Rechercher dans ce blog

31/03/2015

Lili Goth et la souris fantôme de Chris Riddell (Lili Goth 1)

Quatrième de couverture

Au manoir des Frissons frissonnants, Lili Goth s'ennuie à mourir. Mais, lorsqu'elle rencontre Ismaël, une petite souris fantôme, tout change !
À elles les explorations, les aventures et les passages secrets du château ! Jusqu'au jour où elles tombent sur Maltravers. Le sombre et sinistre Maltravers. Son air louche sent le mystère à plein nez...
Et les mystères, Lili, elle adore !

Mon avis

Voici un livre qu'il me tardait de découvrir. Je dois avouer que le livre en lui-même m'a beaucoup attiré, je vous en reparlerai plus tard avec photo à l'appui. Mais lorsque j'étais décidée à le lire, il était en rupture de stock chez l'éditeur (sûrement victime de son succès). Du coup lorsque je l'ai revu à ma librairie, je n'ai pas hésité une seconde pour le prendre et le lire. Je dois avouer que l'attente en valait la peine parce que c'est un très bon roman.

Lili Goth est la fille de Lord Goth qui vit quelque peu reclus en mettant sa fille à l'écart de tout. Du coup, la pauvre jeune fille s'ennuie à mourir, jusqu'au jour où elle fait la rencontre d'une petite souris, Ismaël, qui va l'amener à aller de découverte en découverte dans son propre manoir. Un jour, elle voit Maltravers qui semble mijoter quelque chose de louche, alors Lili va enquêter à l'aide de ses nouveaux amis pour résoudre ce mystère...

L'ambiance est sombre et gothique mais en rien effrayant même si nous côtoyons parfois des créatures fantastiques tout droit sorti des rêves ou des cauchemars... Cela reste adapté pour un jeune public, mais qui tout de même a envie de se faire quelques petites frayeurs.

J'ai beaucoup aimé cette histoire et je ne peux que vous la recommander. L'intrigue est bonne et bien menée, à chaque instant on a envie de savoir ce qui va arriver à Lili et ce que mijote Maltravers. Le rythme est assez soutenu, on rentre rapidement dans l'histoire, pas de longueur, on va droit au but tout en gardant un certain mystère pour qu'il y ait plus d'attrait.

Quant aux personnages, ils sont plutôt sympathiques. J'ai eu une certaine compassion pour Lili qui se retrouve toute seule, avec un père qui la tient à l'écart suite au décès de sa mère. Elle n'a pas vraiment d'amis (au début de l'histoire) et toutes ses nourrices vont et viennent parce qu'il semble y avoir toujours un problème. On comprend pourquoi elle a envie d'aventure et se laisse embarquer dans toute cette histoire.

Les illustrations sont magnifiques, j'aime beaucoup ce que fait Chris Riddell et là, avec l'ambiance quelque peu gothique et sombre, je trouve que ça correspond bien plus qu'avec les Apolline que j'ai pu lire de l'auteur. 

Et pour finir, une petite note sur le livre objet en lui-même qui, faut l'avouer, est juste magnifique, j'en suis totalement amoureuse. Tout relié, avec le noir et violet, les tranches violettes, un livre à posséder à tout prix.


En bref, un roman qui m'a beaucoup plu, davantage que le Apolline que j'ai pu lire de l'auteur. C'est sombre, mystérieux, des personnages intéressants et une histoire intéressante et prenante. Le petit bonus à la fin est très agréable également, cela prête à sourire. Un livre à lire et j'espère que nous aurons la suite !

30/03/2015

Mingus de Keto Von Waberer

Quatrième de couverture

Mingus est né du cerveau génial d'un généticien. Mi-homme, mi-lion, sa beauté fascine tous ceux qui le croisent depuis qu'il s'est enfui du laboratoire où il a été créé. Dans cette société technologique décadente, dominée par un tyran cloné, le pouvoir comme les rebelles tentent de l'utiliser à leur profit. Miracle de la science, messie ou monstre, Mingus est la créature à abattre ou à capturer. Mais lui n'a qu'une obsession : retrouver Nin, la jeune Aristo dont il est tombé amoureux... Conte futuriste écrit par une des grandes plumes de la littérature allemande, Mingus mélange les accents de la science-fiction à ceux de La Belle et la Bête, dans un beau récit d'amour et d'aventure. 

Mon avis

Voici une lecture qui m’a plutôt intrigué. On m’en a parlé au boulot, du coup je me suis lancée dans ce livre sans savoir de quoi cela parlait. Ainsi, je me suis totalement laissée emportée par le récit afin qu’il se délivre de lui-même.

Et je dois dire que j’en ressors plus ou moins mitigée. Ce n’est pas une mauvaise lecture, mais il y a plusieurs éléments qui m’ont dérangé au final, pourtant cela partait super bien. Si pendant une bonne partie du livre, j’étais plutôt emballée, au bout d’un moment, je me demandais où l’auteur voulait en venir.

Alors la première chose que l’on remarque dans un livre est évidemment l’écriture de l’auteur et elle est vraiment très bonne. Dès les premières pages je me suis plongée avec facilité dans son univers, en présence d’un héros des plus atypiques : Mingus qui est à la fois mi-homme, mi-lion. La narration étant à chaque fois à la première personne, on voit toute la naïveté du personnage qui n’a vécu qu’avec son père, ce généticien qui l’a créé. Il est très vite attachant et l’on a envie de découvrir son histoire.

L’action arrive assez vite, on découvre Mingus et Nin, son « petit frère » qui sont poursuivis, s’ensuit une course effrénée, et tout un tas d’événements jusqu’à en perdre haleine. Mais j’ai trouvé que vers la moitié du récit, il y avait quelques longueurs, je ne voyais pas où l’auteur voulait nous emmener. L’univers de l’auteur, pourtant intéressant, n’est pas toujours approfondi. On le découvre en filigrane, on voit beaucoup de choses et en même temps, j’avais la sensation de n’entrapercevoir qu’une infime partie, comme s’il me manquait des données. Je n’arrivais pas totalement à me l’imaginer. C’était assez étrange comme sentiment. Pourtant il y a d’excellents éléments, on voit un certain gouvernement, un système de castes avec différents groupes de personnages.

Mais je pense que le problème, à l’origine de cette confusion, est que l’on a une multitude de point de vue, plein de personnages qui arrivent d’un coup sans qu’on ne sache qui ils sont vraiment. J’avoue avoir été quelque peu perdue parfois, ma mémoire n’enregistrant pas toujours qui parlait et du coup avec quel groupe on se retrouvait. C’était flou dans mon esprit donc le récit l’était tout autant. Peut-être est-ce de ma faute, peut-être pas, à voir si à la lecture d’autres ressentent la même chose que moi. De manière générale, je n’ai pas toujours trouvé le récit très clair, avec une ligne directrice précise. Je pense que l’auteur s’est quelque peu éparpillé et ceci explique pourquoi à un moment donné, j’ai un peu décroché sans m’en rendre compte. Je lisais, mais je n’étais pas totalement dedans.

