Rechercher dans ce blog

Voyage à Bruxelles

Dans le cadre de mes cours, je pars 2 jours à Bruxelles (les 27 et 28 février), du coup, il n'y aura aucune info sur le blog durant ce laps de temps.

Je serai notamment à la Foire de Bruxelles le samedi après midi. A 14h il y a un débat sur les prescriptions sur le net auquel j'assisterai.


source image

Le jeudi c’est Jeu Livresque [91]



 J’avais vu des blogueuses américaines organiser un rendez-vous journalier sur un mois et quelques unes de leurs idées étaient très sympa, j’en ai parlé à Melisande, et elle m’a dit : le jeudi on n’a rien. Voilà comment est née l’idée de petit rendez-vous pour fêter l’arrivée de l’été qui permet de jouer avec nos livres pendant 8 semaines, tous les jeudi, à partir du premier jeudi de juin (06/06).

Semaine 91 : Une lecture d’été

Une romance pour l'été c'est parfait et celle-là est vraiment bien > CHRONIQUE

Havre sombre de Gail Z. Martin (Chroniques du Nécromancien 3)


Quatrième de couverture

Vengeance, magie et mystères de l'au-delà...
Le royaume de Margolan est en ruines. Martris Drayke, le nouveau roi, doit reconstruire son pays après la bataille, alors qu’une nouvelle guerre s’annonce. De son côté, Jonmarc Vahanian, à présent seigneur du Havre Sombre, est aux prises avec les vayash moru qui remettent en cause son autorité : il n’est qu’un mortel. Comment gagner leur confiance, et à quel prix ?

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Milady de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai beaucoup aimé. Il est dans la lignée des deux précédents et il me tarde de découvrir le 4e et dernier tome de la série.

Cela a été un vrai plaisir de me replonger dans cette série, lire de la Fantasy me manque, je n’en lis plus autant qu’avant et je dois avouer que c’est un genre que j’affectionne, cela me fait voyager, encore plus que tout autre type de livres. Découvrir d’autres cultures et avoir de la magie, même celle des nécromanciens / Invocateur, c’est très agréable.

Dans ce troisième tome, le royaume essaye de se relever après l’affrontement contre Foor Arontala et le Roi d’Obsidienne, des festivités sont également à prévoir notamment avec le mariage royal. Mais évidemment tout ne va pas se passer comme prévu, des problèmes de différentes natures surgissent et le roi Tris Drayke va devoir partir pour arrêter tout cela, tout en sachant qu’une guerre est sur le point de se préparer. Par ailleurs, ce troisième tome permet de mettre en avant le personnage de Jonmarc, nouveau Seigneur de Havre sombre, qui va devoir se faire une place à ce titre car étant un simple mortel, tous les vayash moru, qui constituent en partie Havre Sombre, ne l’acceptent pas.

C’est un tome intéressant qui permet dans un premier temps de retrouver une tranquillité et un certain équilibre après les affrontements qui ont mis le royaume à feu et à sang. Comme pour les précédents, l’intrigue s’étire un peu en longueur. Attention, je ne dis pas qu’il ne se passe rien d’intéressant ou qu’il n’y a pas d’action, car ce serait mentir, mais elle prend son temps avec des pics de temps à autre d’action pure et dur, démonstration de bataille et de magie. Chose que j’apprécie énormément chez l’auteur qui arrive à rendre tout cela très vivant à travers son écriture.

On peut dire qu’il y a deux intrigues en une avec d’un côté Tris et de l’autre Jonmarc même si cela finit par se regrouper d’une manière ou d’une autre. J’ai bien aimé cet aspect là de l’histoire car cela permet d’ajouter une certaine dynamique à l’histoire en passant d’un personnage à l’autre avec ses propres problèmes. Evidemment, on voit également un troisième point de vue, celui de Kiara notamment qui a aussi son lot de souci à régler. C’était parfois frustrant de passer d’un personnage à l’autre parce qu’on aurait aimé rester plus longtemps en leur compagnie parce qu’il se passait quelque chose d’intéressant, mais c’est la dure loi d’une narration à plusieurs points de vue.

Les personnages sont toujours sympathiques et attachants. Tris a plus de maturité, le fait d’être roi y aide, Carrovet a d’autant plus de succès à la cour, reste à espérer qu’il ouvre enfin les yeux et agisse… C’est amusant de voir Jonmarc se ranger et se poser avec quelqu’un, lui le mercenaire, on n’y aurait pas pensé mais avec Carina, ils allaient tellement bien ensemble, qu’il ne pouvait en être autrement.

J’aime beaucoup l’univers créé par Gail Z. Martin qui s’enrichit un peu plus dans ce 3e tome car l’on met davantage en avant les vayash moru, qui sont en gros des sortes de vampires. La magie est plus que présente dans ce tome et quand on voit ce qui arrive à certains personnages, etc. c’est assez frustrant. Je veux en savoir plus surtout avec cette fin qui est des plus énervantes aussi… Je n’aime pas voir de telles situations arriver et qu’on nous laisse en plan de cette manière, mais c’est le jeu, cela fait une attente et comme ça, on se jette sur le prochain tome. L’auteure est très forte et a bien compris le système.

En bref, un troisième tome tout aussi intéressant et prenant que les précédents. Dans l’ensemble, il faut l’avouer c’est une intrigue qui peut prendre son temps mais il y a suffisamment d’actions et d’éléments pour nous donner envie d’en savoir plus et de lire la suite. C’est un univers riche et complexe qui pose plein de problématiques. Quant aux personnages, ils sont toujours aussi géniaux et cela m’énerve de voir l’avenir de certains aussi incertain…

Coup de projo sur... [77] Automne de Jan Henrik Nielsen





Voilà, j'avais envie - de temps en temps - de faire revenir sur le devant de la scène, un livre qui m'a plu (que ce soit pour sa couverture, son écriture, son scénario etc.)

C'est vrai, en général, une fois l'avis posté, on y pense plus, alors voilà. Si vous souhaitez participer, mettez vos liens en commentaires et je les rajouterai dans l'article plus tard. 

