Rechercher dans ce blog

31/03/2012

La Vestale du Calix d'Anne Larue

Quatrième de couverture

Anna, une vestale consciencieuse mais émotive, est condamnée à mort pour avoir brisé un vase sacré - le fameux calix Esclarmonde. Son savant fou de maître la fait " décorporer " à son insu. L'expérience réussit et elle surgit indemne à une autre époque, où il perd sa trace. En l'an 4666, Anna, devenue " costumière tradi " chez Thomasine Couture, habite avec Ankh Delafontaine, belle blonde médiéviste, et elle monte à cheval à Etampes. Le bonheur. Elle en viendrait à se convaincre qu'elle n'a pas rejoint le monde au-delà de la mort, quand tout se complique à nouveau. Anna et Ankh sont arrêtées pour ne pas avoir assisté à un match de trimslop, puis une cavalière est assassinée. L'enquête conclut à la mort d'Anna. Entre alors en scène Holinshed, un cheval extrêmement stylé qui effectue des missions en freelance pour les humains à travers le temps... Pour tous ceux qui aiment Paris, la fin du monde, les chevaux, le camping, Simone de Beauvoir... et un peu moins le football.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier l’auteur Anne Larue de m’avoir permis de lire son livre. Avant de le commencer, elle m’avait « mise en garde » afin que je sache un peu à quoi m’attendre en le lisant, en gros que c’était un livre décalé et étrange, et que ça ne peut pas plaire à tout le monde. Là, pour le coup, je lui donne raison, c’est un livre très particulier, mais malgré ça, j’ai quand même bien apprécié cette lecture, (même si d’un côté, je me demande comment je vais faire pour écrire cette chronique).

Encore une fois je ne vais pas faire de résumé de l’histoire parce que la quatrième de couverture est suffisamment détaillée pour nous montrer de quoi ça parle, sans pour autant spoiler l’histoire. Je vais davantage me pencher sur mon ressenti, mais là déjà, ça ne sera pas évident parce qu’avec un tel livre… Donc en dépit de ce que je vais dire, j’ai quand même aimé ce livre parce qu’il donne matière à réfléchir, tout en nous faisant passer un bon moment. C’est juste qu’en le commençant, si on ne sait pas à quoi s’en tenir, je pense qu’on peut être déçu ou totalement perdu.

J’ai bien aimé l’écriture, qui est fluide et agréable. Ça permet de nous plonger directement dans l’univers, dans ce monde hors norme. Je dois avouer qu’il est très particulier et que ça ne peut pas plaire à tout le monde (comme je l’ai déjà dit) mais moi, ça m’a plu. Je pense aussi que pour apprécier ce livre, il faut prendre un peu de recul et réfléchir aux tenants et aboutissants de ce texte qui finalement recèle de plein d’idées intéressantes. Ce livre est totalement décalé dans le sens où les valeurs ne sont pas nécessairement celles qu’on connait aujourd’hui, du coup ça permet de réfléchir plus amplement.

C’est de la SF assez particulière (déjà que je ne suis pas une grande fan du genre donc encore moins une spécialiste) et lire ce livre m’a emmené dans un drôle d’univers assez proche du nôtre, tout en y étant éloigné (je ne saurais même pas dire dans quel genre on peut le ranger, en dehors de la SF). C’est un Paris futuriste, alternatif d’une certaine manière et l’univers créé par l’auteur est vraiment particulier et on a l’impression de revenir à des temps archaïques, ou les vestales, un certain type de femmes ne représentent rien, qu’on tue à tour de bras sans que cela n’ait d’importance. Et dans l’autre monde où Anna surgit, les gens sont catégorisés, il y a des règles à suivre, notamment un match très étrange : le trimslop, qui va mal se terminer pour elle. Tout ces évènements semblent éloignés les uns des autres, on ne voit pas toujours les liens et ce n’est qu’à la fin qu’on comprend ce qu’il en est. Ce monde, très étrange, est par certains aspects moins durs que celui d’où vient Anna et elle semble s’y plaire en compagnie de sa colocataire Ankh.

Dans la structure même de l’histoire, on a l’impression qu’elle est déconstruite et qu’il ne semble pas y avoir de trame précise, parce qu’on ne voit pas toujours où l’auteur veut en venir. Il y a des évènements qui nous tombent dessus sans qu’on n’en comprenne le sens et pourtant… une fois les éléments mis en place et arrivé à la fin, on se rend vraiment compte de ce qu’elle a voulu nous dire et pourquoi avoir construit son histoire de cette manière. On ne se concentre pas toujours sur le personnage d’Anna et du coup on a une vision plus large des choses et ça nous permet de mieux comprendre ce qui lui est arrivé par exemple. Mais ça n’est pas pour ça qu’on sait tout d’avance, bien au contraire. L’auteur joue avec son lecteur et le perd pour garder le suspense jusqu’au bout.

Les personnages sont assez différents et se complètent bien. Anna est une jeune femme confrontée à son destin qui l’accepte. Elle est prête à affronter la mort et ne croit personne quand on lui dit qu’elle est bien vivante. Elle accepte tout ça, parce qu’elle n’est qu’une vestale et qu’elle a bien mérité son châtiment. Mais à mesure de l’histoire on voit une évolution chez elle, sa nouvelle vie lui fait comprendre qu’elle peut avoir une vraie place. Ankh est une jeune médiéviste, qui connait parfaitement cette époque (et quand on voit ce qu’il en est, ça fait sourire quand même de voir ce qu’ils appellent le Moyen Age). Elle va se retrouver confronter à des choses qui vont la faire évoluer et la changer aussi. J’ai bien aimé le personnage. La relation entre les deux filles est touchante et quelque peu ambiguë. Mais quoi qu’il arrive, elles sont tout l’une pour l’autre une vraie amitié s’est créée et elles vont tout faire pour se retrouver. Quant à Holinshed il est totalement excellent et saura nous surprendre lui aussi.

En bref, il est assez difficile de caractériser ce livre, il est assez hors norme et nous emmène dans un monde décalé et dans un futur qui semble plutôt archaïque dans la façon de penser (et là, on sent bien la dénonciation derrière, ou du moins la critique) et du coup ça aide à réfléchir… Les personnages sont attachants et intéressants donc on passe un bon moment avec eux, même si certains actes sont révoltants pour nous. Ça a été une bonne découverte et je ne regrette pas du tout de l’avoir lu, et je le conseille, mais il faut savoir à quoi s’attendre en le commençant, sinon on a encore plus l’impression de débarquer sur une autre planète.



SF, quelque soit la nationalité



28/03/2012

Drôles de mots-clés (4)


Drôle de mots-clés est un rendez-vous organisé par Les livres de Melisande et Pomme's Book suite à une discussion animée et hilare. Cette nouvelle rubrique permettra à tout un chacun de se rendre que parfois en tant que bloggeur en coulisse, on voit des choses sans queue ni tête et on a choisi de les partager avec vous. N'hésitez pas à en faire de même !

Les miens

27/03/2012

L'étreinte des ténèbres de Jeaniene Frost (Le Monde de la Chasseuse de la nuit 2)

Pour ceux qui l'ignore, ce livre est à lire entre le tome 4 et le tome 5 de Chasseuse de la nuit, juste après La première goutte de sang


Quatrième de couverture

Lorsque la belle Kira Graceling s’interpose pour sauver un homme, elle est loin de se douter qu’elle vient d’entrer dans le dangereux monde des ténèbres où une terrible guerre fait rage. Celui pour lequel elle a tout risqué n’est autre que le puissant
Maître vampire Mencheres, qui doit faire face à son plus vieil ennemi sans le soutien précieux de son don de clairvoyance. Pourtant, lorsque vient le moment de choisir entre ses responsabilités et la jeune humaine, ce dernier ne peut se résoudre à abandonner Kira. Cette faiblesse pourrait bien lui coûter la vie…

Mon avis

Je dois avouer que j’étais assez impatiente de lire ce tome parce qu’en sachant qu’il était centré sur Mencheres, je voulais voir ça. Sachant la teneur de ces spin off je savais également que ça serait davantage de la romance que de l’action pure et dure comme dans Chasseuse de la nuit (même si on n’est pas totalement dans la romance paranormale, c’est un juste milieu comme pour le premier volume) mais je dois avouer que c’était assez étrange ici de voir Mencheres tomber amoureux… On parle quand même de Mencheres, LE vampire de plus de 4 000 ans qui a connu les pyramides… Je voulais voir ça, et je n’ai pas été déçue, mais ça retire quand même pas mal d’illusions sur le personnage, très étrange. 

Pour ce qui est de l’histoire, Kira, alors qu’elle rentrait tranquillement chez elle après une journée de travail, entend du bruit dans une ruelle, et averti immédiatement la police pour signaler une agression. Mais ancien mentor lui avait toujours appris que dans son métier c’était qu’elle sauve au moins une vie… Alors, elle fait demi-tour et va voir ce qui se passe. Elle était loin de se douter dans quel pétrin elle allait mettre les pieds, surtout quand un vieil ennemi, au trousse du vampire qu’elle vient de sauver la vie, est prêt à tout pour s’en débarrasser. 

