu à peu apprendre à se connaître et leur sentiment l’un envers l’autre risque de changer et d’évoluer.

La narration est multiple, on a les points de vue de Kendall et Max mais d’autres points de vue s’ajoutent par-ci par-là, en lien avec leur défi. Je n’expliciterai pas pour vous laisser la surprise mais du coup c’est assez intéressant de savoir ce que ces personnes-là pensent et vivent. Comme on dit, on a toujours un revers à la médaille ou une autre version d’une même histoire. L’alternance des points de vue de Kendall et Max est intéressant car cela permet de les voir dans leur quotidien, de voir leur problème et ce que ce défi va leur apporter.

C’est une histoire mignonne qui donne un certain espoir. C’est également le moment de remettre les choses à plat et d’avancer, de faire les bons choix. Une semaine où tout va changer pour eux deux, bien plus qu’ils ne le pensaient.

Les personnages sont attachants et sympathiques. Ils ont tous les deux des blessures, des choses à cacher même si elles ne sont pas du même ordre et ensemble, ils vont surmonter ça et comprendre un certain nombre de choses sur eux. On ne peut que les apprécier et c’est avec grand plaisir qu’on suit leur histoire.

En bref, Ensemble à minuit est une histoire mignonne que j’ai pris plaisir à découvrir. L’intrigue est bonne et bien menée, dans le principe c’est assez simple mais efficace et le fait d’avoir plusieurs points de vue et pas uniquement celui de nos deux héros, Kendall et Max est intéressant car cela permet de voir leur défi d’une autre manière et de voir qu’il faut savoir aller de l’avant et faire des choix qui peuvent changer nos vies. Une jolie histoire que je vous invite à découvrir.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les Carnets de Cerise et Valentin de Joris Chamblain et Aurélie Neyret

Les contes du chat perché de Marcel Aymé

Fils de sorcières de Pierre Bottero

Le navire des disparus de Paul Beorn (Le club des chasseurs de fantômes 1)