Rechercher dans ce blog

30/06/2012

[TERMINE] Concours Accrocdeslivres / L'Antre-Monde " Plus encore que la vie "


Pour fêter sa première dédicace française (après la convention « Mystic Falls ») pour son roman « Plus encore que la vie » Amy Plum sera en dédicace le 26 juin de 18h à 20h à la Librairie L’Antre-monde . A cette occasion j’organise en partenariat avec la Librairie L’Antre-monde, un concours de goodies.

LES GAGNANTES SONT : JULIE M. (1er lot) et MARIE-ELIE M. (2e lot)

A gagner :

1er lot

2 marque-pages de la version américaine du livre (tome 2)
1 autographe de l’auteure

2e lot 

1 marque-page de la version américaine du livre (tome 2)



Règlement :

Dates : du 1 au 24 juin
Tirage au sort et divulgation des résultats : 25 juin

• Être fan de la page Facebook d'Accrocdeslivres


Répondre aux deux questions suivantes :

• Quelle est la mascotte de la librairie L'Antre-Monde ? (INDICE)
• Quel est le titre du livre en VO ? (tome 1)

Merci d'envoyer vos réponses à antremonde@yahoo.com
avec en objet "concours Accrocdeslivres / L'Antre-Monde « Plus encore que la vie » "
avec vos nom, prénom, adresse postale, pseudo et réponses aux questions.

Tout mail incomplet sera considéré invalide de fait.
Concours ouvert pour la France, la Belgique et la Suisse.

Nom de code Digit d'Annabel Monaghan (Digit 1)

Quatrième de couverture

Farah Higgins est un génie des maths et tout le monde, au lycée, l'appelle Digit. Un jour, elle découvre la séquence d'un code secret lié à un complot terroriste et prévient les autorités. Dès lors, c'est l'engrenage : flanquée d'un bel et jeune agent du FBI, Digit doit fuir pour sauver sa peau. Parviendront-ils, ensemble, à empêcher un nouvel attentat ? Un duo de choc pour un thriller sexy et plein d'humour.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions La Martinière Jeunesse de m’avoir permis de lire ce livre. Je dois avouer que je ne le connaissais pas du tout, mais la 4e de couverture m’ayant intrigué, j’ai décidé de tenter voir ce que ça donnait et je dois dire que je ne regrette pas du tout. C’est vraiment une histoire intéressante (bien que déjà vu par certains aspects et aussi évident dans sa fin) néanmoins ça reste très sympathique à lire et il y a tout de même son lot de surprises.

Je ne ferai pas de résumé de l’histoire puisque la 4e de couverture ci-dessus (reprise sur Amazon) est suffisamment explicite pour savoir de quoi ça parle sans pour autant dévoiler toute l’intrigue et l’intérêt de ce livre. Donc je ne m’attarderai pas dessus, et parlerai directement du livre et de mon ressenti.

C’est une petite histoire mignonne qui m’a permis de vivre une folle aventure, sans prise de tête. Ça n’est pas l’histoire du siècle, mais j’ai pris beaucoup de plaisir à la suivre et à découvrir Farah, alias Digit. J’avais besoin de ce type d’histoire, quelque chose de relativement tranquille, tout en ayant plein d’action, donc ce livre est venu à point nommé, c’était ce à quoi je m’attendais en voulant le lire.

Dès les premières pages le ton est donné, c’est quelque peu désinvolte, tout en étant en retenu avec une certaine maturité. Et au fur et à mesure des pages on apprend à mieux connaître Digit, ses « souffrances », sa manière de penser, ses réactions, ses raisonnements (je ne suis pas du tout experte en maths alors je dois avouer que par moment elle m’a perdu, mais ce qui est rassurant c’est que c’est le cas pour les autres personnes de son entourage, ça remonte le moral, d’une certaine manière). Et c’est vraiment agréable à lire. La voix que l’auteur a donnée à Digit est vraiment bien et ça nous plonge directement dans cette histoire.

Les premières pages nous mettent en condition puisqu’en effet on découvre son « enlèvement » et avant de voir comment tout ça à commencer (voir la 4e de couverture). L’action commence ainsi dès les premières pages, on est happé dedans et tant que tout n’est pas fini, on a la sensation d’être pris dans une spirale sans fin. On se demande parfois si tout va finir par prendre un cours normal parce que tout s’enchaine tellement. Il y a pas mal d’actions, de rebondissements, de surprises et de révélations, que l’on ne peut pas s’ennuyer un seul instant. Même dans les « moments de pause » (j’ai un passage précis en tête mais je ne peux pas en parler pour ne pas spoiler) mais même là, on apprend des choses et l’on découvre un peu plus les personnages. Donc c’était vraiment agréable de voir comment l’action et la « pause » permet de faire avancer le récit et de mieux entrevoir tout ce qui se passe.

Après ça n’a rien d’innovant en soi, déjà cette histoire de code cachée où l’enfant prodige va avoir des soucis etc. ça m’a fait directement penser au film avec Bruce Willis : Code Mercury, où un enfant autiste va découvrir un code secret, et il va ainsi représenter une menace. Donc dans le fond, Nom de code Digit n’a rien d’exceptionnelle, ça a déjà été vu, mais ça ne m’a pas empêché d’apprécier ce livre. Je l’ai pris tel quel, sans me poser de questions et c’était très rafraichissant et intéressant. Après l’auteur met sa touche personnelle de sorte que ça soit plaisant à lire et à suivre, sans que ce soit un copier-coller dudit film. C’est un livre sans prise de tête avec une histoire intéressante avec plein de rebondissements, de quoi passer un très bon moment.

Digit est vraiment hors norme, fille surdouée des maths capables de « calculer plus vite que son ombre » (j’avoue je ne l’ai pas inventé, ça a été dit dans l’histoire, mais bon ça aurait été facile à trouver). Cette particularité lui a valu beaucoup de souci, rejet de la part des autres élèves puisqu’elle est très intelligente et on voit que cela l’a fait souffrir d’une certaine manière, du coup elle tente de tout faire pour passer inaperçu, même si pour cela elle doit cacher sa vraie nature et être une fille qu’elle n’est pas. Sans compter les nombreux autres soucis qu’elle rencontre (ça fait rire mais à mon avis, ça doit être un vrai enfer quand on est confronté à ce genre de choses…). Digit se cherche d’une certaine manière et à travers cette histoire on va voir une vraie évolution qui fait plaisir à voir, même si parfois les coups durs arrivent (c’est la vie quoi !).

Le duo avec John, l’agent du FBI est vraiment extra. Le « couple » fonctionne à merveilles et j’ai adoré voir leur échange. Ça peut paraître un peu gros à certains moments etc. dès le départ on voit comment ça va se terminer, c’est le genre d’histoire qui s’y prête, pas vraiment de surprises de ce côté-là, mais franchement, ça n’est pas le plus important. Le tout c’est de voir comment le duo marche, comment ça évolue, et c’est ce qui compte même si le résultat est connu depuis le départ.

Nom de code Digit est un livre très sympathique, j’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à le lire. Ça n’est pas innovant en soi, mais ça n’est pas grave parce que ce n’est pas ce que je recherchais spécialement mais ça a un côté rafraichissant avec son lot de surprises et de rebondissements. C’était le type de lecture que je recherchais à ce moment-là et je n’ai pas du tout été déçue, bien au contraire. Une petite lecture tranquille mais qui ne nous laisse aucun répit. Une lecture que je conseille !