Comme je l’ai dit, l’histoire est davantage centrée sur la romance que sur l’action, même si dans la 2e moitié du livre tout s’emballe très vite et que là, elle arrive vraiment. Toute la première moitié est centrée sur leur rencontre, sur la naissance de leur amour (ce n’est pas un spoiler, vu que c’est de la « romance » fallait s’en douter) et bon, comme souvent dans ce genre de roman, ça va très vite, après on accepte ou pas. Comme Kira a découvert malencontreusement la nature de Mencheres, elle se retrouve dans sa demeure et va le côtoyer longtemps, permettant ainsi leur histoire de prendre une drôle de tournure pour le vieux vampire qu’est Mencheres. En dehors de ça, il y a l’histoire entre Mencheres et son vieil ennemi qui va lui cause de nombreux soucis et Kira va se retrouver entre deux feux malgré elle. J’ai trouvé ça dans l’ensemble plutôt bien mené, l’intrigue est intéressante et bien qu’elle soit lente au début, elle prend de l’ampleur dans la deuxième moitié et l’action ne cesse jamais. Après encore une fois, ça reste en dessous de Chasseuse de la nuit mais ça reste nécessaire dans la compréhension du tome 5 à venir puisque des évènements importants se déroulent sans compter l’entrée de ce nouveau personnage qu’est Kira. Cat et Bones font leur apparition, tout comme Vlad mais elle reste minime, en même temps Mencheres n’a pas besoin d’aide c’est connu, il préfère faire ça tout seul… Mais leur présence est quand même importante et en plus, ça permet de rester ancrer dans ce monde et de les retrouver eux aussi, notre petit couple préféré. 

Kira, détective privée de son état, est un personnage haut en couleur, elle n’a pas sa langue dans sa poche et même quand elle a peur, elle a un instinct de survie assez fort. Elle est également altruiste et protège quoi qu’il arrive ceux qu’elle aime, dans ces cas là, elle est capable de beaucoup de choses et elle se dévoile au fur et à mesure de l’histoire. Je me suis bien attachée à elle et je trouve qu’elle va bien avec Mencheres. Ils se complètent tous les deux. C’est un nouveau personnage qui aura à mon avis une grande importance dans la suite, après tout, elle se retrouve avec Mencheres qui lui est un vampire important (on le voit toujours dans ce tome, même s’il risque de nous surprendre). Mencheres dévoile un côté inattendu, c’est très étrange de voir ce grand vampire, dur et impotoyable qui se sert des éléments pour parvenir à ses fins, et de le voir ensuite devenir plus… malléable une fois tombé amoureux, ça casse un peu le mythe et pour le coup je sais pas si c’est une bonne chose. 

En bref, ça a été une bonne lecture, ça m’a fait plaisir de replonger dans cet univers et j’ai bien aimé, après ça reste en dessous de l’autre série phare et bon… à lire parce qu’il le faut et puis bon, Mencheres est quand même un vampire que j’aime bien, et qui est très mystérieux. Dans ce tome, on voit un autre aspect de sa personnalité donc c’était assez intéressant bien qu’étrange. Et quant à l’univers, bah je suis conquise depuis le début donc bon, pour ce que peut valoir mon avis, je suis une « vendue ».

La cité aux sept murailles de Jean Avril (Orianor 1)

Quatrième de couverture 

Rihel, la Cité aux sept murailles, agonise dans les flammes : quarante années de siège, pour une poignée de cendre... Depuis des millénaires, les humains sont en guerre contre les forces de So'Ghol, la Montagne Noire. Après la chute de Rihel, un seul Trône reste encore aux mains des humains : celui de la Citadelle de Céless, cœur du royaume de l'Endriel. Beaucoup disent que la situation est sans espoir, et pourtant plusieurs se tiennent encore debout, déterminés à poursuivre l'œuvre de résistance. Ensemble, ils continuent d'écrire une épopée traversant les âges. 
Les voici qui s'avancent : Kahel, chevalier de l'ordre des ivataris, mages ayant pour arme la lumière. Blanc, un enfant qui a désormais un empire contre lui. Jad, Iridia et Raygone, jeunes héros répondant à l'appel de l'Endriel, l'ultime rempart du monde libre, sur le point de tomber entre les griffes de l'envahisseur. Et Uriss, ancien roi amené en esclavage au cœur de la Montagne Noire pour y rencontrer un sort tragique : être enchaîné à son pire ennemi, par une chaîne lui faisant subir les souffrances qu'il inflige à l'autre... 

Mon avis 

Je tiens tout d'abord à remercier l'auteur Jean Avril, de m'avoir permis de lire son livre et ainsi découvrir le premier tome d’une série plus que prometteuse qui m'a bien plu, malgré un défaut qui je pense peut en déranger plus d’un… 

Je ne pense pas que ce soit très utile que je refasse un résumé de ce livre puisque la quatrième de couverture est suffisamment détaillée, (sans toutefois trop en dire), pour savoir de quoi ça parle, sans compter du fait que ce roman étant très court (117 pages), je peux facilement spoiler sans vraiment m’en rendre compte alors je vous laisse voir de vous-même. Je vais davantage me pencher sur mon ressenti sur cette lecture, et pour le coup, je dois dire qu’écrire cette chronique est assez difficile pour moi. J’ai bien aimé ce livre, j’ai vraiment été emballée par cette histoire mais que j’ai un point négatif à mettre en avant, qui je sais découragera peut être certaine personne et qui laissera penser que je n’ai pas aimé ce livre alors que ça n’est pas le cas. 

Après, ça peut venir de moi et du fait que j’aime les pavés détaillés et qui parfois peuvent trainer en longueur. Souvent, ça ne me dérange pas alors que d’autres en font toute une histoire, parce que c’est lent, etc. Je préfère de loin en avoir trop que pas assez parce qu’au moins, à mes yeux c’est plus crédible, plus logique et plus intéressant d’avoir des détails sur certains évènements, éléments du décor parce que dans la fantasy, je pense qu’on a besoin de ces éléments là pour bien comprendre où l’auteur nous emmène. Si on n’a aucune indication et bien on est vite perdu et là ça n’a pas d’intérêt si on n’arrive pas à comprendre l’univers et dans la fantasy c’est primordial (avec bien d’autres choses évidemment). Et là, l’auteur a bien joué parce que finalement en peu de pages, il a réussi à nous dépeindre tout un aspect de son univers, de nous montrer une situation vraiment désastreuse, des siècles de guerre, de siège. 

L’écriture de l’auteur est très agréable à lire et fluide. J’ai vraiment pris plaisir à lire ce livre et l’écriture y est beaucoup pour quelque chose. C’est simple, pas d’effet particulier et pourtant on sent qu’il y a quelque chose et ça donne aussi tout de suite le ton. On sait que c’est de la fantasy, rien que par ça et évidemment, l’histoire nous le démontre très rapidement. Le fait que ce soit écrit à la troisième personne nous permet de voir différents groupes de personnages en même temps (l’intérêt de cette narration) mais aussi de comprendre et voir ce qui leur arrive à chacun en tentant de comprendre leurs intentions. 

L’univers créé par l’auteur est vraiment intéressant et complexe et on n’en voit qu’une infime partie ici. On sent qu’il y a une Histoire lourde, c’est une ville en siège qui subit la guerre depuis des millénaires et pourtant l’espoir persisté et cela à travers un groupe de personnages que l’on rencontre petit à petit. On ignore un peu ce qu’ils font, ils voyagent pour la plupart mais ça reste assez flou et pourtant on cerne relativement rapidement le type de personnages auquel on a affaire. Et évidemment, on se doute que certains vont se rencontrer très rapidement mais chacun poursuit sa quête de son côté pour résister encore et toujours à l’envahisseur (ça fait très Astérix là non ? et pourtant c’est bien le cas dans cette histoire). 

Le seul bémol, et qui malheureusement peut faire toute la différence sur la lecture de ce livre, c’est qu’au niveau de l’intrigue c’est assez creux. Ce livre ressemble davantage à une introduction qu’à un roman pour moi. En effet, il ne fait que 117 pages, c’est donc très court, et moi, l’adepte des pavés, grincent forcément des dents, surtout quand il s’agit de fantasy. Malgré le nombre de pages restreints l’auteur dépeint un monde assez complexe et très intéressant, je me suis plongée dans l’histoire avec une certaine facilité et j’avais vraiment envie d’en savoir plus de découvrir tout ça. Malheureusement, après présentation de la situation, de certains groupes de personnages, on n’a pas grand-chose et je trouve ça dommage parce qu’il y a un vrai potentiel. On sent que l’auteur a une idée mais elle n’est pas suffisamment développée et du coup on a un sentiment d’inachevé, « d’introduction », je trouve que ça définit bien ce livre et à la fin on a droit à la 4e de couverture du prochain volume et vu ce qui est dit, je pense qu’il aurait été plus judicieux de le rattacher à ce livre et en faire un tome beaucoup plus conséquent et avec une intrigue un peu moins obscure (après j’ignore son contenu donc je ne peux pas vraiment juger) mais je pense que ça permettrait de voir davantage où l’auteur veut en venir, que là, on nous présente qu’un petit groupe de gens, on nous dévoile une partie de l’histoire, mais on n’a pas encore d’intrigue à proprement parler. 

Malgré ce « défaut » qui peut en gêner plus d’un – franchement dans un autre texte (quelque soit le genre, mais surtout en fantasy), je pense que ça aurait pu être le cas – mais là, je ne sais pas, j’ai quand même envie d’en savoir plus parce que je sens le potentiel de cette histoire. Je suis sûre qu’une superbe intrigue peut se développer à travers les tomes et nous donner ainsi une histoire de fantasy vraiment géniale. Pour le moment, ça n’est pas tellement le cas vu qu’on n’en entrevoit qu’une infime partie et qu’il est assez difficile de se faire une vraie opinion dessus, ce qui dans un sens est dommage parce que finalement, ça risque de ne pas intéresser certaines personnes alors que je pense qu’elle le mérite. Après lecture de ce premier tome, on n’a pas grand-chose à se mettre sous la dent et de l’autre, ça m’a donné envie de lire la suite. J’ai lu ce livre d’une traite sans m’arrêter parce que ça a éveillé ma curiosité et une fois arrivée à la fin, j’étais assez frustrée parce que je voulais savoir ce qui allait se passer, ce qui allait arriver à nos personnages, parce qu’évidemment, ça coupe toujours quand il ne faut pas. 

