Rechercher dans ce blog

28/02/2011

[Présentation] Salon du Livre de Paris 2011




Comme chaque année, je vais au Salon du livre de Paris, qui se déroulera du 18 au 21 mars 2011 à Porte de Versailles (hall 1). (Comme d'habitude, je ferai mon petit compte rendu).
C'est toujours un plaisir d'y aller et j'espère que je vais pouvoir rencontrer plusieurs personnes (connues notamment via le blog... faudra bien s'organiser). Vous pouvez participer à cette rencontre et avoir plus d'informations ici.

Mais la mauvaise nouvelle, c'est qu'entre temps que les éditions Bragelonne ne serait pas au salon (là c'est pas top, c'est essentiellement pour eux que j'y vais). Pour palier à cette absence, ils ont décidé d'organiser quelque chose dans leurs propres locaux, notamment en faisant venir Patricia Briggs (auteure de Mercy Thompson) et Kelley Armstrong (auteure de Femmes de l'Autremonde) pour une petite séance de dédicace en prime. Pour plus d'informations, vous pouvez aller ici.

Précision importante !! Afin de pouvoir aller le 19 mars dans les locaux de Bragelonne pour rencontrer les deux auteures, il faut confirmer notre présence en envoyant un mail à l'adresse suivante : bitlit2011@bragelonne.fr en donnant simplement vos noms et prénoms.

Je compte bien y aller et pouvoir les rencontrer, donc va falloir que je m'organise pour aller à la fois au salon du livre et avec Bragelonne pour pouvoir rencontrer ces deux auteures vraiment géniales !

27/02/2011

Emprise de Carrie Jones (Envoûtement 3)

Quatrième de couverture

Zara et Nick sont faits l'un pour l'autre, de véritables âmes soeurs qui veulent pouvoir s'aimer. Pour toujours. Mais Nick a été emporté au Walhalla par une Walkyrie... Pour tenter de sauver son bien-aimé, Zara a accepté de se transformer en lutin, elle est prête à surmonter toutes les épreuves, à faire tous les sacrifices. Pour ne rien arranger, des créatures malfaisantes continuent de s'en prendre aux adolescents de Bedford. Il faut donc absolument retrouver rapidement Nick, le seul qui soit assez puissant pour mettre fin à ces terrifiantes agressions. Mais chaque fois que Zara et ses amis semblent sur le point de réussir, ils affrontent une nouvelle épreuve et découvrent de nouveaux ennemis... Réussiront-ils à retrouver Nick à temps ? Et quel rôle joue le séduisant Astley, qui appartient à la race de ceux que Nick a toujours combattus ?

Mon avis

Cela faisait longtemps que j'attendais ce livre, et vu que ma lecture en cours traînait un peu, et qu'Emprise me faisait énormément de l'œil (c'était au point que je l'attendais m'appeler... – bon peut-être pas à ce point là...). Du coup je l'ai commencé, ayant besoin de lire quelque chose. Et je dois dire que j'ai bien fait ! (même si le livre ne m'est pas resté longtemps entre les mains... moins d'une journée c'est dur, surtout après toute cette attente !). L'écriture est toujours aussi agréable à lire, je me suis replongée dans le monde de Carrie Jones avec plaisir. Les lutins me manquaient !

Dans le 1er tome, le début des chapitres, commençait par un type de phobie et sa définition, dans celui-ci, on a des sortes de rapport de télé, journaux ou autre chose du même genre pour faire état de la situation, et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle est vraiment critique. Les enlèvements continuent, des mesures sont prises pour protéger les habitants, mais cela ne suffit pas. Par ailleurs, nous (lecteur) savons en plus ce qui se passe comme Zara est mêlée au cœur des problèmes, et elle n'a pas fini d'en avoir !

On retrouve Zara et ses amis lors d'un bal mais tout ne se passe pas comme prévu. Les lutins continuent leurs méfaits et Zara est là pour les arrêter, non sans l'aide d'Astley, le roi des lutins. Ensemble, ils cherchent toujours le moyen pour retrouver et sauver Nick, emporté par une walkyrie à Walhalla. A certains moments, tout cela semblait trop beau pour être vrai. Les évènements s'enchaînent rapidement, peut-être même trop rapidement à certains moments pour que la solution soit si simple à trouver. Zara, ses amis et Asltey sont donc confrontés à toutes sortes d'épreuves, dont ils sont loin d'en prendre consciemment la mesure. Les attaques ne cessent pas, tandis que les chances de retrouver Nick semblent s'amenuiser et Zara désespère, mais ses amis sont là pour elle et l'aider.

L'histoire est vraiment bien menée, je n'aurais pas spécialement pensé à tout ça, mais en même temps, ça se tient bien. On va de découverte en découverte dans ce tome, des révélations, des surprises (plus ou moins bonnes). Je trouve que les tomes sont de mieux en mieux dans cette série. Dans le 1er, on pourrait penser qu'il s'agit d'une histoire comme une autre, alors que ce n'est pas du tout le cas, à chaque tome, on découvre un peu plus les personnages, un peu plus l'univers dans lequel nous plonge Carrie Jones et on voit l'originalité de cette série. Par ailleurs, les personnages sont toujours aussi attachants, notamment les amis de Zara. Ils sont fidèles au poste malgré la situation et la nouvelle nature de leur amie qui les effraie un peu. On sent cette crainte, mais elle est vite oubliée pour l'amitié qu'ils ont pour elle.

Zara mûrit dans ce tome, elle prend vraiment conscience de l'implication de son choix et de ses actes. Elle change, mais pas nécessairement dans le mauvais sens du terme, même si pour ces proches cela est difficile. On voit bien que cela la fait souffrir, mais elle en ressort toujours plus forte, car elle est certaine d'elle, de ses choix et convictions. Par ailleurs, la présence d'Astley lui permet de ne pas perdre pied et de prendre ses responsabilités.

Si vous n'êtes pas un inconditionnel d'Astley mais de Nick (comme moi), je dois dire que vous risquerez d'être surpris(e) et de changer d'avis. Ce tome-ci lui est, d'une certaine manière, dédiée et on ne peut pas rester insensible à ce personnage... On en apprend beaucoup sur lui, on voit d'autres facettes de sa personnalité et je dois dire que là... bah Nick fait pâle figure et le fait qu'on ne le voit presque pas, pour laisser place à Astley, ça joue énormément. Petit revirement de situation de mon côté face à ces deux hommes...

Donc cette lecture a été un vrai régal, il me tarde de lire la suite parce que le dénouement approche (normalement, le prochain c'est le dernier). On se doute que les problèmes vont continuer, mais le tout est de savoir comment ça va se terminer. Plein de questions sans réponses dans ce tome-ci, donc j'ai hâte de lire la suite !

23/02/2011

Deux ans déjà !



Et oui,
Chaque année ça revient pour notre plaisir
Chaque année, ça revient et nous fait vieillir
Chaque année, on prend de l'assurance
Chaque année, on fait des connaissances.

Et oui,
Aujourd'hui c'est ton anniversaire
Deux ans, maintenant que je te sers
Deux ans, de rencontres et de commentaires
Deux ans, de vos visites régulières.

Cela fait deux ans que ce blog existe. Deux ans de partage et de découvertes. J'espère en tout cas que vous avez pu lire de nombreux livres grâce à moi, que ce blog vous apporte quelque chose. En tout cas, je prends vraiment plaisir d'écrire toutes ces critiques afin de connaître parfois des livres qui méritent notre attention.





Ainsi en ce jour spécial, je souhaite un bon anniversaire à mon blog ! BON ANNIVERSAIRE ACCROCDESLIVRES !

Récapitulatifs :

2 ans :

338 articles en ligne
17 617 commentaires
88 fans
269 amis
135 personnes qui aiment ma page Facebook

22/02/2011

La promesse du rôdeur de John Flanagan (L'Apprenti d'Araluen 3)

Quatrième de couverture

Le destin de Will, l'apprenti rôdeur, s'obscurcit. Il est prisonnier des Skandiens, qui le traitent en esclave. La seule lumière dans sa longue lutte contre l'ennemi, c'est Evanlyn, sa fidèle amie. Mais, elle aussi, est prisonnière de la tribu des Skandiens.

Mon avis

C'est un réel plaisir que de se replonger dans l'univers créé par John Flanagan, d'autant que ça fait un moment que j'attends la suite (étant donné que je la lis en poche). L'écriture est toujours aussi fluide et agréable à lire, l'histoire est bien menée de sorte qu'on a toujours envie de découvrir ce qui va arriver à nos deux héros. L'auteur sait bien amener les choses et faire en sorte de terminer un chapitre, là où il ne faut pas, nous laissant frustré de ne pas savoir directement ce qui va se passer. Dans ce tome-ci, on reprend quelques temps après la fin du 2e tome.

