Rechercher dans ce blog

Sortilège d'Alex Finn

Quatrième de couverture

Je suis un monstre. Pourtant, autrefois, j'étais le type parfait : grand, beau, riche et... atrocement méchant. Je n'aimais que moi et c'est pour cela qu'un sort m'a été jeté. Je suis devenu une bête difforme, monstrueuse. Il me reste deux ans pour être aimé d'une jeune fille, sinon...
Ceci n'est pas un conte de fée. Mon histoire prend place aujourd'hui, en plein cœur de New York. J'espère que quelqu'un va venir à mon secours.
L’amour saura-t-il me trouver… et me sauver ?

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Hachette pour m’avoir permis de lire ce livre, que j’avais reçu en cadeau lors de la projection du film début juin (oui ma lecture, a été quelque peu retardée, mais mieux vaut tard que jamais !). J’ai donc vu le film avant de lire ce livre et à la fin de cette critique je mettrais donc en avant par moment les différences entre le livre et le film.

Le livre commence de manière étrange puisque nous avons tout un dialogue, comme sur un forum entre divers membres. Un certain M. Anderson « préside » ce forum et lance des sujets, qui sont pour le moins atypique et nous faisons entre autre la rencontre de Monsterkid, qui va finir par raconter son histoire et c’est ainsi que nous découvrons ce qui est arrivé à Kyle. Cela commence alors que Kyle est à son lycée et qu’il se rend compte que son nom est marqué pour être le prince lors du bal de fin d’année et une des élèves trouve ce principe complètement stupide car les gens ne sont évalués que sur leur physique. La jeune fille au look décalé (un peu gothique avec des cheveux verts) se fait remarquer par Kyle qui va s’empresser de lui jouer un mauvais tour et l’humilié et s’en délecter. Il lui fait croire qu’il veut l’inviter pour être sa cavalière lors de cette soirée. Elle accepte donc avec plaisir, mais évidemment, son but est de la faire souffrir et de l’humilier publiquement. Quoi de plus naturel ? Après tout Kyle est un jeune garçon très beau, populaire et qui ne se rabaisserait pas à aller à une telle soirée avec une fille comme Kendra. Il y va donc avec sa petite amie et lorsqu’il aperçoit Kendra, il prend un malin plaisir à se moquer d’elle, comme elle est seule et qu’elle n’a pas de billet pour rentrer. Mais elle n’était pas dupe et savait qu’il lui ferait un tour pareil, après tout c’est dans sa nature d’être cruel et de faire du mal gratuitement aux gens, ainsi elle va lui lancer un sort, le rendant très laid, tel un monstre pour qu’il prenne une bonne leçon. Ainsi Kyle est transformé en une bête repoussante (oui plus dans le genre du dessin animé de La Belle et la Bête, plutôt que du film avec les cicatrices…) et il a deux ans (un an dans le film) pour trouver quelqu’un qui sera capable de l’aimer pour ce qu’il est, malgré son apparence repoussante, à laquelle il semble beaucoup s’attacher lorsqu’il ressemblait encore à un humain. Il ne jugeait les gens que par ça sans aller plus loin. On découvre ainsi au fur et à mesure le calvaire de Kyle, dans ce corps qu’il ne supporte pas à devoir trouver quelqu’un qui pourra l’aimer.

L’histoire est un remake de la Belle et la Bête, pas bien difficile au niveau du scénario pour savoir en gros ce qui va se passer, ni comment ça va se terminer. Mais je trouve que l’auteur a quand même réactualisé cette histoire de manière assez juste et intéressante. Ce n’est pas non plus le livre de l’année, néanmoins j’ai bien apprécié cette lecture et je ne regrette pas de l’avoir lu (même si ça a été très rapide, le genre y étant beaucoup pour quelque chose). L’écriture est assez sympa, fluide et on s’immerge bien dans la peau de Kyle (vu que c’est écrit à la 1ere personne). On ressent ainsi tout son mal être, le désespoir quand il découvre ce qu’il est devenu. J’ai bien aimé l’entrée en matière de ce livre avec l’histoire du forum, que l’on retrouve de temps en temps et où les autres membres racontent aussi leur petit problème. C’est assez amusant et bien trouvé comme principe. C’est une chose que l’on ne retrouve pas dans le film (en même temps, ça aurait été difficile à faire).

J’ai trouvé que l’histoire était bien menée même si (vu que j’ai vu le film) le moment où arrive Lynda dans la vie de Kyle est assez long. En effet, il faut passer la moitié du livre pour qu’on entende parler d’elle, mais en même temps, vu que le temps imparti par la sorcière est plus long dans le livre que dans le film, il est normal qu’on ait cette impression. Ainsi dans la 1ere moitié du livre, Kyle est seul avec sa gouvernante et son précepteur (venu sous la demande de Kyle) qui va l’aider à s’en sortir, à lui faire lire des livres pour lui inculquer quelque chose. Mais le désespoir a envahi Kyle, qui sait qu’il ne lèvera jamais le sort en trouvant l’amour, car pour lui c’est une chose impossible étant donné son apparence. Il se renferme donc peu à peu sur lui-même, jusqu’à ce que Will lui trouve une occupation : s’occuper des roses. Il va apprécier cela et s’en occuper, au lieu de rester enfermer (alors que dans le film, la roseraie est là pour une autre raison). Puis plus tard, la présence de Lynda va tout changer dans sa vie…

Sinon sur les personnages, on a un peu de tout, et j’ai beaucoup aimé ces différences. Kyle est affreux, il aime faire souffrir les gens sans se soucier de ce qu’ils peuvent ressentir, tout ça parce qu’il est beau et sait user de son charme, il sait qu’il peut avoir tout ce qu’il veut. Seulement, à partir du moment où il est transformé, il voit bien que cela ne sert à rien. Les médecins ne peuvent rien pour lui, et son père, excéder, ne trouve rien de mieux à faire que de l’envoyer à Brooklyn dans un grand appartement avec la gouvernante pour l’éloigner, afin que personne ne sache la vérité (et qu’il n’ait plus la laideur de son fils en face de lui). Pour ça, on peut dire que dans le film c’est très bien respecté et dans les deux cas, on voit bien la souffrance de Kyle face à cet état de fait. Le père est peu présent, mais il l’est suffisamment pour qu’on s’en rende compte et son absente pèse davantage et veut tout dire. L’apparence est une chose très importante pour lui (qui est donc au cœur même de cette histoire et qui pose tant de problèmes), au point que Kyle pense que c’est tout ce qui compte dans la vie. Il faut dire qu’il a bien appris les leçons que lui a prodiguées son père (ça ne s’invente pas).

Madga, la gouvernante ainsi que Will, son répétiteur, précepteur sont les seules personnes à le côtoyer, le dernier étant aveugle, cela ne pose pas de problème puisqu’il ne peut donc pas le voir tel qu’il est, même si rapidement Kyle lui fait comprendre ce qu’il est et pourquoi il est seul. Quant à Lynda, elle est une jeune fille terrifiée et en colère et se demande pourquoi on l’oblige à vivre avec lui. Par contre, il y a une chose à laquelle j’ai forcément pensé, c’est sur le personnage de Kendra, très mystérieux et très important dans l’histoire, (évidemment, si elle n’avait pas été là, il n’y aurait pas eu d’histoire et Kyle serait toujours aussi méchant), elle est beaucoup plus présente dans le livre que dans le film et dans ce dernier j’ai trouvé ça dommage qu’on ne la voit pas tant que ça. du coup en lisant le livre, j’ai été agréablement surprise de la voir si souvent (mais apparemment il y aurait un livre dédié sur elle à venir en VO, donc à voir si on peut avoir la chance d’avoir aussi ce livre en VF).

Une chose que je trouve dommage point de vue scénaristique c’est qu’on a dans le livre un élément important, qui a tout son sens mais qui est absent dans le film : le miroir que lui donne Kendra, et qui lui permet (comme dans le dessin animé) de voir les gens qu’il souhaite voir. Ce miroir tient une place importante dans le livre (mais je ne dirais pas en quoi, sinon je dévoilerai trop de choses) et je trouve que ça a été dommage de ne pas le garder. Néanmoins, dans le scénario, ils ont trouvé un autre moyen de faire coïncider les évènements pour que ça arrive. Il y a quelques changements également, comme la raison pour laquelle Lynda va habiter chez Kyle (qui se fait appeler Adrian). Mais au final, ça se rejoint car quoi qu’il arrive, elle va vivre chez lui.

Quant à la fin, elle diffère dans le film par rapport au livre et je dois avouer que je préfère celle du livre, ça fait plus mélo-dramatique, mais dans ce genre d’histoire, on s’attend un peu à ça, alors j’ai préféré. Mais celle du film est tout aussi bien, mais c’est vraiment différent (on s’inquiète davantage dans le livre vu que l’échéance s’approche davantage). Par ailleurs, on apprend des choses sur certains personnages qu’on ne voit pas dans le film et je trouve ça dommage, ça permet de comprendre certaines choses.

En bref, ça a été une lecture plaisante et agréable. J’ai passé un bon moment en lisant ce livre, même si ce n’est pas le livre du siècle, je pense qu’il mérite d’être lu. Par ailleurs, cela permet de revoir un « classique » tout en ayant une vision plus récente du problème, en mettant en scène des adolescents d’aujourd’hui. Un bon livre en soi.

