Rechercher dans ce blog

30/09/2013

Je m'appelle Budo de Matthew Dicks

Quatrième de couverture

Aussi longtemps que Max croit en moi, j'existe. Les gens disent que c'est ça qui fait de moi un ami imaginaire. Ce n'est pas vrai : j'ai mes idées et ma vie en dehors de lui. Mais j'étais là le jour où il a disparu. Je sais qu'il est en danger. Et je suis le seul à pouvoir l'aider.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Flammarion de m’avoir permis de lire ce livre qui m’a énormément surprise et beaucoup plu.

Je dois avouer qu’avant lecture, je pensais que ça serait une histoire assez légère et plutôt drôle, j’ai donc été très surprise de voir que ça n’était pas vraiment le cas. Mais ça n’est pas pour ça que je n’ai pas aimé, bien au contraire. J’ai adoré ce livre, mais ça l’a juste rendu beaucoup plus touchant et poignant que ce à quoi je m’attendais.

L’écriture de l’auteur est très agréable à lire, il y a quelque chose de touchant dedans et j’ai vraiment eu la sensation d’entendre Budo raconter cette histoire. Dès les premières lignes j’ai plongé dans le livre et j’avais vraiment hâte d’en savoir plus. Il ne m’a fait que 2/3 jours tant il se dévore et est prenant.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisante pour comprendre de quoi il s’agit bien qu’elle soit courte. L’essentiel est là et si j’en dis plus ça risquerait de spoiler. De plus, j’ai fait exprès de ne pas reprendre un autre résumé trouvé sur le net parce que le souci c’est que ça dévoile un peu trop de choses, alors que les événements n’arrivent qu’à la moitié (et le livre fait 430 pages). Donc si on s’attend à ce que ça arrive plus tôt, on risque d’être déçu. L’histoire prend son temps mais tout à sa place, ça n’est pas trop long, ni ennuyeux, bien loin de là. Même si j’avoue que parfois j’avais envie de pousser un peu Budo pour qu’il agisse plus tôt, etc. mais son comportement est tout à fait compréhensible.

J’ai beaucoup aimé cette histoire qui était intéressante. L’idée est très bonne, originale et bien exploitée. Ça n’est pas souvent qu’un ami imaginaire prend la parole en tant que personnage pour expliquer sa vie et celle de l’enfant qui l’a créé. Et pourtant dans l’enfance c’est quelque chose qui arrive plus ou moins souvent, c’est normal mais ce sont des choses qui passent. Cependant pour Max, Budo est bien réel et il est toujours là, bien qu’il ait 6 ans.

Mais Max n’est pas un petit garçon comme les autres, le contact avec les gens, les changements de dernière minute le perturbe. Ça n’est pas clairement dit et établi, mais on voit qu’il a une forme d’autisme qui ne lui permet pas tout à fait d’appréhender le monde « normalement ». On voit que ses parents ne savent pas comment faire face à son comportement, que sa mère juge anormal, quand son père se voile la face. Tout ça est compliqué et lorsqu’on voit la manière de penser de Max, à propos de tout ça, c’est juste déchirant. C’est un petit garçon très attachant et parfois j’étais un peu triste pour lui, pas de la pitié non loin de là, mais j’étais peiné de voir la manière dont on le traitait, à commencer par Budo parfois. Mais il y a une belle évolution dans le personnage et c’était très intéressant de le suivre. Et sa relation avec Budo est assez unique, c’est un lien fort qui les unit.

Budo, cet ami imaginaire qui fait tout pour aider son ami Max, qui le comprend mieux que quiconque. Dans cette histoire il nous explique à chaque instant ce qu’il est, réel tout en ne l’étant pas. Finalement, Budo est comme un petit garçon, il va apprendre la vie d’une autre manière. Physiquement c’est un adolescent mais dans l’âme (si on peut dire ça), c’est encore un petit garçon avec ses peurs et ses incertitudes. Parfois il peut sembler égoïste, il se pose toutes sortes de questions qui peuvent être légitime et en même temps… C’est un personnage vraiment très intéressant qui m’a beaucoup plu, au même titre que Max.

Ce livre est touchant et poignant aussi parce qu’il ne cache pas la réalité. J’ai été très surprise par cet état de fait, je ne m’attendais vraiment pas à avoir ce genre d’histoire. Ce livre nous rend compte que parfois la vie peut être dure, parfois elle peut être moche. La mort est omniprésente et s’entremêle dans la vie, il ne suffit pas de grand-chose pour passer d’un état à l’autre. Les gens ne sont pas non plus ce qu’ils semblent être, les faux semblants existent. Ce livre est une belle leçon de vie qui nous fait prendre conscience de la valeur de la vie, de la différence aussi et la manière dont les gens se comportent face à cette différence. Ce sont beaucoup de thématiques qui servent à appréhender le monde, à grandir et en faire tout un apprentissage. Et dans ce livre on se rend compte que ça n’est pas forcément destiné à celui que l’on croit.

Je l’avoue, un moment, j’ai eu peur de la tournure des événements, je dois lire trop de thriller et aussi trop regarder de séries TV dans le genre parce que je m’imaginais des choses horribles étant donné les circonstances. Heureusement pour moi, ça n’était pas le cas, et ça reste de la jeunesse donc on ne peut pas aller trop loin, mais vu tout ce qu’on a pu aborder plus tôt dans le livre, j’ai vraiment eu peur (raison pour laquelle parfois j’avais la gorge serrée, je m’imaginais des scénarios catastrophes). La fin est juste parfaite, j’ai adoré la tournure des événements, il ne pouvait pas y avoir meilleure fin.

En bref, ce livre a été une belle surprise pour moi, je ne m’attendais pas du tout ça, pas à quelque chose de si « tragique » (c’est un peu fort mais c’est l’idée). Je pensais que ça serait plus léger et drôle, mais ça ne l’est pas. Cependant c’est un roman très riche en émotion mais aussi en réflexion qui nous permet de grandir et voir le monde autrement. Franchement, même si c’est un livre jeunesse, il peut aisément se lire une fois adulte. J’ai pris une belle claque en lisant ce livre, ça m’a beaucoup touché et je ne peux que le conseiller.

29/09/2013

La pourvoyeuse d'Aurélie Rochais

Quatrième de couverture

La pourvoyeuse est la saga d’une famille dispersée à travers le monde par  les conditions de vie actuelles.
Mathilda se donne pour but d’entretenir les liens et de maintenir des relations entre tous les siens, les pourvoyant ainsi de ce qu’elle estime être un moyen efficace pour humaniser et rendre supportable leur vie.
Par son récit, la narratrice donne un exemple vivant de l’inévitable imbrication des événements extérieurs dans le quotidien de ses personnages.

Mon avis


Je tiens tout d'abord à remercier les éditions du Panthéon de m'avoir permis de lire ce livre que je ne connaissais pas du tout, mais qui m’a laissé assez indifférente.

Ça n’est pas mon genre de lecture habituelle, du coup je l’avoue, ça n’était pas si simple pour moi de faire cette chronique. Ça n’était pas désagréable à lire (ni une torture), mais je me rends compte que plusieurs jours après la fin de la lecture, il ne me reste pas tant de choses que ça. Et ma mémoire n’est pas si défaillante, il y a des livres que j’ai lu il y a 4 ans et dont je me souviens très bien.

