Rechercher dans ce blog

31/12/2017

In My Mailbox (315)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Tous les liens se font chez Lire ou Mourir

Mes acquisitions de la semaine

November 9 de Colleen Hoover

Fallon et Ben se rencontrent par hasard alors que leur vie est en train de changer.
La jeune femme est sur le point d’aller s’installer à New York où elle espère poursuivre une carrière d’actrice au théâtre. Ben veut devenir écrivain.
Ils se croisent comme des étoiles filantes mais l’intensité de ce qu’ils partagent les pousse à se fixer un rendez-vous annuel, le neuf novembre.
Fallon devient alors la source d’inspiration du roman de Ben. Chaque rendez-vous est unemine d’informations pour lui et, pour tous les deux, c’est le moyen de faire le point sur leur vie.
Jusqu’au jour, un neuf novembre évidemment, où Fallon se met à douter de ce que Ben lui raconte sur lui-même. Peut-il avoir inventé sa vie comme un roman ? Et pourquoi ferait-il une chose pareille ?


Moderne Olympia de Catherine Meurisse > CHRONIQUE

De castings en figuration. Olympia court les plateaux et rêve d'un premier rôle romantique digne de Roméo et Juliette. Elle se verrait bien en haut de l'affiche, comme Vénus, la star des studios d'Orsay. Mais Olympia n'est pas de bonne famille : elle appartient au clan des Refusés, pour qui le chemin du succès est semé d'embûches.
Et son amour pour un "Officiel", du clan rival ne simplifie pas les choses...

Dans Moderne Olympia, les oeuvres d'Orsay s'affrontent à un rythme effréné et esquissent des pas de danse inspirés des meilleures comédies musicales américaines.
West Side Story au musée d'Orsay ? C'est possible, sous la plume de Catherine Meurisse !



Le voleur de bijoux de N.M. Zimmermann (Angelica Varinen 1)

Angelica, une détective prête à tout pour résoudre les mystères !
Angelica Varinen n’est pas une princesse comme les autres : elle est détective. Lorsqu’elle apprend le vol des bijoux de son amie Éloïse, elle fonce à l’aventure.
Accompagnée de sa renarde magique Naali et de son chat surdoué Buffon,la voilà partie sur la piste des voleurs…


Et vous ?

28/12/2017

Moderne Olympia de Catherine Meurisse

Quatrième de couverture

De castings en figuration. Olympia court les plateaux et rêve d'un premier rôle romantique digne de Roméo et Juliette. Elle se verrait bien en haut de l'affiche, comme Vénus, la star des studios d'Orsay. Mais Olympia n'est pas de bonne famille : elle appartient au clan des Refusés, pour qui le chemin du succès est semé d'embûches.
Et son amour pour un « Officiel », du clan rival ne simplifie pas les choses...

Dans Moderne Olympia, les œuvres d'Orsay s'affrontent à un rythme effréné et esquissent des pas de danse inspirés des meilleures comédies musicales américaines.
West Side Story au musée d'Orsay ? C'est possible, sous la plume de Catherine Meurisse !

Mon avis

J’ai reçu Moderne Olympia en cadeau de Noël par une amie, une amie que j’ai rencontrée lors de mes études en histoire de l’art, alors il était naturel qu’elle m’offre un livre en lien avec l’art et je dois dire que cette BD est une vraie réussite. J’ai beaucoup aimé cette histoire que je vous conseille fortement !

Moderne Olympia raconte l’histoire d’Olympia, cette jeune femme qui rêve de décrocher le premier rôle. Mais les échecs se succèdent et Olympia reste un second rôle, mais là, on voit déjà que ce n’est pas facile pour la jeune femme. Sur le plateau, tout ne se passe pas comme prévu, c’est le moins que l’on puisse dire, mais lorsqu’elle s’entiche d’un autre acteur, un Officiel (à comprendre un premier rôle, quelqu’un qui réussi), là, rien ne va plus !


Ce qui est génial dans cette BD c’est que l’on a nombre de références, notamment en termes de tableaux célèbres qui servent de « plans » pour le film qui est en train d’être tourné par les studios d’Orsay. Je dois avouer qu’il n’y en a qu’un seul que je ne connaissais pas, une belle occasion de découvrir des œuvres exposées au Musée d’Orsay. Donc ça a été un plaisir de revoir ces différentes scènes, un bon clin d’œil à ces œuvres. Mais d’autres références artistiques sont évoquées comme des comédies musicales et non, West Side Story n’est pas la seule.


C’est donc un gros mélange en terme culturel mais sans l’humour de Catherine Meurisse cela n’aurait pas la même saveur. C’est un vrai régal, ça m’a bien fait sourire, cette Olympia n’est pas comme les autres. Le fait qu’elle reste nue, comme dans le tableau de Manet est bon un clin d’œil, d’ailleurs plusieurs personnages s’amusent du fait qu’elle soit nue.

Quant aux illustrations, elles sont bien sympathiques, elles fonctionnent bien avec le ton humoristique qui s’en dégage. C’est un style simple en apparence, mais nombreux sont les détails pour peu qu’on y regarde de près. Après, il est vrai que dans les BD ou les albums, je préfère de loin un style plus académique, plus réaliste mais cela a son charme, j’aime bien aussi ce genre, notamment quand ça touche à l’humoristique (Diglee, Voutch, etc.).


En bref, Moderne Olympia est une BD drôle que je vous conseille fortement, mais en plus de nous proposer une histoire amusante, nous permet de parfaire notre culture, avant tout picturale, puisque de nombreux tableaux et artistes sont mis en avant mais pas seulement. Un vrai régal, à découvrir !

