Rechercher dans ce blog

Le Top / Flop du Mois ! (Décembre 2015)


Explication

Voilà un petit bilan mensuel (sauf pour l'été ça regroupera Juillet et Août) sur les TOP et FLOP de mes lectures. Étant donné le nombre de livres que je lis par mois (entre 20 et 25 généralement) difficile de s'y retrouver dedans, surtout quand on ne suit pas quotidiennement. Ce petit bilan permet donc de mettre en avant les lectures qui m'ont beaucoup plus (excellente lecture / coup de coeur) : TOP, mais également les déceptions et ceux que j'ai détesté (si, ça arrive) / FLOP.

Chaque article sera donc composé du titre du livre et du lien de la chronique pour ceux qui voudraient en savoir plus, de la couverture et 4e de couverture du livre (que je peux réduire si elle spoile et dans ce cas là, je le spécifie), ainsi qu'une petite phrase pour vous donner envie (ou pas) de lire le livre.


Un démon en détresse de Jamie Thomson (Dark Lord 2)

Quatrième de couverture

Dark Lord a cherché par tous les moyens à rentrer chez lui. Mais c'est sa copine Suze qui a été propulsée par erreur sur les Terres Obscures ! La voici devenue Reine de la Nuit et promise de Dirk ! Cependant, régner sur les Terres Obscures n'est pas de tout repos et Suze va devoir faire face à une armée d’orques et de paladins fanatiques. Notre Seigneur des Ténèbres, lui, est toujours bloqué sur Terre et continue de trimer au collège tout en cherchant un moyen d'aider son amie. Réussira-t-il à arrêter les monstres à temps ?

Mon avis

Un démon en détresse est le deuxième tome de la série Dark Lord et je dois dire qu’il est plutôt sympathique. Il est vraiment dans la même lignée que le premier donc si vous l’avez aimé, il n’y a aucune raison pour que celui là ne plaise pas. Le ton est léger et drôle avec toujours un aspect macabre. Mais comme bien souvent c’est tourné en dérision ou trop exagéré donc ça perd un peu de crédibilité tant c’est ridicule. Donc au fond ça ne fait pas peur ou légèrement pour jouer à se faire peur. Après il faut aimer ce genre d’humour évidemment pour apprécier vraiment ce livre.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, surtout étant donné la fin du premier volume qui laissait déjà entrevoir ce qu’on allait découvrir ici. L’intrigue en soi est plutôt bonne et bien menée, assez simple et on s’y attend grandement, il n’y a pas trop de surprises en soi et même le final est plutôt attendu, ça aurait été étonnant que tout « s’arrange » si facilement. Mais cela fonctionne et j’ai passé un bon moment en compagnie de Dirk, Christopher et Suze.

L’histoire étant écrire à la 3e personne, cela nous permet de suivre différents groupes de personnages, les trois susmentionnés ainsi qu’un autre personnage qui va avoir son importance, mais je n’en dirai pas plus pour éviter tout spoiler. Dirk tente par tous les moyens de ramener Suze sur Terre mais la tâche n’est pas aisée, pendant que Suze règne en tant que Reine de la Nuit sur les Terres Obscures et est prête à tout pour faire respecter ses lois et changer les choses. Le moins que l’on puisse dire c’est que c’est épique, voir Suze devenir Reine va lui apprendre un certain nombre de choses sur son « ami » mais aussi sur elle-même.

Les personnages restent intéressants et Dirk se dévoile de plus en plus aux yeux de ses amis, on voit également qu’il a pas mal changé depuis leur rencontre, en bien ou en mal assez difficile à dire par moment, ou selon le point de vue…

En bref, Un démon en détresse est un 2e tome bien sympathique, dans la lignée du premier, ce n’est certes pas à mes yeux le roman de l’année mais cela reste agréable et sans prise de tête. Un livre à la fois humoristique et macabre qui ne pourra que plaire si le premier a été apprécié. Je suis curieuse de voir ce qui va arriver à nos trois compères étant donné les circonstances…

Coup de projo sur... [112] La saveur du printemps d'Emilie Richards



Voilà, j'avais envie - de temps en temps - de faire revenir sur le devant de la scène, un livre qui m'a plu (que ce soit pour sa couverture, son écriture, son scénario etc.)
C'est vrai, en général, une fois l'avis posté, on y pense plus, alors voilà. Si vous souhaitez participer, mettez vos liens en commentaires et je les rajouterai dans l'article plus tard.

Un roman qui m’a beaucoup plu et touché. J’ai adoré cette histoire, à la fois dure et tendre, qui redonne de l’espoir. Il y est question de solidarité, d’amitié, d’amour, et bien d’autres choses encore pour permettre de voir la vie sous ses bons côtés en dépit des malheurs qui peuvent surgir à tout moment. On peut toujours avoir une deuxième chance si l’on est prêt à la saisir. Un livre à découvrir !

Sur le point de recouvrer la liberté après huit mois de prison pour un vol qu’elle n’a pas commis, Cristy Haviland sait qu’elle va devoir se battre pour redonner un sens à sa vie et composer avec les blessures du passé. Mais avant toute chose, un combat périlleux l’attend : affronter l’homme qui l’a envoyée en prison et qui, aujourd’hui encore, a le pouvoir de la détruire. Georgia Ferguson, elle, est proviseur d’un lycée dans le comté de Bunscombe. Et lorsqu’elle trouve dans son bureau un mystérieux bracelet, accompagné d’une enveloppe contenant de vieilles coupures de journaux faisant référence à sa propre histoire, elle comprend que l’opportunité qu’elle attend depuis toujours est peut-être en train de se présenter. L’opportunité excitante, mais aussi terriblement perturbante, de retrouver sa mère biologique qui l’a abandonnée à sa naissance. Au cœur de la Caroline du Nord, dans une ravissante maison au jardin féerique, ces deux femmes que tout sépare puiseront dans leur amitié la force de prendre les décisions difficiles qui les attendent sur le chemin d’une nouvelle vie…

MA CHRONIQUE

La rançon de Chris Bradford (Bodyguard 2)

Quatrième de couverture

Bodyguard est une agence ultra secrète spécialisée dans la protection d'enfants de personnalités médiatiques. Sa particularité ? Tous les agents qu'elle emploie sont des adolescents. Car les meilleurs gardes du corps sont ceux que personne ne remarque...
Connor Reeves, 14 ans, est chargé d'assurer la protection des filles du richissime Maddox Sterling. La bonne nouvelle : cette mission se déroule dans des eaux paradisiaques, à bord d'un yatch de luxe. La mauvaise : une bande de pirates est déterminée à prendre les filles Sterling en otage...

