Rechercher dans ce blog

Comment un écureuil, un héron et une chouette sauvèrent le père de Casper de Horatio Clare (Casper 1)

Quatrième de couverture

Casper coule une existence paisible dans la petite ville anglaise de Woodside Terrace… Jusqu’à cet été où son père, Jim, change du tout au tout : il ne mange plus, ne sourit plus, ne travaille plus et reste cloué au lit. Quel mauvais sort s’est abattu sur lui ? Une chose est sûre, Casper ne l’abandonnera jamais !

Mon avis

Comment un écureuil, un héron et une chouette sauvèrent le père de Casper est un roman qui m'a intrigué lorsque je l'ai vu débarquer à la librairie. Il faut dire qu'avec un tel titre à rallonge ça a de quoi attiser la curiosité et la première question qu'on se pose c'est : comment un écureuil, un héron et une chouette peuvent sauver le père de Casper. Oui, je sais, elle était facile celle-là.

Profitant de mon passage chez Pocket pour une rencontre entre libraires, j'ai pu avoir ce livre, et vu son épaisseur, je n'ai pas attendu trop longtemps avant de me lancer dedans et je ne regrette vraiment pas la découverte. C'est un roman touchant que je vous conseille de lire.

Je ne ferai pas de résumé de l'histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s'agit, d'autant que les événements arrivent assez vite pour s'en rendre compte. L'action arrive vite, il n'y a pas de perte de temps et on n'a vraiment pas le temps de s'ennuyer. Et honnêtement, il se lit très rapidement, il ne m'a pas fait la journée.

Je me suis donc lancée dans cette lecture parce que j'avais besoin de quelque chose de rapide à lire et sans prise de tête. Cela a été le cas, c'est une lecture plutôt mignonne et agréable, même si cela cache un sujet bien plus difficile et dur : celui de la dépression. Mais je vous rassure, ce n'est ni glauque, ni triste, bien au contraire. Ce petit garçon courageux va essayer de tout faire pour aider son papa. Il y a beaucoup de discussion avec sa maman, qui est infirmière, pour essayer de comprendre ce qui peut lui arriver. Avec l'aide des animaux situé non loin de là dans la forêt, Casper va tâcher de trouver une solution pour aider son père.

L'écriture de l'auteur est agréable à lire et fluide de sorte que l'on rentre rapidement dans l'histoire. Le narrateur joue un rôle important, il prend le lecteur à partie donc on se sent impliqué et on a vraiment envie de savoir ce qui va arriver à Casper, à son père et comment l'écureuil, la chouette et le héron vont pouvoir l'aider et c'est plutôt bien pensé et rigolo pour certains, notamment l'implication du héron qui va chercher à manger. Je vous laisse découvrir quel type de nourriture en lisant le roman.

Ce roman est à destination des plus jeunes et pourtant il traite d'un sujet grave et lourd : la dépression. Sous couvert d'une petite histoire mignonne et "innocente", Horatio Clare aborde un sujet sensible et difficile mais je trouve que c'est une bonne chose de pouvoir aborde tout type de sujet, notamment en jeunesse. En voulant aider son papa déprimé, Casper va recevoir une aide inattendue, celle des animaux vivant alentour pour l'aider à trouver une solution sur son mal mais également un moyen pour la reconnaître et lutter contre cela. 

Ce livre aborde un sujet qui n'est pas vraiment traité dans la littérature jeunesse. Par certains aspect cela m'a fait penser à Teddy n'a qu'un oeil ou encore Skiddy mon ami imaginaire. Des romans difficiles à conseiller de part leur sujet (le premier parle beaucoup de la vie, de la mort, de l'euthanasie et le deuxième d'une famille qui s'est déjà retrouvée SDF et qui risque de l'être de nouveau) mais ça a le don d'exister. Et parfois, ces romans-là peuvent être un moyen pour faire comprendre certaines choses aux enfants, une manière pour aborder ces sujets, de la même manière qu'un album pour petits sera utilisé pour faire passer des messages. Par exemple, les livres montrant des enfants sur le pot, c'est pour faire comprendre à l'enfant qu'il faut faire de même que le personnage, par mimétisme. Ces romans-là peuvent donc avoir un aspect pédagogique et être un moyen pour en parler avec l'enfant, lui expliquer tout ça. Il y a un aspect philosophique dans cette histoire.

Les personnages sont attachants et sympathiques, à commencer par Casper qui est un petit garçon courageux qui va se lancer dans une affaire périlleuse. Mais il est prêt à tout pour aider son papa malade et l'aide des animaux va lui permettre de se dépasser. Sa mère va aussi avoir son rôle, pour le rassurer, tenter de lui expliquer ce qui arrive à son père, tout en étant impuissante, malgré ses talents d'infirmière, mais elle tâche de maintenir cette famille autant que possible.

En bref, Comment un écureuil, un héron et une chouette sauvèrent le père de Casper est un roman touchant et mignon que j'ai beaucoup aimé découvrir. Même si le sujet traité n'est pas facile ni joyeux, ce livre est plein d'espoir. Casper va trouver une aide précieuse en la présence des animaux pour faire en sorte à ce que son papa aille mieux. Un beau roman que je vous conseille.

Le Clan des Loups de Cassandra O'Donnell (La Légende des Quatre 1)

Quatrième de couverture

Ils sont quatre
Quatre héritiers de leurs clans
Ils doivent s'unir pour survivre ...
Loups, tigres, aigles et serpents
Quatre clans ennemis ...

Les yokaïs , créatures tantôt humaines tantôt animales vivent dans une harmonie fragile ...
Sur les terres humaines, la tension est palpable ...
Maya, l'héritière du clan des loups et Bregan, des tigres sont les garants de la paix... mais pourront-ils résister à leurs instincts profonds pour sauver leurs tribus ?

Mon avis

Le Clan des Loups est le premier tome de la nouvelle série de Cassandra O’Donnell La Légende des Quatre, qui après avoir écrit pour de l’adulte et de la jeunesse s’attaque à un nouveau public, les adolescents et je dois dire qu’elle y réussit très bien ! J’étais très curieuse de lire ce livre et j’ai été conquise, il me tarde de lire la suite, je vous conseille de vous pencher dessus car c’est vraiment très prometteur.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour se donner une idée de ce qui se passe, d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. A l’image des Rebecca Kean, ça file droit, c’est efficace, on rentre vite dans l’action et les problèmes, pour notre plus grand plaisir.

J’ai beaucoup aimé ce premier tome qui est original et prenant. Mais je dois dire d’emblée que ce roman a un gros défaut. Il est beaucoup trop court à mon goût, il ne m’a fait que l’aller-retour dans les transports en commun, ce n’est pas possible de tenir qu’une petite journée. Il va falloir doubler le nombre de pages pour le prochain. Ça s’est dit… mais évidemment, ce n’est pas un défaut en soi, cela montre juste à quel point l’écriture de l’auteur est efficace, se lit toute seule et que l’histoire est addictive. En même temps, venant de sa part, ça ne m’étonnait pas vraiment.