Quant aux personnages, si au début, j’aimais beaucoup la relation entre Mingus et Nin, par la suite ; les interactions entre les personnages m’ont paru trop distantes. Je n’ai pas su m’attacher à la plupart, il n’y a que Mingus qui m’intéressait et au final, on n’en apprend pas beaucoup sur lui. Le fait qu’il soit mi-homme, mi-lion aurait dû pourtant davantage interpeler et avoir plus de conséquences. A moins que je ne sois totalement passée à côté du truc…

Le fait de passer d’un narrateur à l’autre, avec des chapitres qui sont, du coup, très court, je n’ai pas su m’attacher à eux et à y trouver de l’intérêt. C’était trop rapide, c’est dommage alors qu’au début, on prenait davantage de temps entre Mingus et Nin. Après leur relation à tous les deux restent mignonnes, on voit qu’il y a un truc, entre la Belle et la Bête, oui effectivement, le lien se fait. Le mélange du conte et de la SF n’est pas totalement passé avec moi…

En bref, une lecture assez mitigée parce que je n’ai pas trouvé l’univers suffisamment bien développé pour comprendre totalement son fonctionnement, trop de personnages à foison qui au final on se demande un peu pourquoi ils sont là. Pas trop d’attaches avec la plupart d’entre eux, comme ils sont trop nombreux… Pourtant il y avait de l’idée, le début me plaisait énormément et l’écriture est bonne, mais comme quoi, ça ne fait pas tout…

29/03/2015

Mauvais endroit, mauvais moment de Bénédicte Carboneill & Régine Joséphine


Quatrième de couverture

Max est en garde-à-vue. Comment a-t-il pu échouer dans ce sordide endroit ? Au moment de son arrestation, il a, à sa grande surprise, 270 euros en espèces dans ses poches et deux sachets de poudre blanche. Dès lors, c'est la descente aux enfers. Max enchaîne les interrogatoires, les visites du médecin et de son avocat, la perquisition. À tous, il clame son innocence, mais personne ne le croit. Qui lui en veut au point d'avoir caché cette drogue dans son sac ?

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Oskar de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai bien apprécié dans l’ensemble, même si peut-être un peu simple pour moi.

L’écriture de l’auteur est agréable à lire et fluide de sorte que les pages défilent à toute vitesse, ce qui explique pourquoi il a été lu rapidement, en plus du fait qu’il soit assez court car l’ouvrage ne fait que 200 pages.

Max s’est fait arrêter, alors qu’il venait rendre visite à sa petite amie, parce qu’il était en possession de drogue et d’une forte somme d’argent. Mais le jeune adolescent clame son innocence et se demande donc qui lui en veut au point d’avoir dissimulé de la drogue dans son sac.

L’histoire en soi est plutôt simple mais efficace. Les événements arrivent très vite, on rentre dans le vif du sujet dès les premières pages et cela n’en finit plus jusqu’à la fin. L’intrigue est bonne et bien menée, l’action arrive vite de sorte qu’il n’y ait pas de longueurs. L’affaire suit son cours pour essayer de comprendre ce qui a bien pu se passer pour que Max se retrouve en possession de drogue, parce qu’on se doute fortement que ce n’est pas de sa faute.

Le seul bémol de ce livre est que j’ai compris assez rapidement où l’auteur nous emmenait. Cela paraissait assez évident et c’est dommage pour moi car les révélations n’en sont pas mais cela n’en reste pas moins plaisant à lire et pour un public plus jeune, elles seront peut-être au rendez-vous. Mais pour moi c’était trop évident, je n’ai pas eu de surprise.

En bref, un roman plutôt sympathique même si j’avais compris où l’auteur voulait en venir mais cela reste une histoire agréable à lire qui pourra sûrement plaire aux plus jeunes. Les personnages sont intéressants et vont tout faire pour tirer cette affaire au clair, on ne peut que les admirer pour cela.

In My Mailbox (174)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine

28/03/2015

A study in silks d’Emma Jane Holloway (The Baskerville Affair 1)

Quatrième de couverture

Evelina Cooper, nièce du célèbre Sherlock Holmes, est amenée à faire son entrée dans la société londonienne pour sa première Saison. Mais c’est sans compter sans un meurtrier – et ne parlons pas des automates disparus, du sorcier et de la souris qui parle. 
Dans une ère victorienne régit par un conseil de barons de la vapeur impitoyable, la mécanique est le véritable monarque et la sorcellerie, l’ennemi mortel de l’Empire. Mais l’arme la plus convoitée est la magie qui permet de dépasser les machines, une chose qu’Evelina a secrètement apprit à maîtriser. Mais au lieu de faire sa fortune, ses talents cachés pourraient la mener à sa perte ou à passer l’éternité comme invitée des laboratoires secrets de Sa Majesté. Qu’est-ce qu’une jeune lady doit faire à part se souvenir de ses manières et prier pour qu’on ne découvre jamais ce qu’elle sait ? 
Mais ensuite, il y a eu un meurtre. Et en tant que nièce de Sherlock Holmes, Evelina devrait être à même de trouver les réponses bien qu’elle ait beaucoup à apprendre. Et la première chose qu’elle doit apprendre est de savoir si elle doit faire confiance au bel et intelligent débauché qui fait battre son cœur ou, au contraire, au chevalier prêt à tout pour elle dès lors qu’elle lui demande.

Mon avis

Voici un livre que j’ai acheté il y a quelques temps que ça et voyant que la date de parution de l’ouvrage en français approchait, je me suis dit qu’il fallait que je le sorte de ma PAL. Sans compter le fait que je n’avais encore lu aucun livre en anglais en ce début d’année 2015 donc il fallait y remédier.

J’ai eu beaucoup de mal à écrire cette chronique, du fait que ce soit un livre lu en anglais. Il est assez complexe et c’est la première fois que je lis un livre pour adulte en VO, n’ayant lu jusqu’à présent que de la YA dont le niveau de lecture est bien plus simple. Du coup, cela n’a pas été facile pour moi d’écrire cet avis parce que ma compréhension s’en est retrouvée quelque peu altérée. Je ne retiens pas aussi bien que si c’était en français évidemment. Néanmoins, je ne suis pas non plus ressortie de ma lecture comme si je n’avais rien compris, il ne faut pas exagérer. Mais voilà pourquoi cette chronique a tardé à arriver.