Un post-apo magnifique, touchant et intéressant. Un roman à lire, tout simplement...

La Grande Catastrophe a anéanti le monde. Depuis six ans, les plantes, les animaux puis les hommes sont tombés malades. La terre est devenue un endroit toxique et ses habitants vivent reclus, avec des réserves de nourritures. Même l'eau est rare. Deux sœurs, Fride et son aînée, Nanna, habitent dans un bunker sur une toute petite île avec leur père. À la faveur de circonstances exceptionnelles - leur père tombe malade - les filles sont obligées de sortir pour trouver des médicaments. Commence alors un long périple à pied dans un paysage désolé : les rencontres, les peurs, la joie surprenante de voir ce monde qu'elles ne connaissent plus, les rendent plus fortes, avec au bout, l'espoir d'une nouvelle vie...


Cress de Marissa Meyer (Chroniques Lunaires 3)

Quatrième de couverture

Cinder et le capitaine Thorne se sont enfuis aux côtés de Scarlet et de Loup. Le groupe rebelle projette de renverser la reine Levana et son armée. Mais, le seul espoir de la résistance réside dans Cress, qui, emprisonnée dans un satellite depuis l'enfance avec ses écrans pour seule compagnie, est devenue un hacker imbattable. Malheureusement, la reine Levana a d'autres projets pour elle, et libérer la jeune fille pourrait bien leur coûter cher...

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions PKJ de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai tout simplement adoré. Pas un coup de cœur mais on s’y rapproche, ce tome est vraiment excellent et fait prendre un tournant à l’histoire. J’ai hâte de lire le dernier qui sera consacré à Winter, et donc à Blanche Neige, cela promet de grande chose pour ce final.

J’avoue ne pas très bien connaître le conte de Raiponce, je connais les grandes lignes de l’histoire, mais je n’ai jamais lu la version originale des Frères Grimm donc j’ignore les différentes étapes par lesquelles elle passe, mais Marissa Meyer incorpore dans les différentes parties de son livre, des extraits pour montrer cela et effectivement, on retrouve la trame du conte dans Cress.

En dehors de l’aspect conte qui est très bien fait et est intéressant, nous retrouvons évidemment la trame concernant les Lunaires, Cinder, Scarlet, Loup, Thorne, etc. Ces derniers sont en fuite et cherchent par tous les moyens d’arrêter le mariage royal car cela causerait la perte de la Terre. Pour cela ils ont besoin de l’aide de Cress, la jeune hacker qui vit en orbite dans un satellite depuis son enfance. Sauf que la reine Levana et la thaumaturge Sibyl ont d’autres projets pour elle qui pourrait mettre à mal les plans de Cinder…

L’intrigue est très bonne et bien menée, on voit où l’auteur veut nous emmener au fur et à mesure des pages, mais elle sème tellement d’embûches sur le chemin de nos personnages que tout est incertain. On ne sait pas s’ils vont réussir, si une fin heureuse est prévue pour ce conte. Je ne veux pas trop en dire sur le sujet, je ne veux pas donner des pistes parce qu’il n’y aurait plus d’intérêt à lire le livre, mais dans tous les cas, je ne m’attendais pas à ça. J’ai eu le cœur en miettes par moment et j’accélérai autant que possible (c’est tout de même un gros pavé de plus de 600 pages, il ne se lit pas en 5 minutes) pour savoir ce qui allait arriver à tout ce beau monde.

Les révélations sont nombreuses, que ce soit de notre côté, et j’avoue que là, je ne m’attendais pas nécessairement à ça, ou bien pour les personnages qui apprennent enfin des vérités que nous savons depuis le premier tome. Et là, reste à voir comment les personnages concernés apprennent la chose et vont agir / réagir face à cela.

Evidemment, comme pour les deux précédents, il y a une petite romance qui s’installe. Elle est mignonne et touchante, elle prête à sourire quand on voit les deux personnages concernés. Le côté conte est d’autant plus poussé ici car Cress se prend pour une demoiselle en détresse et n’hésite pas à le faire savoir. Reste à lui trouver un preux chevalier pour l’aider à la délivrer et la sauver. Qu’est-ce qu’il ne faut pas faire pour les beaux yeux (cheveux ?) d’une jeune fille…

En bref, ce 3e tome est vraiment excellent. C’est un tome haletant et prenant, bien meilleur que les précédents à mon sens et pourtant Scarlet était déjà très bon. Mais là, Marissa Meyer a enclenché la vitesse supérieure et saura nous surprendre plus d’une fois tout en nous faisant chavirer. Bien qu’il soit volumineux, il n’y a pas de longueurs, l’intrigue suit son cours et prend de l’ampleur. L’univers s’enrichit un peu plus, les révélations sont toujours aussi nombreuses, une romance pour ajouter de la légèreté mais sans oublier les problèmes à venir qu’il va falloir régler. Un bon condensé d’action et de moment plus tendre pour reprendre son souffle. Une série à suivre de très prêt car la barre est à chaque fois plus haute.

Accrocdeslivres a 6 ans !


Et voilà, Accrocdeslivres a franchi un nouveau cap, il a 6 ans !

Bon anniversaire à Accrocdeslivres !

Que de chemin parcouru, que de rencontres durant toutes ces années, mais aussi que de lectures !

Je ne ferai pas le bilan en statistiques, etc. puisque j’en ai fait un il y a à peine 2 mois sur l’année passée, je doute que ce soit si intéressant d’en faire un de nouveau. C’est l’inconvénient d’avoir un blog en début d’année mais ce n’est pas grave.

Néanmoins, ce que je peux dire c’est qu’en presque 2 mois, j’ai déjà lu 45 livres, tout format confondu, allant de l’album jeunesse jusqu’aux romans en passant par les BD. Ce qui est déjà pas mal. Alors qu'à la même période l'année dernière (2014) j'en étais à 35 et février 2015 n'est pas encore terminé ! Mais je doute en une semaine en lire beaucoup plus...