Les personnages sont éclectiques et intéressants, on n’en sait pas beaucoup sur certains alors que d’autres ont un caractère plus définis déjà. J’avoue que j’attends de voir la suite pour me faire une meilleure idée mais je dois dire que je me suis attachée à certains et j’ai envie de les connaitre davantage et de voir leur histoire. 

En bref, malgré le manque d’intrigue à proprement parler comme dans les livres de fantasy habituel, j’ai tout de même bien aimé cette histoire parce qu’elle nous présente quelque chose de très intéressant et complexe. L’univers dépeint ici est très intriguant et j’ai vraiment envie de savoir la suite et de découvrir où l’auteur va nous emmener parce que je pense que ça cache quelque chose de très bons et très biens, donc je ne me priverai pas de la suite.

Top Ten Tuesday (3)

toptentuesday.jpg

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog de Iani.

Voici donc le thème de cette semaine : Les 10 livres que vous avez abandonnés ou que vous avez eu du mal à terminer


- La vampire de Paul Féval : abandon depuis longtemps mais je pense que je le lirai plus tard, mais pas de suite

- La tapisserie Fionavar de Guy Gavriel Kay : j'ai eu du mal à lire la trilogie, ça ne me plaisait pas des masses et du coup ça a été très dur

- Fusion de Maggie Stiefvater : pas eu du mal à terminer en soi mais je n'ai tellement pas aimé que même le peu de temps passé dessus était un peu un calvaire

- Saba Ange de la mort de Moira Young : idem que pour Fusion, sauf que c'était trois fois pire pour mes yeux et ma tête

- Le déchronologue de Stéphane Beauverger : ça partait bien et après c'est parti d'une telle manière que j'ai eu beaucoup de mal à me plonger dedans et à le lire donc bon...

- Mme Bovary de Gustave Flaubert : abandon, parce que ça me soulait et comme je n'étais pas obligée de le lire, je me suis permise de le faire

- Jour de colère de Sylvie Germain : affreuse torture pour mon cerveau, plus jamais !

- Les amours de Ronsard : oh mon dieu... c'est d'un chiant ! pff...

- Le père Goriot de Honoré de Balzac : no comment... j'ai mis 3 mois à le lire et je me suis forcée à aller jusqu'au bout

- La peau de Chargrin de Honoré de Balzac : et dire que j'avais le souvenir de l'avoir apprécié, mais en fait, c'est super chiant !


Pas mal de classiques dans le lot quand même et très peu d'abandon... je dois être maso parfois...

26/03/2012

[TERMINE] Concours en partenariat avec la Librairie L'Antre Monde

En association avec la librairie L'Antre Monde, je vous propose de gagner Osez 20 Histoires de vampires et de sexe, chez La Musardine.

Le concours se déroulera du 13 février au 9 mars

Il n'y a qu'à suivre ce qui est écrit juste en dessous et le tour est joué !

et dans votre mail, n'oubliez pas de préciser sur quel site / forum, vous avez vu cette annonce. Merci  et bonne chance à tous !

RESULTATS : (je mets tous les gagnants comme ça si yen a qui passe par là...)

- Les livres de Melisande: Rose Rousseau / Accrocdeslivres: Alexia Burette (ouais j'ai la chance d'avoir 2 gagnants ^^)
- ABFA: Déborah Daveau
- Le jardin de Natoria: Nastasia Bossa
- Non précisé: Isabelle Van Ruymbeke
- Non précisé: Céline Bourdet


25/03/2012

Potion Macabre de Cassandra O'Donnell (Rebecca Kean 3)

Quatrième de couverture

Avoir une fille en pleine crise d’ado quand on a 27 ans, ce n’est déjà pas de la tarte mais quand votre adorable progéniture est une jeune vampire en pleine poussée hormonale, ça devient carrément insurmontable. Comme si je n’avais déjà pas assez à faire avec une bande de potioneuses complètement disjonctées qui sème la pagaille dans toute la région et la nouvelle guerre qui se profile lentement mais sûrement à l’horizon...

Mon avis

Reçu en avant première lors du salon du livre et dédicacé par l’auteur, j’avoue avoir craqué sur ce livre sachant qu’il serait lu très rapidement et qu’il me faisait beaucoup plus envie (d’autant que je l’ai commencé un soir tard, dans la nuit) et qu’il me fallait quelque chose de tranquille et rapide à lire. Et pour le coup, ça a été le cas puisqu’il ne m’a même pas fait la journée et que j’ai pris pas mal de plaisir à le lire.

Au début de ce livre, Rebecca se retrouve confrontée à sa fille qui a fait une énorme bêtise, si bien que 3 mois après elle se retrouve à l’école des potioneuses, parce que son côté vampire ressortait beaucoup trop alors qu’elle était dans une école remplie d’humains. Seulement voilà, des phénomènes étranges se passent dans cette école, des disparitions et attaquent se profilent alors l’Assayim doit s’occuper de cette affaire dans la plus grande discrétion parce que les potioneuses ne veulent pas que ça se sache, pouvant créer un scandale et la terreur dans les familles. Evidemment, tout ne va pas se passer comme prévu puisque des évènements inattendus attendent Rebecca, pouvant probablement l’amener vers une guerre certaine…

J’ai trouvé l’intrigue de ce tome vraiment intéressant et plutôt bien mené dans l’ensemble. Il est des choses un peu faciles, pour se débarrasser d’un certain individu notamment, mais bon, dans l’ensemble ça reste correct, logique et crédible. L’enquête en soi se complique de plus en plus et on est vraiment centré sur cette affaire, même si sa relation avec sa fille est toujours présente, elle reste un peu en retrait, tout comme son histoire d’amour avec Raphael. Tout cela existe évidemment, mais c’est moins mis en avant que dans le tome 2 par exemple (l’intrigue l’explique parfaitement) et du coup j’ai trouvé ça vraiment intéressant parce que la plupart du temps on était dans l’action pure et dure et c’est ce qui me plait dans ce genre. Après j’avoue que l’autre chose qui m’a bien plu ici, c’est qu’on est plongé dans le milieu des potioneuses (sorte de sorcières quoi) et ces créatures là m’intéressent beaucoup, j’adore, alors c’était vraiment pas mal de voir toute cette magie, et de les voir davantage que les autres créatures bien qu’elles soient quand même présentes par petite touche. L’auteur n’abandonne pas aussi facilement que ça les autres membres du Directum qui risquent de nous apprendre pas mal de choses… Je vous laisse découvrir quoi. Il y a pas mal de rebondissements, de révélations pour rythmer ce livre. Certaines peuvent sembler plus évidentes que d’autres (je ne ferai aucune précision là-dessus, je n’ai pas envie de spoiler), mais bon, ça n’est pas trop dérangeant. Ce n’est pas un excellent tome (pas un coup de cœur) mais bon, j’ai tout de même pris beaucoup de plaisir à le lire, c’était divertissant et dans la même lignée que les précédents en soi. Ça me convient bien, c’était ce que je voulais et ce à quoi je m’attendais donc…

On peut dire dans ce tome que l’auteur ne ménage pas son personnage. Rebecca ne dort pas depuis quelques temps à cause d’une certaine personne, sans compter cette affaire qui prend une telle ampleur que le compte à rebours est lancé. Il faut pourtant toute son attention pour retrouver rapidement le coupable sans quoi la vie de beaucoup de gens pourrait être en danger. La tension est palpable, elle est sur les nerfs, ce qui n’arrange pas les choses pour ceux qu’elle côtoie (perso, je pense qu’il vaut mieux l’éviter quand elle ne dort pas, elle devient vite dangereuse). J’aime bien Rebecca, femme forte qui a eu la vie dure et pourtant elle est consciente de son point faible ce qui la rend plus humaine (d’une certaine manière) et on en apprend plus sur ce personnage donc c’est intéressant de voir l’évolution et tout ce qui lui arrive. J’aime beaucoup sa fille aussi qui change considérablement, et ça, ça ne plait pas toujours à Rebecca (mais je pense que pour tous les parents il est difficile de lâcher ses enfants à un moment ou à un autre).

J’aime beaucoup l’univers créé par l’auteur, ainsi que ses personnages. C’est assez éclectique, bien que déjà vu dans d’autres livres du genre, mais ça ne me dérange pas, parce qu’il y a la touche perso de l’auteur qui fait qu’on s’y attache et qu’on apprécie quand même. Ce 3e tome est dans la lignée des deux autres, la tension monte, les choses se corsent à mesure des révélations et la fin… quelle fin c’est nul quand on n’a pas la suite ! Ça n’est pas un gros cliffhanger mais ça nous coupe un peu l’herbe sous le pied et c’est assez frustrant ! (Mais bon, c’est fait exprès, au moins ça donne envie de découvrir la suite). Conquise depuis le début par la série, bah ça continue de l’être donc pas trop de « surprise » à ce niveau là, je continuerai de lire la suite pour savoir où ça va nous mener (et l’intérêt, c’est qu’il n’y a que 7 tomes, ce qui est un bon chiffre je trouve, une bonne série sans qu’elle ne soit infinie). Un bon livre en soi, maintenant, plus qu’à attendre la suite vers la rentrée (octobre ?).

In My Mailbox (22)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine



Les furies de Calderon de Jim Butcher (Fantasyae ne crie pas, je t'entends d'ici !!)

