Rechercher dans ce blog

12/12/2017

K-Love de Sky Muglach

Quatrième de couverture

Séoul, aujourd’hui. Adolescent à l’allure androgyne, Tokki fuit le foyer familial en raison de la violence de son père, médecin. Seul et abandonné à son sort, ce garçon séduisant fréquente alors les rues mal famées et tombe dans la drogue, nouant une relation ambiguë avec un dealer, Min. Mais la vie décadente de Tokki est un jour bouleversé par l’irruption d’un véritable ange gardien, Han. L’amitié entre les deux jeunes hommes tournera à la passion. Jusqu’à ce que Min ressurgisse…

Hommage sincère au « yaoi », K-love reprend tous les codes du manga sentimental sous la forme d’un vrai roman, dont certains fragments sont publiés sur le Net ont été plébiscités par les internautes. A la fois chronique sociale réaliste et grande histoire d’amour sans tabou, cette romance parfois crue est une œuvre universelle et poignante.

Mon avis

K-Love est un roman que j’ai reçu, sans savoir comment d’ailleurs puisque je ne suis pas partenaire avec l’éditeur. Mais quitte à recevoir un livre, autant le lire d’autant que le pitch était assez intriguant. Je dois dire que c’était une histoire intéressante et plutôt plaisante dans l’ensemble, même si elle n’est pas sans défaut.

Alors le yaoï n’est pas un genre que je lis habituellement, les seuls romans où il y avait une relation homosexuelle c’était dans Prince Captif qui est davantage de la Fantasy pour moi que de la romance (donc loin de l’univers yaoï) ou encore les Chroniques d’une initiée qui est de la romance érotique et pas uniquement homosexuelle. Du coup, il est vrai que je ne suis pas le public cible pour ce genre de livre et encore moins une spécialiste, donc je n’ai pas forcément le recul d’un lecteur avisé du genre. Néanmoins cela ne m’empêche pas de voir les qualités du livre mais également ses défauts.

Dans l’ensemble c’est une histoire intéressante, dure et touchante car il est vrai que Tokki va se retrouver dans une situation délicate et on ne peut qu’être touché par sa détresse et sa descente aux enfers. Fils d’une bonne famille, mais où il est maltraité, il va fuir ce luxe pour se retrouver dans la misère la plus extrême, côtoyant le milieu de la drogue et du sexe d’un peu trop près pour son bien. Un mal pour un bien car dans cette descente aux enfers, il va faire la rencontre de Han et Min, deux hommes qui vont lui apporter beaucoup et changer sa vie, pour le meilleur comme pour le pire. Car si le premier va tâcher de le sortir de cette vie de misère et de débauche, le second va plutôt l’y entraîner un peu plus.

La fin paraît plutôt évidente, tout comme les secrets qui entourent sa famille. Quant au choix de Tokki en ce qui concerne sa vie amoureuse, là encore, je m’y attendais grandement. C’était plutôt couru d’avance car il faut voir la relation que Tokki entretient avec les deux hommes. Chacun lui apporte quelque chose et l’aide à leur manière même s’il y en a une qui est bien plus nocive que l’autre. J’avoue ne pas comprendre les choix de Tokki mais en même temps je ne suis pas à sa place non plus.

Le bémol de l’histoire est pour moi surtout dans la narration. Elle est double, une à la 3e personne et une à la première personne, du point de vue de Tokki. En soi, cette double narration n’est pas dérangeante, si elle est bien maîtrisée et utile et j’avoue que j’ai eu la sensation d’une voix un peu trop superflue. Car il y a un effet de répétition, un élément raconté à la 3e personne par le narrateur, va être repris par Tokki lorsqu’il devient le narrateur, et inversement. De ce fait, on nous répète la même information, ce qui, en soi n’est pas très utile et ajoute une certaine lourdeur et lorsqu’on commence à s’en rendre compte eh bien on ne focalise plus que sur ça et ça devient pénible à la longue.

Je pense qu’il aurait mieux valu n’avoir qu’une seule narration, soit à la première du point de vue de Tokki, soit à la 3e, quitte à avoir un narrateur interne ou omniscient pour avoir accès aux pensées du héros, pour qu’on ait son ressenti face à ce qui se passe. Mais je trouve que l’alternance des deux points de vue tels qu’il est fait ne fonctionne pas et ajoute de la lourdeur au récit. C’est dommage.

En bref, K-Love est un roman intéressant à lire, même s’il a quelques défauts. Pour un premier roman ce n’est pas si mal que ça et j’étais curieuse de voir ce qui allait arriver à Tokki, Min et Han. Une histoire difficile et tout de même touchante même si je ne comprends pas toujours les choix de Tokki. Quant à la partie romance de l’histoire, j’avoue que je suis quelque peu restée en retrait puisque ce n’est pas forcément le genre de romance que j’aime lire et qu’il est parfois difficile d’approuver les choix du personnage.

1 commentaire:

  1. Il est dans ma PAL. je l'ai acheté sans rien savoir. je verrais ce que ça donne.

    RépondreSupprimer

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande.
Veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***