Du fait de mon stage puis apprentissage (2014/2015) en librairie spécialisée jeunesse, BD et mangas, je me suis mis à chroniquer ces 3 genres. A priori cela à l’air de vous intéresser et plaire, donc je vais tâcher de continuer et de vous faire découvrir de belles choses dans ces domaines.

Le blog se diversifie, j’élargie mes horizons. Le temps où je ne lisais que de la Fantasy me semble loin, même si je dois avouer que cela me manque, j’aimerai en lire plus. Mais j’adapte mes lectures en fonction de mon travail et mes envies aussi.

Malgré tout ça, j’ai l’impression que mon blog est parfois quelque peu délaissé. Je ne fais plus autant de choses que les années précédentes et cela par manque de temps. Mais bon, à la fin de mes études, je pense que ça ira mieux, je n’aurai pas les contraintes des dossiers et mémoire pour les cours.

J’espère néanmoins que les chroniques et petit rendez-vous qui subsistent vous intéressent tout de même et là, j’ai un nouveau type de rendez-vous à mettre en place, et qui a en partie commencé avec la journée spéciale St Valentin en vous mettant en avant des chroniques de romance qui m’avaient particulièrement plu. A refaire sur d’autres thématiques mais il faut que je réfléchisse à tout ça, je vous en reparlerai.

Enfin voilà, je souhaite de nouveau un Bon Anniversaire à Accrocdeslivres, que l’aventure dure le plus longtemps possible, en espérant que vous continuerez de faire de belles découvertes livresques.

Et histoire de marquer le coup, je vous invite vivement à aller sur cette page !

Le réveil de la momie de Jacques Asklund

Quatrième de couverture

Alors qu'elles visitent le musée des Antiquités du Caire, Agnès et sa fille Marion sont victimes d'un phénomène étrange : sans le souffle d'une boule lumineuse surgie des sarcophages, Marion aurait péri sous le poids d'une statue subitement déséquilibrée. Depuis cet incident, Marion se sent épiée.
Quels mystères entourent la jeune fille ? Pourquoi est-elle enlevée ? Agnès et Thomas, l'étonnant fantôme attaché à la protection des deux femmes, partent alors à sa recherche, pénétrant bien malgré eux au cœur des énigmes de l'Egypte ancienne.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Oskar de m’avoir permis de lire ce livre qui est assez sympathique et plaisant à lire.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit. L’écriture de l’auteur est agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre facilement dans l’histoire qui est lue en un instant. Je l’avoue, je n’ai pas de mérite, le livre faisant environ 130 pages, cela n’a rien d’étonnant vu mon rythme de lecture habituel.

L’action commence dès les premières pages, il n’y a pas de longueur, en même temps vu l’épaisseur du livre, il aurait été dommage d’en trouver. L’intrigue file droit et suit son chemin assez naturellement. Elle est plutôt bonne et bien menée, même s’il faut l’avouer, on se doute très fortement qui sont les responsables de l’enlèvement de Marion ainsi des raisons. Cela reste assez simple mais c’est efficace sans compter que le livre est destiné à un jeune lectorat donc ce n’est pas trop gênant. Cela est assez plaisant à lire donc je ne vais pas me plaindre.

Il y a un petit côté fantastique dans l’histoire qui n’est pas déplaisante que ce soit par l’introduction du personnage de Thomas, un fantôme qui peut se montrer particulièrement utile et qui pourra nous surprendre. J’aurai aimé en savoir plus à son sujet car il est assez intriguant.

Les personnages sont intéressants, que ce soit cette mère inquiète pour le bien-être de sa fille et qui ne peut compter que sur l’aide de Thomas, ou cette jeune fille courageuse, même si finalement pendant une bonne partie du récit elle est absente. On ignore totalement où elle se trouve une fois enlevée. L’auteur choisit de rester focaliser sur Agnès et Thomas. C’est dommage que le livre soit si court parce qu’on n’a pas vraiment le temps d’apprendre à les connaître et à s’y attacher totalement alors qu’ils promettent.

En bref, un roman bien sympathique à lire, court simple mais efficace mettant en scène des personnages intéressants même si le peu de temps passer en leur compagnie ne nous permet pas totalement de nous y attacher. Ils n’en restent pas moins intriguant et prometteur. Une histoire mignonne qui pourra plaire à un jeune lectorat.

Monsieur Elliot de Claire Mazard

Quatrième de couverture

Papillon, le spécialiste de la brocante et du vide-grenier, a déniché un très bel ours en peluche. Il décide de l offrir à Coco, sa petite-fille. Or ce n est pas une peluche ordinaire. Il s agit là de Monsieur Elliot, un ours très recherché par les collectionneurs. Alors que la fillette traîne sur le stand de son grand-père, deux acheteurs se proposent de lui acheter son ours. Les enchères montent, mais Coco ne veut pas le vendre...

Mon avis


Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Oskar de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai trouvé plutôt sympathique.



Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit.


Monsieur Elliot est une histoire mignonne, simple mais efficace. L’écriture de l’auteur est agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre rapidement dans le vif du sujet et l’action arrive dès le premier chapitre, sans perte de temps et sans longueur dans la suite. Le fait qu’il y ait beaucoup de dialogues rend le tout plus dynamique et vivant. C’est important pour un jeune lectorat (le livre est à partir de 9 ans) pour l’accrocher tout de suite et lui donner envie de poursuivre.

La narration est à la 3e personne ce qui nous permet de suivre différents groupes de personnages et d’en savoir plus que les personnages principaux, Coco et Florian, sur les raisons pour lesquelles Monsieur Elliot semble si important pour ces gens qui veulent à tout prix le récupérer. La raison est plutôt évidente, on le devine, mais cela n’en reste pas moins plaisant à tout découvrir. Un peu de suspense et des rebondissements pour égayer cette histoire et lui donner plus d’intérêt.

Les personnages sont intéressants et attachants, même si je l’avoue, j’ai passé trop peu de temps en leur compagnie, mais un livre de 100 pages, je ne pouvais que le lire rapidement. Coco est une petite fille inventive et pleine de ressources, quant à son frère il est protecteur et saura se montrer courageux quand cela est nécessaire.