Mon avis

Voici le deuxième tome de la série Bodyguard dont j’avais plutôt bien apprécié le premier tome car je l’avais trouvé efficace dans le genre, dans la lignée de Cherub effectivement. Si vous avez un(e) ado fan de Cherub, ou que vous aimez vous-même cette série, vous savez quoi prendre d’autre, il ne sera pas perdu et le trouvera tout aussi efficace. Ce deuxième tome ne déroge pas à la règle, il est tout aussi bien, avec de l’action à tout va pour qu’on n’ait pas le temps de s’ennuyer.

Dans cette deuxième mission, Connor va devoir s’occuper d’une des jumelles du célèbre Maddox Sterling en compagnie de Ling qui s’occupera de la seconde pendant leurs vacances dans des eaux paradisiaques à bord du yatch familial. Tout semble parfait jusqu’à ce que des pirates s’en mêlent et prennent tout le monde en otage…

L’intrigue est plutôt simple en soi mais efficace donc on ne va pas s’en plaindre. Evidemment, les apparences sont trompeuses, l’auteur nous mène en bateau pour plus de suspense, je dois avouer que je ne l’avais pas vu venir celle-là. L’action est omniprésente, il y a des moments de pause pour qu’on ne soit pas sans arrêt dans l’adrénaline mais c’est bien soutenu et bien rythmé. Connor est en permanence sur le qui vive et quand on connaît les jumelles Sterling, ce n’est pas toujours aisé. Les sœurs ne se laissent pas faire et sont prêtes à tout pour profiter pleinement de leur vacances malgré la menace qui rôde, ce qui va valoir quelques petits problèmes à nos gardes du corps mais ils sauront se montrer à la hauteur de la tâche qui les incombe.

Le lecteur est avantagé, en un sens, par rapport aux personnages, puisque la narration à la 3e personne nous permet de suivre différents groupes ce qui fait que l’on en sait plus sur ce qui se passe et les intentions de chacun. Evidemment, l’auteur sait ménager son suspense pour que l’on ne découvre pas le fin mot de l’histoire avant le dénouement.

L’écriture est toujours aussi fluide et agréable à lire de sorte que les pages défilent sans qu’on ne s’en rende compte. bon je dois aussi vous avouer que mes cadeaux livresques de Noël me faisant de l’œil, j’avais d’autant plus hâte de finir celui-ci pour s’y mettre. Mais bon, deux jours de lectures, ça va, ce n’est pas beaucoup malgré les 400 pages du livre.

Les personnages sont intéressants et attachants, notamment dans l’équipe des gardes du corps car on en apprend un peu plus sur eux pour mon plus grand plaisir. Connor est un jeune adolescent qui a parfois des doutes sur lui, en même temps, qui n’en a pas ? et cherche encore sa place au sein de l’agence alors qu’il n’a qu’une mission derrière lui.

En bref, La rançon est un deuxième tome efficace et prenant, dans la lignée du premier qui m’avait déjà bien plu. C’est plutôt simple en soi, on s’attend à certaines choses mais d’autres non. Du suspense et de l’action, de quoi passer un bon moment de lecture en compagnie d’adolescents pas tout à fait comme les autres.

Le dernier arbre de Ingrid Chabbert et Guridi

Quatrième de couverture

Dans la ville de notre jeune narrateur, on compte les brins d'herbe qui restent sur les doigts de la main. Les routes, les murs ont pris la place de l'herbe des parcs dans lesquelles on pouvait faire des cabrioles... Mais un jour, Gus, son meilleur ami, vient le chercher. Il a quelque chose à lui montrer : Là, derrière un muret, un tout petit arbre. Les deux enfants sont émerveillés. Ils n'ont jamais vu d'arbre "en vrai". Ils l'appelle "Le dernier arbre". Mais le lendemain, dans le journal, on annonce déjà la construction d'un grand immeuble à l'emplacement du "dernier arbre"...

Mon avis

Le dernier arbre est un album assez mignon que j’ai bien apprécié. L’histoire est celle de ce petit garçon dont la ville est pleine d’immeubles et de bitume si bien que la nature n’existe plus… ou presque.

Un jour son ami Gus vient le trouver pour lui montrer quelque chose, un arbre, ou du moins un arbre en devenir sauf que ce dernier est menacé car on souhaite construire sur son emplacement un nouvel immeuble. Le dernier arbre risque de disparaître, comme tous les autres suite aux constructions de l’homme mais pour le narrateur ce n’est pas acceptable alors il va trouver une solution pour le sauver.



C’est une jolie histoire qui prône un amour à la nature mais aussi un avertissement. A trop vouloir construire et éradiquer la nature, elle risque de disparaître alors qu’il ne faut pas oublier que c’est grâce à elle que nous vivons. L’histoire est quelque peu futuriste mais à la longue c’est ce qu’il risque d’arriver si on n’y prête pas attention.

Le fait que la narration soit du point de vue d’un petit garçon a un plus grand impact car l’enfant à qui l’on va lire l’histoire va davantage se sentir concernés et impliqués dans ce qui se passe sous ses yeux que si c’était une voix « d’adulte ». je pense que l’impact est plus grand et plus fort.

La majorité des illustrations sont grises et blanches pour montrer cette atmosphère assez oppressante de la ville avec ses immeubles, ce bitume qui noircit l’ensemble mais peu à peu le blanc et la couleur, notamment le vert prend place pour laisser place à la nature. Et d’un coup on semble respirer, cela paraît moins étouffant. 



D’ailleurs on voit cela derrière la première et la quatrième de couverture, on passe du gris au vert, c’est vraiment bien pensé.



En bref, Le dernier arbre est une jolie histoire sur la nature et l’écologie, une mise en garde sur les constructions abusives qui se font au détriment de la nature qui en pâtit.

A partir de 3 ans.


En partenariat avec

C'est lundi, que lisez-vous ? [31]


Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?

La lumière allumée de Richard Marnier et Aude Maurel

Quatrième de couverture

Voici ma ville, une ville sans surprise et sans histoire. Dans mon quartier, chaque maison a une porte, deux fenêtres et un toit rouge, bien régulier. Chaque porte a une poignée et une serrure bien huilée. Chaque fenêtre est encadrée de deux volets gris, bien épais.

Mon avis

La lumière allumée est un album original et très intéressant qui permet de mettre en avant la différence et les bienfaits de cette dernière. Car après tout, vivre dans le conformisme quoi de plus ennuyeux et sans intérêt, non ?

Nous découvrons ici une ville qui ne réserve aucune surprise car toutes les maisons sont identiques, aussi bien dans leur forme que dans leur manière de vivre. La journée, les volets sont ouverts, quand vient la nuit, ils sont fermés… 



Jusqu’au jour où l’un des voisins laisse les volets ouverts et où une lumière illumine l’intérieur. Evidemment, cela gêne les autres voisins pour sa petite « rébellion ». 