A chaque chapitre on change de personnages (d'où la frustration quand l'action s'arrête brusquement avec un personnage avant d'aller sur l'autre). On retrouve donc en premier Will, en compagnie d'Evanlyn, qui avait été enlevé par les Skandiens. Du coup, dans cette histoire, on suit le parcours de ces deux jeunes et voir comment ils font pour s'en sortir et essayer de leur échapper. Tandis que dans le chapitre suivant, on suit Halt, le Rôdeur et maître de Will qui tente le tout pour le tout, afin de retrouver son apprenti et enfin assurer la promesse qu'il lui a faite (cf le titre du livre, et la fin du tome 2).

On suit donc tout le long de ce livre, le parcours (ou devrais-je dire le périple à ce niveau-là) de ces deux personnages. On pourrait penser que tout ça est simple, mais loin de là. Il y a de nombreuses embuches sur la route de nos deux amis, ralentissant ainsi la quête du Rôdeur. De son côté, Will vit aussi de nombreuses choses qui rendent sa vie assez compliquée (je n'aurais jamais pensé que ça prendrait une telle tournure). Des révélations sont faites (pas toujours pour nous, mais pour les personnages) et l'action avance petit à petit.

J'aurai pensé, cependant, qu'il se passe un peu plus de choses, comme dans le tome 2 mais en même temps, vu ce qui se passe, on ne peut pas « brusquer » les évènements et parfois c'est plus lent. Mais ce n'est pas pour ça que c'était ennuyeux et qu'il ne se passait rien. Bien au contraire, j'ai vraiment aimé ce livre et on découvre tellement de choses, notamment que l'amitié est une chose importante et qu'on est prêt à faire beaucoup de choses pour la garder et la protéger.

Ce livre est beau par cet aspect, malgré l'horreur qu'on y découvre et du coup ça permet de ne pas être totalement plongé là dedans et d'avoir un espoir en se disant que tout finira par s'arranger parce qu'ils ne sont pas seuls et qu'il y a quelqu'un pour l'aider. Je trouve que ce livre se repose pas mal sur cette notion et c'est pour ça aussi que je le trouve bien, même s'il n'y a pas autant d'action comme dans le 2e (où là on avait une bataille / guerre, etc.). Ici c'est un autre genre de bataille et c'est limite plus fort que ce qu'on avait pu voir avant.

On s'attache de plus en plus aux personnages avec toutes les épreuves qu'ils traversent. On en apprend également plus sur certains, notamment sur leur sentiments, ce qu'ils sont à cause des évènements passés et je trouve ça bien parce que du coup, on ne peut que les apprécier. L'un des personnages qui change vraiment est Evanlyn, normal en même temps, et cela permet de voir ce qu'elle a à revendre.

En bref, ça a été une lecture des plus agréables, avec une fin quelque peu frustrante qui me donne vraiment envie de découvrir la suite parce que je veux savoir ce qui va arriver à tous nos personnages. J'attends donc la suite avec impatience !

20/02/2011

Ce que j'ai vu et pourquoi j'ai menti de Judy Blundell

Quatrième de couverture

Floride, 1947. Un ancien soldat au passé trouble, une femme trop belle, un homme aussi séduisant qu'énigmatique... quel fil invisible les relie ? Dans un hôtel de luxe défraîchi et la chaleur étouffante de septembre, Evie surprend l'ombre de mensonges et de terribles secrets. Un roman sombre et haletant, qui décrit le brûlant passage à l'âge adulte.

Mon avis

Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Gallimard pour m'avoir permis de lire ce livre. Cependant, je dois dire que je reste assez mitigée sur cette lecture (une première en soi, depuis que je reçois leur livre en tant que chroniqueuse).

Dès le début de ce livre, on sait que quelque chose s'est passé, une sorte de lente descente aux enfers que l'héroïne éprouve le besoin de nous raconter, pour bien comprendre comment cela à pu se passer. C'est ainsi qu'elle dévoile son histoire en commençant par le début, c'est-à-dire la veille de son départ pour la Floride. Nous sommes donc dans un contexte d'après guerre, en 1947 (assez important dans l'histoire) et l'on rencontre Evie, et sa famille, en la personne de sa mère, son beau-père et la mère de son beau-père, qu'elle considère comme sa grand-mère, même s'il existe quelques tensions. Evie nous raconte sa famille et on voit que tout n'est pas rose. Déjà, dans son passé, avant que sa mère ne rencontre Joe, son beau-père. Elle a eu une vie difficile et a enfin un équilibre avec lui, formant ainsi une vraie famille. Sur un coup de tête soudain, Joe décide de partir en vacances en Floride avec sa femme et sa fille. Elles sont assez enjouées à cette idée, d'autant que Gladys, la mère de Joe, ne vient pas. C'est ainsi que la petite famille part pour la Floride. Tout se passe à peu près bien. Elle explique leur arrivée, notamment à l'hôtel Le Mirage, où tous les problèmes vont commencer. La famille pensait découvrir le paradis en allant là-bas, sauf qu'ils vont vite déchanter. Evie est pressée de rentrer chez elle, elle ne se plait pas.

Comme je l'ai dit plus tôt, je suis assez mitigée par cette histoire. La raison première étant que j'ai eu du mal à entrer dans l'histoire. Cela ne vient pas du tout de la narration parce que c'est assez fluide et l'on entre plus ou moins aisément dans la peau du personnage (même si au début, elle peut paraître un peu énervante, gamine par son attitude). Ce qui m'a le plus gêné, c'est que je pensais que les évènements déclencheurs allaient arriver assez tôt. En même temps, l'auteure à travers son héroïne fait tout pour nous mettre l'eau à la bouche puisqu'elle nous dit qu'il s'est passé quelque chose d'important sans nous révéler la moindre chose. D'autant que dès le début de l'histoire, on sait qu'il y a eu quelque chose de grave, mais tout ça reste très mystérieux. A la fin des chapitres, elle nous rappelle sans cesse qu'il s'est passé quelque chose qui a tout changé. Et du coup, cela intrigue vraiment le lecteur parce qu'on se demande ce qui a bien pu se passer pour que ça l'a « perturbe » autant et qu'elle éprouve le besoin de nous le répéter sans cesse, même si ce n'est jamais dit de la même manière.

Le problème, c'est que c'est assez long à venir et du coup pendant une bonne partie du début du livre, et bien on a tout simplement sa vie de famille, ses vacances en Floride, ses rencontres avec des gens qui auront une certaine importance par la suite. Mais c'est tourné de telle manière que j'ai trouvé ça un peu long. Du coup, je me suis en partie ennuyée en lisant la première moitié du livre. J'avais beaucoup de mal à m'intéresser à l'histoire, je me demandais parfois où l'auteure voulait nous emmener. Avec un tel synopsis, je ne m'attendais pas nécessairement à ce genre d'histoires. J'imaginais d'autres scénarios mais pas celui là. Cela peut être une bonne chose, car cela m'a surpris, mais ça a mis le temps à venir.

Par ailleurs, la période choisie, le contexte de l'après-guerre était intéressant, sauf que l'on ne nous montre qu'un seul aspect, et par moment j'ai trouvé que ce n'était pas « juste », dans le sens « véridique ». On nous présente la guerre comme difficile... je ne peux pas le nier, la guerre 39/45 a été terrible... surtout en Europe. On ne peut pas dire qu'aux Etats Unis, ils aient beaucoup soufferts (même s'il y a eu Pearl Harbor), du moins pas autant qu'en Europe. Il n'y a pas eu là-bas tout ce qui s'est passé notamment en Allemagne ou en France pour ne citer que ces deux pays. Donc nous présenter cela comme terrible, très marquant, avec la peur de perdre un membre de sa famille (c'est vrai, je ne dis pas le contraire, mais les Etats Unis ont été impliqué que tardivement), donc ça me semble un peu gros, de nous présenter la guerre de cette manière. L'histoire se passe aux Etats Unis, et écrit pas une américaine, elle retranscrit certainement ce qu'elle a appris, mais quand on est français et que l'on lit un tel livre sur la Seconde Guerre Mondiale (ou en rapport avec, notamment l'après guerre), cela prête à « sourire » parce que notre pays a vécu de plus grandes horreurs. Donc, d'une certaine manière, je n'ai pas trouvé ça très crédible, de nous bassiner autant de temps sur cette guerre. A mesure de la lecture, on comprend pourquoi on nous en parle, mais appuyé sur certains aspects n'étaient peut-être pas nécessaire pour l'histoire.