En bref, un petit polar sympathique où des enfants vont enquêter pour découvrir l’histoire de cet ours bleu : Monsieur Elliot qui semble intéresser bien des gens pour une obscure raison…

In My Mailbox (169)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine

Wish-list [13] : Livres VF

Le chant du fleuve d'Erik L'Homme (Terre-Dragon 2)

Pour Ægir-Peau-d'Ours et Sheylis, l'apprentie sorcière, le chemin vers la liberté est encore long. Pourchassés avec leur compagnons, ils doivent traverser les terrifiants marais qui les séparent de Kesh-la-Grande. Les pouvoirs de Gaan le sorcier leur permettront-ils d'échapper à ce piège mortel ?











Rouge Tagada de Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini (Rouge Tagada 1)

Elle était dans ma classe. Quatrième D. D comme déconné, délire, débile, dévergondé, début, douleur, douceur aussi. Il y avait tout ça, chez nous. Des pimbêches qui riaient trop fort, des timides, des bébés sages, des filles toutes fières de se comporter en femmes et des garçons qui ne savaient plus comment fonctionnaient leurs mains ni leurs pieds. Il y avait 3 aussi les Jade et les Benjamin, les bons copains toujours là en cas de coup de blues à la récré, toujours prêts à refaire le monde et jouer aux cancres au lieu d'aller en perm. Mais il n'y avait qu'une Layla.






Bulles et blues de Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini (Rouge Tagada 3)

Soan et Chloé ont toujours été très proches. Comme des frère et soeur. Mais depuis quelque temps, Soan prend ses distances, et Chloé en souffre, en silence. Alors elle confie ses peines et ses espoirs à son journal et trouve dans le dessin le seul moyen de supporter son quotidien. Et les injustices dont elle est témoin.









Le grand méchant renard de Benjamin Renner > CHRONIQUE

Face à un lapin idiot, un cochon jardinier, un chien paresseux et une poule caractérielle, un renard chétif tente de trouver sa place en tant que grand prédateur. Devant l'absence d'efficacité de ses méthodes, il développe une nouvelle stratégie. Sa solution : voler des œufs, élever les poussins, les effrayer et les croquer. Mais le plan tourne au vinaigre lorsque le renard se découvre un instinct maternel.








Freak's Squeele Masiko de Florent Maudoux

Trois histoires, trois scenarii de série Z avec une matrone des triades aussi dangereuse que sexy, des vampires mexicains phallocrates et enfin une biographie mafieuse à même la peau. 
Trois histoires, une héroïne. À la fois madone à l’enfant et femme-enfant, Masiko fait tout ce qu’elle peut pour élever seule, sa fille Xiong-Mao (Freaks’ Squeele) dans un monde de brutes. Heureusement la jeune maman est généreusement équipée pour dézinguer du vilain, dans un grand hommage à la “sex and fury” des années 70.

TOP spécial Saint Valentin 2015


Avec un petit peu de retard sur le blog, voici le récapitulatif de ce qui s'est passé sur la page Facebook en ce 14 février, jour de St Valentin.

J'avais promis une petite surprise pour la St Valentin qui consistait à partager toute la journée plusieurs critiques de livres de romance qui m’avaient particulièrement plu. 


Marjane et le sultan de Agnès Laroche

Quatrième de couverture

Marjane a 17 ans et dirige l'atelier de tissage familial. Jusqu'ici préservée d'un mariage précoce, elle s'y voit contrainte par la mort prochaine de son père. En effet, dans le sultanat d'Aroum, en 1898, les femmes ne peuvent hériter de leurs parents.
Révoltée par cette loi absurde, Marjane décide de se rendre auprès du jeune sultan Bahman. Leur entretien ne se passe pas comme prévu et, alors que la jeune femme pense s'être attiré les foudres du sultan, il accepte de se joindre à elle pour une aventure en plein désert : s'ils parviennent ensemble au sommet du mont Irouz, le sultan acceptera de réviser la loi.

Mon avis


Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Talents Hauts de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai bien apprécié.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez rapidement. L’écriture de l’auteur est agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre rapidement dans l’histoire. Le fait qu’il soit court permet également de le lire très vite, s’il m’a fait une demi-heure c’est le grand maximum.

Marjane et le sultan est un roman court, simple mais efficace qui pose des questions encore très actuelles sur la place de la femme dans la société. Même si effectivement depuis le XIXe siècle, les choses ont un peu évolué (oui quand même), les différences entre les hommes et les femmes subsistent encore et font débat (égalité des salaires pour un même travail, etc.). C’est une thématique intéressante et on comprend d’autant plus pourquoi ce livre est édité chez Talents Hauts (éditeur jeunesse spécialisé contre le sexisme, et question sur le rapport garçon / fille, etc.).

Quant à l’histoire elle-même, c’est en quelque sorte du déjà vu mais cela fonctionne bien. Cela reste mignon et plaisant à lire. Le retournement de situation avec son lot de révélations paraît plutôt logique et prévisible mais cela reste intéressant. L’intrigue file droit, pas de longueur, on voit assez rapidement où l’auteur nous emmène, mais ce n’est pas gênant car on se laisse totalement emporter par cette histoire et par sa plume.

Quant aux personnages, ils sont intéressants et attachants à leur manière et on se doute bien qu’il va se passer quelque chose entre les deux, mais je vous laisse découvrir en quoi en lisant l’ouvrage.

Marjane est une héroïne forte, qui sait ce qu’elle veut et qui fera tout pour protéger les siens, notamment sa jeune sœur qui, comme elle, se retrouvera dépossédée de tout bien à la mort de leur père. Elle n’hésite pas à faire front pour faire entendre sa voix et tenter de changer cette situation qu’elle trouve injuste, on ne peut que l’en féliciter, surtout à une époque / lieu où la femme a vraiment peu de droit. Pour rappel, en France, la femme n’a eu le droit d’ouvrir un compte en banque seule, sans l’autorisation de son mari, qu’en 1965…

En bref, Marjane et le sultan  est une histoire intéressante qui met en avant une thématique forte encore actuelle, celle de la place de la femme dans la société. Marjane est une héroïne qui sait ce qu’elle veut à l’image de ce que sont beaucoup de femmes aujourd’hui. Et au-delà de ces thématiques, c’est une histoire plaisante à lire plutôt classique mais qui fonctionne à chaque fois. Un livre à découvrir.