Je pense que la première chose qui fait que je ne sois pas si enjouée que ça (en dehors du genre du livre), ça soit le fait que le livre soit court. C’est toujours le même « problème » avec moi, je préfère de loin les pavés, quand c’est bien expliqué, quand il y a des descriptions, etc. Alors à partir du moment où un livre ne fait que 140 pages, ça peut être un souci parce que je sais qu’il va me manquer des choses, mais parfois je peux être surprise et apprécier quand même. Mais pas ici. J’en attendais un peu plus, j'aurai aimé voir davantage de « conflits », d'histoire sur la famille, là le livre étant assez court, tout file droit, ça va très vite et on survole, quand on ne s’éparpille pas un peu dans tous les sens.

L'écriture est agréable à lire, assez simple mais efficace, mais je dois avouer que j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire, la fatigue ou l’intérêt, je ne sais pas. Cependant, au début avec la généalogie j’ai eu un peu de mal à me repérer, beaucoup d’informations rapidement (et pourtant j’ai lu pire que ça, mais on l’évoque rapidement et je n’ai pas eu le temps s’assimiler) et lors de ma lecture parfois je me demandais qui était qui. Heureusement qu’il y a des petits rappels au cours du livre, mais je n’arrivais pas à retenir la filiation, ce qui est quand même problématique. Après l’histoire en soi, il y a de bonnes choses, mais je n’ai pas adhéré plus que ça. Je n’étais pas dedans, j’étais en dehors de tout ce qui se passait.

Mathilda semble être au centre de l’histoire et au final, je l’ai trouvée assez absente pendant un long moment, cela s’explique et on apprend quand même certaines choses sur elle, que j’ai bien apprécié, j’étais davantage dans l’histoire à ce moment là, mais après on est repassé à autre chose, etc. Je m’attendais à quelque chose de différent.

Quant aux autres personnages, je ne me suis pas plus attachée que ça, je les voyais mais je ne ressentais rien pour eux. Pour Julie, j’étais plutôt contente pour elle, que sa vie ait pu changer, etc. mais sans plus.

En bref, ce livre peut je pense trouver son public parce que c’est bien écrit et que ceux qui aiment voir un peu les vies de famille… mais ça n’a pas fonctionné avec moi. J’étais trop détachée, pas assez impliquée, c’était trop rapide et le tout m’a laissé indifférente. Le genre de livre que l’on lit, qu’on peut apprécier mais sans plus et qui pour ma part a été vite oublié. Dommage.

In My Mailbox (97)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine

Le démon aux mille visages d'Emmanuelle et Benoît de Saint Chamas (La face cachée du Strom 2,5)

"Je m'appelle Calixte Beauchamp. Si vous me lisez, c'est que je suis passé de l'autre côté. J'ignore qui vous êtes. Peu importe d'ailleurs. Ce qui est important, c'est que vous lisiez mon manuscrit. Après, seulement, vous comprendrez. Vous comprendrez où vous êtes. Et vous comprendrez la responsabilité énorme, terrible, qui pèse désormais sur vos épaules... A présent, vous faites partie de l'histoire."


La mort dans l'âme de Jeaniene Frost (Le prince des ténèbres 1)

Leila détient un pouvoir terrifiant : elle voit les secrets les plus sombres des gens qu'elle touche. Raison pour laquelle des créatures de la nuit l'enlèvent et la forcent à entrer en contact télépathique avec le plus célèbre vampire du monde. Lorsque Vlad et Leila se rencontrent, la passion menace de les consumer... Mais un vieil ennemi du vampire, rôde dans l'ombre, bien déterminé à les voir littéralement brûler.


Icônes de Margaret Stohl (Icônes 1)

Tout a changé depuis le Grand Jour. Le jour où l’électricité s’est arrêtée. Le jour où la famille de Doloria a été frappée par la mort. Le jour où la Terre a perdu une guerre dont elle ignorait qu’elle était en cours. Depuis ce jour, Dol vit une existence simple à la campagne, à l’abri de l’Icône et de son terrifiant pouvoir. Mais elle ne pourra pas se cacher éternellement de la vérité. Elle est différente. Elle a survécu. Pourquoi ?
Dol et son meilleur ami, Ro, sont arrêtés et emmenés à l’Ambassade, au large de la cité tentaculaire autrefois appelée la Cité des Anges. Alors que Ro et sa compagne de détention, Tia, se débattent contre leurs ravisseurs, Doil se retrouve irrésistiblement attirée par Lucas, le fils préféré de l’Ambassadeur. Les quatre adolescents ignorent encore le lien qui les unit réellement. Mais leur rencontre n’a rien d’une coïncidence.
Sous le règne de l’Icône, Dol, Ro, Tia et Lucas découvriront que leurs émotions incontrôlables – qu’ils ont toujours considérées comme leur plus grande faiblesse – pourraient bien constituer leur plus grande force.


Partials de Dan Wells (Les Partials 1)

Un virus. La guerre contre les Partials - ces êtres mi-humains, mi-robots - a décimé la population. Seuls quelques milliers retranchés à Long Island ont survécu. Et le virus mystérieux - le RM - les tue petit à petit. Chaque nouveau-né vit moins d'une journée si ce n'est quelques minutes. La race humaine s'éteint inexorablement et aucun médecin n'a de remède. Un espoir. Dans cette atmosphère désespérée, Kira, jeune interne en médecine, a une nouvelle hypothèse. Pourquoi les Partials sont-ils naturellement immunisés contre le RM ? Et si la solution venait de l'ennemi juré lui-même ? Une héroïne. Kira se lance alors dans une expédition au risque de devenir une hors-la-loi. Infiltrer les Partials, en capturer un et le ramener à long Island pour l'étudier et peut-être, trouver un antidote. Mais le pari est risqué : soit elle réussit et sauve l'humanité, soit elle échoue et sera considérée comme une terroriste par son propre gouvernement. À moins que ce soient les Partials eux-mêmes qui ne la tuent... 


Le val de la morte embrassée de Michel Honaker

Et si un simple baiser pouvait redonner la vie ? Jubella, jeune journaliste, se retrouve au cœur d’une aventure fantastique.
Jeune journaliste, Jubella est invitée dans le Kent pour interviewer Lord Denholm, ancien magnat ruiné qui vit dans son manoir. Il lui confie un secret : l’existence réelle des Eveilleurs, des individus capables de ramener des êtres de la mort par la grâce d’un simple baiser… Mais le lendemain, Lord Denholm est retrouvé mort dans des conditions très mystérieuses. Jubella décide de mener sa propre enquête.


 et vous ?

28/09/2013

Yfrôn de Hughs Heffragus (Psyckoon 1)

Quatrième de couverture

Psyckoon est le nom d'un guerrier surpuissant.
Yfrôn est un étrange enfant aux talons ailés qui deviendra ce guerrier s'il réussit à accomplir une longue et périlleuse série de métamorphoses...
Une combattante d'élite, Lléna, part à sa recherche en compagnie d'Alda, son incontrôlable disciple. Ces deux jeunes et splendides guerrières sont de la race des Yptérôns, les très lointains descendants humanoïdes des Papillons. La peur s'est abattue sur ce peuple qu'abrite et protège l'antique et énigmatique Sanctuaire de Pahân. Car le prodigieux organisme vivant qu'est Pahân, objet de toutes les convoitises, se trouve menacé d'invasion par un mystérieux Seigneur qui a unifié contre les Yptérôns toutes les races monstrueuses et prédatrices de la contrée. Incarné en une miraculeuse apparition, l'Esprit de Pahân a révélé aux Yptérôns que seul le Psyckoon peut anéantir ce tout-puissant Seigneur de la guerre.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Les Mondes d’Atria de m’avoir permis de lire ce livre que je ne connaissais absolument pas et qui m’a bien plu et je suis curieuse maintenant de savoir ce que donnera la suite.