Le sort du royaume repose sur les épaules d'un garçon qui n'a aucun pouvoir Depuis mille ans, les habitants d'Aléra repoussent les peuplades sanguinaires grâce aux furies, les forces élémentaires de la terre, de l'air, du feu, de l'eau, du bois et du métal. Mais dans la vallée de Calderon, Tavi ne maîtrise encore aucun élément. Pourtant, lorsque les féroces Marats font leur retour dans la vallée, le courage et l'ingéniosité du jeune Tavi vont se révéler une force bien plus cruciale que n'importe quelle furie. Une force qui pourrait lui permettre d'altérer le cours de la guerre





A la droite du diable de Lilith SaintCrow

Vous me reconnaissez ? Danny Valentine, pour vous servir, nécromante et mercenaire. Je dors peu et je ne suis pas un caractère facile. Il faut dire que je viens tout juste de tirer un trait sur sept ans de ma vie – et sur mon partenaire – pour traquer quatre démons renégats qui se sont échappés de l’Enfer. Je finirai bien par les trouver. A moins qu’ils ne me trouvent d’abord. Mais personne n’a dit qu’il était facile d’être la main droite du Diable, hein ?



Orianor : La cité aux sept murailles de Jean Avril

Rihel, la Cité aux sept murailles, agonise dans les flammes : quarante années de siège, pour une poignée de cendre... Depuis des millénaires, les humains sont en guerre contre les forces de So'Ghol, la Montagne Noire. Après la chute de Rihel, un seul Trône reste encore aux mains des humains : celui de la Citadelle de Céless, cœur du royaume de l'Endriel. Beaucoup disent que la situation est sans espoir, et pourtant plusieurs se tiennent encore debout, déterminés à poursuivre l'œuvre de résistance. Ensemble, ils continuent d'écrire une épopée traversant les âges. Les voici qui s'avancent : Kahel, chevalier de l'ordre des ivataris, mages ayant pour arme la lumière. Blanc, un enfant qui a désormais un empire contre lui. Jad, Iridia et Raygone, jeunes héros répondant à l'appel de l'Endriel, l'ultime rempart du monde libre, sur le point de tomber entre les griffes de l'envahisseur. Et Uriss, ancien roi amené en esclavage au cœur de la Montagne Noire pour y rencontrer un sort tragique : être enchaîné à son pire ennemi, par une chaîne lui faisant subir les souffrances qu'il inflige à l'autre...



Et vous ?

24/03/2012

[TERMINE] Concours anniversaire : 3 ans d'Accrocdeslivres




EDIT : les gagnants sont annoncés sur les lots. Félicitations !!


Eh oui, aujourd'hui, on est le 23 février, c'est l'anniversaire d'ACCROCDESLIVRES ! Il fête donc ses 3 ans ! (eh oui c'est un grand maintenant !). 


Accrocdeslivres c'est :
  • 3 ans de critiques alors c'est du lourd : 425 (pour le moment, il y en a une qui arrive dans quelques jours et que je n'ai pas fini le transfert d'anciennes critiques sur l'autre plateforme)
  • 497 articles (et ouais, ça en fait !)
  • 862 commentaires (sur blogspot) et 23 754 (sur skyrock et ouais, c'était beaucoup plus productif avant)
  • 48 940 visites (sur blogspot) 41 899 visites (sur skyrock) (donc à chaque fois, faut additionner vu que c'est techniquement le même blog, juste changement de plateforme)
  • plein de design parce que je me lasse très vite et que j'ai besoin de changement, alors espérons que les prochains à venir soient aussi beaux :D
  • plein de compte rendu de salons, rencontres
  • plein de marque-pages (vous n'avez pas encore tout vu)
  • plein de dédicaces (68 livres dédicacés, et non pas dédicaces vu que certains livres en ont deux)
  • plus de 200 livres dans sa PAL (non, on ne dira pas combien exactement)
  • 886 livres dans sa biblio (si je suis bien à jour, 1 000 d'ici la fin de l'année ?)
  • plein de superbes rencontres et des amitiés de longues dates (je pense à My-Freesia, Un bout d'ailleurs et Love-of-book, bien qu'il y en ait une dans le lot que je n'ai jamais rencontré en vrai, mais ça va bientôt se faire !)
  • quelques concours pour faire plaisirs aux gens...
POURVU QUE ÇA DURE !


Et afin de le fêter avec tout le monde, j'ai décidé d'organiser un petit (ou grand, ça dépendra de vous) CONCOURS ANNIVERSAIRE.

Donc avant tout je souhaite un BON ANNIVERSAIRE ACCROCDESLIVRES, que cela dure encore longtemps et que je puisse lire et vous faire découvrir de merveilleux romans. J'espère que d'autres personnes viendront à me suivre, que les échanges continuent et deviennent plus importants (promis, je vais tout faire cette année pour m'améliorer mais j'ai eu une longue période compliquée et remplie qui ne m'ont pas permis d'aller lire vos chroniques et discuter plus amplement - vive Facebook
pour ne pas être totalement à la ramasse et encore...).



Ensuite, la partie la plus intéressante pour vous : les lots !


1er gagnant : Caroline F. (13)


Les deux premiers tomes de la série : L'épée de vérité de Terry Goodkind, édité chez Bragelonne +  3 marque-pages (au choix parmi la sélection, ci-dessous)



Quatrième de couverture :


Jusqu’à ce que Richard Cypher sauve cette belle inconnue des griffes de ses poursuivants, il vivait paisiblement dans la forêt. Elle ne consent à lui dire que son nom : Kahlan. Mais lui sait déjà, au premier regard, qu’il ne pourra plus la quitter. Car désormais, le danger rôde en Hartland. Des créatures monstrueuses suivent les pas de l’étrangère. Seul Zedd, son ami le vieil ermite, peut lui venir en aide… en bouleversant son destin. Richard devra porter l’Épée de Vérité et s’opposer aux forces de Darken Rahl, le mage dictateur. Ainsi commence une extraordinaire quête à travers les ténèbres. Au nom de l’amour. A n’importe quel prix.



2e gagnant : Sylvie B. (Belgique)


6 marque-pages (au choix parmi la sélection)




3e gagnant : Pauline B. (21)


3 marque-pages (au choix parmi la sélection)




Bonne Chance à tous !


Questions :


Quelle est ma série coup de coeur que je surnomme, ma BIBLE ?  INDICE (au choix)
Comment s'appelle la série qui met en scène des vampire DJ ? INDICE
Quel est le titre et l'auteur du PREMIER manga que j'ai lu et chroniqué ? INDICE


Règlement du concours :

* " Concours 3 ans " en objet du mail à melisande18@gmail.com
* Un petit mot sympa est toujours apprécié, je ne suis pas un robot
* Les réponses aux questions
* Vos coordonnées complètes (nom, prénom, adresse, pays lorsqu'il ne s'agit pas de la France)
* 1 participation par foyer (même nom, même adresse)
* Le concours durera du 23 février au 23 mars résultat le lendemain parmi les bonnes réponses
* Je décline toute responsabilité en cas de perte des lots (avec la poste on sait jamais, mais normalement il ne devrait pas y avoir de problème, tout ce que j'ai envoyé arrive à destination)

23/03/2012

Le maître du chaos / Lord of Misrule de Rachel Caine (Vampire City / Morganville Vampires 5)

Quatrième de couverture 

(traduction par mes soins, on copie, on crédite)

Morganville. Texas. La ville la plus normale du Sud.
Dans l’université de Morganville, les vampires et des gens coexistent dans une harmonie (relativement) exsangue. Vient alors Bishop, un maître vampire qui menace de supprimer tout l'ordre, ranimer les forces du Mal et laisser pour règle le chaos. Mais Bishop n'est pas la seule menace. Des nuages noirs violents promettent une tempête de dimensions dévastatrices. Comme l'étudiante Claire Danvers et ses amis préparent à défendre Morganville contre les éléments – tant naturel qu'artificiel – l’inattendu arrive : les vampires de Morganville commencent à disparaître un à un. Découvrir pourquoi mène Claire à un dernier choix : prêtez allégeance à Bishop... ou mourir.

Mon avis

Lecture quelque peu chaotique, voilà la première chose à dire, en dehors du fait que je l’ai lu en anglais, c’est une lecture chaotique parce que je l’avais commencé il y a longtemps (genre en septembre 2011) mais les circonstances ont fait que j’ai dû lire beaucoup d’autres livres avant et vu que je suis lente en anglais (beaucoup plus qu’en français, après tout ce n’est pas ma langue maternelle et je ne suis pas bilingue, loin de là) et bien j’ai dû l’abandonner. Mais après relecture du tome 4 en VF, il y a quelques temps, j’ai eu envie de me replonger dans l’histoire alors du coup j’ai recommencé le livre (plusieurs mois ont passé et les 4 pauvres chapitres lus étaient un peu oublié, quoique, pas tant que ça, mais suffisamment pour que je préfère recommencer du début). Mais comme j’ai toujours plein de choses à lire, eh bien je l’ai fait quelque peu trainer, mais maintenant, il est fini ! Ça y est, je peux enfin dire que j’ai fini Lord of Misrule et cela avant la sortie française ! (C’était l’intérêt premier de la lecture en VO, ne pas attendre aussi longtemps pour avoir la suite en VF). Voilà, je tenais à dire ça, parce que c’est mon premier VO de l’année (et dans l’un de mes challenges, je dois en lire au moins 5, donc ça en fait déjà un en moins !) et puis il y a la fierté d’avoir lu et compris en anglais, ça fait toujours plaisir.