Le jeudi c’est Jeu Livresque [90]



 J’avais vu des blogueuses américaines organiser un rendez-vous journalier sur un mois et quelques unes de leurs idées étaient très sympa, j’en ai parlé à Melisande, et elle m’a dit : le jeudi on n’a rien. Voilà comment est née l’idée de petit rendez-vous pour fêter l’arrivée de l’été qui permet de jouer avec nos livres pendant 8 semaines, tous les jeudi, à partir du premier jeudi de juin (06/06).

Semaine 90 : Le livre dont vous ne pouvez arrêter de parler

Bref, je vais m'abstenir de tout commentaire non ?

Coup de projo sur... [76] Le plus petit baiser jamais recensé de Mathias Malzieu





Voilà, j'avais envie - de temps en temps - de faire revenir sur le devant de la scène, un livre qui m'a plu (que ce soit pour sa couverture, son écriture, son scénario etc.)

C'est vrai, en général, une fois l'avis posté, on y pense plus, alors voilà. Si vous souhaitez participer, mettez vos liens en commentaires et je les rajouterai dans l'article plus tard. 

J'aime beaucoup ce que fait Mathias Malzieu, c'est toujours très poétique, souvent avec une touche fantastique. Un univers particulier mais qui me transporte à chaque fois. Ce roman ne déroge pas à la règle, son dernier né (pour le moment, j'espère qu'il y en aura d'autres !)

Un inventeur-dépressif rencontre une fille qui disparaît quand on l'embrasse. Alors qu'ils échangent le plus petit baiser jamais recensé, elle se volatilise d'un coup. Aidé par un détective à la retraite et un perroquet hors du commun, l'inventeur se lance alors à la recherche de celle qui « fait pousser des roses dans le trou d'obus qui lui sert de coeur ». Ces deux grands brûlés de l'amour sauront-ils affronter leurs peurs pour vivre leur histoire ?
Le plus petit baiser jamais recensé est un vrai faux polar romantique. Suite métaphorique de La Mécanique du coeur, ce roman teinté de mélancolie regorge de gourmandise explosive. Comme si Amélie Poulain dansait le rock'n'roll et croisait le Petit Prince avec un verre de whisky.


Les P'tites Poules (Album Collector 1) de Christian Jolibois et Christian Heinrich (Tomes 1 à 4)

Quatrième de couverture

Connaissez-vous Carmen, la petite poulette qui en a sous le crête ? Son frère, Carmélito, le téméraire petit poulet rose ? Leurs copains Coquenpâte, Coqsix, Molédecoq, Hucocotte et les autres agités du poulailler ? 
Voyages, humour, émotion, frisson et fantaisie... Voilà ce que vous trouverez dans le collector des quatre premières aventures des P'tites Poules. 
À la fin du livre, des extraits du carnet secret des auteurs !!!

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions PKJ de m’avoir permis de lire cet album que j’ai adoré. On peut même dire que c’est un petit coup de cœur parce que c’est absolument génial et vous le recommande chaudement.

Avant de donner mon avis, je dois faire une petite dédicace à Marie qui nous a toute contaminée (nous, les blogueuses) avec cette série parce qu’elle n’arrêtait pas d’en parler et de nous donner envie de les lire. J’ai fini par craquer et je ne le regrette absolument pas. Donc un grand merci à Marie pour cette découverte.

Les P’tites Poules, comme l’indique son nom, raconte l’histoire de poules dans leur poulailler. Cela semble logique, pas forcément engageant dit comme ça, mais je vous assure que c’est un vrai régal car elles ne sont pas comme les autres.

Ce premier tome collector rassemble les quatre premières aventures qui mettent en scène et en avant à chaque fois différentes poules : La poule qui voulait voir la mer ; Un poulailler dans les étoiles ; Le jour où mon frère viendra ; Nom d’une poule, on a volé le soleil !

Ainsi dans La poule qui voulait voir la mer, le premier épisode, nous faisons la rencontre de Carméla, qui ne voulait pas vivre avec une certaine routine et découvrir autre chose, comme la mer car son ami Pédro le Cormoran la fait rêver avec ses histoires. C’est pourquoi, elle finit par partir seule en expédition, une expédition qui va se révéler bien plus enrichissante qu’elle ne l’avait prévue et qui va lui réserver bien des surprises.

Je ne ferai pas de résumé des autres histoires car elles mettent en scène des personnages que l’on rencontre dans cet épisode et comme les spoilers c’est le mal, je vous laisse le plaisir de la découverte. Mais sachez que les autres sont tout aussi intéressants.

Ce premier album collector des P’tites Poules est mignon à souhait. On sourit bêtement en lisant ces histoires, on ne peut pas s’en empêcher. Les nombreuses références à l’Histoire ou à des personnages connus les rendent donnent d’autant plus d’intérêt. L’enfant peut tout à fait s’amuser avec ses petites poules à la fois drôles et touchantes et le parent comprend d’autres choses, il existe ainsi deux niveaux de lecture. Il y a de la dynamique dans le texte, un bon dosage entre la narration et les dialogues qui sont assez nombreux pour que ce soit plus entraînant.

Les illustrations sont très jolies, j’aime beaucoup le graphisme, c’est très coloré, c’est dynamique là aussi, on voit bien leur mouvement ce qui nous les rend plus réels sous les yeux.


Le petit plus de cet album collector est que l’on a à la fin de l’ouvrage une petite anecdote sur les deux auteur / illustrateur quant à la création de cette série. J’ai trouvé ça amusant et instructif de voir comment elles sont nées, d’autant plus que ce sont différents personnages de la série qui le racontent.