L’intrigue est plutôt bonne et bien menée dans l’ensemble. Le meurtre arrive assez vite de sorte que les premiers problèmes se manifestent. Cependant j’ai trouvé qu’il y avait parfois des petits moments de flottement suite à ça car il est beaucoup question de la Saison pour Evelina, c’est normal en même temps, c’est la première fois qu’elle y participe, pour faire son entrée dans le monde (et se chercher un mari, oui c’est un peu le but). Mais c’est surtout le fait que la narration est partagée entre plusieurs points de vue.

Je pensais qu’on allait se centrer essentiellement sur elle, voire même que ça serait écrit à la première personne alors qu’en fait elle est écrite à la troisième et que l’on suive différents groupes de personnages. J’avoue que cela m’a quelque peu déstabilisée au départ, savoir qui était qui, les relations entre eux et suivre les différentes intrigues qui finissent par être liée d’une manière ou d’une autre. Mais j’ai trouvé cela tout de même intéressant car cela permet de voir les relations les uns avec les autres, parfois d’en savoir plus qu’Evelina sur certaines choses mais dans l’ensemble on est tout de même dans le flou. Beaucoup de questions sans réponses jusqu’à ce que les révélations de fin commencent à arriver pour éclairer notre lanterne sur toute cette affaire, car le meurtre n’est évidemment que la partie émergée de l’iceberg.

Je pense qu’il faudrait que je le relise en français pour avoir davantage de détails car je suis persuadée d’avoir loupé quelques petits éléments même si dans l’ensemble j’ai bien compris l’histoire. Enfin je pense et je l’espère !

Sinon pour ce qui est de l’univers, je l’ai trouvé intéressant. C’est du steampunk, donc cela se déroule dans l’ère victorienne, en Angleterre pour ne pas déroger à la règle et où tout est régi par un conseil de barons. La magie est proscrite et on se doute qu’évidemment elle va avoir une place de maître dans cette histoire, pour mon plus grand bonheur. Le lien entre machine et magie est habilement fait, j’ai trouvé ça vraiment intéressant.

Les personnages sont assez éclectiques, on a un peu de tout, certains attachants quand d’autres, on a juste envie de les secouer, voire pire encore… En tout cas, ils ne peuvent pas nous laisser indifférents. Evelina est une jeune femme pleine de ressources, qui cache bien son jeu et qui va se retrouver dans une situation délicate. Quant à Nick et Tobias, là, j’avoue que j’ai préféré le 1er au 2e mais c’est assez complexe. Ne venant pas d’un même milieu, on se doute que le trio formé avec Evelina va être plus que compliqué et je sens qu’à un moment donné je vais m’en retrouver frustrée si ça ne va pas dans mon sens. A voir ce que cela va donner. En tout cas, les deux hommes cachent bien des secrets et je suis curieuse d’en apprendre plus à leur sujet.

En bref, voici un premier tome bien sympathique que je vous conseille car il met en place un univers bien spécifique et assez sombre. L’intrigue est bonne et bien menée dans l’ensemble même s’il y a quelques lenteurs du fait du changement de point de vue assez fréquent et auquel je ne m’attendais pas. Néanmoins j’ai trouvé cela intéressant. Quant aux personnages, ils sont des plus attachants et sympathiques, je ne m’attendais pas à voir « autant » Sherlock Holmes et cela a été un vrai plaisir. Un livre à lire en tout cas !

27/03/2015

La source magique de Cassandra O'Donnell (Malenfer 2)


Quatrième de couverture

Le jour du Ténérit approche et les pouvoirs magiques de Gabriel ne cessent d’augmenter. Grâce à l’aide de maître Batavius, le sorcier de Gazmoria, il espère être prêt à temps pour affronter Malenfer, la forêt maléfique, avant qu’elle ne détruise la ville de Wallangar. Soutenu par sa petite sœur Zoé et ses trois amis Morgane, Ezéchiel et Thomas, le jeune sorcier se prépare au combat sans se douter qu’il devra faire face à un terrible dilemme…

Mon avis

Voici le 2e tome de Malenfer, j’avais bien apprécié le premier mais sans plus, j’avais trouvé qu’il manquait d’action et de consistance alors que l’univers dépeint par Cassandra O’Donnell était plutôt sympathique.

J’ai trouvé ce 2e tome bien meilleur car on rentre dans le vif du sujet avec de l’action dès les premières pages. La magie est plus que présente pour mon plus grand plaisir, vous n’ignorez pas que j’adore tout ce qui touche à la sorcellerie et avec La source magique, je vais être servie ! On en apprend plus sur elle mais également sur l’univers qui entoure Gabriel et Zoé et ça, j’ai beaucoup apprécié.

L’intrigue est plutôt bonne et bien menée, elle file droit, sans effet de longueur, ce que j’avais pu reproche parfois au premier, car c’était un peu trop lent à mon goût, là ce n’est pas du tout le cas. Donc c’est une bonne chose, j’ai pris davantage de plaisir à découvrir ce livre. La source magique est un condensé d’action et de révélations pour notre plus grand bonheur car cela permet d’avance et de titiller notre curiosité. Cela a bien fonctionné, j’en voulais plus.

Un « reproche – qui n’en est pas vraiment un en fait – que je pourrai faire au livre est qu’il est trop court à mon goût, surtout avec une telle fin ! Mais pourquoi ?? Elle est juste affreuse. C’est un bon gros cliffhanger qui vont en faire enrager plus d’un, moi la première, donc c’est terriblement injuste de nous infliger ça, surtout quand on n’a pas la suite sous la main (et qui ne sortira pas de suite en plus). Bref, de quoi énerver mais de quoi fidéliser le lecteur qui aura indéniablement envie de lire la suite pour savoir ce qui va arriver à nos jeunes héros.

Les personnages évoluent, on voit des choses se passer et c’est tout mignon. Certains veulent s’affirmer, d’autres se dévoilent et aussi des révélations sont à l’œuvre. J’ai pris plaisir à retrouver Gabriel et Zoé qui vont se retrouver confronter à des situations complexes et où les décisions sont de mises… Mais en accepteront-ils les conséquences ? Je vous laisse découvrir tout cela.

En bref, un 2e tome qui m’a davantage plu. On rentre plus vite dans le vif du sujet, plus d’action, plus de magie, un meilleur aperçu de l’univers, de nombreuses questions sans réponses et quelques révélations « chocs » pour donner de l’intérêt. Une série qui se bonifie avec le temps pour le moment, maintenant je suis curieuse de découvrir la suite. Bien joué !

