Rechercher dans ce blog

31/03/2013

In my Mailbox (71)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine




A nous deux, Versailles ! d'Anne-Sophie Silvestre & Amélie Dufour (Les Folles aventures d'Eulalie de Potimaron 1)

« - Mademoiselle Eulalie, votre père vous attend dans une heure au salon. Quelle drôle d'idée de me fixer ainsi un rendez-vous..., pensai-je aussitôt. Morbleu, que nous arrivait-il ce jour-là ? »

Gabrielle-Évangéline-Eulalie de Potimaron a grandi à la campagne sous la direction indulgente d'un père peu attaché aux règles. Pourtant, à douze ans, elle doit partir pour Versailles. Elle sera fille d'honneur de «Mademoiselle», la nièce du Roi. Dès la première semaine, Eulalie décide de s'habiller en garçon pour explorer tranquillement Versailles. Duels, rencontres, mystères et escapades : Eulalie de Potimaron apprend les belles manières à sa façon.



Vague de chaleur de Rachel Caine (Les Gardiens des Eléments 2)

Les gardiens des éléments existent depuis toujours. Certains contrôlent le feu, d’autres la terre, l’eau ou le vent. Sans eux, Mère Nature ferait sans mal disparaître l’humanité de la surface de la Terre…
Joanne Baldwin était une gardienne du vent capable d’apprivoiser la tempête la plus violente d’un geste de la main. Mais c’était avant de mourir…
Aujourd’hui réincarnée en djinn,elle doit apprendre à maîtriser ses nouveaux pouvoirs et surtout, éviter de tuer son petit ami David qui lui fournit l’énergie lui permettant d’exister.
Mais attention à ne pas trop jouer avec le feu, ou les prévisions météo risquent de devenir mortelle. 
Qui prétendait qu’être toute-puissante serait un jeu d’enfant ?



Tueuse de vampires de Faith Hunter (Jane Yellowrock 1)

L’année dernière, j’ai frôlé la mort en anéantissant une famille de vampires qui semaient la terreur parmi la population.
Après des mois de convalescence, me voilà de retour, prête à me battre à nouveau. Sauf que, cette fois, j’ai été engagée par ceux que j’ai l’habitude de tuer: des vampires.
Je m’appelle Jane, Jane Yellowrock. Je suis une Indienne cherokee et la dernière de mon espèce: une porteuse de peau capable de prendre l’apparence de n’importe quel animal. Je gagne ma vie en traquant et en éliminant les vampires. 
Bienvenue sur mon terrain de chasse.
Bienvenue à la Nouvelle-Orléans.



"Enchanté de faire votre plein d'essence ! " Et autres joyeuses calembourdes de Marie Treps

« Mes fromages, Madame ! », « La Chambre des dépités », « Mystère et boum, de Gaulle », « Vieux comme mes robes », « Trèfles de plaisanteries », « Pour vivre heureux, vivons couchés ! »

Le calembour est partout. Il est dans la rue, à la radio et même chez les meilleurs auteurs, de Balzac à Albert Cohen en passant par Marcel Prout. Carence de vocabulaire pour les uns, humour potache et jeu de mot un peu lourdingue pour les autres, vrai ou faux lapsus… Le calembour n’a pas vraiment bonne presse. Et pourtant, à peine proféré, intentionnellement ou non, il déclenche le rire.
Marie Treps entreprend dans ce petit livre irrévérencieux de débusquer les dérapages de notre logique verbale… L’esprit de sérieux en prend un sérieux coup !


Les secrets des grandes amoureuses de Vivianne Perret

Séductrices, inconstantes, aventurières et vénales, ou bien dévouées, discrètes, fidèles et jalouses : multiples sont les facettes des grandes amoureuses. Mais elles ont toutes en commun d’avoir osé braver les interdits pour assouvir leur passion.
La très belle actrice hollywoodienne Hedy Lamarr multiplia les conquêtes et les scandales tandis que Katia Dolgorouki vécut dans l’ombre du seul homme qu’elle aima, le tsar Alexandre II. Mileva Maric sacrifia ses ambitions pour Albert Einstein, alors que Sophie Dawes calcula ses passions pour s’élever dans l’échelle sociale. Quant à Nadine Vaujour, c’est peu dire que l’amour lui donna des ailes…
Chacune à leur manière, elles ont vécu un destin hors du commun, en défendant l’idée neuve selon laquelle l’amour prime tout. Ces onze portraits esquissent en filigrane un étonnant tableau de la condition féminine à travers les siècles.


Le détective aux morts de Raphaël Levy (James Mallory 1)

Lyon est une ville sombre, pas au sens « physique » du terme, mais c’est un fait: Lyon est sombre. Le plan ésotérique est ici très puissant, à un tel point que la ville a été nommée seconde ville la plus hantée après Londres dans le Harker’s… Ne cherchez pas, ce journal ne parvient qu’aux personnes ayant l'autorisation de le recevoir, parfois c’est bien, d’autres fois…
Les histoires de fantômes sont légion de par le monde mais très peu son vraies. Je ne dirais pas que mon job est de démêler le vrai du faux, mais presque. Je m’embourbe la plupart du temps dans des affaires tellement crades que je n’en ressors pas indemne… 
Ma première m’a coûté l’ouïe de mon oreille droite, depuis, je peux entendre les morts et lls détestent ça...
Mais je ne me suis pas encore présenté que je déballe déjà ma vie, je suis… Non, mieux, lisez plutôt ce qu’il y a de marqué sur ma porte :

James Mallory
Détective privé, enquêtes
Spécialiste du paranormal

Bienvenue dans ma vie...


Le prix de la peur de Chris Carter

Quelques jours avant Noël, dans une église de Los Angeles, le cadavre d'un prêtre est retrouvé sur les marches de l'autel. Sa tête a été remplacée par celle d'un chien. En charge de l'enquête, le détective Rob Hunter découvre qu'un cauchemar récurrent hantait le religieux : qu'on le décapite…
Bientôt, les cadavres s'accumulent. Noyée ou brûlée vive, chaque victime meurt de la façon qu'elle redoutait le plus. Comment le tueur pouvait-il connaître leur pire angoisse ? Quel lien unit ses proies ? De qui le serial killer cherche-t-il à se venger ?
Pour Rob, c'est le début d'une traque infernale au coeur de la jungle urbaine de la Cité des Anges, à la poursuite d'un tueur déterminé à faire payer le prix fort à ses victimes, le prix de la peur.