Quant à la deuxième partie, on commence à comprendre où l'auteure nous emmène, des questions commencent à se soulever dans la tête d'Evie et l'on suit ses pensées au fur et à mesure. L'élément clé de l'histoire nous est enfin dévoilé, mais il aura presque fallu attendre les dix derniers chapitres pour le comprendre et voir enfin la raison pour laquelle Evie nous raconte cette histoire, mais également le lien avec le titre du livre (je me suis longuement demandé pourquoi l'auteure avait choisi ce titre là, mais il faut le temps avant de comprendre, vu qu'on n'a pas tous les éléments en main dès le début pour en prendre pleinement conscience). Passé cette deuxième moitié, il est vrai que les éléments s'enchainent assez rapidement et du coup, je me suis plus aisément plongée dans l'histoire et j'y ai vu un certain intérêt. je pense que l'auteure aurait peut-être dû rentrer plus rapidement dans le vif du sujet et après s'étendre sur ça, plutôt que de nous raconter tout ce qui se passait à l'hôtel, même si ça a de son importance pour la suite. Mais sur le coup, on ne le voit pas et ça peut être assez ennuyeux parce qu'il ne se passe pas grand-chose en soi.

Le personnage qui a le plus d'intérêt à mes yeux est Evie. En même temps, c'est elle qui raconte l'histoire, mais c'est celle qui est le plus touché par cette histoire, celle qui porte tout en quelque sorte. Evie est une jeune fille qui a besoin d'attention et de reconnaissance. Elle n'est pas nécessairement bien dans sa peau, a peu d'estime de soi et est pressée de grandir. En même temps, c'est une adolescente de 15 ans, presque 16. Bien souvent, c'est l'âge où l'on essaye de savoir qui l'on est, donc on se pose beaucoup de questions et l'on tente toute sorte d'expériences. Elle est comme toute fille de son âge, qui aimerait faire des choses, comme les femmes, sauf qu'elle n'en est pas une, d'autant que sa mère fait tout pour qu'elle ne grandisse pas trop vite. On la voit évoluer tout le long du livre et l'on voit bien qu'elle murit et devient plus femme, en prenant conscience de certaines responsabilités et qu'elle sait enfin qui elle est. Cette histoire aura permis de la faire grandir et de comprendre que la vie n'est pas simple et qu'il faut parfois se battre et vivre en conséquence des choix que l'on a faits.

Ce livre nous fait donc réfléchir sur ça, les dernières lignes de ce livre sont vraiment très justes, mais je n'en dirais pas plus à ce propos, sans quoi ça pourrait dévoiler certaines choses. Mais cela nous donne à réfléchir et du coup, je ne peux pas dire que je n'ai pas aimé ce livre. Je reste donc mitigée parce que la mise en place de l'intrigue était peut être un peu trop longue pour un tel livre (il n'est pas si épais que ça, et ce n'est pas une série), du coup on en attend beaucoup plus, et cela rapidement. Après, c'est le choix de l'auteur et l'on ne peut pas revenir dessus. Ce livre est tout de même intéressant, mais je ne peux pas dire que je l'ai beaucoup aimé.

L'heure des fées de Christelle Verhoest (La trilogie des fées 1)


Attention, gros spoiler dans le synopsis

Quatrième de couverture

Septembre 1943.
Maria a quinze ans. Orpheline sans ressources, elle est recueillie par un ami de jeunesse de sa mère, médecin de Bretagne : Olivier de Lordremons. Mais à son arrivée au manoir, Ael, le fils de son hôte, un garçon de seize ans, se montre froid et la fuit. Pourquoi ? Pour que Maria réalise ce que sont les Lordremons, Deniel, un adolescent du village dont elle s'est rapprochée, l'emmène chez sa cousine Lusia, qui ressemble à une fée... Lusia laisse entendre que les gens différents, comme elle-même, comme Ael... et comme Maria, sont en général rejetés, et qu'on les craint.
Devant l'insistance d'Olivier, qui ne veut plus que son fils ignore ce qu'il est, Ael se rend chez Lusia, mais rejette ses dons et s'enfuit. Maria le retrouve, et l'adolescent lui avoue ne pas savoir quoi faire de ce qu'il est. Les deux adolescents échangent leur premier baiser, sous une pluie battante. Empli d'une énergie nouvelle, Ael accepte dès lors l'aide de Lusia, pour mieux connaître et développer ses pouvoirs d'enfant des Anciens Dieux, investis de dons féeriques... Après toutes ces révélations pour le moins surprenantes, Maria se demande maintenant quels sont ses pouvoirs, à elle ?

Mon avis

Déjà, je peux dire que j'ai bien bataillé pour l'avoir ce livre. J'ai jamais eu de chance, à chaque fois que je le voulais, il n'y avait plus d'exemplaires et quand on me disait que c'était bon, bah une fois encore, je me faisais avoir et je n'en avais pas. Mais j'ai fini par l'avoir ! Ça y est, je l'ai enfin eu ma dédicace ! Même si je connais l'auteure, je reste tout de même objective sur cette lecture que j'attendais depuis des mois parce que l'histoire m'avait bien intriguée et intéressée. Et ce que je peux d'ores et déjà dire, c'est que je n'ai pas du tout été déçue !

Je conseille une fois de plus, de ne pas lire le synopsis parce que ça dévoile presque tout le livre, donc ce n'est vraiment pas terrible si l'on veut découvrir l'histoire. L'écriture de l'auteure est vraiment agréable à lire, fluide et on s'insère facilement dans la peau de cette jeune héroïne pas comme les autres.

Au début du livre, on découvre Maria, jeune orpheline, dans le contexte de guerre, vu que cela se passe en septembre 1943. Elle apprend qu'elle va dorénavant vivre en Bretagne, dans la famille de Lordremons, un ami de jeunesse de la mère de Maria. La jeune fille s'en réjouit, se disant que ça ne pouvait être que mieux que l'orphelinat où elle se trouvait comme elle était « rejetée » par les autres pensionnaires. Mais elle va un peu déchanter en arrivant, car même si on lui réserve un accueil chaleureux, notamment de la part de l'intendante et du maître des lieux, son fils Ael, lui réserve un accueil froid et distant. Aussitôt, Maria se sent de nouveau rejetée et ne comprend pas pourquoi il se comporte ainsi envers elle. Assez rapidement, elle va se rendre compte de certaines choses au sein du manoir, mais aussi par les ouïs-dires du village qui trouve la famille Lordremons des plus étranges.

C'est donc dans un univers proche au nôtre que cette histoire se déroule, mais en même temps, on nous montre un autre aspect, que les gens ignorent ou sentent mais ne peuvent comprendre et en saisir toute l'ampleur. Pendant un long moment, on ne sait rien sur la famille, on découvre des choses, mais on ne nous dit pas clairement ce qui se passe, de sorte que le lecteur a envie de savoir et donc les pages défilent à une vitesse folle. Après tout, je n'ai même pas mis une journée pour le lire, que quelques heures en vérité, donc ça prouve que ça se lit bien.

On évolue dans cette famille, on se demande ce qu'ils peuvent bien cacher et au fur et à mesure des pages, on prend peu à peu conscience de ce qu'ils sont et pourquoi les gens sont si réservés à leur égard. La moindre des choses qu'on puisse dire c'est que ça ne s'arrête jamais. Il n'y a pas toujours de grandes actions, mais ce n'est pas pour autant qu'il ne se passe rien. Bien au contraire, on a un petit élément qui peut prendre toute son ampleur, et nous faire découvrir plein de choses, des vérités cachées pour le bien de tous. Cela permet donc de faire avancer l'histoire, petit à petit, même si on ressent une rapidité dans l'action.

On s'attache rapidement aux personnages. J'aime particulièrement Ael et Maria, les deux personnages principaux, même si les autres personnages secondaires, comme les membres de la famille Lordremons, ou même encore Deniel sont très sympathiques, Ael et Maria forment un duo des plus atypiques mais en même temps... Maria est une jeune fille douce et attachante. Comme elle, on essaye de savoir ce qui se passe et pourquoi on dit tant de choses sur cette famille. Elle est timide par certains égards, mais en même temps, elle ne se laisse pas faire, quand besoin est... sauf en présence d'Ael, elle semble perdre quelque peu ses moyens. Ael... c'est un jeune homme de 16 ans des plus mystérieux. Même s'il a mauvais caractère, qu'il se comporte d'une drôle de manière envers Maria, on ne peut que l'apprécier parce que du coup, cela nous intrigue et on aimerait en savoir plus sur son compte. Il recèle plein de mystères et je ne m'attendais pas à certains. Il est attachant lui aussi à sa manière, même s'il est brusque et est loin d'être un ange (contrairement à ce que dit son prénom...).

Le seul reproche que je ferais (et ça l'auteure le sait déjà) c'est que certains passages sont peut-être un peu trop rapides et il aurait fallu faire un peu traîner en longueur de sorte qu'on s'attache, par exemple, plus aux personnages, qu'on voit vraiment les liens se tisser entre eux et croire plus en leur relation. A certains moments, les réactions de Maria peuvent être étranges. Elle accepte peut-être trop facilement aussi ce qui se passe et entre dans l'action, sans vraiment se poser de questions. Cela pourrait en déranger certains, mais bon, après nous n'avons ici que le 1er tome d'une trilogie, donc il se peut qu'on en apprenne plus sur son compte nous permettant de comprendre cela. Cette rapidité se voit également sur l'histoire elle-même, car on arrive assez aisément au but.