26/03/2015

Le jeudi c’est Jeu Livresque [95]



 J’avais vu des blogueuses américaines organiser un rendez-vous journalier sur un mois et quelques unes de leurs idées étaient très sympa, j’en ai parlé à Melisande, et elle m’a dit : le jeudi on n’a rien. Voilà comment est née l’idée de petit rendez-vous pour fêter l’arrivée de l’été qui permet de jouer avec nos livres pendant 8 semaines, tous les jeudi, à partir du premier jeudi de juin (06/06).

Semaine 95 : Le livre que vous sauveriez si votre maison venait à brûler

Nan mais quelle question ! Cela paraît évident non ?



L'Otage de Chris Bradford (Bodyguard 1)

Quatrième de couverture

Effacez de votre esprit l'image du gorille bardé de muscles fendant la foule à coups de coudes devant une starlette. Les meilleurs gardes du corps sont ceux que personne ne remarque.
Connor, 14 ans, vient d'être recruté par une agence spécialisée dans la protection des jeunes personnalités. Sa première mission le conduit à Washington, où il devra veiller sur la fille d'un des hommes les plus puissants au monde: le président des Etats-Unis !
Mais Alicia ne songe qu'à fausser compagnie à son escorte personnelle. L'adolescente ignore qu'elle est la cible de criminels déterminés.

Mon avis

Voici donc le premier tome d’une série qui m’a bien plu. Nous découvrons au début Connor, un champion de kick boxing qui par le plus grand des hasards va se faire repérer pour devenir un bodyguard (un garde du corps). Suite à sa formation, il a été choisi pour protéger la fille du Président des Etats-Unis, rien que ça !

L’intrigue est bonne et bien menée, c’est simple mais efficace. On se laisse totalement emporter par l’histoire, pour se retrouver plus ou moins rapidement au cœur de l’action avec son lot de suspense, de lutte, qui nous tiennent en haleine jusqu’au bout. Voilà en quoi c’est efficace.

Mais il faut avouer qu’en soi, L’otage de Chris Bradford ne va rien révolutionner dans le genre. Comme je l’ai dit, j’ai pris beaucoup de plaisir à le découvrir et ai passé un bon moment, donc je ne vais pas m’en plaindre. C’est loin d’être mauvais, mais si vous recherchez à fond l’originalité, cela risque de pêcher un petit peu. Cependant, il y a souvent de la redite dans les ouvrages, il ne faut pas se leurrer mais du coup, ce n’est pas trop dérangeant.

Pourquoi ce livre ne va rien révolutionner ? Parce que par bien des aspects, ce livre m’a fait penser à Cherub (100 jours en enfer) que j’ai lu il y a quelques temps. On reprend un peu les mêmes codes et le même contexte, un gamin un peu doué, qui va se faire embrigader dans une agence afin de devenir d’un côté espion (Cherub) et de l’autre garde du corps (Bodyguard) mais ça ne m’a pas dérangé plus que ça parce que c’est un premier tome plutôt bien fait et intéressant. Donc ceux qui ont aimé Cherub, je ne peux que vous conseiller de lire Bodyguard parce que vous y trouverez aisément votre compte.

Les personnages sont intéressants, on nous propose un panel assez éclectiques pour que cela plaise au plus grand nombre. Ils sont tous attachants à leur manière, Connor en premier lieu évidemment. C’est un adolescent intègre qui va finir par apprendre des choses sur sa famille mais également sur lui. même si au départ, il se demande ce qu’il fait dans cette galère, très rapidement il comprend que c’est nécessaire et va tout faire pour mener à bien sa mission même si Alicia lui pose quelques problèmes…

Alicia, quel magnifique prénom n’est-ce pas ? (ahem, ok, faites comme si je n’avais rien dit), est une adolescente qui aspire à la liberté. Mais à cause de la fonction de son père, elle est sans cesse surveillée et surprotégée (selon elle). Mais c’est un mal nécessaire comme on va le découvrir. Elle est un peu casse-cou mais c’est aussi ce qui fait son charme, on s’y attache et on peut comprendre son sentiment, tout adolescent veut de la liberté mais les parents sont là pour refréner (ce dont ils ne se rendent pas compte c’est que parfois c’est pour leur bien). Bref, une ado avec qui les ados qui liront cette saga pourront facilement s’identifier, bien que leur situation ne soit pas tout à fait la même.

Quant à l’écriture, elle est simple mais efficace elle aussi. On rentre assez aisément dans l’histoire et le fait d’avoir une narration à la 3e personne nous permet de suivre différents groupes de personnages. Peut-être qu’à cause de cela j’ai rapidement compris les liens, donc il n’y a pas eu de vraies révélations pour moi, mais j’ai tout de même été parfois surprise de certaines choses, donc un bon point pour l’auteur. Après, comme me l’a dit Charlotte Bousquet récemment, je comprends rapidement certains faits très vite (ouais, parfois c’est dommage, ça peut gâcher le plaisir de la découverte…). Mais là, ça ne m’a pas dérangé, je ne me suis pas ennuyée pour autant, au contraire.

En bref, un roman bien sympathique avec une intrigue haletante, en soi pas forcément originale puisque cela ressemble fortement à Cherub mais c’est efficace et ça ne m’a pas dérangé plus que ça. Il y a tout de même quelques différences, ce n’est pas un copier coller. Les personnages sont attachants et intéressants donc je lirai avec plaisir la suite qui promet beaucoup.

25/03/2015

[TERMINE] Concours 6 ans Accrocdeslivres (Concours 3)


A l'occasion des 6 ans d'Accrocdeslivres, les éditions Gulf Stream Editeur s'associent au blog pour vous proposer un super concours. Un grand merci aux éditions Gulf Stream Editeur !


RÈGLEMENT :

- Pour participer rien de plus simple, il suffit de remplir le formulaire correspondant au livre pour lequel vous voulez jouer. Vous avez le droit de jouer pour plusieurs lots, mais vous devez remplir à chaque fois toutes les données demandées. 
- Un tirage au sort sera effectué parmi les bonnes réponses.
- Le gagnant sera annoncé par le prénom et l'initial du nom de famille et le code postal (Prénom N. code postal).
- 1 participation par foyer (même nom, même adresse) en cas de doublon, un  autre tirage au sort sera effectué.
- Le concours durera du 9 au 23 mars, résultat au plus tôt
- Ouvert à la France métropolitaine et à la Belgique.
- Je décline toute responsabilité en cas de perte des lots.

LES LOTS :

2 exemplaires de Déjoue les pièges de l'HistoireINDICE

19 participations / GAGNANT : Nathalie S. 56410 - GAGNANT : Sylvie B. Belgique



Coup de projo sur... [81] Du domaine des Murmures de Carole Martinez





Voilà, j'avais envie - de temps en temps - de faire revenir sur le devant de la scène, un livre qui m'a plu (que ce soit pour sa couverture, son écriture, son scénario etc.)