Mais cette maison finie par être abandonnée et se délabrer jusqu’à ce que le voisin revienne d’un très long voyage et la reconstruit dans un genre très différent. Et là, rien ne va plus dans la ville… à moins que ce ne soit un bienfait et que cela lui apporte un nouveau souffle…



Je trouve l’histoire vraiment très intéressante et elle est bien menée. Elle est plutôt simple en soit mais assez efficace car on comprend aisément où l’auteur veut en venir. Le texte est assez court, quelques phrases à chaque page donc c’est accessible pour un jeune public, dès 3/4 ans.

Mais il faut avouer que les illustrations apportent un vrai plus pour comprendre ce qui se passe. D’ailleurs, on pourrait presque dire que le texte est inutile tant elles sont parlantes. La manière dont sont présentées les maisons, bien alignées, avec les changements s’opérer petit à petit montre vraiment l’évolution de la ville, les changements qui s’opèrent depuis que la lumière a été allumée et qu’ensuite une nouvelle maison soit construite. Un enfant qui ne sait pas lire pourra tout de même « lire » l’histoire et la comprendre à travers l’image.

On voit bien que la ville devient plus dynamique et vive lorsque les maisons sont différentes que lorsqu’elles sont identiques. On a même la sensation qu’elles ne sont plus tout à fait alignée de la même manière et pourtant elles le sont toujours.



Dans un premier temps les couleurs sont assez limitées puisque tout est semblable mais au fur et à mesure d’autres s’y ajoutent créant une atmosphère très différente, plus enjoue et vivante que dans les premières pages où tout paraissait triste.

En bref, La lumière allumée est un album très sympathique qui m’aura bien plu. L’histoire est intéressante et montre que le conformisme, le fait d’être identique n’est pas drôle et n’a rien de surprenant alors que lorsque quelque chose est nouveau et différent, cela permet de faire tout un monde et d’apporter plus de vie.

A partir de 3/4 ans.


En partenariat avec

In My Mailbox (212)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine


Sans plus attendre de Kristan Higgins (Blue Heron 2)

Quatrième de couverture

Tic, tac… Tic, tac. A 35 ans, encore célibataire et zéro bébé en vue, Honor est convaincue que son horloge biologique lui fait les gros yeux. Elle se résout à parler mariage à l’homme qu’elle aime depuis le lycée et avec lequel elle entretient une relation amoureuse extrêmement intermittente. Résultat ? Un refus gentiment emballé mais sans équivoque. Déjà sonnée, Honor reçoit le coup de grâce quelques semaines plus tard, quand l’ex homme de sa vie annonce son mariage avec celle qu’elle considérait jusque-là comme sa meilleure amie.
Prête à tout pour redonner un peu de tenue à son amour-propre ratatiné, Honor (envisage cette fois le mariage de convenance et) fait une proposition à un certain Tom Barlow, professeur de génie mécanique de Manningsport qui a désespérément besoin d’une green card pour rester aux Etats-Unis. Sur le coup, l’idée lui semble géniale … avant que la situation ne s’emballe et n’échappe totalement à son contrôle.

Mon avis

Sans plus attendre est le deuxième tome de la série Blue Heron, la suite de A un détail près qui nous faisait rencontrer la petite dernière de la fratrie. Cette fois-ci, nous nous concentrons sur l’avant-dernière, Honor, qui est bien différente de sa sœur. En effet, si Faith était plutôt gaffeuse et se mettait dans des situations embarrassantes, Honor est la fille bien propre sur elle, un peu coincée et toujours là pour aider les autres, quitte à se sacrifier.

C’est d’ailleurs ce que l’on va voir constater ici. Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. Honor est serviable, trop même car elle est prête à se sacrifier pour qu’un inconnu puisse rester aux Etats-Unis. Par ce contexte assez particulier, il est évident que construire une relation n’est pas vraiment envisageable même si Honor espère que quelque chose de bon puisse en découler.

Evidemment, ce n’est pas gagné au premier abord puisqu’Honor et Tom partent du mauvais pied donc plus cela va, et plus on se demande comment quelque chose de bien peut en ressortir. Sans compter les problèmes de chacun, Honor rêve de trouver l’amour, de fonder une famille car l’heure tourne et elle n’a plus beaucoup de temps, quant à Tom, il doit sans arrêt s’occuper de « son beau-fils » qui lui cause quelques soucis.

Autant de choses qui font que leur histoire paraît improbable et vouée à l’échec. Pourtant Kristan Higgins arrive à construire peu à peu sa romance dans ce contexte particulier, elle a su faire évoluer leur relation. Evidemment, on sait qu’Honor va finir par trouver le bonheur dans les bras de Tom mais cela ne va pas se faire sans heurt et l’auteure n’hésite pas à malmener ses personnages pour parvenir à ses fins.

Kristan Higgins malmène en même temps son lecteur puisque, mùeme si on sait déjà comment ça va se terminer, cela paraît incertain tout du long de l’histoire tant les problèmes s’enchaînent. On peut passer « des larmes au rire » en un rien de temps, pas littéralement, faut pas exagérer, mais j’ai parfois eu le cœur serré en lisant certaine scène. Elle arrive à émouvoir et à donner envie d’en savoir plus et de voir les choses s’arranger, oui quand on lit un Kristan Higgins, on est en mode midinette, fleur bleu et en période de Noël c’est encore pire, c’est la saison approprié pour ce type de lecture.

La famille d’Honor est assez magique et épique à la fois mais c’est pour cela qu’on l’aime. Entre les grands-parents qui ont également fait un mariage arrangé et qui ne cessent de s’envoyer des piques, une sœur aînée qui ne cesse de raconter ses frasques sexuelles avec son mari à ses frangins, une petite sœur qui file le parfait amour et un père dont la vie va être également bouleversée, on n’est pas au bout de nos peines. Malgré les problèmes de chacun, ils restent solidaires, une famille unie et le moins que l’on puisse dire c’est qu’Honor est au centre de cette famille, une sorte de pilier ou d’âme, comme la nomme son père et sans elle, les choses pourraient être différentes. Alors évidemment son mariage avec Tom posera parfois des soucis mais elle s’en trouvera grandie. Honor est une jeune femme attachante qui, sans s’en rendre compte, s’efface toujours pour les autres, au moins cette histoire lui aura permis de changer et de se voir différemment.