Et vous ?

30/03/2013

Alliance nocturne de Diana Pharaoh Francis (Le Cercle des Sorcières 1)

Quatrième de couverture

Parfois, on choisit ses batailles. Parfois, ce sont elles qui nous choisissent… Autrefois, Max rêvait d’une carrière, d’un foyer, d’une famille aimante. Maintenant, tout ce qu’elle veut, c’est la liberté… et la vengeance. Une sorcière nommée Giselle a changé Max en guerrière d’une force, d’une rapidité et d’une endurance extraordinaires. Prisonnière de sortilèges Max n’a d’autre choix que de se battre, devenir l’arme personnelle de Giselle, et elle est mortellement douée pour ça. Max va devoir choisir entre la vie dont elle rêve encore et la guerrière qu’elle est devenue. Et prendre sa place du côté du Bien, si elle survit assez longtemps pour savoir de quel côté il s’agit…

Mon avis

Découvert chez les éditions Eclipse, ce livre a attendu un long moment dans ma PAL et puis ça a été réédité chez Panini Books dans la collection Crimson (donc rachat vu que le format n’est plus le même) je me suis décidée à lire ce livre dans les transports pour aller au salon du livre. Il m’a donc accompagné tout le week-end et là… ça a été une véritable surprise et dans ces moments là, je me demande toujours pourquoi je ne l’ai pas lu avant (bon d’un côté tant mieux, comme ça l’attente du tome 2 ne sera pas trop longue).

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite et puis si je commence à dévoiler certains éléments de l’intrigue ça n’aurait plus aucun intérêt, mieux vaut se lancer dans l’aventure sans rien savoir de ce livre, on s’en délecte encore plus. La seule chose dont je me souvenais avant lecture c’était que ça parlait de sorcière (le titre de la série le dit, c’était suffisant pour me convaincre). Et là, on a du lourd, croyez-moi. Pour tous les fans d’urban fantasy, avec de l’action pure et dure, vous allez être servis.

L’écriture est vraiment agréable à lire et fluide, franchement ça se lit très bien et si j’ai mis « autant de temps » à le lire (un peu moins de 5 jours) c’est parce que j’étais au Salon du Livre toute la journée et que je n’avais pu lire que lors des transports en commun (et encore pas tout le temps, parfois j’étais trop fatiguée pour lire). Sinon le livre aurait duré encore moins longtemps, tant ça se lisait bien et que le livre était intéressant.

Le début pourrait paraître un petit peu lent, mais en même temps, il faut bien poser les bases de l’univers, pour comprendre comment celui-ci fonctionne, quelles sont les créatures impliquées, etc. Il y a donc pas mal de narration au détriment des dialogues (que l’on retrouve en général en majorité dans les livres du genre) pour pouvoir tout explique, mais c’est nécessaire. Et puis franchement c’est tellement intéressant que ça n’est pas un problème, moi en tout cas, ça ne m’a pas dérangé plus que ça.

J’ai été comblée et ravie de voir à quel point cet univers était riche et complexe, ça m’a fait penser d’une certaine manière à de la fantasy qu’à de l’urban fantasy ou « bit-lit » (pour ceux qui préfèrent ce mot) dans sa construction et le développement. Il y a de quoi donner une très bonne histoire avec des bases solides et des notions qu’il faut donc prendre en compte pour comprendre toutes les implications. En plus le livre n’a beau faire « que » 380 pages, l’écriture est assez petite et les marges réduites, si on met une mise en page plus « aérée » on a facilement un livre de 500 pages à mon avis, donc il y a vraiment du contenu et de quoi nous ravir.

L’histoire se porte sur les Sorcières, mais pas uniquement, on a toute une mythologie dans ce livre qui est passionnante et j’ai vraiment adhéré, que ça soit en résumé les Prodiges et les Divins (je ne vous en dis pas plus, à vous de découvrir de quoi il est question). J’ai vraiment hâte d’en savoir plus parce que là, on n’a que les « bases » si l’on peut dire et tant de mystères aussi autour de certains personnages qu’on a envie de creuser la question, mais je reviendrai sur eux un peu plus tard.

Concernant l’intrigue, je l’ai trouvé vraiment intéressante et bien menée. Au début on se demande un peu où l’on va, on ne sait pas trop et puis peu à peu, les éléments se mettent en place et on voit se profiler les problèmes, qui arrivent dès le début, mais on ne sait pas encore à quel point Max, l’héroïne, va se retrouver dans une situation très délicate et qu’elle va devoir choisir entre sa vengeance personnelle et son devoir. Il y a pas mal d’action, de suspense et de mystère également. C’est très centré sur l’univers et les personnages donc l’histoire met un petit peu de temps à se lancer, et puis d’un coup, quand ça se déclenche, ça n’en finit plus, on se retrouve dans l’action pure et dure et c’est assez violent quand ça se déchaîne, de quoi ravir tous les fans d’urban fantasy. Avec les Sorcières, etc. on n’est jamais déçu, raison pour laquelle j’adore les histoires avec elles.

Au niveau des personnages, là on a un florilège absolument génial, c’est très éclectique, ils sont travaillés, avec des personnalités tout à fait intéressantes. Les personnages secondaires ne sont vraiment pas mis de côté, loin de là, ils font partie de l’histoire, ils servent et ça promet quelque chose de très sympathique, j’ai hâte de les retrouver. La narration étant à la 3e personne, on suit en même temps deux personnages appartenant à des clans différents : Max et Alexander, tous les deux étant des Lames d’Ombres Prime.

J’ai adoré le personnage de Max, elle est assez cynique, forte, avec des pouvoirs qui la rendent quasi indestructible, mais cette vie que beaucoup pourrait envier, ne lui convient pas vraiment et elle aimerait s’en détacher et se venger. Sauf qu’on voit que sous ses airs durs, elle a un grand cœur, qu’elle n’est pas si froide qu’elle en a l’air, elle a ses propres faiblesses et sait aussi quel est son devoir. Elle est très attachante et ne manque pas de courage, une bonne héroïne d’urban fantasy comme on les aime.

