Recherche

Chargement...

30/08/2016

L'élue de Lois Lowry (Le Passeur 2)

Quatrième de couverture

Dans un monde archaïque et violent qui rejette les faibles, Kira ne doit sa survie qu'à son don exceptionnel pour la broderie. Le Conseil des Seigneurs l'a choisie pour restaurer et achever la fabuleuse Robe sur laquelle est inscrite toute l'histoire de son peuple. Mais il lui faudra auparavant, avec l'aide du petit Matt, résoudre d'inquiétantes et sombres énigmes pour trouver la couleur qui lui permettra d'inventer l'avenir...

Mon avis

Ayant beaucoup apprécié Le passeur, j’étais curieuse de découvrir cette suite. Alors avant toute chose, il faut savoir que ce n’est pas une suite à proprement parlé puisqu’on ne retrouve pas du tout les personnages du premier volume, ni une même situation car les couleurs ont toute leur place ici et encore moins la même société même si on va rapidement découvrir que celle-ci n’a rien d’idéale non plus. Les événements se passent donc avant l’Unique ou bien dans un autre « monde » par rapport à cette société où tout est uniformisé.

Même si on n’a pas la suite directe au Passeur, ce n’est pas pour cela que ce n’était pas intéressant, bien au contraire, j’ai pris plaisir à découvrir l’histoire de Kira, cette jeune fille différente qui n’aurait pas dû continuer à vivre dans cette société où les gens doivent être performants et utile. Avec son handicap physique, elle allait être un poids mort et pourtant, elle a su trouver sa place, notamment en tant que brodeuse. Sa mère était experte en la matière et l’a éduquée en ce sens. Mais une fois encore sa place va être remise en question et au lieu de la bannir on va lui demander un travail bien précis : celui d’achever la Robe sur laquelle toute l’histoire de son peuple est écrit. Un ouvrage long et minutieux que la jeune fille va devoir s’acquitter. Mais cette tâche va s’avérer plus difficile qu’elle ne l’escomptait car la jeune fille a encore beaucoup de choses à apprendre…

C’est un roman initiatique assez classique dans le genre mais efficace. J’ai beaucoup aimé suivre Kira qui subit les moqueries suite à son handicap mais qui saura jouer ses atouts pour s’en sortir. J’avoue que la 4e de couverture m’avait quelque peu induite en erreur car la quête de la couleur prend son temps à arriver donc il est vrai qu’au début j’ai trouvé un peu le temps long avant d’arriver à ce point-là qui n’est au final que sur la fin. C’est un peu dommage parce que j’ai été dans l’attente mais ce n’est pas pour ça que je ne me suis pas ennuyée pour autant. On y découvre cette société, différents personnages qui rendent cette histoire intéressante et dont les secrets nous sont dévoilés au fur et à mesure. Car évidemment, nombre de choses sont cachés à Kira qui va peu à peu mieux comprendre dans quel monde elle évolue lorsqu’elle va être au plus près des dirigeants en travaillant pour eux avec la fameuse Robe.

Kira est une jeune fille courageuse et prête à tout pour s’en sortir et prouver sa valeur. Car malgré son handicap, elle est capable de grandes choses et mérite sa place dans cette société qui n’accepte pas les faibles car ils peuvent rapidement devenir un poids mort en n’aidant pas aux tâches qui incombent les villageois. On peut comprendre le principe car cela dépend de leur survie mais de l’autre, qui a vraiment le droit de décider qui doit vivre ou mourir ? Autant de questions / situations qui nous imposent une réflexion et c’est en cela que cette série est intéressante. Déjà dans Le passeur on avait cet aspect-là : qui est en mesure de décider ce qui est bon pour le plus grand nombre ? Les décisions prises sont-elles les bonnes ?

En bref, L’élue est un deuxième tome bien sympathique. J’ai bien aimé cette histoire qui nous propose une quête initiatique et nous expose dans une société où seuls les plus forts ont le droit de vivre. Un livre qui, comme le premier volume, pousse à la réflexion sur notre place en ce monde et aussi sur les dirigeants. Les personnages sont sympathiques et attachants, que ce soit Kira ou Matt et nous proposent une histoire que l’on a envie de découvrir. Une série à découvrir !