L’intrigue est bonne et bien menée pour l’instant, il s’agit avant tout d’un tome introducteur, même si on a notre lot d’action et de problèmes pour ne pas s’ennuyer, on voit que ce ne sont que les prémisses de futurs problèmes à venir. Et ce, à différents niveaux, que ce soit dans cet univers fragile, avec l’accord tacite entre les yokaïs et les humains mais aussi à un niveau plus sentimental. Oui, il faut bien une petite histoire d’amour, qui va être très compliquée je le sens bien, pour pimenter le tout. On a donc pas mal d’éléments qui se mettent en place ici, qui nous présentent une situation, des personnages, d’où le côté introducteur. Mais rassurez-vous il y a quand même de quoi se mettre sous la dent pour passer un très bon moment de lecture. L’action est omniprésente, avec déjà des scènes de confrontation. Mais je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler, ça serait dommage. Je vous laisse découvrir tout ça par vous-même.

J’ai beaucoup aimé l’univers créé par Cassandra O’Donnell. Pour le moment c’est assez introducteur mais on entrevoit quand même un certain nombre de choses et ça me plaît bien. L’existence de ces YoKaïs, ces métamorphes d’un autre genre est menacée. Une guerre peut surgir entre les différents clans et le moindre prétexte peut la déclencher, ce qui feraient des ravages dans chacun des clans. Les tensions sont de mises, à moins qu’une entente puisse être trouvée pour la préservée autant que possible. Il existe donc quatre clans différents, ceux des loups, (Lupaïs) des tigres (Taïgans), des aigles (Rapaïs) et des serpents (Serpaïs) et ils ne s’entendent vraiment pas. Ce sont des métamorphes qui peuvent se transformer dans l’animal qui correspondent à leur clan, mais évident dans une taille bien plus conséquente, plus géante. C’est intéressant la dynamique entre eux, des ennemis qui ne doivent pas entrer en contact, même si les héritiers vont à l’école au même endroit parmi les humains.

Là où c’est intéressant c’est qu’ils ne sont pas humanisés, dans le sens où ils assument pleinement leur part animale et qu’ils ne se considèrent vraiment pas comme des humains, même si cela est une partie de leur être. Cela m’a fait penser aux Autres dans Meg Corbyn, des êtres qui peuvent se transformer mais qui sont presque plus à l’aise sous leur trait animal qu’humain, au final. Ça change des métamorphes habituels qui sont humains avec la capacité de se transformer et qui souvent rejettent cette part-là ou ne l’assument pas totalement. Là c’est presque le contraire. Je suis curieuse de voir ce que donnera la suite pour mieux apprendre à connaître les différents personnages de ces clans.

Dans cet opus, l’histoire est davantage centrée sur les loups, on suit donc particulièrement Maya, l’héritière, la future alpha de la meute. C’est une jeune adolescente intrépide, avec une grande force et un courage indéniable. Mais elle a aussi ses faiblesses, comme tout le monde et si elle être dure et impitoyable lorsque cela est nécessaire, elle n’hésitera pas à tuer si cela peut sauver son clan ou ceux qu’elle aime, elle peut faire preuve de clémence. Elle fait preuve de discernement et de justice. J’aime beaucoup ce personnage qui j’en suis sûre prendra de l’importance par la suite.

Bregan, du clan du Tigre, est donc le futur héritier lorsqu’il aura atteint sa « majorité », à 20 ans pour diriger le clan. C’est un personnage intéressant que j’aimerai davantage connaître, sûrement dans le prochain tome car sous ses airs un peu bourru et sauvage, qui de part son physique et son pouvoir se ressent, il cache aussi une grande sensibilité et surtout un instinct de protection, que ce soit envers son petit frère Mika (qui est trop chou dans son innocence, ce qui contraste avec ce monde brutal) ou envers Maya… J’ai hâte d’en découvrir plus sur lui parce que le peu que j’ai pu voir m’a beaucoup plu. C’est un personnage attachant qui essaye d’arranger les choses, même s’il sait que ce sera compliqué de faire voir la vérité à son clan lorsque les premiers problèmes vont arriver.

L’autre personnage que j’ai beaucoup aimé c’est Wan, le Serpaï, c’est un connard, il faut le dire, il a un comportement exaspérant. Et quand quelque chose l’ennui, il va chercher la bagarre pour se divertir. Mais le pire c’est que si quelqu’un le dérange, le met en colère, il veut le manger, littéralement. Il ne s’embarrasse pas de problèmes. Ça au moins c’est clair, net précis. Mais j’adore le concept ! Je suis très curieuse de voir ce qu’il deviendra dans la suite de la série parce qu’il est très prometteur dans le genre.

La dernière est Nel, l’héritière des Aigles, c’est une jeune adolescente de 12 ans mais qui a une certaine maturité. Et quand on voit sa mère, la Reine du clan, on imagine que ce n’est pas tous les jours faciles. C’est un clan intriguant et intéressant, mais pour le moment on n’en sait pas beaucoup comme on n’a fait que l’entrevoir. En tout cas c’est une jeune fille perspicace qui j’en suis sûre va prendre de l’ampleur par la suite.

En bref, Le Clan des Loups est un premier tome prometteur, pour l’instant introducteur car on nous présente essentiellement une situation, les personnages et une esquisse de l’univers. Cela dit, il y a suffisamment de choses à se mettre sous la dent pour passer un très bon moment de lecture. L’intrigue est bonne et bien menée avec son lot d’action et de problèmes, je suis curieuse de voir ce que donnera la suite. L’univers est intéressant et j’imagine bien plus complexe qu’il n’en a l’air, je demande à voir. Quant aux personnages, on a là un panel très intéressant, j’aime beaucoup ces quatre héritiers qui ont du bagou, des caractères bien distincts, même s’ils sont tous dangereux à leur manière et font preuve de force et de courage. Un quatuor qu’il me tarde de retrouver très vite !

Passion coupable de Jay Crownover (Clash 2)

Quatrième de couverture

Une fille à papa, sans diplômes, sans travail, menteuse et petite délinquante. Avett n’a aucune illusion sur l’image que se fait d’elle son avocat bien sous tous rapports. Quaid Jackson, rasé de près, costume à deux mille dollars, sex-appeal à damner une sainte – ce qu’elle est très loin d’être –, est sans doute le seul à pouvoir lui épargner la prison aujourd’hui. Alors qu’elle s’est juré de revenir sur le droit chemin, coucher avec l’homme qui tient son avenir entre ses mains serait sans doute la plus mauvaise décision possible… Mais n’est-ce pas sa spécialité ? Si elle en est là aujourd’hui, c’est parce qu’elle a toujours été incapable de faire le bon choix…

Mon avis

Passion coupable est le 2e tome de la série Clash dont j’avais bien apprécié le premier tome. Ce sont des romances sans prise de tête avec des personnages haut en couleur qui ont du caractère. De quoi passer un très bon moment de lecture et ce nouveau tome ne déroge pas à la règle. J’espère que J’ai lu va d’ailleurs bientôt publier les trois derniers tomes restant de la série Marked Men (dont Clash est le spin off) pour que je puisse avoir toutes les histoires car je me fais spoiler en lisant cette série.