24/06/2012

En Vacances !


Bon, bah voilà, tout est dans le titre, je pars en vacances en Italie, à Rome précisément (au cas où vous n'auriez pas reconnu le Colisée) pendant une petite semaine.

Je pars du 25 au 29 juin, je reviens chez moi le 30 au soir (pour un souci pratique, sans compter qu'il y a la dédicace de Diglee le 30 aprem !), donc si vous n'avez plus de nouvelles, bah c'est normal.

Mais ne vous inquiétez pas, je penserai quand même à vous, vu que je vais emmener quelques livres pendant le trajets, du coup des chroniques seront à prévoir (enfin j'espère ^^).

Voilà, et bonnes vacances à moi !

In My Mailbox (34)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine


Nom de code Digit d'Annabel Monaghan

Farah Higgins, surnommée Digit, se donne beaucoup de mal pour cacher à tout le monde qu’elle est un génie des maths. Elle est promise à un brillant avenir, mais en attendant, elle entend bien terminer le lycée comme une fille normale. Un jour, alors qu’elle regarde la télévision, Farah remarque qu’une série de chiffres défile en bas de l’écran. Inconsciemment, elle parvient à décoder la séquence et, quand une attaque terroriste survient à New York, la jeune fille fait tout de suite le lien. Farah décide d’enquêter elle-même et, bientôt, sa vie est menacée. Parviendra-t-elle à convaincre le FBI de la prendre au sérieux ? Ce qui est certain, c’est qu’elle aura du mal à se faire passer pour une fille normale après ça !


Et vous ?

22/06/2012

A l'encre de tes veines de Céline Rosenheim

Quatrième de couverture

À l’image du diable, les vampires sont multiformes et savent dissimuler leur cruauté sous divers masques. Ils peuvent être aristocrates, peintres ou simples rêveurs. Elles peuvent être actrices, comtesses ou filles de joie. Ils arpentent le passé, le présent et l’avenir. Ils se jouent des frontières, de l’Irlande au Japon, de Venise au grand Nord. Ils s’immiscent dans vos rêves de féerie, dans vos cauchemars futuristes. Et s’ils font pleuvoir bien des larmes, ils sauront peut-être vous voler un sourire.
Mais avant de pénétrer dans leur monde, il vous faudra faire une offrande car ce livre s’écrit à l’encre de vos veines.
En vingt nouvelles et cinq poèmes, À l’encre de tes veines voyage au gré des styles, du romantisme noir – première passion de l’auteur – à la fantasy et de la science-fiction à la parodie.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Rebelle de m’avoir permis de lire ce livre que j’ai trouvé dans l’ensemble assez sympathique.

Je dois avouer que c’est tout d’abord la couverture qui m’a bien plu (bien qu’elle fasse peur à beaucoup de gens apparemment) et c’est cela qui m’a donné envie de m’intéresser à la 4e de couverture qui – après lecture – s’était avéré assez alléchant. J’avais bien envie de découvrir ce recueil et lorsque je l’ai reçu, je me suis rendu compte qu’il n’est pas très épais, en « dépit » du nombre de textes : 20 nouvelles et 5 poèmes.

En général lorsqu’il s’agit de recueil de nouvelles, j’essaye de donner mon avis sur chaque texte, mais étant donné que je l’ai lu rapidement et face au grand nombre de nouvelles, je préfère donner mon ressenti de manière générale qui de toute façon vous donnera davantage une idée sur ce que l’on retrouvera en le lisant (vous ne lisez pas qu’une nouvelle mais un recueil, un ensemble de textes donc…). Je me suis donc lancée dans ma lecture, qui a été assez brève je dois l’avouer (je l’ai lu en 2 fois, coupure non volontaire, mais nécessaire, sinon en une journée même pas, ça aurait été fini) et au final, je trouve ce recueil assez sympa à lire, sans prise de tête tout en nous faisant découvrir les multiples facettes du vampire.

Ce recueil est assez éclectique, aussi bien dans les genres visités que dans la forme. Pour ce qui est des genres, c’était assez appréciable parce qu’on n’était jamais dans le même type d’univers / temps, et du coup ça créait un certain rythme et ça évitait « l’ennui » ou le « déjà vu » étant donné que toutes les nouvelles ont un rapport avec la figure du vampire (et là on comprend d’autant mieux la couverture et le titre du recueil). Il faut bien se renouveler, créer différentes choses et je trouve que dans l’ensemble l’auteur s’en est plutôt bien tiré.

Après je dois avouer que j’ai préféré certaines nouvelles par rapport à d’autres, comme c’est souvent le cas, mais dans l’ensemble l’avis est plutôt bon. J’ai bien apprécié la plupart des nouvelles et pour les autres, ce n’est pas tant que je ne les ai pas aimés, c’est juste qu’elles m’ont moins touchés ou que je n’y ai pas vu le même intérêt, etc. Parfois il est difficile d’expliquer son ressenti, surtout sur des nouvelles vu que ce sont des textes qui sont très courts.

Ensuite, j’évoquais la forme, puisque comme le dit la 4e de couverture, il y a quelques poèmes entremêlés dans les nouvelles (une au début, une à la fin pour clore et les autres éparpillés). C’était assez sympa de changer de types de textes en cours de route parce que ça s’imbriquait bien avec le reste et quoi qu’il arrive, on restait dans le même thème et même type de narration finalement. C’est juste la forme qui change. Là je trouve que l’auteur excellait parce que ça changeait le rythme et « cassait » les nouvelles, mais dans le bon sens du terme.

De plus, ça s’imbriquait bien avec le reste du recueil parce qu’on retrouve parfois cette même poésie, comme s’il s’agissait de nouvelles « poétiques » (c’est possible d’une certaine manière, comme l’on a des poèmes en prose qui raconte des histoires). Je m’explique, dans la manière d’écrire, cela se ressent comme une poésie, la voix donnée au narrateur (et bien souvent narratrice) était très touchante et nous emporte dans un univers qui est autre, de la même manière qu’un poème (en prose ou pas) peut le faire (j’ai adoré Onirique pour cela). On entend parfaitement la voix, les mots choisis sont tels qu’on se laisse bercer et qu’on ressent parfaitement les sentiments évoqués par la narratrice (c’est le cas pour d’autres nouvelles, mais j’avoue qu’Onirique est l’une de celle qui m’a le plus marqué et l’histoire était bien trouvée).

De manière générale, les intrigues lancées étaient plutôt bien menées, certaines étaient plus poétiques, d’autres plus noires, plus glauques aussi (Les draps de Némésis, je ne m’attendais pas à ça). Après certaines nouvelles m’ont plus plu que d’autres, c’est souvent le cas, ça ne se contrôle pas mais de manière générale j’ai bien aimé. L’écriture est très agréable à lire et j’y ai pris plaisir, d’autant que l’on voyage un peu partout, donc c’est d’autant plus sympa.

Un bon recueil qui se laisse lire qui est dans l’ensemble sympathique à lire avec une écriture dure ou touchante selon les nouvelles, quelque chose de très éclectique en somme. Bonne lecture !

Drôles de mots-clés (13)


Drôle de mots-clés est un rendez-vous organisé par Les livres de Melisande et Pomme's Book suite à une discussion animée et hilare. Cette nouvelle rubrique permettra à tout un chacun de se rendre que parfois en tant que bloggeur en coulisse, on voit des choses sans queue ni tête et on a choisi de les partager avec vous. N'hésitez pas à en faire de même !




