Rechercher dans ce blog

17/06/2018

Le Somnambule de Sebastian Fitzek

Quatrième de couverture

Enfant, Leo Nader était victime de crises de somnambulisme. Si intenses qu’on l’avait contraint à consulter un psychiatre, le docteur Volwarth. Bien des années plus tard, Leo se croit guéri. Mais, un matin, il découvre que son épouse a été agressée pendant la nuit et qu’elle s’apprête à le quitter. Il tente de la retenir, mais elle s’enfuit. Leo, qui se croit coupable, décide de retourner voir son psy. Ce qu’il va découvrir ira bien au-delà de tout ce qu’il pouvait imaginer…

Mon avis

Ayant lu beaucoup de livres jeunesse dernièrement, je voulais changer un peu de registre et il est vrai que cela faisait très longtemps que je n’avais pas de thriller. Alors quoi de mieux de lire LE maître en la manière, mon Grand Malade n°1 ?

C’est ainsi que je me suis lancée dans Le Somnambule de Sebastian Fitzek, alias mon Grand Malade n°1 et il ne démérite pas de ce surnom parce que cette lecture était génialissime ! En même temps, venant de sa part, ça ne m’étonnait pas. Mais c’est fou comme il arrive à chaque fois à me retourner complètement le cerveau et le cœur aussi.

J’avoue que j’étais angoissée durant toute cette lecture. Non pas parce que l’histoire fait peur, ça n’est pas de l’horreur mais il arrive à retranscrire une certaine intensité, une atmosphère si lourde et pesante que je me demandais si je ne devenais pas aussi paranoïaque que Leo. C’est un livre addictif que je n’ai pas su lâcher tant c’était prenant et haletant. Je l’ai lu quasi d’une traite en quelques heures tant je voulais savoir ce qui allait se passer, quelles étaient les explications à tout ça. Et je n’ai pas été déçue du voyage. A un moment j’avais émis cette hypothèse mais l’auteur arrive à nous retourner le cerveau si bien que j’étais passée à autre chose et plus j’avançais dans ma lecture et moins je savais où tout cela allait nous amener.

Sebastian Fitzek a le don de nous emporter dans ses histoires et de nous faire ressentir tant en émotion. A chaque fois ça me prend aux tripes et il arrive à m’avoir et je vous avoue que même arrivé à la fin de l’ouvrage, je ne sais pas trop quoi penser de tout ça ! Ça m’a fait penser à deux films où joue Leonardo DiCaprio (je ne veux pas les nommer pour éviter de mener sur une piste sur ladite fin et les éventuelles révélations) et du coup cette fin est quelque peu frustrante mais si géniale !

L’intrigue est vraiment bonne et bien menée, Leo pense qu’il refait une rechute et il est vrai qu’avec les faits, on en vient à douter tout comme lui. Il semble être dans un délire, dû à un somnambulisme qui l’amènerait à faire des choses atroces. Mais où est la vérité dans tout ça ? Le suspense est maintenu jusqu’au bout et l’auteur sait nous tenir en haleine.

Leo est un personnage attachant et sympathique, même si avec les découvertes que l’on fait, on peut en venir à douter de lui. Comme lui, on aimerait comprendre ce qui lui arrive, en quoi ses crises de somnambulisme le pousseraient à être dangereux. Plein de questions sans réponses, du moins dans un premier temps car les révélations finissent par arriver et je ne m’attendais pas à cela. Avec tout ce qui se passe, Leo devient comme fou et en suivant cette histoire, on est quasi dans le même état. J’étais en empathie totale pour lui et j’espérais de tout cœur qu’il n’y soit pour rien, qu’il y ait une raison à tout cela. Je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler mais ça m’a fendu le cœur de le voir ainsi.

En bref, Le Somnambule a été une excellente lecture, celle dont on n’en sort pas tout à fait indemne. C’est une histoire prenante, du Fitzek en somme, je n’ai pas été déçue du voyage. Si vous aimez les thriller psychologique, vous ne devez pas hésiter à lire ce livre, cet auteur parce qu’ils sont tous excellents ! Une excellente découverte et il me tarde de lire Passager 23 qui m’attend déjà dans ma PAL.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous êtes bien sur la messagerie écrite de Melisande.
Veuillez laisser un message après le bip écrit car elle est partie lire !

***biiip***