Passion coupable met en avant le personnage de Quaid, l’avocat et collègue de Sayer que l’on avait pu rencontrer dans le premier tome. Je dois dire que j’étais curieuse de découvrir son histoire, surtout lorsqu’on voit qui est celle qui ravira son cœur… On sait d’emblée que ça sera compliqué mais c’est ce qui fait tout l’intérêt de l’histoire et je dois dire que je l’ai beaucoup aimé.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que les événements arrivent assez vite. Sans compter le fait qu’on se doute fortement de ce qui va se passer, le procès à venir d’Avett suite au braquage du bar. L’intrigue est bonne et bien menée, en soi cela reste simple mais efficace. J’ai beaucoup aimé cette histoire qui est vraiment prenante et on se doute rapidement de la tournure des événements mais on se laisse quand même emporter par l’auteur dans cette affaire qui va s’avérer plus complexe que prévue.

Il est indéniable qu’il existe une forte alchimie entre les deux personnages et ce, depuis le premier jour mais il est parfois difficile de cacher ses sentiments et désirs. Quaid et Avett finiront par succomber à la tentation, pour le meilleur, comme pour le pire. Ces deux-là devaient se trouver et être ensemble, d’une manière ou d’une autre, un lien les réunit et même si cela leur fait peur, ils vont finir par s’appréhender et reconnaître qu’ils ont besoin l’un de l’autre, tel le yin et le yang, deux forces qui se compensent.

Quaid et Avett sont deux personnages complexes et j’ai beaucoup aimé les découvrir. Avett a des problèmes, elle fait toujours des mauvais choix, dans une folie autodestructrice mais au fur et à mesure de l’histoire, on comprend pourquoi elle agit comme ça. C’est loin d’être une mauvaise fille, bien au contraire, mais elle souffre intérieurement et en faisait toutes ces bêtises, elle essaye d’expier sa faute. Un moyen comme un autre mais qui la détruit plus qu’autre chose. Elle a de la chance d’avoir ses parents, notamment son père pour essayer de la maintenir à flots mais cela reste difficile. Quaid pourrait bien lui ouvrir les yeux sur sa situation et changer la donne, deux forces de caractère qui s’apaisent ensemble.

Quaid a tout perdu lorsque sa femme l’a trompé et l’a quitté. Un coup dur pour lui qui a du mal à s’ouvrir et se dévoiler totalement. Il se cache derrière des apparences, le luxe pour donner une image qui ne lui correspond pas intérieurement. C’est un chic type qui n’a pas eu de chance mais avec Avett sa vision de la vie risque de changer et d’être balayé. Avett est une vraie tornade et dévaste tout sur son passage mais elle va surtout remettre certaines idées en place chez Quaid qui a trouvé en Avett un nouveau salut.

En bref, Passion coupable est un 2e tome bien sympathique, c’était une lecture sans prise de tête et c’était ce qu’il me fallait pour le soir. J’ai beaucoup aimé découvrir leur histoire car il est évident que ça allait être épique et très compliqué. L’intrigue est bonne et bien menée, avec son lot de problèmes, les personnages sont attachants et sympathiques, même Avett malgré ses frasques. Une histoire intéressante pour deux personnages en quête de rédemption et de changement.

C'est lundi, que lisez-vous ? [148]



Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ? 




Je suis contente, cette semaine j'ai bien lu, que des romans avec des genres assez éclectiques (sauf pour le premier et le dernier qui restent des romances). De bonnes lectures qui m'auront fait passer de très bons moments. A espérer que cette nouvelle semaine soit aussi bonne !


Shades of Shdows de V.E. Schwab (Shades of Magic 2)

Kell est le dernier des magiciens de sang, des sorciers capables de voyager d'un monde à l'autre. Des mondes, il y en a quatre, dont Londres est, à chaque fois, le cœur et l'âme. Le premier, gris, est le nôtre. Le second, rouge, déborde de magie. Dans le troisième, blanc, elle s'est faite rare, et dans le dernier, noir, elle a tout dévoré. Quatre mois ont passé depuis qu'un talisman maléfique est tombé entre les mains de Kell, depuis que le corps de son ennemi a été expédié dans le Londres noir en compagnie du joyau.
Lila s'en est allée. Sans mot dire, au bout de trois jours d'épreuves inimaginables, elle a abandonné là Kell, sur un quai du Londres rouge, pour partir explorer le monde. Depuis, le jeune homme est assailli de rêves menaçants, dont il ne se réveille que pour penser à elle. La capitale bouillonne de fièvre car dans quelques jours commencent les Jeux des éléments, une compétition qui réunit les meilleurs magiciens de trois royaumes voisins, souvent en guerre par le passé. En prévision de l'événement, un navire à la réputation légendaire se rapproche d'ailleurs de la cité, ramenant de vieux amis à terre. Mais pendant ce temps, un autre Londres se réveille et revient petit à petit à la vie. Or rien ne peut venir bouleverser l'équilibre de la magie : pour qu'une ville prospère, une autre doit forcément décliner…


Le Top / Flop du Mois ! (Février 2018)


Explication

Voilà un petit bilan mensuel (sauf pour l'été ça regroupera Juillet et Août) sur les TOP et FLOP de mes lectures. Étant donné le nombre de livres que je lis par mois (entre 20 et 25 généralement) difficile de s'y retrouver dedans, surtout quand on ne suit pas quotidiennement. Ce petit bilan permet donc de mettre en avant les lectures qui m'ont beaucoup plus (excellente lecture / coup de coeur) : TOP, mais également les déceptions et ceux que j'ai détesté (si, ça arrive) / FLOP.

Chaque article sera donc composé du titre du livre et du lien de la chronique pour ceux qui voudraient en savoir plus, de la couverture et 4e de couverture du livre (que je peux réduire si elle spoile et dans ce cas là, je le spécifie), ainsi qu'une petite phrase pour vous donner envie (ou pas) de lire le livre.


In My Mailbox (327)




In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Tous les liens se font chez Lire ou Mourir


Mes acquisitions de la semaine

Le clan des loups de Cassandra O'Donnell (La Légende des Quatre 1)

Ils sont quatre
Quatre héritiers de leurs clans
Ils doivent s'unir pour survivre ...
Loups, tigres, aigles et serpents
Quatre clans ennemis ...

Les yokaïs , créatures tantôt humaines tantôt animales vivent dans une harmonie fragile ...
Sur les terres humaines, la tension est palpable ...
Maya, l'héritière du clan des loups et Bregan, des tigres sont les garants de la paix ...mais pourront-ils résister à leurs instincts profonds pour sauver leurs tribus ?


Thérapie du crime de Sophie Jomain et Maxime Gillio

Comme chaque jour depuis douze ans, Alice Rivière est en consultation dans son cabinet. 9 heures, rendez-vous avec M. Oh-oui-fais-moi-mal. Un soumis qui se plaint de ne pas l'être assez avec son épouse. Exercice thérapeutique du jour : une partie de Twister. Si son corps sait se plier, son esprit finira par y arriver. Eh oui, Alice Rivière n'est pas une psychologue conventionnelle. Apaiser, guérir l'esprit, c'est son truc, mais dans la joie et la singularité.
10 h 15, rendez-vous avec M. Oh-non-ne-me-fais-pas-mal, médecin méprisé et maltraité par sa femme. Exercice thérapeutique du jour : apprendre à ouvrir seul des menottes. Pas que sa femme l'attache, mais l'exercice est intéressant. La routine quoi… Jusqu'au jour où le capitaine Marc Capelle débarque pour l'interroger sur un patient qu'il soupçonne d'être un tueur en série. Non, elle ne l'aidera pas et le congédie. Sans se rendre compte qu'il a « malencontreusement » laissé le dossier de l'affaire sur son bureau. Et la curiosité est sans aucun doute le plus vilain défaut d'Alice…


ReBorn d'Alex Scarrow (ReMade 2)

Léo et son amie Freya survivent tant bien que mal depuis dix-huit mois. 
Aucun signe du virus sans doute tué par le froid polaire qui s'est abattu sur Terre. 
Mais il s'est juste caché : il a observé les hommes, les femmes et même les enfants. Il a appris et s'est encore perfectionné. 
Maintenant, il est prêt...