En bref, un premier album collector qui m’a bien plu. J’ai adoré rencontrer ces petites poules pas comme les autres. J’ai passé un moment trop court avec elles, j’en veux plus, donc il est indéniable que je vais lire les autres. C’est une excellente idée de les avoir rassemblés en un volume.

A partir de 5/6 ans, mais on peut aisément le lire une fois adulte et s’en amuser aussi.


Pour toujours... de Cyril Bonin (Amorostasia 2)

Quatrième de couverture

Ne cherchez plus l’amour, vous risqueriez de le trouver !
Trois ans ont passé depuis qu’Olga et Kiran se sont figés, victimes de l’amorostasie. Dans un monde bouleversé par l’épidémie, ils vont être à nouveau plongés au cœur de la tourmente…
À Paris, de nos jours. Trois ans ont passé depuis l’apparition de l’Amorostasie. Le Laboratoire d’Innovations Thérapeutiques a été spécialement chargé de la recherche sur l’Amorostasie. Alors que l’épidémie est devenue mondiale, tous les laboratoires du monde se battent pour trouver le remède qui fera revenir à la vie les victimes figées par la maladie. Or, le laboratoire a obtenu un certains nombres de résultats encourageants. Il s’agit maintenant de tester le vaccin sur un « cobaye » consentant… et un prisonnier sans famille semble le sujet idéal : c’est Kiran, le voleur qui s’est figé avec Olga Politoff, qui est choisi ! Mais l’expérience tourne court et Kiran tombe dans un coma profond.

À quelques centaines de kilomètres de là, dans sa chambre d’enfant, Olga se réveille brusquement dans la maison de ses parents. À peine réveillée, elle ne souhaite qu’une chose : retrouver son amoureux pour se figer avec lui à nouveau. Hélas, Olga va découvrir que le monde, en trois ans, a bien changé… et son statut de première « réveillée » de la maladie va attirer toutes les convoitises…

Mon avis

Etant donné la fin du premier tome, je ne pouvais que lire cette suite. D’ailleurs j’ai appris qu’à l’origine, il ne devait pas y avoir de suite. Comment l’auteur pouvait-il nous laisser en plan sur cette fin trèèèès ouverte et trèèèèès frustrante ? Merci d’avoir poursuivi parce que je crois que je lui en aurai énormément voulu s’il ne l’avait pas fait. J’espère également qu’il va continuer sur sa lancée parce que la fin de ce deuxième tome est tout aussi ouverte, un chouïa moins, mais tout de même. Je veux un troisième tome !

Voilà, c’est dit.

Ce 2e tome est tout aussi sympathique que le premier si ce n’est plus. En tout cas, j’ai pris beaucoup de plaisir à me replonger dans cette BD, même si le moment était trop court (c’est le problème des BD). Olga et Kiran se sont retrouvés figés à cause de l’amorostasie mais 3 ans plus tard, suite à toute sorte de test effectué sur Kiran pour trouver un remède, Olga se réveille et est prête à tout pour le retrouver et revivre ce moment.

L’intrigue est bonne et bien menée. C’est haletant et à chaque instant on se demande ce qui va se passer, si Olga va parvenir à retrouver Kiran. Tout comme elle, on apprend ce qui s’est passé ces 3 dernières années et le phénomène n’a fait que prendre de l’ampleur. A cause de cela, des mesures et décisions ont été prises entravant la liberté des gens. Mais certaines personnes se rebellent contre ces dernières et vont faire entendre leur voix, d’une manière ou d’une autre.

La fin de ce 2e tome est tout aussi frustrante que le premier, nous laissant sur une fin ouverte avec plein de questions en tête. On apprend beaucoup de choses sur cette maladie, nous constatons une certaine évolution aussi. Je veux vraiment un 3e tome pour savoir ce qui va se passer ensuite parce que nous laisser de cette manière, c’est injuste. Cela peut faire une fin mais nan… il faut aller plus loin donc j’espère vraiment que ce ne soit pas le dernier.

En bref, un 2e tome tout aussi prenant que le 1er, l’histoire est vraiment bonne, l’auteur a su créer une suite intéressante, sans être pour autant redondante avec le premier en allant toujours plus loin. Une série originale qui mérite d’être lue !

PALM n°49 [FEVRIER 2015]

Qu'est-ce que la PALM ? La PAL du Mois consiste à écrire article sur nos blogs avec une photo de notre Pile À Lire, accompagnée de quelques pensées sur les livres que vous possédez, sur ce que vous avez à dire des nouveautés, sur les livres que vous mourrez d'envie de lire... et ceci, tous les 15 du mois.

Pour retrouver les autres PALM, rendez-vous sur Secret-forbidden-world. La PALM est inspirée de In My Mailbox de The Story Siren.

En cours de lecture : Cress de Marissa Meyer




Acquisitions depuis la dernière PALM



Une espionne avertie en vaut deux d'Ally Carter
Le cadeau de Frédéric Marais et Thierry Dedieu
Les ricochets de Frédéric Marais et Thierry Dedieu
Sans peur de Tiffany Reisz
Si j'étais un rêve de Charlotte Bousquet
Les Substituts, Livre 2 de Johan Heliot
Vassili Volkovitch - Le Serment de Carole Trébor
Cette nuit-là de Chevy Stevens
Le Livre des 7 couronnes de Nicolas Lamour
L'effet papillon de Jussi Adler-Olsen
Suspicion d'Alexandra Monir
Unspoken de Sarah Rees Brennan
Privée de réseau ! de Jo Witek
Chasse à l'homme de Philip Gwynne
Le ciel après la pluie de Clara Sánchez
Lignes de vie de Graham Joyce
Les P'tites Poules (Album Collector 1) de Christian Jolibois et Christian Heinrich
L’Enfant Papillon de Gabrielle Massat
La vengeance en plein coeur de Laura Caldwell
Le goût de la vie de Anouska Knight
Monsieur Eliott de Claire Mazard
Le réveil de la momie de Jacques Asklund

