Sous le souffle de Mistral de Laurell K. Hamilton (Merry Gentry 5)

Quatrième de couverture

« Je suis Merry Gentry. Héritière potentielle du trône de la cour Unseelie. En tentant de prouver ma fertilité à ma tante la Reine de l’Air et des Ténèbres, j’ai réveillé des pouvoirs endormis depuis des siècles. Je ne connais pas mes propres limites, et peut-être ne les connaîtrai-je jamais… Mes gardes et moi sommes arrivés sur le territoire du Roi Sholto… et qui sait si j’en sortirai vivante. »

Mon avis

Bon, vu l’épaisseur du livre, je savais qu’il allait rapidement se lire et aussi que je serai déçue de ce livre. Ça n’a pas raté, mais je m’y attendais alors bon, la déception est moins grande et je sais que je vais pouvoir dorénavant passer à la suite en sachant que ça sera beaucoup mieux et que ce livre n’est qu’un lien entre deux tomes, un petit lien qui quelque part sert et de l’autre, ne sert à rien. Seulement, il reste nécessaire pour la compréhension alors on prend son mal en patience, on respire un bon coup et on se jette à l’eau, sachant que la douche sera froide.

Je ne ferai pas de résumer à proprement parlé de ce texte parce qu’en deux lignes je peux tout spoiler. Le roman est court et quelque peu léger comme je l’ai dit et sincèrement si j’essaye d’expliquer un temps soit peu, je dévoile « toute l’intrigue » (s’il y en a vraiment une ici) du coup ça ne sert à rien. Autant se contenter de la 4e de couverture ci-dessus qui expose parfaitement ce qui se passe.

Comme il est dit, Merry a réveillé de grands pouvoirs qui étaient pourtant perdus. Lors d’une vision elle doit des choses où la Déesse lui confie une nouvelle « mission » si on peut dire ça ainsi. Merry doit prouver coûte que coûte sa fertilité afin de devenir Reine, si elle veut avoir la vie sauve. Et du coup pendant une bonne partie de la première moitié du livre, eh bien Merry en profite et du coup il ne se passe pas grand-chose ce qui est assez énervant. Ça fait trainer en longueur l’intrigue, alors que ça pourrait se passer en 5 minutes et arriver plus rapidement à ce qui nous intéresse vraiment et développer davantage cette partie. Mais bon, c’est un choix de l’auteur et je trouve ça dommage parce que du coup, pendant 156 pages, il ne se passe rien, sauf une très longue scène X (pendant 42 pages précisément, faite le ratio, on en est quasi à la moitié quand même…), ce qui ne permet pas d’avancer l’histoire, c’était juste pour combler les pages qu’il manque à ce tome-là. Dommage.

Ensuite, il faut avouer que les choses bougent un peu, Merry se rend compte que pendant LA scène, il s’est passé de drôle de choses, et elle doit maintenant fuir parce que le sithin subit des transformations des plus étranges et parfois menaçantes. C’est ainsi qu’elle finit par se retrouver effectivement sur le territoire du Roi Sholto (là ça commence à devenir intéressant !! mais on a déjà dépassé plus de la moitié du livre, dommage une fois de plus…). dans cette 2e moitié, il y a davantage d’actions, de « révélations » peut être pas à proprement parlé, mais du moins des rebondissements qui vont permettre de relancer l’intrigue et de faire bouger un peu les choses dans cette Féérie qui s’étiole encore un peu plus à mesure que le temps passe (mais heureusement que Merry est là !). La fin nous emmène sur un terrain très dangereux et là, on sait que les choses sérieuses vont commencer (il serait temps, on est au tome 5 quand même !) et ça promet une suite vraiment très intéressante et meilleure.

Parler des personnages et de l’univers est quelque peu surfait ici, depuis le début de la série c’est un peu la même chose, à mesure le harem de Merry semble prendre de l’ampleur (ce qui est énervant d’une certaine manière parce que je veux bien qu’elle tombe enceinte, mais bon là… avoir autant de gars autour d’elle, ça devient quelque peu énervant). Après Andais est toujours aussi cruelle et sadique, Merry toujours aussi fragile et mal vue à cause de sa part mortelle, mais on voit qu’elle change énormément et du coup… elle n’est plus vraiment cette petite humaine. Mais les préjugés ont la vie dure. Quant à ses gardes, bah ça devient de plus en plus la course et la jalousie prend de plus en plus place… Bon, reste à voir.

Bon voilà, cette chronique n’est pas ce que j’ai pu écrire de mieux, mais en même temps ce tome est décevant, ne sert pas forcément, on le lit parce qu’on sait qu’on n’a pas le choix si on veut avancer dans l’histoire si on veut lire la suite pour savoir sans être totalement perdu parce qu’ici on nous introduit certaines notions, faits, qui sont nécessaire pour la compréhension. Alors comme je l’ai dit, on prend son courage à deux mains, on se jette sans faire attention et on y va en sachant qu’il va se terminer rapidement. Après ça ne vaut que pour ce tome là, je trouve l’histoire générale intéressante, l’univers est complexe (surtout avec la politique et tous les pouvoirs liés aux divinités, etc.) et les personnages sont intéressants en dépit de tout. C’est juste que ce tome là, n’apporte pas tant que ça, et qu’il aurait très bien pu être intégré au tome précédent ou au suivant je pense. Ça serait mieux passé.

Commentaires

  1. On m'a beaucoup parlé de cette série, mais je ne m'y suis pas vraiment intéressée. Je devrais peut être :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bah c'est pas mal, mais après faut s'habituer au genre Hamilton ^^ ça passe ou ça casse. la question du sexe étant LA question qui fait que ça passe ou pas lol

      Supprimer
  2. Léa50(chilou32)9 mars 2012 à 12:47

    Je voulais vous prévenir que j'ai bien reçu le marque-page dédicacé !!! Merci beaucoup !Il est trop beau !! Bonne journée ! Léa

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande, veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***

Posts les plus consultés de ce blog

Asynchrone de Fabien Clavel

Celle qui murmurait à l'oreille du mec en costard de Laëtitia Constant

Concours Celle qui murmurait à l'oreille du mec en costard [TERMINE]