Mais ça ne gâche pas du tout la lecture car au moins, on comprend vers quoi on se dirige, et cela semble logique. Ce n'est pas un gros défaut en soi, mais moi j'aime bien quand ça prend un peu de temps et j'affectionne aussi les gros pavés. Je fais souvent ce reproche aux auteurs qui écrivent de « petits livres » mais ça n'empêche pas que je me suis laissée emportée par cette histoire vraiment magnifique et j'ai hâte d'en découvrir plus dans les prochains tomes. On savoure chaque page, c'est vraiment une belle histoire, dont on découvre tous les secrets jusqu'à la dernière page !

17/02/2011

Elixir de Hilary Duff (Elixir 1)

Quatrième de couverture

Alors qu'il enquêtait sur un mystérieux élixir, le père de Clea disparaît soudainement. Anéantie, la jeune fille se réfugie dans une passion qui l'anime depuis toujours : la photographie.

Quand elle rentre du carnaval de Rio avec son meilleur ami, elle fait une inquiétante découverte : les photos qu'elle prend depuis son plus jeune âge laissent apparaître la silhouette d'un étrange inconnu.

Le jour où le destin l'amène à croiser le chemin de ce jeune homme, elle est troublée par la puissante attirance qu'elle ressent pour lui. Ensemble, ils décident de lever le voile sur la disparition du père de Clea, tentant de percer le secret, vieux de plusieurs siècles, de leurs liens si intenses... Pris au piège dans un dangereux triangle amoureux, ils sont condamnés à parcourir le temps pour démêler les zones obscures de leur passé, sauver leurs vies présentes... et futures.
Un élixir maudit
Une obsession enivrante

Mon avis

J'ai eu la chance de lire ce livre, comme je l'ai gagné grâce aux éditions Michel Lafon. Je ne sais pas si je l'aurai pris, parce que ce n'est pas forcément le genre que je lis, vu qu'il n'y a pas tellement de fantastique en soi. Et comme chacun le sait et le constate, c'est ce que je lis et préfère le plus. Mais je dois dire que je ne regrette pas cette lecture et que ça a été un plaisir de me plonger dans cette histoire et que j'aimerai bien savoir comment va se passer la suite.

Le style d'écriture des auteures (oui, il n'y a pas qu'Hilary Duff, il y a aussi Elise Allen, comme précisé à l'intérieur du livre) est très agréable. C'est fluide, simple à lire et on suit assez aisément l'histoire de Clea, une jeune fille de dix-sept ans, dont la photographie est sa passion. En revenant d'un voyage à Paris, elle remarque la présence d'un jeune homme, qui est sur beaucoup de photos, alors qu'elle ne l'avait jamais remarqué jusqu'à présent. Elle en informe aussitôt son meilleur ami, Ben, et à partir de ce moment-là, des choses étranges surgissent, comme la rencontre de ce fameux jeune homme alors qu'elle va à Rio pour avoir des réponses à ses questions (notamment sur la disparition de son père). Quelque chose se passe lors de leur rencontre et Clea va se rendre compte peu à peu de ce qui se passe, nous entraînant à diverses époques. L'histoire n'est pas très compliquée, mais c'est bien développée et on a envie, de la même manière que Clea, d'en savoir plus sur ce jeune homme très étrange (Sage).

L'histoire est bien menée, quelques éléments inattendus pour rendre l'histoire encore plus intéressante. Les personnages sont aussi intéressants et attachants les uns que les autres, notamment la meilleure amie de Clea, Rayna, qui a son importance. Elle est celle qui soutient Clea, celle qui la sauve quand la situation est tendue et qu'il faut faire diversion... elle est véritablement sa meilleure amie et il est difficile de les séparer toutes les deux. Clea est attachante et on comprend sa quête de réponses quant à la disparition de son père. A mesure de l'histoire, on en apprend plus sur son compte, mais également sur Clea et j'ai bien aimé la tournure que prenaient les évènements.

Cependant, j'ai eu un peu de mal à cerner Clea parce qu'à sa manière d'être, j'aurai pensé qu'elle était beaucoup plus âgé qu'elle ne l'est en réalité. J'aurai dit une vingtaine d'années alors qu'elle a dix-sept ans. Donc elle a une certaine maturité et j'ai été étonné de voir son âge réel. A d'autres moments, elle faisait vraiment dix-sept ans, donc ce n'était pas trop gênant. Mais il est vrai qu'au début, je me demandais quel âge, elle pouvait avoir en raison de son comportement. Le fait qu'elle voyage beaucoup toute seule partout (aux USA, Europe et cie) avec sa meilleure amie, je trouvais ça étrange. Mais pourquoi pas, ça reste quand même crédible.

Le personnage de Sage est très intriguant parce qu'on se demande vraiment qui il est et on le découvre au fur et à mesure dans des circonstances des plus particulières. Et pendant tout le livre, on partage les mêmes envies et doutes que Clea le concernant, du coup, on ne sait pas vraiment trop quoi en penser, même à la fin de l'histoire. Il reste une part mystérieuse en lui et j'aimerai bien en découvrir plus car je suis certaine qu'il a encore beaucoup de secrets à nous faire découvrir.

A la fin de l'histoire, tout n'est pas encore réglé évidemment puisqu'il s'agit du premier tome d'une trilogie, et du coup, je me demande ce qu'ils vont nous réserver car on nous laisse ici beaucoup de possibilité. Ce livre n'est pas riche en évènements, il y a peu d'action en soi, mais on ne s'ennuie pas pour autant parce qu'il y a des révélations faites au fur et à mesure, notamment sur l'élixir (le titre du livre, donc ça a forcément une importance) et qui se retrouve au cœur même de tous les problèmes mais dont on ne sait pas encore tous les secrets.

Cela reste un livre sympathique à lire, sans se prendre la tête lors de la lecture parce que ça découle naturellement et on comprend aisément tout ce qui se passe. C'est parfait pour la détente. Une histoire pas originale en soi car le thème abordé est déjà repris dans d'autres livres, mais son traitement ici est bien fait et mené du coup, ça n'est pas dérangeant. Une lecture agréable, dont j'en garderais un bon souvenir c'est certain. Je lirai la suite avec plaisir en tout cas.

15/02/2011

PALM n°1 [FEVRIER 2011]

Qu'est-ce que la PALM ? La PAL du Mois consiste à écrire article sur nos blogs avec une photo de notre Pile À Lire, accompagnée de quelques pensées sur les livres que vous possédez, sur ce que vous avez à dire des nouveautés, sur les livres que vous mourrez d'envie de lire... et ceci, tous les 15 du mois.

Pour retrouver les autres PALM, rendez-vous sur Secret-forbidden-world. La PALM est inspirée de In My Mailbox de The Story Siren.

En cours de lecture : Elixir d'Hilary Duff



Une petite photo de ma PAL complète, et en ce moment elle stagne pas mal, vu que dès que j'en fini un, j'en ai un autre qui arrive directement. Donc cela fait quelques temps, que je tourne autour des 60/62, mais je vais finir par la faire descendre un jour. (bon, je n'y crois pas trop quand même, vu toutes les sorties )


Livres lus depuis le début du mois de Février - et pour le moment ce ne sont que de bonnes découvertes et de nouvelles séries à continuer en perspective !



Les sorties du mois de Février qui m'intéressent (malheureusement pour mon porte-monnaie, il y en a beaucoup ! ^^)


Creuser Sa Tombe de Jeaniene Frost (Chasseuse de la Nuit T. 4)
La nuit des zombies de Rachel Caine (Vampire City T. 2)
Emprise de Carrie Jones (Envoûtement T. 3)
L'Invocation de Kelley Armstrong (Pouvoirs Obscurs T. 1)
Wicca de Cate Tiernan (Wicca T. 1)
La promesse du rôdeur de John Flanagan (L'apprenti d'Araluen T. 3)
Roi vampire de Patrick Mc Spare & Oliver Peru (Les Haut-conteurs T. 2)
Le Choix de Kathleen Duey (Le Prix de la Magie T. 2)
Vampire et célibataire de Mary Janice Davidson (Queen Betsy T. 1)
Evernight de Claudia Gray (Evernight T. 1)
The Iron Witch de Karen Mahoney (The Iron Witch T. 1) 

Pour The Iron Witch, ça serait bien, après ça dépend comme c'est en anglais. Je dois encore voir ça, mais il me fait de l'oeil depuis un long moment, depuis que my-freesia l'a repéré )

Et le pire, c'est que ça continue en Mars ! (je n'ai pas encore tous les visuels, encore trop tôt pour certains, mais bon les titres sont inscrits)


L'origine de Patricia Briggs (Alpha et Omega préquelle)
Philtres et Potions, Collectif (Anthologie Bit-lit)
Retour aux sources de Patricia Briggs (Mercy Thompson – Graphics)
La justice de Kushiel de Jacqueline Carey (Imriel T. 2)
La colère de Fiona McIntosh (La trilogie Valisar T. 3)
L'Eveil de Kelley Armstrong (Pouvoirs Obscurs T. 2)
L'Enlèvement du prince Armand de Jim C. Hines (Princesses mais pas trop T. 1)
L'étoffe fragile du monde d'Erik L'Homme (A comme Association T. 3)
Le subtil parfum du soufre de Pierre Bottero (A comme Association T. 4)

14/02/2011

Alex de Pierre Lemaitre (Une enquête de Camille Verhoeven 2)

Quatrième de couverture

Qui connaît vraiment Alex ? Elle est belle. Excitante.
Est-ce pour cela qu'on l'a enlevée, séquestrée, livrée à l'inimaginable ? Mais quand la police découvre enfin sa prison, Alex a disparu.
Alex, plus intelligente que son bourreau. Alex qui ne pardonne rien, qui n'oublie rien, ni personne.
Un thriller glaçant qui jongle avec les codes de la folie meurtrière, une mécanique diabolique et imprévisible où l'on retrouve l'extraordinaire talent de l'auteur de Robe de marié.