Livres lus depuis la dernière PALM




La Quête du Prince Boiteux de Paul Carta
Le sort en est jeté de Dermot Bolger
Une espionne avertie en vaut deux d'Ally Carter
Le cadeau de Frédéric Marais et Thierry Dedieu
Les ricochets de Frédéric Marais et Thierry Dedieu
La Symphonie des Abysses, Livre 2 de Carina Rozenfeld
Deux amis de Claire Freedman et Kate Hindley
Mon chien qui pue de Christine Roussey
Fille des cauchemars de Kendare Blake
Imrina de Barbara Yelin
L’hiver des machines de Johan Heliot
Si j'étais un rêve de Charlotte Bousquet
Sans peur de Tiffany Reisz
Hors de moi de Florence Hinckel
La véritable histoire du grand méchant Mordicus de Didier Lévy & Marie Novion
La gargouille qui partait en vadrouille de Joris Chamblain et Lucile Thibaudier
Les Substituts, Livre 2 de Johan Heliot
Poussin noir de Rascal et Peter Eliott
Le grand méchant renard de Benjamin Renner
Le loup de L.A. de Maggie Stiefvater
Le Pacte du Hob de Patricia Briggs
Le mangeur d'or de Ralph Meyer et Xavier Dorison
Privée de réseau ! de Jo Witek
Chasse à l'homme de Philip Gwynne
Trop beau pour être vrai de Kristan Higgins
Exil de Shannon Messenger
Les P'tites Poules (Album Collector 1) de Christian Jolibois et Christian Heinrich
L'allée du bout du monde d'Isabelle Wlodarczyk
Amorostasia de Cyril Bonin

Amorostasia de Cyril Bonin (Amorostasia 1)

Quatrième de couverture

Tomber amoureux nuit gravement à la santé !
Les relations amoureuses sont souvent compliquées... et aujourd'hui plus qu'hier, car une nouvelle épidémie est apparue : l'amorostasie. Vieux couples comme jeunes tourtereaux sont immédiatement plongés dans un état catatonique. Mais qu'est-ce au fond que l'amour ? Olga Politof est une jeune journaliste en quête de vérité, mais s'il est un domaine qui échappe aux certitudes, c'est bien celui-là... Gare aux coups de foudre !

Mon avis

L'auteur étant en dédicace dans la librairie où je travaille, j'en ai profité pour le lire pour savoir de quoi il en retournait exactement (c'est tout de même plus sympa de savoir qui vient et pourquoi). Du coup, j'ai pris le tome 1 "juste pour savoir". Si j'avais su, j'aurai pris la suite en même temps...

Amorostasia est une BD qui m'a beaucoup plu et en même temps énormément frustrée... L'idée est très bonne, le fait que l'amour devienne une maladie qui rend les gens catatoniques, il fallait y penser. L'auteur a su trouver un angle intéressant et mener à bien son histoire en nous proposant ici un premier tome haletant. Nous suivons donc Olga, une journaliste en quête de vérité sur cette drôle d'affaire, mais elle va s'avérer plus compliquée que prévu. Le doute s'installe, les remises en question également, de quoi nous faire chavirer...

En très peu de pages, Cyril Bonin a su me captiver et donner envie, à chaque instant d'en savoir plus sur cette mystérieuse maladie d'amour qui se répand à une vitesse folle *Elle court, elle court, la maladie d'amour !* (oui elle était facile et je reprends ce qu'on a fait à ma librairie en plus, mais je trouve que ça résume bien la situation).

Certaines situations sont dérangeantes et je n'ai pas pu m'empêcher à ce qui s'est passé durant la 2nde Guerre Mondiale (je pense que c'est fait exprès). Cela rend le tout d'autant plus fort et montre comment une société peut réagir lorsqu'un "drame" arrive et quand la peur et la suspicion s'installent, les problèmes ne font que commencer...

source image
La fin est pénible, frustrante, on nous laisse en plan sur une situation qui... Je n'en dirai pas plus pour ne pas donner d'indices, pour ne pas spoiler, mais voilà, ça m'a énervé de ne pas savoir, de ne pas avoir pris le tome 2 en même temps que le premier. C'est un bon gros cliffhanger qui donne envie de lire la suite, vous voilà prévenus !

Le seul "bémol" pour moi (et cela ne vaut que pour moi) c'est le graphisme, cela rend très bien mais je n'en suis pas totalement fan. Ce n'est pas mon genre mais je reconnais là tout de même le talent de l'auteur et cela donne un certain charme à l'histoire.

En bref, un excellent premier tome qui m'a beaucoup plu, je ne pensais pas adhérer à ce point. Une intrigue bonne et bien menée avec une fin qui m'a frustré au point que je vais vite emprunter le 2e pour savoir ce qui va se passer parce que là, ce n'est juste pas possible de rester ainsi.

In My Mailbox (168)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine


L'allée du bout du monde d'Isabelle Wlodarczyk

Quatrième de couverture

Dans le contexte de la guerre civile opposant royalistes et parlementaristes dans l'Angleterre du XVIIe siècle, Dorothy et son frère Robin, issus de la bourgeoisie, rencontrent William, un jeune orphelin. A la faveur de leurs contrastes, ces personnages vont au devant d'histoires d'amour et d'amitié, de fidélité et de trahison, de misère et de luxe, etc.

Mon avis


Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Philomèle de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai bien apprécié.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit. L’écriture de l’auteur est agréable à lire et fluide de sorte que l’on rentre rapidement dans l’histoire. C’est assez plaisant à lire même si je suis assez loin du coup de cœur, néanmoins, j’étais curieuse d’en savoir plus sur chacun des protagonistes, j’ai trouvé ce livre assez entraînant et intéressant.

Il s’agit d’un roman historique et cela se ressent notamment à travers du langage qui est quelque peu soutenu, mais rien de compliqué non plus. Mais je dirai que c’est un livre plutôt adapté pour les adolescents plus que pour la jeunesse, d’autant que le sujet n’est pas nécessairement évident. Mêlant à la fois la romance et l’Histoire avec la guerre civile entre les royalistes et les parlementaristes, il faut pouvoir suivre, mais pas nécessairement être calé en Histoire pour l’apprécier et comprendre. En effet, l’auteur recontextualise le tout, explique les implications et différents problèmes qui se posent et pourquoi la relation entre les trois personnages, Dorothy, Robin et William peut à un moment donné être compliquée.