L’écriture est très agréable à lire, j’ai bien apprécié et en plus, la narration est assez légère dans le sens où malgré une situation compliquée avec un danger, ça n’est pas non plus pesant au point que c’en est déprimant. Non, pas du tout. Et avec les personnages, de toute façon, on ne peut pas avoir une telle atmosphère. C’est écrit à la 3e personne de sorte que l’on ne se cantonne pas uniquement à Lléna et Alda, mais aussi à d’autres groupes, notamment celui des « méchants » pour ne pas en dire plus sur eux et aussi « catégoriser » un peu de manière simple. Ça nous permet d’en savoir plus que les héros, mais tout en gardant du suspense parce que tout ne nous est pas dévoilé. Je reviendrais sur les personnages un peu plus loin.

C’est un roman jeunesse accessible au plus jeune, je pense que dès 10 ans c’est tout à fait possible de le lire. C’est assez mignon mais ça n’est pas pour ça que nous ne sommes pas dans un univers qui peut être parfois violent. Il en faut bien un peu de temps en temps pour refléter la vie et aussi qu’il se passe quelque chose, qu’il y ait un danger quelconque, etc. J’ai beaucoup apprécié l’univers qui est intéressant, assez riche et peut nous réserver bien des surprises. C’est un univers avec des créatures qui ressemblent avec des papillons humanoïdes avec une certaine hiérarchie militaire et politique. C’est vraiment un univers complet et rien que dans ce premier tome on apprend beaucoup de choses. Je trouve ça très original et j’ai été vraiment très surprise et émerveillée aussi de le découvrir (oui là, notre âme d’enfant risque de l’être, ça semble être très « coloré », je me représente très bien l’univers comme sur la couverture.

En parlant illustration rapidement, je me dois de faire une petite note à ce sujet, le roman est parsemé d’illustrations, à chaque début de chapitres qui annoncent plus ou moins ce qui va se passer. On découvre ainsi des personnages « en chair et en os » ce qui nous permet en même temps de voir à quoi il ressemble, en plus des descriptions qui peuvent être faite dans le roman. Pour un roman jeunesse c’est plutôt pas mal comme procédé et les dessins sont très sympathiques (il suffit de voir la couverture pour voir le type de dessin) mais je précise qu’ils sont en noirs et blancs.

Fin de la petite note (qui est un peu longue…) je continue de parler de l’univers. Je l’avoue au début j’avais un peu peur de m’y perdre (oui même en jeunesse parfois ça peut être compliqué), de ne pas tout comprendre et retenir (surtout par rapport aux noms, mots inventés pour décrire quelque chose…) mais au final c’est très compréhensible. C’est pour ça que j’ai dit, au départ, que c’était accessible pour un public jeune. Tout est expliqué au fur et à mesure donc on appréhende ce monde petit à petit sans trop de difficulté. Il n’y a pas trop d’informations en bloc, ça s’appréhende plutôt bien. De plus, si on a un petit problème, il existe au début du roman un glossaire pour expliquer les termes si besoin est, ce qui n’est pas négligeable, il faut l’avouer.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant très complète à ce sujet, sans pour autant tout dévoiler de l’intrigue qui est bien faite. Ça file assez droit dans l’ensemble mais de nombreuses embûches empêchent nos deux héroïnes d’accomplir leur mission, à savoir retrouver le Psyckoon qui est le seul être qui pourra combattre ce fameux Seigneur dont on ignore tout. Les bases sont posées pour la série, on voit de quoi ça parle assez rapidement, un petit retour en arrière pour mieux comprendre certaines choses. L’action arrive dès le premier chapitre,  on est en plein dedans et ça ne s’arrête jamais. Donc ça n’est pas un roman « intro » ce qui est très appréciable. Même si le roman ne fait que 288 pages (en grand format) ce qui peut sembler « peu » (tout dépend du point de vue), ça reste complet, avec un vrai début et une fin et de l’action entre deux.

D’ailleurs en parlant de la fin c’était vraiment très frustrant, c’est sadique de nous laisser sur ça sans avoir la suite sous la main. C’est un bon cliffhanger assez pénible. Honnêtement, j’ai eu pire. Ce livre, même s’il est très bien, n’est pas comparable à d’autres séries fétiches où la les cliffhanger me donnent des envies de meurtre, mais ça reste quand même très énervant d’être fauché de cette manière.

Alda, la jeune disciple, Apprentie-Guerrière, est sympathique, je me suis bien attachée à elle, notamment grâce à ses réparties, ses réflexions, c’est le genre de personnage que l’on apprécie de suite (dans une autre mesure, ça pourrait être Silk dans La Grande Guerre des Dieux de David Eddings). Elle est un peu écervelée, désinvolte, très « petite fille » dans sa manière de parler et d’agir (mais ça n’est absolument pas négatif, moi j’ai bien apprécié en tout cas). Du coup le personnage permet de détendre l’atmosphère, bien que la Maîtresse-Guerrière Lléna recadre de temps à autre son apprentie et instaure de l’autorité.

Lléna est un personnage intéressant qui, pour le moment m’intrigue. Même si on arrive un peu à la cerner, je suis certaine qu’elle ne nous a pas tout dévoilés et qu’elle va nous réserver bien des surprises par la suite et j’ai hâte de découvrir tout ça. Quant aux autres personnages, j’attends d’en voir plus mais ça fait un ensemble assez éclectique et intéressant, donc rien à redire dessus.

En bref, ce premier tome est une réussite pour moi, j’ai été très surprise de ce livre qui est très sympathique et accessible à un public jeune. J’ai trouvé l’univers intéressant et original, assez riche avec une histoire qui tient bien la route. Les personnages sont sympathiques dans l’ensemble et peuvent nous réserver bien des surprises. J’ai hâte de savoir ce qu’ils vont nous réserver désormais.

26/09/2013

Arthus Bayard et les Maîtres du temps de Laurent Bettoni (Arthus Bayard 1)

Quatrième de couverture

« Arthur avait-il bien entendu ? Sherlock Holmes en personne allait l’aider à résoudre une enquête. Trop la classe ! »
Arthus, 14 ans, se découvre un jour l’incroyable don de voyager dans le passé. Problème numéro un : il ne décide ni de l’heure de départ ni de la date d’arrivée. Problème numéro deux : il ignore tout de ce qu’il est censé accomplir à une époque qui n’est pas la sienne. Problème numéro trois : lorsqu’il devine quelle est sa mission, il ne sait pas comment s’en dépêtrer.
Pourtant, accompagnée de sa meilleure amie, Lalie la râleuse, de la gouvernante, Loreena la bagarreuse, et de l’homme à tout faire, Tomaso le froussard, il n’a pas une minute à perdre. En vingt-quatre heures chrono, la drôle d’équipe, qui se retrouve propulsée au début du XXe siècle, doit combattre quatre individus de la pire espèce et déjouer les plans de Chronos, maître du temps et de la destinée dont il détourne le cours à son profit.
Et quand la situation semble désespérée… elle peut devenir encore pire !