27/12/2017

En piste ! de Marie-Claude Pietragalla (Etoile 1)

Quatrième de couverture

Sur les marches du palais Garnier, Marie attend parmi cinq cents autres ballerines d’auditionner pour le concours d’entrée des petits rats de l’Opéra de Paris.
Au cours de cette journée pleine de rebondissements, la jeune fille se fait deux nouvelles alliées, les jumelles Émilie et Elsa. Mais ce nouveau monde n’est pas fait que de magie et de grâce, et Marie ne se doute pas encore des épreuves qui l’attendent…

Mon avis

En piste ! est le premier tome de la série Etoiles qui raconte l’enfance de Marie-Claude Pietragalla, célèbre danseuse étoile, qui revient ici sur son entrée au Palais Garnier en tant que petits rats de l’opéra. Un premier tome vraiment très sympathique et intéressant, pour peu qu’on s’intéresse au monde de la danse évidemment. En tout cas, j’ai bien apprécié et je ne doute pas que cela pourrait plaire à de jeunes enfants.

L’histoire commence avec l’arrivée de Marie au palais Garnier dans le but de participer au concours d’entrée qui lui permettra, peut-être, de figurer parmi les futures élèves. Evidemment, la concurrence est rude, beaucoup de participantes sont présentes (dans les 500) pour seulement 40 places, autant dire que les chances sont minces. Mais Marie est bien décidée à aller au bout de son rêve et de se donner les moyens d’y entrer, quoi qu’il arrive.

L’intrigue est plutôt simple, pour le moment il s’agit de présenter les personnages, le contexte, notamment le concours d’entrée à l’opéra et ce que cette nouvelle vie va apporter à Marie A condition qu’elle soit prête à travailler dur, à faire aussi parfois des sacrifices car la danse va devenir son seul objectif. Un long parcours l’attend mais la jeune fille est motivée et veut essayer d’aller le plus loin possible pour réaliser un rêve.

J’avoue que je ne connais pas du tout le parcours de Marie-Claude Pietragalla, le milieu de la danse classique m’est assez étranger, même si je n’ignore pas le nom de quelques danseurs. Mais je ne saurai en dire plus. Il est donc intéressant de voir ici, à travers ce récit de fiction ce que peut être le parcours d’un danseur classique, et notamment celle d’une Etoile.

Dans En piste !, on peut donc voir que la danse n’était pas n’était pas le sport de prédilection de Marie-Claude Pietragalla lorsqu’elle était plus jeune. Mais peu à peu cela a fini par s’imposer à elle comme une évidence et devenir une vraie révélation au point que cela devienne son métier. On suit donc l’histoire de cette petite fille timide mais plein d’énergie qui ne rêve plus que de danser, même si elle va se rendre compte que cela peut être dur.

Dès ce premier tome, on voit que la concurrence est de mise, qu’il y a un fort esprit de compétition. Après tout, le but est d’être la meilleure pour atteindre le plus haut niveau, celui d’Etoile. Comment on s’y attend, on a une jeune héroïne, attachante et gentille, qui va se retrouver confrontée à la « peste » du groupe, et cela n’a pas raté en la présence d’Aurore qui est devenue l’ennemie en un rien de temps. Mais heureusement, elle s’est fait des amies, des jumelles qui seront là pour la soutenir.

C’est un premier tome parfait pour tous les enfants qui aiment la danse (qu’on la pratique ou non). On y retrouve des termes techniques ce qui nous met dans une certaine ambiance, et si l’on connait les mouvements décrits, on peut parfaitement s’imaginer ce que Marie et les autres concurrentes peuvent réaliser. Personnellement, je n’ai jamais fait de danse classique mais j’ai fait de la danse (modern’ jazz pour ceux qui se poseraient la question) du coup, j’ai tout de même certaines bases et sans avoir besoin du lexique à la fin de l’ouvrage qui explique justement les termes techniques, je voyais parfaitement Marie exécuter ces pas de danse. Ce lexique est bien pratique et ludique pour ceux qui ne connaissent pas le nom de certains pas ou séries de mouvements, de quoi parfaire sa culture.

Les personnages sont attachants et sympathiques, à commencer par Marie mais aussi ses deux amies Emilie et Elsa, les jumelles qui, j’en suis certaine, vont avoir une importance dans la vie de Marie. Evidemment, la peste est aussi présente avec le personnage d’Aurore et je suis très curieuse, comme les filles, de voir comment elle a pu accéder au concours.

En bref, En piste ! est un bon premier tome prenant et intéressant sur le milieu de la danse, notamment de la danse classique au sein d’un célèbre opéra où la jeune Marie brillera au point de décrocher le titre ultime, celui d’Etoile. Mais pour cela, il faut travailler dur et surtout croire en ses rêves.

C'est lundi, que lisez-vous ? [135]



Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ? 




Avec les fêtes, la fatigue et l'épaisseur de Heartless, je n'ai pas lu grand chose quoi... Et ça risque de continuer comme ça un petit moment...



Le Magicien, la Guerrière et la petite cuillière de Cressida Cowell (Le Temps des Magiciens 1)

Autrefois, il y avait la Magie, et la Magie vivait dans les forêts obscures.
Et puis les Guerriers ont débarqué.
Notre histoire a deux héros : un Magicien et une Guerrière.
Le Magicien, Xar, n’a pas de Magie, et il ferait tout pour en avoir.
La Guerrière, Souhait, possède un objet magique, et elle ferait tout pour le garder.
Xar et Souhait ont toutes les raisons de se détester. Pourtant, ils vont devoir oublier leurs différences pour affronter une créature, endormie depuis la nuit des temps, qui est en train de s’éveiller…


26/12/2017

Mes cadeaux de Noël (2017)


Voici comme promis, une photo de mes cadeaux !


J'ai eu aussi de l'argent, que je ne montre pas ici évidemment, mais après tout est là !

Dans la boîte blanche en haut à gauche, c'est une boîte qui a été colorié par ma mère et qui contient des chocolats.