C'est vrai, en général, une fois l'avis posté, on y pense plus, alors voilà. Si vous souhaitez participer, mettez vos liens en commentaires et je les rajouterai dans l'article plus tard. 

C’est un livre très beau et touchant avec son lot de cruauté et de tragédie, ce qui le rend plus poignant encore. Une très bonne et belle histoire que je ne peux que vous conseiller.


En 1187, le jour de son mariage, devant la noce scandalisée, la jeune Esclarmonde refuse de dire « oui ». Contre la décision de son père, le seigneur du domaine des Murmures, elle s’offre à Dieu et exige de vivre emmurée jusqu’à sa mort. Elle ne se doute pas de ce qu’elle entraîne dans sa tombe, ni du voyage que sera sa réclusion…
Loin de gagner la solitude, la voici bientôt témoin et actrice de son siècle, inspirant pèlerins et croisés jusqu’en Terre sainte.
Aujourd’hui encore, son fantôme murmure son fabuleux destin à qui sait tendre l’oreille.

24/03/2015

Rébellion d'Andrea Cremer (Le Secret de l'inventeur 1)

Quatrième de couverture

Imaginez un monde où l’Empire britannique aurait écrasé la rébellion qui a donné naissance aux États-Unis d’Amérique…
Dans ce XIXe siècle alternatif, Charlotte, seize ans, vit loin de ses parents, descendants des révolutionnaires américains, qui continuent la lutte contre les sous-marins et les machines volantes de Britannia. Entourée d’autres enfants de la rébellion, elle habite dans un réseau de grottes souterraines non loin de la Cité Flottante de New York, où les artisans de la Ruche et les ouvriers de la Grande Fonderie côtoient l’aristocratie des vainqueurs. Un matin, elle croise dans la forêt un garçon amnésique, poursuivi par les machines de l’Empire, et lui sauve la vie.
Mais quand elle le ramène dans les Catacombes, auprès de ses compagnons de lutte, l’équilibre de son existence est bouleversé : parmi ses camarades, tous ne sont pas ce qu’ils prétendent être, et l’existence de ce mystérieux garçon fait peser sur la rébellion une terrible menace… Des décharges de métal de l’Empire, infestées de rats cuirassés, aux salons opulents de la noblesse, en passant par les méandres labyrinthiques de la Guilde des inventeurs, Charlotte est contrainte de quitter son refuge pour partir explorer le vaste monde !

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Lumen de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai beaucoup apprécié.

Je dois l’avouer, la première chose qui m’a plu dans ce livre est cette couverture que je trouve magnifique et l’intérieur de l’ouvrage l’est tout autant car chaque première page de chaque chapitre a une décoration assez spécifique. Mais je vous laisse la découvrir, je trouve, en tout cas, que le rendu est super beau, faisant ainsi de Rébellion un ouvrage de qualité.

Etant donné que l’auteur était en dédicace au salon du livre de Paris, je me suis dépêchée pour le lire, en fait par manque de temps, je n’ai pas pu le commencer avant le jour de la rencontre. Mais au final, cela n’a pas été dérangeant puisqu’en arrivant au Salon j’avais déjà lu 140 pages de l’ouvrage, me donnant une « bonne » idée du contenu. Et le livre a été au final terminé le lendemain.

C’est donc dire à quel point il se lit très vite et très bien. L’écriture d’Andrea Cremer est des plus agréables et on rentre dans l’histoire avec facilité, même si je dois l’avouer qu’elle nous lâche dans un univers dont on ignore tout mais qu’on apprend à connaître au fur et à mesure des pages.

J’ai bien aimé cet aspect, que l’on nous largue un peu sur le début mais tout en apprenant les informations au fur et à mesure lorsque cela s’avère nécessaire pour ne pas non plus nous laisser dans le flou le plus total. C’est un univers des plus intéressants qui mélange plein d’éléments différents, créant ainsi quelque chose d’assez unique et très intriguant. Il s’agit d’un steampunk, donc nous sommes plongé en plein XIXe siècle où l’ère de l’industrie et des machines bat son plein mais l’auteur ne se cantonne pas qu’à cela. Déjà, l’histoire ne se déroule pas en Angleterre mais aux Etats-Unis, cela change quelque peu la donne, même si l’Empire Britannique n’est pas très loin derrière. Il y est parfois aussi question de religion, mais qui est légèrement changée et où la mythologie n’est jamais très loin. J’ai bien aimé ce mélange là, je l’ai trouvé intéressant et assez logique étant donné le monde dans lequel nous sommes plongés.

Pour ce qui est de l’intrigue, je l’ai trouvée plutôt bonne et bien menée. L’action et les moments plus calmes s’alternent habilement de sorte qu’on ne s’ennuie pas un seul instant. Il faut bien souffler de temps en temps sinon on n’aurait pas le temps de suivre et de l’autre, pour éviter trop un relâchement, l’action se revient pour donner un coup d’adrénaline. Là, l’auteur a plutôt bien géré, je trouve.

Ce premier tome nous permet de voir les enjeux, l’univers, alors même s’il y a de l’action, je l’ai trouvé dans l’ensemble plutôt tranquille, en même temps, le but premier est de savoir qui est Grave, cet adolescent qui ignore tout de lui jusqu’à son nom. Pour ce qui est des révélations à son propos, je dois avouer que j’imaginais quelque chose du genre, d’assez approximatif mais pas tout à fait cela non plus. En tout cas, j’ai trouvé l’idée bonne maintenant reste à savoir ce que l’auteur va en faire de tout ça.

Quant à la fin, c’est juste affreux de nous laisser en plan de cette manière. D’un côté ça m’énerve parce que je n’ai pas la suite donc je ne peux pas savoir et de l’autre, je trouve ça finement joué. Evidemment, cela nous donne très envie de lire la suite, donc il va falloir être patient. Vous voilà prévenus.

Pour ce qui est dans la partie plus « romance », oui, il y en a très souvent dans ce type d’ouvrages, je dois dire que je l’ai trouvé un peu rapide. Je me doutais bien du chemin qu’allait prendre l’auteur (et là ça change grandement et ça fait du bien !) mais on arrive trop facilement à cette conclusion. J’aurai aimé avoir peut-être un peu plus de détail pour que ce soit un peu plus crédible à mes yeux, mais bon, l’auteur n’a pas non plus trop joué sur la carte romance pour son roman mais plutôt sur l’action et l’univers, ce qui en soi n’est pas plus mal mais bon là, elle a peut-être été trop sur la facilité. Mais ça reste mignon, pourquoi pas, je suis curieuse de voir la suite.

