La Fileuse d'argent de Naomi Novik

Quatrième de couverture

Petite-fille et fille de prêteur, Miryem ne peut que constater l’échec de son père. Généreux avec ses clients mais réticent à leur réclamer son dû, il a dilapidé la dot de sa femme et mis la famille au bord de la faillite... jusqu’à ce que Miryem reprenne les choses en main. Endurcissant son cœur, elle parvient à récupérer leur capital et acquiert rapidement la réputation de pouvoir transformer l’argent en or. Mais, lorsque son talent attire l’attention du roi des Staryk - un peuple redoutable voisin de leur village -, le destin de la jeune femme bascule. Obligée de relever les défis du roi, elle découvre bientôt un secret qui pourrait tous les mettre en péril...

Mon avis

Après avoir lu Martin et la Divine Chipie, je me suis lancée dans La Fileuse d’argent. J’avais adoré le précédent roman de l’autrice : Déracinée, donc j’étais très curieuse de voir ce que ça allait donner. Alors peut-être que ce n’était pas le bon moment pour moi de lire un tel livre, mais je ne l’ai pas apprécié autant que je l’espérais. Ce n’est pas mauvais, loin de là même, mais j’ai des petites choses à redire sur cette histoire qui m’ont empêché de totalement m’immerger dedans et de l’apprécier.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, il faut juste savoir que les événements vont mettre du temps pour arriver, donc il faut savoir prendre son mal en patience, sinon vous risquez de rencontrer les mêmes problèmes que moi.

Ce qui m’a posé problème dans ce livre, ce sont deux choses : la première est que c’est très lent. Certes, c’était le cas aussi pour Déracinée, mais là, j’ai vraiment eu la sensation que ça traînait en longueur pour pas grand-chose. L’autrice prend son temps pour nous présenter certains personnages et une situation, qui finalement ne sert pas vraiment. Tout ce qui est en lien avec le peuple Staryk et notamment le roi met énormément de temps à arriver, du coup on se demande bien où l’autrice veut nous emmener.

Il faut savoir que lorsque j’ai commencé ce livre, je ne savais plus de quoi ça parlait, donc quand on se laisse totalement porter à l’aveugle, on se demande vraiment où veut en venir l’autrice et au bout d’un moment ça devient lassant quand il ne se passe pas grand-chose.

Ce qui contribue à cette longueur c’est le fait qu’on a une succession de points de vue. En général, ça ne me pose pas de problèmes, j’ai l’habitude. Ici, on suit en particulier trois femmes qui sont tour à tour narratrice (donc à la première personne), au cours du récit d’autres points de vue vont s’ajouter, mais moins fréquent que ces trois femmes. Et c’est là mon deuxième problème, car à chaque fois, il me fallait un petit temps d’adaptation pour comprendre qui était en train de parler. Puisque c’est écrit à la première personne, un « je » féminin, il était difficile – pour moi en tout cas – de distinguer leur voix et de savoir sur quel personnage on se focalisait. Si bien que j’étais un peu perdue, le temps de m’y retrouver et ça, c’est assez pénible au bout d’un moment. Donc l’alternance de ces points de vue ralentit l’intrigue, qui n’est déjà pas très rapide, mais en plus, le fait de me perdre à chaque fois parce que je mettais du temps avant de me rendre compte sur quel personnage et donc « quelle histoire » on se focalisait a été un vrai souci pour moi.

Mais peut-être que c’est moi le souci, j’étais peut-être trop fatiguée ou ce n’était pas le bon moment pour moi de lire cette histoire. Mais il est vrai que ces deux aspects, ces longueurs et ces changements de points de vue font que j’ai eu un peu de mal à m’immerger dans l’histoire qui pourtant est vraiment intéressante.

Mais dans l’intrigue, il y a aussi un déséquilibre puisque l’autrice prend tellement de temps sur le début de l’histoire pour nous présenter ses personnages, etc. qui au fond ne servent pas tant que ça, le fait que Miryem soit un prêteur sur gage, certes, ça permet d’introduire le personnage de Wanda mais ça traîne trop en longueur et n’est pas très utile, quand dans la 2e moitié et surtout le dernier tiers l’action s’accélère bien trop vite et tout est rapide.