November 9 m'a été offert par Nyx Shadow, les mitaines et la bougie (compote de pommes aux épices pour l'odeur !) par Lothfleur (qui a réalisé elle-même les mitaines), et Moderne Olympia m'a été offert par une amie (merci Marion !). Merci les filles vous gérez !

Et vous, vous avez été gâtés ?

Entre deux mondes d'Olivier Norek

Quatrième de couverture

Fuyant un régime sanguinaire et un pays en guerre, Adam a envoyé sa femme Nora et sa fille Maya à six mille kilomètres de là, dans un endroit où elles devraient l'attendre en sécurité. Il les rejoindra bientôt, et ils organiseront leur avenir. 
Mais arrivé là-bas, il ne les trouve pas. Ce qu'il découvre, en revanche, c'est un monde entre deux mondes pour damnés de la Terre entre deux vies. Dans cet univers sans loi, aucune police n'ose mettre les pieds. 
Un assassin va profiter de cette situation.
Dès le premier crime, Adam décide d'intervenir. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il est flic, et que face à l'espoir qui s'amenuise de revoir un jour Nora et Maya, cette enquête est le seul moyen pour lui de ne pas devenir fou. 
Bastien est un policier français. Il connaît cette zone de non-droit et les terreurs qu'elle engendre. Mais lorsque Adam, ce flic étranger, lui demande son aide, le temps est venu pour lui d'ouvrir les yeux sur la réalité et de faire un choix, quitte à se mettre en danger.

Mon avis

Entre deux mondes est le nouveau roman d’Olivier Norek que j’ai découvert cette année avec Surtensions que j’avais adoré. J’étais donc curieuse de voir ce que pouvait donner son nouveau roman. Je n’avais pas cherché à savoir de quoi cela parlait, je voulais faire confiance à l’auteur. Et j’ai eu raison, mais je me suis pris une claque phénoménale à laquelle je ne m’attendais pas.

Evidemment, je savais que je lisais un polar, mais je ne pensais pas lire une telle histoire, si réelle, si ancré dans notre réalité puisque cela touche un sujet sensible autour des « migrants » de la « Jungle de Calais », de la fuite de la guerre. Autant de choses qu’on a entendu parler pendant des semaines sans pour autant savoir ce qui se passait « de l’intérieur ». Alors je ne sais pas à quel point tout ce qui est dit ici est réel, je pense qu’il y a une grande part de vérité et c’est juste horrible.

J’aime les romans pour m’évader, pour oublier le quotidien, pour vivre une aventure hors norme, raison pour laquelle la Fantasy à ma préférence (et que je n’aime pas vraiment la littérature blanche) mais j’aime aussi les thrillers. Mais avec Entre deux mondes, Olivier Norek nous confronte à une réalité, même s’il tourne cela comme un polar « lambda » on ne peut pas oublier qu’il y a une très grande part de réalisme dans ce livre. Et ça fait froid dans le dos quand on voit ce qui se passe.

Nous suivons différents groupes de personnages, d’un côté, Adam, ce flic syrien qui envoie sa femme et sa fille au loin, devant s’arranger avec des passeurs, les faisant passer à travers de nombreux pays pour qu’elles puissent rejoindre l’Europe et en particulier l’Angleterre pour les mettre en sécurité. En sécurité loin de cette guerre. Evidemment, le voyage ne va pas se passer comme prévu mais je n’en dirai pas plus pour éviter tout spoiler mais on apprend très vite comment va se dérouler leur voyage. Si en tant que lecteur nous savons beaucoup de choses à ce sujet, Adam ignore tout, c’est donc avec la boule au ventre que nous suivons son propre périple, son arrivée dans la Jungle de Calais dans le but de retrouver sa famille.

De l’autre, nous suivons un groupe de flic français, dont Bastien, fraîchement débarqué à Calais pour raison familiale. Là encore, nous découvrons une famille qui a des problèmes, sans compter le fait que Bastien va devoir appréhender sa nouvelle équipe, et cette « jungle ». Et là, il va découvrir un autre monde ou tout est possible et surtout où l’on doit « fermer les yeux » sur ce qu’il se passe.

Ce roman fait froid dans le dos et je ne m’attendais pas du tout à cela en le commençant. Il y a des passages vraiment très durs, très lourd émotionnellement. On ressent diverses émotions en lisant ce livre, de la colère, de la peur, de l’horreur. On ne peut pas rester indifférent face à la détresse de ces personnes qui fuient un pays en guerre, mais qui restent coincée à Calais et quand on voit ce qui s’y déroule. Mais l’impuissance des policiers, notamment en la présence de Bastien qui découvre le système, c’est aussi désespérant.

Cela pose évidemment de nombreuses questions sur les responsabilités des pays, qui pour des raisons administratives, des accords passés, etc. bloquent le passage de ces réfugiés vers l’Angleterre. Certains essayent désespérément de traverser la frontière, en vain. C’est vraiment la misère et cela engendre toujours d’autres problèmes. Adam va découvrir tout ça à ses dépens mais ses instincts de flics, de protéger les plus « faibles » va refaire surface et cela pourrait bien lui créer des ennuis.

C’est un roman avec lequel on ne s’ennuie pas un instant, il est vraiment très prenant, l’intrigue est bonne et bien menée, si elle paraît simple dans un premier temps, à mesure de notre lecture on voit qu’il n’en est rien. Alors même si le lecteur en sait plus que les personnages sur certains faits, notamment en ce qui concerne la famille d’Adam, Olivier Norek arrive tout de même à nous surprendre et à nous mettre une bonne claque à la fin du livre. J’étais à des lieues d’imaginer tout cela, je me suis pris une vraie claque et j’avoue qu’il m’a fallu un peu de temps pour m’en remettre. Raison pour laquelle cette chronique a tardé à venir, il fallait que je trouve (certes le temps) mais aussi et surtout les mots pour montrer mon ressenti sur cette lecture, sur ce livre que le monde devrait lire. (Mais je vous déconseille cela dès le matin, c’est un peu rude tout de même…).