Alexander est un personnage assez fascinant et même s’il n’est pas le héros du livre, il a quand même son importance (après tout, il occupe une partie de la narration lorsqu’on est de son point de vue). J’avoue qu’on ne sait pas trop de choses sur lui par rapport à Max, il reste encore très mystérieux, mais il m’a beaucoup plu et le duo avec Max fonctionne très bien donc j’ai vraiment hâte de voir comment ça va se profiler entre eux. Ça promet quelque chose de très sympa et d’explosif aussi.

En bref, ce premier tome est vraiment très bon et très prometteur pour la suite. L’univers est intéressant, très riche et complexe mais c’est ce qui fait tout son intérêt. L’histoire est bonne avec une intrigue qui tient bien la route et promet de grande chose pour la suite. Les personnages sont tout aussi travaillés avec deux qui sortent du lot Max et Alexander qui promettent un duo fantastique et explosif aussi. En tout cas, moi j’ai été convaincu par ce premier tome et j’ai vraiment hâte d’en savoir plus, plus qu’à attendre le mois d’avril et retrouver tout ça dans Le souffle des ombres.

29/03/2013

L'oiseau noir d'Elliot Skell (La Maison Sans-Pareil 1)

Quatrième de couverture

Il y a bien longtemps, un Capitaine accosta sur les rives d'une petite ville et décida d'y fonder une grande maison qui ne ressemblerait à aucune autre : la Maison Sans-Pareil. Depuis, de génération en génération, les habitants vivent en parfaite harmonie à l'intérieur de la vieille bâtisse. Jusqu'au jour où le Capitaine est retrouvé mort. Omnia, douze ans trois quarts, ne croit pas à l'accident, alors elle mène l'enquête. D'inquiétantes ombres se faufilent, un mystérieux oiseau noir plane au-dessus des toits. Omnia ignore encore tout des dangers qui la guettent... 

Mon avis

Ayant lu le tome 2 en premier (et apprécié), il était clair qu’il fallait que je lise le 1er tome, ne serait-ce que pour mieux comprendre l’univers, car même si après lecture de ce tome, je constate qu’il y a pas mal de rappel dans le tome 2, il y a quand même des notions sur l’univers (notamment le fonctionnement de la Maison) qui sont dévoilées ici et qui sont nécessaire. Comme je l’avais dit dans la chronique du tome 2, il est conseillé de commencer par le premier tome, sinon on risque d’être un peu perdu.

Alors que le Capitaine en date vient de décéder dans un mystérieux accident, un autre doit prendre sa place, mais comme il n’a pas désigné de successeur, cela pose quelques petits problèmes. Omnia du haut de ses 12 ans et trois quart, ne sait pas trop quoi penser de tout ça et finit par mener sa petite enquête qui va l’emmener sur des terrains dangereux, d’autant plus qu’un mystérieux oiseau noir fait son apparition de temps à autre ce qui inquiète les habitants de cette maison hors norme.

J’ai beaucoup apprécié ce premier tome qui nous explique les fondements de la Maison Sans-Pareil (et aussi pourquoi elle s’appelle ainsi), j’ai adoré cet aspect là, c’est vraiment très intéressant et original. Je comprends mieux son fonctionnement et l’univers créé par l’auteur. En lisant le tome 2, je m’étais posée des questions, ça me semblait vraiment étrange, et là, j’ai les réponses donc c’est plus cohérent. Comme j’ai mieux compris l’univers, je l’ai davantage aimé et on se rend vraiment compte de sa richesse et complexité.

L’intrigue est intéressante et bien menée, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire cette histoire. Les problèmes arrivent dès les premiers chapitres, du coup tout s’emballe et s’enchaîne. Il n’y a pas de longueurs, et même si ça reste « lent » d’une certaine manière, il se passe quand même des choses et c’est très intéressant à lire. Evidemment, comme j’ai lu le tome 2 avant et qu’il y avait pas mal de rappels sur les faits passés (donc dans ce tome 1) eh bien je n’ai pas eu tant de surprises que ça. Il n’empêche que si je fais abstraction de mes connaissances, eh bien on ne se douterait pas forcément de ce qui se passe, c’est un livre assez mystérieux, il y a beaucoup de non dit (et je peux déjà dire qu’on a beaucoup plus de révélations dans le tome 2 !). Il y a pas mal d’interrogations, de choses étranges, et l’auteur sait maintenir son suspense pour attiser la curiosité du lecteur.

La narration est toujours aussi sympathique, les interventions du narrateur qui prennent directement à parti le lecteur est une bonne idée, ça rend le texte plus vivant, comme si on avait affaire à un conteur. D’ailleurs j’ai trouvé les interventions plus nombreuses donc ça m’a vraiment plu. C’est vraiment agréable à lire et fluide, l’écriture est sympathique et on plonge avec facilité dans cette histoire, ce qui est toujours une bonne chose.

J’avais bien apprécié Omnia dans le tome 2 et dans le premier, elle est toujours aussi excellente, on voit qu’elle est différente de sa famille et c’est sa particularité qui la rend attachante et touchante. Elle est mature pour son âge et même si elle est consciente du danger elle veut faire ce qui lui semble juste. Peu à peu on fait la connaissance d’Omnia et toute sa famille, j’étais un peu moins perdu entre les membres (pas évident quand tous les garçons s’appellent Eter…). Ils sont originaux, c’est le moins qu’on puisse dire.

En bref, ce premier tome est une réussite et je suis contente de l’avoir lu, même si c’était après le tome 2 (ce qui implique le fait que je connaissais déjà certaines révélations) mais ça ne m’a pas empêché de l’apprécier. L’univers est riche, complexe et très intéressant, les personnages le sont tout autant. Omnia est attachante et sympathique, j’aime beaucoup la suivre dans ses aventures, plus qu’à espérer qu’un tome 3 arrive.

28/03/2013

Le bon Antoine de Marie Desplechin

Quatrième de couverture

Pour fabriquer une bonne embrouille, il faut se mettre à plusieurs et se répartir le boulot. Un taggeur trouillard, un sac à dos volé, un squat entre copains... Et voilà qu'Antoine doit nettoyer les salles de classe tous les matins pendant une semaine.
Dans l'équipe d'entretien, il y a Bébé. Elle est jolie comme Beyoncé et Antoine ne peut rien lui refuser... Il en oublierait presque que Lison l'a quitté ! Les ennuis ne font que commencer.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Gallimard Jeunesse de m’avoir permis de lire ce livre, j’avoue que je ne connaissais pas du tout l’auteur ni son précédent livre : La belle Adèle, qui met en scène (en tant que narrateur et personnage principal) l’un des personnages de ce livre là.