20/06/2012

Coup de pub de Pieter Aspe (Une enquête du commissaire Van In 10)

Quatrième de couverture

Mariage en grande pompe au château de Torens. Pas de chance, le marié, Thierry Steen, publicitaire connu et héritier d'un empire industriel, est assassiné avant la fin de la noce. Van In et Hannelore, qui faisaient partie des invités, se lancent sur les traces du meurtrier. Le mobile du crime serait-il, une fois de plus, l'argent ? Ils ne tardent pas à apprendre que l'agence de pub de Steen était menacée d'une OPA par un concurrent, dont l'un des salariés se suicide quelques jours plus tard. Et pour compliquer le tout, on retrouve dans les toilettes les empreintes d'un tueur à gages mais aussi celles du procureur. L'enquête piétine et Van In, dont les méthodes sont toujours aussi peu orthodoxes, ne se méfie pas assez des femmes.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Albin Michel de m’avoir permis de lire ce livre et poursuivre les aventures du commissaire Van In.

Sachant que ce 10e tome allait sortir, je me suis empressée de lire les 8 premiers tomes (ayant commencé par le tome 9 ne sachant pas qu’il s’agissait d’une série, ou du moins pas aussi longue). Etant parvenue à mes fins, j’ai fini par dévorer ce 10e tome. Oui, je peux vraiment le dire à ce stade, je suis totalement fan des enquêtes du commissaire Van In. Les histoires sont toutes aussi bien les unes que les autres, les personnages évoluent vraiment et c’est un réel plaisir de les retrouver à chaque fois.

Faire un résumé de l’histoire semble quelque peu superflu étant donné que la 4e de couverture est suffisamment éloquente. Je parlerai donc directement de l’intrigue que j’ai trouvée vraiment bien. On part d’un « petit évènement » qui à mesure va prendre de l’ampleur et là, comme dans les autres tomes, « petit évènement » se trouve être un meurtre, mais pas de celui de n’importe qui, non, d’un futur marié, possédant une agence de pub… ça risque de faire grand bruit. Encore une fois, le couple Van In / Hannelore va se retrouver impliqué directement dans une affaire de meurtre, puisqu’ils étaient là, à la réception du mariage. Cette enquête va se révéler bien plus compliquée que prévu (comme d’habitude pour notre plus grand plaisir) et j’avoue que je ne m’attendais pas à ce qu’elle prenne un tel tournant.

C’était assez surprenant et même si on connaît en général d’avance tous les protagonistes et donc le meurtrier, eh bien on arrive à se faire avoir. Ou bien, si l’on sait d’avance qui c’est, on n’a pas tous les éléments en main pour savoir quel est le vrai mobile (ce qui est aussi l’intérêt d’un polar, c’est de savoir pourquoi) et là, l’auteur sait faire traîner les choses, en mettant toujours des embuches pour qu’on ne le sache pas de suite. De tous les livres que j’ai pu lire jusque là, je trouve que c’est le tome le plus surprenant et où la situation semble vraiment très critique. Il n’y a pas à dire, l’auteur sait y faire, même si parfois ça peut reprendre un peu le même schéma, je ne m’en lasse pas et j’aime beaucoup suivre les aventures de ce commissaire des plus attachants.

Etant donné qu’on a une narration à la 3e personne et que l’on ne se concentre pas uniquement sur Van In, mais sur un ensemble de personnages, on a ainsi une vision beaucoup plus grande de l’histoire et on comprend aussi certaines choses avant Van In et son équipe, mais ça n’empêche pas d’apprécier l’histoire parce que l’auteur fait des revirements de situation ou complique un peu plus la donne sur la fin de sorte que tout soit bouleversé. Et ça n’est toujours qu’à l’extrême fin que tout s’éclaire. Mais comme c’est le cas pour certains tomes de la série, certaines choses ne semblent pas tout à fait résolues. Je trouve ça pas mal, ça permet d’un côté de laisser des pistes et aux lecteurs de se faire sa propre idée. Sans compter que ça peut permettre de laisser place à des intrigues plus tard (il y a sans cesse des références sur les autres affaires, donc c’est pour ça que c’est mieux de les lire dans l’ordre).

Quant aux personnages, c’est toujours un vrai plaisir de les retrouver. Van In est vraiment un personnage haut en couleur, il a ses défauts (mais qui n’en a pas ?) mais on s’attache quand même à lui et pour le coup c’est un gars intègre qui fait son travail et il le fait bien, même si parfois il ne respecte pas les règles. Mais sa femme est là pour le rappeler de temps en temps à l’ordre… ou pas. ce que j’aime beaucoup dans cette série, ce sont les relations entre les personnages. Je trouve ça vraiment extra parce qu’on voit une vraie évolution tout au long des livres.

Le couple Van In / Hannelore est vraiment touchant et on voit qu’il s’aime ça fait plaisir à voir, mais ça n’est pas pour ça que tout va bien, il y a parfois des coups durs, mais ils surmontent tout ça ensemble. Mais c’est sans compter Versavel qui est l’ami fidèle au poste lorsqu’on a besoin de lui et le trio formé est très sympa. Mais il y a également la petite équipe de Van In, avec notamment Carine… (Il y en a qui mérite des claques) et sans compter le procureur Beekman qui est là depuis le début et qui a aussi son importance dans l’affaire (notamment celle-ci). C’est un ensemble de personnages qu’on apprend à connaitre et qui arrivent toujours à nous surprendre et à nous faire vivre différentes choses. On en apprend un peu plus sur eux à chaque fois et c’est bien sympa (pour ça que j’adore les séries ça permet de mieux approfondir les personnages et de nous faire découvrir toujours un peu plus).

En bref, une fois de plus j’ai été conquise par cette série. Je trouve les tomes de plus en plus intéressants. Les enquêtes sont bien faites, les personnages attachants avec une vraie évolution, pour notre plus grand plaisir et j’avoue que j’ai hâte d’avoir le prochain pour savoir ce qui va se passer (et si UNE chose va se passer). En tout cas, si vous aimez les polars, celle des Enquêtes du commissaire Van In est à suivre de près.

19/06/2012

Top Ten Tuesday (11)

toptentuesday.jpg
Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog de Iani.


Voici le thème de la semaine : Les 10 livres que vous aimeriez lire cet été (PAL de l'été)

Bah, ça sera déjà mes SP pour ne pas faire attendre les éditeurs donc ça sera :

  1. Néphilim de Fabien Clavel
  2. La bonne étoile d'Esther Freud
  3. Pure de Julianna Baggott
  4. Le Souffle de la Hyène de Pierre Bottero
  5. Le Maître des Tempêtes de Pierre Bottero
  6. La Huitième Porte de Pierre Bottero
  7. Un éternel commencement de Marie-Hélène Marathée
après, j'en ai d'autres que j'aimerai lire, il y a notamment :

  1. Carpe Corpus de Rachel Caine
  2. Santa Olivia de Jacqueline Carey
  3. La colère de Fiona McIntosh
  4. Le miroir aux vampires 2 et 3 de Fabien Clavel
  5. Ailes noires de Laura Gallego Garcia
  6. Radiance 3 d'Alyson Noël
  7. Troubles songes de Stéphane Soutoul
  8. Dark Elite 2 de Chloe Neill
  9. Via temporis 2 d'Aurélie Laloum
bref, trop de livres en fait, et du coup je ne sais pas ce que sera la réalité ^^

Et vous, quel est votre top 10 pour cette semaine ?