En bref, Entre deux mondes porte bien son titre. Nous sommes vraiment entre deux mondes, dans l’attente d’un avenir meilleur pour ces gens qui fuient un pays en guerre, qui veulent la paix et l’espoir d’une vie meilleure ailleurs, mais dont l’accès reste incertain. C’est un entre deux, ils sont dans les limbes si l’on peut dire. C’est un roman prenant et haletant, on a envie de savoir ce qu’il va advenir des personnages, ce qu’ils vont découvrir, si Adam va retrouver sa famille, etc. 

25/12/2017

Joyeux Noël !



Voilà, tout est dit :) et J'espère que vous avez été gâtés par le Père Noël. 

Un article spécial Noël arrivera prochainement pour vous montrer ce que j'ai reçu !

24/12/2017

In My Mailbox (314)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Tous les liens se font chez Lire ou Mourir

Mes acquisitions de la semaine

Piège pour une beauté de Vivienne Lorret (Les Gentlemen de Fallow Hall 3)

On ne devrait jamais se fier aux apparences. Pour sauver la vie de l’intendant de son père, accusé d’un crime qu’il n’a pas commis, Lucan, joueur invétéré, a emprunté de l’argent à un vicomte au-dessus de tout soupçon… qui s’avère être le diable incarné. Réduit à sa merci, Lucan comprend que le vicomte cherche à atteindre Frances, la fille de l’intendant, aujourd’hui livrée à elle-même. Bien sûr, lorsque qu’il essaie de mettre en garde la courageuse jeune femme, qui le considère comme la cause de tous ses malheurs, celle-ci le repousse avec violence. Mais Lucan est bien décidé à protéger Frances des griffes du vicomte. Malgré elle, s’il le faut…


L’Eveil, stade 2 de Jean-Baptiste de Panafieu

Le virus s'est propagé outre-Atlantique. Kidnappée par la WOFF, Laura n'a plus le choix : dans un laboratoire secret installé à la frontière des États-Unis et du Canada, elle doit créer, sous la menace, un contre-virus pour mettre un terme à l'épizootie mondiale. Mais la jeune chercheuse essaie de gagner du temps, persuadée que ce virus restaure l'équilibre entre les humains et le monde animal. Elle est par ailleurs convaincue que son frère et ses amis arriveront bientôt pour la sauver. Des fenêtres de la maison dans laquelle elle est tenue prisonnière, elle observe à l'orée de la forêt l'étrange ballet des ratons laveurs, des orignaux, des couguars, des grizzlys et des loups. Griffes pour griffes, crocs pour crocs, les animaux choisissent leur camp...


300 points de tricot de Lesley Stanfield et Melody Griffiths

Plus qu'un répertoire de points: un véritable guide pour toutes les créations en tricot. 300 points pour les débutantes comme pour les expertes: des points les plus simples aux points les plus sophistiqués, des grands classiques aux points les plus originaux.


Et vous ?

18/12/2017

C'est lundi, que lisez-vous ? [134]



Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books. La relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions :

1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ? 




Dire que mon rythme de lecture est pourri est assez visible... Je n'ai lu que 2 romans et Heartless est à peine commencé... Mais en tout cas, c'était deux lectures bien sympathiques, très différentes dans le genre mais plaisant. Je vous conseille !




Heartless de Marissa Meyer

Vous êtes vous déjà demandé qui était la Reine de Coeur avant Alice aux pays des merveilles ?
La Reine de Coeur n’a pas toujours été la terrible souveraine d’Alice au pays des merveilles. Avant d’être couronnée, elle s’appelait Catherine et rêvait de devenir la plus grande pâtissière du royaume. Mais le sort a décidé de lui jouer un vilain tour : le Roi de Coeur veut absolument l’épouser et les parents de Catherine, très ambitieux, placent de gros espoirs en cette union.
Catherine, elle, veut vivre librement et aimer celui qui fait battre son coeur : Badin, le bouffon du Roi.
Malheureusement au pays des merveilles, où s’entrechoquent magie, folie et monstres, les contes n’ont pas tous une fin heureuse…


17/12/2017

In My Mailbox (313)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque. Tous les liens se font chez Lire ou Mourir.

Mes acquisitions de la semaine



Phélan de Jean-François Chabas (Les Chroniques de Zi 1)

Au royaume des Mille Lacs, une sorcière enlève le bébé princier. Elle s’apprête à le dévorer, quand, soudain, l’enfant l’interpelle…
Bien des années après, dans un village, Phelan, un adolescent expert au maniement de l’épée, tombe amoureux fou de la farouche princesse Nara. Il lui a suffi de l’apercevoir, alors qu’elle venait visiter les Mille Lacs depuis son lointain royaume des Trois Vagues. Or le cheval de la princesse s’est emballé et l’a entraînée dans les Monts Jaunes, à la merci de l’Ogre qui y règne… Personne n’est jamais ressorti vivant de ces montagnes.
Mais Phelan ne peut abandonner l’amour de sa vie. Il se met en route pour sauver la princesse, accompagné de son meilleur ami Turi, aux cheveux bleus, dont la force n’a d’égale que la susceptibilité. Avant même d’atteindre les Monts Jaunes, leur route est truffée d’obstacles et de rencontres plus inquiétantes les unes que les autres. Sans compter que, sur leur chemin, plane l’ombre d’une mystérieuse sorcière…


Lise et les hirondelles de Sophie Adriansen

À treize ans, Lise a une passion pour les hirondelles. Mais lorsqu’elle les voit revenir à Paris en cet été 1942, les oiseaux ne parviennent pas à lui faire oublier les effets de l’Occupation : le rationnement, les sirènes, la fermeture de l’atelier de confection familial, l’attitude de ses amis depuis qu’elle porte une étoile jaune sur ses vêtements.