Pour le coup ça me fait penser un peu à la série Ligne 15 de Florence Hinckel, bien que je doute qu’il y ait le même lien au fil des romans. Dans Ligne 15 on ne peut pas lire les tomes dans le désordre sans quoi on ne peut pas tout comprendre vu qu’il y a une trame de fond continue même si le narrateur change à chaque fois, avec une nouvelle histoire, ce qui ne semble pas être le cas dans les romans de Marie Desplechin.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour comprendre ce qui se passe. En plus le livre est court, à peine 240 pages et c’est écrit relativement gros, donc ça se lit très vite et l’intrigue se dévoile assez rapidement. J’avoue que je ne m’attendais pas à ce type d’histoire, je pensais qu’on aurait quelque chose d’un peu plus sérieux avec une certaine morale, etc. Vu la première moitié du livre, je pensais ça, mais rapidement on voit que le livre prend une autre tournure avec un côté drôle et léger malgré la situation qui s’empire au fur et à mesure et qui rend cette histoire plus « tragique » (c’est un bien grand mot d’où mes guillemets) et surtout dramatique, dans le sens où il y a pas mal d’action et d’évènements en chaîne qui donne un effet boule de neige. Et c’est cette succession qui rend aussi le texte assez drôle et compliqué.

Mais l’histoire n’en reste pas moins sympathique, j’ai bien aimé. Ça n’est pas le livre du siècle à mes yeux, ça n’est pas non plus le genre de livre qui me passionne mais ça se laisse lire et ça n’est pas désagréable et puis l’histoire était quand même intéressante. Il y a quand même une certaine morale, ainsi qu’une sorte d’appel à la solidarité aussi, c’est assez touchant comme livre, mais il met aussi en garde. Mais en tout cas, on peut dire que ça a été une semaine très chargée pour Antoine ! Il y a « de l’action » il s’en passe des choses, des catastrophes en cascade pour notre plus grand plaisir quelque part, sinon ça serait ennuyeux, mais là du tout avec tout ce qui se passe… aucun souci avec ça.

L’écriture est sympathique et on sent bien dans la narration qu’il s’agit d’un jeune ado 13/14 ans qui parle. Au début je n’étais pas très fan d’Antoine, à cause de son comportement, etc. mais à mesure qu’on apprend à le connaître, Antoine n’est pas un mauvais gars, juste qu’il est un peu trop gentil et serviable envers ses amis qui ne le lui rendent pas toujours, du coup il se met dans des situations compliquées et quand la loi de Murphy s’y mêle… rien ne va plus. On voit qu’Antoine change de comportement et de vision du monde tout du long du livre, donc ça n’est pas un mal (surtout pour lui), sans compter que cela change également celle de ses amis quand ils se rendent compte de ce qui se passe et des conséquences que cela.

Quant à ses amis, il y en a quelques uns que j’aurai aimé secouer un peu parce qu’ils étaient un peu énervants, mais on apprend un peu à les connaître aussi, certains se dévoilent aussi à mesure que l’histoire avance. Et Bébé, alors là… j’ai été très surprise par le personnage, je m’attendais à quelque chose d’autre au vu du résumé et même à la fin, elle peut être sympathique mais je n’ai pas vraiment adhéré avec elle, ça me tue ce genre de personnages donc bon… Mais elle sert bien l’histoire pour le coup. Le seul petit bémol ce sont les réactions des adultes, ça ne m’a pas toujours semblé juste (dans le ton), crédible, surtout le policier sur la fin, je doute que ça puisse réellement se passer comme ça, mais bon, on peut pardonner cet aspect-là, parce que l’ensemble du texte reste quand même sympa.

En bref, c’est un livre assez mignon dans l’ensemble qui n’est pas dénué de morale. Cela permet de réfléchir un peu aussi sur le monde qui nous entoure, autour de l’amitié, etc. Sur les personnages, là je pourrais être plus mitigée, certains m’ont plu, d’autres pas, mais ça fait partie de l’histoire, ça fonctionne bien et je peux comprendre la réaction d’Antoine. Une histoire sympathique à lire, j’ai bien apprécié même si ça n’est pas mon genre de prédilection.

27/03/2013

Drôles de mots-clés (35)




Drôle de mots-clés est un rendez-vous organisé par Les livres de Melisande et Pomme's Book suite à une discussion animée et hilare. Cette nouvelle rubrique permettra à tout un chacun de se rendre que parfois en tant que bloggeur en coulisse, on voit des choses sans queue ni tête et on a choisi de les partager avec vous. N'hésitez pas à en faire de même !


Coup de projo sur...[8] : Les Bannis et les Proscrits de James Clemens




Voilà, j'avais envie - de temps en temps - de faire revenir sur le devant de la scène, un livre qui m'a plu (que ce soit pour sa couverture, son écriture, son scénario etc.)
C'est vrai, en général, une fois l'avis posté, on y pense plus, alors voilà. Si vous souhaitez participer, mettez vos liens en commentaires et je les rajouterai dans l'article plus tard. 


Voilà une série coup de coeur, je n'ai pas de chroniques pour chaque tome, étant donné que ça faisait un moment que je les avais lus lorsque j'ai créé mon blog, j'ai fait un tire-groupé. Il n'empêche que j'ai fait là une excellente découverte, et je tenais à vous reparler de cette série qui est vraiment extra, et puis ça parle de sorcière alors forcément...



Par une nuit fatale, dans le merveilleux pays d'Alasea frappé par une malédiction, trois mages firent un ultime acte de résistance, sacrifiant tout dans l'espoir de préserver le bien. Cinq cents ans plus tard, au jour anniversaire de cette nuit sinistre, une petite fille hérite d'un pouvoir perdu depuis longtemps. Mais avant qu'elle puisse comprendre son terrible don, le Seigneur Noir lance ses monstres ailés pour la capturer et lui rapporter la magie embryonnaire qu'elle détient. Fuyant les hordes des ténèbres, Elena est précipitée vers une issue terrible... et vers la compagnie d'alliés inattendus. Formant avec eux une bande de parias et de hors-la-loi, elle va tenter de combattre les forces implacables du mal et de secourir un empire autrefois glorieux...