Les personnages sont intéressants et sympathiques, on les découvre chacun de leur côté jusqu’au moment où ils finissent par se rencontrer, où le destin se mêle dans un contexte qui ne leur est pas favorable. Il y a des moments de réflexions de la part des uns et des autres, savoir ce qu’il faut faire étant donné les circonstances, des décisions à prendre qui peuvent changer le cours des choses, obéir à sa famille ou suivre ses opinions. Les 3 personnages vont y être sans cesse confrontés.

Mais j’avoue avoir été quelque peu sur ma fin car cette dernière reste quelque peu ouverte et nous invite à imaginer la suite et j’avoue avoir été un peu frustrée de ça. je la trouve bonne et intéressante, cela clôt bien l’histoire mais de l’autre, j’aurai aimé en avoir un petit peu plus. J’ai apprécié l’effet « cycle » dans le livre. je n’en dirai pas plus, mais en refermant le livre, vous comprendrez aisément de quoi je parle.

En bref, un roman sympathique à lire qui nous plonge dans le XVIIe, que ce soit en France ou en Angleterre (pour l’essentiel). L’intrigue est bonne et bien menée, les personnages sont intéressants et j’ai passé un bon moment de lecture.

Le loup de L.A. de Maggie Stiefvater (Les loups de Mercy Falls 4)

Quatrième de couverture

Tout le monde croit connaître l’histoire de Cole St. Clair. Le succès. La drogue. La déchéance. Puis sa disparition. Mais rares sont ceux qui connaissent son secret le plus sombre – sa capacité à se métamorphoser en loup. Isabel fait partie du cercle restreint de ceux qui savent. Il fut un temps où ils auraient même pu s’aimer. Un temps révolu. Jusqu’au jour où Cole est de retour. De retour sur la scène. De retour où le danger rôde. De retour dans la vie d’Isabel.

Mon avis


Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Hachette de m’avoir permis de lire ce livre même si je dois dire que j’en ressors quelque peu mitigée de ma lecture.

L’écriture de Maggie Stiefvater est loin d’être désagréable, les pages défilent sans qu’on ne s’en rende compte et j’avais beaucoup aimé l’univers créé dans cette saga que je m’efforce toujours de continuer. Je ne devrais pas pourtant, parce qu’en dehors du premier tome, je ne l’ai pas vraiment aimée. L’univers et les personnages sont excellents mais l’intrigue pêche. Malheureusement avec Le loup de L.A. où nous retrouvons Isabel et Cole, deux personnages qui m’avaient moyennement convaincu, ne déroge pas à la règle.

Je suis peut-être maso de continuer encore et toujours alors que je n’avais pas trop aimé la « trilogie » qui concernait Grace et Sam mais j’ai toujours l’espoir que l’auteur arrive à me convaincre d’aimer sa saga. Cela n’a pas été vraiment le cas ici parce que ce n’était pas totalement ce à quoi je m’attendais et que j’y ai retrouvé les défauts rencontré dans Fièvre et Fusion.

Il s’agit avant tout d’une romance et la partie fantastique, Cole est un loup-garou quand même, est quasi mise de côté, presque inexistante, j’ai trouvé ça dommage. L’auteur en fait mention, on voit que cela a un impact sur le mode de vie de Cole mais elle ne l’utilise pas vraiment ici pour compliquer la relation entre Cole et Isabel. L’histoire est donc essentiellement une romance basique, première déception car ce qui m’intéressait dans la saga était le côté fantastique (sinon je lis de simple romance). Mais de temps en temps j’apprécie aussi de lire des romances simples, tout n’était pas perdu, sauf que… là encore, j’ai retrouvé le défaut de l’auteur, c’est trop lent et trop long.

Même si dans les romances on sait à quoi s’attendre et qu’il n’y a jamais totalement des surprises, on connait dès le départ la fin, les auteurs arrivent à nous faire vibrer, à mettre quelque peu en « danger » le couple, en créant toute sorte de problèmes. On le retrouve ici en partie, mais je ne sais pas, c’était trop lent et là on avait vraiment le côté « je t’aime moi non plus » qui est assez exaspérant et fait lever les yeux au ciel (mauvais signe). Je me suis un peu ennuyée parce que je n’étais pas totalement dans cette romance.

Donc là, je peux le dire, j’arrêterai définitivement de lire Maggie Stiefvater même si elle a une belle écriture, de belles idées, mais sa manière de mener les intrigues ne me convient pas. Je ne vais pas continuer de m’acharner, je pense qu’après 5 livres lus, c’est déjà pas mal pour me faire une bonne idée de son style. C’est dommage parce que j’avais adoré Frisson mais les choix qu’elle fait ne sont pas toujours les bons, à mon sens.

En revanche, l’intérêt de ce 4e tome est que l’on sait ce qu’il advient de nos deux précédents héros, Sam et Grace, en filigrane puisque la fin du tome 3 était une fin ouverte et chacun pouvait décider du devenir de chacun des protagonistes. Là l’auteur prend elle même la décision donc c’est en partie intéressant pour cela (pour ceux qui étaient frustrés de cette fin). Ce tome sert aussi à confirmer le couple de Cole et Isabel qui commençait à se former dans la « trilogie ».

En bref, voici une romance assez ordinaire qui ne m’aura pas totalement convaincu. C’est dommage parce que l’auteur a vraiment un style intéressant, de bonnes idées mais ses intrigues sont trop lentes à mon goût donc cela devient ennuyeux et pénibles à lire parce qu’on s’attend à ce qu’il y ait plus d’entrain. Reproches que je lui ai faites pour les 3 autres livres que j’ai pu lire. Si vous avez adoré la « trilogie » des Loups de Mercy Falls avec Sam et Grace, n’hésitez pas à lire Le Loup de L.A., si comme moi vous avez eu du mal, passez votre chemin.


En partenariat avec