29/08/2016

Un coupable presque parfait de Robin Stevens (Une enquête trépidante du club Wells & Wong 1)

Quatrième de couverture

— Tu es sûre que nous ne devrions pas plutôt prévenir la police ?
— Ne dis pas de sottises. Nous n’avons aucune preuve. Pas même un cadavre. On se moquerait de nous. Non, nous devons résoudre cette affaire toutes seules.
Lorsque Daisy Wells et Hazel Wong fondent leur agence de détectives privés, elles espèrent débusquer une enquête digne de ce nom. Tout bascule subitement le jour où Hazel découvre la prof de sciences étendue dans le gymnase. Le temps d’aller chercher Daisy, le corps a disparu. Dès lors, il ne s’agit plus seulement d’un crime à résoudre mais d’un crime à prouver, et ce, avant que le coupable ne frappe de nouveau. Chaque minute compte lorsque tout indique que le meurtrier est là, coincé à vos côtés, dans l’école où vous vivez.

Mon avis

Un coupable presque parfait est un roman policier très réussi que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire. L’histoire est prenante et efficace, les personnages sont intéressants et attachants. Que demander de plus ? Il me tarde de découvrir de nouvelles enquêtes pour le club Wells et Wong.

La première chose que l’on remarque est l’écriture de l’auteur qui est agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre rapidement dans l’histoire. Cette dernière est écrite du point de vue de Hazel Wong, la « Watson » dans le Club Wells & Wong formée avec Daisy Wells qui se considère comme la nouvelle Sherlock Holmes au sein du duo. Hazel retranscrit ici une des enquêtes pour en garder une trace et aussi pouvoir noter à tout instant les indices qu’elles récoltent. Elle ne pensait pas un jour raconter dans son fidèle carnet la résolution du meurtre d’une de leur professeur. Une vraie aubaine pour leur club de détective qui jusqu’à présent se contentait de savoir qui avait pu faire des farces à une des élèves de l’institut.

Un coupable presque parfait est un roman haletant et prenant. On a envie d’en savoir plus à chaque instant, ce qui explique pourquoi je l’ai lu dans la journée. J’étais très attentive à tout ce qui se passait et aux différentes informations que les deux jeunes filles pouvaient récolter. Les pages défilent à toute vitesse et je voulais savoir ce qui était arrivée à leur professeur Miss Bell dont le corps a mystérieusement disparu après sa découverte par Hazel.

L’intrigue est bonne et bien menée de sorte que tout le long du livre on doute de l’identité du coupable. Après tout, nombre sont les suspects et à chaque nouvel indice, difficile de savoir qui a bien pu tuer Miss Bell. Et avec la disparition du corps de celle-ci, c’est compliqué de prouver qu’il y a eu un meurtre. Une affaire hors du commun pour nos deux apprenties détectives qui sont prêtes à tout pour résoudre ce mystère.

Comme pour Les enquêtes de Logicielle, que j’affectionne, le suspense est maintenu jusqu’au bout si bien que l’on doute de l’identité du coupable. Il faudra attendre la fin de l’ouvrage pour avoir enfin toutes les réponses à nos questions et savoir ce qui s’est réellement passé et pourquoi. C’est un polar très efficace qui ne prend pas les enfants pour des imbéciles, comme si tout était évident et simple, loin de là, donc ça fait du bien ! C’est une affaire des plus louches et plus l’on avance et plus on se doute que tout cela cache quelque chose de plus grand. Mais quoi ? A vous de le découvrir en lisant ce livre.

