Princesse Ugg, tome 1 de Ted Naifeh

Quatrième de couverture

Au coeur du royaume de contes de fées d'Atraesca se dresse la prestigieuse Académie des Princesses, un établissement où les jeunes héritières royales des cinq royaumes viennent parfaire leur éducation. Mais c'est bien la première fois qu'elles ont l'occasion de rencontrer une princesse comme Ulga de Grimmeria ! Descendant des contrées barbares enneigées, armée d'une hache et d'une épée, chevauchant son mammouth de guerre, Uga vient apprendre la diplomatie. Le choc des cultures s'annonce violent...

Mon avis

Voici une BD jeunesse destinée davantage pour les ados qui m’a bien plu. C’est très original et surprenant pour une histoire de princesse ! Et oui, ne vous y trompez pas, il s’agit bien d’une histoire de princesse mais dans le genre un peu barbare et loin des clichés traditionnels… du moins, pour Princesse Uga…

La princesse Uga doit parfaire son éducation pour devenir une vraie princesse et pour cela elle va rentrer à la prestigieuse Académie des Princesses, sauf que ses manières quelque peu « barbare » vont lui poser quelque petit problème et le choc des cultures risque d’être rude.

Avec Princesse Ugg, c’est le sourire garanti. C’est vraiment drôle et décalé, nous la suivons dans son nouveau quotidien pour devenir une parfaite princesse accomplie, sauf que ses manières quelque peu frustre. Mais Uga n’en reste pas moins attachante et sympathique et on a envie qu’elle s’intègre tout en restant elle-même car elle est loin du cliché de la princesse qui attend son prince charmant du haut de sa tour ou s’évanouie pour un rien.

Une première histoire intéressante et prenante qui nous montre aussi un autre aspect que celui de la princesse qui doit apprendre à en devenir une, mais que des conflits entre les différents royaumes peuvent éclater à tout moment, d’où l’intérêt pour Uga de devenir diplomate.

Les illustrations sont sympathiques et donnent une vraie ambiance à l’histoire. C’est très dynamique et expressif. Uga ne ressemble en rien aux autres princesses, elle a un corps digne d’un bodybuilder ce qui, il faut l’avouer, n’est vraiment pas beau en soi…

En bref, il faut lire Princesse Ugg parce que c’est drôle et décalé, que l’on a une princesse assez atypique qui nous emmène non des clichés de la princesse, même s’il y en a quelques unes dans l’ouvrage pour créer un véritable choc des cultures. Un premier tome qui pose les bases du problème et promet de grande chose pour la suite. A découvrir.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Melisande au Studio Harry Potter

Effroyable porcelaine de Vincent Tassy

Les larmes de l'araignée de Pascaline Nolot