Cercueil blues d'Ellen Schreiber (Vampire kisses 2)

Quatrième de couverture

Cherchez le vampire !
Alexander a quitté la ville. Raven doit à tout prix le retrouver ! Jamais à court d'idées, la jeune fille mène l'enquête et découvre un numéro de téléphone qui pourrait la conduire au lieu où son petit ami se cache. Elle appelle et tombe sur le répondeur d'un bar d'une ville voisine, ouvert toute la nuit: le Cercueil Club.
Son intuition, sa discrétion légendaire et sa persévérance hors du commun permettront-elles à Raven de retrouver Alexander et de le persuader de rentrer à Dullsville ?

Mon avis

Vu l’épaisseur du livre et sachant à quoi m’attendre, je n’ai pas pu résister à lire ce livre. Ayant eu un bon avis sur le 1er tome, il était évident que j’allais prendre le 2e et je dois dire que ça ne m’a pas déçu du tout. Ces histoires sont mignonnes, se ne sont pas de grandes actions, néanmoins on passe un très moment en compagnie de Raven, alors je pense que je continuerai cette série qui je pense peut se révéler excellente de tomes en tomes.

L’écriture est fluide et agréable à lire, on prend vraiment plaisir à s’immiscer dans la peau de Raven, jeune fille atypique. Etant donné que le livre est peu épais, ça se lit très rapidement. Comme pour le 1er tome, il ne faut pas s’attendre à quelque chose d’extraordinaire avec beaucoup d’actions et d’évènements… l’histoire poursuit son cours tranquillement, reprenant là où elle s’en était arrêtée. Alexander est parti depuis deux jours et cela peine énormément Raven qui ne cesse de penser à lui. La première scène commence alors que Raven regarde le film Cercueil blues, avec sa meilleure amie Becky, mais cela lui faisant trop rappeler Alexander, elle décide d’y mettre court. Puis, Raven raccompagne son amie et discute avec elle, il lui vint à l’idée d’aller chercher Alexander. C’est alors que commence son enquête (dès le 2e chapitre, autant dire que ça ne traine pas du tout). Elle se rend chez Alexander où elle trouve le manoir vide, et un simple mot étrange dans la chambre d’Alexandre. Au cours de son investigation, elle découvre un peu par hasard, le numéro d’un club : Cercueil club, qui se trouve dans la ville voisine. Ainsi, (vu que c’est les vacances) elle décide d’aller « rendre visite » à sa tante Libby qui habite là-bas dans l’espoir d’aller dans ce club et d’y trouver Alexander. Mais elle fait fausse route, mais quelqu’un semble savoir quelque chose sur lui et c’est ainsi qu’on fait la connaissance de Jagger (personnage important…). Mais les apparences sont souvent trompeuses et Raven va vite découvrir qu’il ne faut pas se fier à n’importe qui, et que les secrets du passé peuvent également poser de nombreux problèmes…

L’histoire, comme dans le 1er tome va droit au but, si bien que l’on fonce directement dans le vif du sujet. Ça a un aspect positif, et en même temps négatif, positif parce qu’il n’y a pas de longueurs, négatifs parce qu’on n’a pas de réel suspense, on a toutes les réponses relativement vite (oui, vous savez que j’aime les pavés qui trainent en longueur et quand je me retrouve avec des textes d’à peine 200 pages, je trouve ça frustrant, c’est comme ça, mais ça n’empêche pas la qualité de ce livre et de l’histoire. je continuerai quand même).

L’intrigue est bien menée, Raven chercher tous les moyens pour retrouver son vampire même si elle ne se rend pas compte dans quelle histoire elle met les pieds. Dans ce tome, on fait la rencontre d’un nouveau personnage qui sera, je pense présent dans la suite et qui nous promet de nombreux problèmes. Déjà ici, on sent les ennuis à plein nez et Raven la première ! Elle est méfiante mais elle est loin de se douter de l’enjeu qui se prépare. Mais c’est sans compter son intelligence et sa culture vampirique pour résoudre les problèmes. Le titre du livre est Cercueil blues, qui est un titre de film dont il est fait mention dans ce livre et je trouve que ça a été subtilement bien joué. On retrouve certaine chose et j’ai trouvé ça intéressant comment l’auteur est venu à mêler le film à ce récit. Je trouve ça assez accrocheur et ça pourrait donner envie de le connaître à ceux qui ne le connaissent pas, ou bien aux grands fans du genre de le visionner une fois de plus.

Raven est toujours égale à elle-même. Amoureuse et désespérée de ne plus avoir son vampire donc elle le chercher comme une âme en peine. C’est vraiment un personnage attachant, et avec qui on prend plaisir de côtoyer. Sa meilleure amie est quelque peu délaissée par rapport au premier tome, mais cela peut s’expliquer donc ce n’est pas trop gênant. Alexander n’est pas forcément très visible non plus, mais cela permet de nous familiariser avec ce nouveau personnage : Jagger, qui est très mystérieux et dont les intentions sont obscures.

En bref, ça a été un réel plaisir de me replonger dans cet univers, dans le monde gothique de Raven. Ce n’est pas forcément l’histoire du siècle, mais ça reste très sympa à lire, et mignon quand même. Le mythe du vampire a droit à un traitement spécial de la part de l’auteur donc c’est assez sympa je trouve. Ensuite, la fin nous promet vraiment quelque chose d’intéressant pour le 3e tome, donc j’ai hâte de voir ça.

Pacte de sang de Cassandra O'Donnell (Rebecca Kean 2)

Quatrième de couverture

Depuis que je suis devenue la tueuse attitrée de la communauté surnaturelle du Vermont, je n ai plus une minute à moi, course-poursuite, exécutions, meurtres en série... Bref je n ai ni le temps, ni l envie de m occuper de ma vie privée. Alors quand mon ex, Michael, un vampire aussi sexy que redoutable a débarqué en ville, ça m a un peu contrarié. Il faut dire que quand on se retrouve enceinte à seize ans et qu’on plaque son amant, on n est généralement pas très pressée de le revoir dix ans plus tard et de lui annoncer qu’il est papa.

Du moins, pas avant d être passée d abord faire le plein chez Joe, le marchand d’armes du coin.

Mon avis

Eh oui, encore une lecture VF, en parallèle de ma lecture VO… Pardonnez-moi, il me faisait de l’œil et comme il est assez épais, ça me permet de ne pas l’emmener en vacances et de prendre trop de place dans la valise et du coup, je pourrais prendre autre chose à la place (quoi ? J’en sais rien, tout dépend de ce que je lirai cette semaine).

Sinon j’ai bien aimé ce 2e tome, même si on peut constater certaines analogies avec d’autres séries (genre Anita Blake), bah cette série a sa propre particularité, le monde est intéressant et j’ai vraiment envie de savoir où tout ça vous nous mener.

L’histoire commence avec une mission pour l’Assayim, un lynx-garou sévit sur son territoire et elle doit s’en débarrasser, et elle y parvient et demande à Bruce de faire disparaître le corps. Après cela, elle rentre chez elle, retrouve sa fille, seule car son amie Beth a dû partir d’urgence. Sentant que quelque chsoe de grave a dû se passer elle demande un peu plus tard à son amie ce qui se passe. C’est ainsi que Beth fait appel à l’Assayim car un meurtre a eu lieu chez les loups-garous (une fois de plus). Rebecca se rend donc chez une famille de loup-garou, où elle trouve le corps d’une jeune adolescente, sur le point de se marier, morte et ça, dans d’atroce souffrance. Rebecca est ainsi chargée de l’enquête et elle est loin de se douter où elle met les pieds et sur quel genre de créature qu’elle a affaire. De l’autre, elle sait que son ex et père de sa fille va arriver après avoir appris qu’elle était toujours vivante. Raphael, son « petit-ami » de vampire, lui demande donc de se rendre à une réception où il est obligé d’accepter l’arriver de Michael et quelques uns de ses hommes pendant son séjour. Rebecca doit donc par obligation se faire passer pour la femme de Raphael, afin que Michael ne la revendique pas, mais les retrouvailles risquent d’être plus compliquées qu’elle ne le pensait, surtout que Michael ignore l’existence de Leonora. En bref, tout semble se compliquer dans la vie de Rebecca, entre sa mission en tant qu’Assayim auprès des loups, et sa vie amoureuse complexe… Rebecca n’a pas fini de souffler !

L’écriture de l’auteur est toujours agréable à lire, on s’immerge bien dans le personnage de Rebecca, qui est assez attachante, même si un peu flippante par moment. Après tout, c’est une tueuse et elle ne s’en cache pas. Mais on l’apprécie quand même, surtout qu’elle tend à changer grâce aux contacts qu’elle a avec les gens qui l’entourent.

L’intrigue de cette histoire est bien menée. Je l’ai trouvé assez intéressante. Les actions s’enchainent sans cesse, si bien qu’on ne peut pas s’ennuyer en lisant ce livre. on a quelques moments de « détente » ce qui nous permet de souffler un peu, mais ce n’est pas pour ça que ça ralentit trop le texte, au contraire. Après tout Rebecca est humaine, elle a le droit de se reposer et avec son boulot de maman, Assayim, prof, etc. il est difficile de tout combler parfois !

Plus ça va, plus l’enquête devient complexe et quand on pense que tout est réglé, d’autres soucis s’imposent sans qu’on ne sache exactement qui sont les commanditaires… A la fin du livre, il est des choses qu’on ignore toujours et ça nous pousse à lire la suite pour en savoir plus. Je n’avais pas forcément pensé à ça, surtout pas les motivations qui ont poussé le « méchant » d’agir ainsi. Dans ce tome, on en découvre toujours un peu plus sur l’univers créé par Cassandra O’Donnell, mais aussi et surtout sur Rebecca qui semble avoir plus d’un tour dans son sac. Il est des choses qu’on ignorait sur son passé et plus on avance dans l’histoire, plus on entrevoit à quel point elle est puissante et qu’il vaut mieux ne pas se la mettre à dos.