Quant aux personnages nous avons affaire ici à un duo plutôt complémentaire même si au niveau des caractère les deux jeunes filles sont très différentes l’une de l’autre. Daisy Wells est le leader du groupe, n’aime pas avoir tort et est assez spéciale il faut le dire. Elle est parfois un peu tête à claques et je n’ai pas toujours aimé son comportement envers Hazel qui est pourtant son amie. Je me demandais bien pourquoi Hazel se laissait faire, comme si elle était un larbin mais Daisy sait aussi nous surprendre et reste intéressante. On ne peut pas la détester mais je n’ai pas toujours été d’accord avec ses manières.

Quant à Hazel je l’ai aimé tout de suite. Sa manière de raconter l’histoire et le fait que ce soit sa voix que l’on entende nous la rend tout de suite sympathique et attachante. C’est une jeune fille avec une histoire personnelle pas toujours évidente du fait de sa différence. Je n’en dirai pas plus, vous le découvrirez assez tôt si vous lisez ce livre. EN tout cas, c’est une héroïne bien sympathique et son duo avec Daisy, malgré tout fonctionne bien et savent mettre leur différent de côté rapidement car après tout, elles sont amies.

En bref, Un coupable presque parfait est un roman policier efficace qui m’aura beaucoup plu. L’intrigue est bonne et bien menée avec son lot d’action pour qu’on n’ait pas le temps de s’ennuyer. Une investigation rondement bien menée par ces deux jeunes filles, même si elles ne sont pas toujours en accord mais elles s’accordent sur une chose : faire éclater la vérité. Elles sont prêtes à tout pour mener à bien leur enquête. Un premier tome que je vous invite vivement à découvrir et moi, j’ai hâte de suivre leurs prochaines aventures !

En Partenariat avec

C'est lundi, que lisez-vous ? [66]


Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?

28/08/2016

Fin du voyage et retrouvailles de Lauren Oliver (Lily et Po 3)

Quatrième de couverture

Will, l’apprenti alchimiste, s’est lié d’amitié avec Lily, Po et Balluchon. Il décide d’aider Lily à réaliser le vœu de son père. Très vite, la petite troupe se rend compte qu’elle est poursuivie…

Mon avis

Voici enfin mon avis sur le dernier tome de Lily et Po, une série jeunesse bien sympathique que je vous conseille. Ça a été quelque peu épique pour terminer cette trilogie puisque j’avais trouvé les deux premiers volumes en occasion à mon travail mais pas de tome 3 à l’horizon. Mais grâce à Secret Forbidden Word qui l’a trouvé et me l’a offert pour mon anniversaire, j’ai enfin pu avoir le fin mot de cette histoire.

Je regrette d’avoir mis autant de temps à la lire (elle date de 2012 tout de même) et que ce ne soit plus publié aujourd’hui (une version intégrale récente aurait été appréciée). En tout cas, si vous l’avez dans votre PAL ou avez la chance de le trouver en occasion, n’hésitez pas à vous lancer dedans parce que c’est mignon à souhait et vous fera vivre une aventure hors du commun.

Comme l’indique le titre de ce 3e volume, il s’agit de la fin du voyage pour Lily et Will avec ses résolutions et un final satisfaisant faisant ainsi de ce dernier tome un très bon final pour la « trilogie » (trilogie en France, fin du livre en anglais). Comme pour les deux premiers tomes « l’intrigue » est plutôt efficace. On a toujours une course contre la montre, Lily devant se rendre rapidement dans son ancienne maison afin d’y déposer les cendres de son père auprès de feu sa mère, selon la volonté de celui-ci, comme on a pu le voir dans les tomes précédents. Mais évidemment leur mission va être quelque peu compromise car nombre de gens sont à leur trousse et près à les empêcher d’atteindre leur but.

L’action arrive dès les premières pages, normal me direz-vous puisqu’à l’origine ce n’était pas une trilogie mais un one-shot, donc l’action est en continue. On voit bien que l’on approche de la résolution et tous les moyens sont bons, pour Lily et ses amis, comme du côté des méchants pour parvenir à leur fin. Les événements se précipitent et j’avais envie d’en savoir plus à chaque instant, c’est haletant.