Quant à Tom, il est plutôt attachant et lancer à tout bout de champ des « Darling » avec son petit accent anglais (je me l’imagine sans mal) difficile de ne pas craquer, même si parfois il se conduit comme un salaud, il faut le dire… Il mérite des claques mais on peut comprendre son comportement ainsi que sa démarche, ce mariage blanc. Plus d’une fois j’ai eu mal au cœur pour lui, la manière dont Charlie, son « beau-fils » le traite alors qu’il fait tout pour lui. Il est prêt à faire quelque chose d’illégal pour rester à ses côtés mais ses efforts ne sont pas encouragés. La relation entre les deux est complexe, on peut comprendre Charlie aussi, ce pauvre adolescent qui n’a pas été gâté avec ses deux parents et qui doit composer avec ce qu’il a.

En bref, Sans plus attendre est une romance bien mignonne dans la lignée du premier. Ce n’est peut-être pas le meilleur de l’auteure mais il reste sympathique à lire et j’ai tout de même passé un bon moment à Blue Heron. Je suis désormais curieuse de lire le prochain tome de cette série qui sera sur Colleen (celle qui tient le restaurant avec son frère jumeau). Une famille un peu foldingue mais qui n’en reste pas moins attachante et qui met du baume au cœur. Une série à lire et une auteure à découvrir si ce n’est déjà fait !

Mes Cadeaux de Noël (2015)

Vous les avez demandés à corps et à cris... ou presque ! 

Voici donc mes cadeaux de Noël !


Une écharpe et des mitaines faites et offertes par Secret Forbidden World, du chocolat : Truffes par mes parents et un nounours Lindt par une amie (merci Marion !), des livres (évidemment !) et des sous (qu'on ne voit pas ici évidemment).

Pour le détail des livres, il faudra attendre l'IMM de demain ! Mais en soi rien de neuf vu que tout était dans mes articles Wish-list. ^^

Edit : un petit supplément de la part de Nyx Shadow, merci !



J'espère que le Père Noël a été aussi généreux avec vous !

Joyeux Noël !



Voilà, tout est dit :) et J'espère que vous avez été gâtés par le Père Noël. 

Un article spécial Noël arrivera prochainement pour vous montrer tout ça !

Coup de projo sur... [111] Étrange université de Florent Maudoux


Explication de Nyx Shadow :

Voilà, j'avais envie - de temps en temps - de faire revenir sur le devant de la scène, un livre qui m'a plu (que ce soit pour sa couverture, son écriture, son scénario etc.)



C'est vrai, en général, une fois l'avis posté, on y pense plus, alors voilà. Si vous souhaitez participer, mettez vos liens en commentaires et je les rajouterai dans l'article plus tard.

Un premier tome vraiment original que j'ai adoré, une série merveilleuse, lisez Freaks'Squeele et puis c'est tout !

À la Faculté des Études Académiques des Héros, Chance, Xiong Mao et Ombre entament leur cursus. Ces trois nouveaux étudiants vont découvrir les joies de la vie universitaire, la concurrence sans pitié entre étudiants, les professeurs sadiques, le stress des examens et bien plus encore… Une université pour apprendre à gérer son image et obtenir un permis de super-héros : il fallait y penser.

Flowers Never Lie de Rohan Lockhart

Quatrième de couverture

C’est un simple voyage d’affaires. Une simple soirée parisienne… 
La nuit tombe sur la capitale française, lentement, révélant des secrets si longtemps enfouis. En l’espace de quelques secondes, de quelques mots, l’amour devient le plus grand des ennemis ; un combat contre soi, contre l’autre. La pire des douleurs.
Un matin, Kain se réveille au bord d’un chemin qu’il n’aurait jamais imaginé prendre, tiraillé entre deux hommes, entre deux amours. 
Dans le regard de l’un, le reflet de ces années partagées. 
Dans l’étreinte de l’autre, la force d’un sentiment jamais révélé.
Partagé entre Camille et Leeroy, Kain avance au milieu de ses doutes, de ses peurs, essayant de comprendre pourquoi, aujourd’hui, il n’est plus sûr de rien.

Mon avis

Flowers never lie est une romance M/M (homosexuelle, « men/men »), je dois dire que je n’ai pas l’habitude d’en lire, pour ne pas dire que je n’en ai jamais lu à proprement parlé, en dehors de Prince Captif qui n’est pas une romance en soi mais on y trouve du M/M. J’étais donc curieuse de lire ce livre et je dois dire que j’ai bien apprécié dans l’ensemble.

Il s’agit d’une nouvelle qui s’inscrit dans une série même si pour comprendre cette romance il n’est pas nécessaire de l’avoir lue. J’avoue que cela m’a rendu curieuse car on entrevoit ici quelques problèmes d’ordres politiques entre différents peuples, des alliances qui doivent être créées, etc. On en voit trop peu ici pour que je puisse en parler longuement mais ça me semble intéressant et je pense que dans la série principale, l’auteure développe davantage cet aspect-là. En tout cas le peu que j’ai vu m’a beaucoup intrigué.

La nouvelle a un côté frustrant parce que c’est court et que l’on ne puisse pas développer énormément l’univers mais l’intérêt ici est de voir la romance qui je trouve est bien faite. Elle est plutôt bien faite, simple – enfin c’est une façon de parler – mais efficace. L’histoire est davantage centrée sur Leeroy que sur Kain même si ce dernier va devoir effectivement faire un choix dans sa vie.

On n’a pas le coup de foudre au premier regard – que je n’aime pas parce que je trouve qu’il n’y a aucun intérêt quand c’est le cas – mais les deux hommes se connaissent depuis des années et s’apprécient, donc le fait qu’ils succombent « rapidement » à la tentation paraît plutôt logique. Donc cela a un côté « rapide » mais cela s’explique aisément puisqu’il y a un passé, que nous n’avons pas ici, qui explique leurs liens et attachements.

L’écriture de l’auteure est agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre rapidement dans son univers, dans cette histoire qui reste touchante et sympathique à lire. Certaines scènes explicites sont présentes mais je les trouve plutôt bien écrites avec suffisamment de sensualité pour ne rien laisser à l’imagination mais sans tomber dans le vulgaire ou écrire des scènes X pour en écrire. Laurell K. Hamilton prend exemple pour Anita, étaler en détail sur des pages et des pages, voire des chapitres et des chapitres… c’est trop.

Le seul défaut que j’ai trouvé c’était par rapport au personnage d’Evan, sa manière d’être, la manière dont Leeroy lui parle, je n’avais pas la sensation que ce soit un adolescent mais vraiment un enfant, très jeune. Du coup j’avais vraiment un décalage par rapport à ce que je lisais à travers le comportement et les paroles et à ce qui se passait, les prémices de l’adolescence et la découverte de « l’autre » qui n’était pas logique avec mon ressenti.

