Un bruit sec et sonore de Jean-Marie Firdion

Quatrième de couverture

Quelques coups de feu et la vie de Jérôme, 14 ans, bascule.
Il se réveille seul dans une chambre d’hôpital, une balle dans le ventre. Qui sont les « hommes en noir », ses mystérieux agresseurs ?
Lorsqu’on lui parle d’avenir et de reconstruction, Jérôme ne voit que l’urgence de fuir pour sauver sa peau.
Mais tôt ou tard, la vérité devra surgir…

Immersion dans la tête d’un ado en pleine panique.

Mon avis

Devant assister à une rencontre avec des auteurs de chez Didier jeunesse (Taï-Marc Le Thanh, Christophe Lambert et Jean-Marie Firdion), je voulais lire Un bruit sec et sonore avant cette rencontre. Malheureusement, je n’en ai pas eu le temps puisque j’ai tardé à lire certains livres, mais avec la rencontre avec l’auteur, je dois dire que ça m’a vraiment donné envie de le découvrir. Une fois ma dernière lecture terminée, je me suis empressée de le lire et cela a été une bonne découverte et je vous le conseille vivement.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture, bien que succincte, est suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. Par ailleurs, je vous conseille de vous laisser porter par les mots et découvrir au fur et à mesure ce qui se passe pour plus de suspense.

La narration est à la première personne, si bien que l’on est dans la tête de Jérôme, on peut comprendre ses craintes, ses angoisses, on les vit avec lui. On est dans l’ignorance la plus totale et on découvre en même temps que lui ce qui se passe, on fait les mêmes découvertes douloureuses et on suit son parcours à l’hôpital, ses séances avec le psy, etc.

Avant de commencer ce livre, et avant cette rencontre, je pensais qu’il allait s’agit d’un thriller en bonne et due forme avec une certaine enquête, etc. Il n’en est rien, du moins tout se passe dans l’ombre. On ne suit pas l’affaire à proprement parlé puisqu’elle se déroule en arrière-plan pendant que les médecins s’occupent de Jérôme, aussi bien pour ses blessures physiques et morale. On reste centré sur Jérôme, ses moments à l’hôpital, son rétablissement et ensuite ce qui va en découler puisque comme on le voit sur la couverture, il est question d’un accident de voiture et que cela va changer sa vie.

Il faut savoir qu’avec cette rencontre, j’ai appris un certain nombre de choses sur le roman et j’ai donc su de quoi allait parler le livre, quelle allait être la révélation finale. Ça ne m’a pas dérangé mais il est vrai que de savoir en amont retire un certain suspense, je pense que si je l’ignorais ça aurait été un vrai choc, une révélation percutante. Même si je le savais, ça n’empêche pas le fait que ce soit un roman prenant et fort et quand on découvre ce qui a pu arriver à Jérôme, on en voit toute l’horreur de la situation… Si je ne l’avais pas su, je ne pense pas que je l’aurai compris avant la révélation finale et ça aurait été une grosse surprise et une grosse claque.

L’écriture de Jean-Marie Firdion est très agréable à lire et fluide, si bien qu’on entre facilement dans l’histoire. On est parfaitement dans la tête de Jérôme, cet adolescent de 14 ans qui va vivre des instants difficiles et on suit tout un processus.

Durant la rencontre, l’éditrice qui animait le débat pour parler des différents livres des auteurs avait souligné le « ton », la manière dont été écrit le récit pour faire entendre la voix de Jérôme et je trouve qu’il est juste. On a vraiment la sensation d’entendre cet ado, son besoin de réponses et ses craintes. Après tout, il a été reçu à l’hôpital suite à un accident et il a reçu une balle dans le ventre. On ne sait rien des agresseurs et ils peuvent être n’importe où et vouloir s’en prendre de nouveau à lui. Ce n’est pas évident d’avoir une telle justesse dans le ton pour donner cette sensation d’avoir affaire à un adolescent, qui plus est en pleine panique, en stress post traumatique, sans aller dans les travers et le « parler d’jeuns » qui ne correspond pas forcément.

Jérôme est touchant et attachant, on ne peut que compatir face à sa souffrance et son désœuvrement. Il est complètement perdu, il apprend certaines choses qui vont le bouleverser. Sa mémoire défaille suite à son accident et quand il se remémore des choses mais refuse d’en parler, de donner consistances aux souvenirs qui lui reviennent. Il fait des cauchemars et est suivi par un psy qui va l’aider autant que possible, même si parfois il le pousse dans ses retranchements. Un certain lien va s’établir entre eux et peu à peu Jérôme prendra confiance et lui dira ce qu’il sait, ce qui permettra de mieux comprendre ce qui a pu lui arriver et faire admettre à Jérôme ce qui s’est passé.

En bref, Un bruit sec et sonore est un roman percutant que j’ai pris grand plaisir à découvrir même si ce n’est pas une lecture facile. Même si je savais qu’elle allait être la révélation finale puisque je l’avais apprise lors d’une rencontre avec l’auteur, ça n’enlève en rien la qualité du roman et de voir le cheminement pour en arriver-là. J’ai beaucoup aimé cette histoire et vous invite vivement à la découvrir.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les Carnets de Cerise et Valentin de Joris Chamblain et Aurélie Neyret

Les contes du chat perché de Marcel Aymé

Fils de sorcières de Pierre Bottero

Le navire des disparus de Paul Beorn (Le club des chasseurs de fantômes 1)