Le thème de la semaine prochaine sera : Les 10 livres qui vous remontent le moral rien que d'y penser (je ne le ferai pas, je serai à Rome)

18/06/2012

Attaques nocturnes de Thierry Lefèvre

Quatrième de couverture

Paris, 1867. Venu vendre ses bœufs aux abattoirs de La Villette, un éleveur limousin est assassiné par une nuit de janvier dans le XIXe arrondissement, l'un des coupe-gorge de la capitale. Prévenu par un informateur à la morgue, Jean-Eustache Delteil, directeur du quotidien L'Aube de Paris, charge Victor Hyvert d'une enquête sur la recrudescence des ces " attaques nocturnes ". Assisté du jeune Jules Mercoeur, le garçon de courses du journal, Victor s'enfonce dans les marges obscures de la ville. Surineurs, vagabonds et ajusteurs de coins de rues y prospèrent. C'est dans un Paris secret, inquiet et souterrain, que Victor et Jules vont suivre la piste de Sang-de-Fer, celui qui sème la terreur dans l'Est parisien. Pour le démasquer, ils miseront leur vie...

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Gulf Stream et plus particulièrement Angela Lery de m’avoir permis de lire ce livre et découvrir ainsi cet auteur (que je connaissais de nom) tout comme cette maison d’édition (ibid.).

Je dois avouer que la 4e de couverture m’avait intrigué et c’est sans a priori (ne connaissant pas du tout le livre, ni quelconque avis) que je me suis lancée dans cette histoire, que j’ai vraiment adoré. C’est de la littérature jeunesse et pourtant c’est très mature et c’est un thriller, donc tous les éléments pour me plaire.

On se retrouve à Paris, en 1867, des « attaques nocturnes » ont lieu, des meurtres se succèdent chaque soir dans le XIXe arrondissement. Cette affaire va remonter aux oreilles de Jean-Eustache Delteil, directeur du quotidien L'Aube de Paris qui va charger Victor Hyvert de « l’enquête » comme il est le meilleur journaliste. Mais dans cette affaire, il sera aidé d’un jeune ado : Jules Mercoeur, qui est garçon de courses. Ainsi va s’ensuivre toute une enquête qui va les emmener au cœur de Paris la nuit pour retrouver les assassins…

L’écriture de l’auteur est très agréable à lire et fluide, on rentre avec aisance dans l’histoire, et quelle Histoire ! Nous nous retrouvons dans le Paris du XIXe siècle avec tout ce qui s’en suit (les nombreux termes argotiques nous y plongent bien et si on ne sait pas toujours à quoi cela fait référence, un petit lexique à la fin nous en donne la définition pour qu’on ne soit pas totalement perdu, mais avec le contexte, on comprend parfaitement). Ainsi, par le langage, on est entrainé directement à une autre époque et ça rend cette histoire d’autant plus « réaliste » si on peut dire ça ainsi.

L’intrigue est vraiment intéressante et bien menée et l’auteur sait faire durer le suspense (ce qui est toujours une bonne chose quelque soit l’intrigue mais c’est d’autant mieux lorsqu’il s’agit d’un thriller pour faire monter la pression et la tension). On ne sait pas avant un bon moment tout ce qui se passe, les révélations n’arrivant vraiment qu’à la toute fin (comme c’est souvent le cas dans ce genre) dramatisant encore et toujours l’histoire, telle une enquête policière, bien que Victor soit journaliste. Il se met dans des situations compliquées, mais il va s’en tirer (plus ou moins à bon compte) et tenter d’aller jusqu’au bout de son enquête pour trouver la vérité et enfin expliquer toutes ces « attaques nocturnes » qui ont l’air d’être des faits tout à fait avérer (comme le montre les annexes à la fin du livre).

Enfin j’ai beaucoup aimé les personnages, notamment Victor et Jules qui sont les deux personnages principaux de cette histoire. Victor est un bon, très bon journaliste comme on le découvre et il ira au bout quoi qu’il arrive. Mais il est en même temps très mystérieux et pendant un bon moment, je me demandais quel était son « problème » si on peut dire ça comme ça. L’auteur en fait tout un mystère et on ne le découvre que tardivement et je dois avouer que j’ai été surprise, je ne m’attendais pas du tout à ça. C’est vraiment un personnage intriguant et j’ai beaucoup aimé le suivre.

Quant à Jules, il a beau être jeune (14 ans) il est malin et perspicace, ce qui en fait un personnage très intéressant, attachant et agréable à suivre. J’ai beaucoup aimé le duo qu’ils formaient, c’était un bon tandem, très différents l’un de l’autre et pourtant, le « couple » fonctionne à merveilles. D’autres histoires avec eux en personnages principaux, ça pourrait être intéressant à suivre (en tout cas, j’en redemanderai bien moi !).

Voilà, ce livre a été une très bonne découverte pour moi, je ne le connaissais pas du tout. L’enquête était intéressante et bien menée, je me suis vraiment laissée emportée et plongée dans cet univers parisien du XIXe siècle et je ne peux que le conseiller à tous les amoureux de littérature jeunesse et de thriller / policier, ça ne pourra que vous plaire.

En partenariat avec

Les cracheurs de lumière de Carina Rozenfeld (Doregon 3)

Quatrième de couverture 

Mia, Josh et Garmon se retrouvent enfin dans la même ligne temporelle. Leur mission : faire disparaître l'ombre qui absorbe toute lumière et toute chaleur en Doregon, sans quoi les mondes qui s'ouvrent dans le couloir aux tableaux seront voués à la mort. Les humains et leurs alliés télépathes se rassemblent pour l'ultime bataille face à un Moone écrasant de supériorité et de noirceur...

Mon avis

Eh voilà, une série s’achève avec ce 3e tome et je dois avouer que c’est avec regret que j’ai fermé ce dernier livre parce que je ne verrais plus les héros de cette superbe série (mais l’avantage c’est qu’un livre se relit à l’infini !). 

Je ne ferai pas de résumé de ce 3e tome, arrivé à ce stade là, on sait à quoi s’en tenir, sans compter que la 4e de couverture est suffisamment explicite. Comme il s’agit d’un dernier tome (comme je viens de le dire juste au dessus), je vais davantage parler sur mon ressenti sur ce livre mais également sur la série entière. 

J’avais adoré les 1er tomes et celui là ne fait pas défaut, ce qui est déjà une bonne chose, parfois les débuts peuvent être bien mais pas les fins (ou le contraire). Mais là, ça n’est pas le cas, chaque tome est vraiment extra et j’ai pris énormément de plaisir à suivre les intrigues et les personnages sur Terre ou en Doregon. Ce tome est à la hauteur des précédents et de mes espérances. 

L’auteur a su créer une intrigue qui tient la route, qui est intéressante si bien qu’on est plongé dedans dès le départ et qu’on n’a qu’une hâte, découvrir enfin le fin mot de l’histoire. Tout au long de la lecture on se demande de ce qu’il va advenir de chacun de nos personnages, s’ils vont réussir à retirer l’Ombre qui règne en Doregon à cause de Moone, si le temps va finir par être « normal ». Plein d’interrogations où Carina Rozenfeld nous en donne les clés et les réponses avant d’achever son récit d’une manière ou d’une autre (et là, vous aimerez me torturer pour savoir ce qu’il en est, mais aucune chance, je resterai muette comme une carpe, à vous de lire pour le découvrir). 