Sa relation avec Raphael semble un peu compliquée vu qu’elle ne veut pas céder totalement à ses avances, ne sachant pas ce qu’il pourrait en advenir. De plus, avec la présence de Michael, son ex, ça semble compliquer la situation, surtout qu’il n’est pas au courant de l’existence de Leonora et qu’il vaut mieux qu’il n’en sache rien. Sans quoi il demanderait immédiatement à ce que Rebecca et sa fille rentre avec lui en France. Mais il est des surprises qui risquent de ne pas plaire à Michael. Mais si ça vie amoureuse ne se tenait qu’à ça… on découvre d’autres choses encore, et là, on se demande comment elle va faire pour s’en sortir… Dans ce tome, on a quelques révélations sur certains personnages, et ça les rend encore plus intéressants.

En bref, ça a été une lecture plaisante, j’aime bien cette série et j’ai vraiment envie de découvrir ce qui va arriver à Rebecca, car elle semble de plus en plus forte. J’ai aussi envie d’en savoir plus sur ses origines car là encore, même si on sait pas mal de choses, il semble qu’on ignore encore beaucoup de choses et que ça pourrait bien nous surprendre.

Prêtresses du sexe d'Alexandre Lévine

Quatrième de couverture

Dans une Antiquité partiellement imaginaire, des prêtresses servent et incarnent Welouma, la déesse du sexe et de la fécondité. Leur rôle est de se donner aux hommes, de jouir et d’enfanter. Un étranger, Cléaridas, arrive dans leur temple et s’immerge dans son ambiance orgiaque, où l’union avec le divin se fait par l’orgasme. Mais il tombe amoureux d’une prêtresse, Ilouwa, et il comprendra que les sentiments n’ont pas leur place dans cet univers. Bien plus, il verra l’ombre de la mort derrière le culte de la déesse.
Alexandre Lévine signe une fantaisie érotico-mythologique unique en son genre, un mélange de scènes de sexe et d’intrigues amoureuses qui aboutit à une réflexion sur le poids des traditions et l’emprise de la religion sur les âmes.
Cet ouvrage comprend deux illustrations d’intérieur d’Elie Darco.

Lire le 1er chapitre

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Artalys de m’avoir permis de lire ce livre et de découvrir ainsi un nouveau genre (de la fantasy érotique) et une histoire très sympathique qui donne tout de même matière à réfléchir sur une société où le sexe à une grande importance, mais jusqu’à quel point ?

Je tiens également à préciser que ce livre n’est pas à mettre entre toutes les mains ! Etant donné qu’il s’agit de la fantasy érotique, ce dernier point tenant une place très importante dans l’histoire peut choquer plus d’une personne (vu le nombre de scènes de sexe). C’est donc vraiment un livre pour adulte, vous êtes prévenus si vous voulez lire ce livre.

La couverture illustre parfaitement l’idée que j’ai du temple et tel que nous le décrit Cléaridas. Dans le premier chapitre, l’une des premières scènes, on entre effectivement dans une pièce où se trouve cette statue, donc je trouve qu’elle correspond parfaitement au livre et ainsi, on sait à quoi s’attendre.

Le livre continent peu de chapitres, mais qui sont assez longs étant donné l’épaisseur du livre (qui fait moins de 200 pages). Cela se lit donc très vite, mais la lecture reste néanmoins très agréable et ça a été une bonne surprise dans l’ensemble. L’écriture de l’auteur est vraiment agréable à lire, c’est très fluide. Je l’avais déjà constaté en lisant Le mage de la Montagne d’Or, paru aux mêmes éditions. Ici, l’histoire n’est pas racontée comme un conte, contrairement à son autre livre, mais véritablement comme un récit autobiographique, puisque c’est écrit à la 1ere personne. Ainsi, on est dans les pensées et le corps de Cléaridas et le moins qu’on puisse dire c’est que dès le début, on est plongé au cœur du temple, parmi ces prêtresses si réputées qui servent et incarnent Welouma (déesse du sexe et de la fécondité).

Le monde décrit par cet étranger qui ne connait pas tellement les coutumes locales nous permet d’être initié en même temps que lui, et d’en savoir un peu plus. Ainsi on comprend le rôle que tiendra Cléaridas pendant son séjour, mais également ce que sont exactement ces prêtresses-putains dont il a entendu dans son pays (que l’on ne connait pas d’ailleurs, cela reste un grand mystère). Il est là pour enfanter les prêtresses et uniquement elles, même s’il peut prendre du plaisir avec les autres femmes, les servantes. Il y a tout un système très bien organisé, tous les hommes peuvent prendre plaisir avec les femmes, il n’y a pas de jalousie… Seulement, on leur accorde une handaï, une prêtresse avec laquelle ils peuvent dormir tous les soirs (et uniquement avec elle). L’handaï de Cléaridas se nomme Ilouwa, dont il va tomber peu à peu amoureux (même si cela se fait assez vite), mais il va vite se rendre compte que l’univers orgiaque, faste, qu’ils pensaient réellement idylliques par rapport aux coutumes de son pays (plus restrictives), est loin de l’être et qu’il existe toujours un revers à la médaille et Cléaridas n’est pas forcément prêt à accepter ce prix.

Sachant le genre du livre, je m’attendais bien évidemment à avoir de nombreuses scènes érotiques, je ne pensais pas autant, mais bon, elles s’inscrivent bien dans l’histoire la plupart du temps, donc ce n’est pas trop gênant. De plus, nous sommes du point de vue d’un homme, attiré par toutes ces femmes qui sont de vraies beautés (tant qu’à faire c’est mieux). Presque toutes les scènes sont décrites (pour ne pas dire toutes) mais sans que ça ne paraisse vulgaire, la raison première à cela est que c’est chose normale dans ce temple. Ainsi, il faut lire ce livre dans cette optique et pas en pensant à notre propre coutume, sans quoi il existe un choc des cultures et c’est en cela que ça peut réellement devenir dérangeant. On est vraiment plongé dans cet univers et dès le 1er chapitre, on voit parfaitement comment va vivre pendant tout son séjour Cléaridas. Donc soit on adhère à ce principe, soit on n’adhère pas et c’est décisif pour savoir si on va aimer ce livre ou pas. Comme je l’ai dit les scènes sont nombreuses et on sait parfaitement ce qui se passe, mais je ne trouve pas ça gênant parce que l’écriture de l’auteur est telle, que ça se lit bien, que ça n’est pas trop choquant (après je pense avoir lu « suffisamment » quelques livres qui portaient des scènes érotiques sans que ça ne me choque trop pour lire ici). Après, avec certains personnages, tel que Mélanopos qui ne mâche pas ses mots et qui est assez cru par moment, mais ce n’est pas le cas de Cléaridas (en général) donc ça passe plutôt bien.

L’histoire se déroule relativement vite, la plupart des évènements se passent en une journée, après il décrit brièvement et on sait que plusieurs jours sont passés, avant de compter en semaine. Mais dans l’ensemble, le temps est assez restreint et on constate qu’il se passe tout de même beaucoup de choses et qu’assez rapidement Cléaridas remet en question des traditions, une religion parce qu’il s’interroge et que personne n’est en mesure de répondre à ses questions. Mais il fera tout pour savoir ce qui se passe. J’ai trouvé cette histoire assez intéressante, avec une intrigue qui donne vite à réfléchir sur le réel avenir de toutes ses femmes. On se demande si leur vie est si enviable que ça, et Cléaridas semble être l’un des seuls hommes à voir au-delà des apparences (si idéalisé, du moins pour sa part au début, ne connaissant pas ça dans son pays) pour se rendre compte qu’il y a des choses qui ne tournent pas rond dans ce temple.

Le personnage de Cléaridas est attachant, on voit bien qu’il n’est pas forcément dans son élément et les prêtresses/servantes le remarquent, mais elles font tout pour lui complaire (après tout, il est aussi là pour ça), même s’il va découvrir de nombreux secrets sur le sexe. Il va tomber amoureux de sa handaï, mais va comprendre que les sentiments n’ont pas forcément leur place au sein du temple, étant donné que la jalousie y est proscrite. On suit ses interrogations et son envie d’en découvrir plus sur ces femmes, jusqu’à poser des questions qui gênent et dont personne n’est à même de lui répondre. Mélanopos est un homme très exubérant au franc parlé, un peu cru qui pourrait déranger, mais on voit que c’est dans sa nature. Il met une certaine ambiance à l’histoire je trouve. Quant à Ilouwa, femme des plus importantes dans cette histoire, on voit qu’elle vit pour ce qu’elle fait et que c’est autour d’elle qu’on va découvrir certaines choses… Une femme assez mystérieuse aussi, qui n’hésite pas à remettre en place Cléaridas lorsqu’il commence à franchir certaines limites.

L’univers est vraiment intéressant, mais je dois avouer que je regrette un peu que l’intrigue autour d’Ilouwa, du temple, ne soit pas davantage développée et détaillée. Entre le rapport scène de sexe et intrigue, il y a un déséquilibre, le 1er étant beaucoup plus important (dans ce type de littérature en même temps c’est normal et les scènes s’y prêtent plutôt bien, ce n’est pas un souci), mais il est vrai qu’un peu plus de détails sur l’intrigue, et qui donne encore plus tout son sens à ce livre, n’aurait pas été de trop selon moi. Après je trouve tout de même très bien ce texte et que je l’ai vraiment apprécié, car il n’est jamais évident d’écrire de la littérature érotique sans trop en faire, ou tomber dans des livres plutôt à caractère pornographique, etc.

