La fille de la noyée de Catherine Egan (Les Ombres de Julia 1)

Quatrième de couverture

Julia a la capacité inhabituelle de se rendre invisible. Elle ne disparaît pas exactement. Elle recule simplement en un point de l’espace où la plupart des gens ne peuvent plus la percevoir. C’est une capacité dangereuse dans une société qui a interdit toutes les formes de magie et noie les sorcières dans des cérémonies publiques. Mais c’est utile pour un voleur et un espion. Et Julia l’a compris : le crime paye.
Elle est d’ailleurs très bien payée pour infiltrer la grande maison de Mme Och, espionner ses locataires étranges et s’informer sur les transactions suspectes qui s’y déroulent. Julia découvre qu’une sourde menace plane sur toute la maisonnée.
Mais cette découverte va aussi faire basculer son existence. Car elle n’avait pas imaginé que le traître dans la maison puisse être… elle-même.

Mon avis

La fille de la noyée est le premier tome des Ombres de Julia et je dois dire que ce roman m’a tout de suite intriguée et intéressée. Il faut dire que la couverture est jolie et interpelle, sans compter le fait qu’il est question de sorcières et moi la sorcellerie, c’est mon grand plaisir dans la Fantasy. Donc forcément, ce livre était pour moi et je dois dire que cela a été une belle découverte. On ne fait qu’entrevoir les prémices de l’univers et du lien qu’il existe avec le titre de la série mais ça m’a bien rendu curieuse pour lire la suite et voir ce que l’auteur va faire de son héroïne.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que les événements arrivent assez vite, du moins l’infiltration de Julia pour sa mission d’espionnage, pour s’en rendre compte.

L’auteur nous plonge directement dans son univers, nous découvrons Julia au service de Mme Och, en se faisant appeler Ella, et ce n’est que petit à petit que nous découvrons qu’elle est en mission espionnage pour quelqu’un. C’est donc une entrée brute dans l’univers et l’intrigue mais petit à petit les choses se mettent en place pour qu’on puisse comprendre où l’on met les pieds. Il faut donc un minimum de concentration pour bien suivre et essayer de comprendre, comme Julia le but de cette mission. Evidemment, cela va s’avérer bien plus complexe que prévue et aussi être assez inattendue lorsqu’on comprend qui sont les personnes qui vivent actuellement chez Mme Och et quelles sont exactement ses activités.

C’est donc avec grand intérêt que j’ai suivi tout ça. Si dans un premier temps on peut se retrouver un peu perdu, par le fait d’être lâché de cette manière sans avoir vraiment d’informations, dans un second temps on en voit tout l’intérêt. Car en fait, on se rend bien compte que Julia ne dispose pas non plus de toutes les informations et qu’elle va s’en retrouver aussi surprise que nous. J’étais très loin d’imaginer la tournure qu’allait prendre cette histoire en la commençant, loin de là. Ça a donc été une très bonne surprise et je suis curieuse de voir ce que la suite donnera vu les circonstances. L’intrigue est bonne et bien menée, il y a peut-être une certaine « lenteur » mais on ne s’ennuie pas pour autant, bien au contraire. Toutes les informations que l’on peut récolter au cours de discussion, de l’enquête / mission de Julia ou encore ces affaires de meurtres que l’on voit en parallèle avec un fort lien avec la magie attise indéniablement notre curiosité et notre envie d’en savoir plus.

C’est un univers assez complexe, du moins on le devine car pour l’instant il faut avouer que l’on a peu d’informations, on ne fait qu’entrevoir les prémices mais cela est très prometteur, j’attends quelque chose de vraiment grandiose pour les suites. On voit bien que les sorcières sont un problème, et qu’elles sont ainsi noyées pour pouvoir les tuer, comme lors de la chasse aux sorcières à Salem, etc. la mère de Julia a été noyée à cause de cela car les sorcières sont considérées comme malfaisantes. Mais ça, c’est un aspect de l’histoire, et le pouvoir de Julia, qu’elle dissimule à la majorité pour éviter de finir comme sa mère, est assez unique en son genre, même si elle ignore à quel point.

Les personnages sont intéressants et attachants, à commencer par Julia, même si parfois ses choix peuvent être douteux. Elle est hantée par la mort de sa mère, quoi de plus normal dans cette société où les sorcières sont considérées comme des êtres malfaisants alors qu’elle-même en fait partie, comme sa mère ? L’argent est toujours le nerf de la guerre et elle sait que le crime paie, c’est pourquoi elle s’engage dans des affaires plus que louches mais peut-on vraiment la blâmer ? Les personnages ont tous deux facettes, ce n’est pas manichéen, personne n’est parfait, personne n’est entièrement mauvais, et j’ai trouvé cela intéressant. Car Julia est une voleuse, une escroc, une espionne, et pourtant on pourrait facilement lui pardonner ses choix et on ne peut pas la détester alors même qu’elle ne pas du « bon côté » traditionnel.

En bref, La fille de la noyée est un premier tome très intéressant qui m’aura beaucoup plu. Finalement la magie est encore « peu présente » à mon goût, même si on peut la voir à l’œuvre. L’univers est plus complexe qu’il n’y paraît et l’auteur n’a pas encore délivré tous ses secrets. Je suis très curieuse de lire la suite pour voir où tout cela va nous mener car c’est très prometteur. L’intrigue est bonne et bien menée, peut-être quelques passages un peu lent mais pas inintéressant pour autant, ça ne traîne pas non plus en longueur (dans le sens péjoratif). Quant aux personnages ils sont intéressants car pas manichéens du tout, la frontière entre le Bien et le Mal est mince et les apparences sont souvent trompeuses. Affaire à suivre…

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La forêt des Lumières d'Éric Sanvoisin et Fréderica Frenna (Le Maître des Licornes 1)

Un pape pour l'Apocalypse de Jean-Luc Marcastel

Le Top / Flop du Mois ! (Juin 2018)

La planète interdite d'Yves Grevet

Grand méchant loup cherche remplaçant d’Ingrid Chabbert et Sylvain Diez