Les personnages sont attachants et sympathiques, même s’il est vrai qu’il est difficile en si peu de pages d’être vraiment très proche d’eux. On peut comprendre le dilemme de Kain, tout comme on peut comprendre la souffrance de Leeroy d’être ainsi relégué au second plan et de devoir tout le temps se cacher.

En bref, Flowers never lie a été une bonne lecture pour moi, une jolie romance bien écrite qui m’a rendu curieuse concernant ces personnages mais aussi l’univers créé tout autour car ici il y en avait trop peu à mon goût. Mais c’est normal vu qu’il s’agissait avant tout d’une romance et avec le format de la nouvelle, difficile d’en donner plus.

Alfie Bloom et l'héritage du druide de Gabrielle Kent (Alfie Bloom 1)

Quatrième de couverture

Alfie Bloom est un garçon ordinaire, jusqu'au jour où il reçoit un héritage inattendu : un château ! Et pas n'importe lequel, le château d'Hexbridge, un endroit bizarre où les majordomes ont de bien étranges pouvoirs et où les peaux d'ours peuvent voler. Le garçon y découvre bien vite que les circonstances de sa naissance font de lui l'unique gardien d'une magie vieille de plusieurs siècles. Avec l'aide de ses cousins, Maddie et Robin, il devra tout faire pour la contrôler et la protéger des forces obscures qui veulent s'en emparer.

Mon avis

Alfie Bloom et l’héritage du druide est le premier tome d’une série bien sympathique que je vais suivre avec attention. J’ai trouvé cette histoire bien divertissante et amusante, même si la comparaison avec Harry Potter n’est pas forcément appropriée. On m’en a parlé comme le nouvel Harry Potter, non, il ne faut pas exagérer – à mes yeux rien ne surpasse Harry Potter, mais cela reste une histoire efficace qui plaira forcément aux plus jeunes en quête de magie !

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. L’écriture est agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre avec aisance dans l’histoire et en un rien de temps elle était lue et ce, avec beaucoup de plaisir. J’étais vraiment happée par ce qui se déroulait sous mes yeux, j’avais envie d’en savoir plus à chaque instant. C’est donc très efficace et je ne doute pas du fait que des enfants y trouveront leur compte avec ce livre.

Alfie est un jeune garçon comme les autres, mis à part le fait qu’il va hériter d’un château des plus étranges où la magie est à l’œuvre. Evidemment, cela va attirer l’attention sur le jeune garçon et lui poser quelques petits problèmes, sans compter une rentrée des classes dans une nouvelle école avec de nouveaux professeurs qui ne se fera pas sans heurt.

Le ton est assez léger, l’humour omniprésent malgré une atmosphère qui se veut parfois lourde et pleine de tension. L’univers est intéressant, la magie se fait autour des druides, je n’avais encore lu aucun livre en lien avec cela, Alfie va apprendre un certain nombre de choses sur sa nouvelle « maison » ainsi que les secrets qui entourent sa naissance et j’avoue que j’ai adoré cet aspect-là, je suis très curieuse de voir ce que l’auteure va en faire dans la suite.

L’action est aussi très présente de sorte que l’on n’ait pas le temps de s’ennuyer, entre découverte et complot, Alfie ne sait plus où donner de la tête mais heureusement que ses cousins Maddie et Robin sont là pour l’aider dans toutes ses épreuves. Mais il y a également d’autres personnes de son entourage qui seront là pour le seconder dans sa mission de la plus haute importante, garder le château en sûreté tout en commençant son apprentissage pour devenir un druide accompli.

Les personnages sont assez éclectiques, les cousins jumeaux d’Alfie vont être d’une aide précieuse, ils ont des caractères bien trempés mais ils sont loyaux. Le père d’Alfie est très présent, inventeur tête en l’air il n’en reste pas moins touchant et un père aimant malgré tout. Quant à d’autres, que je ne mentionnerai pas pour éviter tout spoiler, il était évident qu’il y avait un truc louche…

En bref, Alfie Bloom et l’héritage du druide est une histoire qui m’aura plu. C’est entraînant avec un univers bien particulier que j’ai bien envie de découvrir encore un peu plus. L’intrigue est bonne et bien menée, même si on peut se douter de certaines choses, cela reste efficace. Les personnages sont attachants et bien sympathiques et j’ai hâte de les retrouver dans la suite des aventures !

C'est lundi, que lisez-vous ? [30]


Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?

Les Sortilèges du vent d'Erik L'Homme (Terre-Dragon 3)

Quatrième de couverture

Les armées rebelles assiègent désormais la cité de Kesh-la-Grande. Si la capitale tombe, c'est le royaume tout entier qui passera sous la coupe de la terrible secte du Crâne. Seuls Ægir-Peau-d'Ours et ses compagnons peuvent encore l'empêcher. Mais il leur faut d'abord découvrir la clef du lien magique qui les unit et l'incroyable destin que les dieux ont choisi pour eux...

Mon avis

Alors la grande surprise concernant cette série c’est que je ne l’ai pas lue en Lecture commune avec Secret Forbidden World mais ça va, elle ne m’en veut pas de ne pas l’avoir attendu. Il faut dire que j’ai pris ce livre un peu rapidement à la librairie (quand j’y travaillais) parce que j’allais être à cours de lecture pour mes transports en commun et qu’elle ne l’a pas encore acquis, donc difficile dans ces conditions de faire une LC. Mais ce n’est que partie remise sur le prochain livre de l’auteur, on n’en doute pas.

Cette chronique sera assez courte parce que je n’aurai pas trop de choses à dire dessus, et je ne veux pas non plus spoiler. Donc je vais tâcher de faire un rapide bilan sur cette lecture ainsi que sur l’ensemble de la saga pour faire le point.

Ægir-Peau-d'Ours et ses amis, bien que séparés, doivent se rendre à Kesh-la-Grande où la secte du Crâne va tenter de soumettre tout le royaume et cela en renversant le Roi-Dragon. Je n’en dirai pas plus sur l’intrigue car après avoir lu les deux premiers tomes, on sait à quoi s’attendre et je ne voudrais pas spoiler par inadvertance, ça serait tout de même dommage.

C’est un troisième tome dans la continuité des précédents, aussi sympathique et agréable à lire. On voit certains éléments se mettre en place pour le final, on sent qu’une bataille est imminente ou du moins qu’il va se passer quelque chose d’important. La tension est de plus en plus palpable et plus ça va et plus l’on voit les intentions de chacun.

On y trouve toutes les réponses à nos questions et il faut le dire, je m’y attendais grandement, pas de grosses surprises sur le final et les grandes révélations. C’était plutôt logique mais c’est bien mené, on découvre petit à petit des choses sur cet univers et les personnages et ce, jusque dans l’épilogue mais rien de très surprenant en soi, on s’y attend, à mon sens, à voir si le public cible de base pense la même chose que moi (à partir de 10 ans).

