Un pape pour l'Apocalypse de Jean-Luc Marcastel

Quatrième de couverture

À Aurillac, le capitaine Malo Sinclair s’ennuie...
Il faut dire que Malo, jeune as prometteur de la police criminelle du quai des Orfèvres, avait tout pour monter vite et haut dans la hiérarchie… s’il n’avait eu la malheureuse idée de démolir le portrait d’un suspect, fils d’un ministre. Pour le protéger autant que pour le punir, son chef a décidé de le mettre « au vert ». Et pour ce faire, quoi de mieux qu’Aurillac, préfecture du Cantal, où l’on compte plus de vaches que d’habitants ?
Après deux ans, Malo est à la limite de la dépression.
C’est alors qu’on l’appelle pour une affaire de vol sur le chantier de fouille de l’abbaye Saint-Géraud récemment mise à jour. Une tête mécanique, incroyable vestige, presqu’une légende urbaine, a disparu. Enfin une affaire qui sort de l’ordinaire ! Mais, quand les cadavres pleuvent, Malo ne peut se dire qu’une chose : il n’en demandait pas tant...
Un polar ésotérique autour du personnage de Gerbert d’Aurillac, le sulfureux Pape de l’an Mil.

Mon avis

Un pape pour l’Apocalypse est le premier thriller pour adulte de l’auteur, que je connais surtout pour les romans jeunesse : Un monde pour Clara, L’Auberge entre les mondes, Les Chroniques de Pulpillac (Louis Le Galoup je ne l’ai pas encore lu…). D’un point de vue conteur, je savais d’avance que je serai conquise par l’auteur mais j’étais très curieuse de voir ce que ça pouvait donner dans ce genre. Et le résultat est plus que probant, cela lui va très bien.

J’ai beaucoup aimé cette histoire qui est entre le thriller et l’ésotérique, comme le Da Vinci Code de Brown en son temps ou Le testament des siècles de Lœvenbruck. Avis aux amateurs !

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que les événements arrivent assez vite pour savoir à quoi s’en tenir. L’écriture de Jean-Luc Marcastel est superbe, il écrit vraiment très bien et que ce soit en adulte ou en jeunesse, c’est toujours un régal à le lire. Il arrive à nous emporter dans son histoire en un rien de temps et à nous proposer ici une intrigue haletante et prenante.

L’intrigue est bonne et bien menée. Assez rapidement, on va mettre Malo sur l’enquête à la recherche de la tête disparue mais cela prend son temps avant d’avoir les premières pistes. Si cette tête venait à être retrouvée et exposée au monde, cela pourrait changer la vision que l’on a du Moyen-Âge puisqu’elle serait capable de faire des choses que l’on n’imaginait pas pour l’époque. Je reste délibérément évasive pour vous laisser la découverte mais il est vrai qu’avec toute cette histoire, on pourrait se poser nombre de questions !

Le suspense est maintenu un bon moment, on se demande bien où tout cela va nous mener et j’avoue que je ne m’attendais pas totalement à ça. C’est vraiment prenant et intéressant et j’ai beaucoup aimé la manière dont l’intrigue s’est déroulée. Si au début, on peut sentir une certaine lenteur, au fur et à mesure de l’histoire, l’action s’accélère nous laissant que peu de temps de pause et commence ainsi le « voyage » de Malo et Albert qui vont devoir aller dans différents pays durant leur quête. Il y avait un petit côté Indiana Jones, qui ne me déplaît pas.

Mais que serait cette histoire sans ses personnages ? Malo est au vert depuis deux ans, dans le fin fond du Cantal et on voit bien qu’il s’ennuie et se demande ce qu’il fait là… Enfin il le sait mais il a toujours l’espoir d’en partir. Et quand on voit son second, qui va l’accompagner dans cette mission, cela semble être une catastrophe annoncée et pourtant ! Albert est vraiment atypique, on se demande bien ce qu’il fait dans la police, il peut passer pour simplet au premier abord, plutôt manichéen concernant les faits, tout est blanc ou noir pour lui mais il n’en reste pas moins sympathique et attachant. J’avoue que ça ne me déplairait pas de retrouver Malo et Albert parce qu’ils forment un duo atypique mais comme le prouve cette enquête, ils sont plutôt efficaces dans le genre !

En bref, Un pape pour l’Apocalypse est un roman que j’ai beaucoup aimé découvrir. L’intrigue est bonne et bien menée, un polar ésotérique très intéressant qui nous a fait voyager aux côtés de deux personnages atypiques mais très attachants. Je ne serai pas contre une nouvelle enquête avec ces deux-là parce qu’ils promettent des aventures épiques !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La forêt des Lumières d'Éric Sanvoisin et Fréderica Frenna (Le Maître des Licornes 1)

Le Top / Flop du Mois ! (Juin 2018)

La première fois que j'ai été deux de Bertrand Jullien-Nogarède

La planète interdite d'Yves Grevet