Maman n'est pas une étoile de Camille Salomon

Quatrième de couverture

Cher journal, hier, j’ai vécu la pire journée de ma vie.
Moïra, treize ans, vient de perdre sa maman, décédée des suites d’un cancer. Comment continuer ? À quoi se raccrocher ? À son père ? À ses amis au collège ?
Et puis, une nuit, dans ses rêves… Smog apparaît. Un monstre ténébreux mais attachant, qui l’entraîne dans un monde irréel : le Royaume des Sept Contrées…
Commence alors un long voyage initiatique pour Moïra, qui lui permettra de faire son deuil d’une façon inattendue.

Mon avis

Après avoir lu Les prouesses de mamie Rose, je me suis lancé dans Maman n’est pas une étoile, un roman que je venais de recevoir et qui m’a beaucoup intrigué et en même temps, vu le sujet, je le redoutais un peu. Tout ce qui a attrait à la maladie n’est pas ce que je préfère, même si j’en lis plus qu’avant, ça reste un sujet sensible. Là, en l’occurrence, il s’agit plutôt de l’après, comment faire son deuil et je dois dire que la manière dont Camille Salomon aborde le sujet est original. C’est un beau roman, dur, à cause du sujet, mais touchant que je vous conseille.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. L’écriture de l’autrice est vraiment très agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre rapidement dans cette histoire qui est racontée avec une certaine douceur.

Maman n’est pas une étoile aborde donc le sujet du deuil, notamment à travers les 7 étapes qui permettent de le faire. Il faut apprendre à vivre avec ce manque et cette douleur. Ainsi, durant une année on va suivre Moïra qui franchira ses étapes petit à petit mais de manière plutôt « originale ». En effet, une part fantastique va prendre place dans ce récit, de la même manière que le roman Comment un écureuil, un héron et une chouette sauvèrent le père de Casper qui abordait la dépression. Sous couvert d’un élément imaginaire, cela va permettre à Moïra d’appréhender cette absence et de faire son deuil. Une manière détournée intéressante qui donne encore plus d’intérêt à ce roman.

La narration est triple. On suit en premier lieu Moïra (1ere personne) qui nous raconte son quotidien après la perte de sa mère, les difficultés à y faire face, la réaction de ses ami à l’école, sa scolarité, et sa relation avec son père. On y voit aussi ses séances chez une psychologue pour l’aider à faire son deuil et comprendre ce qu’elle ressent et le processus qui s’engage. Enfin, une 3e narration du point de vue de Smog, une étrange créature qui apparaît pour l’emmener au Royaume des Sept Contrées.

Cette narration permet de créer un certain rythme, de voir l’évolution de Moïra qui franchit petit à petit les étapes. Elle mûrit, elle comprend peu à peu mieux ses émotions et ce que ça implique de faire son deuil. L’histoire est vraiment prenante et touchante, on ne peut pas rester indifférent face à la douleur de cette adolescente.

Moïra est une adolescente courageuse qui voit sa vie basculer du jour au lendemain suite à la mort de sa mère. Elle est perdue, elle est en colère et ça peut se comprendre. Une mort prématurée suite à la maladie qui a été plus forte. On ne peut que s’attacher à elle, à vouloir que tout s’arrange dans sa vie, qu’elle puisse faire son deuil et être plus en paix, même si on ne peut jamais oublier une telle perte.

En bref, Maman n’est pas une étoile est un roman touchant et dur à cause du sujet abordé, mais la manière dont s’est traité, c’est vraiment très doux et pas glauque ni dérangeant. Moi qui ne suis pas spécialement friande de tout ce qui a attrait à la maladie, etc. là, c’est vraiment bien passé. C’est une belle histoire et avec cette petite touche de fantastique en la personne de Smog, cela ajoute une autre dimension, en en faisant un livre d’aventure. Un roman touchant que je vous invite à découvrir.

Commentaires

  1. Le deuil fiât partie de mon quotidien à cause de mon métier. Du coup ça me touche particulièrement étant moi-même en deuil depuis 3 ans... j’adore ce sujet dans les romans parce qu’on en parle peu et c’est tellement important. J’aimerais un jour que ce soit un sujet plus tabou...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est un sujet délicat et même si ça fait partie de la vie, on préfère ne pas y penser et faire comme si ça n'existait pas. Ce n'est pas un sujet facile, mais on trouve quelques livres (pour tout âge) sur le sujet pour l'appréhender justement.

      Là en tout cas, le traitement sur le deuil est intéressant dans la manière dont il est fait.

      Supprimer

Publier un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande.
Veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***