Et vous ?

Shakti de Stefan Platteau (Les Sentiers des Astres 2)

Quatrième de couverture

Sept hommes, une femme et une enfant. Ce sont les derniers compagnons qu’il reste au barde Fintan Calathynn pour mener à bien la quête du Roi-diseur, à travers une forêt boréale plus menaçante que jamais. Neuf survivants aux abois, retranchés dans la grotte des Teules, encerclés par l’ennemi. À l’heure où la gabarre livre ses derniers secrets, et où les arbres tremblent de la colère des géants, les fugitifs devront jouer cartes sur table et révéler les ombres issues de leur passé. À commencer par l’énigmatique Shakti...

Mon avis

Shakti est le 2e tome du Sentier des Astres dont j’avais beaucoup aimé le premier tome. C’était un roman étant complexe même si on n’entrevoyait alors que les prémices. Dans ce second volume, Stefan Platteau le précise un peu plus mais je dois avouer qu’il reste encore beaucoup de choses à dévoiler. Mais j’adore la mythologie et l’univers qui a été créé, cela reste quelque chose d’exceptionnel, avec un rapport à la magie, la nature qui est vraiment intéressante.

J’étais curieuse de découvrir celui-ci, car il allait être centré sur Shakti, cette femme plus que mystérieuse dans cette drôle d’expédition en compagnie de sa petite fille, non pas moins extraordinaire. Durant leur périple vers le Roi-diseur, Shakti va finir par se livrer et nous raconter son histoire.

C’est un univers complexe qu’il faut appréhender, la raison pour laquelle j’ai pris du temps pour lire. On en apprend plus sur l’univers qui nous entoure, sur les personnages qui poursuivent une quête bien précise. Les révélations sont nombreuses, et pas qu’en lien avec celle personnelle de Shakti qui va nous raconter sa vie, comme Manesh a pu le faire dans le tome précédent.

En termes d’intrigue cela reste « simple » dans le sens où l’on suit la traversée de notre groupe, où les suspicions sont de mises surtout après la mort de Rana, tout le monde à quelque chose à cacher et le barde Fintan est prêt à découvrir toutes les vérités. En terme d’action ça reste plutôt « lent », il n’y a pas beaucoup d’événements, sachant que la moitié du livre, ou presque, est dédié au récit de Shakti. A ce moment-là, on revient sur des événements passés d’il y a quelques années puisqu’elle revient sur sa vie alors qu’elle était adolescente. Mais cela n’en reste pas moins intéressant et prenant, juste qu’il faut savoir qu’il n’y a pas tant d’événements que ça, même si cela nous permet de mieux appréhender l’univers et tout ce que l’auteur nous explique.

Les personnages sont intéressants, bien que la plupart reste encore mystérieux. Les informations n’arrivent qu’au compte goutte et les suspicions sont de mises avec la mort de Rana. C’est un groupe assez éclectique et j’ai apprécié découvrir l’histoire de certains personnages, comment ils ont pu rejoindre cette expédition. Je suis très curieuse de les retrouver dans le prochain volume.

En bref, Shakti est un tome vraiment intéressant même s’il sert de transition. On en apprend plus sur cette femme énigmatique qui m’a tout de suite intéressée dans le premier volume. que fait-elle dans cette expédition, pourquoi est-elle avec sa fille ? Il reste encore des questions sans réponses et j’ai hâte de lire le prochain volume pour le découvrir.

Les Orphelins du Sommeil de Pascaline Nolot

Quatrième de couverture

Bienvenue à l’Institut Dormance, spécialisé dans les troubles du sommeil de l’enfant et de l’adolescent, isolé au milieu des montagnes enneigées. C’est ici que Marcus, atteint de paralysie du sommeil, tente de se soigner et se lie d’amitié avec Joane, qui souffre d’insomnie. Mais plus le temps passe et plus l’endroit leur apparaît étrangement inquiétant : un directeur qui ressemble à un cadavre ambulant, un règlement intérieur pour le moins insolite, des "exercices oniriques" plus que bizarres, un étage interdit d’accès, une rumeur qui prétend que d’anciens pensionnaires auraient été pris d’un accès de folie...
Les deux amis en viennent à soupçonner l’Institut de poursuivre un but inavoué, bien éloigné de celui de les guérir. Ils devront alors s’allier à d’autres jeunes patients pour s’engager dans une quête troublante et dangereuse, oscillant entre réalité, rêves... et cauchemars.

Mon avis

Les Orphelins du Sommeil est le 2e titre ce la collection « Chatons Hantés » que j’ai acheté lors du Salon du livre de Paris chez les Editions du Chat Noir. C’est également le 2e livre de Pascaline Nolot que je lis (après Les Larmes de l’araignée, même collection) et je dois dire que cela a été une très belle découverte également. Quand je dis que je suis rarement déçue de cet éditeur, je ne mens pas…

Comme pour L’Ombre de l’Ankou, j’ai pris ce livre sans savoir de quoi il parlait, je me suis donc laissée totalement emportée par les mots et l’univers de Pascaline Nolot et je dois dire que cela a été une superbe découverte, j’ai vraiment adoré ce roman. Et j’avoue que je ne serai pas contre une petite suite pour pouvoir retrouver l’univers ainsi que les personnages, mais je doute que ce soit au programme.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. L’écriture de Pascaline Nolot est agréable à lire et fluide, on est transporté en un rien de temps dans son univers que j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir. Sachant que c’est un roman fantastique, on se doute bien que dans cet Institut il se passe des choses anormales que ce n’est pas simplement lié au sommeil mais également aux rêves. J’ai beaucoup aimé ce qu’en a fait l’auteur, je n’ai pas spécialement lu beaucoup de choses en lien avec les rêves (ce qui me vient en tête en premier c’est Oniria de Parry) mais je dois dire que c’est vraiment intéressant la manière dont l’auteur s’en est servi pour créer son monde et son histoire. C’était vraiment passionnant et j’étais très curieuse de voir où tout cela allait nous mener.

L’intrigue est bonne et bien menée, on découvre dans un premier temps les personnages, histoire de se familiariser avec eux, leur histoire, leur problème lié au sommeil mais très rapidement l’histoire va prendre une toute autre tournure quand le quatuor va découvrir que l’Institut cache des choses à ses élèves. Ils vont donc mener leur petite enquête et c’est à partir de ce moment-là que l’action pure et dure va commencer et ne plus s’arrêter jusqu’à la fin. C’est vraiment prenant et haletant, l’auteur sait maintenir son suspense et nous donner envie de lire la suite. Les pages ont défilé toutes seules sans que je ne m’en rende compte et en un rien de temps le livre était lu. Certes, ce n’est pas un gros roman mais il y a tout de même de quoi se mettre sous la dent et j’ai vraiment adoré ce que j’ai découvert.