Le 16 juillet, Lise assiste à l’arrestation de toute sa famille. Elle se précipite au commissariat où on les a emmenés et parvient à sauver ses deux petits frères de la rafle du Vel’ d’Hiv’. Mais elle n’a plus aucune nouvelle de leurs parents. Commence alors pour eux le long parcours des enfants cachés, parsemé d’angoisse et de dangers, de moments de doute et d’espoir.


Jalousies de Jennifer Estep (L’Exécutrice 7)

Gin Blanco, alias l’Araignée, s’est résignée à ce que son identité de tueuse à gages soit connue de tous. Depuis, elle doit constamment rester sur ses gardes car nombreux sont ceux qui projettent de lui faire la peau. Mais la personne qui l’inquiète le plus a d’avantage le physique d’une briseuse de cœurs que d’une criminelle. Face à la pulpeuse et dangereuse Salina, Gin se demande si ses dons et sa maîtrise des éléments lui sera seulement utile. Que vient faire cette femme, originaire du sud, à Ashland ? Et surtout, de quel droit se permet-elle de donner des surnoms à Owen Grayson, l’amant de Gin ?


L’étincelle sous la glace d’Ilona Andrews (Dynasties 2)

Après une longue cavale, le tueur Jeff Caldwell a enfin été arrêté. Or les policiers l’interrogent en vain et l’une de ses victimes manque toujours à l’appel : Amy Madrid, une fillette de sept ans. Déterminée à lever le voile sur ce mystère, Nevada Baylor, détective professionnelle, décide de mener sa propre enquête. Car elle a le pouvoir de détecter les mensonges et d’obtenir la vérité, y compris quand on cherche à la lui cacher... Cependant, lorsqu’un client la sollicite, espérant lui confier une nouvelle mission, Nevada reconnaît qu’un peu d’aide serait la bienvenue. Le puissant et séduisant Mad Rogan accepterait-il d’unir ses forces aux siennes ?


De feu et de braises d’Ilona Andrews (Dynasties 3)

Nevada devrait se méfier de Rynda Charles. Cette irrésistible beauté, fille d’une puissante meurtrière, devine les émotions d’autrui et peut les influencer. Et surtout, elle a autrefois été fiancée à Rogan, le petit-ami de Nevada ! Pourtant, quand Rynda la supplie de retrouver son mari, Nevada n’a pas le cœur à refuser. Son don pour déceler la vérité en toutes circonstances devrait lui garantir un succès. Ni une ni deux, elle se lance dans cette nouvelle enquête, aidée de Rogan. Lorsqu’il est à son côté, Nevada est prête braver tous les dangers... y compris ceux qui menacent leur amour.






Et vous ?

16/12/2017

Re made, tome 1 d'Alex Scarrow

Quatrième de couverture

Et si un virus devenait plus intelligent que vous ? 
Un virus inconnu, incontrôlable et... capable de penser.
Un adolescent, Léo, qui n'a rien d'un héros.
La promesse de protéger, quoi qu'il arrive sa petite sœur Grace.
Et une seule solution : fuir, le plus loin, le plus vite possible...

Mon avis

Re Made est un premier tome très surprenant auquel je ne m’attendais pas. Une lecture que j’ai adorée et qui m’a rendu très curieuse. Je dois dire que j’ai hâte de lire la suite et voir ce que ça va donner parce qu’étant donné les circonstances c’est très prometteur.

Mais de quoi parle exactement ce livre ? Un virus mortel se répand au Nigéria, dans toute l’Afrique. Il se propage dans le monde entier et arrive très rapidement en Europe, en Angleterre où vivent Léo et sa petite sœur Grace. Ce virus dissout rapidement les corps… en quelques secondes. Il faut fuir et vite ! D’autant qu’il semble se transformer, devenir de plus en plus intelligent…

L’intrigue est bonne et bien menée, très efficace. Certes, au premier abord, avec le pitch que je viens d’en faire, cela paraît simple, ça l’est, mais on se doute bien que cela cache quelque chose de plus grand mais je pense qu’on en saura bien plus dans le prochain tome. Là c’est une bonne base, une mise en bouche qui m’a tenu en haleine. J’ai lu très rapidement ce roman tant cela se lit bien et que j’avais envie de savoir ce qui allait se dérouler, si Léo et sa sœur Grace allait s’en sortir face à ce virus qui se répand vraiment très rapidement.

C’est haletant et prenant, l’action arrive dès les premières pages, très rapidement on sait à quoi s’en tenir. Dans les ¾ du roman il s’agit de la fuite et d’essayer de trouver une solution pour se protéger de ce virus très virulent, c’est le moins que l’on puisse dire. Il est plutôt inquiétant et je vous avoue que je ne m’attendais pas du tout à cela sur son compte.

L’écriture d’Alex Scarrow est très visuelle, on s’imagine très bien ce qui est en train de se passer et autant vous dire que lire certains passages dès le matin c’était un peu dur et un peu glauque. Les visions d’horreur dès le matin, ça a de quoi réveiller et en ça j’admire le travail de l’auteur. Les descriptions sont très précises et j’avais un mini film dans la tête mais pour certaines scènes, j’avoue que j’aurai préféré ne pas le voir.