En tout cas, j’ai trouvé cette histoire intéressante, on pourrait davantage débattre sur le revers de la médaille, sur cette religion des plus étranges, mais cela risquerait de dévoiler trop d’éléments de l’intrigue et il serait dommage de ne pas le découvrir soi-même. En tout cas, cela permet de cogiter un peu sur ses traditions. Je pense qu’on aurait pu également avoir un peu plus de détails sur le monde et la quête de Cléaridas, mais ça ne tient qu’à moi (je préfère de loin les gros romans). Ça ne m’a pas empêché d’apprécier ce livre.

Vampire et irrécupérable de MaryJanice Davidson (Queen Betsy 4)

Quatrième de couverture

C’est vrai, je ne rate jamais une occasion de faire du shopping, mais cette fois, j’ai une bonne raison : je me marie ! Qui est l’heureux élu ? Le superbe Éric Sinclair bien sûr ! Alors pas question que des histoires morbides gâchent la fête. Je l’aurai mon mariage de reine… des vampires ! Malheureusement, des fantômes me harcèlent pour que je leur rende justice. C’est vraiment pas le moment. Et voilà qu’un tueur en série se balade dans la nature. Il a tendance à choisir des victimes grandes et blondes… comme moi, quoi ! Espérons que mon enterrement de vie de jeune fille n’en devienne pas un vrai…

Mon avis

Oui, je sais, je n’aurais pas dû le lire maintenant mais c’était trop tentant, très court et rapide à lire alors… Ces livres se lisent vraiment vite, faut dire qu’avec l’écriture de l’auteur et le ton léger donné (après tout c’est de la chick-lit, même s’il y a du paranormale dedans).

On entre directement dans le vif du sujet. Le prologue commence par nous informer des meurtres d’un tueur en série, ainsi, on pose le gros problème de ce livre et du coup on attend de voir ce qui va se passer. Puis on retrouve Betsy, sa meilleure amie Jessica et sa sœur diabolique Laura, au cimetière, devant la tombe de… Betsy ! Ce qui donne une scène assez étrange mais « amusante » en même temps. Puis, Betsy apprend que son demi-frère est né et veut donc le voir par courtoisie et semble s’attacher à l’enfant, d’autant qu’en sa présence, il semble se calmer (d’ailleurs Betsy jouera les baby-sitters…). Puis quelques temps après, un premier fantôme apparait à Betsy et doit l’aider dans sa tache… Une fois cela accomplie, elle reprend sa petite vie, auprès de Sinclair et ses vampires. Mais le tueur sévit toujours et un nouveau fantôme fait son apparition et veut se venger et qu’il paye pour l’avoir tuée, ainsi Betsy se voit chargée malgré elle d’une nouvelle mission.

Honnêtement, je ne sais pas trop quoi penser de ce livre, ça m’a amusé de retrouver Betsy et toute la clique, sauf que l’histoire… C’était sympa à lire, il y a des moments qui font sourire, etc. mais je m’attendais à quelque chose de plus actif, un peu plus compliqué et davantage centré sur le tueur en série et les fantômes, comme annoncé dans la 4e de couverture. Sauf que ce n’est pas tellement le cas. L’aspect de la vie (ou non vie) de Betsy est mis en avant, mais peut-être un peu trop. On sait qu’elle va se marier avec Sinclair et qu’elle le prépare (mais dans le livre, on ne voit pas du tout, mais elle en parle souvent). Ensuite, le problème avec le tueur en série est vite expédié vers les dernières pages, relayés au second rang et j’ai trouvé ça un peu dommage parce que je pensais que ce serait davantage au centre. Quant aux problèmes des vampires évoqués, là encore, je trouve que c’est passé rapidement.

Donc quelque part c’est assez décevant parce que je m’attendais à quelque chose de mieux, d’une intrigue davantage développée et intéressante. Néanmoins j’ai quand même passé un bon moment avec Betsy qui ne change pas d’un iota, toujours égale à elle-même. Elle se rend compte de choses qui ne lui plaisent pas forcément et remet également en question les autres personnages (le 1er visé étant Sinclair évidemment). Je trouve qu’il est un peu effacé par rapport aux autres tomes, on le voit, il est souvent là, ce n’est pas un souci, mais je trouve qu’on perd un peu le personnage des 1er tomes. Le vampire transit d’amour ne lui va pas forcément, même si on sait qu’il a une réellement affection pour Betsy, je trouve que c’est peut-être un peu trop et de la part d’un tel personnage, je trouve que ce n’est pas terrible. Quant à Jessica et Marc, on ne les voit pas tellement. Laura, un peu plus, on découvre certains aspects de sa personnalité ici et ça promet…

En bref, j’ai passé un bon moment en lisant ce livre, mais je dois avouer que je suis un peu déçue parce que je m’attendais à quelque chose de mieux et de plus développée. Mais bon, ça ne m’empêchera pas de lire la suite, j’ai quand même envie de savoir ce qui va arriver à Betsy, parce qu’on passe un bon moment en sa compagnie et que cette histoire de reine des vampires a attisé ma curiosité, vu qu’on en apprend toujours un peu plus grâce aux Livres des morts.

Racontage de life ON

Voilà, pour une fois je vais raconter ma vie, bon je vous arrête de suite, c'est surtout pour parler bouquins ^^ Eh ouais, ma vie n'est pas spécialement intéressante, mais quand ça a un rapport avec des livres, ça peut toujours être bien. Alors en avant le racontage de vie !

Ma tante et mon oncle venus d'Espagne voulaient se promener à Paris, pour voir une exposition (peintures) et après faire un tour dans les librairies (ouais, ma tante fait son stock de livres en français quand elle vient en France, avant de repartir chez elle). Du coup, sachant ça, j'ai décidé de m'incruster, étant assez intéressée (surtout sur la partie librairie). Ainsi ce matin je suis partie tôt pour les retrouver à Paris, direction l'Hôtel de ville (bon c'était pas top, il a plu toute la journée, horrible pour se promener, mais tant pis !). On a attendu un peu dehors vu qu'on est arrivés avant l'heure d'ouverture (ouais parce que la foule à outrance dans les expos c'est nul, on ne voit rien, on est tous les uns sur les autres, aucun plaisir à voir les oeuvres). Puis on entre dans l'expo : Paris au temps des impressionnistes (pour ceux que ça intéresse, l'entrée est gratuite en plus).

L'expo en soi était pas mal, les oeuvres assez sympa, sauf que la muséographie (l'organisation des oeuvres dans l'expo, pour faire simple, c'était pas terrible, il n'y avait pas vraiment de sens et je vois pas trop ce que l'expo voulait nous faire comprendre... Mais bon, on a passé quand même une bonne matinée. Et vu qu'on y a passé 2h (faut au moins ça) on est parti manger (je vous passe ça).

Et après ça a été après midi LIBRAIRIE ! Ma tante voulait aller à la Fnac, moi je lui ai proposé d'aller à Gibert (Jeune / Joseph) vu qu'on était à St Michel et que je voulais trouver des livres d'occasions. Bon malheureusement pour moi, il n'y avait rien d'intéressants dans les deux, par contre ma tante elle, a trouvé beaucoup de livres (j'ai une rivale ! ^^). Et en allant au 2e Gibert, elle voulait plus rien prendre, sauf que j'ai eu le malheur de lui dire où étaient les polars et elle en a pris 2 (alors qu'elle m'avait dit qu'elle avait assez dépensé au 1er, ahem... ^^). Et là elle me dit qu'elle veut me prendre un livre, donc je regarde et un livre chez Bragelonne m'intéressait beaucoup : Wicked de Grégory Maguire, mais trop cher. Et du coup ma tante m'a dit de le prendre ! Wouaah !! Il est magnifique ce livre et apparemment génial, donc voilà, elle me l'a offert. N'ayant pas trouvé d'occaz intéressantes, j'ai quand même pris La nuit du démon de Rob Thurman, (parce que a à l'air génial) et que je sais que je ne le trouverai jamais en occaz, alors je l'ai pris neuf et histoire d'avoir pris un livre quand même (sinon ça aurait été bizarre de ma part).

Et après on a pris un café (et oui c'était déjà l'heure du 4h !) on a papoté et après on est reparti chacun chez soi (ma tante et mon oncle dormant chez ma grand-mère qui habite dans la banlieue nord). Et en rentrant chez moi, la journée livresque n'était pas terminé puisque j'ai reçu un livre : Le Piano maléfique de Françoise Grenier Droesch (SP auteur). 

Donc ça a été une très bonne journée, le seul inconvénient c'était le temps pourri, plein de flotte toute la journée... mais c'était sympa de revoir ma tante et mon oncle, pas vu depuis 2 ans (ouais l'Espagne c'est pas à côté, on peut pas forcément se voir ^^).

Voilà !

Racontage de life OFF



Dans Le Magicien d'Oz, le grand classique de L. Frank Baum, Dorothy triomphe de la Méchante Sorcière de l'Ouest... mais nous ne connaissons qu'une partie de l'histoire. Qu'en est-il de son ennemie suprême, la mystérieuse Sorcière ? D'où vient-elle ? Comment est-elle devenue si méchante ? Avec Wicked, Gregory Maguire crée un monde fantastique si riche et si vivant que nous ne verrons plus jamais le Magicien d'Oz avec les mêmes yeux. 