On ne peut pas s’ennuyer dans ce roman, il y a beaucoup d’actions, des personnages hauts en couleur qui sont super attachants. C’est un quatuor vraiment extraordinaire avec des personnalités qui leurs sont propres. Marcus est le premier personnage que l’on rencontre avant son entrée à l’Institut Dormance. Sa paralysie du sommeil est un vrai problème et dans le prologue on a pu s’en rendre compte à quel point. C’est un jeune adolescent courageux, qui n’hésite pas à venir en aide à ses amis, à prendre les devants lorsqu’il le faut. Mais il sait aussi qu’il peut compter sur ses amis à tout moment pour l’aider. J’ai beaucoup aimé Joane, l’albinos que l’on voit en couverture, qui a un caractère bien trempé, elle n’hésite pas à dire ce qu’elle a à dire, elle est un peu le leader de ce groupe. Sammy est le petit intello de la bande, du haut de ses 7 ans, il a une certaine maturité qui fait un peu peur. Quant à Mina, ses problèmes liés au sommeil sont très particulier, je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler mais c’est un personnage très intéressant que j’ai apprécié connaître.

En bref, Les Orphelins du Sommeil est un roman très prenant que j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir. L’intrigue est bonne et bien menée avec suffisamment d’action et d’événements et révélations pour qu’on n’ait pas le temps de s’ennuyer. L’univers créé autour du sommeil, des rêves est super intéressant et j’ai beaucoup aimé le traitement qui en a été fait. Les personnages sont attachants et sympathiques et je vous avoue que j’aimerai bien les retrouver dans une autre histoire (il y a moyen vu la fin, même si cela se termine parfaitement ici). Un roman que je vous conseille fortement, cela a été une très bonne découverte livresque. Et puis il faut l’avouer, la couverture est sublime non ?

L'Ombre de l'Ankou de Jean Vigne

Quatrième de couverture

Lotie, petite Parisienne de 11 ans, déménage pour la Bretagne. Une terre de légendes, lui disait-on. En guise de légende, la voilà dans un vieux manoir perché tout au bout du monde. Une bâtisse poussiéreuse, perdue sur une lande désertique. Pas de quoi enchanter la jeune fille. Elle va s’ennuyer ferme ici, sans ses amies, c’est certain. S’ennuyer ? C’est sans compter sur l’arrivée d’une étrange créature. Une silhouette encapuchonnée, armée de son immense faux, dressée sur ce bateau illuminé par cette seule lanterne. Qui est ce redoutable inconnu ? Pourquoi revient-il chaque nuit sur cette plage de galets ?

Mon avis

Le salon du livre de Paris (Livre Paris maintenant) a fermé ses portes il y a quelques jours. Je l’avoue, depuis que je suis libraire, je n’achète plus en salon, plus tellement d’intérêt pour ma part. Mais il y a un seul éditeur chez qui je vais faire le plein chaque année, il s’agit des Editions du Chat Noir. Je n’ai jamais été déçue de mes lectures chez eux, même si je n’ai pas tout lu (mais acheté un certain nombre). C’est vraiment une maison d’édition qui fait de la qualité, donc si vous ne connaissez pas, c’est le moment d’y jeter un œil !

Il faut dire que leur catalogue est vraiment intéressant, les couvertures très alléchantes et leur nouvelle collection « Chatons hantés » me fait de l’œil. Du coup, je me suis procurée les deux derniers de la collection (L’Ombre de l’Ankou et Les Orphelins du Sommeil) et pour une fois, aussitôt achetés, aussitôt lus. En même temps, ils ne sont vraiment pas longs et se lisent très rapidement.

J’ai donc choisi en premier lieu de lire L’Ombre de l’Ankou car, je l’avoue, c’était le plus petit des deux, donc j’allais le lire très vite. Et je dois dire que cette lecture a été très plaisante. Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre puisque je n’avais même pas lu la 4e de couverture, c’est dire si je fais confiance. J’ai vraiment acheté grâce à la couverture et à la collection (et aussi l’auteur, même si je ne l’ai pas encore lu, il va falloir que je sorte un jour Memento Mori).

Cela a donc été une belle surprise, j’ai beaucoup aimé cette histoire, même si elle est un chouïa trop courte pour moi. Vous n’êtes pas sans savoir que j’adore les pavés, les descriptions et détails en tout genre. Mais pour un petit roman (125 pages max), il y a suffisamment de choses pour attiser notre curiosité et nous faire passer un très bon moment de lecture. Je vous le recommande.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. J’ai beaucoup aimé l’écriture de l’auteur qui est agréable à lire et fluide. En un rien de temps il nous transporte dans son univers et c’est avec un certain intérêt que j’ai suivi l’histoire de Lotie, cette jeune préadolescente qui va changer de cadre de vie, passer de la ville de Paris à un lieu perdu en bord de mer en Bretagne, c’est un grand changement. Elle va se retrouver confrontée à certaines légendes qui font froid dans le dos.

L’intrigue est bonne et bien menée, on suit Lotie dans sa nouvelle maison, auprès de ses parents qui sont quelque peu déconnecté. Il faut dire que sa mère a été malade, c’est donc dans une atmosphère un peu lourde que nous faisons la connaissance de cette famille, de ce changement de vie justement suite à la maladie de sa mère. Le soir Lotie voit la silhouette d’un être étrange, tel un Charon sur son bateau sur le Styx, elle craint ce mauvais présage. Lotie va également faire la connaissance d’un jeune garçon, Robin, qui a tendance dans les premiers temps à disparaître soudainement.

Cette histoire aborde différents thèmes et j’ai trouvé ça vraiment intéressant et d’autant plus frustrant de ne pas en avoir plus parfois. On voit le côté fantastique avec cette espèce de faucheuse qui revient chaque nuit, et qui évidemment va faire craindre le pire pour Lotie, on voit aussi des thèmes plus terre à terre avec la relation entre Lotie et ses parents, l’adolescence n’est plus très loin. D’autres sujets plus douloureux, en lien avec la maladie et d’autres aspects encore que je n’évoquerai pas pour éviter tout spoiler. Mais j’ai trouvé ça vraiment intéressant  de voir ces sujets. C’est une histoire touchante et un peu triste aussi, je dois dire que je ne m’attendais pas du tout à cela en commençant ce texte. En même temps, je ne m’attendais pas à « grand-chose » dans le sens où je ne savais même pas de quoi cela parlait, mais je n’imaginais pas ce scénario à mesure des informations que l’auteur me délivrait. Ça a donc été une très bonne découverte.

Lotie est une jeune fille attachante avec du caractère, on voit que l’adolescence n’est pas loin. Sa rencontre avec le « cyclospectre », comme elle l’appelle, est signe de mauvais présage et elle va tâcher de trouver une solution pour s’en débarrasser. Evidemment, elle est loin de se douter de la réelle intention de ce « cyclospectre ». Elle est courageuse, même si les événements peuvent effrayer, surtout lorsqu’on apprend la vérité, elle va aller de l’avant et les découverte que Lotie va faire sur cette demeure risque de bien changer des choses dans sa vie.

En bref, L’Ombre de l’Ankou est un roman court que j’ai apprécié découvrir. C’est une histoire touchante, bien que dure par moment et qui aborde plein de sujets très intéressants. L’écriture de l’auteur est fluide et agréable à lire, j’ai beaucoup aimé suivre Lotie dans sa nouvelle vie qui, par bien des aspects va changer. Les personnages sont attachants, même si en soi j’ai passé trop peu de temps en leur compagnie mais c’était une lecture forte agréable que je vous recommande chaudement !