MA CHRONIQUE

26/03/2013

Coeur de Lune d'Oliver Peru & Patrick Mc Spare (Les Haut-Conteurs 3)

Quatrième de couverture


Ravengen est une terre maudite, tous ses habitants vous le diront. Quarante ans auparavant, le seigneur Othon le Loup y a sauvagement tué sa femme, la douce Beatrix, avant de disparaître à son tour, en laissant de nombreux cadavres derrière lui. Depuis, l’on murmure encore que le spectre de la Dame de Lune hante ces bois sombres, accompagnée de l’âme perdue de son bourreau. Aujourd’hui, en ce mois de juillet 1191, la malédiction frappe de nouveau, et les crimes recommencent.
Venus s’enquérir de leur ancien ami Ruppert, Roland Cœur de Lion, Matilde la Patiente et la jeune Elena sont frappés par un tourbillon de folie et de sang. Dans la chaleur torride de l’été germanique, les Haut-Conteurs, rejoints par le truculent Geoffroy Bouche-Goulue, vont tenter de percer les mystères de ce sinistre pays. Quels sombres desseins cachent le terrible duc Wilfrid et ses quatre fils ? Que cherche Masque d’Argent, le sorcier pourvoyeur d’une mort aussi brutale qu’invisible ? Et surtout, qui est cette Bête dévoreuse, hurlant à la lune et coupable de tant d’atrocités ?
Amours secrètes, vengeances assassines, monstres démoniaques… Sous l’œil glacé de la pleine Lune, les évènements s’accélèrent soudain. Et ils pourraient bien s’avérer fatals à nos héros… Mais Roland et ses compagnons n’entendent pas pour autant renoncer à leur soif de justice et de vérité.
À Cœur de Lune, Cœur de Lion !

Mon avis

Etant donné que les deux auteurs de cette série seront là pour une dédicace au Salon du Livre, je me suis dit, que ça serait l’occasion de la continuer, surtout que j’avais bien apprécié les deux premiers tomes. Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, celui de la 4e de couverture est complet et puis j’avoue que c’est toujours plus sympathique de découvrir un livre sans savoir à l’avance de quoi ça va parler, surtout quand on arrive au 3e tome d’une série, on sait un peu à quoi s’attendre, d’autant qu’il s’agit ici de la « moitié » de l’histoire c’est une pentalogie.

J’ai adoré me replonger dans l’univers des Haut-Conteurs et c’est toujours dans ces cas là que je me demande pourquoi je n’ai pas lu le livre plus tôt (ah je sais… manque de temps, trop de livres intéressants dans la PAL et même si je lis vite, je fais ce que je peux). J’ai lu le livre en une journée (quasiment) dans les transports en commun essentiellement et au moins je n’ai pas vu le temps passer, c’était génial. L’écriture est fluide et en un rien de temps on est plongé dans cet univers qui m’a plu dès le premier tome. Donc c’est vraiment avec plaisir que j’ai commencé ce livre.

J’aime beaucoup l’univers créé par Oliver Peru et Patrick McSpare qui ont le don de créer des atmosphères, assez lourde et « angoissante » (peut être un peu fort mais je n’ai pas d’autre mot pour expliquer). On sent vraiment la tension et les problèmes qui vont arriver à tout instant et comme ça s’enchaîne souvent très vite avec un effet boule de neige, bah ça rend le livre d’autant plus dramatique et dur parfois. On revisite aussi quelques mythologies, quelques références à des Bêtes qui auraient ravagé à une certaine époque (notamment en France…) et j’ai adoré cet aspect du livre. Franchement, ça a été un bon moment de lecture et puis on a déjà des petites prévisions pour la suite…

Ce qui est génial aussi dans l’univers c’est qu’on a affaire à des Conteurs, des êtres humains normaux, sans pouvoir magique ou autre, il y a du surnaturel certes, mais ça ne concerne pas nos « héros ». Ils n’ont rien d’extraordinaire et pourtant ils se retrouvent toujours dans des situations incroyables, se faisant le devoir d’aider leur prochain et résoudre des affaires qui pourraient les dépasser. C’est vraiment un univers très riche et très intéressant et quand on voit leurs aventures, bah au moins on se dit qu’ils auront de quoi raconter ensuite !

Quant aux personnages je les affectionne particulièrement. Roland est vraiment un personnage très attachant, qui a beaucoup évolué depuis le premier tome, on voit qu’il perd l’innocence de l’enfance (en même temps avec tout ce qui lui arrive ça paraît logique, il devient de plus en plus un homme et on voit que l’autre sexe ne le laisse pas indifférent (c’est mignon !). Quant à Matilde, depuis le départ je l’apprécie beaucoup même si par moment j’ai pu douter d’elle (les auteurs ont tout fait pour qu’on le pense) bah elle reste fidèle à elle-même, très raisonnable, réfléchie, patiente (ce n’est pas pour rien que c’est son surnom). J’ai beaucoup aimé Geoffroy aussi et je comprends pourquoi on l’a appelé comme ça, comment ne pas apprécier un tel personnage ? Les auteurs ont le don pour en créer des vraiment intéressants, quelque soit le « camp » (gentil ou méchant pour stigmatiser un peu), du coup ça rend l’histoire d’autant plus riche et intéressante.

L’histoire est vraiment bonne et bien menée, on retrouve notre équipe de choc : Roland Cœur de Lion et Matilde la Patiente, qui va s’agrandir encore un peu plus ici avec Elena (rencontrée dans le 2e tome) et Geoffroy Bouche-Goulue qui va se retrouver dans une aventure incroyable et mouvementée, c’est le moins qu’on puisse dire ! Il y a de l’action, des rebondissements, des révélations assez surprenantes. Les auteurs aiment nous mener en bateau, nous faire suivre des pistes avant de tout chambouler au dernier moment, créant un vrai suspense dans l’histoire.

J’avoue que par moment je me demandais vers quoi on allait et puis d’un coup tout s’éclaire, on comprend. Il y a des éléments qui peuvent paraître plus évident que d’autres si on y prête attention. Moi je me laisse emporter, sans trop chercher comme ça les surprises sont au rendez-vous. Bref, on a de quoi passer un super moment sans s’ennuyer un seul instant tellement il se passe de choses dans ce livre et puis quand on voit la fin… ça donne très envie de lire la suite, parce que ça se termine sur un cliffhanger, pas trop méchant, mais assez frustrant quand même… mais heureusement, j’ai la suite dans la PAL !