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Don Quichotte et l’agence Gilles Paris de m’avoir permis de lire ce livre.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi ça parle. En tout cas, c’est un livre très intéressant que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire et je vous invite sincèrement à le découvrir lors de sa sortie le 17 octobre 2013.

J’aime beaucoup les livres qui traitent de voyage dans le temps donc ce livre là ne pouvait que me plaire et il faut avouer que la 4e de couverture est assez alléchante, sans pour autant tout dévoiler de l’intrigue. J’ai beaucoup aimé l’univers, me voir transporter dans un premier temps dans les années 1912 était très intéressant et je comprends mieux du coup la phrase d’accroche dans la 4e de couverture.

De plus, lorsqu’on découvre – en partie du moins – les raisons de ces voyages et que l’on s’intéresse donc davantage à l’histoire et l’intrigue… franchement c’est un pur régal. J’ai adoré suivre cette quête, oui c’en est une en quelque sorte puisqu’il faut bien qu’ils comprennent pourquoi tout ça leur arrive…

L’idée est vraiment très bonne et l’auteur a su l’exploiter jusqu’au bout. Il y a de l’action si bien qu’on n’a pas le temps de reprendre notre souffle, tout va très vite et tout s’enchaîne. Il n’y a vraiment pas de perte de temps, pas de longueurs, je ne me suis pas ennuyée un seul instant. On peut même se dire qu’en peu de temps il leur arrive des aventures assez incroyables. Le suspense est à son comble et la tension omniprésente, si bien que l’on ne sait pas toujours ce qui se passe, on ne comprend pas bien. Et puis d’un coup tout s’éclaire, les révélations sont de mises et arrivent petit à petit, de sorte qu’on puisse vraiment voir les tenants et les aboutissants, les enjeux de toute cette quête et des conséquences que cela peut avoir et aussi les incidences sur la vie de nos héros.

Franchement, cette histoire est très bien pensée et je suis vraiment très curieuse de savoir ce qui va arriver ensuite parce qu’il faut voir la fin en plus… Elle est assez frustrante, pas le gros cliffhanger de la mort qui tue non plus, mais c’est quand même pénible de ne pas savoir parce que voilà… Je ne peux pas en dire plus (et là aussi c’est énervant). Mais en tout cas, ça donne envie de voir ce qui va arriver à notre quatuor favoris parce que ça promet de très bonnes choses (enfin pas dans les événements, mais dans les aventures à venir).

L’écriture de l’auteur est très agréable à lire, très fluide et on entre dans l’histoire avec aisance. Le fait que ça soit écrit à la 3e personne est vraiment un atout à l’histoire car ça nous permet d’avoir une large vision de l’histoire, certes, on reste davantage centré sur Arthus ou ses compagnons, mais il arrive que parfois on nous focalise sur d’autres personnages, d’autres histoires qui ont leur importance et lorsqu’on finit par voir les liens… c’est juste excellent et on en voit la nécessité.

Les personnages sont un vrai régal, très attachants, très sympathiques avec une personnalité qui leur est propre si bien qu’on pourrait se retrouver en chacun d’eux, nous faire sentir plus proche d’eux. Ils font fait ressentir toute sorte d’émotions, si bien que lorsqu’il arrivait certaines choses, je riais, je souriais, j’ai parfois eu aussi le cœur serré tant je ne voulais pas croire en certaines choses… Bref, j’ai tout vécu avec eux, ça montre à quel point ce sont de super personnages qui portent vraiment l’histoire.

Arthus est un jeune ado de 14 ans, parfois j’aurai même dit plus vieux car il fait preuve de maturité, mais ça n’est pas gênant, qui est orphelin mais dans une situation financière assez aisée. Il vit parmi la famille d’amis de ses parents défunts, d’où la présence de Lalie, la fille du couple qui le recueille. Cette dernière est touchante, même si parfois elle peut sembler agaçante, elle reste une adolescente et ça reste l’agaçant « mignon » c’est un vrai jeu entre Arthus et elle et comme on dit… qui aime bien châtie bien.

Loreena et Tomaso sont les domestiques de la maison mais également les deuxièmes parents des deux adolescents, la première est écossaise, celle qui mène son monde à la baguette tandis que le 2e est un peu le 3e enfant de la maisonnée, il est assez peureux mais tellement drôle ! Je me suis beaucoup attachée à lui et c’est vraiment un personnage à part qu’il aurait fallu inventer car il apporte de la légèreté et de la gaité dans cette histoire qui est bien plus sombre qu’il n’y paraît.

En bref, c’est un livre que j’ai beaucoup apprécié, que ça soit l’univers, l’intrigue, les personnages, tout est excellent. On ne peut pas s’ennuyer un seul instant, toutes les informations sont intéressantes et bonnes à prendre parce que cela a forcément une incidence sur la suite. S’il se passe des choses ça n’est pas pour rien, donc il faut avoir l’œil et le bon ! Une bonne découverte pour moi et il me tarde de lire la suite !

Le jeudi c’est Jeu Livresque [17]



 J’avais vu des blogueuses américaines organiser un rendez-vous journalier sur un mois et quelques unes de leurs idées étaient très sympa, j’en ai parlé à Melisande, et elle m’a dit : le jeudi on n’a rien. Voilà comment est née l’idée de petit rendez-vous pour fêter l’arrivée de l’été qui permet de jouer avec nos livres pendant 8 semaines, tous les jeudi, à partir du premier jeudi de juin (06/06).

Semaine 17 : Le livre le plus décevant

Il y a plusieurs livres qui m'ont déçu, en même temps vu tout ce que j'ai lu c'est normal. Mais je vais en parler de deux, parce que c'est dur de n'en choisir qu'un seul...

Le premier c'est Saba Ange de la mort de Moira Young, je vous jure, j'ai failli perdre des neuronnes, il m'a énervé, je n'ai rien trouvé de bien là dedans, que ça soit l'histoire ou les personnages ou la romance... C'est juste affreux à lire, on a juste l'impression que l'auteur ne sait pas écrire et pfff...

CHRONIQUE




Le deuxième c'est Dévoile-moi de Sylvia Day. Nan sérieux, je ne comprends pas l'engouement pour ce livre, c'est naze au possible, la romance ne m'a pas fait rêver et quand on voit l'érotique, trop de cul, tue le cul ! J'en avais marre, et sérieux il y a des scènes qui... bref, à oublier pour moi.

CHRONIQUE

25/09/2013

Coup de projo sur...[31] : Le miroir aux vampires de Fabien Clavel



Voilà, j'avais envie - de temps en temps - de faire revenir sur le devant de la scène, un livre qui m'a plu (que ce soit pour sa couverture, son écriture, son scénario etc.)
C'est vrai, en général, une fois l'avis posté, on y pense plus, alors voilà. Si vous souhaitez participer, mettez vos liens en commentaires et je les rajouterai dans l'article plus tard. 

Parce que c'est une trilogie qui m'a bien plu et a fini par un coup de coeur (ou "presque" ^^), je me devais de la remettre en avant et autant commencer par le premier tome. C'est une histoire originale qui m'a bien touché (le tome 3 est... <3). Bref, je vous invite à lire ma chronique pour découvrir ce premier tome très sympathique.