Bref, après ce petit prologue, ô combien inintéressant pour la plupart d’entre vous, je vais enfin parler de ce livre qui m’a vraiment conquis. Il était absolument génial, comme le reste des livres lus jusque là en fait. La seule chose que je déteste dans ces livres ce sont les fins. Je déteste la manière de finir de Rachel Caine parce que ça donne toujours TROP envie de lire la suite et quand on ne le peut pas (pour diverses raisons, la mienne étant le manque de temps) eh bien c’est des plus frustrants ! Mais bon, on va passer outre et vous montrer une fois de plus en quoi ce livre (cette série on peut le dire hein) est absolument à lire.

Il est assez difficile de parler du livre sans spoiler, mais je vais faire de mon mieux. Après les évènements du tome 4, la ville de Morganville est dans le chaos le plus total (avec un tel titre de livre, on ne peut que s’en douter) et une fois de plus Claire et ses amis vont devoir prendre leur courage à deux mains et affronter le chaos le plus total : Mr. Bishop qui est bien déterminé à mettre la ville sans dessus dessous tant qu’il n’aura pas eu ce qu’il est venu chercher. Une guerre s’annonce des plus dangereuses entre les humains et les vampires d’Amelie et ceux de Bishop, et quand les éléments s’y mettent, rien ne va plus à Morganville.

Les livres de Rachel Caine sont construits de telle manière qu’il se passe à la fois beaucoup et peu de choses en même temps. L’intrigue principale reste finalement simple, et on va en général droit au but, il n’y a pas toujours de grands mystères ou de gros rebondissements, mais il y a en même temps quelques difficultés qui retardent les évènements. Une fois à la fin, il ne s’est finalement pas passé grand-chose et pourtant… Pour d’autres livres, je pense que j’aurai un sentiment de trop peu, trop rapide, etc. mais Rachel Caine sait tout de même jouer avec son lecteur. Elle sait maintenir le suspense et une tension qui est vraiment palpable (et encore le mot est faible, à ce niveau là, ça n’est plus palpable, c’est bien réel). Tout au long de ma lecture je me suis demandée si Claire et ses amis allaient s’en sortir, la situation semble de plus en plus désespérée et pourtant on a la petite lueur d’espoir que tout s’arrange. Souvent c’est le cas, mais ça a un prix et Claire (faut avouer que c’est souvent elle qui doit porter tous les fardeaux bien qu’elle soit la plus jeune) acceptera-t-elle de le payer ? Là, est toute la question et c’est ce qui me passionne dans cette série c’est qu’on est sans cesse dans une attente, dans une tension extrême.

On voit les évènements s’enchainer, des problèmes surgir de toute part et pourtant Claire doit y faire face, sans compter les petits soucis du quotidien annexe qui ont tout de même leur importance pour elle. Une guerre est sur le point de se déclarer, des éléments étranges surgissent, comme la disparition de certains vampires etc. plein d’évènements qui permettent de faire un tome riche en action pour qu’on ne puisse pas s’ennuyer un seul instant. Dès qu’on pense qu’une chose va bien, un autre problème surgit et il faut tout recommencer à zéro si on peut dire ça comme ça. L’intrigue de ce tome est vraiment bien trouvée et s’inscrit dans le reste de la série, plus ça va, meilleurs sont les tomes pour notre plus grand plaisir. J’ai peur de trop en dire donc je m’arrêterai là, mais tout ce que je peux dire c’est que c’est un vrai régal et qu’il faut vraiment lire.

Sinon côté personnages, on en découvre des nouveaux, mais sinon dans l’ensemble on reste sur les mêmes et c’est un pure délice. Ils sont vraiment attachants, intéressants et très éclectiques dont c’est agréable de les voir interagir et évoluer. Certains restent assez mystérieux, on ne les connait pas vraiment, on ne sait pas trop quoi penser d’eux (genre Amelie) mais on s’attache quand même (comme Myrnin, je l’adore lui). Quant à Claire gagne en maturité à chaque tome et avec tout ce qui lui retombe dessus c’est à se demander comment elle fait pour garder la tête froide et ne pas devenir folle. Sans compter ses « soucis » (si on peut appeler ça comme ça) sentimentaux qui prennent une tournure… ah la la, je vous laisse découvrir parce que ça se savoure. J’ai en tête une conversation entre elle et Eve, mémorable. Ça permet de faire retomber la tension qui s’est accumulée et de mettre un peu de légèreté dans ce tome très sombre. Sa relation avec Shane est toute mignonne, un peu trop parfois mais c’est adorable, j’adore ce couple, comme celui d’Eve et Michael.

En bref, un tome absolument génial qu’il faut lire. L’histoire prend vraiment un tournant inattendu et intéressant. Je suis fan de cette série et il me tarde de lire la suite parce qu’avec une fin pareille, c’est dur de patienter parce que ça annonce encore de gros ennuis… Et devinez qui s’est mis dans un sacré pétrin encore ?



Freaky Fridays de Brigitte Aubert

Quatrième de couverture

Par un beau vendredi 13, Mamie Hélène, veuve depuis peu, apporte une tarte à ses voisins. Concert de détonations, corps sanguinolents, elle est témoin du massacre aussi expéditif que sophistiqué de toute une famille. Alors qu'elle tente de fuir, l'un des tueurs la surprend. C'est le début d'une traque effrénée. Pour sauver sa peau, et s'amuser un peu, Mamie Hélène n'a d'autre solution que de renouer avec son ténébreux passé... Se révèle alors une sexagénaire pas comme les autres, corrigeant les truands comme elle monte les blancs en neige : avec un solide coup de poignet et le goût du travail bien fait.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier l’agence Gilles Paris et les éditions La Branche de m’avoir permis de lire ce livre et découvrir ainsi une histoire assez sympathique, bien que j’ai trouvé l’intrigue un peu trop « facile ». Mais ça ne m’a pas empêché d’apprécier ce livre.

L’histoire se déroule sur très peu de temps, quasiment en une journée ou presque. En ce vendredi 13, jour maudit pour elle, car elle a perdu son mari à cette date, Mamie Hélène se rend chez ses voisins pour fêter l’anniversaire de la cadette de la famille. Alors qu’ils étaient en pleine préparation, des coups de feu se font entendre et presque tous les membres de la famille se font tuer sans aucune raison apparente. Mamie Hélène parvient à récupérer Gaëtanne, la petite dernière qui a un trouble mental, et la mettre en sécurité avant de s’enfuir. C’est alors que commence une course poursuite pour retrouver cette mamie qui de toute évidence n’a rien d’une mamie ordinaire. En effet, on apprend certaines choses sur son compte, un passé quelque peu douteux, qui nous prouve qu’elle a plus d’un tour dans son sac. Ainsi Mamie Hélène, va tout faire pour comprendre pourquoi on a assassiné ses voisins qui semblaient être parfaitement normaux et pourquoi désormais on est à sa recherche.

Pour commencer je parlerai de l’écriture de l’auteur qui est vraiment très agréable à lire, très fluide. Elle n’est pas « simple », on voit qu’il y a une certaine maturité dans l’écriture et que l’auteur maîtrise bien la langue. Ce sont des personnages adultes et ça se ressent dans l’écriture (après tout Mamie Hélène a dans les 60 ans, 62 précisément, donc elle ne va pas parler comme un adolescent et l’auteur ne va pas écrire comme si elle s’adressait à ce type de lectorat non plus). Le fait d’avoir des personnages de différentes nationalités, à permis à l’auteur d’intégrer parfois des mots en anglais et russes et pour le coup ça ajoute un autre intérêt. Ça donne la sensation d’être plus ancré dans l’histoire et de les entendre parler dans leur langue, d’imaginer les accents etc. (je trouve ça plus « parlant » d’intégrer des mots étrangers plutôt de dire simplement qu’il parle une autre langue, bien sûr, il ne faut pas oublier la traduction parce que personnellement, je ne comprends pas le russe donc difficile après (mais là, aucun souci, tout était traduit en note bas de pages).

Ensuite, pour parler de l’histoire à proprement parler, j’avoue qu’avec une telle quatrième de couverture, je m’attendais à un bon gros thriller, il y avait matière selon moi. Mais bon, ça n’a pas totalement été le cas vu que l’intrigue, comme je l’ai dit un peu plus haut, était un peu trop simple à mon goût. Tout est tracé assez facilement, le fil se déroule peut être un peu trop vite, trop aisément, il n’y a pas de vraies embuches selon moi. Je ne nie pas qu’il y a pas mal d’action, ça n’est pas mort non plus, mais je m’attendais à un thriller plus haletant, avec une bonne grosse enquête et finalement, ça n’a pas totalement été le cas. On suit l’enquête de Mamie Hélène, et celle des meurtriers pour retrouver ce témoin gênant, mais je trouve que les réponses et révélations arrivaient très rapidement, sans vraiment de problèmes. Mamie Hélène se retrouve au cœur d’un conflit qui ne la concerne pas et elle endosse le rôle d’enquêtrice, parce que son passé trouble qui se révèle petit à petit, nous permet de comprendre pourquoi elle se mêle de tout ça. Alors que la première chose qu’on pourrait penser d’une mamie c’est qu’elle se cache, qu’elle fuie ou aille voir la police (mais là, ça serait trop simple évidement, si ça avait été le cas, et il n’y aurait eu aucun intérêt à l’histoire). Après, vu l’épaisseur du livre, je devais m’attendre à quelque chose dans le genre. C’était une petite histoire, qui laisse un peu une fois ouverte si on peut dire, et pas un thriller tel que j’ai l’habitude de le lire. Je ne peux pas dire que j’ai été déçue parce que je ne m’attendais pas à quelque chose de très précis, mais peut être quelque chose d’un peu plus haletant et avec plus de problèmes. Mais bon, ça ne m’a pas empêché d’apprécier ce livre, c’était assez plaisant et rapide à lire (ce qui m’a ralenti c’était mon absence ce week-end, je n’ai presque pas lu, Salon du Livre oblige, mais sinon en une journée, voire deux, il était lu vu le nombre de pages).