Mon avis

Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Albin Michel pour m'avoir permis de lire ce livre et de découvrir un auteur vraiment génial. Il me tarde de lire d'autres de ces ouvrages.

Je tiens à préciser que ce livre s'adresse avant tout à un public adulte, certain passages sont vraiment difficiles. Au moins vous serez prévenu. Après si vous aimez les histoires mêlant le thriller et l'horreur et si vous avez le cœur bien accroché, alors ce livre est parfait.

Par ailleurs, il existe un autre livre : Travail soigné, qui je pense doit être lu avant Alex car on retrouve le personnage de Camille Verhoeven, mais cela n'empêche pas de comprendre parfaitement cette histoire, c'est jusqu'on voit certains évènements arrivés dans ce livre-ci et que dans Alex, on a des changements qui s'opèrent (et du coup on a quelque rappel). Je n'ai pas lu le livre en question, mais ça ne m'a pas empêché de savourer ce livre, bien au contraire, parce que ça m'a donné envie de lire cet autre ouvrage et pourquoi pas d'autres livres encore.

Pour commencer, voici brièvement l'histoire. Paris, de nos jours, une jeune femme prénommée Alex se fait enlever, en pleine rue un soir. Le commandant Camille Verhoeven est chargé de l'enquête, même s'il aimerait s'en débarrasser au plus vite pour des raisons personnelles. On suit dans cette histoire, à la fois Alex dans sa captivité, voir sa situation se dégrader alors qu'elle tente de survivre, mais également l'enquête du côté de Camille, qui fait tout pour la retrouver avec son équipe. A chaque chapitre, on alterne entre ces deux personnages. Mais alors que la police finit par retrouver ce lieu de captivité, on se rend compte qu'Alex n'est plus là. Ce n'est pas pour ça que l'enquête se termine, bien au contraire, Camille et les membres de l'équipe continue les recherches. Mais, cela va nous amener à d'autres choses, bien plus surprenantes. On se retrouve dès cet instant, vraiment dans une histoire incroyable et inimaginable. Je ne pensais pas que ça prendrait un tel tournant, et cette surprise et des plus agréables, rendant ce livre vraiment génial.

L'histoire se déroule en trois temps (il y a trois parties dans le livre bien distinctes), et on voit bien la démarcation d'une certaine manière, même si l'enquête poursuit son œuvre, elle change un peu d'objectif à chaque fois parce qu'un évènement vient tout chambouler. Du coup, le découpage en trois est des plus logiques.

L'histoire peut paraître simple au premier abord, une femme enlevée et qui a réussi à s'échapper, mais il ne faut surtout pas s'y fier. L'auteur sait très bien manipuler son lecteur et joue avec lui tout le long de l'histoire, car dès le moment où l'on pense comprendre pourquoi tout ça est arrivé, eh bien, il arrive à nous surprendre et à nous embrouiller l'esprit en allant sur d'autres pistes. Cet auteur a un vrai talent et je n'aurais jamais cru ressentir autant de choses, notamment envers Alex. Tout le long de ma lecture, j'ai eu divers sentiments et finalement, je ne sais pas trop quoi en penser. C'est tellement hallucinant que je me demande comment il a pu avoir une telle idée.

Ce livre est horriblement génial. Ce qui se passe, c'est vraiment monstrueux à certains moments, mais en même temps, ça rend ce thriller des plus géniaux. Il y a une tension, une atmosphère lourde qui crée un certain malaise. D'autant qu'au vue de la situation d'Alex, que l'on suit une bonne partie dans son calvaire, eh bien, on ressent la même chose qu'elle et on a pitié de cette femme qui endure toutes sortes de torture horrible. Ça dure environ un tiers du livre et c'est vraiment horrible, on se demande si elle va s'en sortir, si les policiers vont finir par la retrouver (et avec la 4e de couverture, on sait que ce n'est pas le cas). Mais du coup, on se demande chaque instant comment elle va faire pour survivre, alors qu'on la voit dépérir de plus en plus. Et quand on pense qu'elle a vécu le pire, il y a encore autre chose qui vient pour la mettre dans une situation encore plus désespérée.

Alex est une femme mystérieuse dont on connait la vie que par petit bout tout le long de l'histoire. Au début, on se demande pourquoi l'auteur s'attache à certains détails, mais tout nous paraît clair ensuite. Alex est la victime dans cette histoire, on compatit face à sa douleur et sa situation. Mais à mesure que l'histoire avance, on change complètement de sentiments par rapport à elle notamment, parce qu'on se rend compte de certaines choses. Et ce revirement, est très étrange parce qu'au début, on la plaint et par la suite on pense totalement différemment. C'est en cela que Pierre Lemaitre est vraiment très fort car il arrive à nous faire changer d'avis, à avoir un autre point de vue en raison des découvertes et vue la situation initiale, cela pourrait paraître impossible et pourtant...

L'autre personnage important de l'histoire est Camille, qui est vraiment un personnage touchant, on en apprend un peu plus sur lui à mesure de notre lecture. Il est tourmenté, mais arrive à se reprendre et à faire son travail bien, même si parfois ça lui est difficile. Il enquête avec acharnement et essaye de comprendre les raisons de cet enlèvement et voit bien plus de choses qu'on ne pourrait le croire. Il est le commandant des polices et est respecté par ses collègues, malgré sa petite taille, il se fait entendre et peut faire « peur » à ses supérieurs car il ne se laisse pas aisément faire. Ses collègues et supérieurs sont aussi des personnages un peu atypique, on se demande comment ils peuvent être amis tant ils semblent différents.

Dans la dernière partie du livre, là encore l'auteur nous surprend et on change totalement de direction, tout en ayant un lien avec le début évidemment. On comprend maintenant les actions d'Alex, pourquoi elle est comme ça... Tous les éléments s'imbriquent bien et tout devient clair dans notre esprit, mais pas dans notre ressentiment.

La seule chose que je reprocherai c'est la tournure de certaines phrases, en répétant – plus ou moins – le même sujet, je trouve son écriture assez lourde. Mais sinon dans l'ensemble ça reste très agréable à lire, on s'immerge bien dans le récit et on est tellement captivé par cette histoire éprouvante et prenante que ce n'est pas trop dérangeant.

Donc, tout ça pour dire que ce livre est vraiment génial, que c'est un thriller vraiment prenant et je comprends tout à fait en quoi c'est un « thriller glaçant » pour reprendre les termes de la 4e de couverture parce que c'est ça. On ressent tellement de choses en lisant ce livre qu'on ne peut pas rester impassible. Cette histoire est vraiment bien menée et je n'aurai jamais cru que ça prendrait un tel tournant. Ce livre a été une vraie surprise et je le conseille vivement à tous les amateurs de thriller car je pense qu'ils trouveront leur compte avec ce livre et cet auteur.

09/02/2011

Les portes de Doregon de Carina Rozenfeld (Doregon 1)

Quatrième de couverture

« La solution s'imposa à moi comme un coup de poing au plexus solaire. Ma respiration s'interrompit avant de reprendre, haletante. Non... je ne pouvais pas ! Je n'avais pas le droit. Jouer avec le temps était interdit, punissable ! Mais, si je laissais mon ennemi s'emparer du Secret, cet interdit n'aurait plus lieu d'être, comme tout le reste... Et c'était le seul moyen de sauver le Secret, de sauver Doregon et de sauver Josh en même temps, alors, il n'y avait pas à hésiter. Je l'entendis hurler mon nom, sa rage se répercutant jusqu'à moi...
— MIA ! »
Jeune étudiante aux Beaux-Arts particulièrement douée, Mia peint depuis des années un monde qu'elle a baptisé Doregon. Mia aime Josh, libraire ingénu et passionné. Mia aime son frère, photographe brillant mais tourmenté, pour lequel elle rêve d'une existence apaisée. Alors, quand elle reçoit le Secret, ce pouvoir singulier qui lui permet de pénétrer dans ses peintures, d'entrer physiquement en Doregon, elle ne peut résister au bonheur de partager avec chacun d'eux la vie dans cet univers fascinant, sans se douter qu'elle va le mettre en danger.