Quant aux personnages, je les ai trouvés intéressants et attachants, notamment Charlotte qui est l’héroïne première de cette histoire. Elle n’a pas la langue dans sa poche, elle veut agir et prouver qu’elle peut être aussi forte que son frère. Mais elle a aussi ses faiblesses, cela la rend très humaine donc on peut facilement se retrouver en elle. Ash ou Jack sont tous les deux intéressants aussi, ils cachent bien des choses et comme Charlotte, j’étais quelque peu frustrée de ça et j’avais envie de savoir ce qu’ils mijotaient, je n’ai pas été déçue.

En bref, un premier tome intéressant avec un univers bien particulier mais qui m’a bien plus. Je n’aurai pas été contre plus de détails mais je suis sûre que cela arrivera dans la suite. L’intrigue est bonne et bien menée, j’ai passé un très bon moment dans cette lecture et je suis curieuse de savoir ce qui va arriver à tout ce beau monde. La fin est frustrante mais au moins c’est efficace pour donner envie. Quant aux personnages, rien à redire, il y a quelques évidences mais cela passe plutôt bien, même si du côté de la romance je n’aurai pas été contre plus de détails pour que ce soit encore plus crédible. Bref, ma conclusion est sensée être courte, un bon premier tome qui donne envie d’en savoir plus. A lire !

23/03/2015

TOP spécial Polar 2015


Je vous avais parlé il y a quelques temps d’un nouveau type d’articles où je mettrais en avant certains livres que j’ai pu lire. J’avais commencé lors de la Saint Valentin (février 2015) en vous (re)présentant, durant toute la journée sur FB et retranscrit sur le blog, différentes chroniques de livres qui m’avaient plu dans la catégorie romance.

A l’occasion du Salon « Quai du polar » qui se déroule du 27 au 29 mars 2015 à Lyon, je vais mettre en avant ce genre à travers différentes chroniques. Je vous y présente aussi bien des livres jeunesse que des livres pour adultes, d’ailleurs davantage de cette 2e catégorie.

Obsidienne de Jennifer L. Armentrout (Lux 1)

Quatrième de couverture

Quand Katy déménage dans un coin paumé de Virginie-Occidentale, elle s’attend à tout sauf à rencontrer des voisins de son âge. Déception, Daemon Black a beau être canon et avoir une soeur jumelle adorable, il n’en est pas moins insupportable et arrogant !

Lorsque Kat se rend compte que tout le monde semble fuir la famille Black, elle voit d’un autre oeil la froide suffisance de Daemon. Pourra-t-elle encore l’éviter quand tout lui crie de s’en approcher ?

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions J’ai lu de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai beaucoup aimé.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que les événements arrivent plutôt vite. Comme pour Jeu de patience, autre livre que j’ai lu de l’auteur sous ce nom de plume, j’ai trouvé l’écriture agréable à lire et fluide de sorte que les pages défilent rapidement sans qu’on ne s’en rende compte. Je l’ai lu en très peu de temps, sachant que je lisais en parallèle un livre en anglais (pour ceux qui me suivent le savent déjà).

Je me suis totalement laissée emportée par cette histoire qui est plutôt sympathique même si en soi elle n’est pas extraordinaire, pas pour le moment en tout cas. Apparemment la suite est bien meilleure et je compte là-dessus. En tout cas, en ce qui concerne ce premier tome, j’ai trouvé que l’intrigue restait assez basique et simple mais bien faite. J’ai pris plaisir à la lire et je suis bien curieuse de découvrir la suite.

On m’avait averti en amont que ce livre ressemblait beaucoup à Twilight et avec cette information en tête il est vrai que j’ai retrouvé beaucoup d’éléments pour faire le parallèle entre les deux. Mais honnêtement, ça ne m’a pas dérangé plus que ça. Je sais que la suite diffère beaucoup et prend d’autres chemins, sans compter que l’univers décrit par Jennifer L. Armentrout est plutôt plaisant.

Je ne savais pas du tout de quoi traitait le livre avant de le lire, pour certains on sait mais pour ce livre là, j’ai réussi à passer à la trappe et à ignorer jusqu’à la révélation dans le livre (qui arrive un peu avant la moitié) et je dois dire que cela me plaît bien. Je n’ai pas lu souvent des livres qui traitaient de cela donc c’est une bonne surprise et j’aimerai en découvrir plus. L’auteur pose ici les bases, quelques révélations et indications pour titiller notre curiosité et cela a fonctionné à merveilles avec moi, je veux savoir.

Quant à la partie romance, elle est plutôt bien faite. Avoir des personnages antithétiques, que tout oppose et qui ne s’apprécie pas plus que ça, je l’avais déjà vu avec Jeu de patience, en partie, la situation n’est pas la même, le contexte non plus, mais l’intérêt dans les deux cas est de voir la manière dont les personnages peuvent se rapprocher à un moment ou à un autre.

Autre aspect intéressant est que l’on a des adolescents, qui sont de vrais ados avec des hormones, etc. Oui, on est donc un chouïa éloigné de Twilight pour ça, c’est bien plus crédible par cet aspect. On ne peut pas ignorer qu’il se passe quelque chose entre Katy et Daemon. Leur relation est quelque peu chaotique mais c’est ce qui fait tout l’intérêt ! Enfin selon moi, je trouve cela plus drôle quand c’est compliqué plutôt que de les voir céder rapidement… Daemon bat le chaud et le froid, on ne sait pas trop ce qu’il pense ce qui déroute plus d’une fois Katy. Elle ne connaît pas vraiment ses sentiments pour lui, entre haine et amour, il n’y a qu’un pas. J’ai beaucoup aimé le jeu entre les deux même s’il faut l’avouer que c’était quelque peu frustrant au début, on se laisse prendre et on voit bien qu’il y a quelque chose qui se passe quand bien même les deux veulent se voiler la face.

Les personnages sont assez similaires à ceux de Twilight mais s’en éloigne en même temps. Katy est moins « fragile » que Bella, elle n’hésite pas à s’affirmer et à prendre position contre Daemon ce qui est plutôt agréable, même si parfois, elle ferait mieux d’écouter ce qu’on lui dit plutôt qu’à en faire toute sa tête et faire exactement le contraire de ce qu’on lui dit. Mais si elle n’était pas aussi tête de pioche, il n’y aurait pas eu d’histoire non plus.