Il y a de nombreux rebondissements, du suspense, on ne sait pas toujours ce qui va advenir (d’où l’inquiétude évoquée plus haut) même si on peut se douter de la fin (après tout c’est un livre de jeunesse). L’auteur arrive quand même à nous surprendre, il y a des éléments auxquels je ne m’attendais pas du tout et j’avoue que ça a été une très bonne surprise et un bon point pour elle, car elle a pu créer une histoire hors du commun et originale qui m’a vraiment enchantée. J’ai adoré me promener aux côtés de Mia et Josh et c’était vraiment plaisant de lire cette série. 

L’univers de Doregon est vraiment intéressant à suivre et est suffisamment détaillé pour que l’on sache où l’on met les pieds. C’était bien sympathique de découvrir l’œuvre de Carina Rozenfeld et j’avoue que j’aimerai davantage le connaître comme peut le faire Mia et Josh (bah quoi, on a le droit de rêver non ?). Ça doit être vraiment extra de voir ces mondes, etc. Les personnages sont tout aussi intéressants et travaillés et on prend plaisir à les suivre. On s’y attache vraiment (ou pas pour certains) et on a envie d’en savoir plus, de mieux les connaître et surtout de voir s’ils vont arriver à leur fin pour sauver Doregon qui est en train de « disparaître ». 

Découvert par hasard, cette série a su m’enchanter et franchement, je ne peux que le conseiller ! L’univers est franchement intéressant et travaillé, les personnages sont attachants et déterminés dans leur bataille. Il y a de nombreux rebondissements, des surprises, de la tension… Tous les éléments pour en faire un livre / une série magnifique qu’il faut vraiment lire. En tout cas j’ai adoré et je ne peux que le conseiller.

17/06/2012

Drôles de mots-clés (12)


Drôle de mots-clés est un rendez-vous organisé par Les livres de Melisande et Pomme's Book suite à une discussion animée et hilare. Cette nouvelle rubrique permettra à tout un chacun de se rendre que parfois en tant que bloggeur en coulisse, on voit des choses sans queue ni tête et on a choisi de les partager avec vous. N'hésitez pas à en faire de même !



In My Mailbox (33)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine

Attaques nocturnes de Thierry Lefèvre

Paris, 1867. Venu vendre ses bœufs aux abattoirs de La Villette, un éleveur limousin est assassiné par une nuit de janvier dans le XIXe arrondissement, l'un des coupe-gorge de la capitale. Prévenu par un informateur à la morgue, Jean-Eustache Delteil, directeur du quotidien L'Aube de Paris, charge Victor Hyvert d'une enquête sur la recrudescence des ces " attaques nocturnes ". Assisté du jeune Jules Mercoeur, le garçon de courses du journal, Victor s'enfonce dans les marges obscures de la ville. Surineurs, vagabonds et ajusteurs de coins de rues y prospèrent. C'est dans un Paris secret, inquiet et souterrain, que Victor et Jules vont suivre la piste de Sang-de-Fer, celui qui sème la terreur dans l'Est parisien. Pour le démasquer, ils miseront leur vie...

Pure de Julianna Baggott


 Nous savons que vous êtes là, nos frères et soeurs.
Un jour, nous sortirons du Dôme pour vous rejoindre dans la paix.
Pour l'heure, nous vous observons de loin, avec bienveillance.

Depuis les Détonations qui ont ravagé le monde, Pressia vit avec son grand- père dans les décombres, la cendre et le danger. Demain, elle aura 16 ans, âge où la milice vous enlève pour entraîner les plus forts... ou achever les plus faibles. Pressia n'a plus le choix, elle doit se préparer à fuir. Au loin brille le Dôme : un lieu sécurisé et aseptisé où une petite partie de la population, les Purs, s'est réfugiée avant la catastrophe. Partridge n'a qu'une idée en tête : sortir. Mais comment survivre dans ce monde post-apocalyptique où tout est presque mort ?


Le Souffle de la Hyène de Pierre Bottero (L'Autre 1)

Natan est un sportif surdoué, membre d’une étrange famille. Shaé possède, tapie au fond d’elle-même, une Chose qu’elle ne maîtrise pas. Les deux adolescents sont séparés par des kilomètres, mais lorsqu’ils se rencontrent, ils se découvrent un héritage commun fascinant et dangereux. Suffira-t-il à combattre l’Autre, terrifiante incarnation du Mal ?


Le Maître des Tempêtes de Pierre Bottero (L'Autre 2)

Natan et Shaé sont venus à bout d’une partie des forces du Mal. Mais il en reste deux à vaincre, et ils doivent en découdre avec le Maître des tempêtes, qui sème la désolation par des catastrophes naturelles. Leur rencontre avec un Guide aveugle, Emiliano, les conduit à se séparer. Natan rejoint sa Famille et tombe dans le piège tendu par sa cousine. Seul, il est condamné… 


La Huitième Porte de Pierre Bottero (L'Autre 3)

Huit ans ont passé. L’Autre a gagné. Partout la liberté cède à la violence, les hommes ploient sous le joug d'Eqkter et de ses créatures maléfiques. Pourtant une lueur d'espoir subsiste : le sang des sept Familles n'est pas tari. Les antiques pouvoirs vibrent toujours dans les veines d'Elio, un jeune garçon qui coule une existence paisible dans un village du Haut-Atlas…


Un éternel commencement de Marie-Hélène Marathée

Au commencement était...
Et si nos existences s'inscrivaient dans un processus entièrement réglé et prédéfini à travers les âges ? Anna est une jeune femme de trente ans, profondément enracinée dans son époque, elle vit les pieds sur terre et la tête dans les étoiles. Un soir, face à un croisement le long d'une route, son existence va basculer et elle va être projetée dans un monde où la fiction se mêle peu à peu à la réalité. Cette aventure passionnante peuplée de personnages improbables et attachants la mènera progressivement sur le chemin des interrogations et des révélations jusqu'à l'ultime grand secret...



Et vous ?

16/06/2012

Les nuits d'hiver de H.M. Larbaigt (L'extraordinaire après-vie d'Alice Osmon ou Les aventures d'un Goubelin en pays de Broe 1)

Quatrième de couverture

J'avais entendu bien des choses sur le paradis et l'enfer. Et j'avais toujours pensé que si je venais à mourir (et que finalement Dieu existait), je visiterais certainement l'un et l'autre avant de décider où poser mes valises.
Mais la vie n'est jamais comme on l'imagine. Surtout quand elle est finie.
Et jamais, non jamais, je n'aurais pensé me retrouver là !
Tout a commencé lorsque j'eus la stupide idée de mourir (oui je sais, hélas).

Mon avis

Je tiens tout d'abord à remercier H.M. Larbaigt et les éditions Charles Corlet de m'avoir permis de lire ce roman graphique et de découvrir l'univers particulier de l'auteur, que j’ai beaucoup apprécié. Alors avant de parler de l’histoire, de la manière dont s’est agencé, je dois forcément parler du dessin, qu’on voit notamment à travers la couverture, et qui montre parfaitement l’univers de l’auteur.