Mon avis

Alors, je tiens tout d'abord à remercier Chrisrob pour m'avoir fait découvrir ce livre, pour l'avoir repérer lors de notre petite balade à Paris, parce que ça a été une bonne surprise et que je ne regrette pas du tout d'avoir lu ce livre.

Il s'agit donc d'un livre jeunesse qui nous emmène dans un univers assez riche et intéressant. L'écriture de Carina Rozenfeld est très agréable à lire, très simple mais pas nécessairement trop simple (dans le sens très gamin, pas du tout). Cela permet d'avoir une lecture facile et elle décrit les choses de telle manière qu'on s'imagine assez bien ce qui se passe, sans que ce ne soit très compliqué (alors que ça pourrait aisément le devenir, entre les changements de temps, mais aussi les créatures et voyages possibles, mais je reviendrais dessus plus tard).

La narration est double, on a à la fois, la 1ere personne avec Mia et la 3e personne lorsqu'il s'agit de Josh. Cela nous permet d'être confrontés aux deux personnages qui sont aussi importants l'un que l'autre, même si Mia a évidemment la 1ere place, après tout, il s'agit de son histoire. On se repère assez bien, on ne passe pas de l'un à l'autre brutalement, il y a des séparations avec des astérisques ou bien un changement de chapitres, ainsi, on ne se perd pas.

Le livre est séparé en deux parties, la première étant très courte par rapport à la deuxième qui fait presque l'intégralité du livre. Cela nous permet de ne pas nous perdre entre les différents temps, pour voir l'ordre chronologique des éléments. Ainsi, on voit la différence entre la Mia du « future » et celle du « passé ». Sans quoi, il aurait été difficile de s'y retrouver, mais comme il y a deux parties clairement distinctes, on se repère bien.

Dans cette première partie, on découvre Mia, et on se rend compte qu'il se passe quelque chose de grave, qu'il est question d'une trahison et qu'elle doit tout faire pour protéger le Secret coûte que coûte, même si pour ça, elle doit faire quelque chose qu'elle aurait dû éviter (Le début de la quatrième de couverture est un passage dans cette partie d'ailleurs). Et c'est ainsi que Mia remonte dans le temps pour changer tout cela et protéger au mieux le secret et en subit les conséquences.

On passe ensuite à la deuxième partie, et au vue du titre de la partie, les évènements tels qu'ils se sont passés, et cela bien avant que Mia parte dans le passé dans le but de changer les choses. Ainsi, le lecteur sait déjà plus ou moins ce qui va se passé comme on a lu « le futur », on a donc déjà des éléments clés de l'histoire en tête, avant même que l'histoire ne se déroule chronologiquement. Cela peut-être une mauvaise chose parce qu'on sait d'avance ce qui va se passer, de l'autre, le lecteur est en attente perpétuel et on se demande comment les choses ont pu en arriver là. La lecture de la deuxième partie, nous permet de le découvrir et je dois dire que je ne m'attendais pas à certaines choses à la fin (en même temps, je ne cherche pas spécialement à tout deviner, j'aime bien être surprise dans mes lectures, sinon ça n'a aucun intérêt). On sait donc, dès le début à quoi nous attendre, mais il y a tout le cheminement qu'on découvre et je dois dire, qu'on va vraiment de découverte en découverte et puis je ne m'attendais pas à certaines révélations, je ne pensais pas que l'auteure irait tout à fait dans cette direction, mais pourquoi pas, ça se tient.

Mia est donc une jeune artiste peintre et alors qu'elle entre dans une librairie dans le but d'acheter un livre pour un ami, elle fait la rencontre de Josh. Plus tard, lors d'une exposition (celle de son frère Moone, photographe, ainsi que la sienne), elle le retrouve et commence à discuter avec lui. C'est alors qu'un homme qu'elle ne connait pas, va lui parler et lui confier un secret. Elle lui suit, même si elle est intriguée et il se passe alors une chose étrange avant qu'il ne disparaisse... C'est alors que l'histoire commence vraiment car, alors qu'elle est en compagnie de Josh chez elle, elle voit dans ses peintures – représentant un monde qu'elle a elle-même surnommé Doregon, une étrange lumière. Elle s'approche donc du tableau et est aspiré par celui-ci. Elle découvre donc Doregon, un autre monde qui existe bel et bien et non uniquement dans sa tête.

Elle va faire là-bas de nombreuses connaissances dont une personne qui va tout lui apprendre sur ce monde et son rôle à jouer dans celui-ci. S'ouvre à elle des possibilités qu'elle n'aurait pas cru possible et s'empresse de partager cela avec Josh, en qui elle a confiance et qu'elle apprécie grandement, même si ça ne fait pas longtemps qu'il se connaisse. Quelque chose passe vraiment entre eux, un vrai coup de foudre (bon, il y a « coup de foudre » et « coup de foudre », là c'était peut-être un peu rapide pour certaines choses, mais ça ne dérange pas, parce qu'on voit qu'ils sont bien ensembles et se complètent bien. Du coup, ça peut passer.

Les personnages sont vraiment attachants, j'aime beaucoup Mia ainsi que Josh. Ils forment un beau couple tous les deux et se complètent. Le frère de Mia, Moone, est la cause de tous les problèmes comme on le découvre dans la 1ere partie du livre. Et on se demande, en le voyant au début de la 2e partie, comment il a pu changer à ce point et comment il a pu en arriver là. Même s'il était un peu étrange au début, ce n'est plus du tout le même homme à la fin de l'histoire et du coup, en sachant d'avance ce qui va advenir de lui, on a envie de savoir la raison de cette évolution (dans le mauvais sens du terme).

Doregon est vraiment un monde riche et à part. L'auteure a vraiment créé tout un univers avec des créatures (notamment l'animal que l'on voit sur la couverture) et des personnages qui ont un rôle à jouer dedans. C'est vraiment bien organisé et j'ai pris à plaisir de découvrir ce monde, ainsi que les autres. On apprend tout cela au fur et à mesure, notamment quand Mia fait les allers-retours entre la Terre et Doregon.

L'histoire que nous propose Carina Rozenfeld est vraiment très intéressante et j'avais vraiment envie de découvrir tout ça, bien que je connaisse en partie la fin. Je trouve le principe de cette histoire assez originale, c'était bien sympathique à lire. Ce n'est pas spécialement un coup de cœur, mais ça a été quand même une bonne surprise. J'ai beaucoup apprécié et j'ai envie de savoir comment ça va se passer, vu que j'ai pu entrapercevoir une partie du « futur ». Mais j'ignore encore si elle est parvenue à sauver le Secret, comme elle le souhaitait au début de ce livre.

NB : Désolée pour la longueur de cette critique, mais beaucoup de personnes étaient très intéressées par cette histoire et j'ai voulu être la plus précise possible (sans trop en dire sur l'histoire) pour que vous voyez à quoi vous attendre en lisant ce livre. Donc j'espère que ça vous fera une idée plus précise et que si vous venez à le lire, cela vous plaira comme ça m'a plu.

08/02/2011

La Cité bleue d'Icaria d'Arthur Slade (Les Agents de M. Socrate 2)

Quatrième de couverture

Modifier son apparence, voler des documents confidentiels à des espions français : une journée de travail comme les autres pour Modo, agent secret anglais âgé de quatorze ans. Pourtant, sa dernière mission – percer le mystère d'un objet sous marin appelé Ictinéo – semble un peu plus compliquée. On murmure qu'il s'agit d'un monstre marin, d'un poisson plus grand qu'un navire. Les espions français sont sur le coup, et M. Socrate, le maître de Modo, entend bien frapper avant eux.

Mon avis

Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Le Masque pour m'avoir permis de lire ce livre.

Pour ce qui est de l'histoire, dès le prologue, on découvre un jeune homme, une expérience de la Confrérie de l'Horloge et tout ça n'annonce rien de bon. L'auteur y fait tout un mystère afin d'attirer notre curiosité et nous amener à lire le livre le plus vite possible pour comprendre ce que ça va entraîner. On fait la connaissance d'une jeune femme, Colette, capitaine de son propre navire quand quelque chose le fait couler. On retrouve ensuite Modo, alors qu'il est en repos après sa précédente mission, qui lui a valu une confrontation avec des membres de la Confrérie de l'Horloge, mais assez rapidement, une nouvelle mission lui est confiée. Il doit voler des documents et cela va l'entrainer sur une autre mission, bien plus complexe qu'elle n'en a l'air. C'est en compagnie d'Octavia qu'il va essayer de découvrir tous les secrets de l'Ictinéo.

