La rose de Greyson Park de Vivienne Lorret (Les gentlemen de Fallow Hall 2)

Quatrième de couverture

Greyson Park. Pour Hedley, ce nom représente la liberté : grâce à cette demeure héritée de son grand-père, elle va enfin pouvoir échapper à l’emprise despotique de sa mère, et vivre en toute indépendance. Mais c’est compter sans l’intrusion de Rafe Danvers, le fiancé que la sœur de Hedley a abandonné devant l’autel six ans plus tôt. Danvers est farouchement résolu à racheter Greyson Park, qui jouxte son domaine. Et sa détermination n’est pas seulement due à la rancune qu’il nourrit toujours envers la famille de Hedley. Car elle apprend bientôt que Greyson Park renferme un secret qui attise les plus vives convoitises…

Mon avis

La Rose de Greyson Park est la suite de A vous, pour toujours que j’avais beaucoup aimé, mais je dois dire que ce 2e tome des Gentleman de Fallow Hall m’a davantage plu ! Je suis très curieuse de voir ce que donnera le dernier tome car si le premier est bon, le 2e est meilleur donc le dernier doit être sublime. Je l’espère en tout cas, suite au prochain épisode lorsque je l’aurai lu !

L’écriture de l’auteur est agréable à lire et fluide, en un rien de temps, on est emporté dans l’histoire que j’ai pris grand plaisir à découvrir. Je n’en ferai pas de résumé, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte.

J’ai beaucoup aimé suivre l’histoire de Danvers et Hedley qui est prenante et intéressante. Comme pour le premier tome, j’ai été happé par les événements, j’avais envie de savoir ce qui allait se passer et en très peu de temps le livre était lu. L’intrigue est bonne et bien menée, le pari tient toujours, évidemment Everhart a perdu le sien en tombant amoureux de Calliope et on se doute bien que Danvers est le prochain sur la liste en succombant aux charmes de Hendley !

L’histoire est simple et couru d’avance, cela reste une romance mais elle est très efficace. Il y a de nombreux revirements de situations, de problèmes à gérer. J’ai passé un très bon moment de lecture en compagnie de Danvers et Hedley qui vont vivre une histoire assez complexe, mais si elle ne l’était pas, il n’y aurait aucun intérêt, n’est-ce pas ?

On ressent diverses émotions en la lisant et j’avoue avoir eu plus d’une fois le cœur serré en voyant la manière dont Hedley est traitée par sa famille et cela a forcément une incidence sur sa manière d’être et d’agir et surtout sur ce qu’elle pense d’elle-même. A force d’entendre dire qu’elle est folle, qu’elle n’est rien, elle a fini par y croire. Greyson Park est son salut, un moyen pour s’affranchir de cette famille et gagner en indépendance. Alors forcément, avec la venue de Rafe Danvers qui se considère comme le propriétaire de Greyson Park, les espoirs de Hedley s’effondrent. On ne peut que compatir à sa douleur, on la ressent parfaitement aussi. Ça m’a vraiment fait mal au cœur de la voir ainsi car elle ne le mérite pas.

Si Calliope était une femme à fort caractère, Hedley est plus « faible » et craintive, il faut dire qu’elle n’a pas eu une vie facile et lorsqu’on découvre ce qui s’est passé, on comprend aisément qu’elle ait quelques « séquelles ». Mais elle fait preuve de courage et sait ce qu’elle veut, Greyson Park lui appartient et elle est prête à tout pour garder son bien, quitte à se confronter à Danvers, qui ne la laisse pas indifférente.

La relation entre Hedley et Danvers est intéressante mais compliquée du fait du titre de propriété de la maison sans compter le fait qu’elle est la sœur cadette de la femme qui a laissé tombé Rafe Danvers devant l’autel. Il est clair que Danvers a la famille Sinclair en horreur et va se faire un malin plaisir de posséder cette demeure coûte que coûte. Mais Hedley n’est pas une Sinclair comme les autres et tant mieux parce que lorsqu’on les voit… On n’a qu’une envie, les étriper…

Si dans un premier temps il y a de la méfiance et un peu de rancœur, Danvers finira par être plus protecteur envers Hedley, (comme dans mes ¾ des romances et d’autant plus dans les historiques). Mais pas trop protecteur, il n’est pas trop lourd. On voit assez rapidement qu’il y a de l’attirance entre les deux, même si Danvers se voile totalement la face, pour ne pas perdre son pari, entre autre. La narration à la 3e personne nous permet de voir ce que chacun des protagonistes pensent de l’autre et l’attirance est là, même s’ils se voilent la face et refusent d’admettre la vérité.

Danvers est un personnage sympathique, même s’il est un peu borné en se mettant des œillères mais il arrive un moment où il faut ouvrir les yeux, tout comme Hedley qui ignore tellement de choses qu’il faut, à elle aussi, lui faire comprendre que parfois les gestes parlent plus que les mots. Quant à Hedley, comme Danvers, on a envie de la protéger et lui montrer qu’elle a de la valeur, qu’elle mérite sa place en ce monde et qu’elle peut être aimée.

En bref, La rose de Greyson Park est une romance historique que j’ai beaucoup aimé suivre. Le premier tome de la série était déjà très sympathique, mais je dois dire que cette suite est encore meilleure. J’ai passé un très bon moment en compagnie de Danvers et Hadley qui vivent ici une histoire assez compliquée, mais qui est très belle. J’ai hâte de découvrir le dernier tome pour voir comment Montwood, le 3e acolyte, va perdre son pari…

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Goliath, chat pirate de Cécile Alix

La menace d’Olivier Gay (Le Noir est ma couleur 2)

Le Pouvoir convoité de Laëtitia Militello (Coeur de sorcière 1)

Captive d'Elizabeth Vaughan (L'épopée de Xylara 1)

Nara de Jean-François Chabas (Les Chroniques de Zi 2)