Les personnages sont toujours aussi touchants et attachants, que ce soit Lily qui en a vu des vertes et des pas mûres, Will ou encore Po et Balluchon dont on en apprend un peu plus sur leur compte ici. De quoi nous donner envie de suivre leur aventure.

En bref, Lily et Po est une « série » bien sympathique qui m’aura bien fait voyager et vivre une aventure extraordinaire. Un dernier tome riche en rebondissement et en aventure dont la fin se clôt parfaitement. Une trilogie efficace que je vous recommande car j’ai vraiment passé un très bon moment en compagnie de ces jeunes héros.

In My Mailbox (246)



In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine

27/08/2016

Bouche cousue de Marion Muller-Colard

Quatrième de couverture

Dans la famille d’Amandana, la propreté irréprochable n'est pas qu'un métier. C'est un mode de vie. Rien qui dépasse. Dans le Lavomatique tenu par ses parents, le bruit des machines couvre celui des élans du cœur et du corps. Mais comment faire taire son attirance pour une de ses camarades de lycée ?

Mon avis

Bouche cousue est un roman touchant relatant une période charnière dans la vie d’Amandana. Dans sa famille, il faut être irréprochable et blanc comme neige à l’image du Lavomatique que tiennent ses parents et si l’on ne convient pas à cette image, on est vite « condamné ». Amandana va en faire l’amère expérience durant son adolescence…

Suite à une réunion de famille des plus austères, Amandana décide d’écrire une lettre à son neveu Tom. Elle y raconte son adolescence qui a été bouleversée à plus d’un titre et qui marquera cette famille des plus désunies. Bouche cousue est une confession et un héritage, celui d’une jeune adolescente qui prend peu à peu conscience de son identité, notamment son identité sexuelle…

C’est un roman court, moins de 200 pages, touchant et prenant qui se lit en un rien de temps. L’écriture est agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre rapidement dans l’histoire. Le fait que ce soit écrit du point de vue d’Amandana nous permet de nous immerger totalement dans sa tête, dans cette famille que l’on a envie de secouer à cause de leur vision étroite de la vie. C’est un livre parfois déchirant quand on voit les agissements de cette famille et ça l’est encore plus que des moments importants dans la vie d’Amandana soient passés « sous silence » par peur des représailles ou de ce que l’on dira. C’est aux côtés de Marc et D’jé qu’Amandana trouvera davantage sa place et de vrais amis qui l’aideront à aller de l’avant et lui faire prendre conscience de certaines choses.

L’homosexualité est le thème central de ce livre et c’est avec une certaine pudeur que tout cela est évoqué puisqu’Amandana ne comprend cela que petit à petit. Dans sa famille on ne parle pas des questions liées à l’amour et la sexualité si bien que la jeune fille avance à tâtons sur un terrain inconnu. C’est touchant de la voir et en même temps on se demande à quel moment le ciel va lui tomber sur la tête car évidemment on sait qu’il va se passer quelque chose de terrible pour la jeune adolescente. A voir sa famille, les tensions qui existent et ce, dès les premières pages, on ne peut qu’imaginer le pire. J’avoue que je ne m’attendais pas à cela, pas de cette manière et c’est d’autant plus déchirant de voir comment son identité va être connue et accueillie.

En bref, Bouche cousue est un roman touchant que je vous conseille. Le thème central du livre est évidemment l’homosexualité et on sait dès le départ que cela va poser un gros problème au sein de cette famille qui est un vrai fardeau pour Amandana. Cette histoire est à la fois une confession et une libération pour Amandana qui se livre totalement pour la première fois, pour partager son expérience en lien avec son « coming-out ».