Rien qu'en regardant la couverture, on voit dans quel type d'univers on tombe, c'est sombre, un peu décalé, assez spécial. Et pour l'avoir feuilleté avant (et vu l'exposition à la Librairie L'Antre Monde), je savais à quoi m'attendre (du moins au niveau graphique) et ça m'avait fait penser de suite à Tim Burton. C’est différent de ce qu'il fait quand même, l'auteur a son propre univers c'est indéniable , mais au vu du style on est obligé d’y penser, et je ne sus pas la seule à le dire. Il y a par exemple davantage de couleur, parce que lorsqu'on voit par exemple Les noces funèbres ou Le Noël de Mr Jack, c'est presque du noir et blanc, alors qu'ici la couleur a son importance et apporte son lot de surprises. Mais c’est le même type de personnes filiformes, dans une atmosphère sombre et quelque peu inquiétante.

Pour ce qui est de l’histoire, c’est celle de l’après-vie d’Alice, qui vient juste de mourir. Il pensait se retrouver en Enfer ou au Paradis, et avoir la possibilité de choisir entre les deux… mais en fait il atterrit en Pays de Broe, un entredeux, quelque peu « oublié » où touts types de créatures surnaturelles vivent. Et c’est « réincarné » en Goubelin qu’Alice va vivre sa 2e vie. J’ai beaucoup aimé l’entrée en matière, c’était vraiment étonnant et j’ai envie d’en savoir plus sur Alice et sa condition de Goubelin parce que là encore, sa vie est très étrange… C’est difficile d’en dire plus parce que l’histoire ne fait que commencer et je ne veux pas vous enlever le plaisir de lire ce roman graphique qui est vraiment très sympa à parcourir.

Ça m'a fait penser à Lewis Carroll. Plusieurs choses nous y amène, déjà le nom du personnage principal : Alice (mais là, ça pourra nous surprendre) mais aussi dans cet univers très étrange, où l’on ne comprend pas forcément ce qui se passe (dans le début, il y a une réplique qui m’a fait pensé à Carroll de suite, il fait la même chose avec ses personnages, ça fait un petit clin d’œil. Ensuite, avec toutes les créatures que l’on rencontre, on pense forcément à ce qu’Alice (celle de Carroll) va rencontrer. Mais là encore, l’auteur finit par se détacher de tout ça, mais ça permet un peu de situer le type du livre. Donc si vous n’aimez pas ce type de dessin, ni type d’univers – que ce soit celui de Carroll ou de Burton – passez votre chemin. Sinon les autres, bienvenue dans l’univers de H.M. Larbaigt !

Après, j'avoue que j'ai été assez surprise de la tournure du roman parce qu'autant les premières pages, nous racontaient une histoire à part entière, la suite nous présente tour à tour les créatures qui peuplent ce monde quelque peu étrange. Je ne peux pas dire que j’ai été déçue (ça n’est pas vrai, j’ai bien apprécié ce roman graphique, et en plus, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre, je n’avais vu que les illustrations, sans vraiment savoir de quoi ça parlait quand je l’ai pris, donc pas d’a priori) mais avec un tel début, je m’attendais à une histoire à part entière et finalement, on n'a rien de tout ça. Après c'est un 1er volume, donc je pense qu'on en saura davantage dans la suite et là une histoire pourrait davantage apparaître. Pour le moment c’est une présentation de l’univers pure et dure. Mais je dois avouer que c’était très bien fait et que c’est aussi chose nécessaire pour comprendre là où on embarque (et le fait que j’ai eu une lecture entrecoupée n’a pas été bénéfique pour moi, mais ça ne m’a pas empêché d’apprécier ce roman graphique).

L’écriture de l’auteur est très sympa, ça nous permet de nous plonger plus rapidement dans son monde, j’ai bien apprécié. D’un côté, on se dit que c’est dommage de ne pas avoir plus de textes et pas plus d’illustrations aussi (quoi qu’elles sont nombreuses et qu’on retrouve différents types de dessins, mais les pages en sont couvertes). Si j’appelle ça un roman graphique c’est parce qu’il y a aussi pas mal de textes. On a une double narration (enfin pas exactement mais presque), le point de vue d’Alice à la 1ere personne qui nous raconte son histoire extraordinaire dans sa mort ou 2e vie, et aussi celui d’un autre personne (que je ne mentionnerai pas) écrit à la 3er personne qui ajoute quelques précisions sur l’univers, les créatures, et autres explications en tout genre. J’ai trouvé ça pas mal, ça ajoutait un autre intérêt à l’histoire. C’était souvent en bas de pages, comme des notes, petits ajouts pour ceux qui veulent en savoir plus.

C’est à travers toutes ces petites notes notamment que l’on découvre toute la recherche qu’a dû faire l’auteur pour étayer son univers, car elle pioche dans diverses mythologiques (notamment normande, vu que c’est « là » que se passe l’action, mais pas uniquement) pour nous parler de ces créatures. Et j’ai trouvé ça vraiment intéressants. Il y avait des choses que je savais, que je connaissais, mais je dois avouer que pour la plupart j’étais ignorante alors ça instruit en même temps.

Voilà, je pense à peu près avoir dit l’essentiel sur ce 1er tome de L'extraordinaire après-vie d'Alice Osmon ou Les aventures d'un Goubelin en pays de Broe. C’est vraiment un univers particulier et original, les illustrations sont vraiment belles et correspondent bien à l’univers qui est créé. Ça a été un vrai plaisir de le lire et j’espère en découvrir plus dans le prochain volume.

[TERMINE] Concours Vampire City de Rachel Caine


Voilà, comme promis, aux 850 fans, je débloque le concours pour faire gagner UN exemplaire du 1er tome de Vampire City de Rachel Caine. (Merci aux éditions Hachette / coll. Black Moon)

+ UNE SURPRISE

Lors de ma rencontre avec cette dernière samedi 26 mai, j'en ai profité pour lui faire dédicacer. Même si vous n'étiez pas là, vous aurez peut-être un petit souvenir de cette journée ;) Je pense à vous hein ? J'espère que ça vous fait plaisir !

LE CONCOURS EST TERMINE, MERCI A TOUS POUR VOS PARTICIPATIONS


LA GAGNANTE EST JADE V. (38)

Et la petite surprise c'est que le livre est à la fois dédicacé par Rachel Caine (à gauche) et par son mari (à droite !) et j'ai "choisi" le dessin de la dédicace pour le blog, j'espère qu'il vous plaira :D Personnellement je suis fan, et j'aurai bien aimé avoir ça sur mes livres ^^ même si j'aime beaucoup les miens :D


Questions :


* Combien de tomes de Vampire City ai-je lu ? (INDICE)
* Comment s'appellent les 3 colocataires de Claire ?
* Quel est le titre VO du tome 5 de Vampire City ?

Voilà, des questions simples histoires de vous faire cogiter un peu, que ça ne soit pas gratuit ;)

Règlement du concours :

* "Concours Vampire City" en objet du mail à melisande18@gmail.com
* Un petit mot sympa est toujours apprécié
* Vos coordonnées complètes (nom, prénom, adresse, pays lorsqu'il ne s'agit pas de la France)
* 1 participation par foyer (même nom, même adresse)
* Le concours durera du 30 mai au 15 juin 2012, résultat le lendemain
* Je décline toute responsabilité en cas de perte des lots (avec la poste on sait jamais, mais normalement il ne devrait pas y avoir de problème, tout ce que j'ai envoyé arrive à destination)

15/06/2012

PALM n°17 [JUIN 2012]

Qu'est-ce que la PALM ? La PAL du Mois consiste à écrire article sur nos blogs avec une photo de notre Pile À Lire, accompagnée de quelques pensées sur les livres que vous possédez, sur ce que vous avez à dire des nouveautés, sur les livres que vous mourrez d'envie de lire... et ceci, tous les 15 du mois.