" Bérénice,
Ça y est, j'ai fait ma dernière rentrée à Augustin-Thierry, en internat cette fois. Rien de changé dans ce lycée : Cerise la peste et ses sous-fifres qui font baver les garçons, un beau gosse qui se prend pour Brad Pitt et quelques nouveaux. Parmi eux, il y a Nóra, avec qui je partage ma chambre. Il y a aussi Léo. Je ne l'avais pas remarqué au début mais je crois qu'en fait il me plaît bien. Mais ce n'est pas pour ça que je t'écris... Ecoute, Béré, il se passe des choses étranges dans ce bahut... On a incendié le foyer, je crois avoir une idée du responsable, mais je ne peux rien dire. Depuis, la sécurité a été renforcée et le lycée est en train de devenir une prison. Et moi, j'ai comme des apparitions, des sensations bizarres. Je t'ai parlé de Nóra. Eh bien, je ne sais pas pourquoi, mais quelque chose m'attire chez elle. Je ne me sens vraiment bien que lorsqu'elle est près de moi. Et ce n'est pas tout : il y a ce miroir dans notre chambre d'internat. Parfois, j'ai l'impression qu'il y a une connexion entre lui et moi.
Tu crois que je suis vraiment dingue ? "

24/09/2013

Des Certitudes de Magali Villeneuve (La Dernière Terre 2)

Quatrième de couverture

Dans les Cinq Territoires, les saisons débutent un autre cycle et à nouveau, la Grande Relève en marquera l’amorce.
Renvoyé vers son pays d’origine de façon arbitraire, Cahir, rongé par l’amertume et hanté par ses souvenirs, tente de retrouver sa place parmi les siens. Tandis que, dans la cité-capitale, l’on a préféré effacer toute trace du drame pour mieux l’oublier, certaines culpabilités, quoique silencieuses encore, commencent à peser lourd.
Derrière les murs inébranlables de la tour du Nolath, l’Igilh reçoit un message glaçant en provenance des Plaines de Tilh. Il lui faut prendre une réelle décision. De celles qui, dépendantes d’un seul homme, peuvent déterminer pourtant le devenir de chacun.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier l’auteur Magali Villeneuve de m’avoir permis de lire ce livre et ainsi poursuivre cette série qui devient de plus en plus prometteuse.

J’ai pris beaucoup de plaisir à me replonger dans cet univers qui s’enrichit de plus en plus. J’avoue qu’en refermant ce livre, de nombreuses questions ont pris place dans ma tête et ça m’énerve de ne pas avoir la suite pour vérifier et surtout savoir ce qu’il en est. La politique prend également plus d’importance, ce qui n’est pas pour me déplaire. On avait vu grandement dans le tome 1 toute la hiérarchie militaire, l’importance que ça avait et ici… de nombreux changements vont s’opérer, donc je me demande vraiment ce qui va se passer dans la suite.

Dans ce tome, on a un peu le même type d’histoire que dans le premier tome, dans le sens où l’action prend son temps à arriver et que ça reste assez modéré, que les descriptions peuvent « ralentir » tout comme le fait que l’on change de temps à autres de groupes de personnages (la narration étant toujours à la 3e personne). Mais ça n’est pas pour ça que c’est ennuyeux, lent et qu’il ne se passe rien, non bien au contraire, on voit des choses se mettre en place, chacun essayant de continuer de vivre à cause de ce qui s’est passé quand forcément quelque chose va déclencher une réaction en chaîne… Donc si vous n’avez pas aimé le 1er tome, je doute que celui là passe car c’est un peu le même type, même si on a quelques révélations très intéressantes. Pour ma part, je suis à fond dans cette histoire, tout ça ne me dérange pas, mais je préfère en parler et le dire pour ceux qui s’attendaient à autre chose.

L’histoire est vraiment dans la continuité, comme un tout et non une intrigue totalement définie avec son lot d’action et sa « résolution » à la fin, etc. C’est le principe de la fantasy à la base, et je trouve qu’il y a suffisamment d’éléments ici pour que ça donne quelque chose de vraiment bien.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour voir de quoi il s’agit, surtout quand on a lu le tome 1 on sait parfaitement ce qu’il en est, et si j’en dis plus, je rentrerai trop dans les détails et spoilerai l’histoire donc ça n’a pas d’intérêt, parce que ce livre mérite vraiment d’être lu. Néanmoins je dois dire que l’intrigue est intéressante et bien menée. J’ai beaucoup aimé suivre tout ça, même si j’avoue que parfois ça m’a frustré et serré le cœur (bon un peu fort mais je n’ai pas d’autres images) de voir certaines choses se produire. On passe du sourire aux larmes en un rien de temps, notre cœur est malmené et c’est frustrant d’assister à tout ça sans rien pouvoir faire, surtout lorsque l’on sait que certaines choses auraient pu être évités si certaines personnes étaient moins stupides, etc. ça a de quoi donner des envies de meurtre.

Et l’autre envie de meurtre pour ma part, c’est cette fin qui est vraiment frustrante. Je m’attendais à quelque chose du genre, quand j’ai vu la tournure des événements et surtout le nombre de pages qui me restait à lire (un peu plus de 100 pages). Je savais donc que je serai frustrée, et j’ai tenté de faire durer le plaisir, je ne voulais pas le terminer pour ne pas rester sur ma faim avec ce final. Mais inévitablement, comme je l’avais prédit, ça m’a énervé pare que ça coupe d’un coup avec un bon cliffhanger… Mais ça n’en rend le livre que meilleur, ça permet de créer une attente et de donner envie de lire la suite mais c’est énervant quand même.

L’atmosphère est assez lourde dans l’ensemble, il y a des regrets, de la rancœur, de la tristesse mais parfois de l’espoir et de quoi nous donner le sourire, notamment avec certain personnage, notamment Feor, je t’aime pour ça, tu apportes de la légèreté et de la gaieté malgré des circonstances parfois difficile, alors merci ! (Sinon ça serait vraiment très dur mais du coup il détend l’atmosphère en racontant des bêtises, en piétinant les habitudes des Agrevins…

Les personnages sont vraiment super de manière général, très intéressant, j’ai pris plaisir à les retrouver, et à en découvrir davantage certains, comme Feor qui était plutôt esquissé dans le 1er tome. Ici, il prend plus de place et d’importance dans l’histoire pour mon plus grand plaisir parce qu’il m’avait intrigué dans le premier tome mais on ne le voyait pas tant que ça, juste de temps à autre. Mais du coup, c’est Cahir qui m’a un peu manqué, mais tout s’explique, on comprend pourquoi on en voit certains plus que d’autres.

Ceux que l’on avait rencontrés dans le premier tome finissent par se rencontrer ici, du coup c’est intéressant de voir nouvelles relations se créer, de les voir interagir et changer aussi. Je l’avoue parfois j’ai souri, ça m’a fait plaisir de voir certains personnages évoluer et dans le bon sens du terme (petite pensée pour Gayle notamment), tandis que d’autres… c’est plus problématique et cela à cause de ce qui s’est passé, mais c’est compréhensible, juste un peu frustrant de les voir comme ça, sans qu’on ne puisse rien faire.

En bref, ce 2e tome est une réussite, à la hauteur du premier, si ce n’est mieux encore car l’on apprend de nouvelles choses, les personnages évoluent, la politique prend plus de place mais également autre chose que je ne mentionnerai pas mais qui est très intéressant. Une série à suivre de très près selon moi car c’est vraiment une série très prometteuse et j’en demande plus !