Dans l’ensemble c’est une bonne trilogie, plutôt simple mais efficace. Mais il faut le dire, ce n’est pas non plus la meilleure de l’auteur. J’ai pris plaisir à lire et suivre les aventures de Ægir-Peau-d'Ours et Sheylis mais ça ne m’a jamais autant emballé que ses autres ouvrages, comme Le livre des étoiles ou encore plus récemment A comme Association qui reste mon chouchou. C’est bien, entraînant mais pas exceptionnel mais j’ai tout de même tenu à avoir le fin mot de toute cette histoire.


En bref, Les Sortilèges du vent est un troisième tome dans la lignée des précédents, si vous avez aimé les deux premiers vous aimerez forcément celui-ci qui nous offre toutes les réponses à nos questions et clôt parfaitement la trilogie. Après, personnellement ce n’est pas ma série préférée de l’auteur, elle se laisse lire mais j’ai connu mieux de sa part en termes d’action et d’aventure mais cela reste agréable et efficace.

In My Mailbox (211)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine



La Légende des Guerriers-Lune de Michel Honaker (Les Aventures de Parsifal Crusader 1)

Quatrième de couverture

Kenya 1889. Alors que les grandes puissances européennes posent les jalons de la Première Guerre mondiale en s'affrontant au travers de leurs colonies, de mystérieux indigènes, que l'on dit immortels, font régner la terreur en faisant prisonniers les imprudents qui s'égarent sur le Plateau interdit de Tswamba Salu. Quel secret protègent-ils ? D'obscurs industriels et diplomates prussiens et anglais ne jouent-il pas aux apprentis sorciers en voulant s'approprier ce que nul être humain n'est à même de comprendre ? Pour répondre à ces questions, et à bien d'autres, Parsifal Crusader devra se jeter dans les bras du démon et affronter à mains nues la reine des Guerriers-Lune.

Mon avis

La Légende des Guerriers-Lune est un roman assez surprenant. Je dois vous avouer que lorsque je l’ai reçu j’ai été un peu perplexe, déjà de part sa réception mais aussi parce que le pitch ne m’attirait pas spécialement. Mais j’ai tout de même testé et je dois dire que je ne suis pas du tout déçue de cette découverte. Bien au contraire, j’ai beaucoup aimé cette histoire qui m’a fait penser par certains aspects à Indiana Jones et j’adore Indiana Jones (surtout le 3e avec Sean Connery).

La Légende des Guerriers-Lune est un roman d’aventure, même s’il n’y a pas que cela, je le vois en premier comme tel. Nous suivons un explorateur Parsifal Crusader, un noble qui passe son temps à voyager à travers le monde pour découvrir d’autres cultures et aller encore et toujours plus loin. Un jour, des explorateurs se rendent sur la montagne de Tswamba Salu, « la montagne cannibale » et Parsifal les sauve in extremis d’une mort certaine. C’est ainsi que nous faisons la connaissance de cet homme qui paraît excentrique aux yeux des autres. Entre secret, complot et « magie », Parsifal Crusader va se lancer dans une exploration qui risque de mettre à mal sa vision du monde.

Je trouve qu’il y a un côté Indiana Jones dans le sens où l’on a un explorateur (archéologue pour Indiana) qui cherche sans cesse le savoir, la connaissance et découvrir des secrets enfouis plus ou moins battit sur des légendes, ici il est questions des Guerriers-Lune. J’ai beaucoup aimé les mystères qui entourent ces hommes et d’en les quelques secrets au fur et à mesure que l’on avance dans l’histoire. C’était vraiment intéressant et bien menée, on s’y croirait et pendant quelques heures, je me suis cru dans cette exploration et comme Crusader j’avais envie d’en savoir plus.

L’avantage que nous avons sur lui c’est que l’histoire étant écrite à la 3e personne,  nous pouvons voir différents groupes de personnages et ainsi en apprendre plus sur leurs manigances. Même si l’auteur nous cache un certain nombre de choses pour que le mystère reste entier jusqu’à la fin, jusqu’à la grande révélation pour nous donner envie de continuer et de tout lire, ce qui est l’intérêt d’un livre il faut l’avouer. Michel Honaker a une écriture vraiment très fluide et agréable, j’ai déjà pu lire des ouvrages (Carabosse - La légende des 5 royaumes et Le val de la morte embrassée) et j’avais beaucoup aimé, donc il est vrai que même si le sujet ne m’intéressait pas au préalable, je savais que ça serait bien écrit et sympathique. Il s’avère que j’ai adoré l’histoire donc tant mieux pour moi.

Mais à travers cette histoire nous découvrons également toute la société anglaise de la fin du XIXe siècle, avec leur connaissance, leur soif de pouvoirs et les prémices d’une guerre entre différents états. C’est vraiment intéressant et de voir ce mélange de culture, ce Parsifal, bien que « noble » paraît négligé et volage aux yeux des siens. Et le « choc des cultures » est présent car Parsifal se déguise en fonction du lieu où il se trouve et on voit bien qu’il n’est pas « à sa place » au sein de la société anglaise, trop guindée et fausse.

Parsifal est un personnage que l’on ne peut qu’apprécier, suivi de son associé, Profit, le duo fonctionne presque comme celui de Sherlock Holmes et Watson. Cela m’y a fait grandement pensé, même si « Watson » devient ici un irlandais / écossais parfois un peu ivrogne et aux mœurs et passé parfois douteux. Mais c’est un duo qui fonctionne bien car le contraste entre les deux personnages ajoutent un petit plus.

En bref, La Légende des Guerriers-Lune a été une très bonne surprise pour moi. J’ai beaucoup aimé cette histoire qui aura su me tenir en haleine et fait voyager en même temps tout en voyant des manigances s’orchestrer en fond. L’action est omniprésente de sorte qu’on n’ait pas le temps de s’ennuyer quant aux personnages c’est un vrai plaisir et j’espère vraiment que l’auteur va écrire d’autres aventures sur Parsifal parce qu’il aura su attiser ma curiosité…

Seamróg de Béatrice Nicodème (L'Anneau de Claddagh 1)

Quatrième de couverture

Irlande, comté de Galway, 1846. Keira est la fille d’une cuisinière irlandaise, Arthur le fils d’un grand propriétaire anglais. Ils ne devraient pas se rencontrer, et encore moins s’aimer. Mais le destin les réunit, pour très vite les séparer : Keira apprend brutalement qu’Arthur est parti pour New York. Dans un pays ravagé par la famine, Keira peut s’estimer heureuse d’être employée dans une maison où on ne manque de rien. Cependant, le départ d’Arthur est suivi d’autres drames qui bouleversent son existence. Et si une vie meilleure l’attendait, elle aussi, de l’autre côté de l’Atlantique ?