Pour retrouver les autres PALM, rendez-vous sur Secret-forbidden-world. La PALM est inspirée de In My Mailbox de The Story Siren.

En cours de lecture :  A l'encre de tes veines de Céline Rosenheim et Attaques nocturnes de Thierry Lefèvre


Acquisitions depuis la dernière PALM




Artemisia d'Alexandra Lapierre
Troubles songes de Stéphane Soutoul
Baroque 'n' Roll d’Anthelme Hauchecorne
Innocence de Kelley Armstrong
Les cracheurs de lumière de Carina Rozenfeld
Hantée de Maureen Johnson
Fin d'un champion de Charlaine Harris
Noir saphir de Nicolas Cluzeau
La cité maudite d’Elodie Tirel
Attaque magique d’Ilona Andrews
Réunis dans la tombe de Jeaniene Frost
Désolation de Carrie Jones
La Dryade de Corinne Guitteaud
Mr Monster de Dan Wells
La bonne étoile d'Esther Freud
La voleuse de livres de Markus Zusak
L'œil du dragon de Mark Robson
Alibi Club de Francine Mathews
Waylander de David Gemmell
Esclave des sens de Nalini Singh
Coup de pub de Pieter Aspe
Les libérateurs de James Patterson et Ned Rust
Artemis Fowl d'Eoin Colfer
Le jeu de l'ange de Carlos Ruiz Zafon
Les nuits d'hiver de H.M. Larbaigt
Les déchus de Fabien Clavel
A l'encre de tes veines de Céline Rosenheim
Attaques nocturnes de Thierry Lefèvre
Pure de Julianna Baggott

Livres lus depuis la dernière PALM





Morlante de Stéphane Dompierre
Le briseur d'âmes de Sebastian Fitzek
Prélude de Marie-Alix Thomelin
La grâce de Kushiel de Jacqueline Carey
Le défi de Sabine Du Faÿ
Le rebelle de Sabine Du Faÿ
La mort à marrée basse de Pieter Aspe
La fin d'un champion de Charlaine Harris
Réunis dans la tombe de Jeaniene Frost
Désolation de Carrie Jones
La Dryade de Corinne Guitteaud
Innocence de Kelley Armstrong
La maîtresse du vent de Rachel Caine
Mr Monster de Dan Wells
Les libérateurs de James Patterson et Ned Rust
Le tableau volé de Pieter Aspe
Coup de pub de Pieter Aspe
Le Requiem d'un soupir de Tiffany Schneuwly
Les nuits d'hiver de H.M. Larbaigt
Les cracheurs de lumière de Carina Rozenfeld
Une vie de boy de Ferdinand Onoyo
La mort de Danton de Büchner

SP qui me restent à lire



Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre de Sepetys, Ruta
Le magicien et le golem de Besancenet, Philippe H.
Fille des chimères de Taylor, Laini
La bonne étoile d'Esther Freud

Les déchus de Fabien Clavel
A l'encre de tes veines de Céline Rosenheim
Attaques nocturnes de Thierry Lefèvre
Pure de Julianna Baggott

Futurs achats 


(bah ça sera 1 seul parce qu'il faut que j'arrête d'acheter pendant une période indéterminée, et bon c'est pas comme si je n'avais rien à lire hein !)

Confessions d'une glitter addict de Diglee !

Juste à cause d'une dédicace mdr

14/06/2012

Débat 8 : Les couvertures des livres


Sujet

Suite à une remarque de Galleane, un nouveau thème de débat a vu le jour (super pratique les amis blogueurs pour trouver des thèmes ces derniers temps). Elle parlait des couvertures des rééditions de La cité des ténèbres de Cassandra Clare et se demandait qui pouvait bien représenter les personnages sur les nouvelles couvertures, sans succès. Je lui ai fait remarquer que ça ne correspondait à personne en particulier et elle en a été déçue.


Plus récemment, tout le monde s'est extasié sur la couverture de Phaenix de Carina Rozenfeld, à paraître chez la collection "R". Personnellement, je la trouve affreuse, je ne suis pas fan du tout. En tant que photo artistique, etc. pourquoi pas, mais pour une couverture, je ne l'aime pas du tout et je trouve que le gars est trop squelettique (niveau corps) alors que son visage ne l'est pas (on croirait qu'il a eu droit à un coup de photoshop...).

Du coup, je me demandais, ce qui fait qu'une couverture est une bonne couverture ?

Les couvertures de nos chers livres doivent-ils forcément représenter les personnages du livre qu'on lit (lorsqu'on les voit dessus) ? A moins que des symboles soient mieux ? Qu'est ce qui doit, selon vous, apparaître sur une couverture pour attirer l'œil, pour bien parler du livre ? Autrement dit, qu'est-ce qui pourrait vous faire dépenser des sous lors de l'achat d'un livre ?



11/06/2012

Les libérateurs de James Patterson et Ned Rust (Witch & Wizard Les rebelles du Nouvel Ordre 2)


Ne pas lire la fin de la dernière phrase de la 4e de couverture parce que ça spoile une bonne partie de l’intrigue et intérêt du livre.

Quatrième de couverture

Le Nouvel Ordre a pris le contrôle du gouvernement. De nouvelles lois entravant les libertés des citoyens sont promulguées. La musique, l’art, les livres et la magie sont prohibés. Whit et Wisty, qui ont réussi à s’enfuir de prison, entrent en résistance pour renverser le nouveau régime. Rapidement élevés au rang de « libérateurs » par leurs pairs, le frère et la sœur sont considérés comme ennemis publics numéro 1 par le Nouvel Ordre. Et ils vont vite découvrir que le Seul-l’Unique, le leader du parti, veut en réalité les capturer pour leur dérober leurs pouvoirs et ainsi devenir invincible…

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Hachette et plus particulièrement Cécile de m’avoir permis de lire ce livre et poursuivre les aventures de Whit et Wisty, mais ce 2e tome me laisse un peu perplexe avec un sentiment mitigé.

Comme on peut le remarquer sur la couverture, c’est écrit à 4 mains, dont l’un des auteurs est toujours James Patterson, tandis que l’autre change à chaque tome. C’est un principe assez sympa je trouve, après vu que je lis une traduction, on ne voit pas forcément le changement niveau écriture (et j’ignore si c’est le cas en VO). Mais peut être que dans la manière de raconter, dans les faits on voit ce changement parce que j’ai un peu moins aimé l’histoire, qui pourtant aurait pu être très sympa.

Whit et Wisty se retrouvent une fois de plus dans une situation délicate et Whit nous raconte ainsi tout ce qui s’est passé pour qu’il se retrouve dans une telle situation. Le Nouvel Ordre a instauré des lois qui interdisent tout type d’art : littérature, musique, magie, etc. mais ce qu’ils ignorent c’est pourquoi le Nouvel Ordre en a après eux, et il se pourrait que leur magie en soit vraiment la cause… mais à quelle fin ?

