My Dear F***ing Prince de Casey McQuiston

Quatrième de couverture

Que se passerait-il si le fils de la présidente des États-Unis et le prince d'Angleterre devenaient... beaucoup plus que des amis ?

Quand sa mère a été élue présidente des États-Unis, Alex Claremont-Diaz s'est aussitôt retrouvé propulsé au rang de prince de la nation. Charismatique, intelligent, charmeur... son potentiel de séduction auprès des millennials est un atout majeur aux yeux de la Maison-Blanche. Seul problème : Alex est l'ennemi personnel du vrai prince, Henry – celui dont la grand-mère règne de l'autre côté de l'Atlantique. Et, quand la presse met la main sur la photo d'une altercation entre les deux jeunes gens, les relations anglo-américaines s'enveniment... en pleine campagne de la présidente pour sa réélection !

Chefs de famille et chefs d'État – assistés d'une armée de conseillers aux abois – échafaudent à la hâte un stratagème pour réparer cet incident diplomatique : les deux rivaux sont donc contraints de feindre la réconciliation à longueur de mises en scène sur les réseaux sociaux. Mais cette fausse amitié ne tarde pas à se faire plus problématique que tout ce qu'ils auraient pu imaginer. Un secret bien gardé qui, s'il était révélé à la face du monde, pourrait faire dérailler la campagne de la présidente et compromettre l'image soigneusement lisse de la famille royale...

Ils sont ennemis jurés depuis des années... Mais que se passerait-il si le fils de la présidente des États-Unis et le prince d'Angleterre devenaient tout à coup beaucoup plus que des amis ? Cauchemar d'attachés de presse, interrogations, parfois intimes, sur l'identité, la notoriété et l'ouverture d'esprit de l'opinion publique comme du système médiatique... ce roman à la fois brillant, subtil et incandescent vous donnera tout simplement envie de retomber amoureux.

Mon avis

Après avoir lu Le petit défaut de lady Rotherham et Les trois chatons, je me suis lancé dans My Dear F***ing Prince, un roman que j’étais très curieuse de découvrir et je dois dire que j’ai adoré ! Un petit coup de cœur pour ce roman doudou. C’était une lecture parfaite, très cocooning, même si par moment j’avais envie de secouer Alex et Henry… Une lecture que je vous recommande chaudement si vous avez envie de suivre une belle romance.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. L’écriture de l’autrice est agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre en un rien de temps dans l’histoire qui est juste géniale.

La scène d’ouverture avec le scandale qui marque un tournant dans cette rivalité est juste superbe. Je l’imagine tellement bien, un problème qui va pousser les membres de chaque gouvernement à trouver un stratagème pour montrer qu’ils ne sont en rien ennemis car ça pourrait nuire à la carrière de leurs parents. Un rapprochement forcé va leur permettre d’apprendre à se connaître et plus si affinités…

L’intrigue est bonne et bien menée, une bonne romance comme je les aime. Le « ennemy to lover » est vraiment un principe que j’adore et le moins que l’on puisse dire c’est qu’entre Alex et Henry c’est vraiment tendu. Nous suivons l’histoire du point de vue de Henry, même si c’est écrit à la 3e personne, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’aime vraiment pas le prince Henry… Et le fait de devoir jouer la comédie en sa compagnie ne lui plaît absolument pas, mais il va devoir s’y plier pour le bien commun. Mais on voit bien que tout ça cache autre chose, petit à petit un vraie amitié va s’installer et même plus que ça…

Et à ce niveau-là, déjà… Alex… Alex… il faut vraiment te poser des questions parce qu’il y a des choses qui ne se font pas… quand on est hétéro, vraiment hétéro… Il est un peu lent à la détente et ça m’a fait tellement rire. La romance va prendre du temps, et ça paraît normal puisqu’on est dans un « ennemy to lover » et je préfère de loin ça qu’un coup de foudre au premier regard. Les changements s’opèrent petit à petit et à partir du moment où le couple va se former, ça devient chaud bouillant… en même temps, depuis le temps… La tension était plus que palpable avec une vraie alchimie donc il arrive un moment où il faut céder et relâcher la pression.