Mon avis

J’étais très curieuse de découvrir ce livre qui allait se dérouler durant la famine qui a terrassé l’Irlande et je dois dire que je n’ai pas été déçue de cette lecture. Je l’ai trouvé bien sympathique, même si j’aurai aimé qu’il y ait un petit peu plus d’action. Je pense que l’on en aura davantage dans le deuxième tome qui promet beaucoup de choses, surtout au vu de la fin de celui-ci.

L’écriture de l’auteure est agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre rapidement dans l’histoire. Je n’en ferai pas de résumé, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en faire une idée. L’histoire est plutôt sympathique, assez classique en soi mais cela fonctionne bien.

J’ai vraiment passé un bon moment en compagnie de Keira et sa mère et cela m’a permis de voyager en Irlande, moi qui rêve d’y aller ! Même s’il faut l’avouer, la période que nous voyons ici ne donne pas vraiment envie de s’y rendre, heureusement que cela a changé. De nombreux termes sont en gaéliques ce qui ajoute un côté ancien à l’histoire et nous plonge vraiment dans l’univers créé par l’auteure.

L’intrigue est bonne et bien menée, même si le rythme est assez lent. C’est pour cela que je disais que j’aurai aimé qu’il y ait plus d’action mais ce premier tome est au final assez introducteur pour découvrir la vie de Keira, celle des domestiques liée à cette famille aristocrate durant le début de la famine qui va causer de nombreux problèmes aux paysans alentour. Nous le découvrons notamment à travers une famille très attachante, celle des Duggan.

Il s’agit ici d’une romance, telle est mis l’accent sur la 4e de couverture et il est vrai que l’on se doute qu’il va y avoir de nombreuses embûches du fait de la différence sociale mais au final ce n’est pas qu’une romance, c’est bien plus que cela car Béatrice Nicodème nous dépeint une société difficile qui doit faire face à la famine et la maladie. Nous voyons donc fortement les contrastes entre les riches et les pauvres. C’est une période sombre de l’histoire de l’Irlande qui a fait de nombreux ravages, entre le manque de nourriture et les maladies, nombres de gens vont mourir ou devoir fuir pour survivre, notamment aller en Amérique.

Keira va être confrontée à des choix qui vont s’avérer plus ou moins difficile. son idylle avec Arthur va la pousser à faire certaines choses qui pourront lui causer du tort mais c’est sans compter la famine qui s’étend peu à peu. elle est vraiment au cœur de cette histoire et de bons nombres de problèmes, pour moi ici l’accent est vraiment mis sur la société, les conditions de vie plutôt que la romance, mais j’espère qu’à ce niveau-là on en aura plus. et évidemment, l’anneau de Claddagh, le nom de la série, n’est pas négligeable, je suis très curieuse de voir si cela va prendre plus d’importance par la suite et de quelle manière.

Les personnages sont attachants, que ce soit Keira ou encore les membres de la famille Duggan. Quant à la mère de Keira, elle cache beaucoup de choses, il est assez difficile de la cerner et on ne peut pas forcément dire que c’est une mère aimante et pourtant… En tout cas c’est un plaisir de voir tout ce monde interagir et j’avais un vrai intérêt à savoir ce qui allait arriver à Keira et ses proches.

En bref, Seamróg est une bonne découverte, j’ai beaucoup aimé cette histoire même si j’attendais un petit peu plus d’action mais je suis certaine que l’on va en avoir davantage dans le deuxième tome car on nous laisse présager des choses ici et je suis très curieuse de découvrir ce que ça va donner. Une fresque historique intéressante que je ne connais pas vraiment puisqu’en dehors de l’existence de cette famine je n’avais jamais rien lu sur le sujet.

Log Horizon, tome 1 de Mamare Touno


Quatrième de couverture

Elder Tale est le MMORPG qui rassemble le plus grand nombre de joueurs sur le net, mais lors de la sortie de sa douzième extension, tous ceux qui s'étaient connectés se retrouvent prisonniers du jeu, dont 30000 rien qu'au Japon. Ignorant comment ils sont arrivés là et s'ils pourront en sortir un jour, beaucoup perdent la volonté d'avancer. Mais Shiroe, un des joueurs les plus connus et les plus respectés du jeu refuse d'abandonner. Aidé de ses fidèles compagnons Akatsuki et Naotsugu, il va tenter de convaincre les " Aventuriers " de ne pas se laisser abattre et de bâtir une nouvelle société dans ce monde virtuel qui est maintenant le leur...

Mon avis

Après avoir lu Sword Art Online que j’avais beaucoup apprécié, j’étais curieuse de découvrir Log Horizon qui semble être le même type d’histoire, où des personnes vont se retrouver prisonnières d’un jeu vidéo, mais je dois avouer qu’en comparaison, j’en ressors très mitigée de cette histoire.

Je précise tout de même que c’est loin d’être mauvais, j’ai lu bien pire que ça et je n’ai pas non plus galéré durant ma lecture, même si elle m’a pris du temps. Le texte étant assez dense et le livre assez épais, je ne l’ai pas lu en 5 minutes. Le problème est que je n’ai pas été autant transporté que dans Sword Art Online et ce, du fait que l’intrigue est très longue et lente. Cela manque de rythme et de but aussi, je n’ai pas trouvé qu’il y avait un réel enjeu dans ce premier tome. Je ne me suis pas totalement ennuyée mais j’attendais que l’action décolle sans cesse, en vain… Je m’attendais à quelque chose de totalement différent.

Comme dans Sword Art Online des joueurs vont se retrouver prisonnier du jeu mais sans en connaître la raison, contrairement à Sword Art Online où c’était clairement établi. Les joueurs dans Log Horizon vont du coup devoir survivre dans le jeu qui devient peu à peu leur nouvelle réalité. L’univers est similaire en cela et c’était plutôt intéressant de voir les personnages évoluer dans ce milieu. Là où ça pêche essentiellement pour moi c’est plutôt l’intrigue et la manière dont elle est menée.

L’intrigue générale du livre ne tient pas à grand-chose, c’est surtout sur la « survie » et nouvelle manière de vivre des personnages dans ce jeu. Un moment donné il y a des quêtes, deux comme le livre contient deux parties et du coup cela fait une redite, on a la sensation que la deuxième partie est un « copier coller » de la première sauf que l’on change les personnages. Je trouve ça dommage. On s’installe donc dans une routine mais il n’y a rien de plus. Ce n’est que sur la fin que l’on comprend ce qu’est « Log Horizon » mais après avoir lu plus de 400 pages, j’ai envie de dire il était temps ! Sur un livre de 200-300 pages pourquoi pas mais là, on a un vrai pavé avec une intrigue qui s’étire encore et encore en longueur donc ça devient vite ennuyeux.