En bref voilà un 3e tome tout à fait réussi, je ne me suis pas ennuyée un seul instant, retrouver l’univers des Haut-Conteurs m’a vraiment fait plaisir. J’ai adoré retrouver les personnages et puis quand on voit tout ce qui leur arrive dans cette nouvelle histoire, on ne peut qu’en redemander ! J’ai vraiment hâte de lire la suite, donc… plus qu’à sortir le livre de la PAL pour savoir !

Top Ten Tuesday (31)


toptentuesday.jpg
Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog de Iani.


Voici le thème de la semaine : Les 10 livres que vous recommanderiez (ou que vous recommandez le plus souvent)

Je mets uniquement les premières couvertures pour les séries (comme ça n'est presque que ça, sauf un livre). Et ça vaut parfois aussi bien pour la série concernée que l'auteur en fait...

EN FANTASY


EN URBAN FANTASY


EN YOUNG ADULT


EN JEUNESSE


EN THRILLER



Et vous, quel est votre top 10 pour cette semaine ?


Le thème de la semaine prochaine sera : Les 10 personnages qui vous feraient craquer si vous étiez vous aussi un personnage du livre

25/03/2013

Compte-rendu du Salon du Livre de Paris 2013

Vendredi 22 mars



Voilà le premier jour du Salon du Livre ! Couchée tard pour levée tôt, le réveil est un peu dur, mais ça n’est pas grave, je prends les transports directement le Salon du Livre, à Porte de Versailles en compagnie de ma valise ! J’arrive en avance et ça n’est pas plus mal, car le constat est là, il y a déjà du monde, même si c’est un jour de semaine ! Du coup je me pose, je fais la queue et j’attends les copines, notamment Audrey (Un bout d’ailleurs) et Amandine (Place to be) qui doivent arriver. 


Elles finissent par me rejoindre, on discute le temps que ça ouvre et ne voulant pas de souci, je file ma valise à Audrey (qui avait une accréditation presse pour rentrer) et j’ai bien fait ! Parce qu’à l’entrée, on demandait aux gens qui avaient des valises et sac à dos de les déposer au vestiaire… Je trouve ça abusé et scandaleux… et je n’étais pas la seule à le penser, et raison pour laquelle le soir sur FB j’ai laissé un message pour prévenir au cas où (mais le week end, ils ont été moins chiants avec ça, heureusement mais parfois ils demandaient quand même à voir les sacs).

Je finis par retrouver Audrey et récupérer ma valise pour ranger mon manteau, écharpe, etc. On commence par faire un petit tour, notamment vers le stand Rebelle pour dire bonjour, discuter (et déposer la valise sous la table, merci Astrid !), avant de partir vers le stand Québécois où j’avais une dédicace à 11h pour Elodie Tirel (L’Elfe de Lune).


Après ça on fait un petit tour dans le salon, parce qu’on n’avait rien de spécifique. Je vais notamment sur le stand de Storylab (éditeur numérique) pour voir l’une de nos contacts. Je fais un petit tour toute seule avant de retrouver en cours de route d’autres blogueuses, notamment près de chez Rebelle (c’était un peu le point de rencontre ^^). Les allers-retours entre Rebelle et Flammarion ont été nombreux ce jour là.



Puis dans l’après-midi, Audrey et Amandine me laissent pour aller à une conférence, pendant que j’allais voir celle sur LA JEUNESSE ENTRE LES LIGNES : Comment redonner le goût de lire aux jeunes lecteurs ? en compagnie de Lysa Line et Emilie (Ninioute en folie, qui nous a rejointes après), même si en fille pas douée que je suis, je m’étais trompée de scènes… Mais quand on arrive à la bonne scène, la précédente conférence (notamment avec Marc Lévy) n’était pas finie donc on n’était pas en retard.



Emilie

Lysa Line

Voilà le début de la conférence, la suite arrivera plus tard


C’était une conférence très intéressante et quand ils ont parlé des blogueurs, j’ai pu filmer le début mais n’étant pas bien située (des gens n’arrêtaient pas de bouger du coup j’avais plus leur tête qu’autre chose…) Lysa Line a pris le relais (vidéo à venir donc…).

L’essentiel du vendredi a été de la promenade, rencontre de certains blogueurs à des détours, etc. La journée passant très vite et l’heure tournant, il a fallu rallier les troupes parce que le soir j’avais la rencontre des auteurs Kami Garcia et Margaret Stohl (auteurs de la série Le Livre des Lunes) grâce à Black Moon (édition Hachette). Du coup, je guide les filles pour y aller (étant la seule à savoir où c’était) et on arrive donc au Zig Zag Café dans le 5e arr. de Paris, on descend dans le petit salon privé qui nous a été octroyé où un certain nombre de personnes étaient déjà là, à attendre. On s’installe et on attend l’arrivée des auteurs.

Une fois les auteurs arrivées, Cécile (l’attachée de presse) nous invite à poser nos questions histoire d’en profiter un petit peu vu qu’on n’avait qu’une heure et demi (moi, un peu moins devant partir à cause de mes trains). Le début un peu timide, les questions finissent par arriver et le dialogue s’installe. Les auteurs parlant beaucoup, ça n’était pas toujours évident pour Patricia (l’interprète) pour tout traduire mais ça a été. C'était très intéressant de discuter avec elles, elles étaient accessibles et adorables (rien que dans leur manière d’être).

On a appris pas mal de choses sur la série, la raison de l'écriture, pourquoi avoir choisi la Caroline du Sud et donc "Gatlin" pour créer l'histoire. Mais on a également appris pas mal de choses sur l'adaptation cinématographique qui était forcément la première question : à savoir si elles étaient satisfaites du résultat, etc. Personnellement, j'ai détesté le film parce qu'il y avait trop de changements par rapport au scénario d'origine sans compter les détails qui faisaient de cette histoire quelque chose d'original et tellement géniale à mes yeux, que ça m'a grandement déçu de voir ce qu'ils en ont fait. En tout cas, elles ont pu avoir accès au tournage et ont pris des photos qu'elles n'ont pas le droit de montrer mais ça a été tout de même un très bon souvenir pour elles (c'est l'essentiel en tout cas).