J’ai bien aimé le personnage de Mamie Hélène, elle n’est pas ce qu’elle semble être. Au début, c’est une gentille petite mamie pleine d’attention, mais rapidement, son passé resurgit et sa vraie personnalité revient en force, lui permettant ainsi de survivre et d’enquêter sur le meurtre de ses voisins. Malgré son passé douteux, on s’attache quand même à cette grand-mère et on espère qu’elle réussisse dans son entreprise parce qu’elle ne mérite pas tout ça. Elle n’a rien fait et on se rend compte rapidement que tout n’est que politique règlement de compte avec la mafia (ou quelque chose du genre). Quant aux autres personnages, ce sont des tueurs pour la plupart donc difficile de s’attacher vraiment à eux, mais d’avoir « leur point de vue » permet de comprendre un peu plus rapidement les tenants et les aboutissants de cette mission, de ces meurtres. C’était intéressant d’avoir ces changements, d’avoir une vision plus large de la situation.

En bref, c’était une histoire intéressante et sympathique, après il ne faut pas s’attendre à un gros thriller haletant avec des problèmes à profusion (même s’il y en a) dans la manière dont c’est raconté, ça ne se ressent pas comme ça. Les personnages sont éclectiques et intéressants, l’intrigue était quand même bien, mais peut être pas assez exploités selon moi, après ça dépend de chacun, ça ne tient qu’à moi. j’ai tout de même passé un bon moment en lisant ce livre, donc c’est l’essentiel.

21/03/2012

Fièvre d'Ombres de Karen Marie Moning (Les Chroniques de MacKayla Lane 5)

Quatrième de couverture

"Rien n'est au-delà de mes capacités. Je suis tout.
Vous êtes un livre. Des pages avec une reliure. Vous n'êtes pas né. Vous ne vivez pas.
Je ne connais pas la peur.
Que voulez-vous de moi ?
Ouvre les yeux. Vois-moi. Vois-toi.
Mes yeux sont ouverts. Je suis le bien. Vous êtes le mal."
Conversation avec le Sinsar Dubh

Mon avis

Ah la la… c’est une grande perte en ce jour parce que ça y est, la série est terminée. J’ai longtemps tardé l’échéance d’écrire cette chronique (dans un premier temps par manque de temps, mais aussi et surtout parce que je ne voulais pas que ça se termine vraiment). Et pourtant la vérité est là. Les chroniques de MacKayla Lane sont belles et bien terminées, on a enfin le fin mot de l’histoire, et quelle fin !!! Nan mais sérieusement, je crois que je vais avoir du mal à m’en remettre. Il m’a fallu plusieurs jours pour que ça soit le cas parce que là… c’est une vraie claque. Autant les premiers tomes de la série n’était pas des meilleurs, j’ai été plongée dedans assez rapidement quand même je l’avoue, mais ça n’avait rien d’extraordinaire et pourtant… et pourtant… elle nous offre là un dernier tome époustouflant. Sérieusement, quand on commence la série, on est loin de se douter de ce qui va arriver dans ce dernier tome. Ça prend un tournant très inattendu. Franchement, il faut lire cette série parce qu’elle en vaut la peine, donne une vraie claque, innove dans le genre je trouve, c’est à lire !

Je ne vais pas faire de résumé de l’histoire comme d’habitude parce que ça serait spoiler et en plus, il y a tellement de choses dans ce livre qu’il est assez difficile de tout dire, ou ne pas trop en dire justement pour donner suffisamment envie… Donc pour une fois, je vais m’abstenir, mais je vais tout de même dire une chose : l’intrigue est absolument géniale. Il y a tout le temps de l’action, des révélations, des rebondissements et jusqu’au bout Karen Marie Moning aura tenu le suspense, jusqu’aux derniers chapitres, on ne sait rien sur le Sinsar Dubh, sur les traitres éventuels, sur tout… tout ce qui explique cette histoire, l’intérêt qu’on peut y porter.

Ce tome est riche en émotions, on ne sait plus où donner de la tête, j’étais avide de savoir la suite, de faire défiler ces pages à toute vitesse pour enfin savoir la vérité et même quand elle est là, on a du mal à y croire, parce que ça ne peut pas être possible. Je suis vraiment restée sur le c** comme on dit parce que là… Un claque, voilà. Je crois que ça résume assez bien ce que je me suis pris en lisant ce livre, sans compter le désarroi en sachant que l’histoire de Mac et Barrons est finie (sérieusement, vous ne pouvez pas rien ressentir en lisant ce livre).

Le seul bémol (bah oui, faut bien qu’il y ait un truc qui n’aille pas) c’est le début, je le trouvais un peu lent, même si nécessaire. Le livre est tellement épais que pour le coup le début, bien que très compréhensible, tragique, et génial, j’avais envie que ça bouge un peu plus ; le début m’a paru un peu long. L’autre chose aussi c’est la prise de parole de Dani. Je l’aime bien comme personnage, mais en narratrice, ça m’a un peu soulée, à jurer toutes les 5 minutes, c’est énervant. Mais bon, ce sont les seuls aspects négatifs parce qu’après c’est du pur bonheur et on comprend enfin tout ce qui se passe, s’est passé, et ce tome est absolument fantastique. L’intrigue est géniale et ce tome clôt parfaitement la série. L’univers est riche et complexe et la Faerie est vraiment un monde intéressant et souvent avec plein de problèmes, l’auteur ne les a pas ménagés pour le coup.

Quant aux personnages, c’est toujours un bonheur et je n’en parlerai que de deux, tout d’abord Barrons… Le mystérieux Barrons… eh bien on aura eu des surprises jusqu’au bout avec lui. L’auteur a créé là un véritable phénomène d’incompréhension et de mystères. C’est LE personnage phare de cette série et jusqu’au bout il nous est inaccessible, qui est vraiment Barrons ? Grand Mystère et ce n’est pas moi qui vais vous le dévoiler parce que ça serait spoiler sur pas mal de choses et ça retire le charme de la série. Ça serait dommage. Surtout que vu le tome 4… je vous laisse mariner et imaginer…

Quant à Mac, qui est tout de même l’héroïne, c’est assez stupéfiant parce qu’elle évolue, encore ici… On est loin de la jeune fille blonde et insouciante du premier tome, on y est même très loin et c’est ça qui me plait, cette évolution, ce changement. Même si ça peut être triste d’un côté, avec tout ce qui lui est arrivé, on se dit qu’elle n’en ressort que plus forte et qu’elle sera plus à même de vivre dans ce monde impitoyable depuis qu’elle sait que la Faerie existe.

En bref, ce livre est une pure merveille et encore, c’est trop faible pour le décrire tellement il est génial. J’ai tout simplement adoré et je suis tombée amoureuse de cette série. Il y a tous les éléments pour faire un bon livre d’urban fantasy. Un univers riche et intéressant, des personnages complexes et géniaux, une intrigue surprenante… En gros, il faut lire cette série, car bien que les premiers tomes soient un peu plus faibles, les autres sont exceptionnels et ne peuvent que vous toucher et vous plaire !

Opération 1 : Toxicité Maximale de Bertrand Puard (Les Effacés 1)

Quatrième de couverture

Ilsa, Mathilde, Emile et Zacharie.

Leurs parents respectifs ont été assassinés parce qu'ils en savaient trop. Eux ont échappé à la mort et n'ont plus d'existence légale. Ils ont un ange gardien : Nicolas Mandragore, ancien directeur de l'Institut médico-légal de Paris. Un personnage mystérieux dont on ne sait rien. Ils sont quatre, ils vont faire en sorte de lutter contre une société où seule la loi du plus puissant compte. Leur mission : rétablir la vérité sur des affaires trop vite classées par les autorités. Pour que les coupables soient châtiés. Et pour qu'il n'y ait plus jamais d'autres personnes supprimées au nom d'intérêts très controversés.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Hachette de m’avoir permis de lire ce livre en avant première, je ne m’attendais pas du tout à le recevoir. Je ne connaissais pas l’auteur, ni cette nouvelle série, donc là, ça a été la grande surprise et pour le coup, elle a été très bonne parce que j’ai vraiment aimé ce premier tome, et il me tarde de découvrir la suite.

La quatrième de couverture dévoile un peu le principe de cette série, mais pas l’histoire en elle-même, donc ce que je rajouterai c’est qu’on découvre au tout début un laboratoire où des spécialistes préparent quelque chose sans qu’on ne sache vraiment quoi, jusqu’à ce qu’un problème surgisse… au fil de l’histoire on découvre les tenants et les aboutissants de cette recherche. De l’autre, on découvre un jeune adolescent, Neil qui vient de perdre quelques jours avant sa mère et qui vit désormais chez son oncle et sa tante. Mais cela pour très peu de temps puisque Neil va être « agressé »… puis effacé, avant d’intégrer un drôle de groupe composé par 4 adolescents : 2 filles, 2 garçons, et d’un homme étrange : Nicolas Mandragore pour les superviser. Comme Neil va le découvrir ce groupe a pour but de régler des affaires qui pourraient être vite classées par les autorités et le but est de faire découvrir la vérité au monde. Alors quand les Effacés découvrent qu’un laboratoire pourrait faire des manigances avec un certain virus et que Neil soit plus ou moins lié à cette affaire, plus de place au doute, une nouvelle mission est lancée…

Pour parler de la forme avant du fond, je dois dire que l’écriture de l’auteur est vraiment agréable à lire, fluide. Elle n’est pas simple, mais un minimum recherchée, bien que ce soit un livre de jeunesse, il a quand même une certaine maturité et tout n’est pas « beau » et « bien » donc ça change et c’est vraiment agréable (pour avoir lu Witch & Wizard peu de temps avant, l’écriture fait beaucoup plus mature alors que les personnages ont le même âge).