23/09/2013

Palace Athéna de Jonas Lenn (Palace Athéna 1)

Quatrième de couverture

Paris, 1889, l’Exposition Universelle vient d’ouvrir ses portes.
Trois enquêteurs hors normes poursuivent un mystérieux tueur dont les méfaits semblent liés à la mythologie grecque. Tandis qu’ils se lancent sur les traces d’une étrange actrice de cabaret, d’inquiétants phénomènes se multiplient dans la capitale.
Et si tout cela était lié à un retour des dieux antiques ?

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Asgard de m’avoir permis de lire ce livre, qui, pour le moment, me laisse un goût mitigé et de trop peu.

Je ne ferai pas de résumé, la 4e de couverture étant suffisamment explicite, bien que courte, pour expliquer de quoi il s’agit, afin de me concentrer sur mon ressenti et expliquer pourquoi il ne m’a pas totalement plu.

L’écriture de l’auteur est assez agréable à lire. L’univers est intéressant et le fait d’avoir de la mythologie grecque c’est très sympathique. La seule chose c’est que pour le moment c’est à peine esquissé et j’ai eu un sentiment de trop peu alors qu’il y avait, je pense, moyen de creuser davantage la question, d’aller beaucoup plus loin pour proposer une histoire complète et donc avec beaucoup plus de pages.

C’est ce qui m’a le plus gêné en fait, d’avoir la sensation de ne lire qu’une introduction à une histoire, ce que j’appelle souvent « les romans – intro » que je n’aime pas tellement… Déjà qu’en général, j’ai du mal avec les romans courts (moins de 300 pages) parce que bien souvent il me manque quelque chose, ça n’est pas assez approfondi, détaillé. C’est ma conception du livre, je préfère de loin un pavé qui m’explique bien les choses, avec des descriptions (qui bien souvent ennui les gens mais pas moi, si c’est bien fait et bien écrit) plutôt qu’un livre qui trace le « squelette » de l’histoire où tout file droit, etc. Après, même dans ces « livres courts » il peut y avoir suffisamment de choses pour m’intéresser davantage à la suite, etc. Ici, j’ai vraiment un sentiment de trop peu d’où ma chronique un peu mitigé.

Je trouve ça aussi dommage que dès le départ les personnages savent qu’il y a un lien avec la mythologie grecque, etc. Ça perd un peu de son suspense alors que ça aurait pu être intéressant de voir comment ils en arrivent à cette conclusion. Là dès le départ ils en sont presque certains, font très rapidement des suppositions, tout va très vite, trop vite à mon goût. Du coup, je trouve que l'intrigue en pâtit un peu. Après il y avait de bonnes choses intéressantes, je ne me suis pas ennuyée, les idées étaient assez bonnes, mais peut-être mal exploitées et pas suffisamment approfondies.

Pourtant dans l’ensemble c’est quand même intéressant, il y a de bonnes choses et la fin est très frustrante, c’est le gros cliffhanger, de quoi donner envie d’en savoir plus. Je pense que l’univers a du potentiel bien que je sois pour le moment mitigée parce qu’il y a des personnages intéressants, la mythologie grecque égaye un peu l’ensemble donc je lirai sûrement la suite pour savoir ce qu’il en est, maintenant ma curiosité est piquée à vif. Mais il est clair que j’en attends beaucoup plus.

Au début je pensais que c’était un one-shot, donc la déception commençait à poindre à mesure que j’approchais de la fin parce que je ne sentais pas trop la fin étant donné la tournure des événements. Sauf qu’en tournant la dernière page, on a une petite note comme quoi l’aventure continuait et avec une petite surprise, une petite nouvelle pour patienter (qui en soit est intéressante mais pas indispensable pour le moment…). Je trouve ça dommage que ça ne soit pas annoncé sur la couverture du livre ou du moins à l’intérieur sur les premières pages pour avertir qu’il s’agit d’une série parce que je pense que si les gens n’ont pas la curiosité d’aller au-delà de la fin, voir les pages restantes, ça pourrait faire un flop. Mais ça ne reste que mon avis.

Les personnages foisonnent, beaucoup qui arrivent d’un coup et – sans spoiler –, il faut bien faire attention à qui est qui. Même si on se concentre davantage sur notre trio de tête, on a tout de même d’autres personnages, plein de noms à assimiler et j’avoue que par moment j’étais perdue parce que je ne savais plus tellement qui était qui. De plus, la transition du premier chapitre et deuxième m’a surprise… Une chose toute bête aurait pu moins me perdre (en plus j’étais un peu fatiguée quand j’ai commencé le livre), ça aurait été de noter que le 1er était un prologue et le reste un chapitre 1. Ça aurait été beaucoup plus clair à mon sens parce qu’on passe d’une chose à l’autre et j’ai eu du mal à suivre.

En bref, je suis un peu mitigée sur cette lecture, il y a de bonnes choses, de bonnes idées mais je ne les trouve pas assez exploitées pour le moment et le manque d’explications de temps à autre peut être gênant. Néanmoins il y a un univers assez intéressant et une fin des plus frustrantes qui me pousseront à lire le suivant pour voir ce dont l’auteur est capable parce que je suis certaine qu’il peut faire beaucoup mieux.


22/09/2013

In My Mailbox (96)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine

Je serai toujours là de Philippe Savin 

Récemment affecté dans les Cévennes, le commandant Nathan Prieur espère un nouveau départ avec sa femme et ses deux filles. Mais de nouveau, il se retrouve confronté à l'horreur lors du meurtre abominable d une adolescente.
Nathan Prieur, impliqué personnellement dans cette affaire, se lance sur les traces de l assassin.
Un compte à rebours impitoyable commence, car il en est certain : le monstre ne s arrêtera pas là.
Des destins se croisent. Des vies s effacent. Des meurtres sont perpétrés avec une incroyable cruauté. Des mensonges oubliés surgissent du passé. Des fantômes hantent les bâtiments en perdition. Le mal rôde sur les Cévennes. La folie s est emparée des hommes...
Jusqu où Nathan Prieur devra-t-il aller pour connaitre la vérité ?
Et vous, jusqu où irez-vous pour sauver l'être que vous aimez ?


Le secret du docteur Barry de Sylvie Ouellette


Au XIXe siècle au Royaume-Uni, la jeune Margaret Bulkley afin de réaliser son rêve - devenir médecin - se fait passer dès son plus jeune âge pour un garçon. Engagée dans l'armée après de brillantes études, elle va, au cours de ses voyages, devenir une pionnière de la médecine préventive et un personnage aux excentricités réputées. Mais comment vivre continuellement en camouflant son corps et ses pulsions de femme ; comment concilier sa véritable nature à la passion dévorante pour son métier ?




Je m'appelle Budo de Matthew Dicks

Aussi longtemps que Max croit en moi, j'existe. Les gens disent que c'est ça qui fait de moi un ami imaginaire. Ce n'est pas vrai : j'ai mes idées et ma vie en dehors de lui. Mais j'étais là le jour où il a disparu. Je sais qu'il est en danger. Et je suis le seul à pouvoir l'aider.
Budo est un ami imaginaire plutôt chanceux : cela fait cinq ans que Max le fait vivre. Mais Max n’est pas un garçon comme les autres : il est atteint du syndrome d’Asperger, une forme d’autisme. Budo sait qu’il vivra dans l’imaginaire de Max plus longtemps que les amis imaginaires des autres enfants, mais jusqu’à quand ? Lorsque Max se fait enlever par Mme Patterson, sa maîtresse, Budo mobilise toute une équipe d’autres amis imaginaires pour le libérer…


La tiare de Nefertiti de Béatrice Bottet (Penelope Green 4)


Penelope n'aurait pas pu rêver mieux pour son nouveau reportage : elle part pour l'Egypte, où une archéologue aurait découvert un mystérieux trésor ! Si la jeune journaliste savait quels dangers la guettent au coeur du désert, elle ne partirait pas avec autant d'enthousiasme...