Quant aux personnages, ils sont attachants et sympathiques, évidemment, lorsqu’on voit ce dont est capable ce virus on craint pour ces deux adolescents. Vont-ils s’en sortir ? Vont-ils réussir à le fuir, à trouver une solution pour y échapper ? Autant de questions qui trouveront réponses mais évidemment l’auteur a plus d’un tour dans son sac et saura nous surprendre par bien des manières. Léo est un adolescent comme les autres, il a une petite sœur qui fait souvent preuve de plus de maturité que lui, mais il va devoir jouer les grands frères pour une fois et assurer la protection de sa petite sœur (ils ont 2/3 ans d’écart). Il y a une vraie évolution dans les personnages et je suis très curieuse de voir ce que donnera le 2e tome.

En bref, ce premier tome de Re Made était très intéressant et prometteur. L’intrigue est plus simple en soi mais on imagine quelque chose de bien plus complexe sous jacent. C’est un univers intriguant et il me tarde d’en apprendre plus, de savoir comment ce virus a pu se développer, à quelle fin, etc. Les personnages sont attachants et sympathiques, évidemment on craint pour eux et il me tarde de les retrouver parce que là, vu les circonstances, c’est compliqué ! A découvrir mais attention, âme sensible s’abstenir !

15/12/2017

Nocturna de Shannon Messenger (Gardiens des Cités perdues 6)

Quatrième de couverture

Dans l’esprit de Sophie, embrumé par le chagrin et le deuil, ce nom brille comme un astre. À lui seul, il incarne tous les espoirs et toutes les craintes de la jeune fille. Car c’est là que se trouve sans doute sa famille humaine, enlevée par les Invisibles, là que l’attendent les réponses à toutes ses questions. Mais s’y rendre relève du tour de force – Sophie et ses amis sont donc bientôt contraints de revoir leur stratégie, quitte à pactiser avec plusieurs de leurs ennemis.
Dès cet instant, le compte à rebours est lancé : pour sa famille disparue, comme pour le reste du monde, il n’y a plus une minute à perdre. Rongée par l’incertitude et la peur, Sophie va devoir, plus que jamais, s’appuyer sur ses proches pour parvenir à aller de l’avant, pour éviter surtout de sombrer dans le désespoir. Car, même si elle est loin de s’en douter, les portes de Nocturna dissimulent un secret enfoui depuis des millénaires… un secret qui pourrait bien changer la face du monde à tout jamais !
Et si la clé de l’énigme se cachait dans le passé ? Dans ce sixième tome de Gardiens des Cités perdues, retrouvez une Sophie Foster tourmentée, aux prises avec un univers magique étincelant, mais bien plus sombre et complexe qu’il n’y paraît.

Mon avis

Nocturna est le 6e tome de Gardiens des Cités perdues, une série chouchou depuis le premier tome et à chaque nouveau volume c’est un ravissement, l’auteur arrive à me bluffer, à me happer totalement dans son univers qui est juste incroyable.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. Et puis, étant donné la fin du précédent, on sait dans les grandes lignes ce qui va se passer puisqu’on reprend l’histoire au même moment au début de celui-ci.

Comme vous vous en doutez, j’ai adoré ce tome, c’est un vrai coup de cœur. On retrouve tous les éléments qui font que cette série est géniale. Une intrigue, qui en apparence est simple mais bien plus complexe lorsqu’on creuse un peu et que l’on cherche à comprendre les tenants et les aboutissants. Si on essaye d’analyser les agissements des uns et des autres, on voit à quel point l’auteur a tissé une toile d’une main de maître. C’est très précis, chaque détail à son importance et c’est juste exceptionnel. L’action est omniprésente, on n’a pas le temps de souffler, de s’ennuyer. C’est parfaitement maîtrisé.

Les révélations sont nombreuses dans ce tome et je vous avoue que j’ai été choquée plus d’une fois, j’ai pris une claque, je ne m’attendais tellement pas à ça ! J’ai même dû en parler avec une amie blogueuse parce que je ne pouvais pas garder ça pour moi et je n’avais aucune envie de spoiler qui que ce soit pour en parler directement sur les réseaux sociaux. A chaque tome l’auteur nous donne de nombreuses informations, créent des alliances improbables et c’est ça qui est génial, elle nous surprend à tout instant.

Ce que j’adore dans cette série c’est que, même si c’est pour jeunes (9/12 ans), l’auteur n’hésite pas à malmener ses personnages, à aller loin, à les faire souffrir, leur faire vivre une histoire incroyable. C’est une série mature que j’affectionne tout particulièrement et j’ai d’ores et déjà hâte de lire le prochain volume (même s’il n’est pas encore écrit…).

Même si l’histoire est pleine de gravité, l’auteur arrive à insuffler un peu d’humour, des instants plus légers, une romance sous jacente, même si rien n’est précis encore là-dessus. Malgré l’action en lien avec les Invisibles, la vie continue et on n’oublie pas les petits moments de la vie quotidienne pour relâcher la pression et aussi montrer que les personnages vivent et évoluent au fur et à mesure des tomes. Après tout, ils grandissent et les attirances se font de plus en plus précises.

La fin du tome 5 m’avait agacé, un bon cliffhanger qui énerve parce qu’on nous lance une information et puis plus rien, mais j’avoue que cette fin est presque pire… parce qu’elle laisse tellement présager de choses… je vais aller hiberner pendant 1 an (au moins) pour attendre la suite parce que ce n’est pas possible… Non en effet, ce n’est pas possible, au boulot mes collègues ne sont pas d’accord… Mais franchement c’est quoi cette fin ?? Ce n’est pas possible de nous laisser comme ça… De quoi nous déprimer et nous donner envie de lire la suite qui n’est malheureusement pas encore disponible… Quelle frustration…

Mais cette série ne serait rien sans ses personnages qui sont justes géniaux. J’adore Keefe, qui, malgré ses actions passées, est un personnage qui donne la pêche et le sourire. La petite bande autour de Sophie a son importance et il est vrai qu’on ne la voit pas sans eux. Elle ne peut pas exister et agir seule, ce n’est pas possible, aussi je crains à chaque fois pour cette bande car je me demande bien ce qui va leur arriver comme bricole… On s’inquiète pour eux, on rit avec eux, on s’émeut, on s’énerve… Bref, Shannon Messenger a le don de nous faire ressentir toute sorte d’émotions à travers ses personnages et ça, c’est une grande force.