Je préfère de loin la narration à la 1ere personne, ça permet de se focaliser sur un personnage et de tout savoir de lui (en général) mais j’apprécie également quand c’est écrit à la 3e personne, comme dans ce texte et pour le coup, je trouve ça plus intéressant ici, parce que ça permet d’avoir une vision plus large de la situation et de mieux se rendre compte de ce qui se passe et surtout pourquoi « les méchants » (à défaut d’un autre terme) agissent de telle manière. En tant que lecteur on sait plus de choses que les Effacés, et pourtant, l’auteur arrive à maintenir son suspense en nous dévoilant que ce qu’il veut. J’avoue que jusqu’à la fin (ou presque) je n’avais pas tout « compris », je me suis fait avoir par certaines révélations. Parfois ce qui est le plus évident devient finalement le plus complexe parce qu’on n’y pense pas et pourtant, tout est sous nos yeux, il suffit de bien voir et réfléchir.

Au niveau de l’intrigue (du fond) par certains aspects ce livre me fait penser à un film de James Bond, mais en version adolescent (et en livre évidemment). C’est le même type d’histoire avec espionnage, enquête pour déjouer le plan « des méchants », et une identité brouillée (ici plutôt effacé vu qu’ils sont sensés être morts et enterrés, d’où le nom du groupe). Et franchement, je dois avouer que c’était pas mal du tout. L’intrigue est plutôt bien menée et intéressante. Il y a pas mal de rebondissements, de suspense, de danger et de problèmes à résoudre en un rien de temps. Franchement, c’est un bon livre d’espionnage, d’aventure qui nous fait beaucoup voyager un peu partout dans le monde, en France… L’univers créé par l’auteur est très intéressant et en un rien de temps, j’étais plongée dedans et je suivais cette enquête avec plaisir. Les chapitres sont courts (pour mon plus grand plaisir !) si bien que les pages défilent avec une vitesse hallucinante et en peu de temps, le livre est terminé. Et en parlant de fin… celle là, est des plus frustrantes, nous laisser sur ça… Non, ce n’est vraiment pas juste (bon après si on réfléchit 5 minutes, on se doute de certaines choses, mais quand même !). J’aime pas ce genre de fin, surtout quand je n’ai pas la suite directement, c’est énervant (mais en même temps, ça donne de l’intérêt au livre et à la suite, donc bon, je prends mon mal en patience et j’attendrais).

Les personnages sont attachants et pour certains très intrigants. Les 4 adolescents ont chacun un passé trouble, que l’on découvre rapidement dans une fiche descriptive, ainsi qu’au fur et à mesure de l’histoire, cela de leur propre bouche quand ils en parlent à Neil, le nouvel Effacé du groupe. Ils sont tous différents et pourtant une même chose les relie et une certaine amitié se dévoile entre chacun de ses adolescents dont la vie a basculé du jour au lendemain. Ils accomplissent des missions de haute importance, avec un danger certain. On découvre ici Neil, futur Effacé, qui doit se faire à sa nouvelle vie et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il apprend vite !

Mais au niveau personnage, le grand mystère du livre reste Nicolas Mandragore, on apprend des choses sur lui, on voit le personnage dans son ensemble, mais finalement on ne sait rien. Il y a beaucoup de non-dits, de choses cachées et Neil tente de découvrir cela (pur échec, cela va de soit), il peut ressembler à certains aspects à Charlie, dans Charlie et ses drôles de dames, celui qu’on ne voit jamais, qui reste inaccessible. Ici ça n’est pas tout à fait juste puisqu’on le « voit », mais il est tout aussi « invisible » par certains aspects et c’est ça qui est intéressant parce qu’on se demande comment cet ancien médecin de l’institut médico-légal en est arrivé à créer un groupe nommé Les Effacés pour « sauver le monde » grâce à l’aide d’adolescents qui pouvaient devenir trop gênants dans des affaires louches, mettant en scène des membres du gouvernement ou autre institution de même envergure.

En bref, ce premier tome a été une très bonne découverte, je ne regrette pas du tout de l’avoir lu. Ce type de livre (espionnage, enquête) m’intéresse beaucoup en général et là, c’était tout à fait mon genre. J’ai pris vraiment de plaisir à le lire, l’univers est bien construit est intéressant. C’est assez mature, aussi bien dans l’écriture que dans l’histoire même, les personnages sont excellents, différents et attachants à leur manière. Plein d’éléments pour que j’adhère totalement à ce livre, donc je sais d'ores et déjà que je continuerai cette série. Une très bonne découverte qui sort le 4 avril 2012.

20/03/2012

Compte rendu du Salon du Livre 2012 (ou le Retour de la valise)


Vendredi 16 mars

C’est le premier jour du Salon du Livre, alors je pars de chez moi, en matinée, fait un petit tour aux Editions L’Archipel pour dire bonjour etc. Et après avoir mangé, je pars direction le Salon du Livre. Evidemment, sachant qu’il y avait des dédicaces ce jour-là, j’avais emmené un sac et quelques livres. Une fois arrivée devant le salon je constate les immenses queues pour rentrer… pour un vendredi à midi, je trouve ça pas mal, mais moi, comme j’ai mon e-ticket, je rentre directement dedans (l’avantage du vendredi c’est que la plupart des gens travaillent du coup, c’est un peu plus tranquille). Mais pour un vendredi, il y avait quand même pas mal de monde, j’ai été assez surprise de ça. Bref.

La première chose en arrivant, c’est direction le stand Milady. Pourquoi ? Parce que j’étais certaine de trouver les filles (ou du moins quelques unes) d’ABFA (on est souvent là-bas, c’est à se demander pourquoi), manque de pot, elles étaient à Bragelonne, qui pour une fois n’était pas proche de sa petite sœur. Donc je retraverse le salon pour les retrouver. Evidemment, c’est souvent les mêmes qu’on voit, c’est une 2e famille et le salon une 2e maison en cette période.

Arcantane me donne un petit sac avec quelques goodies (c’est la 2e année qu’on a droit à un petit cadeau, c’est super sympa). Mais en plus, Sailorphenix m’avait aussi apporté un petit sac, qui contenait des chouquettes, cookies et cup cake (sachant qu’elle a tout fait elle-même. Désolée, vous n’aurez pas de photos, tout a été mangé le soir même, mais c’était excellent).





Ensuite, on fait une petite photo de groupe (ça arrivera plus tard c’est Arcantane qui l’a faite) et on repart vers Milady où l’on va dire bonjour avant d’aller voir l’exposition Bit-Lit, où il y avait des vampires qui posaient. Du coup on en a bien profité et fait plein de photos (comme vous avez pu le voir plus amplement sur FB).



un vampire avec Duck !
Je reste un peu avec le groupe pour tourner dans le salon, puis je me suis posée avec quelques unes près du stand de Milady, avant de commencer à me diriger vers mes dédicaces vu que c’est déjà le début d’après-midi. Donc je vais vers J’ai lu pour la dédicace de Cassandra O’Donnell, la bonne blague étant que l’édition n’était pas au courant de cette dédicace et que l’auteur avait un peu oublié l’heure, mais nous (on était une petite 15aine, beaucoup de blogueurs connus) sommes déjà là, à attendre. Puis, elle finit par arriver et là, les dédicaces défilent. Franchement, elle est adorable, très ouverte et accessible, c’était franchement sympa. J’allais même avec d’autres prendre un café avec elle pour discuter, malheureusement elle a été appelé sur l’expo bit lit pour une interview, du coup on l’accompagne et discute rapidement en chemin.



je n'ai mis qu'une photo sur les deux parce que c'est écrit la même chose

Un peu plus tard je retourne à J’ai lu, parce que j’ai une autre dédicace, celle de Chris Debien. Là, il n’y avait qu’une personne, donc j’attends tranquillement et après je discute avec l’auteur (il est sur ma page FB et j’ai déjà lu sa BD LucyloO) alors c’était l’occasion de parler avec et d’avoir de nouvelles dédicaces. Après ça, je retourne voir les filles pour continuer un petit tour. Nyx Shadow arrive donc on discute pendant quelques temps avant de repartir.


 


La journée s’achève… enfin pas tout à fait.

Je prends le train pour rentrer chez moi. la première chose que je fais, c’est mangé, allumer le pc pour donner quelques nouvelles et surtout se poser parce que j’ai mal aux pieds, plus d’épaule (le sac contenant les dédicaces + les 2 nouveaux achats et sacs cadeaux de ABFA et Sailorphenix), j’en ai vraiment besoin. Après tout ça, faut que je prépare ma valise pour le week end, d’autant que je ne rentrais pas le samedi soir pour pouvoir aller au salon tranquillement. Donc, il fallait prévoir les livres à dédicacer pour deux jours, des vêtements etc. de quoi être chargée, mais je suis parée.