Bienvenue à New York, la Grosse Pomme, une ville surprenante où un troll se cache sous le pont de Brooklyn, un nain à Central Park, et un vampire du beau sexe réside dans un appartement grand standing de l'Upper East Side… Et ce n'est qu'un début. Naturellement, les humains ignorent pour la plupart la faune surnaturelle qui les entoure la nuit, mais voilà… Cal Leandros n'est qu'à demi humain. La ténébreuse hérédité qu'il doit à son père est de l'étoffe des cauchemars : un père qui s'est lancé à ses trousses, lui et toute sa démoniaque engeance ! Pourquoi ? Cal n'était pas vraiment chaud pour s'attarder assez, histoire de creuser la question… Avec son demi-frère Niko, il a réussi à leur échapper pendant quatre longues années de cavale, mais son père vient de retrouver sa trace. Cal est sur le point de découvrir pourquoi ces créatures tiennent tellement à le capturer : il est la clé de tout, celui qui leur permettra de déchaîner l'Enfer sur Terre ! De sa survie va donc dépendre le sort de l'humanité…



La légende rencontre parfois la réalité. Leur bus arrêté dans un village-fantôme, les élèves d'une classe de CM2 se retrouvent enfermés dans le château du comte de Nerval. Nourris des repas les plus fabuleux, les enfants écoutent ce passionné de Chopin jouer du piano des heures durant. Quelles métamorphoses opèrent ces notes envoûtantes ? Grâce aux témoignages des enfants désormais réfugiés à l'hôpital de Brienne, l'inspecteur Herbert pénètre dans les Terres Rouges, domaine du pianiste maléfique qui pratique d'étranges expériences sur les êtres humains. Dans Le piano maléfique les splendeurs illusoires se muent en effroyables vérités. Françoise Grenier introduit le romantisme le plus sombre au coeur d'une enquête fantastique pour bâtir une intrigue dont les rouages font froid dans le dos. 

Question difficile...



Moi, je dirai :

- 1 tome de Kushiel de Jacqueline Carey
- 1 tome de Vampire Academy de Richelle Mead
- 1 tome de Chasseuse de la nuit de Jeaniene Frost

Après, je ne sais pas quel tome prendre, faut que je vois le meilleur, sauf que comme les séries ne sont pas terminées, dur de dire quel est le meilleur ^^

Lisa et l'oiseau de sang d'Olivier Ka

Quatrième de couverture

Difficile pour Pierre Lefustre de vivre seul avec sa fille, Lisa. L’adolescente rebelle semble lui cacher beaucoup de sa vie. Son intelligence et sa beauté la rendent souvent lointaine. Insaisissable. Un jour, Pierre découvre des photos inquiétantes : il y voit Lisa à demi dévêtue, environnée de flammes, lascivement allongée sur une tombe. Derrière se dessine une forme humaine… A quels jeux dangereux Lisa s’adonne-t-elle ? Pierre enquête, mais bientôt sa vie va plonger dans l’extraordinaire lorsqu’un étrange oiseau rouge attaque et blesse Lisa au visage. Les jours passent, la blessure de l’adolescente ne guérit pas. Pour éviter le pire, Pierre doit lever le voile sur la double vie de sa fille et sur le mystère de l’oiseau de sang.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Plon de m’avoir permis de lire ce livre et de découvrir cette histoire touchante et intrigante.

L’histoire commence par une scène entre Lisa et son père, et là, on voit qu’entre les deux, c’est un peu tendu, qu’il n’y a pas vraiment de communication, d’autant qu’on se rend compte rapidement qu’entre le père et la fille, il n’y a pas vraiment d’intérêt commun, et que Lisa, jeune fille très intelligente, ne peut avoir de « grandes conversations » avec son père, puisqu’il ne comprend pas toujours de quoi elle parle. Un jour, alors qu’il se rendait au marché pour vendre ses nichoirs, il tombe sur des photos que sa fille avait dû perdre lorsqu’il l’avait emmené quelques jours plus tôt à la gare pour retrouver des amis à Toulouse. Ces photos choquent et inquiète Pierre qui se demande pourquoi sa fille se retrouve à moitié nue dessus, entourée de flammes, ou bien encore sur des tombes dans des poses plutôt suggestives. Et il se rend compte qu’il y a une ombre qu’il ne distingue pas bien dessus. Pierre s’interroge et cherche le moyen d’en parler à sa fille et quand il y parvient, elle s’énerve et coupe court à la conversation. Mais Pierre est inquiet et se demande ce qui arrive à sa fille qu’il ne reconnait plus. Puis quelques jours après cette découverte, Lisa se fait violemment attaquer par un oiseau rouge, qu’il ne reconnait pas, défigurant son visage, alors il la soigne. Malheureusement, cette blessure ne se referme pas et semble au contraire s’agrandir et s’aggraver de jour en jour. S’ensuit alors toute une quête pour savoir ce qu’est cet oiseau, pourquoi cette blessure ne cesse de défigurer le visage de sa fille et qui est-elle vraiment ?

J’ai beaucoup aimé ce roman. L’écriture de l’auteur est simple et on suit parfaitement le « combat » de se père pour sauver sa fille et essayer de comprendre ce qu’il lui arrive. Il mène une véritable enquête, mêle même un de ses meilleurs amis qui va beaucoup l’aider dans sa démarche afin d’en savoir plus. L’enquête est bien menée, on nous emmène sur diverses pistes pour essayer de comprendre, mais finalement ça n’est pas ça. vu que les personnages ne disent pas tout, Pierre cherche petit à petit, et selon les informations qu’il arrive à glaner, mais ce n’est pas évident pour ce père, un peu dépassé par les évènements, de trouver une solution, lorsqu’on en ignore l’origine. Car ces fameux oiseaux rouges lui sont totalement inconnus et le fait que les blessures de sa fille ne guérissent pas, alors qu’il a été plusieurs fois voir des médecins pour ça… Pierre s’inquiète de plus en plus d’autant que les blessures se font de plus en plus « violentes ».

Pendant son enquête, je me suis demandée où l’auteur voulait en venir. Il nous mène en bateau pendant un long moment, et même si le roman n’est pas très long, il fait trainer certaines choses, nous donnant envie d’en savoir plus et de connaître enfin la vérité. Je dois avouer que je ne m’attendais pas du tout à cette explication, ni à cette fin. Je suis assez étonnée, mais pas déçue, j’ai trouvé ça relativement cohérent et j’ai bien aimé la tournure que prenaient les évènements. Ce livre donne un peu à réfléchir également et je pense qu’une fin différente aurait un peu gâché l’ensemble.

J’ai trouvé ça intéressant d’avoir l’histoire du point de vue du père. Même si c’est écrit à la 3e personne, on reste de son point de vue, et avec ses ressentis, sans jamais aller du côté de Lisa ou encore quelqu’un d’autre, sauf dans le dernier chapitre où la 1ere personne est employée, à travers différents personnages de l’histoire, permettant de conclure et de savoir ce qui s’est passé ensuite. Dans un livre de jeunesse, on aurait pu penser que ce serait du point de vue de la fille, mais ce n’est pas le cas ici, et je dois dire que ça change et que cela permet de voir ce que peuvent ressentir les adultes face à leur adolescent.

Pierre est un père aimant. Même si du point de vue de son ex-femme il est égoïste, et d’autres choses encore, il aime quand même sa fille et tente de trouver une solution à son mal mystérieux. Il tente de comprendre qui est vraiment sa fille qu’il ne reconnait plus. On a vraiment de la peine pour cet homme qui cherche sans cesse la solution et même lorsqu’on peut lui en donner une, il n’est pas sûr que cela fonctionne. Mais il est prêt à tout pour sauver sa fille de ce mal mystérieux.

Lisa est insaisissable, intelligente, et se cherche. Elle est un peu détestable envers son père qui ne la comprend pas, qui ne sait pas qui elle est. Elle lui fait des reproches et le considère un peu comme un idiot et de quelqu’un qui ne sait pas quoi faire de sa vie et qui est en quelque sorte inutile. Cela peine évidemment son père, qui aimerait l’aider sans toutefois y parvenir vraiment. Et lorsqu’il essaye de communiquer avec elle (ce qui n’est pas une mince affaire), elle se braque (j’ai envie de dire, comme beaucoup d’adolescents à un moment où à un autre).

En somme, j’ai trouvé cette histoire assez originale, avec une intrigue bien menée, qui surprendront plus d’une personne quant à l’explication. Ça a été mon cas, mais je trouve que c’est assez cohérent et intéressant. C’est une histoire touchante, qui traite essentiellement de la quête d’identité. Un jour où l’autre, on est tous plus ou moins confronté à ça, alors je pense que ce livre pourra toucher plus d’une personne.

Trahisons de Jennifer Estep (L'Exécutrice 2)

Quatrième de couverture

Je suis Gin Blanco, l'Araignée, la tueuse à gages la plus redoutée du sud des Etats-Unis. L'autre jour, une fusillade a éclaté dans mon restaurant mais les balles ne m'étaient pas destinées. Elles visaient Violet Fox. Depuis que j'ai décidé de l'aider, elle et son grand-père, je me demande dans quelle sale affaire je me suis lancée... Quant à l'inspecteur Caine, il a décidément bien du mal à contrôler son attirance pour moi et, pour ma part, je dois avouer que je résiste difficilement à l'envie de lui sauter dessus. Je n'y suis pour rien, je suis une élémentale de pierre, mais mon cœur, lui, n'est pas de marbre...

Mon avis

Une fois de plus je dois remercier Nyx Shadow qui continue de faire office de dealer afin que je puisse lire de superbes livres. Et vu que j’avais adoré le 1er, je me suis empressée de lui demander le 2!