Quant aux autres personnages secondaires, ils sont plutôt intéressants, l’analogie avec Twilight est toujours aussi présente mais bon, ça ne me dérange pas parce que dans la YA, on retrouve souvent ce genre de schéma aussi. Il y a toujours la bonne copine, celle qui est un peu peste, des gens qui sont là pour protéger d’une certaine manière avec la voix de la sagesse (souvent un adulte). Dans Obsidienne, ils apportent un petit plus à l’histoire, je suis curieuse de voir de quelle manière ils vont évoluer eux aussi, notamment Dee, la jumelle de Daemon.

En bref, un premier tome bien sympathique en soi même si ce n’est pas extraordinaire car cela reste pour le moment très classique et un schéma très copier coller avec Twilight. Cependant les personnages sont suffisamment intéressants et attachants pour que j’aie envie de les revoir et on m’a assuré que les suites étaient bien meilleures et s’en détachaient. Donc je demande à voir, je suis curieuse de savoir ce que Jennifer L. Armentrout va me réserver pour ce « couple » des plus atypiques.

22/03/2015

Apolline et le chat masqué de Chris Riddell (Apolline 1)


Quatrième de couverture

Apolline est passionnée d’énigmes en tout genre et experte dans l’art du déguisement. Et ça tombe merveilleusement bien : une série de cambriolages frappe la « Grande Ville » et des chiens de race disparaissent les uns après les autres. Qu’à cela ne tienne, Apolline va mener l’enquête...


Mon avis

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit.

Les Apolline sont une série de livres dont j’entendais beaucoup parlé à la librairie où je travaille et qui semblait plaire à une majorité d’enfants (8/9 ans). Du coup par pure curiosité et pour un aspect pratique, j’ai voulu le lire pour m’en faire ma propre idée.

Je dois dire que j’ai bien aimé ce livre, même si ça n’a pas non plus été le coup de foudre. Cependant, je comprends pourquoi cela peut plaire à une majorité d’enfants de cet âge. Ce sont les prémices des livres policiers, des petites enquêtes, Apolline va rechercher des chiens qui disparaissent mystérieusement et cela à l’aide de M. Monroe.

L’histoire est intéressante, l’intrigue tient bien la route et l’on voit toute l’intelligence et l’art du déguisement d’Apolline pour parvenir à ses fins et résoudre ce mystère des plus étranges. C’est mignon et la manière dont cela est raconté est sympathique car on n’a pas qu’une simple narration classique, avec quelques illustrations. Chris Riddell s’amuse et met véritablement en scène son texte, l’agencement texte-image est intéressante du coup, si bien que parfois, on ne sait plus trop quoi lire en premier.

source image
J’aime bien les illustrations de Chris Riddell, c’est un coup de crayon assez remarquable et j’ai beaucoup aimé le fait que dans l’ouvrage, la seule touche de couleur soit le rouge, mais uniquement à des points définis, par-ci, par-là. Cela permet à notre œil d’y être automatiquement attiré et c’est justement là où tout se passe en général puisque la couleur est bien souvent sur Apolline, elle-même.

En bref, un premier tome bien sympathique, je doute lire les autres, ma curiosité étant assouvi mais c’est une bonne histoire, avec une enquête plutôt bonne et bien menée. Les personnages sont intéressants et m’ont fait passer un bon moment. Je conseille pour les enfants qui sont avides d’énigmes et d’enquêtes, ils ne pourront qu’adhérer à Apolline.

In My Mailbox (173)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine



21/03/2015

Journal de la sœur pas si laide de Cendrillon de Claire Payet et Catherine Girard-Audet (L'envers des contes de fées 1)

Quatrième de couverture

Vous connaissez tous l'histoire de Charles Perrault : ma sœur Cendrillon rencontre le Prince Charmant, il lui enfile une pantoufle de verre, ils s'embrassent, se marient, vivent heureux et ont une tripotée d'enfants. Ce dont le père Perrault ne vous a jamais parlé, ce sont des dommages collatéraux causés par cette belle histoire et tous les efforts que les personnages soi-disant secondaires tels que moi ont dû accomplir pour vous offrir cette fin heureuse. J'ai tout noté dans un journal top secret.


Mon avis

Après avoir lu et apprécié le Journal du pas si grand méchant loup, je me suis dit qu’il était intéressant que je lise ce premier tome. Autant bien faire les choses et tout vous présenter à défaut de l’avoir été dans l’ordre parce que cette série en vaut la peine. Si jamais vous aimez la littérature jeunesse ou bien que vous avez des enfants de 8 ans et plus, n’hésitez pas à les prendre parce qu’on passe un chouette moment.

Comme le montre la 4e de couverture, ce premier tome est centré sur Javotte, la « méchante » demi-sœur de Cendrillon. Ecrit sous forme de journal, nous suivons pas à pas sa nouvelle vie suite au départ de Cendrillon. Elle se découvre de nouvelles passions, mais aussi de nouvelles affinités. Elle nous raconte ici ses rencontres, ses doutes, ses aventures en somme qui pourraient bien lui changer la vie. Et en effet, un événement va la bouleverser car quelque chose de bizarre se trame. Javotte mène l’enquête avec l’aide de Bergère…

L’histoire est sympathique et j’ai vraiment passé un bon moment de lecture. Certes assez court mais en même temps le livre l’est. Et puis c’est tout de même destiné aux 8 ans, donc il a été lu rapidement entre deux pauses au boulot. On retrouve le côté décalé et drôle que j’avais pu constater dans le deuxième tome. Par certains aspects c’est très actuel dans les propos tout en se basant sur les contes qui montrent un côté assez désuet. Le choc des cultures mais qui fonctionne plutôt bien ici je trouve.

L’allusion aux autres contes est toujours aussi agréable. On entend parler de Raiponce, Boucle d’Or, du Grand Méchant Loup, de Bergère, Blanche Neige, autant de personnages que j’avais pu déjà rencontrer ou entendre parler dans Journal du pas si grand méchant loup.

Les personnages sont intéressants, certains sont égaux à eux-mêmes tandis que d’autres, comme Javotte sur qui on change d’avis, elle n’est pas si méchante que ça, ni si laide que cela si elle fait des efforts.

Comme pour le deuxième tome, il y a des petits jeux, quizz à la fin de l’ouvrage pour aller plus loin et rester encore un peu plus dans l’univers des contes.

En bref, un premier tome bien sympathique qui m’a bien plu, c’est dans la lignée du 2e tome que j’ai pu lire avant. On voit d’ailleurs ici le lien avec le 2e ouvrage même si je pense que cela peut se lire indépendamment sans souci. Une série à suivre tout de même car on passe un bon moment, les personnages sont intéressants et puis voir les contes d’une autre manière est toujours plaisant. Après tout, chacun a droit à sa version des faits.