Rencontre dans l'Upper East Side de Sarah Morgan (From New York with Love 1)

Quatrième de couverture

Voici Molly.
Rédactrice au courrier du cœur à New York, elle se considère comme une experte en relations amoureuses. Enfin, seulement celles des autres. Car pour elle, le grand amour de sa vie, c’est son dalmatien.

Et voici Daniel.
Avocat spécialiste des divorces, il est bien placé pour savoir que les relations amoureuses sont à éviter à tout prix. Pourtant, un beau matin, il se retrouve à faire des pieds et des mains pour emprunter un chien… tout ça dans le but de provoquer une rencontre avec la mystérieuse joggeuse qu’il croise quotidiennement à Central Park avec son dalmatien…

Molly et Daniel ont un avis bien arrêté sur les relations amoureuses. Leur rencontre risque de tout bouleverser…

Mon avis

Rencontre dans l’Upper East Side est le premier tome (VF) de la série From NewYork with Love, ou sinon le tome 4 de la série Coup de foudre à Manhattan (VO). En effet, nous rencontrons ici des personnages annexes de cette série, avec une nouvelle focalisation sur un trio de personnages. Mais on reste dans le même univers, sachant que l’on retrouve par moment les personnages de l’autre trilogie, notamment Eva et Lucas pour ce premier tome.

Donc, si je peux me permettre un petit conseil, lisez d’abord la « trilogie » Coup de foudre à Manhattan avant celle-ci car il serait dommage d’entendre parler de certains personnages sans pour autant connaître leur histoire. Après, en soi, on peut parfaitement comprendre ce qui se passe ici mais, c’est toujours plus sympathique de tout lire dans l’ordre, même si on suit un nouveau trio d’une même fratrie (après un trio d’amies).

Afin de suivre la chronologie, je me suis empressée de lire rapidement la première trilogie, dont vous pourrez trouver les chroniques ici, avant de commencer celle-ci. Et je l’ai tellement adoré, que je n’ai pas attendu longtemps avant de me plonger dans Rencontre dans l’Upper East Side que j’ai beaucoup aimé aussi. En même temps, je n’avais pas trop de doute, vu que j’avais aimé les autres trilogies de l’auteur.

Rencontre dans l’Upper East Side raconte l’histoire de Daniel, le frère aîné des sœurs jumelles qui ont leur entreprise de dog-sitting (Woof Rangers) que l’on a pu entendre parler dans la trilogie Coup de foudre à Manhattan. Intrigué par une joggeuse accompagnée de son dalmatien qu’il croise souvent à Central Park, Daniel va avoir l’idée d’utiliser un des chiens que ses sœurs accueillent pour approcher Molly. Un plan quelque peu machiavélique comme plan drague mais qui aura le don de fonctionner. De cette rencontre, Daniel et Molly vont développer une certaine amitié, mais tout deux cachent des secrets qui risqueraient de mettre à mal cette relation naissante.

J’ai beaucoup aimé cette histoire qui est toute mignonne et plutôt bien faite, même si elle n’est pas sans heurt. En même temps, si tout allait bien dans le meilleur des mondes, comme dans celui ds Bisounours ça n’aurait aucun intérêt. Il faut l’avouer, ce qu’on aime c’est que ça se termine bien mais qu’en chemin ce soit long et tortueux.

Rapidement, on sait que Molly ne croit pas aux relations amoureuses, du moins pas pour elle. Avec ce qu’elle a vécu, en même temps on peut parfaitement la comprendre, même si au quotidien elle prodigue nombres de conseils via son blog « Parle avec elle » où elle vient en aide à de nombreuses personnes. Quant à Daniel, il est avocat spécialisé dans les divorces, donc son gagne-pain est plutôt de séparer les personnes que les rapprocher, alors quand il voit que la blogueuse Aggie, alias Molly, prodigue certains conseils qui risquent de mettre à mal une famille dont il s’occupe, Daniel voit rouge.

Evidemment, nous en tant que lecteur en savons beaucoup plus que les personnages sur les identités respectives et leur vécu. Il est des choses que l’on peut comprendre car nous avons une vision d’ensemble alors qu’eux, n’ont qu’un seul point de vue. On voit donc arriver les problèmes assez vite et en quoi cette relation risque d’être mise à mal. Et c’est là où ça devient intéressant car on s’attend à tout moment à ce que la vérité éclate et qu’elle fasse des ravages. Je n’en dirai pas plus pour éviter tout spoiler, mais il est évident que tout ne va pas bien se passer, du moins dans un premier temps car cela reste une romance et on sait qu’à la fin, tout ira pour le mieux et qu’ils fileront le parfait amour. Mais il y a un entredeux un peu compliqué que je vous laisse découvrir par vous-même.

Les personnages sont attachants et sympathiques. Que ce soit Daniel ou Molly, ils ont connu tous les deux une enfance difficile et d’autres événements à l’âge adulte vont les marquer et faire ce qu’ils sont devenus aujourd’hui. D’ailleurs, Molly l’est bien plus que Daniel et on comprend parfaitement pourquoi elle refuse l’amour, pourquoi elle est incapable de le déceler s’il se trouvait sous son nez. Ça fait mal au cœur de voir son histoire, ce qui l’a poussé à partir de Londres pour venir à New York mais elle a su se reconstruire, faire sa vie et elle est prête à tout pour garder sa tranquillité. Evidemment, Daniel va quelque peu mettre à mal certaines de ses résolutions.

J’ai beaucoup aimé la relation qui s’est tissée entre eux, bien loin du coup de foudre habituel, même si Daniel était quelque peu obnubilé par Molly au point de monter cette stratégie d’approche avec le chien, elle se fait à mesure. Deux étrangers qui se parlent, qui discutent de plus en plus et deviennent amis, jusqu’à ce que ça se transforme en autre chose. Même si le temps de l’histoire est relativement court, cela prend tout de même son temps et on peut apercevoir les étapes de cette relation qui se construisent petit à petit. Je dois dire que ça change où les ¾ du temps c’est le coup de foudre ou en deux trois temps mouvements l’amour est là et tout est bien qui fini bien. Là non, et j’ai apprécié cet état de fait, ça me semble beaucoup plus crédible.

En bref, Rencontre dans l’Upper East Side est un tome à la hauteur de la trilogie précédente, il me tarde de lire la suite. Sarah Morgan a le don de créer des personnages auxquels on s’attache toujours et qui nous font ressentir toute sorte d’émotion. L’histoire est bonne et bien menée, avec ses hauts et ses bas, mais l’amour triomphe toujours et ça fait du bien de rêver. Il me tarde de lire les autres tomes qui seront sur les sœurs jumelles de Daniel.

C'est lundi, que lisez-vous ? [147]



Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ? 





Bon, cette semaine encore je n'ai pas lu grand chose, mais il faut dire que j'étais crevée et Shakti m'a pris pas mal de temps. Mais en tout cas, la semaine a été bonne, c'était bien plaisant et elle s'est bien terminée avec un petit roman jeunesse bien sympathique. 



Rencontre dans l'Upper East Side de Sarah Morgan (From NewYork with Love 1)

Voici Molly.