L’histoire commence bien. Gin, dans son restaurant est en train de lire quand deux jeunes ados font irruptions pour la braquer. Mais évidemment, elle ne va pas se laisser faire et quand l’un des gars prend l’une des clientes en otage, Gin se met en colère et demande à Sophie de l’aider à les désarmer. Evidemment, quand on sait que Gin est une ancienne tueuse à gages à la retraite, elle parvient à les neutraliser avant que la police n’arrive. Sauf que l’un des deux jeunes est le fils d’un avocat, et pas n’importe lequel, l’un des plus connu de la ville, mais surtout à la botte de Mab Monroe. Ce qui n’arrange rien à ses affaires, mais elle tient tête et veut quand même porter plainte. Si ça avait été le seul problème de Gin cette semaine là, elle en aurait été heureuse, mais alors que son restaurant est quasi vide, une jeune fille vient la voir pour lui demander de voir Fletcher, et avant qu’elle n’ait pu en dire plus, le restaurant est attaqué, et Gin se rend vite compte que ce n’est pas elle qui était visée, mais la jeune fille, Violet Fox. Ainsi Gin va tenter de découvrir pourquoi on lui en veut, et ce qui se passe. Se pensant à la retraite, Gin va rempiler une fois de plus en tant que tueuse à gage pour aider Violet et son grand-père contre de grosses personnalités… Une sale affaire où Gin n’en ressortira pas tout à fait indemne, surtout qu’elle va devoir de nouveau coopérer avec Donovan Caine et là…

Oui, je sais, c’est cruel de ne pas en dire plus, mais bon, si je vous dévoile tout, ça n’a plus d’intérêt et ce n’est pas marrant (*rires sadiques*). Comme le tome précédent, j’ai vraiment adoré ce tome. Je n’ai pas pu lâcher le livre et il n’a pas fait long feu, ouais, moins d’une journée, ça veut tout dire. C’est écrit simplement, on entre bien dans la tête de Gin (même si elle est tueuse à gage, sa morale pourrait différer, mais quelque part on comprend ses agissements). L’intrigue est vraiment bien menée, l’enquête suit son cours et les actions ne cessent pas de s’enchainer. On n’a pas forcément beaucoup d’intrigues à la fois ou de grands rebondissements, mais on suit une trame et elle est très intéressante. Gin essaye de comprendre ce qui se passe, même si elle doit redevenir une tueuse à gage (ayant arrêtée depuis deux mois, comme l’avait voulu Fletcher) mais elle avoue elle-même que ça lui manquait et qu’elle ne pouvait pas arrêter comme ça. Même si elle ne le fait pas contre de l’argent, elle va jusqu’au bout de sa mission, qui ne cesse de se compliquer un peu plus à chaque fois, si bien que l’on se demande si elle va vraiment s’en sortir. En dehors de sa mission, sa relation avec Donovan Caine est toujours aussi tendue, et ne cesse d’être compliquée. C’est à se demander si ça va vraiment aboutir un jour, et on a un début de réponse à la fin de l’ouvrage, je vous laisse découvrir ça.

Dans ce tome, on en apprend un peu plus encore sur son passé, à travers des souvenirs et cela nous permet de mieux saisir pourquoi elle est ainsi. Des révélations sont faites sur son passé et là, ça nous promet vraiment quelque chose de génial pour les tomes à venir. Et puis, vu la fin… ça ne peut être que génial et Gin nous promet de grande chose !

Gin est attachante et j’aime beaucoup ce personnage. Elle a une grande force, normal vu son métier, mais en même temps, elle est attendrissante et on voit qu’elle est humaine, avec des sentiments (même si la plupart du temps, elle se cache derrière une façade dure). Faut dire qu’elle n’a pas le choix, surtout avec l’attitude de Donovan à son égard. Alors lui, je l’aime beaucoup, j’ai l’espoir de voir naître quelque chose entre eux, mais qu’il est borné ! Aaaah ça donne envie de hurler avec son comportement parfois ! Sinon Finn, est toujours le même, tout comme les deux sœurs Deveraux. Un nouveau personnage entre en jeu et j’ai comme l’impression qu’on va le revoir pas mal de fois dans l’avenir. On ne le voit pas suffisamment ici pour que j’ai une opinion précise de ce personnage, mais bon… On verra bien ce que ça donnera par la suite.

En tout cas, ça a été une lecture vraiment agréable. J’ai passé un bon moment en compagnie de Gin et j’ai vraiment hâte de lire la suite. Cet avis est court par rapport à d’habitude, mais tout est dit. Ce 2e tome est vraiment génial et je continuerai avec plaisir cette série qui en vaut la peine. Car on a pas mal d’action, un univers intéressant, des créatures qu’on ne rencontre pas forcément beaucoup dans les histoires (les élémentaires) donc ça fait toujours plaisirs de les découvrir. Et je suis sûre que Gin n’a pas fini de nous faire découvrir des choses sur elle et ses pouvoirs !

Entre rêve et réalité d'Astrid Lafleur (Le choix d'une vie 1)

Ancienne couverture, Editions de Broca
Nouvelle couverture, éditions Rebelle

Quatrième de couverture

Deux vies...
Deux êtres à part...
D'un côté, Kyara... humaine, brillante étudiante, bien entourée par sa famille et ses amis : Gwen et Marco, sa vie n'est que bonheur jusqu'au jour où d'étranges événements apparaîtront dans son quotidien et, autres des visions...
De l'autre, Kay... mi sorcière mi vampire, elle combat les êtres de son espèce qui agissent contre les mortels, accompagnée de Gaïa, sa meilleure amie sorcière et Meven, son "sauveteur" lors de sa transformation et intégralement vampire...
Entre rêve et réalité, comment deux natures aussi différentes réagiront-elles face au choix d'une vie ?


Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier Astrid Lafleur de m’avoir permis de lire son livre, et ainsi découvrir le début d’une trilogie très prometteuse !

On découvre ainsi dans le prologue, la transformation de Kay, qui a lieu 100 ans avant le début de notre histoire. Puis on passe à la vie de Kyara. Ce tome est une alternance perpétuelle entre Kyara et Kay qui se fait d’un chapitre à l’autre (du coup, il ne faut pas se perdre, mais en début de chaque chapitre, c’est précisé de toute manière. L’auteur nous aide beaucoup déjà en ayant fait ça).

On découvre ainsi, Kyara, une jeune femme (humaine) de 19 ans, qui est entourée des membres de sa famille (ses parents et ses 3 sœurs) et nous racontent qu’elle va retourner à la fac et retrouver ses amis. Rien de bien extraordinaire là-dedans, jusqu’à ce qu’elle ait une conversation avec eux, et qu’une chose entrainant une autre, elle se rende compte qu’elle ne rêve pas. Du moins, elle n’en a pas la sensation et commence à s’en inquiéter jusqu’à aller voir un spécialiste, mais qui ne peut pas grand-chose pour elle. Puis à mesure du temps, elle a des visions, voit des choses étranges qui inquiètent ses amis, à cause de ses absences, et elle est loin de se douter de ce qu’elle va découvrir…

De l’autre, on a Kay, mi sorcière, mi vampire qui traque les vampires en compagnie de ses amis : un vampire Meven et une sorcière : Gaïa (amis un peu improbable quand même), pour les rallier à leur cause (ne pas faire de mal aux humains) et s’ils ne veulent pas, ils les tuent. Méthode radicale et efficace, d’autant que notre hybride, grâce à ce statut, est assez intouchable. Mais un jour, elle fait la rencontre d’un gars, Raphaël, qui risque de bouleverser sa vie de manière inattendue…

L’histoire est relativement simple, mais au vu de son développement on se demande où l’auteur veut en venir. Je dois avouer que pendant une bonne partie du livre, je m’imaginais divers scénarios car pendant presque la moitié du livre, on voit la vie des deux héroïnes, de manière distinctive, sans vraiment savoir si elles vont se rencontrer un jour, ce qui va leur arriver, etc. ainsi, la mise en route est peut-être un peu longue, on les voit évoluer chacune de leur côté et on attend avec impatience le moment déclencheur qui va nous permettre de les retrouver ensemble, ou de comprendre un peu où l’auteur nous emmène. Un peu avant la moitié du livre, j’ai eu des doutes sur le scénario, je pensais savoir sur quoi on allait et quand la révélation a eu lieu, je n’étais pas totalement surprise vu que j’avais trouvé. Bon il m’en aura fallu du temps quand même, ce n’est pas au bout de 10 pages non plus, que j’y ai pensé. Donc c’était bien mené quand même. Parfois les solutions, révélations sont les plus simples et du coup, on élimine d’office cette hypothèse, car c’est justement trop évident, ou bien qu’on n’y pense pas justement. Or, Astrid Lafleur nous laisse quelques indices par-ci, par-là pour trouver.

L’écriture de l’auteur est simple mais efficace. Ça se lit bien, c’est très fluide, et d’avoir une narration double (les deux héroïnes parlent à la 1ere personne) permet de vraiment s’intégrer à leur vie et à leur personnalité. L’univers décrit ici est intéressant, l’auteur a sa propre vision des vampires (ça me change complètement de mon précédent livre Par le sang du démon de Virginia Schilli) et il est intéressant de voir comment un même « mythe » peut être repris et différer. Et le fait d’avoir Kay, une hybride, ce qui lui permet d’avoir des capacités hors normes et d’être puissante pour son espèce (tout le monde le reconnait), qui traque des vampires (donc sa propre espèce) est assez étrange. Mais on comprend ce qu’elle essaye de faire et ses amis l’aident dans sa tâche. D’un autre côté, on a une vie paisible et tranquille avec Kyara, même si le surnaturel n’est jamais vraiment loin.

Les deux filles ont vraiment un mode de vie très différent, mais on les suit aisément et chacune aime ce qu’elle est et les gens qui les entourent, notamment les amis qui sont très importants pour chacune d’elle. J’ai trouvé les personnages assez intéressants, surtout les deux héroïnes, qui cherchent chacune à comprendre ce qui leur arrive dans leur vie, car la présence d’une personne en particulier, semble tout chambouler.