Pour en avoir un peu discuter avec ma collègue (La Couleur des mots) il est vrai que ça donne la sensation que l’autrice voulait prendre son temps, voire peut-être de faire une suite mais que l’éditeur lui a demandé de faire un one-shot et d’accélérer les choses. Ce n’est peut-être pas le cas, ce n’est que supposition de notre part, mais il est vrai que le début est très long et lent et qu’arrivé à la 2e moitié où l’on commence à introduire vraiment le personnage du roi Staryk et les problématiques, que tout cette partie-là, la plus intéressante au final est vite expédiée et un peu trop rapide sur certains aspects, comme la relation entre Miryem et le roi.

Et c’est d’autant plus frustrant pour moi de ne pas avoir totalement adhéré à cette histoire que l’univers était super intéressant. J’ai beaucoup aimé les révélations qui ont été faites, ce que ça impliquait. Quand on comprend les tenants et les aboutissants, c’est juste incroyable et bien pensé. Je ne veux pas trop en dire parce que je ne veux pas spoiler, mais il est vrai que ce roi Staryk m’a fait penser à l’univers de la Faërie, il y a des choses similaires, comme le fait de devoir faire les choses plusieurs fois, la manière dont on lie les serments / promesses, etc. Et l’univers de la Faërie est super intéressant, ils ont des codes propres à eux, tout est manipulation et piège si on n’y prête pas attention. Tout ça cache un dessein bien plus grand, même si pendant une bonne partie de l’histoire on l’ignore. Ça ne se dévoile que petit à petit et dans la 2e moitié du livre, dans le dernier tiers.

Comme je l’ai dit plus haut, l’histoire est plutôt pas mal si on retire ces longueurs / cette lenteur du début et ce n’est pas si mal. Le fait de suivre plusieurs personnages était en soi une bonne idée car ça permet de voir les actions de chacun. Si dans un premier temps, ça paraît décousu, sans lien direct, on voit petit à petit ce qui unie ces trois femmes et comment leurs actions pourront avoir un impact.

Surtout que les personnages sont plutôt intéressants dans l’ensemble. Ce sont des femmes fortes qui ont du tempérament et du courage, et il vaut mieux en avoir vu tout ce qu’elles vont vivre. La vie n’a pas toujours été simples pour elles, notamment Wanda qui est la plus lésée à ce niveau-là mais elle saura saisir de bonnes opportunités pour changer sa vie et celle de ses frères. Elles ont toutes quelque chose de touchant et on leur souhaite le meilleur car vu leur quotidien et ce qui va leur arriver leur avenir peut sembler incertains.

En bref, La Fileuse d’argent est une lecture intéressante, mais je n’ai pas eu de coup de cœur, loin de là parce que le rythme dans l’intrigue était assez déséquilibré, une première moitié vraiment très lente et longue et une accélération bien trop grande sur la fin. Le fait qu’on ait autant de changement de point de vue, sans que je « n’entende » ces changements de voix a été un problème pour moi aussi donc j’ai un peu peiné dans ma lecture. Mais peut-être que ce n’était pas le bon moment pour moi de lire cette histoire. Malgré ces problèmes rencontrés, je reconnais que l’univers est vraiment intéressant et finalement, l’histoire était plutôt chouette, c’était une bonne idée et les personnages sont plutôt attachants et sympathiques aussi. Donc à vous de vous faire votre propre avis là-dessus, sachant que je n’ai vu que des chroniques élogieuses.

Commentaires

  1. Aie zut :/ J'avais adoré Déracinée et celui-ci m'attend bien sagement dans ma PAL. J'ai toujours hâte de le lire mais je suis prévenue qu'il y a quelques lenteurs, peut-être que je l'apprécierais un peu plus vu que je sais à quoi m'attendre ? J'espère en tout cas ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien possible, il faut savoir que c'est lent quand on s'y attend, du coup ça peut être moins dérangeant.

      Supprimer
  2. J'aime les femmes fortes et ayant apprécié Déracinée, ce roman me tente, mais vu la lenteur du récit et les longueurs, je vais probablement le garder pour un peu plus tard. Là, j'ai envie de lectures rythmées...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, faut savoir que c'est lent, j'étais peut-être pas dans le bon mood pour un tel récit et ne l'ait peut-être pas apprécié à sa juste valeur. Après j'avais adoré Déracinée qui était assez lent aussi. Mais ça m'a semblé plus marquant ici.

      Supprimer

Publier un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande.
Veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***