Pendant une bonne partie de ma lecture je me demandais où l’auteur voulait en venir parce que je n’en voyais pas le bout. Alors certes, on découvre la vie sur place, plein de personnages, etc. mais franchement ça devient lourd parce qu’il ne se passe rien. Et dire que des gens se plaignent de la description de la Comté dans le Seigneur des Anneaux de Tolkien dès le début de l’ouvrage mais là, j’ai trouvé ça beaucoup plus long ici parce qu’on a moins de choses à se mettre sous la dent par la suite.

Alors certes, il y a un peu d’action, avec quelques scènes de bataille entre nos héros et des groupes de gens qui veulent semer la pagaille, il y a la fameuse quête pour retrouver quelqu’un mais cela reste trop léger à mes yeux. Quand je vois toute l’action et la tension qui sont omniprésentes dans Sword Art Online, je ne peux qu’être déçue de Log Horizon où l’on est davantage dans la lenteur.

Les personnages sont plutôt sympathiques, on s’attache à chacun d’eux, ils ont vraiment des personnalités fortes, très distinctes. Shiroe, le héros principal est assez posé, devient rapidement le leader et s’investit d’une certaine mission pour aider le plus grand nombre. Naotsugu est le « pervers » de service qui ne pense qu’aux filles et ce qu’elles cachent en dessous mais il reste assez drôle et apporte de la légèreté à une situation qui reste critique. Quant à Akatsuki c’est un personnage qui saura nous surprendre par bien des manières. Un trio très éclectique mais qui fonctionne bien ensemble mais c’est sans compter les autres qu’ils vont rencontrer sur leur route au fur et à mesure, je pense notamment à Marie qui est bien spéciale…

En bref, Log Horizon me laisse assez perplexe. Je n’ai pas détesté cette lecture, ce n’était pas désagréable mais pas non plus transcendant. J’ai trouvé l’univers intéressant mais pas assez développé, on reste encore dans le flou malgré tout ce qu’on vient de lire. On ne voit pas tellement où l’auteur veut en venir et je dirai presque que la 4e de couverture spoile le livre vu que l’intrigue tient à peu de choses. L’action est là mais un peu trop lente à mon goût pour que je sois totalement passionnée. Il est vrai que l’univers du jeu n’est pas ma prédilection mais Sword Art Online avait su me convaincre, j’ai eu plus de mal avec Log Horizon. Enfin, les personnages sont sympathiques avec des caractères bien distincts mais je ne suis pas sûre pour autant suivre cette série à cause du manque de rythme. Je vous invite à vous faire votre propre avis sur la question.

En partenariat avec

Coup de projo sur... [110] Le Tribunal des âmes de Donato Carrisi


Explication de Nyx Shadow :

Voilà, j'avais envie - de temps en temps - de faire revenir sur le devant de la scène, un livre qui m'a plu (que ce soit pour sa couverture, son écriture, son scénario etc.)



C'est vrai, en général, une fois l'avis posté, on y pense plus, alors voilà. Si vous souhaitez participer, mettez vos liens en commentaires et je les rajouterai dans l'article plus tard.

L’histoire est bonne et bien menée, avec une idée géniale que l’auteur a su mener de bout en bout sans faille. Le suspense est maintenu pendant une longue période, avec des rebondissements, des révélations et cela jusqu’à la fin pour tenir le lecteur en haleine. 


Rome. Sa dolce vita, son Capitole, ses foules de pèlerins, ses hordes de touristes. Sa pluie battante, ses sombres ruelles, ses labyrinthes souterrains et ses meurtriers insaisissables. Marcus est un homme sans passé. Il y a un an, il a été grièvement blessé et a perdu la mémoire. Aujourd'hui, il est le seul à pouvoir élucider la disparition d'une jeune étudiante kidnappée. Sa spécialité : analyser les scènes de crime. Sandra est enquêtrice photo pour la police scientifique. Elle aussi recueille les indices sur les lieux où la vie a dérapé. Il y a un an, son mari est tombé du haut d'un immeuble désaffecté. Elle n'a jamais tout à fait cru à un accident. Leurs routes se croisent pour les conduire chacun au carrefour où il faut choisir entre la vengeance et le pardon.

PALM n°59 [DECEMBRE 2015]

Qu'est-ce que la PALM ? La PAL du Mois consiste à écrire article sur nos blogs avec une photo de notre Pile À Lire, accompagnée de quelques pensées sur les livres que vous possédez, sur ce que vous avez à dire des nouveautés, sur les livres que vous mourrez d'envie de lire... et ceci, tous les 15 du mois.

Pour retrouver les autres PALM, rendez-vous sur Secret-forbidden-world. La PALM est inspirée de In My Mailbox de The Story Siren.


Acquisitions depuis la dernière PALM


Garde du corps et Quiproquos de J. Lynn
Vengeance en Prada de Lauren Weisberger
À l'école des Doudous - Comment devenir un Doudou de Frédérique Elbaz et Isaly
Mais où est donc Ornicar ? : + de 100 moyens mnémotechniques de Elisabeth Marrou et Benjamin Bouchet
Rock War, tome 1 de Robert Muchamore
Sortilèges Interdits d'Alice Adenot-Meyer
Uglies de Scott Westerfeld
Les limites de l’enchantement de Graham Joyce
Les Sortilèges du vent d’Erik L’Homme

Livres lus depuis la dernière PALM


Garde du corps et Quiproquos de J. Lynn > CHRONIQUE
À l'école des Doudous - Comment devenir un Doudou de Frédérique Elbaz et Isaly > CHRONIQUE
Mais où est donc Ornicar ? : + de 100 moyens mnémotechniques de Elisabeth Marrou et Benjamin Bouchet > CHRONIQUE
Sense of Wonder, Symphonie pour Envers de SoFee L. Grey > CHRONIQUE
Brisée de Teri Terry > CHRONIQUE
La guerre des cauchemars de B.F. Parry > CHRONIQUE
Moi grand, Toi petit de Lilli L'Arronge > CHRONIQUE
Monsieur Walter de Clément Lefèvre > CHRONIQUE
Nina de Alice Brière-Haquet et Bruno Liance > CHRONIQUE
La magie de Noël de Liz Talley > CHRONIQUE
Log Horizon, tome 1 de Mamare Touno
Alfie Bloom et l'héritage du druide de Gabrielle Kent
Seamrog de Béatrice Nicodème