Quatre racines blanches de Jacques Saussey (Une enquête de Daniel Magne 3)

Quand un combat acharné s'engage contre la pègre québécoise, meurtres, trafics et enlèvements s'enchaînent. Seul témoin de l'enlèvement d'une inconnue et du meurtre de l'un de ses collègues canadiens, le capitaine français Daniel Magne échappe de justesse à la mort. Sollicité par la Sûreté du Québec pour l'aider à identifier les assassins, Magne et sa co-équipière Lisa Heslin, vont se heurter à une enquête hors juridiction des plus difficiles. Sans le savoir, ils viennent de mettre les pieds sur le territoire de l'un des criminels les plus dangereux du Canada.




La pourvoyeuse d'Aurélie Rochais

La pourvoyeuse est la saga d’une famille dispersée à travers le monde par les conditions de vie actuelles.
Mathilda se donne pour but d’entretenir les liens et de maintenir des relations entre tous les siens, les pourvoyant ainsi de ce qu’elle estime être un moyen efficace pour humaniser et rendre supportable leur vie.
Par son récit, la narratrice donne un exemple vivant de l’inévitable imbrication des événements extérieurs dans le quotidien de ses personnages.


Jealousy de Lili St. Crow (Strange Angels 3)

Dru est arrivée à la Schola, l'école principale où L'ordre chasseur de vampires est basé. Là, elle se heurte à la capricieuse Anna, la seule autre femme qui partage ses pouvoirs. Dru doit résoudre un mystère : trouver qui a trahi sa mère,  lutter contre ses sentiments intenses pour Graves et Christophe et essayer de continuer à se cacher des mortels nosferat de Sergej - chasseurs sanguinaires qui ne reculeront devant rien pour la détruire.
(traduction personnelle, on copie, on crédite)


Paris Chaos : Libération, 1944 de Noël Simsolo

Dans la nuit du débarquement des alliés en Normandie (5 à 6 juin 1944), Jean Leblanc, illusionniste et pickpocket, guette l'officier allemand Friedrich Wolf à la sortie d'un cabaret de Pigalle pour lui dérober une enveloppe. Mais celui-ci est abattu sous ses yeux par un homme qui s'enfuit en vélo. Sortant alors d'une porte cochère, le jeune résistant, Paul Saltion, fait les poches de la victime et emporte l'enveloppe que Leblanc convoitait.
Quel est ce butin ? De l'argent, la photo d'un tableau de Velasquez, des documents stratégiques et la liste des conspirateurs préparant un attentat contre Adolf Hitler.
Le voleur est alors traqué par la Gestapo, la police française, la pègre et la Résistance.
Leblanc travaille pour le compte d'un collectionneur allemand au service de Goering. Il reconnaît enfin son voleur parmi les figurants des Visiteurs du soir de Carné...


 et vous ?

21/09/2013

Suzy Online d'Anne Rossi


Quatrième de couverture

Lou rêve de devenir écrivain, comme Suzy Biggs, sa romancière préférée. Alors, quand elle apprend la mort de celle-ci, son monde s’écroule !
Pas pour longtemps ; elle découvre bientôt le fantôme informatique de la romancière sur son ordinateur. Suzy lui propose un marché : continuer à faire vivre ses histoires sous son nom. Ravie, Lou accepte, mais son succès usurpé la met vite mal à son aise. Et quand Suzy se met en tête de se mêler de sa vie privée, pire, de ses amours, l’histoire tourne au vinaigre !


Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Les Lucioles de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai bien apprécié.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire, la 4e de couverture étant suffisamment explicite pour savoir de quoi ça parle. J’avais choisi ce livre parce que j’avais trouvé l’idée bonne et intéressante. Et si un auteur favoris décédait et qu’on nous donnait la possibilité de poursuivre son œuvre grâce à son fantôme, qu’est-ce qu’on ferait ? Cruel dilemme pour Lou qui va vite se rendre compte qu’il y a toujours un revers à la médaille.

L’auteur exploite bien son idée et j’ai beaucoup aimé suivre Lou dans cette folle aventure qui ne va pas se passer tout à fait comme prévu. Il y a pas mal de rebondissements, plus ça va, plus les problèmes s’enchaînent et ça devient compliqué pour Lou de tout gérer. Il n’y a pas de longueurs, pas de pertes de temps, tout file droit et vite. Le livre est court (120 pages, et c’est écrit relativement gros) donc ça se lit très vite et très bien. L’écriture de l’auteur est vraiment agréable, assez simple en soi, mais sympathique quand même. On plonge assez rapidement dans l’histoire.

L’intrigue est bonne et bien menée, mais cela dit, il y a des moments où je me suis dit que ça ne serait pas possible dans la réalité que ça ne pourrait pas se passer comme ça, ça serait trop louche, etc. mais c’est de la fiction donc ça peut rester dans l’ordre du possible (au-delà du fait que l’auteur décédée soit un fantôme informatique, évidemment). C’est assez frais, tout mignon à souhait et adapté pour un jeune lectorat. Comme dans beaucoup de livres jeunesse, il y a un côté initiatique / apprentissage qui permettent à l’enfant de grandir, etc. ce livre là ne fait pas défaut. J’ai beaucoup aimé la manière dont les sujets / idées étaient amenés, c’est vraiment bien fait. La fin touchante et prête à sourire aussi, c’est de bonne guerre, une très bonne répartie en tout cas.

Le personnage de Lou est intéressant car elle ne se lance pas dans l’aventure avec l’intention d’en profiter, comme si c’était la chance de sa vie, etc. Bien au contraire, au début, elle se méfie grandement de Suzy, son regard va également changer à mesure que le temps passe et se demande si tout ça est vraiment une bonne idée. Pourtant on aurait pu croire dans un premier temps que cela l’amuserait, etc. et je me suis bien attachée à cette jeune fille qui est un peu en marge. Les autres personnages, ses copains d’école notamment, sont sympathiques et nous réservent eux aussi bien des surprises (je m’en doutais grandement pour l’un d’eux !).

En bref, c’est un bon livre de jeunesse, plaisant à lire qui peuvent également nous mettre en garde. Les personnages évoluent grandement et il y a pas mal de rebondissements et de problèmes pour nous tenir en haleine. C’est une histoire mignonne et touchante qui pourrait plaire aux petits comme aux grands.


20/09/2013

Parallèles de Catherine Kepler (Parallèles 1)

Quatrième de couverture

À Trèves, Flamel monte dans sa Mustang, vérifie que son Glock 9 mm est bien en place sous le siège et emprunte l'E44 sous un violent orage. À l'approche de Thionville, la foudre s'abat sur le capot, soulevant le véhicule dans une tornade d'énergie. Quand Flamel reprend connaissance, sa Mustang a laissé place à une Cougar rutilante. Sur sa carte d'identité, c'est bien lui, mais différent... Où est-il ?... Qui est-il ?... Que s'est-il passé ?...
À une centaine de kilomètres de là, au C.R.A.B. (centre de recherches appliquées aux brèches), deux hommes veillent... Soudain, trois notes stridentes annoncent l'arrivée d'un transfert. Les physiciens surveillent une zone de sept cents kilomètres entre Rotterdam et Mulhouse. La faille concerne une portion d'autoroute...

