Rechercher dans ce blog

27/05/2019

Le Jour J de Sophie Lescaut

Quatrième de couverture

Avant même de sortir de son œuf, Nestor avait peur. Il avait peur dans l’œuf, peur quand l’œuf s’est brisé, peur quand ses parents lui ont souri... Si bien qu’ils n’ont pas trop insisté pour le faire sortir du nid. Mais avec le temps, Nestor, ses peurs et ses pleurs ont pris de plus en plus de place.
Une nuit, le vent s’est mis à souffler très fort. Si fort que la branche sur laquelle était installé le nid craqua. Et là, au lieu de se déplier, les ailes de Nestor restèrent figées et Nestor tomba droit sur le sol. Alors, toutes les pires craintes qu’il avait, les pires scénarios qu’il imaginait... se réalisèrent (plus drôles et terrifiants les uns que les autres).
Le lendemain, devant une bande d’oisillons moqueurs, c’est ensuite la honte qui habita Nestor... Faisant place, enfin, au courage, car après avoir traversé tant d’épreuves, apprendre à voler ne sera finalement pas si compliqué !

Mon avis

Vous connaissez Tanguy, ce trentenaire qui vit toujours chez ses parents ? Eh bien voici sa version oiseau : Nestor.

Nestor, avant même de naître, avait peur de tout. Il a laissé sa peur grandir et le dominer à tel point qu’elle prend toute la place dans le nid. Ses parents n’en peuvent plus et veulent qu’il parte à tout prix et qu’ils volent de ses propres ailes. Nestor craint le pire et ses prédictions pourraient bien se réaliser. Mais est-ce vraiment une mauvaise chose ? Pas vraiment puisque c’est grâce aux expériences que nous vivons que nous grandissons.


Le Jour J est un album sur l’apprentissage, sur le fait de grandir et d’expérimenter. Même si parfois ce n’est pas facile, il faut parfois se lancer dans l’inconnu pour pouvoir voler de ses propres ailes. En l’occurrence pour Nestor c’est aussi au sens littéral du terme. Parfois, on peut se mettre des barrières, pensant qu’on n’y arrivera jamais, mais on peut être surpris par notre force et notre capacité d’adaptation.


Le texte est assez long, donc ce n’est pas à destination des tout-petits, en même temps, vu le sujet, il faut avoir une certaine maturité pour comprendre. Donc c’est plutôt pour les enfants en fin de maternelle plutôt qu’au début. Le texte et les illustrations s’agencent parfaitement et sont complémentaires, l’un ne va pas sans l’autre. Les illustrations sont plutôt sympathiques, cela donne un bel ensemble à l’album, après on aime ou pas, tout dépend des goûts et des couleurs. Les personnages sont très expressifs, notamment Nestor qui prend des poses assez comiques.


En bref, Le Jour J est un album que j’ai pris grand plaisir à découvrir. L’histoire est intéressante sur l’apprentissage, le fait de devoir s’affranchir et d’aller vers l’inconnu. Cela peut faire peur, mais c’est en vivant des expériences que l’on grandit et que l’on apprend. Certaines épreuves peuvent être plus dures que d’autres, mais l’essentiel est d’essayer et parfois on peut se rendre compte que l’on pensait une chose insurmontable alors qu’il n’en était rien. Un bel album que je vous invite vivement à découvrir.

À partir de 5 ans.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande.
Veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***