Ça a été un réel plaisir de me replonger dans l'univers créé par Arthur Slade où la technologie nouvelle est encore plus présente que dans le premier tome et j'ai vraiment été enchanté par ça. Avec cette série, j'ai découvert le genre steampunk et je dois avouer que j'aime assez, c'est original de mélanger des époques passées (proche de l'industrialisation) avec de nouvelles technologies et dans ce tome-ci, l'auteur en a instauré plein, pour notre plus grand plaisir ! Comme il fallait s'y attendre, tout ne se passe pas comme prévu, sans quoi l'histoire serait vite terminée et n'aurait aussi aucun intérêt. Ce livre est plein de rebondissements, de découvertes fantastiques, plongée au cœur même de la technologie et de la nature. J'ai vraiment été emportée dans l'histoire et quand on comprend ce qu'est Icaria (le titre aide pas mal quand même), j'ai moi aussi été émerveillée comme les personnages.

On découvrir ici de nouveaux personnages, tous aussi attachants les uns que les autres. Même si on pourrait croire que leur vision de la vie est utopique, on aime à y croire et que cela puisse être possible. Mais toutes les médailles ont leur revers, comme nous l'apprend cette histoire. Je dois dire qu'Octavia m'a un peu manquée, parce que je l'avais bien apprécié dans le premier volume. Mais ce n'est pas parce qu'on ne la voit pas souvent, qu'elle n'est pas présente pour autant. Par ailleurs, la présence de Colette, compense largement son absence parce que c'est vraiment une femme atypique et attachante à sa manière même si elle est totalement différente d'Octavia. Modo, toujours égal à lui-même, courageux et inventif même dans les pires situations (et la moindre des choses qu'on puisse dire c'est qu'elle est critique un bon nombre de fois). Dans ce tome, on voit certains aspects de la personnalité de M. Socrate, mais également d'Hakkandottir. Ces deux personnages là m'intriguent toujours autant parce que l'auteur choisit de laisser planer un mystère sur eux, même si on commence à entrevoir certaines choses.

En tout cas, ce tome est à la hauteur, voire mieux, que le précédent car on est vraiment plongé au cœur de la technologie avec cette histoire. On y trouve un autre univers, peu souvent exploité alors qu'il recèle plein de mystères et de beauté. Cette série a été une belle découverte, j'aime beaucoup cette série et j'espère qu'il y aura d'autres aventures des agents de M. Socrate parce que j'ai vraiment envie de découvrir tous leurs petits secrets et avoir d'autres aventures en compagnie de Modo et Octavia.

Tiens-toi droit ! de Tome & Janry (Le Petit Spirou 15)

Quatrième de couverture

Le P'tit Voyou tendre et malicieux le plus drôle de la BD revient vous booster la forme et le moral. Et, surprise ! Un nouveau venu fait son apparition : l'assistant de l'Abbé Langélusse, Malogrodo le sacristain, ex-banquier recyclé dans les bonnes œuvres dévoile comment rebondir quand on à la bosse de la finance...

Mon avis

Alors il est assez inhabituel que je critique une BD, parce que généralement, je n'en lis pas et bon vu le peu de temps que je passe sur une BD, ce n'est pas forcément utile. Mais pour les besoins de mon défi avec ABFA, eh bien je dois lire 3 BD alors en voici une.

Il s'agit de la série Le Petit Spirou écrit par Tome et Janry. Il s'agit des aventures de Spirou lorsqu'il était enfant (c'est bien précisé par Spirou enfant lui-même dans la plupart des tomes pour qu'on comprenne bien de qui il s'agit – je trouve ça plutôt amusant d'ailleurs d'avoir cette petite précision). Je chronique le tome 15, étant le dernier sorti, mais ce que je vais dire ici, vaudra pour tous les autres tomes, donc ce n'est pas dérangeant si je parle du tome 15.

Chaque tome de cette série est indépendant et peut donc se lire dans n'importe quel ordre. Il n'y a pas de fils conducteur entre eux, pas d'histoire générale que l'on retrouve comme dans la plupart des séries. On retrouve toujours les mêmes personnages et parfois au cours de la série en apparaissent de nouveaux (le seul intérêt de les lire à la suite du coup car on voit dans quelle condition ils apparaissent. Mais cela importe peu je trouve).
Je ne peux pas faire de résumer ou expliquer brièvement l'histoire de ce tome-ci car il n'y en a pas, ou qu'une seule. En début de chaque livre, il y a une histoire qui fait environ 6 pages et le reste du livre n'est qu'une succession « d'histoires » sur une seule page. Il s'agit de petit moment dans la vie de Spirou avec sa famille et ses amis. C'est en cela que les tomes peuvent se lire dans n'importe quel ordre parce que finalement, il n'y a pas vraiment d'histoires. Ce sont juste des petits moments par-ci par-là.

Je trouve cette série assez drôle aussi parce qu'on a affaire à un jeune garçon qui se pose parfois des questions sur la vie et qui trouve des réponses un peu étrange parfois. Il s'intéresse aux mêmes choses que n'importe quel garçon de son âge, même s'il est loin de tout savoir. Quant au langage et bien c'est écrit comme si c'était vraiment un enfant qui parlait. Parfois on a des fautes ou bien des contractions de mots, comme lorsque l'on parle finalement du coup ça fait plus réaliste et on s'imagine assez bien les scènes se dérouler avec sa voix d'enfant.

J'aime bien cette série parce qu'on ne se prend vraiment pas la tête, il y a très peu de bulles (donc peu de choses à lire), il suffit parfois de se contenter de regarder les images et ça raconte tout de même une petite histoire. J'aime bien les dessins aussi (en plus à ce niveau là, je suis plutôt strict, il y a beaucoup de choses que je n'aime pas). Mais je trouve que ça ressemble vraiment à l'idée qu'on se fait de la BD (pour moi, rien ne vaut les Astérix et Lucky Luke...). Après comme la BD n'est pas spécialement mon genre de livres préférés, eh bien je n'en connais pas des masses alors qu'il doit exister des livres très sympathiques.

03/02/2011

La Confrérie de l'Horloge d'Arthur Slade (Les Agents de M. Socrate 1)

Quatrième de couverture

Ere victorienne, la campagne anglaise : le mystérieux M. Socrate se rend dans une galerie de monstres. C'est ainsi qu'il fait la connaissance de Modo, nouveau-né difforme aux pouvoirs de transformation étonnants. Durant quatorze ans, Modo recevra les étranges enseignements de M. Socrate où les cours de géographie et de latin côtoient les leçons d'arts martiaux. Elevé dans un manoir dépourvu de tout miroir à quelques kilomètres de Londres, Modo est brutalement jeté dans les rues de la capitale pour accomplir sa première mission. Aidé de la belle Miss Octavia, il devra mettre tous ses talents à l'œuvre pour arrêter la terrible machination de la Confrérie de l'Horloge.

Mon avis

Bon à la base, ce n'était pas ce livre là que j'aurai dû lire, mais comme je n'ai pas été douée, je n'avais pas remarqué que je m'étais procurée le tome 2 d'une série, alors que je n'avais pas lu le tome 1. Du coup, il a bien fallu rattraper ça (oui, quand même c'est mieux de lire les livres dans l'ordre) et du coup, voici le 1er tome de la série : Les agents de M. Socrate d'Arthur Slade.

Eh bien, je dois dire que ça a été une vraie surprise de lire ce livre. A savoir qu'il fait partie du genre steampunk (pour ceux qui ne connaissent pas, comme moi il y a peu de temps, ce genre mélange à la fois une époque ancienne, souvent victorienne à ce que j'ai pu voir, avec des technologies que l'on peut trouver de nos jours). C'est un genre que je ne connaissais donc pas du tout et franchement, le mélange des « générations » m'a bien plu. Ça change et c'était pas mal.

L'écriture de l'auteur est agréable à lire, c'est fluide et très facile. De plus, le fait que les chapitres soient courts, et bien ça se lit encore plus rapidement (pour preuve, il ne m'a même pas fait deux jours, malgré ces 300 pages, mais bon c'est écrit assez gros avec de bonnes marges). Donc, la lecture a vraiment été agréable et l'histoire était très sympathique, même si ce n'est pas LE livre de l'année, il reste quand même très agréable à lire. Les lectures faciles sont très bien pour la détente et ne pas se prendre la tête.

Dès le prologue on fait la rencontre de deux personnages fars de l'histoire. C'est intriguant parce qu'on se demande ce qu'ils vont faire, même si on se doute un peu quel genre de collaboration il va s'agir.

Ensuite, on retrouve un homme qui se trouve en France et qui va voir des forains pour faire la rencontre d'une étrange créatures (au vu de la 4e de couverture, il n'est pas très compliqué de savoir de qui il s'agit). On fait donc la rencontre de Modo, un bébé d'un an à peine qui va donc être recueilli par ce fameux M. Socrate.

