La prisonnière du Highlander de Ruth Langan (Highland 5)

Quatrième de couverture

Écosse, XIIIe siècle
C’est avec méfiance que Leonora, une jeune Anglaise, assiste à l’arrivée au château paternel de Dillon Campbell, un chef de clan écossais venu avec ses frères entamer des pourparlers de paix avec deux représentants du roi. Sa chambrière ne lui affirme-t-elle pas depuis toujours que les Highlanders sont de véritables sauvages ? Contrariée de devoir accueillir pareils barbares, elle se montre peu aimable, et Dillon Campbell, dont les parents ont été tués par les Anglais, n’est pas plus amène. Mais la situation dégénère vraiment quand la garde du roi, brisant la trêve, arrête et emprisonne les frères de Campbell. Fou de rage, ce dernier enlève Leonora et la séquestre dans sa forteresse de Kinloch...

Mon avis

Après avoir lu Le trône de sang, je me suis lancé dans La prisonnière du Highlander, j’avais envie d’une lecture plus légère après un livre assez mouvementé. Et pour ça, une romance historique, c’est juste ce qu’il me fallait. Je n’ai pas souvenir d’avoir lu beaucoup de romance historique en lien avec les Highlanders, j’étais donc très curieuse de voir ce que ce livre pouvait donner et si ça n’est pas un coup de cœur, je dois dire que c’était tout de même une très chouette histoire que j’ai beaucoup aimé.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. L’écriture de l’autrice est agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre rapidement dans l’histoire. Celle-ci est écrite à la 3e personne en suivant les points de vue de Leonora et Dillon de sorte que l’on a une vue d’ensemble de la situation, que l’on sait ce que chacun pense de l’autre, etc. Il est aussi un autre point de vue que l’on rencontre au début de l’histoire qui nous permet de comprendre les agissements de certains personnages et ainsi d’en savoir plus que nos deux héros sur la situation actuelle.

L’intrigue est bonne et bien menée, elle est plutôt simple et comme on reste essentiellement au château de Kinloch une fois que Leonora a été enlevée, on ne sait pas ce qui se passe de l’autre côté en Angleterre. Ainsi, le côté pourparler est complètement mis de côté, la question est bloquée en lien avec l’enlèvement de Leonora après l’emprisonnement des frères jumeaux de Dillon.

En même temps, ça reste une romance donc c’est plus l’interaction entre Leonora et Dillon qui va prendre le pas sur l’histoire, même si on a des intrigues de fond, ces fameux pourparlers pour établir la paix entre les anglais et les écossais, mais une autre qui touche particulièrement l’Écosse depuis quelques temps dans la forêt près du château de Dillon. Ça permet d’avoir une histoire un peu plus consistante qu’une simple romance, même si c’est le sujet premier et ce que j’avais envie de lire.

La romance est plutôt bonne même si je trouve qu’elle va un peu vite. Il y a une animosité entre Leonora et Dillon et le contraire aurait été étonnant puisqu’ils sont ennemis et que ce dernier l’a enlevée. Mais rapidement, on voit qu’il y a une alchimie, une attirance qu’ils ne savent pas gérer car pour elle, c’est la première fois et le fait que ce soit un sauvage de Highlander n’aide pas et pour lui, le fait qu’elle soit anglaise est un problème puisqu’il sait qu’il ne pourrait jamais l’avoir. Sans compter le fait qu’il reste son geôlier et qu’elle veut tenter par tous les moyens de s’enfuir. Mais elle risque d’avoir de drôles de surprises et des révélations qui risquent de mettre à mal sa conception du monde et de catégoriser les gens entre « ami » et « ennemi».

On est sur le principe du « ennemy to lover », ce que j’adore dans la romance car c’est ce qui est le plus intéressant à suivre, de voir comment les sentiments peuvent changer, etc. Mais il m’a manqué un petit quelque chose pour que la transition se fasse de manière plus naturelle et moins rapide. C’est le seul petit reproche que je peux faire à cette histoire, sans quoi ça reste prenant et intéressant.

Dillon est missionné pour entamer des pourparlers en vue d’une paix avec les anglais mais on voit que ces derniers ne sont pas tous enjoués par la décision du roi, de vouloir s’allier à ces sauvages. Les préjugés ont la vie dure mais Leonora, au contact desdits « sauvages » va se rendre compte que ce ne sont pas forcément ceux auxquels elle croyait. Elle va mener une petite révolution au sein du château de Kinloch qui aura de bonnes conséquences, l’anglaise va bien les surprendre, elle qui fait partie de la noblesse mais qui n’hésite pas à mettre la main à la patte… même si ce n’est pas sans arrières pensées.

Les personnages sont attachants et sympathiques, ils ont tous les deux du caractère, en même temps, de la part d’un Highlander on n’en attend pas moins. Dillon est un peu bourru et rustre par moment mais il n’en reste pas moins attachant. Il est très proche de sa famille et quand on voit son histoire, on ne peut que comprendre qu’il prenne soin des siens, notamment de ses frères et sœurs.

Et pour dompter un tel homme, il faut bien une femme de caractère et Leonora en a suffisamment pour lui tenir tête et le remettre à sa place lorsque c’est nécessaire. Elle aussi est attachante et sympathique, elle a pas mal de préjugés sur les Highlanders mais ça, c’est la peur de l’inconnu qui parle et des rumeurs qui font qu’elle a une vision totalement faussée de ce peuple ennemi. Bien que noble, elle ne va pas hésiter à se salir les mains pour faire ce qui doit être fait, elle n’est pas mijorée, ce qu’on aurait pu avoir étant donné sa position. Un personnage vraiment intéressant.

On les voit assez peu au final mais les frères jumeaux de Dillon, Shaw et Sutton sont assez sympathiques, très différents l’un de l’autre pour des jumeaux mais il n’en reste pas moins intéressants et j’ai vu qu’il existait une romance sur Shaw. En vérité ce tome-ci est le 5e de la série et celui sur Shaw le 6e. Petite mention aussi pour Rupert, celui en charge de surveiller Leonora qui est vraiment attachant comme garçon, même si Leonora va beaucoup se jouer de lui.

En bref, La prisonnière du Highlander est une romance que j’ai apprécié découvrir. L’intrigue est bonne et bien menée, bien que simple, elle reste efficace et prenante. La romance est plutôt bien faite dans l’ensemble, même si j’ai trouvé que la transition du « ennemy to lover » était un peu rapide à mon goût. Je préfère quand ça prend son temps, que l’on voit vraiment le changement s’opérer pour que la haine devienne amour, là, même si l’alchimie était présente, j’ai trouvé ça un peu précipité et rapidement établi au point que ça devienne facile. Mais ça reste une histoire intéressante que j’ai aimé donc n’hésitez pas à vous lancer dans cette romance, elle en vaut la peine. Les personnages sont intéressants et attachants, ils ont beaucoup de caractère mais pour dompter un Highlander, il le faut bien. À découvrir !

Commentaires