20/03/2015

[Présentation] Salon du livre de Paris 2015


Le Salon du Livre de Paris a déjà commencé que je n'avais pas encore fait d'article pour le présenter et montrer mon planning. C'est dire à quel point je suis impliquée en ce moment...

N'y allant qu'une seule journée, ça limite grandement le planning mais il faut dire qu'il n'y a pas non plus beaucoup d'attrait cette année pour ce salon. La plupart des amies proches ne viennent pas, une seule journée c'est court, moi qui y allais minimum 3 jours, c'est assez pitoyable, mais en même temps, pas le choix.

Mais bon, je vais quand même y faire un petit tour, c'est déjà ça. Je serai notamment en compagnie de Love of Book, j'irai voir quelques auteurs et quelques éditeurs que je connais pour papoter, etc. Mais ça sera un tour promenade plus qu'un tour dédicace, achat, etc. Un salon sans prise de tête en somme, presque incognito.

Dimanche 22 mars :

10h-13h : Jean Vigne (Editions du Chat Noir) > Néachronical
13h-16h : Bettina Nordet (Editions du Chat Noir) > Péché de sang
13h30-14h30 : Andréa Crémer (Lumen Editions) > Le secret de l'inventeur
14h-16h : Charlotte Bousquet (Rageot) > Ce feu qui me consume

Editions à aller voir : L'Homme sans nom, Mosaïc / Harlequin, Gulf Stream Editeur, Talents Hauts, Dargaud / Lombard / Dupuis, entre autre...

Compte-rendu de la projection presse de Divergente 2

Synopsis

Dans un monde post-apocalyptique où la société a été réorganisée autour de 5 factions (Audacieux, Érudits, Altruistes, Sincères et Fraternels), Tris a mis au jour un complot mené par la faction dominante, les Érudits, dirigés par Jeanine. Abandonnant une ville à feu et à sang, à la recherche d’alliés, Tris et Quatre sont désormais traqués par les autorités. Jeanine décrète la loi martiale pour anéantir les Divergents, tandis que la guerre entre les factions prend de l’ampleur. Pourquoi les Divergents sont-ils une menace pour la société ? La découverte d’un objet mystérieux, hérité du passé, pourrait bien bouleverser l’équilibre des forces…

Mon avis

Lundi 16 mars 2015, au soir, j’ai pu assister à l’avant première du film Divergente 2. Merci à la SND pour cette projection en avant première.

J’étais très curieuse de voir ce film parce que le premier était vraiment bien réalisé et très fidèle au premier livre, que j’avais aussi beaucoup apprécié d’ailleurs. Pour ce deuxième film, je partais un peu sceptique d’avance parce que le livre ne m’avait pas plu, trop de choses m’avaient dérangé (en dehors du fait que je ne me souvenais à l’époque plus de l’histoire du premier tome) et j’avais donc un peu peur du rendu, mais sait-on jamais.

Je n’avais pas regardé les bandes annonces pour ne pas me spoiler, je voulais le voir en étant vierge de toute image et je dois avouer que je suis plutôt contente de cette adaptation. Même si elle n’est pas totalement fidèle au livre, le réalisateur a choisi de se centrer sur un aspect de l’histoire. Je trouve ça plutôt cohérent et réussi car cela permet de mettre davantage d’action, ce qui parfois manquait dans le livre car tout était gâché par les états d’âme de nos deux personnages principaux (la narration étant partagée entre Tris et Tobias / Quatre).

C’est un film plutôt entraînant qui montre bien les problèmes de nos Divergents qui avaient dû fuir suite à l’attaque opérée par Jeanine et qui a décimé une bonne partie des Altruistes. Nous découvrons d’autres factions comme les Fraternels ou encore les Sans-Fractions. Je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler pour ceux qui n’auraient pas lu le livre ou pas vu le film. Mais voilà, on a un concentré d’action et tout est centré sur la fameuse « boîte » provenant du passé, qui contient des secrets et dont Jeanine tente de percer. C’est un élément qui n’existe pas dans le livre, ça ne se passe pas de cette manière et ce n’est pas non plus une jolie boîte. Mais l’idée est plutôt bonne et cela fait un bon point d’ancrage pour l’intrigue, donc on ne va pas trop chipoter. Après, je pense qu’on aurait pu avoir davantage d’action autour des Sans-Factions pour montrer leur importance dans toute cette affaire, mais bon, dans l’ensemble on va dire que ce n’est pas si mal que ça.

En revanche, pour d’autres points de l’histoire, je trouve cela dommage d’avoir occulté certains aspects car nombre de personnages s’en retrouvent sans grand intérêt, comme Christina, Uriah ou encore Marcus qui ont pourtant leur rôle à jouer, et même Evelyn au final ne sert pas à grand-chose ici. Alors qu’ils avaient tous bien plus d’importance dans le livre, c’est dommage.

Quant à la relation entre Tris et Quatre, dans le livre, c’est ce qui m’avait énervé le plus, car les sentiments de Tris, notamment sa culpabilité fait que le couple a du mal à communiquer, etc. Dans le film c’est moins flagrant, même si on voit que Tris a quelques problèmes, le couple reste plutôt proche même si une certaine distance existe. On voit bien qu’il n’y a pas la même alchimie que dans le premier, mais cela m’a semblé plus nature et logique ici que dans le livre.

Bon, certains ont pu reprocher le côté trop caricatural de Jeanine, c’est vrai qu’elle jouait bien mieux dans le premier film mais ça ne m’a pas dérangé plus que ça. Après, il y a un vrai effet visuel, beaucoup d’effets spéciaux plutôt réussi dans l’ensemble, même si je pense qu’à un moment donné Tobias se prend le train et Tris n’arrive pas à réussir à choper le câble, il faut être réaliste, dans la vraie vie, ils seraient morts tous les deux, mais admettons.

L’autre reproche que je pourrai faire au film dans sa prise de liberté c’est sur la fin. J’ai trouvé ça dommage qu’il l’ait quelque peu changée car cela fausse une grande partie des révélations chocs de l’histoire et l’univers tout entier de Veronica Roth. Du coup, je me demande ce qu’ils vont faire pour la suite. A voir donc ce qu’il en sera avec le prochain film (ou les prochains films ? Sera-t-il lui aussi en deux parties ?).

Au final, c’est un bilan plutôt positif, j’ai passé un bon moment, retrouvé l’univers avec plaisir parce qu’il reste assez bon malgré tout. J’ai préféré le film au livre car il mettait davantage l’action en avant que tous les émois, qui m’avait bien énervé dans le livre car j’avais trouvé ça faux et que ça n’apportait pas grand-chose. Un bon divertissement, bien meilleur que le livre donc c’est une bonne chose, reste à voir ce qu’il en est de la suite et si là aussi, ils osent changer la fin…