Les caprices de lady Violet de Martha Waters

Quatrième de couverture

1817. Lady Violet ne décolère pas. Depuis quatre ans, elle est brouillée avec son mari. Passe encore qu’il se noie dans le travail et lui adresse à peine la parole en privé. Mais qu’il ne daigne même pas la prévenir quand il est victime d’un accident… Trop, c’est trop ! Elle décide de lui rendre la monnaie de sa pièce et, en matière de revanche, Violet est particulièrement inventive. Cependant, à son grand étonnement, James va se révéler tout aussi retors. Dans ce duel conjugal qui oppose les époux terribles, tous les coups sont permis, du plus cocasse au plus perfide. Un seul détail leur a échappé : ils sont toujours éperdument amoureux l’un de l’autre…

Mon avis

Après avoir lu Le Monde des démons, je me suis lancé dans Les caprices de Lady Violet, que j’étais très curieuse de découvrir. J’avais beaucoup aimé Panique chez les Montgomery dans la nouvelle collection Regency et j’avais envie de savoir ce que pouvait donner cette histoire. Et je dois dire que c’était une comédie romantique historique très sympathique.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. L’écriture de l’autrice est agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre rapidement dans l’histoire.

Le prologue s’ouvre sur leur rencontre et la demande en mariage qui s’ensuit. Puis l’intrigue reprend 5 ans plus tard où l’on retrouve le couple en froid. Pendant une bonne partie de l’histoire, on se demande bien quelle a été la dispute pour qu’ils en viennent à ne plus s’adresser la parole depuis 4 ans et qu’ils vont se lancer dans une guerre où tous les coups sont permis…

C’est triste de les voir se déchirer de la sorte, d’en venir à faire des stratagèmes pour attirer l’attention de l’autre alors même qu’ils sont toujours amoureux l’un de l’autre. Mais leur orgueil les empêche d’aller vers l’autre car une simple communication permettrait de remettre à plat les choses, d’avoir les deux points de vue de la situation. Mais comme ils sont aussi tête de mule l’un que l’autre… le moins que l’on puisse dire c’est qu’à ce niveau, ils se sont bien trouvés.

C’est une romance historique qui change de ce qu’on peut lire car déjà, le fait que ce soit davantage de la comédie romantique donne un autre ton à l’histoire. c’est beaucoup plus léger et moins guindé que dans les romances historiques strictes. Même si on reste dans les codes habituels car cela reste des aristocrates, etc. donc il y a une certaine étiquette et codes sociaux, mais il y a une petite légèreté en plus qui se ressent par rapport aux romances historiques que je lis habituellement et ça fait du bien. Par ailleurs, le couple est déjà établis, ils sont mariés depuis quelques années mais une dispute les a conduit à se montrer froid l’un envers l’autre, une guerre froide qui dure depuis trop longtemps au goût de leurs amis qui ignorent tout de l’origine du conflit.

Mais bien évidemment, comme ça reste une romance, les choses vont finir par se décanter, mais ça va prendre du temps et ce n’est pas sans heurt, sans douleur supplémentaire et celle-ci est existante car ils tiennent l’un à l’autre. C’était un vrai coup de foudre et une évidence pour eux qu’être ensemble et quand on les voit se chamailler à tout va, on s’en rend compte aussi. Mais la communication a été rompue et ils ne savent plus comment faire pour s’extirper de cette situation car chacun campant dans ses positions et pensant être dans leur bon droit. Ils ont des torts des deux côtés, mais il est vrai que la balance des torts va principalement du côté de James.

Les personnages sont savoureux. J’ai beaucoup aimé Violet et James qui ont tous les deux du caractère. Une femme d’un tel tempérament pour l’époque c’est un scandale mais c’est ce qui fait son charme et aussi qu’elle plaît à James. En même temps, il faut au moins une femme comme ça pour lui tenir tête, savoir le remettre à sa place et lui faire prendre conscience de certaines choses sur lui, des choses qu’il ignorait ou ne voulait tout simplement pas admettre… Il va devoir prendre des décisions pour pouvoir arranger les choses et Violet va aussi devoir mettre de l’eau dans son vin et admettre que cette guerre froide a assez duré… Qu’ils en souffrent tous les deux.

En bref, Les caprices de Lady Violet est un roman que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire. C’est assez frais et léger, malgré une situation très délicate qui a projeté Violet et James dans une guerre froide. Un couple qui se déchire alors même qu’ils sont amoureux l’un de l’autre mais par manque de communication, ils n’arrivent plus à s’entendre et à comprendre l’autre. Mais cela reste une romance donc on sait que tout finira bien mais le chemin va être long et semé d’embûches, pour notre plus grand plaisir. Les personnages sont vraiment sympathiques et attachants même si parfois on aimerait en prendre un pour taper sur l’autre pour qu’ils se rendent compte à quel point la situation est grotesque. Leurs amis n’arrêtent pas de leur dire d’en parler, mais difficile de ravaler son orgueil et de faire un pas vers l’autre. Une comédie romantique historique que je vous invite à découvrir !

Automne des mystères : Le destin perdu

Commentaires