Samedi 17 mars

Après une nuit un peu courte, je me prépare, prends le train direction Salon du livre et là… une fois sur place… on se rend compte qu’on est samedi. Il y a la foule et pourtant ça ne fait que 15min que le salon est ouvert. Je retrouve Arcantane et Artemissia avec qui je vais faire la queue. On discute pour passer le temps et une fois à l’intérieur, direction la grande scène pour la conférence sur la bit lit. Je retrouve les filles d’ABFA, L’Exécutrice de Vampires & Sorcières avec qui on discute la plupart du temps, et écoutant brièvement la conférence. (une vidéo sera disponible plus tard sur Fantasy Gate, sinon Fantasy.fr donc je mettrai les liens).



En attendant, moi je surveille l’arrivée de Fleur qui presque à la fin de la conférence arrive pour me dire que son frère attend dans la file pour la dédicace d’Erik L’Homme, alors du coup je la suis et on continue la queue, tout en discutant. A savoir quand même que ça fait 3 ans que je lui parle, mais que c’était la première fois que je la voyais en vrai !!!! C’était l’Evènement du salon aussi !! Depuis le temps, il était temps de se voir et pour le coup, j’étais comme une gamine devant le père Noël, super contente de la voir.


Vu que son frère était plutôt bien passé, on arrive enfin devant Erik L’Homme pour faire dédicacer nos livres (il m’a reconnu ! On s’était vu à Montreuil et je le reverrai sûrement plus tard pour dédicacer le dernier tome de A comme Association).




Une fois cela fait, Fleur me tend un petit cadeau : The Iron Witch de Karen Mahoney ! AAAAAAAAAAAAHHHHHH (c’est rien, faut pas faire attention à ce qui est écrit précédemment). Une super surprise surtout que ça fait longtemps que je le voulais ce livre et elle me l’offre !! (En plus c’est de sa « faute » si je voulais le lire). Vraiment adorable. Après cette dédicace, on retourne vers Milady pour tenter de retrouver des gens de la blogosphère mais là… tout le monde était parti ou presque. Mais j’en vois quelques unes, Sara, Aurélie, Céline M.L., et beaucoup d’autres.

Merci Fleur !!

Après je retrouve Fleur, son frère et Noémie et on se pose pour manger un peu. Après on fait un petit tour, je finis par retrouver Nyx à côté de l’expo bit lit.



Un peu avant 14h, je vais au stand Fleurus pour la dédicace de Diglee ! Quand j’ai appris qu’elle serait là, je savais que j’allais faire pas mal de queue et surtout qu’il fallait absolument que j’y aille. Entre temps j’avais perdu Fleur mais Nyx était avec moi et j’ai même fini par l’abandonner à ma place un moment pour dire bonjour à d’autres amies blogueuses qui attendaient pour la dédicace de Simone Elkeles (j’ai donc pu voir enfin Sab, Aude, Judi, Marika… plein de monde, mais je ne reste pas trop longtemps parce que bon, j’avais quand même abandonné Nyx, ce n’était pas sa dédicace. Du coup elle finit par repartir et peu de temps après, Fleur arrive et on fait la queue ensemble. Pas mal quand même le timing, et qu’elle m’ait retrouvée (sachant qu’on n’a pas le téléphone de l’autre quand même). Mais heureusement, elle savait où j’allais être. Du coup, on attend ensemble tout en discutant. Et après 2h de queue, oui 2h ! (en sachant que pendant ce même laps de temps j’avais deux autres auteurs à voir, tant pis), je finis par voir Diglee ! Franchement elle est adorable, on a bien discuté c’était sympa, sans compter que j’ai une superbe dédicace, et une petite photo de nous (Merci à Marie, qui entre temps nous a rejoint).


belle dédicace hein ?

Fleur nous abandonne pour aller à sa dédicace de Simone Elkeles (sachant que son frère faisait la queue pour elle, pendant qu’elle était avec moi pour Diglee). Je fais un petit tour avec Marie, on retourne vers Milady parce qu’elle avait des gens à voir et à dire bonjour avant de m’abandonner parce qu’elle devait aller à sa dédicace de Benjamin Lacombe (qu’elle n’a pas pu avoir parce que le timing était trop short, elle avait des choses prévues le soir et du coup c’est tombé à l’eau ce jour là). Fleur me retrouve un peu plus tard et là, j’arrive à voir d’autres blogueurs à qui je parle pas mal (et en plus fallait vraiment que je vois Westley vu que je lui prenais son livre). Là encore je dis bonjour à des gens, mais je ne reste pas « longtemps avec eux) vu que ma batterie me lâche alors que le soir je devais aller au restaurant avec les blogueurs, panique totale. Je trouve une prise pas loin et discute avec Fantasyae et Sly, les autres devant repartir. Mais malheureusement, on a dû bouger et ma batterie reste quand même faible… Du coup j’ai été squatté chez Castelmore quelques instants, profitant du calme ambiant (il était plus de 19h quand même) pour prendre deux livres. Puis, je finis par repartir du salon pour aller au restaurant qui n’était pas trop loin (pratique surtout quand on a une valise pleine comme la mienne).

Au restaurant je retrouve quelques personnes et pour raconter brièvement, c’était une super soirée. J’ai pu discuter surtout avec Sailorphenix (Elodie) et Céline M.L. vu qu’elles étaient près de moi. Bon, l’attente a été assez longue, les serveurs n’avaient pas trop l’habitude d’avoir autant de monde à gérer je pense… Mais bon, on prend son mal en patience et vu que je dormais sur Paris, ça n’était pas gênant. C’était une super soirée, très mouvementé mais super sympa. Vers la fin du repas j’ai pu discuter avec Sab, Aude, Laëtitia, Sandra… (désolée si je ne cite pas tout le monde mais ça en fait beaucoup) avant de repartir parce que le lendemain je remettais ça, et que deux jours de salons, c’est dur… Donc je pars avec Taly, où une fois chez elle, on discute pas mal avant de se coucher.


Deuxième jour s’achève.

Dimanche 18 mars

Réveil un peu difficile mais on tient le choc et on se prépare pour retrouver Marie vers les 11h au salon. Je repars avec ma petite valise qui commence à faire son poids et c’est parti. Vu que le matin je n’avais pas grand-chose, on tourne toutes les deux, on regarde les stands (chose que je n’avais pas pu tellement faire vu que j’avais un programme chargé). On finit par retomber sur Westley, Nennia, des amis à eux, Christelle et Marvin avec qui on fait un tour ensemble et discute pas mal, avant de repartir. Je retrouve Fantasyae un moment, donc on discute rapidement. Marie va partir pour aller à la dédicace de Benjamin Lacombe, et moi je vais me chercher à manger et retrouve un autre membre de ABFA (jamais vu jusque là) et on va voir Tan et Aislinn.

Je vais manger avec Ewilangaelle avant de retourner vers J’ai lu, parce que j’ai la dédicace de Frédéric Mars qui m’attend et là, on retrouve quasi tout le monde parce qu’il y a la dédicace de Cassandra O’Donnell juste à côté. On fait la queue et l’auteur finit par arriver, ça va, 2 personnes devant moi et ce n’est autre que Sab et Judi, alors ça va, ça va être rapide, surtout qu’on discute en attendant.




Après ça, je repars vers le livre de poche où l’on m’avait dit qu’un auteur : Sebastian Fitzek serait là, avec un des éditeurs de L’Archipel que je connais et on m’avait demandé de prendre des photos alors c’est chose faite. J’ai ma dédicace et je prends l’auteur et l’éditeur en photo… Magistral.




Je tourne un peu avec Arcantane et L’Exécutrice qui m’avaient accompagnée et après je les abandonne pour retrouver Marie qui allait enfin avoir sa dédicace de Benjamin Lacombe. On tourne encore un peu toutes les deux à travers les stands et là, on va à Pocket, où je prends quelques livres, dont Naïla de Brume en poche parce que l’auteur  est là en dédicace (vu qu’elle est québécoise, elle ne va pas tout le temps venir, alors c’était le moment !). 

 

Puis avant de partir je vois qui ??? Sire Cédric en dédicace et il n’y a que 4 personnes ! Bah j’en profite pour aller le voir vu que tout le monde me le conseille alors, c’était le moment. En tout cas, il est très sympa.

 




Puis avec Marie on continue notre petit tour et la journée étant longue et ayant fait tout le tour, on finit par repartir complètement morte, mais super contente et une fois à la maison, je me suis empressée de vous montrer dors et déjà mes photos pour vous faire patienter jusqu’à la lecture de ce compte rendu, qui je l’espère vous a plu et intéressé et que vous ayez pu partager un peu avec moi ce week end chargé et mouvementé.

Même si je trouve que le salon en lui même n’était pas comme d’habitude, je ne saurais pas trop expliquer, mais ça m’a moins plu, sans compter les soucis d’organisation et autres qui sont incompréhensibles (certaines n’ont pas pu rentrer avec leur valise alors que moi, les 3 jours sans problème, les soucis de ramener ses livres pour les dédicaces etc.), je dois avouer que ça a été quand même un super salon parce que j’ai enfin pu voir des blogueurs(ses) en vrai après tant de temps à parler sur le net (notamment Fleur, désolée pour les autres mais là, ça fait 3 ans qu’on se connait, quasi depuis la création de mon blog et donc c’était obligée de se voir. C’était LA chose à faire pendant ce week end, surtout qu’elle est adorable, et au moins j’aurai un vrai visuel, autre que les photos qu’elle peut mettre d’elle). Mais j’ai eu évidemment d’autres rencontres vraiment extra, c’était super de vous rencontrer. Idem pour les auteurs, j’étais vraiment contente d’avoir pu parler avec certains, sans compter le nombre de dédicaces que je ramène (18 quand même !).

Alors voilà, le salon s’achève, et faut espérer : à l’année prochaine !

Achats du salon

 

Une petite photo du contenu de ma valise, ah ouais quand même, tu m’étonnes qu’elle était lourde à tirer...