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Le Monde d’Atria de m’avoir permis de lire ce livre.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire car la 4e de couverture est suffisamment explicite pour savoir de quoi ça parle sans que je n’aie besoin de le faire moi-même. En tout cas, c’est un livre que j’ai beaucoup apprécié et je ne regrette pas du tout de l’avoir lu.

L’écriture est agréable à lire, assez facile bien que mature, pour un livre jeunesse, franchement, ça pourrait très bien passer dans un rayon plus adulte. Donc pour ceux qui ont peur que ça soit trop jeunesse, non ça n’est absolument pas le cas, mais c’est tout de même accessible pour ce public.

L’univers est assez captivant et m’a beaucoup plu. Au début on ne sait pas trop ce qu’il en est, c’est intriguant, puis peu à peu, avec les différents personnages on comprend mieux cet univers qui est vraiment riche et intéressant. Comme l’indique le titre, il y a des mondes parallèles et j’avoue que ça, dans la SF (qui ne suis pourtant pas grande fan du genre) ça m’intéresse bien, au même titre que les voyages dans le temps, etc. Et j’ai trouvé intéressant les explications qui étaient donnés, les rôles attribués, notamment au C.R.A.B. Mais je n’en dirai pas plus pour vous laisser un peu de suspense.

Dès les premières pages on plonge dans l’histoire et tout s’enchaîne très vite. L’histoire de l’orage et de la foudre, etc. se passe dès les premiers chapitres donc on est vite dans le bain, l’action et ça n’en finit pas. Franchement, j’ai été happée par l’histoire et je ne pensais pas adhérer à ce point. Les pages ont défilé toutes seules tant j’étais avide de savoir ce qui allait se passer (pour dire, le livre n’a fait que deux jours, vive les transports en commun !).

L’intrigue est très bonne et bien menée, c’est prenant et haletant. A mesure on se rend compte que tout est bien plus complexe qu’il n’y paraît, comme bien souvent, c’est ce qui fait l’intérêt d’un livre. J’ai adoré voir la manière dont tout était lié, de voir ces vies parallèles, comme ça peut rapidement dévier… Le suspense est gardé un bon moment sur certains points et de l’autre, lorsqu’on a la révélation d’un élément (toujours difficile d’expliquer sans spoiler…), je trouve que c’était un peu trop rapide. C’est arrivé trop d’un coup et non par bribe comme pour le reste sur l’ensemble de l’histoire. Un petit peu dommage mais rien de dramatique. C’est vraiment un détail… Après dans l’ensemble, je n’ai rien à redire, c’est parfait comme c’est, l’histoire est vraiment complète et je n’ai pas eu un sentiment de trop peu.

D’autant plus que la narration est à la 3e personne, donc ça nous permet de suivre différents groupes de personnages que j’ai pris plaisir à découvrir. On a d’un côté Flamel qui se retrouve projeter suite à la foudre dans une autre réalité, il ne comprend pas ce qui se passe, cherche des réponses, etc. De l’autre, on a le C.R.A.B avec différents membres dans l’équipe, un trio de hacker, etc. C’est vraiment intéressant de passer de l’un à l’autre, on en apprend un peu plus à chaque fois sur leur relation, les implications. Cela rend l’intrigue d’autant plus intéressante.

Les personnages sont vraiment très intéressants et on s’y attache d’une certaine manière, comme eux, on aimerait comprendre ce qui se passe, pouvoir empêcher certaines choses lorsque l’on sait ce qu’il en est. On vit totalement l’histoire avec eux, accentuant une fois encore le côté haletant, car le compte à rebous est lancé…

Franchement, je ne serai pas contre une petite suite parce qu’il y a vraiment du potentiel et je suis sûre qu’il y a moyen de trouver une autre intrigue dans cet univers. D’autant qu’il y a des éléments sans réponses, du moins en cherchant bien il est possible de creuser certaines choses. Je serai curieuse d’en apprendre un peu plus. Vœu de ma part, le livre se suffit amplement à lui-même, je tiens à le préciser, mais c’est tellement riche, que j’avoue que je n’aurai pas été contre un surplus, surtout quand on voit la fin qui donne envie d’en savoir plus aussi.

En bref, ce livre a été une très bonne surprise pour moi, je ne pensais pas adhérer à ce point et pourtant c’était vraiment intéressant. J’ai beaucoup aimé me plonger dans cet univers si riche, en compagnie de ces personnages si éclectiques et attachants et l’histoire était vraiment très bonne. Un bon livre de SF qui pourra ravir les plus jeunes, comme les adultes.

(edit : il se pourrait qu'une suite voit le jour, tout dépend... en tout cas, je l'espère fortement)

19/09/2013

Le jeudi c’est Jeu Livresque [16]



 J’avais vu des blogueuses américaines organiser un rendez-vous journalier sur un mois et quelques unes de leurs idées étaient très sympa, j’en ai parlé à Melisande, et elle m’a dit : le jeudi on n’a rien. Voilà comment est née l’idée de petit rendez-vous pour fêter l’arrivée de l’été qui permet de jouer avec nos livres pendant 8 semaines, tous les jeudi, à partir du premier jeudi de juin (06/06).

Semaine 16 : Une photo de votre PAL

Alors ce jeu est un peu compliqué pour moi. Déjà il faut savoir que j'ai une PAL qui tourne autour des 392 livres, ce qui est énorme. Le souci n°2 c'est qu'à cause du trop grand nombre de livres j'ai dû mélanger mes livres lus et non lus ensemble parce que je n'avais pas assez de place pour caser la PAL uniquement dans une seule biblio. Et après pour le rangement ça n'était pas pratique, bref, tout est ensemble.

Donc faire une photo n'était pas possible à cause de ça, retirer les livres de la biblio et les poser par exemple sur une table pour les prendre en photo n'est pas non plus envisageable à cause du nombre... C'est bien beau de déranger mais faut les remettre en plus après et de préférence au même endroit, donc on va oublier aussi. 

J'ai donc pensé ensuite faire une vidéo ! Bien que je déteste ça, ça aurait pu être la solution. Oui, sauf que le problème est qu'elle aurait été super longue. J'ai fait un test avec mes étagères et ma grande biblio noire, j'en avais déjà pour 12 minutes et quelques... il me manquait la biblio marron à faire... Donc c'est déjà beaucoup mais soit, deux vidéos de 12 minutes ça peut passer... Sauf que le chargement via Youtube n'est juste pas possible. J'ai une connexion trop merdique et rien que pour charger 6 min de vidéo, j'avais 1h15 d'attente ! (en gros j'en aurais eu pour presque 5h de chargement, si tout va bien !) Ce n'est donc pas possible, je ne vais pas laisser tourner mon pc pour ça surtout si au final ça ne marche pas... 

Du coup désolée, vous avez droit à un assemblage de photos avec les couvertures des livres. Je peux vous dire que ça m'a pris du temps de faire tout ça, mais bon, dirons-nous que c'est pour la bonne cause !

Je suis également obligée de couper l'article (lorsque vous allez sur le blog, pas quand vous êtes uniquement sur l'article, sinon ça prendre trop de place et mettrais trop de temps à charger à cause des images).