Mes vacances (presque) parfaites avec papa de Seb Braun

Quatrième de couverture

Papa et moi, nous partons camper. Je suis sûr que ça va être nos meilleures vacances de tous les temps ! Mais les choses ne se passent pas exactement comme prévu... Une histoire malicieuse où un petit tigre futé aide son Papa un peu débordé.

Mon avis

Après avoir lu Pandora, je me suis lancé dans la lecture de Mes vacances (presque) parfaites avec papa, le titre et le graphisme de l’album m’ont interpelé et j’étais curieuse de voir ce que ça pouvait donner et je dois dire que je ne suis pas déçue du résultat, c’était une lecture bien sympathique.

Ben et son papa vont partir camper tous les deux. Ben est très pressé de passer ses vacances avec son père qui vont être parfaites et inoubliables. Sauf qu’une fois arrivés au campement, tout ne va pas se passer comme prévu, les premiers problèmes vont vite arriver. En effet, le papa de Ben a du mal à monter la tente, mais la famille Ours qui est non loin lui propose de l’aide, ce que le père de Ben va refuser, il peut s’en sortir tout seul.


Vous imaginez bien la suite, à chaque fois, le père de Ben va se retrouver en difficulté et la "famille parfaite" que représente cette famille Ours va agacer le père de Ben qui veut faire les choses seules et ainsi, montrer à son fils (on peut le supposer) qu’il est capable de se débrouiller tout seul. Sauf qu’évidemment, ces problèmes vont quelque peu chagriner Ben qui ne passe pas de si bonnes vacances qu’espérées. C’est décevant même si on voit que son père se donne beaucoup de mal. Jusqu’au moment où il faudra se rendre à l’évidence que demander de l’aide n’est pas signe de faiblesse et peut être la bienvenue.


Mais rassurez-vous, tout est bien qui finit bien, même si au départ ce n’était pas gagné. Je vous laisse découvrir ce qui va leur arriver et pourquoi l’aide était plus que la bienvenue.

Le côté répétitif des actions, le fait que le père veuille se débrouiller seul et refuse l’aide suggérée par le père de la famille Ours fait que l’on s’attend à ce qu’au prochain problème, ça se répète. L’enfant sait donc à quoi s’attendre et imagine bien ce qui va se passer, jusqu’à la toute fin où là, revirement de situation bien évidemment.


Les illustrations sont assez simples, tout en aplat et très colorés, un visuel qui attire l’œil et nous embarque en un rien de temps dans l’histoire. Après, on aime ou pas, les goûts et les couleurs ça ne se discute pas mais je trouve que ça a son charme et peut plaire aux plus petits.


En bref, Mes vacances (presque) parfaites est un album bien sympathique que j’ai pris plaisir à lire. Ça change de voir un papa solo dans une histoire à destination des tout-petits (en dehors de celle qui traite du divorce) qui vont partir en vacances. Certes, tout ne sera pas parfait comme escompté, mais ce seront des vacances inoubliables pour Ben car tout a fini par s’arranger quand le père de Ben a accepté qu’un peu d’aide peut être parfois nécessaire. Une histoire amusante qui plaira aux petits comme aux grands.

À partir de 4 ans.

Commentaires

  1. Bonjour. Merci pour ce chouette partage ! Je me demandais comment le camping est-il présenté dans l'histoire ? Comme une chouette aventure ? Ou ce sont surtout les petits inconvénients ou petites difficultés qui sont mises en avant ? Merci beaucoup pour votre réponse. Marie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nan c'est plutôt les petits soucis rencontrés par le père de Ben qui n'arrive pas à trouver son chemin, qui n'arrive pas à monter la tente, qui finit par se perdre lors de la balade et se retrouve sur l'eau, sans pouvoir s'arrêter et qui se précipite vers le précipice, etc. Le camping en soi n'est pas vraiment montré. Cela montre aussi le fait que le père ne veut jamais demander de l'aide et quand on le lui propose, il refuse, voulant se débrouiller tout seul.

      Supprimer

Publier un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande.
Veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***