En bref, Nocturna est un tome à la hauteur des précédents, le plus épais à ce jour (sûrement l’un des derniers). C’est une série qui se bonifie avec le temps, je l’adore, je suis totalement fan, je ne peux que vous conseiller de lire cette série si ce n’est pas encore fait parce qu’elle est juste extraordinaires. C’est un univers complexe qui ne cesse de me surprendre et de tomber un peu plus amoureuse des Cités perdues. Les intrigues sont toujours très bonnes, on ne sait jamais à quoi s’attendre, on est tout le temps surpris, malmené par cette auteur qui se fait un malin plaisir à jouer avec nos sentiments. Je vais m’arrêter là et conclure parce que cette chronique commence à être déjà bien longue et je pense que vous avez compris mon amour pour cette série qui ne faiblit pas, bien au contraire, elle ne fait que croître. Une série à découvrir de toute urgence si ce n’est pas déjà fait !

14/12/2017

Noblesse, devoir et autres balivernes de Megan Frampton (Si j'étais une duchesse 1)

Quatrième de couverture

Un poste de préceptrice chez un duc ? Voilà une offre que Lily ne peut pas laisser passer, si elle veut asseoir la réputation de son agence de placement. Certes, elle n’a aucune candidate à lui envoyer, mais hors de question de renoncer pour si peu : elle ira elle-même se présenter à l’entretien, quitte à s’inventer des références. Seulement, Lily ne s’attendait pas à une demeure aussi grandiose, ni à un duc si… impressionnant. Et, alors qu’elle se tient sous le regard scrutateur de cet homme qui pourrait anéantir d’un mot l’avenir de son agence, son mensonge lui paraît soudain beaucoup moins opportun. Sauf qu’il est maintenant trop tard pour reculer…

Mon avis

Après avoir lu le tome 6 de Gardiens des Cités perdues, il me fallait une lecture détente, sans prise de tête, un peu « doudou » pour me remettre des dernières révélations chocs de la série. Du coup mon choix s’est porté sur une romance historique car le genre s’y prête bien.

C’est ainsi que je me suis lancée dans le premier tome de la série Si j’étais une duchesse, avec Noblesse, devoir et autres balivernes et je dois dire que cela a été une lecture agréable et bien sympathique, bien que brève puisqu’elle ne m’a fait qu’une journée. Mais cela prouve à quel point c’était intéressant et prenant.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi il s’agit, d’autant que les événements arrivent assez vite pour s’en rendre compte. L’écriture de l’auteur est agréable à lire et fluide. On embarque dans l’histoire en un rien de temps et je dois dire que j’étais très curieuse de voir ce qui allait arriver à ce duc et à sa petite fille ainsi que Lily, la nouvelle préceptrice de cette dernière.

L’intrigue est assez simple en soi mais efficace, elle tient bien la route. J’ai pris beaucoup de plaisir à suivre Marcus et sa petite fille, dont il a conscience que la vie risque d’être compliquée pour elle étant donné son statut de « bâtarde ». Lily l’a compris rapidement et va aider, épauler plus qu’il ne le pensait dans sa démarche. Elle va devenir un pilier dans leur existence et ce, malgré eux. On voit en quoi leur romance paraît impossible, un duc a un statut très haut dans la noblesse, seule la famille royale les surpasse, de ce fait, une simple « préceptrice » bien qu’en soit Lily n’en est pas une, ne peut pas lui convenir. Mais certaines règles sont faites pour être bafouées.

Ce qui est intéressant dans les romans historiques c’est de voir les mœurs de l’époque et franchement ce n’est pas une époque enviable. Lorsqu’on est du point de vue du duc, on se rend bien compte que de voir des jeunes femmes bonnes à marier paraissent bien fades et sans intérêt à ses yeux. À part accepter et acquiescer la moindre chose sans contester, sans aucune répartie, il est vrai que la conversation peut paraître bien ennuyeuse… On comprend pourquoi il se sent plus proche de Lily qui, elle, n’a pas la langue dans sa poche même si elle sait se comporter dans la haute société anglaise…

Entre chaque chapitre, on retrouve un extrait du « Guide du savoir-vivre à l’usage des ducs ». Évidemment, chaque extrait a un lien direct avec la scène suivante et laisse présager ce qui va arriver. Parfois, on trouve des choses raturées et « réécrites » ce qui prête à sourire car après tout il est vrai qu’un duc peut faire ce qu’il veut, mais dans certaines limites. Ces passages prêtes à sourire et sont intéressantes, cela montre à quel point à cette époque tout est codé et strict.

Quant aux personnages ils m’ont bien plu, aussi bien les principaux que les secondaires, comme le meilleur ami de Marcus qui joue un rôle important auprès du duc. Lily est une jeune femme entière, qui va au bout des choses. Elle est prête à tout pour changer sa vie et surtout faire en sorte que l’on ne sache rien de son passé. Elle veut aider cette petite fille au mieux. Elle est perspicace et a bien compris quels étaient les enjeux et aide plus que nécessaire ce nouveau duc qui ne connaît rien à ses nouvelles fonctions.