Même si dans l’ensemble j’ai bien aimé ce livre, j’ai quelques reproches à lui faire. Bon il s’agit du 1er ouvrage de l’auteur, donc il faut quand même être indulgent et franchement, ce ne sont que des détails, qui ne tiennent qu’à moi. Comme je l’ai dit, j’ai quand même aimé ce livre et je veux savoir la suite, parce que ça a éveillé ma curiosité et qu’avec une fin pareille, on ne veut savoir que la suite.

Un premier point qui m’a « dérangé » c’est les liens entre les personnages, notamment autour de Raphaël et Kay. Je trouve ça assez facile et rapide, mais en même temps, vu la situation, ça paraît normal et c’est expliqué (le titre d’ailleurs de ce chapitre est suffisamment explicite pour comprendre), mais j’aime bien quand ça prend du temps et où c’est super compliqué, du coup quand les personnages se rapprochent aussi vite, j’ai un peu de mal, mais après tout, ce n’est pas trop dérangeant. Après, au vu des évènements (donc je ne pourrais par parler sinon je dévoilerai des éléments de l’intrigue et là, ça n’a aucun intérêt, parce que ce livre mérite vraiment d’être lu), c’est qu’on a un effet de répétition, qui au bout d’un moment peut-être un peu lourd. Je pense qu’on aurait pu passer plus vite sur certaines choses, après, avec un tel scénario, je comprends tout à fait le dilemme, et ça n’est pas si grave. Ces « reproches » ne sont pas non plus des gros problèmes, j’ai quand même pris plaisir comme je l’ai dit et que je pense que ça peut s’améliorer (à voir comment ça sera dans le 2e tome).

Quant à la fin, j’avoue que je ne m’attendais pas à ça. je n’en parlerai pas en détails, je dis simplement que c’est assez « méchant » de nous laisser comme ça, sans d’autres explications ou informations, parce que là, ça a vraiment attisé ma curiosité et j’ai vraiment envie de découvrir la suite. Je dois avouer que si la fin n’était pas ainsi, on aurait très bien pu s’arrêter à ce premier tome. Les « soucis » commencés dans le 1er tome sont « réglés » mais évidemment, il est des choses qu’on aimerait savoir et la fin donnée par l’auteur nous donne encore plus envie.

En somme, c’est un bon roman jeunesse, (même young adult) qui nous entraine de très près dans le monde vampirique, tout en ajoutant des éléments personnels qui sont assez intéressants. Un bon début très prometteur et j’ai vraiment envie de savoir ce qui va arriver à tout ce beau monde !

PALM n°6 [JUILLET 2011]

Qu'est-ce que la PALM ? La PAL du Mois consiste à écrire article sur nos blogs avec une photo de notre Pile À Lire, accompagnée de quelques pensées sur les livres que vous possédez, sur ce que vous avez à dire des nouveautés, sur les livres que vous mourrez d'envie de lire... et ceci, tous les 15 du mois.

Pour retrouver les autres PALM, rendez-vous sur Secret-forbidden-world. La PALM est inspirée de In My Mailbox de The Story Siren.

En cours de lecture : Entre rêve et réalité d'Astrid Lafleur



Acquisitions depuis la dernière PALM (lus 6/12)

Là je dois avouer que j'ai un peu honte de vous montrer ça... c'est monstrueux... et encore, je n'ai pas été à la librairie récupérer ceux que j'avais commandé, donc ça sera pour la prochaine PALM ^^ Il y a quelques livres que j'avais déjà lu, mais que je ne possédais pas, du coup c'est parti directement à la bibliothèque, et d'autres, à peine acheté ou acquis, sont déjà lus comme vous pourrez le constater.


L'épreuve de Kathleen Duey
Là où les mots n'existent pas d'Erik L'Homme
La guerre de l'ombre de Carina Rozenfeld
Jon Shannow de David Gemmell
La folie de la petite sirène de Jim C. Hines
L'Héritage Jenna Fox de Mary E. Pearson
Le mage de la Montagne d'Or d'Alexandre Lévine
Masques de Patricia Briggs
Le baiser du démon de Lilith Saintcrow
Le crépuscule des vampires de Rachel Caine
Pacte de sang de Cassandra O'Donnell
Les chemins de poussière de Moira Young
Entre rêve et réalité d'Astrid Lafleur
Luxure et rédemption d'Erin McCarthy
Jenna Fox, pour toujours de Mary E. Pearson
Glass Houses de Rachel Caine
The dead girl's dance de Rachel Caine
Feast of fools de Rachel Caine
Carbone modifié de Richard Morgan
Petites morsures entre amis de Chloe Neill
Tente-moi de Parker Blue
La princesse maudite de Julie Kagawa
Lisa et l'oiseau de sang d'Olivier Ka

Livres lus depuis la dernière PALM 

Donc ça fait 17 titres. Eh ouais; ça en fait pas mal mine de rien ^^ il y a eu des bons livres comme des mauvais (je n'en nommerai pas...) 


Mords-moi de Parker Blue
Le royaume des fées de Christelle Verhoest
Là où les mots n'existent pas d'Erik L'Homme
Ephémère de Lauren DeStefano
L'Héritage Jenna Fox de Mary E. Pearson
Le mage de la Montagne d'Or d'Alexandre Lévine
Le crépuscule des vampires de Rachel Caine
Vampire et complexée de MaryJanice Davidson
Promesse de sang de Richelle Mead
Traquée de Cassandra O'Donnell
Isabelle d'Angèle Delaunois
Le baiser de l'araignée de Jennifer Estep
La guerre de l'ombre de Carina Rozenfeld
Sacrifices divins de T.A. Pratt
Les chemins de poussière de Moira Young
Tente-moi de Parker Blue
Par le sang du démon de Virginia Schilli

Livres que j'aimerai lire après (si pas de SP) 

L'ordre ne sera pas forcément respecté, mais bon au moins j'ai à peu près les titres que je veux lire... du moins pour le moment lol) Alors dans mes prévisions lors de la PALM 5, en fait je n'en ai lu que 2... ouais; mais beaucoup de nouveaux livres sont arrivés et du coup, j'ai dû faire un choix lol (les livres c'est le Mal, ce n'est que des tentations ! ^^). Donc voilà une nouvelle liste (bon je ne pense pas lire tout ça en un mois non plus, j'ai beau lire vite, faut pas exagérer ^^).

Lisa et l'oiseau de sang d'Olivier Ka
Le choix d'une vie d'Astrid Lafleur
Ink Exchange de Melissa Marr
Trahisons de Jennifer Estep

Sortilège d'Alex Flinn
Le miroir aux vampires de Fabien Clavel
Philtres et potions (anthologie)
Travail soigné de Pierre Lemaitre
La folie de la petite sirène de Jim C. Hines

Jenna Fox, pour toujours de Mary E. Pearson
Pacte de sang de Cassandra O'Donnell
Le livre perdu des sortilèges de Déborah Harkness
La maitresse du vent de Rachel Caine

Je préfère ne pas mettre les livres que je voudrais, parce que je suis tellement à la bourre dans mes achats, que du coup, on va s'abstenir de faire une liste, hein. Vous ne m'en voulez pas ? (et bon, vu tout ce que j'ai acquis ce mois-ci... c'est pas dit que pour le mois prochain je puisse en prendre plein d'autres, d'autant que ma PAL est assez haute, sans compter les livres que j'ai emprunté. D'ailleurs, j'ai une petite photo de ma PAL complète (ça fait peur ? oui, je sais, moi-même j'en ai peur...)


Par le sang du démon de Virginia Schilli (Par le sang du démon 1)

Quatrième de couverture

Dans sa sombre masure, au coeur du Moyen-âge, une jeune fille attire les convoitises par sa sublime beauté. Amoureuse en secret de son frère adoptif, amie d'un étrange occultiste vivant à l'écart du village, elle semble prête à tout pour sortir de sa misérable condition de paysanne.

Mon avis 

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions du Riez pour m’avoir permis de lire ce livre et ainsi découvrir une trilogie vampirique intéressante.

L’histoire se déroule au Moyen-Age et le prologue nous montre brièvement les lieux et la famille dans lesquels vit notre narratrice. On ignore son nom, on sait seulement qu’elle est une paysanne et qu’elle aspire à une vie bien meilleure. Par ailleurs, elle est amoureuse de son frère aîné, frère adopté sans aucun lien de sang, mais cet amour est tout de même interdit. Et pourtant un jour, les jeunes gens se laissent charmer, mais pour que leurs parents n’en sachent rien, Kethel, son frère part avant elle pour que personne ne puisse soupçonner quoi que ce soit. Seulement, alors qu’elle allait rentrer, elle croise la route d’Anders, fils d’un seigneur qui la viole et la séquestre… C’est une fois dans sa nouvelle prison qu’elle fait la rencontre d’une créature qui lui propose la vie et jeunesse éternelle et de pouvoir avoir enfin tout ce qu’elle souhaite grâce à des pouvoirs dont elle ne peut pas imaginer. Pensant ne pas avoir d’autres solutions, elle accepte et c’est ainsi que ses problèmes commencent, faisant d’elle une créature de la nuit.