De retour en Angleterre, où se passe toute l'action principale, on voit la jeunesse de Modo, son apprentissage au sein du fameux château. Puis après quelques années passés là-bas, il va enfin sortir pour la première fois pour une mission dont Modo ignore tout et se retrouve tout seul et doit survivre à la rue. A partir de là, tout s'enchaîne très rapidement car il a bien l'intention de vivre. Ainsi, on le retrouve après plusieurs mois et une étrange jeune fille vient le voir pour lui confier une mission qui va le mener sur une piste dangereuse et bien plus complexe qu'elle n'en a l'air. Aidé par Octavia (la fameuse jeune fille), ils vont essayer de découvrir ce qui se passe dans Londres alors que des jeunes disparaissent mystérieusement...

Modo est un personnage vraiment attachant. Il est laid, à un point inimaginable, mais on compatit pour lui, surtout le jour où il découvre pour de vrai à quel point il l'est... J'étais vraiment triste pour lui, ça fait mal. Mais cela ne l'empêche pas de vivre, même s'il est emprisonné dans ce château où on lui fait toute une éducation (érudition avec l'histoire, la littérature... mais également différents types d'arts martiaux). Je regrette un peu que cette partie là de sa vie soit si vite expédiée. En quelques chapitres (3 à peine) on nous montre cette vie là alors que ça dure tout de même treize ans. J'aurai aimé en voir un peu plus mais en même temps, vu l'épaisseur du livre et l'histoire majeure qui allait en découler, cela paraît normal. Et bon, ce n'est pas si important au final, mais j'aurai aimé voir tout ça un peu plus en détails tout de même.

J'ai beaucoup aimé Octavia aussi, c'est une jeune fille attachante et très intéressante et il me tarde de la retrouver dans la suite de la série parce que ça promet vraiment quelque chose.

M. Socrate est un personnage très mystérieux. Il appartient à la noblesse sans aucun doute étant donné sa manière d'être et le fait d'avoir pu « élever » Modo de cette manière, mais on ne sait quasiment rien sur lui et du coup ça m'intrigue énormément. Au fil de notre lecture, on en apprend un peu plus sur son compte mais pas grand-chose et tous ces mystères sur ce personnage ne font qu'attiser ma curiosité car je suis certaine qu'il cache énormément de choses...

On n'est pas seulement du point de vue de Modo, mais également du côté des méchants. Et même si on sait qui ils sont, il n'empêche qu'on ne connait absolument pas leur but et que tout le long de l'histoire on se demande ce qu'ils sont en train de mijoté et franchement jusqu'à la fin (ou presque) je me demandais encore ce qu'ils étaient en train de faire. Le mystère reste donc entier sur ces personnages et sur leur but. Le mystère autour de la Confrérie de l'Horloge est donc maintenu assez longtemps et j'ai trouvé ça bien. Au moins ça fait du suspense et à certains moments j'ai vraiment été surprise par la tournure des évènements.

Ce livre a donc été une véritable surprise, je me suis laissée entraîner aisément dans cette histoire qui est vraiment bien menée, et très bien écrite. Ce n'est pas un chef d'œuvre, je ne pense pas, mais ça se laisse quand même lire, je l'ai beaucoup apprécié et je lirai la suite avec plaisir. C'est donc une série à découvrir. Ça reste de la jeunesse donc on s'attend à certaine chose, mais ça ne gâche rien du tout, bien au contraire. C'est frais et j'ai bien aimé ce livre.

01/02/2011

La promesse des loups de Dorothy Hearst (Les Chroniques des loups 1)

Quatrième de couverture

Kaala, une petite louve de sang mêlé, miraculeusement épargnée par la meute, doit lutter pour gagner sa place en dépit de l'hostilité générale. Quitte à se battre et à se révolter contre des lois qu'elle juge injustes. En sauvant de la noyade un humain, elle va mettre en danger sans le savoir la survie de son espèce et découvrir le mensonge qui se cache derrière la Promesse des loups... Une révélation qui pourrait lui coûter la vie et détruire tout ce qui lui est cher. Formidablement documenté, mêlant les théories scientifiques les plus pointues à un imaginaire fantastique, cette saga épique est une magnifique leçon de vie. Dans la lignée des Enfants de la Terre de Jean Auel, une captivante plongée dans l'univers des loups.

Mon avis

J'ai fait la découverte de ce livre suite à une lecture commune sur ce forum et je dois dire que ça a été une véritable surprise. J'aime beaucoup les histoires avec des loups (pas uniquement loups-garous, les loups aussi me fascinent) et du coup j'ai été bien contente qu'il ait été choisi.

J'ai mis le temps à le lire faute de temps, et non parce qu'il ne m'intéressait pas. Bien au contraire, j'ai vraiment adoré ce livre. Ça se lit vraiment bien, l'écriture de Dorothy Hearst est vraiment agréable et fluide. Je me suis laissée emporter assez aisément dans cette histoire qui est vraiment magnifique et donne à réfléchir en même temps, plus qu'on ne pourrait le croire au premier abord. L'univers de Dorothy Hearst est très riche, et apparemment, elle a fait pas mal de recherches sur le sujet, cela rend d'autant plus son histoire réaliste, et on y croit parfaitement. Par ailleurs, les personnages (qui sont donc de vrais loups ou animaux de la forêt pour la plupart), sont très bien décrits et détaillés, avec un caractère qui leur est propre, que par moment, on peut oublier qu'il s'agit d'animaux. Ils pourraient parfaitement être des humains, que cela ne choquerait pas du tout.
Il est rare que je lise des livres ayant pour narrateur ou tout simplement comme héros de vrais animaux, mais je dois dire que ça ne m'a absolument pas dérangé parce que l'univers de Hearst est tel, qu'on se laisse embarquer dans cette histoire vraiment touchante.

L'histoire est divisée en deux parties : « La meute » et « Les humains ». Dans la première partie, dans le prologue, on voit déjà les enjeux de l'histoire avec la narration d'une légende dont on va souvent entendre parler par la suite. On fait ensuite la rencontre de Kaala (narration à la 1ere personne) alors qu'elle se trouve avec sa mère et frère et sœurs. Malheureusement, assez rapidement, sa famille est tuée et sa mère bannie de la meute (le début est un peu déprimant du coup ^^). Kaala devait subir le même sort, mais elle a été épargnée seulement il est difficile pour elle de s'intégrer dans la meute comme tout le monde la rejette, ne devant pas exister. On est donc de son point de vue et elle nous montre son apprentissage pour devenir un vrai loup et cela lui est plus difficile que les autres en raison de sa différence. Mais elle va finir par trouver en partie sa place et se faire des amis parmi les louveteaux. Dans la partie, « Les humains », on a de nouveau un prologue qui nous raconte une autre légende et nous dévoile un peu plus sur ce qui s'est passé entre les loups et les hommes. C'est ainsi, que par la force des choses que Kaala va faire la rencontre d'une petite fille qu'elle sauve des eaux. Et à partir de ce moment-là, tout s'enchaîne rapidement, on va de révélations en révélations et Kaala se rend compte que tout ce qu'elle a appris, tout ce qu'elle croyait cachait plein de choses.

Les différents loups sont vraiment touchants et attachants, Kaala la première. Elle est combative et déterminée, de sorte qu'elle fait tout pour s'en sortir, même si parfois cela crée des catastrophes, elle parvient à rétablir un peu les choses. Mais la meute ne le voit pas de cette manière et elle est toujours mise à l'écart. Une situation difficile pour elle qui ne comprend pas pourquoi ils ont tant de rancœur contre elle. J'ai également beaucoup aimé Azzuen et Malla, ses amis louveteaux qui la suivent quoi qu'il arrive. Il y a une véritable amitié entre eux et c'est touchant de voir ce qu'ils sont capables de faire.

C'est vraiment une belle histoire, un peu triste par moment parce qu'on ressent vraiment la tristesse et la douleur de Kaala, concernant sa famille mais également son rejet dans la meute qui ne cesse de croître tout le long du livre. Alors qu'elle essaye de s'intégrer au mieux, il y a toujours un évènement pour tout chambouler et tous les problèmes retombent sur elle. C'était vraiment plaisant d'être au cœur même des loups, d'avoir leur manière de fonctionner, de voir leur communauté. J'ai beaucoup aimé aussi la légende et leur « croyance » avec l'Equilibre, et la relation entre les humains et les loups aussi (notamment entre Kaala et la petite fille qu'elle sauve). Cela permet de réfléchir je trouve parce qu'on se rend compte que l'humain veut toujours surpasser les autres et détruits tout ce qui se passe autour de lui, et parfois sans s'en rendre vraiment compte (ce qui est pire je pense).

En tout cas, ça a été une belle découverte et j'ai hâte de lire la suite parce que je me demande comment tout ça va évoluer et si Kaala va réussir... Merci à Sherryn pour la découverte de ce livre fabuleux que je recommande vivement pour tous les amoureux des loups, de la nature et des belles histoires (même si au début c'est un peu triste, ça ne le reste pas).