Mais cette histoire est bien plus qu’une romance et c’est aussi ce qui fait tout l’intérêt de cette histoire et qui explique pourquoi c’est une telle petite brique. Le roman faisant presque 600 pages, ça aurait été dommage que de ne faire qu’une romance et étant donné le statut social des personnages, on ne pouvait pas passer à côté de tout un aspect de leur vie, à savoir la vie politique. Après tout, l’un est un héritier potentiel à la couronne quand le second est le fils de la présidente des États-Unis.

J’ai beaucoup aimé la manière dont la politique était amenée dans l’histoire. C’est fait avec finesse, sans que ce soit pour autant un livre politique, cela reste principalement une romance, mais on ne peut pas en faire l’impasse pour autant. Évidemment, une relation entre ces deux « héritiers », ça ne peut qu’avoir des conséquences à l’international. Et il faut bien préparer le terrain et imaginer tous les scénarios possibles si cela venait à se savoir, etc. Mais ce n’est pas seulement ça, on y voit aussi les enjeux politiques plus précis avec la campagne à la présidentielle de la mère d’Alex, l’implication de ce dernier qui fait des études politiques aussi. Et j’ai beaucoup aimé toute cette partie-là, ce que ça a eu pour conséquences, etc.

C’est un roman LGBT a plus d’un titre, Alex était de base hétéro mais va finalement se rendre compte qu’il aime aussi les garçons, notamment un certain prince arrogant qui le fait sortir de ses gonds à tout instant. D’autres personnages le sont aussi, et même au sein de la politique et on voit bien à quel point les minorités (que ce soit LGBT ou ethniques) le sont mais peuvent avoir une voix très forte si elle veut se faire entendre.

Les personnages sont vraiment attachants et sympathiques, à commencer bien évidemment par le couple phare de l’histoire, Alex et Henry même si par moment j’ai eu envie d’en prendre un pour taper sur l’autre tant leur comportement est parfois… Bref, je ne veux pas spoiler mais ils m’ont tous les deux énervés par moment et le manque de communication peut faire des ravages mais heureusement que ce sont tous les deux des têtes de mules et qu’en cas de coup dur, ils ne renoncent pas pour autant. Et le fait d’être bien entourés aussi, que ce soit par la famille, les amis ou encore leur garde du corps / attachés peut être un grand soutien et une aide bienvenue lorsque c’est nécessaire. Certains mêmes ont des contacts plus qu’utile à certains moments et ça peut provoquer une surprise générale…

Alex représente le parfait américain, d’une humeur plutôt joviale, un ami qu’on pourrait aimer avoir, même si en vérité, il n’en a pas beaucoup. En dehors de sa sœur et de leur meilleure amie commune, son monde reste relativement restreint malgré tout alors qu’il est super. Comme je l’ai dit plus haut, il est juste un peu long à la détente mais on l’aime quand même et on ne peut que s’attacher à lui.

Quant à Henry, il est le pur produit royal qu’on attend de lui. toujours très droit et carré, très snob et arrogant, du moins en façade car quand on creuse on se rend bien compte qu’il est bien plus que ça, bien plus drôle et attentionné qu’on pourrait le croire. Mais on découvre tout cela au fur et à mesure de l’amitié qui va lier les deux jeunes hommes.

En bref, My Dear F***ing Prince est une lecture doudou que j’ai adoré découvrir. Une belle romance qui fait chaud au cœur avec un slowburn des plus frustrants et en même temps, c’est ce qui fait l’intérêt de cette histoire. Et on ne va pas se mentir, les slowburn, c’est la vie ! Mais il faut dire que les deux sont vraiment aveugles et plus d’une fois j’ai eu envie d’en prendre un pour taper sur l’autre, tant le manque de communication est un vrai problème chez eux… Au-delà de la romance, on y voit tout un aspect politique vraiment intéressant qui est bien amené. Bien évidemment, une romance entre les héritiers de deux grandes nations, ça ne peut qu’avoir des répercutions. Ce roman traite aussi de sujets de société au sens large, notamment la place des minorités (genre ou ethnies). C’est bien plus qu’une romance et ça m’a beaucoup plu. Les personnages sont attachants et sympathiques, de quoi passer un très bon moment à leurs côtés, même s’il faut s’armer de patience. Un coup de cœur à découvrir encore et encore !


Automne douceur de vivre : Il suffit de se
souvenir de rallumer la lumière

Commentaires