Rédactrice au courrier du cœur à New York, elle se considère comme une experte en relations amoureuses. Enfin, seulement celles des autres. Car pour elle, le grand amour de sa vie, c’est son dalmatien.

Et voici Daniel.

Avocat spécialiste des divorces, il est bien placé pour savoir que les relations amoureuses sont à éviter à tout prix. Pourtant, un beau matin, il se retrouve à faire des pieds et des mains pour emprunter un chien… tout ça dans le but de provoquer une rencontre avec la mystérieuse joggeuse qu’il croise quotidiennement à Central Park avec son dalmatien…

Molly et Daniel ont un avis bien arrêté sur les relations amoureuses. Leur rencontre risque de tout bouleverser…



In My Mailbox (326)




In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Tous les liens se font chez Lire ou Mourir


Mes acquisitions de la semaine

L'assassin de Chris Bradford (Bodyguard 5)

Une nouvelle mission à hauts risques pour Connor au cœur de la mafia russe !
Pour la première fois depuis son entrée à l'agence, Connor est contraint de travailler avec son rival de toujours, Jason. Tous deux s'engagent dans la mission la plus dangereuse de leur carrière, en plein cœur de l'hiver russe, Leur protégé : Feliks Malkov, 15 ans, fils unique du candidat milliardaire et anti-corruption à l'élection présidentielle. Sous les feux croisés de la mafia, de l'ex-KGB et d'un mystérieux assassin, leur temps est compté.


La fille qui n'existait pas de Natalie C. Anderson

Tina ne vit pas, elle survit sur le toit d’un immeuble des bas-fonds de Sangui. Cambrioleuse la plus habile d’un gang kényan, elle ne pense qu’à une chose : venger sa mère assassinée par son ancien employeur, le nabab blanc M. Greyhill. L’occasion se présente enfin quand on lui demande de s’introduire dans la luxueuse villa de ce dernier. Prise sur le fait par Michael, le fils Greyhill avec lequel elle a grandi, Tina commence à douter. Submergés par les souvenirs de leur enfance, les deux jeunes gens décident de passer un marché… Entre les rues inquiétantes de Sangui et la guerre qui menace son village natal, Tina voit sa vengeance prendre un tournant qu’elle n’aurait jamais pu imaginer…



Comment un écureuil, un héron et une chouette sauvèrent le père de Casper de Horatio Clare

Casper coule une existence paisible dans la petite ville anglaise de Woodside Terrace… Jusqu’à cet été où son père, Jim, change du tout au tout : il ne mange plus, ne sourit plus, ne travaille plus et reste cloué au lit. Quel mauvais sort s’est abattu sur lui ? Une chose est sûre, Casper ne l’abandonnera jamais !



Trois de tes secrets de Julie Buxbaum

Nouvelle dans un lycée huppé de Los Angeles, Jessie ne se sent pas à sa place. Alors qu’elle songe à rentrer à Chicago, elle reçoit un mail providentiel et… anonyme : un expéditeur inconnu lui prodigue de précieux conseils pour s’intégrer et éviter les pièges de Wood Valley. Jessie ignore tout de son ange gardien mais décide de lui faire confiance. Pour faire tomber le masque, elle l’incite toutefois à lui révéler trois de ses secrets…



Et trois autres livres chez Pocket jeunesse dont je ne peux pas vous parler pour l'instant puisqu’ils sortent plus tard dans l’année. Mais ils sont prometteurs !

Le Dieu Oiseau d’Aurélie Wellenstein

Un récit psychologique sombre et violent sur le traumatisme, la résilience, la vengeance. Un roman initiatique magistral. 

Une île. Dix clans. Tous les dix ans, une compétition détermine quel clan va dominer l’île pour la décennie à venir. Les perdants subiront la tradition du « banquet » : une journée d’orgie où les vainqueurs peuvent réduire en esclavage, tuer, violer, et même dévorer leurs adversaires.
Il y a dix ans, Faolan, fils du chef de clan déchu, a assisté au massacre de sa famille. Sauvé par le fils du chef victorieux, Torok, il est depuis lors son esclave et doit subir ses fantaisies perverses. Sa seule perspective d’avenir est de participer à la compétition de « l’homme-oiseau », afin de renverser l’équilibre des pouvoirs en place et de se venger.
Qui du maître ou de l’esclave va remporter la bataille ? Quel enjeu pour les habitants de l’île ? Quel est le prix à payer pour la victoire ?


Alliance Forcée de Bettina Nordet (Sangs Maudits 1)

Dans un monde édifié sur les ruines d’une civilisation ancienne au savoir prodigieux, détruite par la guerre, et dont les vestiges sont des trésors pour lesquels certains sont prêts à tout, même à tuer, Shanell, courtisane de Nicée, une cité sous protectorat de l’Empire, s’efforce depuis toujours de mener une vie discrète pour protéger son secret. S’il était dévoilé, ce dernier lui vaudrait une fin horrible. Pourtant, l’assassinat de l’un de ses clients, après la découverte d’un complot, fera totalement basculer son existence. Pour survivre et tenter de contrecarrer cette conspiration, la jeune femme se lancera dans un périlleux voyage au coeur des territoires sauvages en compagnie d’un protecteur improbable, qui pourrait bien se révéler le plus grand danger de tous.


Le Souffle de Midas d'Alison Germain (Chroniques Homérides 1)

"Entre tes mains, fille d’Homère, brûle encore le pouvoir des Dieux."

Le jour où une inconnue rend son dernier souffle dans mes bras, je sais que ma vie paisible d’étudiante ne sera plus jamais la même. Au lendemain du drame dont j’ai été le seul témoin, aucune trace du crime n’a été retrouvée, tant et si bien que tout le monde me pense folle, moi la première. Seul un homme me croit, Angus Fitzgerald, détective à la recherche d’une personne qui ressemble trait pour trait à la femme morte sous mes yeux.
Alors que ce mystère reste sans réponse, les objets que je touche se transforment en or. Et quand le bel Angus me narre le mythe antique de Midas, ce roi grec qui changeait tout en or, je comprends qu’il en sait bien plus sur ce qui m’arrive. Et aussi sur les dangers qui me menacent. Pour moi, le plus imminent est juste là, dans mes mains. Parce que si pour le détective, je suis bénie des Dieux, je ne vois en ce pouvoir qu’une malédiction…


Les Orphelins du Sommeil de Pascaline Nolot

Bienvenue à l'Institut Dormance, spécialisé dans les troubles du sommeil de l'enfant et de l'adolescent, isolé au milieu des montagnes enneigées. C'est ici que Marcus, atteint de paralysie du sommeil, tente de se soigner et se lie d'amitié avec Joane, qui souffre d'insomnie. Mais plus le temps passe et plus l'endroit leur apparaît étrangement inquiétant : un directeur qui ressemble à un cadavre ambulant, un règlement intérieur pour le moins insolite, des "exercices oniriques" plus que bizarres, un étage interdit d'accès, une rumeur qui prétend que d'anciens pensionnaires auraient été pris d'un accès de folie...
Les deux amis en viennent à soupçonner l'Institut de poursuivre un but inavoué, bien éloigné de celui de les guérir. Ils devront alors s'allier à d'autres jeunes patients pour s'engager dans une quête troublante et dangereuse, oscillant entre réalité, rêves... et cauchemars.