Puis Margaret Stohl se lève vers nous et commence les dédicaces (ce qui m’arrangeait comme je devais bientôt partir et que j’avais un certain nombre de choses à faire dédicacer dans ma valise). Mais les questions continuent pour ne pas perdre une seconde.

Le temps passe très vite, ma rencontre durait en tout et pour tout 2h mais comme elles étaient un peu en retard et moi devant partir plus tôt, ça a dû durer pour moi à peine 1h30 mais c'était 1h30 vraiment très sympathique et je remercie vraiment Cécile pour cette opportunité, d'autant que ça m'évitait d'aller à la dédicace le dimanche au Salon du Livre de Paris, où j'ai su que c'était assez laborieux pour avoir une dédicace tant il y avait de monde, alors là au moins j'ai pu profiter d'elles un peu plus longuement et avoir toutes les dédicaces que je souhaitais (il y avait deux livres pour moi, mais pas seulement, il y avait aussi l'affiche à faire dédicacer suite au concours, ainsi que deux livres pour des amies, tant qu'à faire, autant en profiter).


Kami Garcia et Margaret Stohl





Puis je pars de cette petite soirée sympathique en remerciant Cécile une dernière fois avant de partir prendre les transports en commun et rentrer chez moi. La première journée s’achève, il est temps de se reposer un peu pour pouvoir attaquer le lendemain !

Samedi 23 mars



Après une nuit courte et un réveil assez tôt (encore pire que le précédent à cause de travaux sur ma ligne de train) j’arrive à la gare, où je me pose pour aller prendre un petit déjeuner, histoire de passer le temps (sinon je serai arrivée vraiment très tôt au Salon) avant d’aller me chercher à manger pour le midi et enfin de partir à Porte de Versailles. J’arrive avec 45 minutes d’avance et pourtant il y a déjà pas mal de monde qui attend, donc je me pose en attendant les filles avant de refiler une fois de plus ma valise à Audrey pour être tranquille et la récupérer une fois dedans.

Le samedi matin étant tranquille, on se balade et beaucoup, parfois on fait des petites pauses, assises par terre parce qu’on est un peu fatiguées. Entre temps, Fleur (Secret Forbidden World) et Virginie (Love of book) en compagnie de Fanny nous rejoints, donc on papote, contente de se revoir, etc. on se balade, mangue un petit peu aussi. Plus tard au détour, Nyx me dit qu’elle va arriver donc on l’attend (tout en ayant trouvé des fauteuils pour s’asseoir, même si on a fini par se faire légèrement virer parce que ça dérangeait).



Puis à 13h je vais au stand Scrinéo pour la dédicace de Joslan F. Keller et Aurélie Laloum (la série Via Temporis). Les auteurs sont très sympathiques là aussi, un vrai plaisir de les avoir rencontrés. La série devrait compter 5 tomes mais pour le moment rien n’est défini, tout dépend des auteurs / éditeurs. Bon perso, la série peut encore continuer un petit moment si elle reste tout aussi géniale.




Là je me pose par terre avec les filles et je vois Jess (Jess Livraddict) et Galleane (Le blog de Galleane). On discute un peu tout en se reposant parce que c’est quand même crevant (et 2e jour pour moi !). ça fait toujours plaisir de voir de nouvelles têtes en vrai, internet c’est bien, mais IRL c’est quand même mieux. Vers 15h je vais vers le stand Flammarion pour la dédicace d’Anne-Sophie Silvestre. C’était super de la revoir, toujours aussi sympathique et souriante, j’ai hâte de lire la série sur Eulalie Potimaron.



Ensuite, je voulais aller à la dédicace de Mathias Malzieu, mais victime de son succès, j’ai abandonné quand j’ai vu la taille de la queue. Ça aurait été bien mais pas primordiale, tant pis. Fleur devant rentrer chez elle (train oblige) on se quitte, contente de s’être revues même si ça a été pendant qu’un après midi et moi, je retourne voir Marie pour faire un petit tour dans le salon avant de repartir avec elle et son père (et là, ça a été la grosse galère comme il y avait des travaux sur la ligne, ils ont décidé de faire n’importe quoi avec les trains, il n’y avait pas celui qu’on avait prévu, sans compter qu’une fois dans un train, un imbécile a voulu rentrer en passant par la fenêtre, bref, c’était merdique).


Dans l’ensemble c’était une journée assez tranquille, pas trop de dédicaces pour moi, je n’avais prévu que 3 auteurs et j’en ai vu deux ce qui est déjà bien,  c’était les principaux en plus. On s’est beaucoup baladé dans le salon et avec la foule, bah pour aller d’un endroit à l’autre ça prend plus de temps qu’on ne le pense, sans compter les pauses par terre pour se reposer un petit peu. la journée est vite passée, c’est dingue comment le temps dans le salon est différent… Effet librairie sûrement.

Dimanche 24 mars


Voilà, 3e jour du Salon du Livre où j’arrive quelques minutes (20 à peu près) avant l’ouverture du salon et il y a déjà beaucoup de monde, mais je retrouve Karen et Delphine qui faisaient aussi la queue alors je m’incruste discrètement, m’approchant un peu plus des portes. Une fois les portes ouvertes, je vais vers la Grande Scène pour la conférence sur la romance : 50 NUANCES DE ROMANCE (il faut bien encouragée les copines qui y participent : Karen et Valérie, vous étiez au top !). Et pour le coup c’était très intéressant. Voilà quelques petits compte-rendu de sites qui en parle (France TV et Actualitté) et où la phrase proclamée par Cassandra O’Donnell restera dans les annales : « J’aime la romance et je vous emmerde ! ». Voilà le lien où vous pourrez trouver les vidéos de cette conférence.

(Elizabeth Aston, Karen, Valérie, Cassandra O'Donnell, Agnès du site Les romantiques)

En tout cas, c’était une conférence très intéressante et moi qui ne suis pas spécialement fan du genre (à très petite dose vu qu’il m’arrive d’en lire de temps en temps) bah c’était quand même bien sympa à écouter donc je ne le regrette pas. Je reste un petit peu pour discuter avec les copines puis je pars vers le stand Pocket pour la dédicace de Frédérick Rapilly. Juste avant je rencontre Jess de Livraddict, Galleane, Marie de PKJ. Je les laisse 5 minutes le temps de ma dédicace et retourne les voir, comme elles sont toujours là à discuter quand je reviens. On discute donc avant que les filles ne repartent définitivement du Salon.