Comme jel’ai dit, je suis assez mitigée parce que pendant la première partie du livre, j’avais la sensation que l’intrigue partait un peu dans tous les sens. C’était assez dur à suivre, je ne savais pas trop où les auteurs voulaient en venir et j’étais un peu perdue. D’autant plus que vu la fin du tome précédent et le début de celui-là, on voit qu’il s’est passé des choses mais on n’a pas les éléments. Je me suis demandée comment on en était arrivée là, (et ma mémoire n’est pas si mauvaise que ça). C’est un peu gênant pour s’y retrouver et poursuivre l’histoire. Mais après ça reprend son cours de manière plus linéaire, les actions se passent devant nos yeux (et le fait que ce soit écrit au présent y aide encore plus) donc ça n’est pas dérangeant. Il faut un petit temps d’adaptation je trouve.

Après l’intrigue était plutôt pas mal dans le genre, on découvre un gouvernement encore plus tyrannique (d’autant qu’on a le point de vue de Le Seul-L’Unique et donc ça permet d’en savoir un peu plus sur lui, même s’il ne nous dévoile pas tout, tout de suite, évidemment). Toute forme d’art est désormais proscrite, prononcé le mot : « magie » peut apporter de nombreux problèmes. L’action est sans cesse présente, nos deux héros sont malmenés (c’est le moins qu’on puisse dire) et ils vivent une grande aventure qu’ils auraient bien pu se passer. Il arrive toujours toute sorte de choses à nos deux héros. Chacun essaye de trouver sa place et un sens à tout ce qui se passe, eux qui quelques temps auparavant ignoraient l’existence de la magie et leur nature profonde.

Le ton est toujours aussi léger et quelque peu désinvolte (par rapport au 1er) malgré les faits. Ça pourrait être bien plus dur et horrible, mais avec le type de narration, ça passe relativement bien et l’horreur de la situation ne paraît pas aussi grave que ça. Et là, quelque part, je trouve ça un peu gênant, il y a tout de même des exécutions, une véritable chasse aux sorcières (surtout que les principaux sujets sont des enfants et là, souvent ça me touche et me dérange), mais ça n’a pas un impact très fort je trouve. La plupart du temps, je suis restée assez insensible parce que c’est montré de telle manière que bon, ça n’est pas grave. Je n’ai pas été très touchée (ce qui peut être un peu gênant) et pareil pour le lot de trahison, amour, etc. je trouve qu’on n’entre pas assez dans ses sentiments là, pour vraiment ressentir quoi que ce soit. Pourtant on est la plupart du temps du point de vue de Whit ou Wisty, (narration à la 1ere personne) donc on devrait ressentir comme eux, on devrait être peinée, plein de désespoir, et pourtant ça n’a pas été totalement le cas (pourtant c’est l’intérêt quand on a ce type de narration et surtout type d’histoire). J’ai vu ça comme une simple spectatrice et j’aurai pu avoir un point de vue totalement extérieur, que ça aurait été totalement la même chose, et je trouve ça dommage. Ce tome 2 m’a paru moins percutant, moins touchant que le 1er (qui avait son lot de tragédie aussi).

Les personnages sont tout de même intéressants, les deux frangins ont une relation assez fusionnelle bien que ce soit un garçon et une fille et qu’ils aient 2 ans de différence. Mais ils se comprennent et se serrent les coudes quoi qu’il arrive. Cependant, il y a des évènements qui vont les séparer d’une certaine manière, chacun cherchant un peu sa place et quand les histoires de cœur se pointent, ça complique toujours la donne.

Je trouve que je suis un peu sévère dans cette critique, j’ai relevé tous les côtés négatifs, mais malgré ça, j’ai quand même aimé cette histoire. Je ne me suis pas ennuyée, je n’ai pas lutté pour le lire et je ne me suis pas forcée à le finir. Loin de là, j’ai bien apprécié quand même, j’ai trouvé sympa le fait qu’on en voit plus sur ce gouvernement, que les choses évoluent et que les personnages changent également. L’univers est quand même intéressant et les personnages aussi, même si certains devraient être mis davantage en avant, je pense (les personnages secondaires, le sont peut être un peu trop parfois et c’est dommage, dans le 1er tome je n’avais pas eu cette sensation). Et vu la fin, j’ai envie de savoir ce qui va arriver à nos personnages parce que là, la situation est vraiment critique et je me demande comment les auteurs vont faire pour se dépêtrer de cette situation.

En bref, je suis un peu mitigée sur cette lecture parce qu’il y a des bons éléments, mais je trouve que l’intrigue ici pêche un peu. ça aurait pu être plus approfondi et plus dans le pathos vu la situation et ça n’a pas été totalement le cas. Donc à voir si la suite relève un peu le niveau, je l’espère parce que l’histoire, l’univers et les personnages sont quand même intéressants et j’aimerai en découvrir plus.

10/06/2012

In My Mailbox (32)


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie. C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Mes acquisitions de la semaine

Les nuits d'hiver de H.M. Larbaigt (L'extraordinaire après-vie d'Alice Osmon ou Les aventures d'un Goubelin en pays de Broe 1)

J'avais entendu bien des choses sur le paradis et l'enfer. Et j'avais toujours pensé que si je venais à mourir (et que finalement Dieu existait), je visiterais certainement l'un et l'autre avant de décider où poser mes valises.
Mais la vie n'est jamais comme on l'imagine. Surtout quand elle est finie.
Et jamais, non jamais, je n'aurais pensé me retrouver là !
Tout a commencé lorsque j'eus la stupide idée de mourir (oui je sais, hélas).



A l'encre de tes veines de Céline Rosenheim

À l’image du diable, les vampires sont multiformes et savent dissimuler leur cruauté sous divers masques. Ils peuvent être aristocrates, peintres ou simples rêveurs. Elles peuvent être actrices, comtesses ou filles de joie. Ils arpentent le passé, le présent et l’avenir. Ils se jouent des frontières, de l’Irlande au Japon, de Venise au grand Nord. Ils s’immiscent dans vos rêves de féerie, dans vos cauchemars futuristes. Et s’ils font pleuvoir bien des larmes, ils sauront peut-être vous voler un sourire.
Mais avant de pénétrer dans leur monde, il vous faudra faire une offrande car ce livre s’écrit à l’encre de vos veines.
En vingt nouvelles et cinq poèmes, À l’encre de tes veines voyage au gré des styles, du romantisme noir – première passion de l’auteur – à la fantasy et de la science-fiction à la parodie.





Les déchus de Fabien Clavel (Néphilim 1)

Ils sont sept Nephilim à arpenter la Terre depuis l'aube de l'humanité, formant la fraternité de l'Hepta. Immortels, ils sont liés aux cinq éléments : l'eau, l'air, la terre, le feu et la lune. Déchus, ils recherchent leur savoir perdu et poursuivent unequête mythique, l'Agartha. Traqués, ils fuient ceux qui veulent
les détruire, les Rose+Croix.
Dans ce premier tome réunissant le Syndrome Eurydice et Anonymes, Fabien Clavel narre le destin d'une poignée de ces Immortels. A Paris, Jennifer, étudiante à la Sorbonne, sombre lentement dans la folie et la paranoïa alors qu'à Budapest, des jeunes femmes au corps atrocement mutilé sont retrouvées dans le parc Varosliget. La glaciale Ezechiel, inspecteur de police chargée de l'enquête, ne peut croire que ces meurtres sont l'oeuvre d'Azarian, sulfureux chanteur de metal en tournée en Hongrie. Pourtant, tous les indices portent à croire qu'il y est lié. Des sous-sols du métro parisien aux rues enneigées de Budapest, de vieux amis se retrouvent, des forces nouvelles s'éveillent, mais l'ennemi est déjà à l'affût. Et la grande chasse ne fait que commencer !



Et vous ?