L'Ombre de l'Ankou de Jean Vigne

Lotie, petite Parisienne de 11 ans, déménage pour la Bretagne. Une terre de légendes, lui disait-on. En guise de légende, la voilà dans un vieux manoir perché tout au bout du monde. Une bâtisse poussiéreuse, perdue sur une lande désertique. Pas de quoi enchanter la jeune fille. Elle va s’ennuyer ferme ici, sans ses amies, c’est certain. S’ennuyer ? C’est sans compter sur l’arrivée d’une étrange créature. Une silhouette encapuchonnée, armée de son immense faux, dressée sur ce bateau illuminé par cette seule lanterne. Qui est ce redoutable inconnu ? Pourquoi revient-il chaque nuit sur cette plage de galets ?


Et vous ?

Noël sur la 5e avenue de Sarah Morgan (Coup de foudre à Manhattan 3)

Quatrième de couverture

Manhattan sous la neige, les sapins qui scintillent et les vitrines illuminées… Il n’y a rien qu’Eva aime plus que Noël. Alors, même si, cette année, elle doit passer seule sa fête préférée, elle ne compte pas se laisser abattre. Il ne lui reste qu’une dernière mission à accomplir pour Urban Génie, l’agence d’événementiel qu’elle a créée avec ses meilleures amies, avant de profiter pleinement de cette période enchantée : préparer une surprise de Noël pour Lucas Blade, le plus cynique des écrivains new-yorkais – ce qui n’est pas peu dire. Ce qu’elle n’avait pas prévu, c’est qu’une énorme tempête de neige la retiendrait prisonnière du somptueux penthouse du ténébreux écrivain…

Mon avis

Noël sur la 5e avenue est le dernier tome de la trilogie Coup de foudre à Manhattan et je dois dire que c’était une superbe série que je vous recommande chaudement. Si vous aimez les comédies romantiques, cette série est parfaite pour vous et au passage, je vous conseille également sa précédente trilogie Snow Crystal qui était excellente.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite. Et puis arrivé au 3e tome de la série, on sait un petit peu à quoi s’attendre, l’auteur ayant préparé le terrain pour cette romance des plus atypiques.

Ce tome clôt parfaitement la série qui met en scène trois amies qui, suite à leur licenciement, ont décidé de lancer leur propre entreprise d’événementiels et aide à la personne. Ce dernier tome est donc centré sur Eva, l’inconditionnelle romantique du trio infernal. Evidemment, on imagine sans peine une romance toute mignonne pour cette femme qui croit en l’Amour avec un grand A, le seul, le vrai. Mais cela aurait été trop simple et trop prévisible donc l’auteur n’hésite pas à nous offrir une romance des plus compliquées pour Eva. Elle va tomber des nues face à cet écrivain cynique mais on ne choisit pas toujours de qui l’on tombe amoureux.

Comme pour les tomes précédents, l’intrigue est bonne et bien menée avec son lot de problèmes et de rebondissements. Contrairement aux autres tomes où les filles connaissaient déjà depuis des années leur futur amoureux, Eva ignore tout de son prétendant. Enfin presque, elle a eu quelques informations grâce à Mitzy, la grand-mère de Lucas qui a déjà fait appel aux services d’Urban Génie par le passé. D’ailleurs, si Eva va pouvoir rencontrer Lucas chez lui c’est parce que sa grand-mère l’a missionné pour refaire la déco chez son petit-fils, histoire d’instaurer un certain esprit de Noël. Ce qu’Eva n’avait pas prévu, c’était la présence dudit écrivain chez lui et lorsqu’elle va constater l’état dans lequel il est, sans compter la neige qui fait des ravages dehors, Eva va devoir cohabiter avec lui. Et cette cohabitation forcée risque de changer pas mal de choses dans leur existence.

Quand on voit les caractères des deux personnages, on se demande bien comment ils vont pouvoir être amoureux et être en phase. Eva a tout de la jeune femme romantique qui croit au grand amour, qui veut le vivre pleinement. Quant à Lucas, c’est un cynique qui se refuse tout sentiment et qui n’hésite pas à railler les élans romantiques d’Eva. Mais ce n’est pas ça qui ébranlera la foi de la jeune femme, bien au contraire. Elle est prête à tout pour trouver le grand amour, ce qui va agacer Lucas.

C’est une relation assez complexe qui va naître durant cette cohabitation car évidemment, très rapidement du côté d’Eva on voit que des sentiments apparaissent. Même si elle se refuse de l’admettre car elle sait pertinemment que ce serait voué à l’échec tant il refuse d’aimer et d’être aimé. Mais il n’est pas évident de refouler ses sentiments. Quant à Lucas, on voit qu’elle ne le laisse pas indifférent, même si cela se traduit d’une étrange manière et qu’il ne parvient pas tout de suite à mettre les mots, ce qui est ironique pour un auteur, sur ce qu’il ressent vraiment pour elle. A l’instar de Frankie, lui aussi est aveugle et se protège…

J’ai beaucoup aimé les deux personnages, Eva est une jeune femme attachante, un peu trop idéaliste peut-être mais elle a en conscience tout en étant très réaliste sur sa situation et ses atteintes. On ne peut que l’aimer et espérer que tout aille pour le mieux pour elle après tout ce qu’elle a vécu ces derniers temps. Elle est fragile mais a tout de même du courage et du caractère pour faire face à ce que la vie lui inflige. La perte de sa grand-mère est une souffrance perpétuelle pour elle, d’autant plus en cette période de Noël et le fait d’être seule lui pèse.

Quant à Lucas, c’est un cynique, qui ne voit que le mauvais côté chez les gens. Il se pose beaucoup de questions sur ce que les gens cachent et veulent dissimuler. C’est en cela qu’il est un grand auteur de thriller car il arrive à voir le plus noir chez les gens. C’est triste d’avoir une vision si noire des gens et de la vie en général, on ne peut pas vivre ainsi. Mais il faut dire qu’il a des circonstances atténuantes et ce n’est qu’au fur et à mesure que l’on peut comprendre pourquoi il agit ainsi. Malgré tout, on s’attache à cet homme qui mérite lui aussi d’avoir une seconde chance.

J’ai beaucoup aimé la relation qui se tissait entre Eva et Lucas au fur et à mesure. Une vraie amitié, un peu atypique va naître jusqu’à déboucher sur autre chose. L’amour va mettre du temps à venir. Mais c’est ce qui fait tout l’intérêt de cette histoire, c’est de voir comment cela va évoluer, comment ils vont se rendre compte qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Cela prend du temps, c’est compliqué mais j’ai beaucoup aimé la manière dont l’auteur a géré cette romance.

En bref, Noël sur la 5e avenue est un tome qui clôt parfaitement cette première trilogie mettant en scène trois meilleures amies. J’ai adoré les suivre, elles qui se sont lancées dans une drôle d’aventure avec leur entreprise dans l’événementiel, et chacune d’elle a pu trouver l’amour de leur vie. Une comédie romantique comme je les aime, maîtrisé d’une main de maître, les intrigues sont toutes bonnes et bien menées, les romances parfaites et les personnages attachants au possible. J’ai vraiment hâte de commencer la nouvelle trilogie From New York with Love qui fait suite car on retrouvera les personnages secondaires de cette trilogie.