  
L’heure tournant, je finis par retrouver Audrey qui étaient en compagnie d’autres blogueurs pour une petite pause déjeuner. La plupart reparte et seule Audrey reste avec moi comme Nyx doit arriver peu de temps après. On se pose donc à la Grande Scène où se déroulait une conférence sur les comics (il y a des chaises c’est mieux que par terre). Puis je finis par abandonner Audrey, l’heure tournant, j’avais une dédicace qui allait commencer. Je vais donc sur le stand de Scrinéo pour faire dédicacer Les Haut-Conteurs de Patrick McSpare et Oliver Peru. Ça a été une très belle rencontre, les auteurs étaient adorables (bavard aussi !) et on aurait dit un vieux couple qui se chamaillent c’était marrant. En tout cas, j’ai été surprise, je ne m’attendais pas à de telles dédicaces, elles sont juste sublimes, alors encore merci pour tout. Les deux auteurs ont des projets chacun de leur côté, notamment un projet de BD pour Oliver Peru, mais il y a également un projet de roman à 4 mains une fois encore (comme l’a dit Nyx, ça va, il n’y a pas eu des envies de meurtre, ils veulent bien retravailler ensemble). En tout cas, moi j’ai hâte de voir tout ça.







  
La dédicace de Patrick McSpare et Oliver Peru a été assez longue (bien que j’étais la 3e) mais j’ai eu le temps de « courir » (autant que possible, Nyx étant en béquille et les allées encombrées) vers le stand Rageot pour la dédicace de Claire Gratias qui allait bientôt se terminer. Je prends donc le livre, discute un peu avec l’auteur qui est très sympathique aussi. Alors que je paie mon exemplaire de Double disparition, je vois qu’une personne devant moi achète le dernier tome à paraître des Enquêtes de Logicielle de Christian Grenier (parution début avril). 



Donc là je charge Nyx de me le trouver sur le stand, mais n’y étant pas, je demande directement au vendeur à la caisse et me voilà avec un nouveau précieux !! Après l’achat des livres (les seuls du Salon en fait) eh bien je fais la queue avec Nyx pour rencontrer Christian Grenier (c’est de sa faute, elle m’a fait connaître la série des Enquêtes de Logicielle alors voilà). Et quitte à faire dédicacer, autant avoir plein d’exemplaires (et je n’ai pas pris la série complète !).








et voilà la nouvelle Mon Frère Hacker ! du coup je vais pouvoir le ranger avec les autres livres de la série :D


Après la dédicace, on se pose un petit peu aux extrémités du Salon, du côté de la Grande Scène le temps que je range mes affaires dans ma petite valise (bah oui celle habituelle ayant mouru, bah j’ai dû prendre la petite sœur qui est plus petite, donc moins pratique surtout vu le nombre de livres dedans, sans compter le manteau, etc.). On a tenté de téléphoner à des amies qu’on devait voir sans succès et ne sachant pas où était la conférence qui parlait des blogueurs, organisé par Myboox, bah du coup on est partie vers Robert Laffont pour tenter d’avoir la dédicace de Carlos Ruiz Zafon, mais une fois sur place, on constate qu’il n’y a pas son nom, pas de queue pour lui et quand je demande, on me dit qu’elle a été annulée. Dommage, ça m’a fait un livre pour rien, mais ça n’est pas grave.

Du coup avec Nyx on repart vers Flammarion pour tenter de retrouver des copines qui devaient être par là, mais il y avait trop de monde etc. Là, une autre amie m’appelle, on la retrouve donc à Albin Michel qui était à côté, on se balade un petit peu dans les allées avant que Nyx nous abandonne. Je reste donc avec mon amie mais commençant à fatiguer aussi je finis par l’abandonner, je me pose sur les chaises à la Grande Scène (oui c’est une habitude) pour me reposer un peu (au bout de 3 jours le mal de pieds commençaient à se faire sentir) puis je finis par repartir du Salon pour rentrer chez moi.

Je comptais aller au Salon le samedi mais finalement je n’ai pas pu, j’étais très fatiguée, sans compter que la crève + blablatage tout le week end aura eu raison de ma voix, je suis quasiment aphone et le peu de son que je peux produire c’est pitoyable et en plus comme je n’arrête pas de tousser, ça n’arrange pas mes affaires. Tout ça pour dire que j’ai abandonné l’idée d’y aller pour me reposer un peu tranquillement après ce long week end chargé (et profiter pour écrire ce compte-rendu et mettre en lignes les dernières photos).

Un nouveau Salon du livre qui s’achève, qui devient de plus en plus étrange (certaines choses me font halluciner quand même), ça n’est plus la même ambiance qu’avant. Mais bon, j’étais contente d’avoir pu rencontrer les auteurs, d’avoir de superbes dédicaces et d’avoir vu ou revu certains blogueurs, c’est ce qui compte. Ça a été un long week-end, assez fatiguant mais bon, je le sais d’avance, j’y suis préparée et ça n’est qu’une fois par an !

Désolée de ne pas avoir cité tout le monde, mais en fait j’ai vu tellement de gens, qu’en faire le listing, un peu à l’arrache n’est pas terrible, mais je suis contente de vous avoir revu les filles et garçons !

(Allez, je fais le listing ici : Aurélie, Tessa – désolée, je ne me fais pas à ton vrai prénom, ça me perturbe – ArtemissiaArcantane – Aurélie G. – Elodie notre cuistot en chef ! les cookies étaient super bons – Thoams et MiguelFrancescaKaren – Delphine, les auteurs de Rebelle, etc., et s’il manque du monde désolée, mais vous êtes vraiment nombreux pour ma petite tête qui a besoin de se reposer).

*-*-*-*

Je vous invite à aller voir les photos de Nyx Shadow qui a été la photographe pendant ce super week-end. Vous pouvez également voir chez Au boudoir écarlate, ainsi que sur la page Facebook Accrocdeslivres évidemment.

Je vous invite également à voir le compte rendu de Ceinwèn (Nyx) chez Lire ou Mourir (qui montre notamment un aspect plus technique et pratique du salon, vraiment intéressant)

Sinon j'ai eu quelques MP et goodies pendant ce salon c'est super :D (mais il n'y en avait pas tant que ça et je n'ai pas non plus fait tous les stands)