Sans âge de Gail Carriger (Le Protectorat de l’ombrelle 5)

Quatrième de couverture

Lady Alexia Maccon est en pleine béatitude domestique. Une béatitude à peine troublée par la fréquentation de quelques loups-garous de la haute société ou le comportement d’un bambin précoce ayant des dispositions incontrôlables au surnaturel... Mais Alexia vient de recevoir un ordre qu’elle ne peut ignorer. Avec mari, enfant et famille Tunstell au complet, elle embarque à bord d’un bateau à vapeur pour traverser la Méditerranée. Direction l’Égypte, une terre qui pourrait bien tenir en échec l’indomptable Alexia. Que lui veut la Reine vampire de la ruche d’Alexandrie ? Pourquoi un ancien fléau s’abat-il de nouveau sur le pays ?

Mon avis

Après avoir lu Sans cœur, je me suis lancé dans Sans âge, le dernier tome de la série du Protectorat de l’ombrelle. On ne change pas une équipe qui gagne, quitte à m’être lancée dans la série, autant y aller jusqu’au bout, d’autant que l’on va maintenant avoir les réponses à nos nombreuses questions.

Sans âge est un tome absolument génial qui nous offre une conclusion parfaite ! Je suis vraiment contente de m’être relancée dans cette série qui vaut vraiment la peine d’être lue. Et si vous ne connaissez pas, n’hésitez pas à vous lancer à votre tour, vous ne le regretterez pas, à condition bien sûr d’aimer le steampunk et l’urban fantasy.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. La seule chose à savoir est que cette histoire, contrairement aux autres tomes, se déroule deux ans après Sans cœur. Alors qu’auparavant le temps entre chaque tome était plutôt restreint à quelques semaines / mois. Mais cela s’explique assez aisément quand on voit l’histoire qui est juste géniale (au cas où vous ne l’auriez pas compris…).

L’intrigue est bonne et bien menée, c’est toujours aussi prenant et haletant. L’action arrive dès les premières pages, cela démarre sur des chapeaux de roue, comme d’habitude. On va avoir ce rythme assez effréné tout du long et même s’il y a des petits temps de pauses, ce n’est que pour nous donner des informations supplémentaires qui sont nécessaires à la compréhension de l’intrigue ou de l’univers.

À chaque tome de la série, on voyage, on part en exploration et on vit une aventure hors du commun, on ne risque pas de s’ennuyer aux côtés d’Alexia ! Dans ce dernier tome c’est direction l’Égypte, là où tout a commencé, là où tout va se terminer, d’une manière ou d’une autre. On va enfin avoir les réponses à nos questions, tout va finir par faire sens et nous révéler bons nombres de mystères que l’on se pose depuis le premier tome de la série. C’est un univers vraiment atypique mais ô combien intéressant et j’ai été ravie de voir où tout cela allait nous amener. En tout cas, à chaque tome, il n’a fait que s’enrichir et on voit à quel point l’autrice tisse sa toile petit à petit pour nous dévoiler son histoire.

Quant à la fin, franchement, elle est juste parfaite mais je vous avoue que mon petit cœur a eu quelques ratés en cours de route… Il ne faut pas me faire des frayeurs comme ça, ce n’est pas possible… J’ai cru que je n’allais pas survivre… Alors autant vous dire que les pages n’ont pas cessé de défiler jusqu’à ce que j’aie le fin mot de cette histoire, je voulais savoir ce qui allait se passer et je voulais aussi me rassurer sur certains points…

Alors si pour certains ça a été le cas, pour d’autres, je dois dire que je suis un peu plus triste. Quand certains points commençaient à s’arranger et à nous donner des instants de mignonneries, voilà que de nouveaux événements arrivent mettant à mal tout ça… Mais bon, faut se dire que ça ne durera qu’un temps…

Quant aux personnages, ils sont vraiment attachants et sympathiques. Dans ce tome, on va en apprendre énormément sur chacun d’eux et j’avoue que je ne m’attendais pas du tout à ça pour certains, et en même temps, ça paraît des plus logiques. Alexia est une héroïne hors du commun que j’ai adoré suivre dans ses aventures. On ne peut que la prendre en sympathique et vivre pleinement à ses côtés tout ce qui lui arrive. Lord Maccon peut être un rustre par moment mais c’est sa nature de loup-garou Alpha qui prend le dessus donc on lui pardonne ses écarts… Alexia a bien du courage pour le supporter mais comme elle le dit souvent, il faut aussi qu’il la supporte… Un duo qui fonctionne à merveilles ensemble malgré leur différence et leur nature respective.

En ce qui concerne les personnages secondaires, là encore ils sont tout simplement géniaux, à commencer par Lyall, le Bêta de Lord Maccon ou encore Ivy la meilleure amie d’Alexia qui est rafraichissante par son côté frivole et désinvolte. Mme Lefoux aussi a son rôle à jouer et Lord Akeldama… C’est Lord Akeldama quoi… Une belle bande atypique mais qu’on ne peut qu’apprécier, comme les membres d’une belle et grande famille. Je suis triste de leur dire au revoir, enfin presque… Mais toute bonne chose à une fin.

En bref, Sans âge est un tome qui clôt parfaitement la série en nous proposant un dénouement cohérent avec tout ce qui s’est passé auparavant. L’intrigue est bonne et bien menée avec son lot d’action et de problèmes mais toujours avec une pointe d’humour pour détendre l’atmosphère. L’univers est vraiment très intéressant et n’a cessé de s’enrichir à mesure des tomes, en faisant quelque chose de vraiment complet et complexe, j’ai vraiment adoré découvrir tout ça. Mais l’histoire n’aurait pas eu la même saveur sans ses personnages, à commencer par Alexia qui est une héroïne hors pair et elle forme un couple vraiment atypique avec Maccon mais ils fonctionnent vraiment bien ensemble. Et les personnages secondaires sont tout aussi savoureux et vont vraiment nous surprendre. Une série qui se termine, enfin pas tout à fait, puisque maintenant je vais me lancer dans la seconde série de l’univers, qui en est la suite logique : Le Protocole de la crème anglaise !

Commentaires