Lily a de la répartie, ce qui ne déplaît pas à Marcus, le duc qui est touchant et attachant. Au premier abord il peut sembler arrogant, si on reste que du point de vue de Lily, mais on voit rapidement que tout ça n’est qu’une façade, qu’il a des craintes sur son rôle de duc, de père et qu’il veut bien faire. On voit qu’il s’est pris d’affection pour sa petite fille malgré la situation et aussi pour sa préceptrice en dépit du bon sens. Mais le cœur a ses raisons que la raison ignore. Et ils vont former un duo atypique mais qui fonctionne parfaitement. Ils ont tous les deux beaucoup de tempérament et leurs joutes sont intéressantes et prêtent à sourire.

En bref, Noblesse, devoir et autres balivernes est une romance historique bien sympathique qui m’aura bien plu. L’histoire est bonne et bien menée, avec son lot de problèmes mais évidemment tout est bien qui finit bien. Les personnages sont touchants et attachants, ils vont apprendre au contact l’un de l’autre, un vrai duo qui fonctionne bien, donc le dénouement était plus que prévisible pour tous les deux mais cela ne s’est pas fait sans heurt et problèmes. Une romance agréable que j’ai apprécié découvrir, je suis désormais curieuse de voir ce que donneront les autres tomes.

12/12/2017

K-Love de Sky Muglach

Quatrième de couverture

Séoul, aujourd’hui. Adolescent à l’allure androgyne, Tokki fuit le foyer familial en raison de la violence de son père, médecin. Seul et abandonné à son sort, ce garçon séduisant fréquente alors les rues mal famées et tombe dans la drogue, nouant une relation ambiguë avec un dealer, Min. Mais la vie décadente de Tokki est un jour bouleversé par l’irruption d’un véritable ange gardien, Han. L’amitié entre les deux jeunes hommes tournera à la passion. Jusqu’à ce que Min ressurgisse…

Hommage sincère au « yaoi », K-love reprend tous les codes du manga sentimental sous la forme d’un vrai roman, dont certains fragments sont publiés sur le Net ont été plébiscités par les internautes. A la fois chronique sociale réaliste et grande histoire d’amour sans tabou, cette romance parfois crue est une œuvre universelle et poignante.

Mon avis

K-Love est un roman que j’ai reçu, sans savoir comment d’ailleurs puisque je ne suis pas partenaire avec l’éditeur. Mais quitte à recevoir un livre, autant le lire d’autant que le pitch était assez intriguant. Je dois dire que c’était une histoire intéressante et plutôt plaisante dans l’ensemble, même si elle n’est pas sans défaut.

Alors le yaoï n’est pas un genre que je lis habituellement, les seuls romans où il y avait une relation homosexuelle c’était dans Prince Captif qui est davantage de la Fantasy pour moi que de la romance (donc loin de l’univers yaoï) ou encore les Chroniques d’une initiée qui est de la romance érotique et pas uniquement homosexuelle. Du coup, il est vrai que je ne suis pas le public cible pour ce genre de livre et encore moins une spécialiste, donc je n’ai pas forcément le recul d’un lecteur avisé du genre. Néanmoins cela ne m’empêche pas de voir les qualités du livre mais également ses défauts.

Dans l’ensemble c’est une histoire intéressante, dure et touchante car il est vrai que Tokki va se retrouver dans une situation délicate et on ne peut qu’être touché par sa détresse et sa descente aux enfers. Fils d’une bonne famille, mais où il est maltraité, il va fuir ce luxe pour se retrouver dans la misère la plus extrême, côtoyant le milieu de la drogue et du sexe d’un peu trop près pour son bien. Un mal pour un bien car dans cette descente aux enfers, il va faire la rencontre de Han et Min, deux hommes qui vont lui apporter beaucoup et changer sa vie, pour le meilleur comme pour le pire. Car si le premier va tâcher de le sortir de cette vie de misère et de débauche, le second va plutôt l’y entraîner un peu plus.

La fin paraît plutôt évidente, tout comme les secrets qui entourent sa famille. Quant au choix de Tokki en ce qui concerne sa vie amoureuse, là encore, je m’y attendais grandement. C’était plutôt couru d’avance car il faut voir la relation que Tokki entretient avec les deux hommes. Chacun lui apporte quelque chose et l’aide à leur manière même s’il y en a une qui est bien plus nocive que l’autre. J’avoue ne pas comprendre les choix de Tokki mais en même temps je ne suis pas à sa place non plus.

Le bémol de l’histoire est pour moi surtout dans la narration. Elle est double, une à la 3e personne et une à la première personne, du point de vue de Tokki. En soi, cette double narration n’est pas dérangeante, si elle est bien maîtrisée et utile et j’avoue que j’ai eu la sensation d’une voix un peu trop superflue. Car il y a un effet de répétition, un élément raconté à la 3e personne par le narrateur, va être repris par Tokki lorsqu’il devient le narrateur, et inversement. De ce fait, on nous répète la même information, ce qui, en soi n’est pas très utile et ajoute une certaine lourdeur et lorsqu’on commence à s’en rendre compte eh bien on ne focalise plus que sur ça et ça devient pénible à la longue.

Je pense qu’il aurait mieux valu n’avoir qu’une seule narration, soit à la première du point de vue de Tokki, soit à la 3e, quitte à avoir un narrateur interne ou omniscient pour avoir accès aux pensées du héros, pour qu’on ait son ressenti face à ce qui se passe. Mais je trouve que l’alternance des deux points de vue tels qu’il est fait ne fonctionne pas et ajoute de la lourdeur au récit. C’est dommage.

En bref, K-Love est un roman intéressant à lire, même s’il a quelques défauts. Pour un premier roman ce n’est pas si mal que ça et j’étais curieuse de voir ce qui allait arriver à Tokki, Min et Han. Une histoire difficile et tout de même touchante même si je ne comprends pas toujours les choix de Tokki. Quant à la partie romance de l’histoire, j’avoue que je suis quelque peu restée en retrait puisque ce n’est pas forcément le genre de romance que j’aime lire et qu’il est parfois difficile d’approuver les choix du personnage.