26/08/2016

Avant j'étais juste immortel de Juliette Bouchet


Quatrième de couverture

Pas facile pour un vampire de trouver du sang % bio.
Raphaël, quadra bobo puceau malgré lui, vit reclus dans un vieux manoir sur la Côte d’Albâtre, et n’aime les gens que pour les vider de leur sang. Malheureusement, de plus en plus sujet aux intoxications alimentaires, il passe une nuit sur deux le bide en vrac et les certitudes branlantes.
Un soir, après une de ses virées, dans un noir couloir du manoir, il tombe nez à nez avec un vieux lord anglais, Sir Roberts. Attendri par l’humour so british du vieux bonhomme, Raphaël le « transforme », sans lui demander son accord, pour s’en faire un compagnon. Tous les deux battent alors la campagne à la recherche d’humains gluten free. Des nonnes jouvencelles aux vieux paysans de l’arrière-pays, dénicher un humain qui mange bien devient une mission un brin compliquée. Et tout s’emballe encore davantage quand notre beau puceau aux crocs acérés rencontre une doctoresse à la beauté diablesse.

Mon avis

Avant j’étais juste immortel est un roman assez surprenant. Je ne connaissais pas du tout l’auteure et je vous avoue que la 4e de couverture m’avait assez intrigué. Cela pouvait être amusant et j’étais donc assez curieuse de voir ce que ça allait donner.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit sans pour autant dévoiler tout de l’intrigue d’autant que les événements arrivent assez vite, notamment la rencontre entre Raphaël et Sir Roberts qui a lieu dès le premier chapitre.

Avant j’étais juste immortel est un roman assez court, moins de 200 pages, et je vous avoue que j’ai trouvé ça dommage qu’il ne soit pas plus long tant j’étais prise par les événements. Cela se lit sans fin et c’est très prenant. L’action est omniprésente même si on n’est pas dans l’action pure et dure avec de l’adrénaline, ce n’est pas le sujet, mais on ne s’ennuie pas un instant car il se passe toujours quelque chose.

Les dialogues entre Raphaël et Sir Roberts sont aussi mémorables. C’est vraiment très drôle et décalé et quand la famille de Raphaël va s’en mêler, cela donne quelque chose d’épique. Je n’en dirai pas plus pour éviter tout spoiler mais il y est question d’un écureuil… pour ceux qui l’ont déjà lu, je pense que vous saurez à quoi je fais référence. Pour les autres, je vous invite vivement à lire ce livre ! Je vous avoue que parfois je me demandais bien ce que j’étais en train de lire, ce n’est absolument pas sérieux, et pourtant…

Le côté humour est très présent c’est indéniable mais c’est bien plus que ça, ce qui fait de Avant j’étais juste immortel un roman très intéressant que je vous conseille de lire. Ce n’est pas un livre fantastique à proprement parlé, certes, il est question d’un vampire, mais comme pour Les Radley, ce n’est qu’un prétexte pour aborder d’autres sujets, comme l’amour et la malbouffe, critiquer la société, etc. Tout ça est bien amené, le fait que Raphaël ne puisse pas boire le sang de n’importe qui à cause de ce que les humains ingèrent, tels les Mcdo et autre malbouffe. C’est toute une stratégie qui se met donc en place et aujourd’hui c’est bien plus compliqué qu’il n’y paraît.

Mais en plus de tout cela, on a aussi une histoire familiale des plus compliquées en lien avec leur condition de vampires qui ajoutent une autre intrigue à ce récit mais quand on voit les membres qui la composent, on comprend pourquoi Raphaël vit loin et seul à la base parce qu’ils sont spéciaux… La scène à l’hôpital où on les rencontre pour la première fois est juste énorme… Mais comme d’habitude, je n’en dis pas plus pour éviter tout spoiler. J’espère que cela vous donne néanmoins d’en savoir plus !

L’écriture de l’auteure est très agréable à lire et fluide. le ton est léger et humoristique si bien que les pages défilent en un rien de temps. Mais si l’histoire n’était pas aussi prenante, il ne se lirait pas aussi bien, même si le style est très intéressant.

En bref, Avant j’étais juste immortel est un roman qui m’a beaucoup plu. Le ton est sur l’humour mais ce n’est pas pour cela qu’il n’y a pas de réflexions derrière ce qui rend le tout très intéressant. Les personnages sont attachants et sympathiques et nous propose une drôle d’histoire pleine de rebondissements. A découvrir !

Vous aimerez aussi

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...