L’histoire est relativement simple en soi, et pourtant je trouve que l’auteur en a fait quelque chose d’intéressant et d’intriguant. J’avoue que je ne savais pas trop quoi à m’attendre en lisant ce livre et en général, ça a été plutôt une bonne surprise. Même si je n’ai pas adoré ce livre, j’ai trouvé ça quand même sympathique et intéressant à lire. Je ne pensais pas qu’on aurait ce type d’histoire, surtout au vu du prologue qui nous indique un peu que l’héroïne va nous raconter ce qu’il lui est arrivé. On se demande sans cesse où elle veut en venir, et pourquoi nous raconter une telle histoire. On a ici une véritable quête, mais aussi une vengeance, vengeance d’un amour bafoué. Les actions s’enchainent très vite et très tôt dans le livre, si bien qu’on est au cœur du sujet rapidement. Un élément inattendu rend l’histoire un peu « perturbante » mais c’est ce qui donne aussi de l’intérêt à ce livre parce qu’on se demande comment notre héroïne va vivre sa nature de vampire. Mais je n’en dirai pas plus à ce sujet, je vous laisse découvrir ce que c’est. Je trouve qu’il n’y a pas trop de longueurs, donc on adhère assez bien à l’intrigue et il faut dire que l’auteur ne nous donne pas nécessairement tous les indices pour qu’on sache où elle veut en venir. Ainsi, le lecteur a envie de savoir et continue de lire.

Ici, on revient aux sources dans le mythe du vampire, ceux qui ne supportent pas le soleil, ni aucune nourriture en dehors du sang. Ce ne sont pas des êtres tendres, mais bien assoiffés de sang, de violence et de pouvoir, tels qu’on les connait en général. L’écriture de l’auteur est agréable à lire, bien que crue par moment, mais en connaissant la nature et le caractère du personnage, il est normal d’avoir cela. Je ne trouve pas que ça gâche l’histoire, bien au contraire ça la sert, sauf que ça peut surprendre au premier abord. C’est un vrai style et je trouve que ça rend assez bien pour l’histoire. D’autant qu’avec des vampires, cela rend les actes plus atroces et renforce les côtés noirs de notre héroïne.

J’ai trouvé l’univers assez intéressant, mêlant différents types de créatures, même si celle du vampire est largement mise en avant, cela en raison de la nature de notre héroïne. Par ailleurs, les personnages sont bien travaillés, surtout celui de la paysanne qui n’est pas une fille facile, avec un caractère fort et qui sait ce qu’il veut, sauf que tout s’effondre quand elle change de nature et devient ce monstre assoiffé de sang, incapable de se contrôler. Mais Maynard est également un personnage intéressant et mystérieux. On ne sait pas grand-chose sur lui et ce n’est vraiment que vers la fin qu’on nous dévoile enfin qui il est et qu’avec cela les évènements s’emballent encore plus vite.

L’aspect psychologique est très important dans ce 1er tome, car ayant une narration à la 1ere personne, on est dans les pensées les plus intimes de notre paysanne et ainsi, on sait tout ce qu’elle pense et ressent. L’auteur n’a donc pas omis de travailler cet aspect, qui parfois peut être délaissé en racontant simplement des faits, sans pour autant chercher le côté psychologique du personnage. Et j’ai donc trouvé ça assez intéressant car entre la nature de la narratrice et ses pensées, il y a vraiment une antithèse. On voit un certain mal être et une quête d’identité aussi, et surtout la notion du Bien et du Mal. Je trouve que l’auteur a bien développé ces aspects là, sans pour autant trop en faire. Elle a su trouver un juste milieu pour que l’on comprenne les états d’âmes de la narratrice sans avoir l’impression qu’elle en fait trop, au point d’être énervante. Elle n’est pas tendre, loin de là, elle sait ce qu’elle veut et se pense forte, mais elle doit revoir son jugement après tout ce qui lui arrive à partir du moment où elle devient un vampire.

En somme, ça a été une lecture assez agréable, l’histoire est intéressante. Le mythe du vampire est celui qu’on peut connaître par les premiers écrits d’Anne Rice, donc ceux qui aiment ce genre là, vous ne pourrez être que comblé par cette trilogie.

Tente-moi de Parker Blue (Demon Inside 2)

Quatrième de couverture

" Lors de ma dernière mission, j'ai laissé Lola, mon succube, prendre le dessus pour la première fois. Enfin, ça, c'était avant d'être suspendue par le chef de la Section des Crimes Obscurs ! Bref, pas facile de retrouver un équilibre alors que Dan, mon (ex- ?)coéquipier, me fuit, que je suis toujours en froid avec ma famille et que je n'ai plus de boulot. Heureusement, Micah est là pour me soutenir. C'est le seul avec qui je peux me laisser aller, puisque nous sommes semblables : nous partageons notre vie avec un démon. Du moins en théorie... Car d'après lui, je serais peut-être issue non pas d'une, mais de deux espèces démoniaques. Sinon, d'où sortiraient l'agilité et les pouvoirs de guérison que je suis apparemment la seule à posséder ? "

Mon avis

Oui, je sais Bookaulau, tu vas me détester, on devait le lire en même temps celui là, mais une fois entre mes mains, je n’ai pas pu m’empêcher de le feuilleter et une chose entrainant une autre, le livre était fini et maintenant je pleure parce que je ne sais pas quand on aura la suite ! (le 3e tome étant sorti en VO en mars, je pense qu’on a encore de la marge avant la suite…).

Ça a été un plaisir de me replonger dans cette série, vu la vitesse à laquelle je l’ai lu… vous vous doutez bien que j’ai adoré une fois de plus ! L’écriture est sympa, on se met bien à la place de Val et on adhère parfaitement à l’histoire. Rien de plus simple ici, mais relativement efficace. Val est allée à « l’enterrement » de Lily pour tenter de tourner la page sur ce qui s’est passé. La dernière fois, elle a libéré Lola et ça a creusé un fossé entre elle et Dan, son coéquipier (et plus si affinité). Ainsi, elle a dû prendre quelques jours de congé (forcé) pour se remettre du dernier combat. Mais elle se fait attaquer au cimetière après que Micah l’ait rejointe pour lui remonter le moral et là… elle se rend compte qu’elle n’est peut-être pas qu’un succube étant donné les pouvoirs qu’elle possède. Afin d’en apprendre un peu plus sur son compte, elle veut consulter les livres que son père lui a offert quelques temps avant de mourir. Sauf qu’elle ignorait qu’ils avaient été volés et recherchés pendant des années. Par ailleurs, ils sont d’une valeur inestimable dans le monde surnaturel. Ainsi Micah lui demande de les lui restituer pour les mettre en sûreté. Sauf qu’à une soirée à laquelle Micah et l’Underground (démons), et les vampires participent, les livres sont dérobés et là, c’est la panique. Car qui a pu les voler, les démons ou les vampires ? C’est donc une nouvelle mission pour Val qui doit trouver le coupable et vite remettre la main sur ces livres qui pourraient nuire à l’ensemble de la communauté surnaturelle (vampires comme démons) s’ils devaient tomber entre de mauvaises mains…

J’ai trouvé l’histoire vraiment intéressante et bien menée, même si assez rapidement j’avais compris qui était le coupable. Je n’avais pas les raisons tout de suite, mais j’avais la personne. Mais bon, ça ne m’a pas dérangé, j’ai quand même dévoré ce livre. dans ce livre, on en apprend davantage sur le monde surnaturel, aussi bien que côté des vampires que des démons, mais également sur la véritable nature de Val et j’ai trouvé ça très intéressant, même si la pauvre adolescente se retrouve dans une situation critique, qu’elle n’a pas choisi. Comme toute adolescente, elle rêve d’une vie normale, mais elle l’est loin de l’être à son grand dam et à celui de sa mère, ou même de Dan…

Val a voulu rendre les livres pour le bien de tous et finalement ils ont été volés, entrainant de nombreux problèmes qu’elle tentera de résoudre. Donc elle s’en veut et veut tout faire pour les retrouver. Pour ça, elle doit reprendre le boulot au SCO, sauf qu’entre elle et Dan ce n’est pas ça, il refuse de la voir, alors qu’elle pensait qu’il avait accepté Lola. Par ailleurs, une tierce personne risque de poser problèmes… En parallèle, des vampires deviennent fous et ils accusent les démons d’être responsables, donc une guerre pourrait être déclarée si Val ne découvre pas vite qui est l’auteur de ses méfaits. La vie de Val semble se compliquer à tout instant, autant sa vie professionnelle, que familiale (avec sa mère, c’est toujours très tendu) et sa vie amoureuse n’en parlons pas ! C’est l’un des pires points de sa vie, même si ça tend à s’améliorer… elle apprend des choses qui ne lui font pas plaisir et qui le mette devant un choix difficile à faire… et du coup, elle se retrouve une fois de plus face à des choix qu’elle ne veut pas.

Dan est un peu plus absent dans ce livre (dommage je l’aimais bien moi ^^) mais on découvre davantage Shade, qu’on avait peu vu dans le 1er tome finalement. C’est un personnage très intéressant qui n’a pas fini de nous en dévoiler sur son compte, j’en suis certaine. Croc, fidèle à lui-même, je l’adore ! Tout simplement.

En somme, ça a été un livre vraiment agréable à lire. J’aime beaucoup l’univers de l’auteur, ses personnages qui n’ont pas fini de nous surprendre et je suis curieuse de la manière dont va évoluer tout ça. c’est vraiment une série que je conseille car même si c’est catégorisé dans la Young adult (YA) c’est quand même très mature et vu la nature du démon de Val… eh bien on a des choses que l’on voit rarement dans ce genre de livres car on ne montre pas, on cache, comme si ça n’existait pas… à vous de voir de quoi je parle. Au moins, on a vraiment la sensation d’avoir affaire à une adolescente, une adolescente qui doit gérer un succube qui prend ses aises après avoir été emprisonnée un peu trop longtemps…